Archive pour le Tag 'durable'

Retraites : « une réforme durable » ?

Retraites : « une réforme durable » ?

L’économiste Florence Legros dénonce, dans une tribune au « Monde », trente années de « bricolage » qui ont conduit à une diminution du pouvoir d’achat des retraités, La question de la réforme durable est pertinente dans la mesure pratiquement les gouvernements ont remis sur la table tous les cinq ans à peu près une réforme des retraites. Finalement,  le gouvernement n’est peut-être plus en situation politique d’imposer une vraie réforme et, lui aussi, pourrait se satisfaire d’un nouveau bricolage comme par exemple l’incitation à partir à 63 ans et plus avec un bonus malus. La difficulté, c’est que les conséquences de cette réforme ne se feront pas sentir avant des dizaines d’années, c’est-à-dire une échéance qui ne correspond pas au temps politique. De ce fait, la réforme pourrait se quitter à une érosion régulière du pouvoir d’achat des retraités comme c’est le cas depuis plus de 20 ans.  « Extrait »

«  Après des décennies de réformes paramétriques, le gouvernement semble sur le point d’engager une réforme structurelle de notre système de retraite. Avec un taux de dépendance (le nombre des 65 ans et plus rapporté à celui des 15-64 ans) qui devrait passer de près de 25 % aujourd’hui à près de 45 % en 2070, les besoins de financement seraient en effet difficilement supportables si le poids des pensions dans le produit intérieur brut (PIB) augmentait dans les mêmes proportions. Certes, les réformes menées jusqu’ici devraient limiter ce risque, comme le montre l’« Ageing Report » de la Commission européenne, qui en intègre les résultats escomptés. La part des pensions est aujourd’hui de 15,1 % du PIB, mais elle devrait baisser à 11,8 % en 2070, en raison de l’augmentation des taux d’activité aux âges élevés, mais surtout de la baisse des taux de remplacement, c’est-à-dire du rapport entre pensions et salaires d’activité. Car c’est en réalité à une baisse orchestrée du pouvoir d’achat relatif des retraités que l’on assiste depuis trente années ! En 1993, la réforme impose que les salaires servant au calcul de la première pension (soit les 25 meilleures années, au lieu des 10 préalablement) ne soient plus indexés comme le salaire moyen de l’économie, mais comme l’inflation. Autrement dit, les salaires passés voient leur valeur de calcul d’autant plus baisser qu’ils sont anciens. Les pensions suivantes étant également désindexées, celles-ci « décrochent » chaque année du salaire moyen. Autrement dit, chaque point de croissance économique vient baisser le pouvoir d’achat relatif des retraités. Par la suite, la sous-indexation des retraites complémentaires à un point de moins que l’inflation, puis la décision, à partir de 2013 et jusqu’en 2019, de retarder leur revalorisation de sept mois chaque année, et enfin la mise en place d’un bonus-malus destiné à inciter à partir plus tard ».

Croissance : rebond durable de la consommation ?

Croissance : rebond durable de la consommation ?

 

Après deux mois de baisse les instituts économiques avaient révisé la croissance pour le premier semestre. On n’attendait plus qu’une  hausse de 1.6% au premier semestre. De quoi quand même atteindre les 2% espérés pour l’année. La reprise de février laisse envisager  une nouvelle révision pour l’année mais cette fois à la hausse. Les dépenses de consommation des ménages français en biens ont nettement rebondi en février, enregistrant une progression de 2,4% après deux mois de baisse, a annoncé vendredi l’Insee dans un communiqué. Cette reprise s’explique essentiellement par un rebond des dépenses de chauffage, liées à la vague de froid qui a touché la France en février, explique l’Institut national des statistiques et des études économiques. La consommation énergétique, qui avait baissé de 6,4% en janvier, a ainsi progressé de 8,9% en février, selon l’Insee, qui rappelle que les températures moyennes se sont établis ce mois-là « deux degrés en-dessous des normales ». Les dépenses en biens fabriqués ont également augmenté (+0,9%) après deux mois de repli. Cette hausse a été notamment soutenue par les achats de véhicules et les dépenses en habillement-textile, souligne l’organisme public.  Paradoxalement, le moral en mars n’est pas exceptionnel, il donne l’impression d’avoir atteint uen vitesse de croisière.  Après le tassement de février, c’est la stabilité en mars et sur un niveau de longue période. Pour l’instant, cela traduit un certain attentisme (même si la conso a enregistré une hausse en février).  Dans le détail, l’opinion des ménages sur leur situation future s’est nettement améliorée, avec un solde regagnant 6 points, après en avoir perdu 5 en février. La proportion de ménages estimant qu’il est opportun de faire des achats importants a, pour sa part, perdu de nouveau un point, tandis que le solde sur la capacité d’épargne actuelle baisse de 2 points. Celui sur leur capacité d’épargne future progresse d’un point.    Concernant la situation économique en général, les ménages sont un peu plus nombreux à penser que le niveau de vie en France s’est dégradé au cours des douze derniers mois (+2 points). L’opinion des ménages concernant le niveau de vie futur en France est quant à elle inchangée, et celle sur l’évolution du chômage est quasi stable. Les ménages sont également moins nombreux que le mois dernier à estimer que les prix vont augmenter au cours des douze prochains mois, avec un solde perdant 6 points.

Endettement mondial: croissance molle durable comme conséquence

  • Endettement mondial: croissance molle durable comme conséquence
  • Avec la remontée de l’inflation vers 2018 mais plus surement en 2019, la bulle de l’endettement comporte des risques accrus d’éclatement. En tout, le monde accumule presque 62.000 milliards de dollars de dette publique. Pour atténuer au maximum les effets de la crise financière de 2008, les Banques centrales des plus grandes puissances du monde (la Réserve fédérale américaine, la Banque centrale européenne, la Banque d’Angleterre et la Banque du Japon), ont fait chuter leur taux directeurs, pour relancer la machine du crédit et soutenir la croissance mondiale. Si bien qu’aujourd’hui, les taux sont sinon proches de zéro (États-Unis, Canada, Royaume-Uni, Israël, Danemark), carrément nuls (les 19 pays membres de la zone euro et le Japon) voire… négatifs (Suisse et Suède).Prudemment, la FED a cependant augmenté ses taux …en attendant la suite et surtout la politique de Trump.  Le fonds monétaire international s’inquiète à juste titre de l’emballement de la dette mondiale qui atteint un record historique Une dette de l’ordre de 200 000 milliards. En excluant le secteur financier, l’endettement global s’élevait fin 2015 à 152.000 milliards de dollars, soit 225% du produit intérieur mondial exprimé en nominal, selon un nouveau rapport publié par le Fonds. On se demande bien pourquoi le fonds monétaire international exclut un secteur financier aujourd’hui en danger du fait de ses investissements spéculatifs. Les politiques monétaires et budgétaires ont montré leurs limites pour réduire la bulle de ses dettes qui présentent un sérieux risque d’éclatement. D’après l’économiste allemand Claus Vogt, auteur du livre « The Global Debt Trap », « La situation actuelle est bien pire que celle de 2000 ou 2007, et avec des taux d’intérêt proches de zéro, les banques centrales ont déjà épuisé leurs munitions. De plus, l’endettement total, en particulier celui des gouvernements, est bien plus élevé qu’il ne l’a jamais été ». « Lorsque la confiance dans la Réserve fédérale, la Banque centrale européenne et les institutions similaires ailleurs commencera à disparaître, il y aura un exode massif hors des marchés d’actions et d’obligations. Je pense que nous sommes très proches de ce moment clé de l’histoire financière », ajoute-t-il. Mais pour le moment, les marchés actions poursuivent leur envolée, et des sociétés de l’Internet qui n’existaient même pas il y a 10 ans sont supposées valoir des milliards de dollars, alors qu’elles ne réalisent parfois aucun bénéfice. L’exemple le plus significatif étant sans doute Uber en déficit chronique mais  valorisée à 65 milliards mais cependant protégé parce que non côté en bourse.  De nos jours, Wall Street récompense même les entreprises qui enregistrent régulièrement des pertes conséquentes. Le réveil sera dur, prédit Snyder. Il pense que nous nous dirigeons vers le plus grand krach financier de tous les temps. « 199.000 milliards de dollars de dettes sont sur le point de s’effondrer, et chaque homme, femme ou enfant de cette planète éprouvera la douleur de ce désastre », conclut-il. Ce que dit d’une autre manière le FMI « De hauts niveaux de dette sont coûteux parce qu’ils conduisent souvent à des récessions financières qui sont plus marquées et plus longues que les récessions normales », a estimé Vitor Gaspar, directeur du département des affaires budgétaires au FMI. Cette flambée de l’endettement tient principalement au secteur privé, qui a profité à plein de l’ère de « l’argent pas cher » alimentée par les politiques monétaires ultra-accommodantes des grandes banques centrales. Sur fond de croissance atone, cet endettement se révèle toutefois aujourd’hui un lourd handicap pour de nombreuses entreprises, notamment en Chine. « Une dette privée excessive constitue un grand frein à la reprise mondiale et un risque pour la stabilité financière », a estimé Victor Gaspar. Les pays ont également vu leur dette publique gonfler et souffrent eux aussi de la conjoncture économique morose, qui les empêche de réduire ce fardeau, souligne le FMI. La dette du Japon devrait ainsi atteindre 250% de son produit intérieur brut cette année, celle de la Grèce 183% tandis que celle de la France devrait frôler les 100%, selon les nouvelles projections du FMI.  Selon les chiffres de l’Insee dévoilés cette semaine, la dette publique française s’établit à 2148 milliards d’euros à la fin de 2016. Rapportée à la richesse nationale, cette dette de l’ensemble des administrations publiques, mesurée selon les critères de Maastricht, atteint 98,4% du PIB. La dette publique correspond à la somme des soldes des comptes publics enregistrés chaque année par un État. Or la France n’a pas affiché une seule année budgétaire positive depuis… 1975! Voilà donc bientôt 41 années consécutives que la dette publique française file de record en record. Le risque central étant que le monde s’installe dans une croissance molle pour très longtemps.

)

 

 

Risque de croissance molle durable en Europe

Risque de croissance molle durable en Europe

 

 

 

L’Europe pourrait bien connaître une très longue période de croissance molle. C’est-à-dire une croissance qui ne dépasserait pas 2 %. C’est la crainte de la Banque centrale qui pense que le haut niveau de chômage notamment des jeunes pèse de manière négative sur les perspectives significatives de redressement. D’une certaine façon la Banque centrale européenne reconnaît les limites de sa politique monétaire pourtant très accommodante. Une politique sans doute nécessaire voire indispensable mais qui doit s’articuler avec une politique budgétaire et des réformes structurelles concernant le marché des biens et des services mais aussi le marché de l’emploi. L’Europe en quelque sorte ne connaît pas une vraie sortie de crise. Témoin d’ailleurs les prévisions de la commission économique. Dans ses prévisions de printemps, l’exécutif européen table désormais sur une croissance du Produit intérieur brut (PIB) de 1,6% en 2016 et de 1,8% en 2017 en zone euro, contre 1,7% en 2016 et 1,9% en 2017 prévus dans son pronostic d’hiver du 4 février dernier. La Commission européenne a aussi revu en baisse ses prévisions d’inflation. Elle attend désormais une inflation de 0,2% en 2016 et de 1,4% en 2017. Dans son pronostic d’hiver, elle tablait sur une hausse des prix à la consommation de 0,5% cette année et de 1,5% pour l’an prochain. Pas vraiment de quoi s’enthousiasmer et surtout de quoi répondre à la question centrale du chômage des jeunes. La Banque centrale européenne (BCE) s’est donc inquiétée vendredi 17 juin d’une « génération perdue » en Europe si les gouvernements de la région n’accélèrent pas le rythme des réformes structurelles, mettant notamment en doute le caractère suffisamment ambitieux de la loi travail en France. « Le chômage des jeunes dépasse le chômage global dans tous les pays (…) Cela pénalise déjà l’économie car les jeunes qui veulent travailler mais qui ne trouvent pas d’emploi sont empêchés de développer leurs compétences », a déclaré Benoît Coeuré, membre du directoire de l’institution monétaire européenne, lors d’un discours à Berlin. « Pour éviter de créer une génération perdue, nous devons agir rapidement », a ajouté Benoît Coeuré. Le banquier central a salué la mise en oeuvre de réformes du marché du travail dans plusieurs pays « où les rigidités étaient considérées comme étant particulièrement lourdes », citant l’Espagne, l’Italie, le Portugal, la Grèce ou encore, il y a plus de dix ans, l’Allemagne. Mais la France, deuxième économie européenne, « est toujours à la traîne et, bien qu’une réforme du marché du travail soit actuellement en discussion, il reste à voir si celle-ci est suffisamment ambitieuse » pour doper l’emploi, a-t-il souligné. Très contestée, la loi travail donne lieu à de violentes résistances notamment des syndicats français. Le banquier central a également pointé du doigt les réticences à réformer le marché des biens et des services, en particulier en France et en Allemagne. La BCE, qui a multiplié les gestes en faveur de l’économie ces dernières années, ne manque jamais une occasion d’appeler les Etats européens à la soutenir dans ses efforts. « Pour doper le potentiel de croissance et renforcer les fondations de notre union économique et monétaire, nous avons besoin de réformes élargies et bien séquencées dans les Etats nationaux ainsi qu’au niveau de l’Union européenne, et nous en avons besoin maintenant », a martelé Benoît Coeuré. Il a plaidé pour donner la priorité aux réformes du marché des biens et des services avant de s’attaquer à celles des marchés du travail, afin que « les effets négatifs à court terme (d’une flexibilisation de l’emploi, ndlr) n’arrivent idéalement que lorsque la reprise gagne en vigueur ».

(Avec AFP)

Une croissance française durable ?

Une  croissance française durable ? 

 

 

La croissance est-elle durable ? Réponse avec deux économistes dans une interview du Figaro

 

Comment analysez-vous le chiffre de la croissance française?

 

Philippe Waechter, chef économiste de Natixis Asset Management

- Je m’attendais à un chiffre plus faible, plutôt proche des 0,3% car je pensais que les entreprises allaient beaucoup déstocker. C’est ce que les enquêtes publiées au premier trimestre laissent suggérer. Finalement, non. Et c’est une très bonne nouvelle. On sent que les entreprises sont très enthousiastes. Elles ont en tête que l’activité économique redémarre. Les rapports de force entre le gouvernement et les partenaires sociaux vont changer. Avec ces niveaux de croissance plus élevés, le «gâteau» à partager sera plus gros. Les employés vont demander des hausses de salaires et les entreprises vont réclamer de nouvelles baisses de charges. Car ils savent que le gouvernement est prêt à lâcher du lest face aux lobbys. Les rythmes de croissance ne sont pas spectaculaires mais le processus est plus normalisé.

 

 

Christopher Dembik , Christopher Dembik, économiste de Saxo Bank

- La bonne nouvelle c’est que l’économie française est passée d’une phase de stabilisation en 2015 à une dynamique de redémarrage en 2016. Le chiffre de la consommation (+1,2%) n’est pas surprenant. Je serais quand même prudent car nous ne constatons pas de hausse des revenus. Il pourrait s’agir d’un épiphénomène. Ce chiffre doit être confirmé. En revanche, le chiffre de l’investissement (+0,9%) constitue une bonne surprise et vient illustrer le regain des taux de marges des entreprises – l’un des rares succès du gouvernement- qui retrouvent leur niveau d’avant la crise.

 

Cette bonne dynamique va-t-elle durer?

P.W. – La dynamique est plus robuste qu’imaginé. La probabilité qu’elle puisse générer une croissance européenne autonome, moins indépendante du contexte international et notamment des ralentissements économiques en Chine et aux États-Unis, n’est pas nulle. Après tout, il existe d’autres opportunités d’investissement. Néanmoins, cela suppose que la consommation se tienne pour l’ensemble de la zone euro et que le Royaume-Uni reste dans l’Union européenne. Le contraire pourrait provoquer de fortes secousses pour le continent.

C.D. – Je crains malheureusement que cette dynamique soit pénalisée, à partir du deuxième trimestre, par le ralentissemenet aux EtatsUnis  dont l’impact est plus facilement chiffrable que celui en Chine.

La France peut-elle retrouver à court terme des niveaux proches ou supérieurs à 2%?

 

P.W. – À court terme, cela me paraît difficile. Pour la simple et bonne raison que depuis 2008, l’investissement est faiblard. Du coup, la croissance potentielle est ralentie. Le regain durable de la croissance passe par l’investissement et donc la confiance des entrepreneurs mais également celle des consommateurs. Dans ce cas-là, une croissance à 2% est envisageable d’ici cinq à dix ans. Pour 2016, j’avais prévu 1,3%. Je vais réviser à la hausse ma prévision. L’objectif que s’est fixé le gouvernement, à 1,5%, est facilement atteignable voire plus.

C.D. – D’ici deux à trois ans, c’est très improbable. D’une part parce que l’impact des trois éléments extérieurs – baisses de l’euro et du pétrole, taux d’intérêt bas – sera de plus en plus faible et d’autre part parce que celui des ralentissements économiques aux États-Unis et en Chine va s’accentuer. Les réformes structurelles ne vont pas assez loin. Le vrai problème de la France, ce n’est pas sa compétitivité, comme le pense le gouvernement, mais sa productivité. Tant que nos dirigeants politiques n’auront pas compris cela, la croissance ne repartira pas durablement.

Croissance : ralentissement mondial durable

Croissance : ralentissement mondial durable

 

La question jusqu’à maintenant était de savoir si l’économie faisait du yo-yo aussi elle s’inscrivait dans un ralentissement plus durable. En faite le tassement voir de le recul de la croissance notamment dans les pays exportateurs comme la Chine ou le Japon témoigne bien que l’économie mondiale est engagée pour deux nombreux mois dans une phase de ralentissement. Seule satisfaction après la constatation de cette tendance durable, les Banques centrales vont retarder la hausse des taux et au contraire prolonger voir accélérer leurs politiques accommodantes. « Tout va dans le sens d’une période clairement difficile pour l’économie mondiale », explique Peter Dixon, économiste de Commerzbank. « Les banques centrales qui envisagent de relever leurs taux d’intérêt dans un avenir proche vont donc étudier ces chiffres et cela pourrait les conduire à prendre le temps de la réflexion. » En Chine, l’indice PMI officiel a montré une contraction de l’activité manufacturière en août, pour la première fois depuis trois ans. Quant à l’enquête équivalente du cabinet privé Markit, qui privilégie des entreprises plus petites et privées, elle reflète les plus mauvaises performances du secteur depuis six ans et demi. Même le secteur chinois des services, qui gardait la tête hors de l’eau ces derniers mois alors que le reste de l’économie semblait s’enfoncer, a vu sa croissance tomber à son rythme le plus faible depuis plus d’un an, selon les données de Markit. « Les chiffres d’aujourd’hui suggèrent que l’activité manufacturière reste faible en Chine. Nous prévoyons désormais que la croissance du PIB sera de 6,4% en rythme annuel au troisième trimestre », commentent les économistes d’ANZ. Pékin vise officiellement une croissance de 7% cette année.  Les chiffres chinois du mois dernier pourraient avoir été affectés par l’arrêt de certaines usines.  Mais ils n’en restent pas moins préoccupants pour de nombreux investisseurs après la chute de près de 40% des marchés boursiers chinois depuis la mi-juin et la dévaluation surprise du yuan annoncée le 11 août.   »La faiblesse généralisée des indicateurs suggère que la tendance au ralentissement de l’économie n’est pas uniquement le fait de distorsions temporaires », estiment ainsi les analystes de Credit Suisse.  D’autres enquêtes de Markit traduisent les difficultés de l’industrie ailleurs en Asie: le secteur affiche désormais 11 mois consécutifs de contraction en Indonésie et six en Corée du Sud; à Taiwan, le PMI manufacturier est au plus bas depuis près de trois ans et en Inde, la croissance ralentit. Au Japon, on a aussi enregistré un retrait de la croissance et des commandes extérieures.  Dans la zone euro, la croissance de l’industrie manufacturière a ralenti le mois dernier, l’indice PMI revenant à 52,3 (un chiffre supérieur à 50 traduit une expansion), en dépit de la faiblesse des hausses de prix pratiquées par les entreprises, une situation doublement préoccupante pour la Banque centrale européenne (BCE), qui cherche à la fois à soutenir l’activité et à relancer l’inflation.  Le ralentissement est aussi à l’œuvre aux Etats-Unis, où l’indice PMI du secteur est revenu de 53,8 à 53,0 tandis que l’indice ISM reculait à 51,1 après 52,7 en juillet.   »L’enquête du mois d’août souligne que le secteur manufacturier américain continue de souffrir sous le poids de la vigueur du dollar et de la montée des incertitudes pesant sur l’économie mondiale, mais la résistance de la consommation intérieure et les pressions limitées sur les coûts le maintiennent sur la voie de la reprise », commente Tim Moore, économiste de Markit.

 

Marchés boursiers : pics de volatilité ou tendance durable ?

Marchés boursiers : pic de volatilité ou tendance durable

 

Les bourses du monde entier ont enregistré de fortes baisses ces jours derniers notamment la bourse de Paris. Certains considèrent qu’il s’agit de pics de volatilité provisoires qui seront compensés par des rebonds. Cependant en dépit de rebonds vraisemblables,  la tendance baissière devrait être durable du fait des fondamentaux économiques et financiers mondiaux. Il faut en effet souligner que la hausse souvent inconsidérée des cours à largement été alimenté par les masses de liquidités délivrées par les banques centrales. Des liquidités qui n’ont pas nécessairement servi à la relance de l’économie mais à la spéculation. Les fondamentaux économiques sont en effet mal orientés. Il y a cette baisse assez considérable du prix des matières premières qui privent nombre de pays de moyens financiers et contribue à affaiblir les commandes extérieures des pays exportateurs. Il y a surtout des inquiétudes sur les perspectives économiques et financières de la Chine. L’industrie manufacturière en baisse depuis plusieurs mois témoigne du ralentissement de l’économie mondiale. La Chine doit par ailleurs faire face à une énorme crise financière caractérisée en particulier par l’endettement des entreprises des collectivités aussi des particuliers. Au point que le système financier et aujourd’hui menacé. La banque centrale chinoise a bien tenté d’injecter de nouvelles liquidités, aussi de procéder à une dévaluation mais jusque-là cela n’a pas été de nature à inverser le repli économique. La Bourse de Paris a donc une nouvelle fois perdu beaucoup de terrain ce vendredi (-3,19%), concédant sa quatrième séance de baisse consécutive. L’indice CAC 40 a perdu 152,56 points à 4.630,99 points, dans un volume d’échanges étoffé de 5,5 milliards d’euros. La veille, il avait lâché 2,06%. Parmi les autres marchés européens, Francfort a lâché 2,95% et Londres 2,83%. Par ailleurs, l’Eurostoxx 50 a perdu 3,17%. Les inquiétudes sur la Chine expliquent ce reflux  Les inquiétudes sur la croissance mondiale pèsent sur les marchés financiers avec l’essoufflement du moteur chinois qui se précise, une économie européenne encore hésitante et la perspective floue d’une remontée des taux américains. La légère hausse de l’indice composite de la zone euro au mois d’août suggère que la reprise dans la région s’est poursuivie à un rythme modéré », note Jennifer McKeown, analyste chez Capital Economics. « Mais nous prévoyons toujours un ralentissement de la croissance en zone euro dans les mois à venir alors que les hausses précédentes dues à une inflation en baisse et à la dépréciation de l’euro s’estompent, en particulier si l’incertitude renouvelée autour des élections grecques nuit à la confiance », poursuit-elle. « L’investisseur a peur! », résume Franklin Pichard, le directeur de Barclays Bourse. Il « s’interroge(nt) sur la réalité du niveau de croissance de la Chine, craignant qu’un atterrissage trop brutal de l’économie chinoise n’entraîne un ralentissement plus prononcé de l’économie mondiale », juge-t-il.

Sondage Hollande : remontée de Hollande durable ?

Sondage Hollande : remontée de Hollande durable ?

 

Avec  l’affaire grecque Hollande sort vainqueur vis-à-vis de Merkel et de façon plus générale vis-à-vis des faucons de l’Europe.  Hollande va nécessairement remontre dans les sondages. Il devrait même regagner  une dizaine de points. Reste à savoir si cette embellie sera durable. Après les affaires du Mali et du 11 janvier, la température de la popularité était en effet vite retombée. En fait tout risque d’être arbitré par l’évolution chômage. L’inversion promise fin 2012 par Hollande ne s’est pas produite. Pire, il a ajouté 500 000 chômeurs au bilan laissé par Sarkozy (3 millions de chômeurs). Il y aura du mieux dans les statistiques du chômage en 2016 mais pas de quoi amortir ces 500 000 chômeurs  supplémentaires. Il y a aura une inversion mais  pas suffisante. Bref l’ambigüité va demeurer sur cette question. D’autant que c’est le ressenti des français sur le terrain qui va compter davantage que les résultats des méthodologies parfois douteuse de Pôle emploi. La problématique va donc demeurer la même pour Hollande :l’ inversion durable du chômage sera relative comme sa remontée dans les sondages. Sa seule vraie chance seraiat au premier tour  d’affronter Sarkozy qui ne parvient pas à décoller. Un Sarkozy plombé par son bilan et ses affaires sans parler d’une éventuelle candidature de Bayrou qui le coulerait définitivement. Ce qui permettrait à Hollande d’ affronter avec succès Marine le Pen au second tour.

La reprise économique en France : pas durable ?

La reprise économique en France : pas durable ?

Trois experts s’interrogent sur le caractère durable ou non de la reprise ( Interview Le Figaro). Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils sosnt dubitatifs concernant la France. ( et pas très clair sur la reprise mondiale).  Pour résumer uen croissance peut-être mais sans beaucoup d’emplois

La France a enregistré un rebond de sa croissance au premier trimestre 2015. Même si certains points de la santé économique française sont encore fragiles (construction, investissements etc.), d’autres sont encourageants (consommation, taux de marge des entreprises etc.). La question qui émerge désormais est de savoir si cette situation va durer. Pour les internautes du Figaro, la réponse est claire: c’est non. À 88%. Prudent, le ministre de l’Économie Michel Sapin continue d’estimer la croissance pour l’année 2015 «à plus de 1%». Il a en outre déclaré «travailler sur une hypothèse de croissance de 1,5% de croissance en 2016». 1,5%? C’est exactement le taux dont parlent les ministres respectifs de l’Économie, du Budget, et de l’Emploi depuis plusieurs semaines: ils assurent que c’est avec 1,5% de croissance que la France peut relancer l’emploi. Or l’emploi est sans aucun doute une question prioritaire pour la France: le chômage continue inexorablement de monter alors que François Hollande a mis en jeu sa candidature pour 2017 s’il échouait à inverser la fameuse «courbe du chômage» d’ici la fin de son quinquennat.

 

• Lefigaro.fr -. Le premier trimestre a été plutôt bon pour la croissance en France. Cette bonne tendance va-t-elle se poursuivre?

 

Denis Jacquet, fondateur de l’association Parrainer la croissance. Qui le sait? Nous pourrions répondre si la croissance était le fait du gouvernement français. Ce qui n’est pas le cas. Rien n’a été fait pour la favoriser. Fiscalité, normalisation, droit du travail. Aucune réforme fondamentale. Donc ne venant pas de la France, la question revient à connaître la vigueur de la croissance mondiale.

 

 

Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque. Nous sommes très certainement entrés dans une phase de tendance haussière de la croissance sur les prochaines années. Mais, malheureusement, je ne pense pas que la France pourra maintenir le rythme du premier trimestre. Car ce sont surtout des effets extérieurs au pays qui ont permis ce rebond de croissance: l’euro faible a permis aux sociétés françaises de mieux exporter, le pétrole bas a réduit les coûts pour les entreprises et les dépenses en carburant des ménages, tandis que les taux d’emprunt faibles ont permis à l’État de se financer quasiment gratuitement.  Or tous ces voyants verts ont, depuis, commencé à se retourner: l’euro est remonté; le pétrole a grimpé de 40% ces toutes dernières semaines; et les taux longs, s’il restent très faibles, ont augmenté tout récemment.

 

Xavier Timbeau, directeur principal de l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques). C’est tout le mal que l’on peut souhaiter. Le retard de production accumulé depuis la crise est considérable et le rythme de croissance observé au premier trimestre est de nature à le refermer. Cependant, cette croissance a bénéficié de facteurs comme la baisse du prix du pétrole ou la baisse du taux de change euro dollar qui peuvent s’atténuer (si le pétrole remonte) ou même s’inverser. Cela dit, à l’horizon de la fin de l’année ces facteurs devraient rester porteurs. La baisse de l’euro et la diminution des taux d’intérêt sont liées à la politique monétaire de la BCE qui ne va pas s’inverser avant que la reprise ne soit complètement confirmée. La fin des politiques d’austérité en Europe sont également des éléments sur lesquels on peut compter pour quelques trimestres encore.

• En maintenant un objectif de croissance de seulement 1% en 2015, Michel Sapin ne joue-t-il pas la prudence?

Denis Jacquet. Bien sûr. Michel Sapin s’est pris quelques douches froides dans le passé et ne souhaite pas en reprendre de sitôt. Il a manifesté régulièrement depuis quelques mois l’envie de rester très pessimiste afin de ne pas être pris en défaut. Un «Sapin» échaudé craint l’eau froide, et ne nous servira que de l’eau tiède.

Christopher Dembik. Politiquement, il joue la prudence, certainement. Car ce gouvernement ne peut plus se permettre de faire moins bien que prévu. Il y a une volonté, même, de minimiser les bonnes nouvelles. Économiquement, à 1%, il minimise un peu. Mais de toutes façons, il ne peut pas y avoir de croissance beaucoup plus forte pour la France en 2015. Au mieux peut-être 1,2%? À deux ans des présidentielles, il ne faut pas s’attendre à ce que le gouvernement mette en place des réformes structurelles. L’heure est à l’annonce de mesures de soutien pour les plus démunis. Mais pour la croissance française, pour vraiment la relancer, il faut aussi redonner du pouvoir d’achat aux classes moyennes.

Xavier Timbeau. Oui, c’est vrai. Les prévisions du gouvernement ne sont pas révisées à chaque nouvelle annonce de l’Insee. La présentation du budget au cours du débat d’orientation budgétaire, fin juin, nous permettra vraiment de savoir comment le gouvernement anticipe l’avenir et bâtit son hypothèse de croissance. La configuration actuelle, à savoir la scrutation par le Haut Conseil des Finances Publiques et la surveillance par la Commission oblige le gouvernement à la prudence. Et il a par le passé annoncé trop vite l’inversion de la courbe du chômage. Je pense qu’aujourd’hui l’obsession du gouvernement va être, outre d’avoir une confirmation de la reprise, en faire le meilleur usage possible dans la perspective de la présidentielle.

• Le ministre vise 1,5% en 2016. Qu’en penser? Est-ce un simple effet d’annonce?

Denis Jacquet. C’est sûrement ce qui va se passer. Néanmoins la remontée de l’euro, la politique des taux d’intérêt, un accident mondial imprévu et la machine, qui à nouveau ne dépend pas que de nous, peut se détraquer. Sur les tendances actuelles, on peut donc le croire. A partir de 1,3% on commence déjà à créer de l’emploi. Le problème reste de savoir si ce sera une croissance génératrice d’emplois. C’est l’enjeu. On peut avoir une croissance et malgré cela un faible taux d’emploi, faute de confiance. Et l’approche de 2017, est, on le sait dans une année d’élection, souvent une année figée.

Christopher Dembik. C’est possible que la France fasse 1,5% de croissance en 2015. Peut-être un peu plus. Sapin s’accroche à ce chiffre de 1,5% car, dit-il, c’est celui qui permet de faire repartir l’emploi. Or quelque soit le taux de croissance, l’important, c’est qu’elle soit dopée par des secteurs qui créent de l’emploi. Or, la France tient encore à sauver son industrie traditionnelle, qui va mal, au détriment du développement et du soutien aux secteurs qui créent de l’emploi comme le Big Data ou la domotique.

Xavier Timbeau. Non, ce n’est pas un effet d’annonce. Le rythme de croissance nécessaire pour faire 1% cette année, s’il est prolongé l’année prochaine conduit à 1,5%. En effet, la croissance annuelle de l’année 2015 est marquée par l’acquis de croissance (mauvaise fin d’année 2014). Cet effet s’estompe en 2016. 1,5% est sans doute très prudent mais 2016 n’est pas pour tout de suite. Il est vrai que 1,5% en 2016 ne permet pas une forte baisse du chômage, ce qui serait pourtant bienvenu pour le bilan du quinquennat de François Hollande. Il espère sans doute plus, mais a choisi de s’en tenir à des chiffres prudents. Encore une fois, le débat d’orientation budgétaire et le scénario économique de la rentrée 2015 nous en diront plus sur l’analyse de Bercy et du gouvernement sur la situation économique.

Sondage PS : en crise durable pour 68% des Français

Sondage PS : en crise durable pour 68% des Français

Une crise forcément durable puisque les sympathisants souhaitent un virage à gauche mais préfère quand même  Valls; une contradiction difficile à surmonter. pour un PS en plein désarroi idéologique.  Une majorité de sympathisants socialistes estiment que le PS, divisé sur la politique à conduire pour sortir la France du marasme, doit donner un coup de barre à gauche mais Manuel Valls reste quand même leur dirigeant favori, selon deux sondages. Il devance notamment de très loin l’actuel chef de l’Etat, François Hollande, pour représenter le PS à la présidentielle de 2017, selon une enquête effectuée pour iTÉLÉ et Le Parisien par l’institut Odoxa. Ce qui fait dire au président d’Odoxa, Gaël Sliman, que si la situation économique et sa cote de popularité ne s’améliorent pas, il sera « très difficile » au vainqueur de 2012 de se représenter en 2017. Sur 1.002 personnes interrogées jeudi et vendredi par OpinionWay pour Le Figaro, 40% disent souhaiter que le PS fasse des propositions plus à gauche qu’actuellement. Cette proportion passe à 53% parmi les sympathisants du Parti socialiste. Par ailleurs 87% des Français interrogés (94% des sympathisants du PS) disent ne pas souhaiter que ce parti change de nom, alors que Manuel Valls s’y est montré favorable. Pour 23% des Français interrogés (40% des sympathisants socialistes), c’est pourtant le Premier ministre qui incarne le mieux l’avenir du PS, loin devant l’ex-ministre de l’Economie Arnaud Montebourg (9% et 11%) ou la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem (8% et 17%).  Pour 68% des Français interrogés (48% des sympathisants socialistes), le PS vit aujourd’hui une crise durable. L’enquête effectuée par Odoxa jeudi et vendredi auprès de 999 personnes parvient à des conclusions similaires. Ainsi, pour 54% des sympathisants socialistes interrogés, le PS n’est pas assez à gauche et 52% estiment que le rôle du principal parti de la majorité actuelle est avant tout de rappeler à François Hollande, les engagements qu’il a pris pendant la campagne présidentielle de 2012. Pourtant, Manuel Valls, qui incarne l’aile droite du PS est le préféré des sympathisants socialistes pour représenter le PS à la présidentielle de 2017, avec 37% d’avis favorables contre 31% pour la maire de Lille Martine Aubry, 14% pour la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal, 10% pour Arnaud Montebourg et seulement 7% pour François Hollande. Le jugement des Français toutes tendances confondues est encore plus tranché : 43% des sondés disent préférer le Premier ministre pour représenter le PS en 2017, loin devant Martine Aubry (24%), Arnaud Montebourg (14%), Ségolène Royal (11%) et François Hollande (5%). Ce n’est qu’auprès des sympathisants de gauche dans leur ensemble, extrême-gauche et Verts compris, que Manuel Valls est devancé par Martine Aubry (32% contre 38%). Ce qui ne change rien pour François Hollande, là encore crédité de seulement 5% d’avis favorables.

 

Croissance: une stagnation durable (Hollande)

Une stagnation durable (Hollande)

 

Finis  les grandes envolées sur la reprise, l’inversion du chômage  ou encore le réenchantement de la France de la part de Hollande. Lors d’une réunion à ‘OCDE il a admis que la stagnation pouvait être durable. Une évidence ! Il y aura environ 0.4% de croissance en France en 2014 et encore moins de 1% en 2015. Sur le long terme L’OCDE ne prévoit que 1.25% ; Pas de quoi résoudre le chômage et rétablir les équilibres financiers. Finalement Hollande prend de plus en plus une posture de commentateur un peu résigné même s’il chante encore hymne aux réformes (qu’il n’entreprend pourtant pas !).  Vendredi 17 octobre, les dirigeants des organisations économiques internationales au château de la Muette, siège parisien de l’Organisation de la coopération et du développement économiques (OCDE), a livré ce diagnostic décalé : « L’Europe n’a pas encore pris le chemin d’une croissance véritablement franche et durable. » Peu après, le président de la République est retourné sagement s’asseoir à côté de Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), qui, dix jours plus tôt, avait estimé à 40 % les risques de récession dans la zone euro, à 20 % – 30 % ceux de déflation. Mais, vendredi soir, l’humeur n’était pas au catastrophisme. Tout juste rentré du sommet Europe-Asie de Milan, le chef de l’Etat s’est montré plutôt optimiste au sujet de la crise ukrainienne. « Un accord sur le gaz est à portée de main et il y a des avancées sur le contrôle du cessez-le-feu », s’est-il félicité après avoir rappelé combien les incertitudes, notamment géopolitiques, « pèsent sur la croissance et finissent par perturber les marchés ».  Persuadé que « ce qui nous menace, c’est moins la déflation qu’une stagnation qui pourrait être durable », M. Hollande a redit qu’il travaillait « dans et pour la durée », c’est-à-dire « sans relâcher le mouvement ni ralentir le rythme des réformes », et que « ce qui compte, c’est la rapidité de leur mise en œuvre ».  Sur ce point, les convictions présidentielles rejoignent celles de l’OCDE. Dans une étude sur les réformes structurelles en France, l’institution ramène à 1,25 % la croissance potentielle (de long terme) française, histoire de tenir compte de gains de productivité et d’une compétitivité plus modestes.

 

 

Baisse des prix du pétrole durable ?

Baisse des prix  du pétrole durable ?

Conséquence de la crise mondiale, la demande de pétrole est relativement faible. Les prix pourrait remonter l’approche de  l’hiver mais demeurer sages sauf  pour de raisons liées à l’environnement géopolitique. Les cours du pétrole, tombés lundi sous les 100 dollars le baril, se rapprochent de niveaux susceptibles de fragiliser la situation financière de certains membres de l’OPEP, qui commencent à s’inquiéter de la surabondance de l’offre. Le cours du Brent est tombé lundi sous ce seuil de 100 dollars pour la première fois depuis 14 mois, affecté par les inquiétudes sur le rythme de la croissance économique mondiale et une offre jugée trop importante.  L’Arabie saoudite, principal exportateur de l’OPEP, est favorable à un cours évoluant autour de 100 dollars, un avis partagé par beaucoup des onze autres membres du groupe.  Des délégués de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ont déclaré lundi qu’ils ne s’alarmaient pas dans la mesure où la demande hivernale devrait soutenir les prix.  Le niveau de l’approvisionnement commence cependant à susciter des inquiétudes. « En ce qui concerne les craintes sur la baisse des cours du pétrole, c’est le résultat d’une faible demande et d’une offre excédentaire surtout en provenance des Etats-Unis et de la reprise des exportations de Libye, du Nigeria et de l’Iran », dit un délégué de l’OPEP. « Mais la géopolitique est là et l’hiver approche, ce qui devrait soutenir les cours ». Un autre délégué de l’OPEP juge que les cours étaient sous pression en raison de la surabondance de l’offre, ce que certains pays membres surveillaient.  L’essor de l’huile de schiste aux Etats-Unis fait gonfler l’approvisionnement mondial. Au sein de l’OPEP, la production libyenne a augmenté et les exportations irakiennes n’ont dans l’ensemble pas été affectées malgré les conflits, tandis que la production a augmenté au Nigeria et en Iran.  

 

Chômage : pas de baisse durable

Chômage : pas de baisse durable

On voit mal comment le chômage pourrait être en baisse durable compte tenu de la situation économique. « Deux exigences nous attendent » en 2014, a expliqué lundi le chef de l’Etat: « celle de faire reculer durablement le chômage » et « celle de renouer durablement avec la croissance ». Pour y arriver, le gouvernement mise sur sa politique de soutien public à l’emploi (contrats aidés et emplois d’avenir) et l’effet du crédit impôt compétitivité. En fait il est démontré que les emplois aidés se tassant en 2014 et la croissance n’étant pas au rendez-vous (+0.1 à 0.2% en 2013, +0.8% en 2014) , le chômage ne va pas baisser durablement mais au contraire croitre en 2014 comme l’a indiqué l’Insee dans ses dernières prévisions. De son coté, le   crédit impôt compétitivité ne pourra créer au mieux que 300 000 emplois sur plusieurs années. « Avec les emplois aidés qui vont être très concentrés sur la fin de l’année », il est « possible pendant quelques mois de stabiliser le chômage ou d’avoir une très légère baisse », souligne Marion Cochard, économiste à l’OFCE. Mais vu la faiblesse de la croissance, « pour avoir une vraie tendance à la baisse durable du chômage, il faudrait plus d’emplois aidés et surtout, il faudrait continuer à ce rythme tout au long de 2014, ce qui n’est pas prévu », note-t-elle. Confiant mais prudent, le ministre du Travail Michel Sapin a prédit que « le nombre des chômeurs continuera à diminuer dans les mois qui viennent » même s’il y a des mois « où ça repartira un peu à la hausse ».  Selon le ministre, il faudra attendre début 2014 pour juger l’engagement présidentiel: les chiffres de jeudi ne sont « pas les derniers » de l’année, ceux de décembre étant attendus fin janvier.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol