Archive pour le Tag 'du s'

Scandale McKinsey: rapport du sénat (extrait)

Scandale McKinsey: rapport du sénat (extrait)

 

L’ESSENTIEL

La crise sanitaire a mis en lumière l’intervention des consultants dans la conduite des politiques publiques. Ce n’était en réalité que la face émergée de l’iceberg : au quotidien, des cabinets privés conseillent l’État sur sa stratégie, son organisation et ses infrastructures informatiques. Peu connus du grand public, ils s’appellent Accenture, Bain, Boston Consulting Group (BCG), Capgemini, Eurogroup, EY, McKinsey, PwC, Roland Berger ou encore Wavestone et emploient environ 40 000 consultants en France. À l’initiative du groupe Communiste, républicain, citoyen et écologiste (CRCE), le Sénat a investigué pendant 4 mois sur l’influence des cabinets de conseil sur les politiques publiques, en utilisant les moyens de contrôle renforcés des commissions d’enquête parlementaires. Auditions Personnes entendues sous serment Questionnaires envoyés Documents recueillis et analysés Les travaux de la commission d’enquête révèlent un phénomène tentaculaire. Les cabinets de conseil interviennent au cœur des politiques publiques, ce qui soulève deux principales questions : notre vision de l’État et de sa souveraineté face à des cabinets privés, d’une part, et la bonne utilisation des deniers publics, d’autre part. Publiée pendant les travaux du Sénat, la circulaire du Premier ministre du 19 janvier 2022 sur l’encadrement des prestations de conseil est à la fois tardive et incomplète : l’objectif de réduction des dépenses (- 15 % pour le conseil en stratégie et en organisation en 2022) est peu ambitieux, alors que la transparence des prestations demeure la grande oubliée. –

UN RECOURS MASSIF ET CROISSANT AUX CABINETS DE CONSEIL : LES CONSULTANTS AU CŒUR DES POLITIQUES PUBLIQUES A.  PLUS D’UN MILLIARD D’EUROS POUR DES PRESTATIONS DE CONSEIL, UN « POGNON DE DINGUE »

 

En 2021, les dépenses de conseil de l’État au sens large ont dépassé le milliard d’euros, dont 893,9 millions pour les ministères et 171,9 millions pour un échantillon de 44 opérateurs. Il s’agit d’une estimation minimale car les dépenses des opérateurs sont en réalité plus élevées : si la commission d’enquête a interrogé ceux dont le budget était le plus important (Pôle emploi, Caisse des dépôts et consignations, etc.), l’échantillon ne représente que 10 % du total des opérateurs. Le recours aux consultants n’a pas commencé sous ce quinquennat, chacun gardant en mémoire la révision générale des politiques publiques (RGPP). Il a toutefois été croissant entre 2018 et 2021, comme le confirment les données de la direction du budget : les dépenses de conseil des ministères ont plus que doublé, avec une forte accélération en 2021 (+ 45 %). Évolution des dépenses de conseil des ministères (en millions d’euros) Au sein de cette enveloppe, les dépenses de conseil les plus stratégiques (445,6 millions d’euros) augmentent significativement : le conseil en stratégie et organisation a été multiplié par 3,7 depuis 2018 ; le conseil en stratégie des systèmes d’information par 5,8. – 9 – Près de 85 % des dépenses sont concentrées dans 5 ministères : Intérieur, Économie et Finances, Armées, Transition écologique, ministères sociaux. Répartition des dépenses les plus stratégiques des ministères (en %, 2021) En pratique, le recours aux cabinets de conseil est facilité par des accords-cadres, dont celui de la Direction interministérielle de la transformation publique (DITP) et de la centrale d’achat UGAP. Ces contrats mettent à la disposition des ministères un vivier de cabinets de conseil, dans lequel ils peuvent aisément piocher. B.

RECOURIR À DES CONSULTANTS EST DEVENU UN RÉFLEXE, Y COMPRIS POUR LES PRINCIPALES RÉFORMES DU QUINQUENNAT

Le recours aux consultants constitue aujourd’hui un réflexe : ils sont sollicités pour leur expertise technique – même lorsque l’État dispose déjà de compétences en interne – et leur capacité à apporter un regard extérieur à l’administration – par exemple pour des parangonnages internationaux (benchmarks). La force de frappe des cabinets de conseil s’adapte à l’accélération du temps politique : des consultants peuvent être mobilisés très rapidement pour répondre aux priorités d’un ministre ou d’un directeur d’administration centrale. Comme l’a souligné l’universitaire Julie Gervais, un cabinet international peut, en deux semaines, « être en mesure de produire un rapport de trois cents pages en allant puiser auprès de ses succursales aux États-Unis, en Suisse ou ailleurs ». En pratique, les consultants sont intervenus sur la plupart des grandes réformes du quinquennat, renforçant ainsi leur place dans la décision publique. En 2019, un cabinet d’avocats – Dentons – a même – 10 – participé à la rédaction de l’étude d’impact du projet de loi d’orientation des mobilités. …

Capitole : Le chef républicain du Sénat dénonce Trump

Capitole : Le chef républicain du Sénat dénonce Trump

 

 

Pour le chef de la majorité au Sénat américain, Mitch McConnell, Trump est directement responsable des événements du capitole. Il en est le principal instigateur «La foule était nourrie de mensonges. Ils ont été provoqués par le président et d’autres personnes puissantes », a déclaré McConnell dans un discours prononcé devant le Sénat.

Mercredi dernier, la Chambre des représentants américaine a destitué Trump pour la deuxième fois. Le Sénat n’a pas encore programmé de procès pour déterminer la culpabilité ou l’innocence de Trump.

McConnell a déclaré la semaine dernière qu’il écouterait les arguments présentés lors du procès du Sénat avant de décider comment voter sur l’accusation de destitution d’incitation à une insurrection qui a abouti au siège du Capitole.

Le leader démocrate au Sénat Chuck Schumer, qui est sur le point de devenir leader de la majorité au Sénat dans les prochains jours, a déclaré dans un discours au Sénat que Trump «est une menace pour notre ordre constitutionnel, qu’il soit en poste ou non».

Le mandat de Trump en tant que président se termine mercredi lorsque le président élu Joe Biden est assermenté.

Schumer a ajouté que si Trump était condamné, le Sénat voterait alors pour l’empêcher de se présenter à nouveau à la présidence.

Les partisans de Trump ont attaqué le Capitole le 6 janvier, retardant de plusieurs heures la certification de la victoire électorale de Biden en novembre, forçant les législateurs à se mettre en sécurité et entraînant la mort de cinq personnes, dont un officier de police du Capitole.

Croissance États-Unis : forte hausse du secteur manufacturier

Croissance États-Unis : forte hausse du secteur manufacturier

L’indice ISM manufacturier est ressorti en hausse à 59,3, (50 marque la frontière entre hausse et baisse) , un plus haut depuis novembre 2018, contre 55,4 le mois précédent. Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une progression plus bien modeste à 55,8.

Le sous-indice des nouvelles commandes a bondi à 67,9 en octobre, un plus haut depuis janvier 2004, après 60,2 le mois précédent.

Celui des prix acquittés est ressorti à 65,5, un niveau qu’il n’avait pas atteint depuis 2018, après 62,8 en septembre.

La composante de l’emploi s’est améliorée également, repassant en zone de croissance, à 53,2 contre 49,6 précédemment.

Une autre enquête sur l’activité manufacturière aux Etats-Unis, celle d’IHS Markit, montre que l’activité dans le secteur est remonté à son plus haut niveau depuis janvier 2019, à 53,4, contre 53,3 en première lecture et 53,2 en septembre.

L’Afrique du sud s’enfonce (S.P)

L’Afrique du sud s’enfonce (S&P)

 

Croissance en berne, déficit, inflation et corruption caractérise le gouvernement Zuma. Du coup,   l’agence de notation S&P Global Ratings sanctionne en  a abaissant  vendredi encore davantage la note de l’Afrique du sud en territoire spéculatif, estimant que les finances publiques s’étaient encore dégradées du fait de la faible croissance. La note est passée à « BB » après avoir déjà été abaissée à « BB+ » en avril dernier. « La faible croissance du produit intérieur brut a entrainé une nouvelle détérioration des finances publiques, allant au-delà de ce que nous prévoyions auparavant », a indiqué l’agence. « Nous pensons que le gouvernement va tenter d’introduire des mesures pour améliorer la situation budgétaire mais celles-ci pourraient ne pas être suffisantes pour stabiliser les finances publiques et pourraient affaiblir encore davantage la croissance à court terme », ajoute-t-on de même source. »A notre avis, les décisions économiques de ces dernières années se sont largement concentrées sur la redistribution plutôt que sur la croissance du revenu national. En conséquence, l’économie sud-africaine a stagné érodant la compétitivité internationale », assène encore l’agence. La perspective attribuée à la note est toutefois stable, ce qui implique que S&P Global Ratings ne devrait pas à nouveau l’abaisser prochainement. Sur fond de tensions politiques au sein du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), les piètres statistiques récurrentes de l’économie sud-africaine ont récemment fait chuter la confiance des patrons à son plus bas depuis la fin officielle de l’apartheid en 1994. Le ministre des Finances Malusi Gigaba a revu à la baisse fin octobre les prévisions de croissance du produit intérieur brut pour 2017 à 0,7% contre 1,3% initialement. Il a aussi annoncé que 15% des revenus de l’Etat seraient engloutis dans le paiement de la dette. Les mauvais résultats de l’économie sud-africaine, tout juste sortie de la récession cette année, sont largement imputés au président Jacob Zuma, accusé d’enrichir une élite corrompue plutôt que de prendre le parti d’une majorité noire en difficulté. Cette nouvelle baisse de la note fait craindre un exode des investissements étrangers, des coûts d’emprunt toujours plus élevés et une hausse de l’inflation.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol