Archive pour le Tag 'DSK'

Financement de la transition énergétique par le privé : du pipeau (DSK)

Financement de la transition énergétique par le privé : du pipeau (DSK)

DSK explique que financer la transition énergétique en ayant recours au secteur privé est selon lui une vue de l’esprit. « Il n’y a aucun espoir de pouvoir monter un co-investissement crédible et efficace avec le secteur privé », écrit-il, car « le secteur privé ne peut s’engager à aussi long terme (en 2020, ndlr, l’objectif de la COP 21 étant de mobiliser 100 milliards de dollars par an à cet horizon) ». « Si bien que ses promesses non tenues ne serviront qu’à justifier après coup pourquoi l’objectif de 100 milliards n’a pas été atteint ». Et il enfoncer le clou: « nous savons comment la conférence de Paris va finir. Au mieux, les membres vont s’engager à fournir un montant total de ressources budgétaires tentant d’atteindre 100 milliards. Mais les promesses ne sont que des promesses et dans les années à venir ces ressources si nécessaires partiront en fumée ou n’apparaîtront que grâce à d’ingénieux double-comptes ».  DSK propose donc une intervention publique. Il remet sur le tapis l’idée d’un « Fonds Vert pour le financement de la transition (énergétique, ndlr). Pour l’alimenter, il table sur deux mesures. La première est de créer une « taxe carbone progressive » dont il ne précise pas les modalités mais dont une partie ou la totalité des fonds iraient à ce fonds.  La deuxième est bien plus complexe et vise à notamment donner les ressources au pays en développement pour mener des projets de transition énergétique. Le FMI émettrait « une émission significative » de DTS (droits de tirage spécifique), une monnaie virtuelle basée sur le cours de quatre devises (euro, yen, dollars et livre) que le fonds utilise actuellement en interne pour sa comptabilité.  Concrètement, les DTS seraient fournis aux banques centrales des différents pays qui pourraient ensuite les échanger contre de devises réelles pour financer des projets de transition énergétique. Comme l’explique DSK, cette initiative revient en fait à créer de la monnaie via les banques centrales et ainsi à remplacer des engagements budgétaires par de la politique monétaire.  Une fois ce schéma expliqué, il balaie les potentielles critiques, venant du FMI, des ministres des Finances, des banquiers centraux ou des banques. Il évoque à la fin « les progressistes qui feront justement remarquer que l’allocation de DTS profitera plus aux économies avancées qu’aux économies émergentes et en développement parce que chaque pays recevra un montant proportionnel à sa quote-part (participation) du FMI ».

Un gouvernement sans vision (DSK)

Un gouvernement sans vision (DSK)

DSK revient dans le débat sans se faire d’illusions sur un éventuel retour politique. Il en profite pour faire une évaluation sans complaisance du gouvernement considérant que: « Ce gouvernement navigue à vue. (…) Il n’y a pas de vision ».  On ne peut lui donner tort tant  dans sur la gestion des questions économiques que sur les problèmes sociétaux. Le dernier exemple significatif étend sans doute la position très évolutive et approximative de hollande concernant la riposte apportée à l’État islamique. Dominique Strauss-Kahn se dit notamment inquiet pour la compétitivité de la France. Le couple franco-allemand ? Il le juge trop « faible ». Emmanuel Macron ? Il est « sympathique », mais « maladroit ». Les 35 heures ? Un « faux problème » pour l’ancien ministre de Lionel Jospin. L’écologie selon Ségolène Royal ? Pas convaincu non plus, trop « approximative ». , DSK reste très attaché au nucléaire.  Quant au PS, c’est fini, c’est un « astre mort ». Mais il reconnaît que faire de la politique aujourd’hui, c’est difficile. Ce qui frappe DSK, c’est le spectacle, la surmédiatisation. L’ancien président du FMI, récemment relaxé dans le procès du Carlton, prépare-t-il son retour ? Oui, mais pas en politique : « Je ne reviendrai jamais, a-t-il confié. Sauf s’il y avait un million de manifestants en bas de chez moi. » Il sait que son image est durablement abîmée : « J’ai pris trop de coups », explique DSK, conscient qu’il lui reste une vraie carte à jouer : son expertise économique. C’est ce retour-là qu’il prépare. Devenir une éminence grise. C’est déjà le rôle qu’il se donne en conseillant les gouvernements serbe et cubain.

Non au « diktat » allemand (DSK)

Non au « diktat » allemand (DSK)

DSK met les pieds dans le plat et dénonce l’attitude dominatrice allemande aussi le caractère illusoire de l’accord. De point de vue il est en phase avec le FMI en réclamant un abandon d’une  partie de la dette et en suspendant son remboursement pour un temps.   L’ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) critique violemment l’attitude des créanciers et le « contexte dans lequel ce diktat (l’accord entre l’Eurogroupe et la Grèce, Ndlr) a eu lieu » qui « crée un climat dévastateur ».  »Les conditions de cet accord, quant à elles, sont proprement effrayantes pour qui croit encore en l’avenir de l’Europe. Ce qui s’est passé pendant le week-end dernier est pour moi fondamentalement néfaste, presque mortifère », lance DSK.  S’il accorde un satisfecit à François Hollande qui « a tenu bon » et à Angela Merkel qui « a bravé ceux qui ne voulaient à aucun prix d’un accord », il s’en prend vertement à la « coalition des créanciers conduite par les allemands » qu’il accuse de vouloir « saisir l’occasion d’une victoire idéologique sur un gouvernement d’extrême gauche au prix d’une fragmentation de l’Union. »DSK met également en garde l’Allemagne sur son attitude qui risque d’exclure de l’euro les pays de l’espace méditerranéen :  »Pour survivre parmi les géants, l’Europe devra regrouper tous les territoires compris entre les glaces du Nord, les neiges de l’Oural et les sables du Sud. C’est à dire retrouver ses origines et envisager, à l’horizon de quelques décennies, la Méditerranée comme notre mer intérieure », écrit-il dans cette tribune publiée en anglais, allemand et en français. L’ancien directeur du FMI plaide également pour une Europe forte, pour ne pas devenir le « vassal » des Etats-Unis :  »Jamais le repli sur le Nord ne suffira à vous sauver. Vous, comme tous les Européens, avez besoin de l’ensemble de l’Europe pour survivre, divisés nous sommes trop petits. (…) L’enjeu est de taille. Une alliance de quelques pays européens, même emmenée par le plus puissant d’entre eux, sera peu capable d’affronter seule la pression russe et sera vassalisée par notre allié et ami américain à une échéance qui n’est peut être pas si lointaine. »

 

DSK revient pourquoi ?

DSK revient pourquoi ?

 

DSK à peine sorti du tribunal remonte la pente de la popularité. Il est maintenant nettement devant les principaux leaders  de la gauche sauf Valls ; Pourquoi ? Parce qu’il est exceptionnel sur le plan économique. Sans doute non (il a sa part de responsabilité dans le naufrage grec) mais parce que les autres sont complètement nuls. DSK possède certaines compétences, ce qui suffit à le distinguer de ceux qui n’en  ont pas du tout. Pas sûr cependant qu’il puisse revenir en politique car son image est affectée par ses turpitudes. Plus fondamentalement la France n’aime pas les économistes. Ils font peur alors on préfère en général des marchands d’illusion (et en 2017 on va être servi !).  Raymond barre, Michel Rocard, Pierre mendés France en ont fait l’expérience. D’après  un sondage Viavoice pour Libération.  À la question de savoir quelle personnalité ferait le meilleur candidat pour porter les couleurs de la gauche, 37% des sondés répondent volontiers DSK. Seul Manuel Valls fait mieux avec 47% des suffrages. Ce classement est complété par Ségolène Royal (32%), Martine Aubry (28%), Arnaud Montebourg (24%) et… l’actuel locataire de l’Élysée. François Hollande n’obtient que 23% d’opinions favorables. Chez les sympathisants de gauche, l’ancien patron du FMI n’arrive toutefois qu’en cinquième position loin derrière Manuel Valls et Martine Aubry. François Hollande se classe troisième, ex æquo avec Ségolène Royal. Pour le directeur de Viavoice, « ces résultats expriment avant tout un désir de rupture vis-à-vis de ce qui est ». Quelques jours après sa relaxe dans l’affaire du Carlton de Lille, Dominique Strauss-Kahn représenterait le candidat de la transgression dans un duel Nicolas Sarkozy-François Hollande que les Français veulent à tout prix éviter. D’autant que si 63% des Français désapprouvent la politique mise en œuvre par l’actuel gouvernement, près de la moitié d’entre eux (48%) estiment que les Républicains ne feraient pas mieux. Idem pour le Front national.

Présidentielle 2017: DSK devant Hollande !

Présidentielle 2017: DSK devant Hollande !

À la question de savoir quelle personnalité ferait le meilleur candidat pour porter les couleurs de la gauche, 37% des sondés répondent volontiers DSK. Seul Manuel Valls fait mieux avec 47% des suffrages. Ce classement est complété par Ségolène Royal (32%), Martine Aubry (28%), Arnaud Montebourg (24%) et… l’actuel locataire de l’Élysée. François Hollande n’obtient que 23% d’opinions favorables .(D’après un sondage Viavoice pour Libération. ).  Chez les sympathisants de gauche, l’ancien patron du FMI n’arrive toutefois qu’en cinquième position loin derrière Manuel Valls et Martine Aubry. François Hollande se classe troisième, ex æquo avec Ségolène Royal. Pour le directeur de Viavoice, « ces résultats expriment avant tout un désir de rupture vis-à-vis de ce qui est ». Quelques jours après sa relaxe dans l’affaire du Carlton de Lille, Dominique Strauss-Kahn représenterait le candidat de la transgression dans un duel Nicolas Sarkozy-François Hollande que les Français veulent à tout prix éviter. D’autant que si 63% des Français désapprouvent la politique mise en oeuvre par l’actuel gouvernement, près de la moitié d’entre eux (48%) estiment que les Républicains ne feraient pas mieux. Idem pour le Front national.

 

Sondage retour de DSK : 38% pour

Sondage retour de DSK : 38% pour

ADSK est encore sous le coup médiatique des « affaires » mais déjà 38% souhaitent déjà son retour. Le signe sans doute de ‘ l’indigence de l’offre politique actuelle sur le plan économique et social. . Dominique Strauss-Kahn suscite cependant des réactions contrastées. Un sondage* Elabe pour BFMTV révèle ainsi ce jeudi que Près de deux Français sur cinq (38%) souhaitent que Dominique Strauss-Kahn revienne dans la vie publique française. Mais ils sont donc aussi plus de 60% à ne pas le souhaiter.  Ils sont 13% à le souhaiter «tout à fait», et 25% «plutôt». 31% ne le souhaitent pas du tout et 30% plutôt pas (1% restant sans opinion). Dans le détail, les femmes sont moins nombreuses que les hommes à vouloir le retour de l’ancien patron du Fonds monétaire international (33% contre 44%). Sur l’échiquier politique, les sympathisants de gauche sont, eux, partagés quasiment à égalité : 49% souhaitent son retour contre 51% qui ne le veulent pas. Les personnes favorables à son retour sont 54% au seul Parti Socialiste. Elles sont 36% à droite, 44% au MoDem, 39% au FN. Mais, au global, une majorité de Français (54%) pense que celui qui a fait parler de lui sur Twitter en début de semaine ne reviendra pas dans la vie publique. Ce sondage paraît au lendemain d’une décision de justice favorable à DSK. Le parquet a annoncé mercredi qu’il ne ferait pas appel de la décision du tribunal correctionnel de Lille (Nord) dans le procès dit du Carlton, pour lequel Dominique Strauss-Kahn a obtenu la relaxe dans une affaire de proxénétisme aggravé. 12 des 13 accusés avaient été relaxés. L’association Le Mouvement du Nid, partie civile, a fait appel des dispositions civiles du jugement. En conséquence, le dossier ne sera rejugé par la cour d’appel de Douai (Nord) que sur ces dispositions civiles.

DSK : le retour en politique ?

DSK : le retour en politique ?

 

Incroyable mais vrai, le retour de DSK n’est plus impensable. Définitivement condamné il y a environ un an, aujourd’hui « presque » réhabilité pourquoi ? Tout d’abord la dernière affaire de fesses de DSK a fait pschitt. Un vrai flop pour les juges d’  instruction qui voulaient se faire un coup de pub. Pas brillant pour la justice qui aurait sans doute mieux à faire ailleurs ! Ensuite et surtout aujourd’hui en matière d’offre politique c’est le vide sidéral. Choisir entre Sarkozy, Hollande, Lepen ou Valls,  c’est de toute manière faire le choix de la médiocrité absolue, des marchands de rêves, aussi il faut bien le dire du vide intellectuel. Du coup DSK qui pas un  un modèle moral est pourtant encore soutenu par environ la moitié de la population après ses frasques ( dont certaines ont sans doute été provoquées mais il n’était pas obligé de tomber dans le piège). Pour un retour de DSK ? Parce cette médiocrité totale, cette incompétence générale, cette hypocrisie sur le plan politique conduit le pays dans le mur. DSK est sans doute un des rares à  posséder quelques compétences et une  vision cohérente de la crise. En dehors de lui, Il n’ya pas d’offre politique, uniquement des candidats au pouvoir dont le seul objectif est ensuite de se maintenir ? Les soutiens de DSK existent encore notamment le dernier président du Club DSK, qui a été dissous en août 2014, Gilles Saulière appelle à son retour.(’ Interview JDD°)

Quel est votre sentiment après la relaxe de Dominique Strauss-Kahn dans l’affaire du Carlton?
Je me dis surtout : « Quel gâchis… » Toutes ces années perdues à cause de polémiques stériles… On s’attendait grandement à cette décision, donc ce n’est pas non plus une surprise. Mais aujourd’hui, le mal est fait.

La France a-t-elle encore besoin de DSK?
Oui. Nous souhaitons qu’il revienne en politique. Son acuité est nette ; sa puissance de synthèse et sa vision du monde sont toujours extrêmement pertinentes. Il manque à la France. D’ailleurs, à part dans notre pays, il reste assez sollicité. Toutes les énergies sont bonnes à prendre et la sienne est de premier choix. Donc oui, ce serait bien s’il revenait aux

Pensez-vous qu’il le fera?
Ce choix appartient à lui seul. Il a dit qu’il ne le souhaitait pas. Mais tant que ce volet judiciaire était ouvert, il ne pouvait pas s’exprimer clairement sur ce qu’il avait envie de faire. Maintenant, cette page est derrière lui…

« DSK 2017″, vous y croyez?
La donne a changé par rapport à 2012, puisque nous avons aujourd’hui un Président de gauche. Dans l’esprit de la Ve République, il serait logique qu’il se représente. Surtout qu’il fait des efforts considérables pour remettre la France en ordre grâce à des préceptes que ne renieraient pas DSK. Je souhaite que Dominique Strauss-Kahn reprenne une action visible et claire. Il aurait sa place dans l’exécutif actuel, quelle que soit cette place.

Le club DSK, dissous l’an dernier, va-t-il revoir le jour?
Nous allons nous réunir rapidement, dès la semaine prochaine, entre anciens du club pour savoir ce que nous allons faire. On sera bien sûr sensible à que lui ou ses proches pourront dire…

Ces quatre dernières années laisseront tout de même des séquelles pour l’image de DSK dans l’opinion publique…
Il y aura toujours des gens pour dire qu’il n’y a pas de fumée sans feu, que c’est quelqu’un qui a des problèmes… Mais au final, les séquelles seront minimes. Je suis sûr qu’une majorité de Français est aujourd’hui favorable à son retour (44% selon un sondage paru en janvier dernier, Ndlr).

DSK Carlton : l’affaire pour amuser le peuple

DSK  Carlton : l’affaire pour amuser le peuple

 

Du pain et des jeux pour tenir le peuple en laisse, le pain manque alors il faut des jeux. Celui de la Saga DSK. Avec son procès du Carlton qui mobilise policiers, magistrats, médias, voyeurs et autres badauds. En fait tout cela pour rien si non pour combler l’ennui de quelques juges d’instruction dont les chefs disculpation sont inexistants pour ne pas dire surréalistes ; DSK n’est pas un saint, il ne revendique pas cette sainteté, il aurait pu s’éviter des frasques plus que critiquables. Pour autant l’accuser de proxénétisme aggravé en bande organisée relève la fantaisie la  plus pure voire de la fumisterie judicaire. Tout cela finira en eau de boudin et un événement effaçant une autre,  celui là, on oubliera. Ne subsisteront que les coté sulfureux qui amusent la galerie. Pendant ce temps des terroristes qui ont accaumlé Des condamnations sans faire de prison (ou seulement quelques mois) se baladent tranquillement et dans les banlieues. Normal, on manque de juges, de greffiers, de tout et surtout de discernement  Le procès pour l’affaire de proxénétisme dite du Carlton dans laquelle est poursuivi Dominique Strauss-Kahn s’est donc ouverte le 2 février à Lille. Treize personnes, dont l’ancien directeur du FMI, sont convoquées pour répondre de « proxénétisme aggravé en réunion » et une quatorzième pour « complicités d’escroqueries et d’abus de biens sociaux ». Il s’agit notamment de 3 dirigeants de l’hôtel de luxe lillois et de plusieurs compagnons de soirée de DSK. Le procès est programmé jusqu’au 27 février. L’ex-patron du Fonds monétaire international est présenté par les magistrats instructeurs comme le principal bénéficiaire et instigateur de soirées libertines qui se seraient tenues à Lille, Paris et Washington. Dominique Strauss-Kahn affirme ignorer que les participantes étaient des prostituées rémunérées. Terrassé au sommet de sa carrière politique par l’affaire du Sofitel de New York, l’ex-ministre socialiste va de nouveau devoir faire face à l’étalage en public de ses mœurs sexuelles. Le délit de proxénétisme aggravé en réunion a une définition juridique assez large, qui englobe bien au-delà du seul souteneur. Il est défini dans le code pénal par l’article 225-5 et les suivants, passible de 7 ans d’emprisonnement et 150.000 euros d’amende dans sa forme simple. Lorsqu’il est commis « par plusieurs personnes », la peine encourue est de 10 ans d’emprisonnement et de 1,5 million d’euros d’amende. Pour les législateurs, tombe sous le coup de la loi celui qui : aide, assiste ou protège la prostitution d’autrui ; en tire profit, en partage les produits ou reçoit les subsides d’une personne se livrant habituellement à la prostitution ; ou encore quelqu’un qui embauche, entraîne ou détourne une personne en vue de la prostitution, ou exerce sur elle une pression pour le faire. « Faire office d’intermédiaire entre deux personnes dont l’une se livre à la prostitution et l’autre exploite ou rémunère la prostitution d’autrui », est un cas assimilé au proxénétisme. La conviction des juges lillois est d’une part, que DSK ne pouvait ignorer que les filles qu’on lui présentait lors de parties fines étaient des prostituées rémunérées, au vu de leur attitude et de leur accoutrement ; d’autre part, que DSK était le « pivot central » ou encore le « roi de la fête » de ces soirées. En résumé, que sa venue entraînait le phénomène de prostitution. La ligne de défense de Dominique Strauss-Kahn a toujours été de dire qu’il ne savait pas que les jeunes femmes étaient rémunérées, et qu’il pensait assister à des soirées libertines.

Carlton-DSK : tout ce cirque pour quoi ?

Carlton-DSK : tout ce cirque pour quoi ?

 

On trouvera sans doute peu de personnes pour trouver des excuses à DSK à propos de ses frasques. Pour autant l’affaire du Carton de Lille sent  le coup monté médiatique. Sans approuver les faits, on peut s’étonner que cette histoire occupe la une de l’actualité. Un peu come si la justice voulait comme la politique se mettre en scène. La justice est paraît-il débordée (ce qui n’est pas faux quand on sait que certains dossiers politico financiers trainent depuis 20 ans !) mais là elle trouve temps pour  mobiliser police et justice pour une affaire de prostitution finalement assez banale. Il ya même fort à penser qu’en l’état des preuves tout finira en eau de boudin surtout pour DSK. Il ne s’agit pas de donner raison à DSK mais l’affaire ne mérite pas un tel cirque médiatique comme l’indique dalleurs un avocat d’as le JDD. A  moins que la justice ait voulu prouvé son autorité et son indépendance en tirant sur une ambulance. Si vraiment certains juges d’instruction disposent de temps libres qu’ils se focalisent par exemple sur les filières terroristes !

INTERVIEW – Éric Dupond-Moretti, avocat de David Roquet, poursuivi pour proxénétisme aggravé et escroquerie, estime que la présence de DSK parmi les 14 accusés pousse les juges à étendre « la notion de client à celle de proxénète ».

La cour d’appel a confirmé l’analyse des juges que vous avez combattue pendant trois ans. C’est donc bien le procès d’un proxénétisme mondain qui débute demain?
Au bénéfice d’un texte flou, on a étendu la notion de client à celle de proxénète. C’est une première en France! Tout cela parce qu’il s’agit de M. Dominique Strauss-Kahn. Il y a un proxénète revendiqué dans cette affaire, Dominique ­Alderweireld, qui vit dans un pays où les bars à hôtesses sont tolérés. Pour le reste, soyons sérieux : ces hommes sont avant tout des clients. Ils auraient ainsi favorisé, aidé, protégé la prostitution d’autrui… Ils risqueraient jusqu’à dix ans de prison. Il faut aller jusqu’au bout de cette logique : la patronne du café qui prépare un chocolat chaud tous les matins à une prostituée est donc une proxénète? Puisqu’elle permet à la dame d’exercer son métier dans de bonnes conditions…

Selon vous, les juges auraient renvoyé 14 personnes devant le tribunal pour « se faire » DSK?
Marcel, routier de son état, s’arrête sur un parking d’autoroute à proximité de Lille, il fait venir deux jeunes femmes qu’il rémunère et invite son copain Gaston à monter dans sa cabine. Quel juge va le mettre en examen pour proxénétisme? Aucun. Je crois que pour comprendre cette instruction, il faut quitter le domaine du droit.

Cette affaire ne se déroule pas sur un parking mais dans des palaces, entre Paris et New York. Une organisation plus sophistiquée, tout de même…
Parce qu’il y a plus d’argent. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une affaire de copains qui s’offrent du bon temps. Les juges avaient dans l’une des armoires de leur bureau la caricature de Dominique Strauss-Kahn. Mon client l’avait en ligne de mire pendant un de ses interrogatoires. On avait oublié de fermer la porte. Cela donne une idée de l’esprit dans lequel ont travaillé les magistrats. Oui, je pense qu’on veut « se faire » DSK. Et son entourage a été emporté avec lui dans cette folie.

«C’est le retour du puritanisme le plus abject»

Votre client David Roquet est concerné au premier chef puisqu’il a payé des prostituées, des chambres d’hôtel, des billets d’avion sur le compte de son entreprise.
Je réserve la défense de mon client pour le tribunal. Ce n’est pas très « tendance » mais je respecte la justice et le droit, moi. Je peux juste vous dire « qu’il a fait ce qu’il a fait » parce qu’il évoluait dans un milieu où « cela se faisait ». Il n’a pas inventé le recours aux escort-girls dans le secteur du bâtiment. Et pourtant il paie le prix fort. Le groupe Eiffage l’a licencié pour mettre un cordon sanitaire entre lui et l’entreprise. Quelle hypocrisie…

Quand l’affaire du Carlton éclate, Strauss-Kahn est déjà terrassé par les accusations de viol au Sofitel de New York. Pourquoi se serait-on acharné sur lui?
C’est le retour du puritanisme le plus abject. On a osé demander à David Roquet s’il avait une sexualité normale! Si l’on veut pénaliser le client en France, qu’on le fasse. Il y a des pays où c’est le cas. Mais pas la France. Pas encore. En attendant, ce n’est pas Mme Marcela Iacub* qui fait le code pénal.

Vous parlez beaucoup des clients. Mais ce procès n’est-il pas là aussi pour ces jeunes femmes contraintes de se prostituer pour vivre?
J’ai le respect de la personne humaine, autant que d’autres. Je fréquente suffisamment le malheur et la misère pour savoir que la prostitution n’est jamais un choix. On ne rêve pas de devenir prostitué. En revanche, je connais aussi des femmes, et je pense à l’une d’elles en particulier, une de mes clientes, qui, à d’autres métiers ingrats et payés au lance-pierre préfère vendre son corps. Nous sommes dans l’ère du victimaire et du compassionnel où l’on mélange tout. Les prostituées de l’affaire du Carlton sont majeures, ce sont elles qui acceptent ou non tel ou tel client, et elles négocient leur tarif. Plutôt bien d’ailleurs. Les juges lillois n’ont pas à aller très loin pour voir une prostitution beaucoup plus triste. Elle est au pied du tribunal, ils n’ont que 200 m à parcourir.

* Après une liaison avec Dominique Strauss-Kahn, l’écrivaine a publié Belle et Bête dans lequel elle le qualifie de « cochon ».

 

DSK- Carlton : Fillon et Sarkozy au courant avant la justice !

DSK- Carlton : Fillon et Sarkozy au courant avant la justice !

Une enquête que diffusera lundi soir Canal+ affirme que l’affaire du Carlton, dans laquelle est renvoyé Dominique Strauss-Kahn , a donné lieu durant 9 mois à des écoutes administratives autorisées par Matignon, avant le début de l’enquête judiciaire au printemps 2011. A partir de lundi, l’ancien patron du FMI comparaîtra, avec d’autres prévenus devant le tribunal correctionnel de Lille pour « proxénétisme aggravé ». L’information judiciaire dans cette affaire, qui porte au départ sur des faits de proxénétisme dans le nord de la France, a été ouverte le 28 mars 2011. Le nom de DSK n’est apparu que de manière fortuite dans la procédure. Mais, selon l’enquête de Vanina Kanban, diffusée dans le cadre de l’émission « Spécial investigation », des écoutes administratives avaient déjà eu lieu dans ce dossier entre juin 2010 et février 2011, avant l’instruction judiciaire, et avaient manifestement déjà fait apparaître le nom de l’ancien patron du FMI. La journaliste fait état de la circulation, en mars/avril 2011, dans les cercles du pouvoir d’une « clé USB » contenant des écoutes dans lesquelles il est question de « DSK » et de « prostituées », sur la base du témoignage d’un « policier de haut rang », filmé caméra cachée, voix déformée et visage flouté. Il raconte que le contenu de cette clé a circulé à Matignon. L’enquête journalistique tend à démontrer que la présence de DSK dans le dossier du Carlton était connue des plus hautes autorités de l’État, à savoir le président Nicolas Sarkozy et le Premier ministre François Fillon, bien avant que son nom n’apparaisse dans la presse en octobre 2011. Et bien avant le scandale du Sofitel de New York (mai 2011) qui anéantira l’ambition de Dominique Strauss-Kahn de briguer l’Élysée. Vanina Kanban a recueilli plusieurs témoignages corroborant l’existence de ces écoutes administratives, déclenchées à la suite d’un renseignement anonyme auprès de la police judiciaire de Lille sur la présence de prostituées dans un hôtel de luxe de cette ville.  Légalement, les écoutes administratives sont effectuées à la demande des ministres de la Défense, de l’Intérieur, des Douanes après autorisation écrite du Premier ministre. Elles sont détruites ainsi que leur transcription, après un laps de temps, et ne sont pas communiquées au juge. Elles sont réalisées dans 5 cas : sécurité nationale, prévention du terrorisme, prévention de criminalité et délinquance organisée, sauvegarde d’éléments essentiels du potentiel scientifique et économique, prévention de la reconstitution ou du maintien des groupes de combat et milices privées dissous. Interrogé dans le documentaire, l’avocat François Saint-Pierre estime que pratiquer ces écoutes dans une affaire de prostitution est « illégal » et « peut mettre en cause la validité du procès ».

DSK – Carlton Lille:  » du bon temps »(Dupond-Moretti)

DSK – Carlton Lille:  » du bon temps »(Dupond-Moretti)

Dans l’affaire DSK du Carlton de Lille L’avocat Éric Dupond-Moretti, estime que les juges se servenet surtout du non de DSK pour étayer leur accusations. Il n’a sas doute pas tort car sil n’y avaiat pas eu laffaire de New-York, cette histoire n’auraiat jamais émergé , il est même vraisemblable que la justice n’auraiat pas levé le petit doigt si DSK avait été élu président de la république. Il suffit pour s’en persuader de constater que la plupart de affaires politico-financières ont presque toutes été enterrées et que certaines trainent encore 20 ans après les faits. La justice eset implacables vis à vis des perdants !  Dupont Moretti avocat de David Roquet, ex-patron d’une filiale d’Eiffage, renvoyé en correctionnelle pour proxénétisme aggravé, escroquerie et abus de confiance dans l’affaire du Carlton de Lille, estime que la présence de DSK parmi les 14 accusés pousse les juges à étendre « la notion de client à celle de proxénète ».

 

 

intreview JDD.

La Cour d’appel a confirmé l’analyse des juges que vous avez combattue pendant trois ans. C’est donc bien le procès d’un proxénétisme mondain qui débute demain?
Au bénéfice d’un texte flou, on a étendu la notion de client à celle de proxénète. C’est une première en France! Tout cela parce qu’il s’agit de M. Dominique Strauss-Kahn. Il y a un proxénète revendiqué dans cette affaire, Dominique Alderweireld, qui vit dans un pays où les bars à hôtesses sont tolérés. Pour le reste, soyons sérieux : ces hommes sont avant tout des clients. Ils auraient ainsi favorisé, aidé, protégé la prostitution d’autrui… Ils risqueraient jusqu’à dix ans de prison. Il faut aller jusqu’au bout de cette logique : la patronne du café qui prépare un chocolat chaud tous les matins à une prostituée est donc un proxénète? Puisqu’elle permet à la dame d’exercer son métier dans de bonnes conditions…

Selon vous, les juges auraient renvoyé 14 personnes devant le tribunal pour « se faire » DSK?
Marcel, routier de son état, s’arrête sur un parking d’autoroute à proximité de Lille, il fait venir deux jeunes femmes qu’il rémunère et invite son copain Gaston à monter dans sa cabine. Quel juge va le mettre en examen pour proxénétisme? Aucun. Je crois que pour comprendre cette instruction, il faut quitter le domaine du droit.

Cette affaire ne se déroule pas sur un parking mais dans des palaces, entre Paris et New York. Une organisation plus sophistiquée tout de même…
Parce qu’il y a plus d’argent. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une affaire de copains qui s’offrent du bon temps. Les juges avaient dans l’une des armoires de leur bureau la caricature de Dominique Strauss-Kahn. Mon client l’avait en ligne de mire pendant un de ses interrogatoires. On avait oublié de fermer la porte. Cela donne une idée de l’esprit dans lequel ont travaillé les magistrats. Oui, je pense qu’on veut « se faire » DSK. Et son entourage a été emporté avec lui dans cette folie

DSK : ses affaires, ça baigne

DSK : ses affaires, ça baigne

 

En voilà au moins un qui sait gérer …ses intérêts. DSK réussit tout ce qu’il entreprend dans la finance ; On se met à rêver : fallait-il à l’Elysée un incompétent honnête comme Hollande  ou un libertin efficace comme DSK. Plus le temps va passer et ^plus le questionnement prendre de la résonance. En tout cas compte tenu de son savoir faire, Hollande ne fera jamais payer se éventuelles conférences plus de 10 000 euros et encore ce sera bien payé ! Les conseils de Dominique Strauss-Kahn , eux, valent de l’or. Selon Capital.fr, le chiffre d’affaires de la société Parnasse, qu’il a créée en 2012 pour vendre ses conseils et monétiser ses conférences, s’est élevé à 2,55 millions d’euros l’année dernière. Impôts et charges déduits – le chauffeur de DSK lui a notamment coûté un peu plus de 18.000 euros l’année dernière -, la société Parnasse a dégagé un bénéfice d’un peu plus de 766.000 euros en 2013, sur lequel DSK s’est versé 700.000 euros de dividendes.  Il faut dire que Dominique Strauss-Kahn facture ses interventions à prix d’or: toujours selon le site internet, le tarif oscille entre 50.000 euros et 150.000 euros la demi-heure. Ces tarifs n’ont pas rebuté les clients. Entre autres, une société internet chinoise, un groupe de média coréen ou encore le gouvernement serbe, se sont déjà offerts ses services. Ces dividendes sont par ailleurs loin de constituer la seule source de revenu de Dominique Strauss-Kahn. L’ancien directeur du FMI s’est parallèlement lancé dans plusieurs autres projets financiers. Il a ainsi fondé en septembre dernier une banque d’affaires avec le financier franco-israélien Thierry Leyne. Baptisée LSK, cette société est présente dans la gestion d’actifs, le capital-risque, l’assurance et l’intermédiation financière. Il détient environ 20% de cette structure, valorisée en Bourse 57 millions d’euros, via sa société Parnasse. DSK détient par ailleurs 18% d’un fonds d’investissement, le DSK Global Investment Fund, créé en mars avec le même Thierry Leyne, et qu’il cogère avec sa fille Vanessa, professeur d’économie à l’ESCP

 

DSK de retour dans les affaires

DSK de retour dans les affaires

 

Si DSK a hypothéqué sa carrière politique par contre il réussit dans le business. La banque luxembourgeoise dont il est le président, LSK&Partners, a annoncé ce 20 mars que l’ex-directeur général du FMI est actuellement en tournée en Chine pour lever 2 milliards de dollars (1,4 milliard d’euros) pour créer un hedge fund dédié à la macro-économie. « La Chine joue et jouera un rôle de premier plan dans ce fonds », a indiqué Mohamad Zaida, le directeur général de LSK&Partners, précisant que ce fonds attendait les autorisations nécessaires du Luxembourg avant de pouvoir commencer à collecter les fonds. La Chine abritait quelque 643.000 millionnaires en 2012, selon un rapport. Le pays est de ce fait vu comme une source de financement majeure pour de véhicules d’investissement alternatifs de type hedge funds.  Dominique Strauss-Kahn dirigera ce fonds avec sa fille Vanessa Strauss-Kahn, une économiste qui enseigne entre autres à l’ESCP Europe, a précisé Mohamad Zaida. Depuis qu’il a quitté la direction du FMI en 2011 en raison des accusations d’agression sexuelle pesant sur lui, « DSK » conseille de nombreux gouvernements étrangers, notamment la Serbie ou le Soudan du Sud. Il assiste également plusieurs entreprises, telles que la Banque russe de développement des régions, le Russian Direct InvestmentFund, la National Credit Bank ou un consortium de banques marocaines.

Sondage : DSK le plus compétent

Sondage : DSK le plus compétent

 

DSK plus compétent que Hollande, on s’y attendait mais aussi plus compétent que toues les autres politiques. C’est l’histoire d’une enquête commandée par Le Parisien magazine, pour son numéro du week-end dernier. Le document a été édité en bonne et due forme par l’institut BVA. Ses résultats, aussi inattendus que spectaculaires, ont tellement surpris ses commanditaires qu’ils ont fini par renoncer à les publier.  Compte tenu du niveau d’impopularité du gouvernement, il était question de comparer quatorze personnalités politiques de premier ordre à François Hollande, afin de savoir si elles feraient mieux que lui à sa place. Et pour la première fois dans ce type d’enquête, un nom a été proposé en plus des habituelles têtes de série. Et il est arrivé en tête.  Le résultat est étonnant ! L’ancien patron du FMI bat tous ses rivaux : les personnes interrogées estiment à 56% qu’il ferait plutôt mieux que François Hollande, crédité de 34% seulement. Alain Juppé arrive en deuxième position avec 53%. Suivent Nicolas Sarkozy et Manuel Valls, loin derrière, à 49 et 48%.  Les autres personnalités, les Fillon, Borloo, Bayrou et Aubry sont toutes devancées par l’actuel président, ce qui est un signe encourageant pour lui.  C’est la première fois que le nom de DSK était testé sur le grand public à la faveur d’un tel sondage. BVA l’a ajouté dans la liste habituelle, tout simplement parce qu’il était spontanément remonté dans les réponses lors de précédentes enquêtes.  Et c’est un retour gagnant en haut de l’affiche, alors même que Dominique Strauss-Kahn est sorti du jeu politique, et n’en a pas encore fini avec son agenda judiciaire et un procès à venir dans l’affaire du Carlton de Lille.  La direction du Parisien magazine revendique un choix éditorial, estimant que ce n’était pas possible de publier ce sondage, parce, selon elle, il aurait fallu dans un même temps poser la question : «  êtes-vous pour ou contre le retour de DSK ?  » L’enquête a donc été jugé trop politicienne et peu digne d’intérêt.  Elle renseigne pourtant en creux sur un désir de compétence au plus haut niveau, qui serait exprimé par les Français, malgré les affaires en cours, ou celles du passé. Le plus étonnant est que des personnalités strausskahniennes ont quand même été appelées au téléphone par les journalistes de la rédaction afin de recueillir leur sentiment, leurs réactions à ce qui ressemblait à un début de résurrection de celui qui, il n’y a pas si longtemps, n’émargeait plus qu’à la chronique faits divers. Peine perdue, puisque le sondage scoop de BVA a été enterré entretemps. Ce qui a surpris les amis de Dominique Strauss-Kahn. Oui. Il a été réalisé dans les règles de l’art. Et le patron de l’institut BVA n’en revient pas lui-même, il s’est d’ailleurs refusé à tout commentaire. Ce petit arrangement avec la réalité a fait sourire Dominique Strauss-Kahn, qui de toute façon a choisi de ne plus réapparaitre jusqu’à son procès. Le plus étonnant, dans un contexte de défiance générale, est que DSK rejaillit comme l’homme providentiel, le meilleur pour sortir le pays de la crise. La bête n’est toujours pas morte. Et la politique n’est décidément pas une science exacte.

DSK crée LSK, une banque d’affaires

 

DSK crée LSK, une banque d’affaires

DSK revient aux affaires, financières pas politiques. LSK, tel est le nouvel acronyme qui sera associé à DSK. L’ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) va en effet devenir banquier d’affaires en prenant la tête de la société financière luxembourgeoise Anatevka, cotée à la Bourse de Paris. A cette occasion, cet établissement fondé en 1994 par le financier Thierry Leyne, va être rebaptisé Leyne, Strauss-Kahn & Partners, LSK donc, selon un communiqué publié mercredi. Dominique Strauss-Kahn sera officiellement adoubé le 18 octobre prochain lors d’une Assemblée générale. Ce jour-là il deviendra président du conseil d’administration de LSK. La société, qui est calquée sur le modèle des banques d’investissement anglo-saxonnes, est présente dans la gestion d’actifs, le capital risque, l’assurance et l’intermédiation financière. Elle a fait son entrée en mars à la Bourse de Paris et y est valorisée à 50,24 millions d’euros.  »Grâce à sa vision globale et son expertise unique, nous allons développer un pôle de banque d’affaires, tout en privilégiant notre culture entrepreneuriale internationale », s’est réjoui Thierry Leyne, cité par le communiqué.Ce pôle regroupera le conseil aux Etats, aux sociétés et aux entrepreneurs pour leur développement stratégique international, leur financement, la restructuration de leur dette et les acquisitions et cessions d’entreprises, précise le groupe, qui compte une centaine de collaborateurs répartis dans six pays (Luxembourg, Belgique, Monaco, Israël, Suisse et Roumanie). Reste que l’ancien ministre français de l’Economie est toujours poursuivi dans le cadre de l’affaire dite du Carlton de Lille, dans laquelle il est renvoyé devant la justice pour « proxénétisme aggravé ». Cela n’empêche pas DSK de cumuler les responsabilités en cette rentrée 2013. Mi-septembre, il a accepté de conseiller le gouvernement serbe pour l’aider à sortir du marasme d’une économie moribonde. En juillet dernier, il avait déjà été nommé membre du conseil de surveillance de deux institutions financières détenues à majorité par les pouvoirs publics russes : le Fonds russe des investissements directs (RDIF) et la Banque russe de développement des régions (BRDR), contrôlée par le pétrolier Rosneft. DSK est, cette fois, de retour aux affaires.

 

DSK conseiller de gouvernements

DSK conseiller de gouvernements

DSK bientôt conseiller de Hollande ( ce dernier aurait pourtant besoin de conseils)  ? sans doute pas mais ses compétences sosnt utilisées ailleurs notammenet en Serbie ! L’ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) a accepté de devenir un des conseillers du gouvernement serbe dans le domaine des finances, a déclaré vendredi le vice-Premier ministre serbe Aleksandar Vucic. « Nous avons un accord de principe et il ne reste qu’à résoudre des détails techniques », a-t-il dit à l’AFP. Dominique Strauss-Kahn doit se rendre à Belgrade la semaine prochaine. La veille, Aleksandar Vucic avait précisé, dans une interview à la télévision d’Etat serbe (RTS) que DSK « sera un des conseillers du gouvernement ». Il assistera le ministre des Finances, moi-même et le Premier ministre » Ivica Dacic, a-t-il affirmé. DSK « va aider la Serbie à reprogrammer sa dette. Il n’a pas été particulièrement content lorsqu’il a vu l’état de nos finances, mais il a déjà proposé des solutions », a-t-il précisé.Dominique Strauss-Kahn a démissionné de son poste au FMI en 2011 après avoir été accusé de viol par une femme de chambre à New York. Mais Aleksandar Vucic a assuré qu’il n’entendait pas se prononcer sur la vie privée de Dominique Strauss-Kahn. « Je m’intéresse à l’expert, à l’homme qui pourrait aider la Serbie », a-t-il dit.Dominique Strauss-Kahn a assuré fin juillet, dans un entretien à la télévision russe Rossia 24, que la politique était « du passé » et qu’il souhaitait désormais se consacrer à ses nouvelles fonctions de conseil. « Aujourd’hui j’oeuvre en tant que conseiller de gouvernements et de grandes entreprises dans de nombreux pays, dans tous les coins du monde : en Russie, en Afrique, en Amérique latine », avait-t-il expliqué. En juilllet, DSK avait été nommé membre du conseil de surveillance de deux institutions financières détenues à majorité par les pouvoirs publics russes : le Fonds russe des investissements directs (RDIF) et la Banque russe de développement des régions (BRDR), contrôlée par le pétrolier Rosneft.

DSK : « la gestion de la crise en Europe est une catastrophe »

DSK : « la gestion de la crise en Europe est une catastrophe »

 

Plus de deux ans après l’affaire du Sofitel de New York, l’ancien patron du FMI livre, dans une interview à CNN, son point de vue sur la situation économique. Dans cet entretien en anglais avec le journaliste Richard Quest, DSK se penche notamment en profondeur sur le patient « Europe ». Et montre au passage des velléités quant au rôle qu’il pourrait jouer sur le Vieux Continent. Morceaux choisis. « Les Européens ne parviennent pas à faire ce qu’ils devraient faire : restructurer. (…) Je ne suis pas si loin de penser que l’Europe rate sa gestion de la crise. Franchement, tout le monde sait qu’en l’entreprise, lorsque vous avez une perte, vous devez l’assumer, puis repartir de l’avant. Or, depuis le début de la crise, ce que les Européens ont essayé de faire c’est juste de gagner du temps, pour des raisons politiques, de repousser les pertes (…). Ils sont incapables d’avoir un plan pour l’avenir. Ils essaient juste d’acheter six mois, puis six autres mois, et c’est une catastrophe au bout du compte, car aujourd’hui le coût est beaucoup plus élevé. ». « Le principal problème est que l’Europe n’est plus concurrentielle. (…) Les dirigeants ne sont pas à la hauteur. La plupart d’entre eux ne comprennent pas vraiment ce qu’est la mondialisation. Ils ont été éduqués, formés, ils ont eu une vie politique dans un seul pays, et ils ne se rendent pas compte que l’Europe n’est pas très grande, qu’une petite partie du monde. (…) Il y a une crise de leadership en Europe. Vous savez, il y a un dicton arabe qui dit qu’une armée de lions menée par des moutons sera toujours vaincue par une armée de moutons menée par un lion. Nous en sommes là en Europe (…). Le système européen est construit de manière à ce qu’aucune décision difficile ne puisse être prise. » « Au FMI, nous avons sous-estimé un paramètre : l’effet de l’austérité sur la croissance. Le résultat est que ce qui a été demandé à la Grèce sur les efforts budgétaires a eu plus d’effet négatif sur la croissance que nous l’attendions. (…) Dans le même esprit, Chypre est une autre catastrophe. Comment pouvez-vous espérer que l’économie chypriote redémarre alors que vous paralysez toutes les entreprises en bloquant l’argent ? » « Je pense que la situation est très difficile et je pense qu’il fait de son mieux (…). Maintenant, et je ne veux pas être prétentieux en l’affirmant, il faut que les leaders européens comprennent qu’ils ne peuvent pas résoudre leurs problèmes en restant isolés. C’est vrai pour Merkel, c’est vrai pour Hollande, c’est vrai pour les Italiens, c’est vrai pour Cameron, c’est vrai pour chacun d’entre eux, l’approche de Michel Barnier est inefficace (…). Or le système bancaire en Europe est malade, très malade même. Beaucoup plus que les gens ne le pensent. Le système doit être profondément nettoyé pour que la croissance puisse revenir. Et la plupart des dirigeants sont incapables de prendre cette décision. ».

 

DSK nommé dans une banque russe

DSK nommé dans  une banque russe

Dominique Strauss-Kahn va entrer dans le conseil de surveillance de la Banque russe de développement des régions (BRDR), une institution financière contrôlée par le géant russe du pétrole Rosneft, a annoncé vendredi l’établissement. L’ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) fait partie de la nouvelle composition de cette instance, remaniée à la suite d’un changement de stratégie décidé par Rosneft.  Le groupe pétrolier public, dirigé par le controversé Igor Setchine, un proche du président Vladimir Poutine, détient 85% de la BRDR. Rosneft avait indiqué en novembre vouloir transformer l’établissement en une « Rosneft Bank » afin de financer ses projets internationaux mais a annoncé vendredi avoir renoncé à cette idée. Après analyse de la situation, Rosneft préfère se concentrer sur le développement de BRDR en tant que banque d’affaires et de détail », précise le groupe dans un communiqué. Créée en 1995, la BRDR se classe 62e banque en Russie en termes d’actifs, qui s’élevaient fin 2012 à 99,8 milliards de roubles (2,3 milliards d’euros). Elle a dégagé en 2012 un bénéfice de 211,4 millions de roubles (4,9 millions d’euros), divisé par huit par rapport à 2011. Pour la transformer, Rosneft avait engagé à l’automne trois cadres dirigeants de la prestigieuse banque d’affaires américaine Morgan Stanley : Rair Simonian, Elena Titova et Walid Chammah, qui avaient intégré le conseil de surveillance de la BRDR. Ces derniers ont décidé de démissionner de cette instance, d’où son changement de composition. Elena Titova a également quitté son poste de présidente de la banque et est remplacée par Dina Malikova, jusqu’alors vice-présidente. Rosneft, détenu à 69% par l’Etat russe, est devenu cette année le premier groupe pétrolier coté en Bourse dans le monde grâce à l’acquisition de son concurrent TNK-BP , valorisé 55 milliards de dollars.

DSK : la fin des paradis fiscaux, du pipeau !

DSK : la fin des paradis fiscaux, du pipeau !

Dominique Strauss-Kahn a éreinté tour à tour mercredi, sans jamais les nommer, François Hollande, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel lors d’une audition très controversée au Sénat sur la finance. Auditionné en tant qu’ex-ministre de l’Économie et ancien directeur général du FMI, M. Strauss-Kahn a donné une leçon de finance durant une heure et quart sur le rôle des banques dans l’évasion fiscale.  Il a réserve ses premières piques au président François Hollande. « Le système (financier) fonctionne mal. Mais le point sur lequel je voudrais insister c’est que, de mon point de vue, incriminer la finance dans le désastre économique que nous vivons en Europe en général et en particulier dans notre pays, a pour moi à peu près la même pertinence qu’incriminer l’industrie automobile quand on parle des morts sur la route », a lancé l’ancien ministre socialiste dans son propos liminaire.  Dans son grand discours de lancement de campagne présidentielle, au Bourget, en janvier 2012, le candidat socialiste François Hollande avait lancé: « Mon adversaire, c’est le monde de la finance. »  La taxe sur les transactions financières chère à la France et à M. Hollande ? « C’est une vaste illusion. Tout ça ne va nulle part à la plus grande satisfaction de ceux d’ailleurs qui craignent qu’on attaque vraiment le problème », a estimé Dominique Strauss-Kahn, soulignant que la finance redouble d’innovations qui lui permettraient de contourner une telle taxe.   »Tout ça, à mon avis, est un faux débat qui ne serait pas grave si le temps qu’on passe sur un faux débat n’empêchait d’avancer sur les vrais débats », a-t-il encore fustigé.  Quant aux discours sur l’harmonisation fiscale et les paradis fiscaux tenus par les dirigeants européens: « Je crains que ce qui a été dit récemment sur les paradis fiscaux ne connaisse le même sort que les déclarations d’un président de la République antérieur, à la suite d’un G8 ou d’un G20 je ne sais plus, et qui était sorti en expliquant que +c’était la fin , ils étaient morts+. Malheureusement, ça ne s’est pas exactement passé comme ça », a-t-il ironisé.  La chancelière Angela Merkel n’a pas été épargnée: « Il y a de très très grands pays européens qui ont de très très gros problèmes avec leurs banques régionales mais qui mettent la poussière sous le tapis parce que c’est le régulateur et le superviseur nationaux qui surveillent. Ils ne veulent absolument pas qu’une supervision supra nationale se mette en oeuvre », a taclé l’ex-patron du FMI.   »M. Strauss-Kahn n’appartient plus à la rubrique politique », a critiqué la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.  Son de cloche identique à droite où on déplore que l’ex-ministre de l’Économie ait été invité par le Sénat.   »Il aurait été raisonnable de sa part de ne pas venir et il aurait été raisonnable de ne pas l’inviter », a jugé le sénateur UMP et ex-ministre de la Défense Gérard Longuet.  Pour Christian Estrosi, député-maire de Nice, auditionner DSK n’est « pas normal », « pour des raisons morales ».  Alors que son arrivée avait été discrète, M. Strauss-Kahn est ressorti du palais du Luxembourg par le perron d’honneur, devant les appareils photo et les caméras de télévision, mais sans faire de déclaration.  DSK a plaidé pour que soit associé à la rémunération des banquiers et traders un risque et pour une meilleure formation des régulateurs du secteur. « Le gendarme n’est pas assez armé. Les superviseurs sont nuls », a fustigé l’ex-patron du FMI. Il a ensuite ressorti la métaphore sur l’automobile: « Ce n’est pas avec une Clio qu’on va rattraper une Ferrari. Si on veut surveiller, il faut les bons hommes et la compétence », a-t-il ironisé.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol