Archive pour le Tag 'Drones'

Technologie – : La révolution économique par les drones ?

Technologie – : La révolution économique par les drones ?

 

 Parmi toutes les technologies qui ont émergé ces dernières décennies, celle du drone va avoir le plus important impact. Bien qu’encore à leurs balbutiements par rapport à d’autres technologies émergentes, les véhicules aériens sans pilote (UAV) vont trouver rapidement une utilisation dans la construction, la photographie, l’agriculture, la défense et de nombreuses autres industries. Par Xavier Dalloz, consultant spécialisé dans les nouvelles technologies.(dans la Tribune).

Un article intéressant à lire mais sans doute un peu optimiste et très excessif quant à la révolution économique produite par les drones. D’autres technologies comme l’intelligence artificielle en particulier sont autrement structurantes. Se pose aussi pour le transport par drones la question très complexe de la gestion de l’espace. C’est d’ailleurs la même problématique pour une éventuelle explosion du transport de personnes par le mode aérien individuel ou collectif. NDLR

La distribution de médicaments par drone aidera le NHS Scotland à fournir une meilleure assistance aux résidents ruraux. L’objectif est de transporter des échantillons de laboratoire, de produits sanguins, de chimiothérapie et d’accélérer le diagnostic et le traitement des problèmes médicaux. (Crédits : Reuters)

La France doit jouer le rôle de leader du marché des drones qui devrait atteindre 100 milliards de dollars avant 10 ans.

Par exemple :

  • Agriculture : les drones augmentent le rendement des cultures en fournissant une surveillance et une lutte antiparasitaire ciblées avec précision
  • Exploitation minière : intégrée à toutes les facettes des opérations, de la cartographie aux inspections de l’équipement et des routes, en passant par l’analyse des explosions et les évaluations des stocks
  • Infrastructure critique : fournissant une surveillance périmétrique et des inspections des installations en temps réel, ainsi qu’une détection précoce des dangers tels que les fuites de gaz.
  • Le fait de pouvoir voir une maison à une hauteur de 100 mètres donne aux acheteurs une perspective supplémentaire et, dans de nombreux cas, cette valeur ajoutée amène davantage d’acheteurs potentiels à visiter la maison. Il existe de nombreux autres exemples de marchés émergents comme celui-ci, notamment la livraison de produits médicaux.
  • Des travaux dangereux, en particulier des inspections d’infrastructures, sont effectués par des drones commerciaux utilisant une imagerie haute résolution intégrant de l’intelligence artificielle permettant de détecter les problèmes de loin.
  • Les compagnies d’assurance utilisent des drones pour collecter des images et des données sur les sites de sinistres sans envoyer des experts sur les lieux.

Un bon exemple, la livraison des colis

Le meilleur exemple de l’utilisation de drones est la livraison des colis. Cette livraison par drone va réduire d’une façon significative les coûts de livraison, n’ayant pas de frais de chauffeur ou de camion, éliminant les coûts de congestion, ayant moins de livraisons manquées en raison du délai très court, environ 30 minutes entre l’expédition et la livraison de l’article. Ce marché dépassera 30 milliards d’euros d’ici 2027.

La livraison par drone va donc être au cœur de la prochaine étape de la transformation du commerce.

On peut résumer ces étapes de la façon suivante :

  • La Poste
    • La Poste a permis l’émergence des catalogues papiers dans les campagnes
  • Le chemin de fer
    • Le chemin de fer a permis l’émergence des grands magasins à proximité des gares
  • La voiture
    • La voiture et son coffre ont permis l’émergence des hypermarchés avec leurs parkings (no parking, no business)
  • L’Internet
    • Internet a permis l’émergence du commerce électronique
  • Le smartphone
    • Le smartphone a permis l’émergence du commerce ATAWAD
  • LUAV (notamment les drones).
    • L’UAV (véhicule aérien sans pilote) va donner naissance au commerce qui vient à moi là où je le souhaite. C’est un commerce qui répondra à des attentes latentes basées sur le résultat.

Voici quelques avantages concurrentiels de ce nouveau commerce :

  • Les drones aident les entreprises à se concentrer sur la personnalisation en tenant compte des exigences de chaque client et à améliorer le niveau de service client en livrant le bon produit au bon endroit au bon moment.
  • Le nombre et la taille des entrepôts sera les technologies permettant un accès plus facile aux clients et des méthodes de prévision de la demande plus efficaces..
  • L’utilisation des imprimantes 3D va augmenter, et l’accessibilité de ces systèmes sera plus facile. Chaque maison avec ces appareils sera une petite usine. Les gens peuvent produire certains des produits dont ils ont besoin chez eux en fonction de leurs besoins spécifiques.
  • Étant donné que la production devient plus facile et que le transport s’accélère, le besoin d’entrepôts sera considérablement réduit.
  • Les recherches montrent que 30 % de la consommation d’énergie d’un entrepôt consiste en l’éclairage. Les implications des technologies robotiques dans l’entreposage et la production, il y aura moins besoin pour les systèmes d’éclairage et de chauffage/refroidissement.

 

L’innovation de rupture la plus intéressante est celle des autoroutes pour drones, des taxis volants et des vertiports. Par exemple :

  • Le projet Skyway, 164 miles (265 km) d’autoroutes de drones, reliera des villes et des villages, dont Cambridge et Reading. Les lois actuelles exigent que les drones soient pilotés par un pilote humain, cependant, Skyway utilisera une nouvelle technologie pour permettre aux drones automatisés « sans pilote » de voler au-delà de la ligne de visée visuelle (BVLOS). Tout fabricant de drones pourra connecter les systèmes de guidage et de communication d’un drone à un système d’autoroute virtuelle qui gère le guidage en toute sécurité des drones vers leurs destinations via l’intégration logicielle. Skyway sera équipé de capteurs au sol et de matériel de communication qui se coordonnent avec les capteurs de drones embarqués pour transmettre les données de contrôle du trafic aérien aux aéronefs autonomes pendant leur vol.
  • La distribution de médicaments par drone aidera le NHS Scotland à fournir une meilleure assistance aux résidents ruraux. L’objectif est de transporter des échantillons de laboratoire, de produits sanguins, de chimiothérapie et d’accélérer le diagnostic et le traitement des problèmes médicaux.
  • Des services de taxi aérien qui transporteront des personnes et des marchandises. Ils auront besoin d’aires d’atterrissage aussi grandes qu’un petit aéroport. Hyundai prévoit de construire 200 aéroports urbains de ce type au cours des cinq prochaines années.
  • Une prolifération de drones de livraison va faire émerger de nouveaux centres logistiques, conçus comme des hubs en forme de ruche, comme celui proposé par Amazon.

 

L’un des problèmes les plus évidents est la confidentialité, car les drones enregistrent et capturent souvent des images. Les trajectoires de vol des drones devront donc être construites autour des hubs de transport, des corridors ferroviaires et des aéroports existants.

L’aérospatiale est une culture axée sur la sécurité, mais le transfert et l’atterrissage de la livraison de fret par drone comportent un risque beaucoup plus élevé de collision avec des objets, des bâtiments, des structures ou des personnes à basse altitude.

David Menga, dans le livre « The Internet of Augmented Me, Empowering Innovation for a new Sustainable Future », met en avant l’importance de créer des infrastructures intelligentes pour produire de la richesse après une période de crise, en suivant des patterns adaptés à l’innovation dans un monde numérique durable.

L’infrastructure intelligente est l’équivalent des autoroutes interétatiques réalisées par Eisenhower après la Deuxième guerre mondiale, en y ajoutant le GPS, l’internet et une plateforme logicielle s’appuyant sur un jumeau numérique dynamique et un OS adapté.

Dans le cas des drones, l’infrastructure d’accueil et de gestion s’appelle un aérodrone et se présente comme un aérodrome, son équivalent avions, automatisé et autonome.  Un aérodrone gère des missions pour le compte d’opérateurs logistiques, impliquant la coordination de multiples robots souvent autonomes de type terrestre, marins et drone.  Pour accomplir des missions complexes , l’OS qui gère les missions dispose d’instruments de simulation à base de jumeaux numériques de territoires et de robots.  Son rôle est d’orchestrer le travail de multiples robots autonomes et de valoriser les données fournis par les capteurs des robots contrôlés en les mettant à disposition, moyennant rétribution, à des fournisseurs d’apps robots.

Pour faire face à toute type de situation critique, l’aérodrone est autonome, produit et gère son énergie comme sa connectivité, en s’appuyant sur les technologies 5G.

La firme anglaise Unmanned Life fournit un tel OS.

Enfin, l’aérodrone gère son propre chiffre d’affaires, sous la forme d’une DAO ou organisation décentralisée. Ainsi, il sera possible à des particuliers de participer au financement des aérodrones et de profiter de la richesse produite, tout en favorisant le désenclavement des territoires.

L’aérodrone du futur,  c’est un Roissy décentralisé, autonome à l’ère du Web

Contre les Drones : une action commune avec aussi l’armée

Contre les Drones : une action commune avec aussi l’armée

Les incidents impliquant des drones se répètent de plus en plus fréquemment en particulier autour des aéroports

Le groupe de l’armée de l’Air, le Cnes et ADP a notamment développé depuis 2017 un système de détection, baptisé Hologarde, qui avait en particulier été testé cette année-là lors du salon aéronautique du Bourget.

Pour le Cnes, il s’agit de « renforcer la protection du Centre spatial guyanais » à Kourou et de s’assurer de la protection du centre spatial de Toulouse qui doit abriter d’ici 2025 le commandement militaire de l’espace.

Chargée de la protection du ciel français, l’armée de l’Air et de l’Espace est fréquemment amenée à instaurer des bulles de sécurité aérienne, comme lors du 14-Juillet, pour le sommet du G7 de Biarritz en 2019, ou bientôt pour la Coupe du monde de rugby en 2023 et les Jeux olympiques l’année suivante. Pour son chef d’état-major, le général Philippe Lavigne, « l’innovation, couplée à des processus d’acquisition de matériels courts et réactifs, seront demain déterminants pour relever ces défis majeurs en matière de sûreté aérienne ».

Arabie Saoudite : des drones iraniens

Arabie Saoudite : des drones iraniens

 

 

Il paraît de plus en plus évident que L’attaque terroriste ne  peut pas avoir été menée  par les seuls rebelles yéménites houthis. D’après la coalition, les drones sont de fabrication iranienne et n’ont pu être lancé sans un appui logistique des ultras de Téhéran. On sait qu’en Iran, comme aux États-Unis d’ailleurs, s’affrontent deux tendances, une tendance plutôt pacifiste qui recherche un accord pour éviter un conflit et une tendance ultra qui  souhaite contraire un affrontement y  militaire. L’initiative des Yéménites houtis  pourrait bien être inspirée par les faucons  de Téhéran. Des faucons qui provoquent ainsi les États-Unis à travers l’Arabie Saoudite et espèrent  une riposte susceptible  nourrir encore davantage le nationalisme iranien. Du côté des États-Unis, il y aura forcément une réplique, elle pourrait être d’ordre diplomatique et économique car le président américain ne semble pas disposé à investir les forces américaines dans un nouveau conflit militaire. “Les résultats préliminaires montrent que les armes sont iraniennes et nous travaillons actuellement à la détermination du lieu (…) L’attaque terroriste ne provenait pas du Yémen, comme l’a affirmé la milice houthie”, a déclaré le colonel Turki al Malki, porte-parole de la coalition, lors d’une conférence de presse à Ryad. Le lieu d’où les drones sont partis sera dévoilé lors d’un prochain point de presse, a-t-il ajouté. En visite à Ankara pour un sommet sur la Syrie, le président iranien Hassan Rohani a quant à lui estimé que “les Yéménites (avaient) exercé leur droit à la légitime défense”. “Les attaques sont une réponse à l’agression qui dure depuis des années aux Yémen”, a-t-il ajouté.

Drones : 100.000 vendus l’an passé en France, pour quoi faire ?

Drones : 100.000 vendus l’an passé en France, pour quoi faire ?

 

 

Il ya les jouets dont on peut se servir dans sa cour. Il y a aussi ceux qu’on peut utiliser pour survoler des lieux publics. Et là c’est de l’inconscience totale. Dans un environnement de  terrorisme généralisé, on sait bien qu’un tordu un jour ou l’autre va balancer un engin explosif à partir d’un drone. On interdit certes le survol de certains lieux à certaines conditions mais pour autant le phénomène drone se développe par provocation ou pure idiotie ; On attend quoi pour interdire la commercialisation des drones dangereux ? Il faut une commission enquête parlementaire, une conférence internationale, une information judicaire, une réunion extraordinaire de l’assemblée nationale ?  D’après l’institut GFK, qui tient le registre de la commercialisation de produits de consommation, 100.000 drones de loisirs ont été achetés en France, en 2014.  Les drones font désormais partie de notre quotidien. On ne parle pas uniquement des survols de lieux interdits, qui se multiplient, mais plus précisément de leurs ventes.  Selon des chiffres obtenus par l’institut GFK, qui tient le registre de la commercialisation de produits de consommation (électroniques, particulier), Noël 2014 aura été la période la plus faste pour les ventes de ces objets volants. Elle indique, en effet, que 100.000 drones de loisirs ont été achetés en France, en 2014. Ce chiffre recouvre les ventes de ces appareils facturés entre 50 et 100 euros. Par ailleurs, ceux qui ont survolé les lieux interdits pèsent près d’un kilo et coûte plutôt près de 500 euros.

 

Drones: trois journalistes d’Al-Jazeera impliqués

Drones: trois journalistes d’Al-Jazeera impliqués

La chaine  qui relate avec complaisance les actes de terrorisme   est à l’origine d’uen nouvel « exploit » avec cette arrestation de trois de ses journalistes en possession d’un drone dans le bois de Boulogne à Paris.  Trois journalistes de la chaîne de télévision Al-Jazeera ont été arrêtés et placés en garde à vue mercredi, après avoir fait voler un drone dans le bois de Boulogne à Paris. Pour l’instant, aucun rapprochement n’est fait avec le survol, les deux dernières nuits, de plusieurs lieux emblématiques de la capitale par plusieurs de ces engins volants.  Ils ont fait voler un drone, ce mercredi après-midi, dans le bois de Boulogne à Paris. Voici la raison pour laquelle trois journalistes de la chaîne de télévision Al-Jazeera ont été interpellés et placés en garde à vue. Les trois hommes sont âgés de 34, 52 et 68 ans, selon une source proche de l’enquête. Et leur initiative trouve un écho particulier, alors que la polémique ne désenfle pas après le survol, les deux nuits précédentes, de plusieurs lieux emblématiques de la capitale par des drones, sans que les pilotes ne soient arrêtés. Pour autant, aucun rapprochement n’est pour l’heure effectué par les enquêteurs entre ces trois journalistes et les vols de drones dans le viseur des autorités. Des survols qui ont fait l’objet de l’ouverture d’une enquête par le parquet de Paris. Sans vouloir effrayer qui que ce soit, actuellement certains drones sur le marché peuvent emporter jusqu’à 2 kg. Il faut 5 litres de Sarin pour empoisonner tout ce qui vit sur 1 hectare. 3 drones à 1,7 de sarin chacun ! je vous laisse imaginer sur Paris. et du Sarin, l’état islamique en a utiliser contre les soldats syriens , à l’époque il était plus facile et politiquement correct d’accuser seulement Assad.

Drones sur Paris :on attend quoi pour les interdire ?

Drones sur Paris :on attend quoi pour les interdire ?

 

Des drones sur Paris, sur les centrales nucléaires, demain transformées en armes dans un espace public. On se demande pourquoi attend pour en interdire complètement la commercialisation et  l’usage sauf sur les espaces strictement privés ( agricoles par exemple).  A moins d’attendre une catastrophe Au moins cinq drones ont été aperçus dans la nuit de lundi à mardi survolant différents endroits de Paris, entre minuit et 6h et leurs pilotes n’ont pu être interpellés, a-t-on appris de sources proches de l’enquête. Le premier drone a été aperçu près de l’ambassade des Etats-Unis peu après minuit, « mais la Tour Eiffel, les Invalides ou encore la Concorde ont également été survolés », a précisé une de ces sources. « Il pourrait s’agir d’une action coordonnée mais nous n’en savons pas plus pour l’instant », a-t-elle expliqué. Assez rapidement, en raison du caractère sensible des lieux, les premiers services de police présents ont tenté de suivre l’appareil qui « a continué son survol vers les Invalides », a expliqué une source proche de l’enquête, avant que les policiers ne perdent sa trace. Différents services de police ont été mobilisés dans la nuit, sans succès. « Nous avons tout déployé pour tenter d’intercepter les pilotes mais ils n’ont pas été détectés », a regretté une autre source. Concernant le survol de l’ambassade des Etats-Unis, les investigations ont été confiées à la section de recherche de la gendarmerie des transports aériens (GTA). La police judiciaire parisienne a, elle, été chargée des autres survols. Il y a un peu plus d’un mois, le 20 janvier, l’Elysée avait été survolé par un drone, « mais jamais autant de drones n’avaient été aperçus en une nuit », a assuré la source policière. Une vingtaine de vols de drones, dont les auteurs n’ont pas été identifiés, ont également été observés ces derniers mois aux abords de sites nucléaires. Par ailleurs, les 26 et 27 janvier derniers, plusieurs drones ont été détectés à proximité du site militaire nucléaire de l’Ile Longue, dans la rade de Brest.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol