Archive pour le Tag 'Droitisation'

Italie: droitisation et populisme

Italie : droitisation et populisme

Pas forcément une bonne novelle pour L’Europe et surtout pour l’Italie qui risque de connaitre encore une crise politique. Largemenet impactée par de nombreuses crises, L’Italie semble pencher nettement vers le populisme et  la  droite. La crise migratoire, la stagnation économique de ces dernières années, le chômage enfin la question récurrente de la dette ont favorisé les discours protectionnistes et nationalistes profitant à la droite aussi au mouvement très confus des 5 étoiles.  A priori Aucune majorité claire ne semble se dessiner en Italie dans le futur parlement issu des élections législatives de dimanche.  La coalition de droite formée autour de Forza Italia de Silvio Berlusconi et de la Ligue du Nord de Matteo Salvini est donnée en tête, mais avec un score cumulé estimé entre 33 et 36%, qui ne lui permettraient pas de décrocher une majorité absolue. Au niveau des partis, c’est le M5S qui arrive largement en tête, avec un score estimé entre 28,8% et 30,8% des suffrages, selon les projections de l’institut SWG pour la chaîne de télévision privée La 7 diffusées à la fermeture des bureaux de vote, à 23h00 (22h00 GMT).Le Parti démocrate est projeté entre 21 et 23%. A droite, Forza Italia aurait entre 13,5 et 15,5% des voix, la Ligue du Nord étant donnée à ce stade entre 12,3 et 14,3% par SWG. Mais Sky TV donne la Ligue devant le parti de Berlusconi. La RAI les inscrit dans une même fourchette, entre 12,5 et 15,5%. Les deux partis, dans le cadre de leur accord de coalition, sont convenus que la formation qui arriverait en tête prendrait la tête d’un éventuel gouvernement. Les résultats complets ne sont pas attendus avant plusieurs heures et les sondages sortie des urnes en Italie se sont souvent révélés trompeurs par le passé. Mais si les projections pointent dans la bonne direction, l’Italie, troisième puissance économique de la zone euro, se dirige vers une situation de blocage politique.

Droitisation de la société ou désintoxication de gauche ?

  • Droitisation de la société ou désintoxication de gauche ?
  •  
  • Au-delà de la poussée de la droite et de l’extrême droite lors  des élections de ces dernières années,  la question se pose de savoir si nous assistons à une droitisation de la société ou à une phase de désintoxication provoquée par l’échec des solutions de gauche dans tous les domaines. Il est clair en effet que nous constatons  une perte de crédit crédibilité progressive des grandes valeurs de la gauche dont  le logiciel est en panne depuis les années 70. Certes Mitterrand, Jospin, Hollande, d’autres ont pu faire illusion mais qu’il s’agisse du champ socio économique ou sociétal, le référentiel théorique  est obsolète. Subsiste encore quelques bribes de discours mais qui ne font en réalité qu’accentuer le décalage entre les intentions et la pratique (ce qui n’est guère étonnant dans la mesure où les élites de gauche ne sauraient représenter la sociologie des couches populaires). D’une certaine manière, les Français se désintoxiquent  de la pensée gauchiste qui se trouve pourtant encore incarnée par nombre de responsables à gauche et à l’extrême gauche. C’est ainsi que l’État providence dans son rôle et sa dimension sont remis en cause au profit de celui de l’entreprise considérée comme plus efficace pour s’attaquer au problème central que constitue le chômage ;  il faut dire que la crise est passée par là et il n’est pas étonnant que le chômage représente la première préoccupation pour 44 % des personnes interrogées par Ipsos suivi par les questions de terrorisme à hauteur de 32 % puis les questions de sécurité pour 29 % et enfin les questions de fiscalité pour 28 %. La demande régalienne n’a pas disparu mais son champ s’est déplacé ;  ainsi les Français pensent  que l’État est  de moins en moins compétent pour régler les questions de croissance et d’emploi, ils veulent moins de pression fiscale et souhaite un désengagement de l’État tandis qu’inversement ils souhaitent un réinvestissement dans le domaine de la sécurité. Ils sont même un très grand nombre à critiquer le poids et le rôle de la fonction publique trop présent partout et même le système de protection sociale insuffisamment incitatif pour la réinsertion professionnelle. C’est évidemment une grande défaite idéologique pour la pensée gauchiste qui associe progrès et développement de l’appareil d’État, fiscalité, redistribution et  justice, service publique et statut du personnel. La demande d’autorité a changé de nature et est notamment souhaitée à l’école et dans les lieux publics. La police acclamée après les tragiques événements de janvier constitue de ce point de vue sans doute un tournant des idées. Sur l’enjeu majeur que constitue le chômage la gauche a aussi vu ses totems tomber ;  ainsi près de 65 % des Français seraient prêts à remettre en cause le principe des 35 heures pour sauver leur emploi. Ce qui signifie bien que dans cette période de crise cette utopie des 35 heures a été mortifère pour l’économie française et pour l’emploi. Finalement il ne reste pas grand-chose des valeurs dites traditionnelles de la gauche. On aurait même du mal à trouver quelques illustrations au cours de ces dernières années. Que restera-t-il : le mariage pour tous ? La contestation de la déchéance de nationalité ?  l’illusion de l’inversion du chômage ? En fait les Français se sont déjà intoxiqués des idées gauchistes pourtant encore très présentes à gauche et à l’extrême gauche, non  pas d’ailleurs qu’ils fassent  confiance aux organisations politiques d’en face pour inverser le cours des choses. En effet 60 % des Français estiment que ni la gauche ni la droite ne sont capables de résoudre les questions essentielles et 70 % des Français pensent que les promesses très contradictoires du Front National sont dangereuses.  Si les formations classiques de droite ne profitent pas de ce recentrage idéologique constaté chez les Français il n’en reste pas moins que le repositionnement des valeurs est un faite incontestable, sans doute s’agit-il d’une attitude très pragmatique qui réintroduit la cohérence qui manque chez certains responsables entre les réalités socio-économiques et sociétales, les valeurs, les principes et les orientations.



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol