Archive pour le Tag 'drogués'

Grigny : l’appel des drogués à la dépense publique

Grigny : l’appel des drogués à la dépense publique

 

Une  centaine de maires ont lancé un « appel de Grigny», un appel de drogués à la dépense publique. Et pour se justifier, ces maires instrumentalisent  notamment la misère des quartiers difficiles pour justifier le maintien voir le développement des ressources des collectivités locales.  Il faut aux élus  locaux une grande dose d’hypocrisie et d’incompétence pour crier au loup vis-à-vis des mesures d’économies que souhaite imposer Macron aux collectivités locales. Le pire c’est quand ces élus locaux, aussi responsables nationaux, défendaient il y a encore quelques temps lors  de la campagne électorale des mesures encore plus contraignantes. Ces protestations des élus locaux sont à la fois indécentes et irresponsables. On sait que la plupart des responsables territoriaux ne maîtrisent  plus depuis longtemps la dérive des coûts de fonctionnement et qu’en outre ils ne cessent  de développer des projets d’investissement le plus souvent inutiles. Cela vaut les très grandes administrations ou les maires  sont complètement dominées par les superstructures, ce qui explique en particulier le développement incontrôlé des effectifs locaux. Mais cela vaut aussi pour les villes moyennes et les agglomérations rurales. Les collectivités locales sont complètement droguées à la dépense publique,  ignorent tout concept d’équilibre financier et font jouer la seule variable d’ajustement en augmentant sans cesse la fiscalité. Finalement le même processus que pour l’État et qui conduit la France à un niveau 57 % du PIB pour les dépenses publiques. En son temps Giscard d’Estaing avait déclaré que si ce niveau atteignait 50 % on pourrait considérer que le pays était en régime socialiste. Il y a longtemps que ce niveau a été dépassé ! D’une certaine manière les maires ne ce conduisent pas différemment de certains gauchistes et corpos du secteur public en réclamant toujours plus de l’État et d’une manière générale de la collectivité. Pas étonnant la plupart de ces maires sont d’anciens fonctionnaires et n’entretiennent avec les équilibres financiers que des rapports approximatifs. Cet appel des maires est évidemment indécent et relève du plus pur corporatisme. Indécent parce qu’il instrumentalise la misère sociale réelle de certaines catégories et de certains quartiers alors que l’essentiel des ressources est affecté à des dépenses qui n’ont rien à voir avec ce sujet, pire qui sont  absorbées  par des dépenses de fonctionnement et d’investissement complètement incontrôlées .

 

Des élus locaux complètement drogués à la dépense publique

Des  élus locaux complètement drogués à la dépense publique

Il faut aux élus  locaux une grande dose d’hypocrisie et d’incompétence pour crier au loup vis-à-vis des mesures d’économies que souhaite imposer Macron aux collectivités locales. Le pire c’est quand ces élus locaux, aussi responsables nationaux, défendaient il y a encore quelques temps lors  de la campagne électorale des mesures encore plus contraignantes. Ces protestations des élus locaux sont à la fois indécentes et irresponsables. On sait que la plupart des responsables territoriaux ne maîtrisent  plus depuis longtemps la dérive des coûts de fonctionnement et qu’en outre ils ne cessent  de développer des projets d’investissement le plus souvent inutile. Cela vaut les très grandes administrations ou les maires  sont complètement dominées par les superstructures, ce qui explique en particulier le développement incontrôlé des effectifs locaux. Mais cela vaut aussi pour les villes moyennes et les agglomérations rurales. Les collectivités locales sont complètement droguées à la dépense publique,  ignorent tout concept d’équilibre financier et font jouer la seule variable d’ajustement en augmentant sans cesse la fiscalité. Finalement le même processus que pour l’État et qui conduit la France à un niveau 57 % du PIB pour les dépenses publiques. En son temps Giscard d’Estaing avait déclaré que si ce niveau atteignait 50 % on pourrait considérer que le pays était en régime socialiste. Il y a longtemps que ce niveau a été dépassé ! D’une certaine manière les maires ne ce conduisent pas différemment de certains gauchistes et corpos du secteur public en réclamant toujours plus de l’État et d’une manière générale de la collectivité. Pas étonnant la plupart de ces maires sont d’anciens fonctionnaires et n’entretiennent avec les équilibres financiers que des rapports approximatifs. 

Les maires drogués à la dépense publique

Les maires drogués à la dépense publique

C’est l’avis d’un maire d’une petite commune de 1200 habitants qui répond à la lettre de certains de ses collègues qui parlent d’ »épuisement « des villes après la suppresion de 300 millions de crédit au plan  national mais qui continuent de développer des investissements inutiles. ( sans parler de la dérive des frais de fonctionnement).

« Étant maire sans étiquette d’une commune de 1200 habitants entre deux pôles économiques de plus de 400’000 habitants, nous n’avons pas les mêmes problématiques que ceux énoncés. Toutefois, il me semble que la posture générale de ces élus font parties intégrantes des problématiques qu’ils dénoncent. Je suis un maire en premier mandat d’élu ayant toujours une activité professionnelle et il me semble que ces élus sont dans un « ghetto de pensée » complètement hors sol et nourris au bon grain de l’Etat. Leurs approches de solutions s’organisent toujours dans un schéma de distribution de moyens et en aucun cas sur des notions d’efficacité ! Les associations est autres organismes syndicaux vivent également dans ce paradigme de l’Etat responsable de tout devant nourrir perpétuellement un système abscons ! Avec une remise en cause de la pensée générale admise par ces élus professionnels, la DGF peut encore être abaissée de 20% sans mettre en danger les missions communales ! Il appartient aux élus de se responsabiliser dans la tenue des comptes publics en baissant par exemple leurs budgets de fonctionnement structurellement irresponsables et en améliorant leurs capacités d’autofinancement par des créations de revenus. La recette est trop simple pour eux et la Trésorerie publique les maintient dans une norme publique des années 60 ! Ma propre expérience depuis 2014 est une baisse structurelle de dépense de fonctionnement de moins 47% (oui, moins 47%) avec une augmentation du budget d’investissement de plus 15% (dans l’économie réelle). L’année 2018 sera une année de baisse d’impôts communaux avec une nouvelle infrastructure Scolaire et Périscolaire. La France à les élus qu’elle mérite…… « 

Autre réaction:

 « Il est tant que les maires soient réalistes ils n’ont plus de pouvoir en dehors des kermesses, fêtes de l’école et autres distractions Ils ont perdu leur pouvoir en terme d’urbanisme qui aujourd’hui est instruit par les communautés d’agglomérations ou de communes, les dépenses d’investissements lourd type crèche et autres ils dépendent du bon vouloir du sheriff départemental le préfet qui si le maire ou d’ailleurs la communauté des agglos est en mauvais rapport les dossiers sont rejetés ou trainent en longueur car lui à le pouvoir, TROP d’ailleurs , même le tourisme échappe aux communes il a été transféré par la loi NOTRE aux communautés d’agglos etc. etc. Sur les + de 36000 communes que connait notre pays il est tant d’en supprimer dans un premier temps la moitié. «




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol