Archive pour le Tag 'Dreyfus'

Louis Dreyfus se vend à Abou Dhabi

Louis Dreyfus se vend à Abou Dhabi

 

 

On comprend évidemment que les problèmes de succession contraignent certaines entreprises à ouvrir leur capital à de nouveaux investisseurs y compris étrangers. Cependant cette progression des investissements arabes dans des entreprises stratégiques peut faire naître des interrogations quant à la stabilité et la souveraineté de certaines entreprises.

Louis Dreyfus Company (LDC), géant du négoce de matières premières, a annoncé mercredi un accord pour l’ouverture de son capital au fonds souverain d’Abou Dhabi ADQ, ce qui marque une rupture dans l’histoire de ce groupe resté jusqu’à présent familial après 169 ans d’existence.

La holding qui contrôle LDC a signé un accord pour la cession d’une participation indirecte de 45% à ADQ, annonce dans un communiqué le groupe contrôlé par Margarita Louis-Dreyfus.

Margarita Louis-Dreyfus a pris les commandes du groupe après la mort de son mari Robert Louis-Dreyfus en 2009. La femme d’affaires suisse, d’origine russe, a consacré les dix dernières années à racheter les parts des actionnaires familiaux minoritaires désireux de se désengager dans le cadre d’un accord de long terme défini par son défunt mari.

Après une décennie de transactions coûteuses agrémentées d’échanges acrimonieux, sur fond de recul des bénéfices sur des marchés agricoles difficiles, Margarita Louis-Dreyfus a finalement porté l’an dernier à plus de 96%, contre 50,1% initialement, la participation de son trust familial Akira dans Louis Dreyfus Company Holdings B.V. (LDHBV), la structure qui détient la participation familiale dans LDC.

LDC, ou Dreyfus, est le D du sigle ABCD désignant les quatre géants du négoce agricole mondial avec Archer Daniels Midland, Bunge et Cargill.

Comme ses concurrents, le groupe a entrepris de restructurer ses activités, en abandonnant notamment le négoce des produits laitiers et des métaux, tout en mettant l’accent sur la transformation alimentaire, en particulier en Asie.

Rugy se compare à l’affaire Dreyfus ou le summum de la bêtise

Rugy se compare à l’affaire Dreyfus ou le summum de la bêtise

 

Non seulement De Rugy a mis les mains dans le port de confiture en se roulant dans les ors de la République mais en plus il ose comparer son affaire à celle de Dreyfus. De Rugy se dit aussi être la victime expiatoire des Gilets jaunes. Bref, presque Jeanne d’Arc. En plus,  ce serait un complot,  Injuste bien entendu puisqu’il affirme avoir tour joué la transparence. Il est vrai que sur le plan politique de Rugy a toujours été très transparent !

À grand renfort de communication de Rugy,  ancien ministre de l’écologie, accusé d’avoir mis les doigts dans le pot de confiture lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale avait réagi avec grandiloquence contre la presse en général et Mediapart en particulier. Il menaçait de mettre tout ce beau monde en prison en les attaquant en justice. La vérité est moins glorieuse  car sur les quatre ou cinq faits indiscutables reprochés à de Rugy, l’intéressé n’a retenu qu’une plainte finalement assez secondaire concernant l’appartement qu’il occupait à Ormeau en Loire-Atlantique. Un appartement qui a bénéficié d’une  aide sociale  dont paraît-il il n’était pas au courant. Par contre, pour les dérives relatives son passage comme président de l’Assemblée nationale, pas un mot, pas une plainte. Mediapart a seulement reçu mardi une assignation après le dépôt d’une plainte en diffamation de François de Rugy au sujet d’un article sur le logement qu’il a occupé à Orvault en Loire-Atlantique. À la télévision, l’ex-ministre s’est montré très offensif contre la presse.

 Les révélations qui ont miné la position de François de Rugy au sein du gouvernement avant de précipiter son départ ont touché des objets très divers: dîners fastueux à l’hôtel de Lassay lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale, coûteux travaux dans son appartement de fonction, utilisation de son chauffeur à Nantes, et location d’un logement à vocation sociale à Orvault, Au journaliste Patrick Cohen sur France cinq qui lui demandait pourquoi il n’avait pas jugé bon de porter plainte pour les autres articles, il a avancé: « Je vais vous dire une chose et ça tous les Français qui portent plainte le savent bien. Vous savez combien ça coûte de faire des procédures judiciaires ? Vous savez combien ça m’aurait coûté si j’avais dû porter plainte non seulement sur chaque article mais en plus à l’intérieur de chaque article sur plusieurs mensonges ? Il faut être très riche en France pour faire valoir son bon droit sur la vérité quand on est face à une campagne aussi forte ! ». «Mais je sais d’où ça vient», ajoute l’ex-président de l’Assemblée nationale, convaincu d’avoir été victime d’une «vengeance» à trois origines. «Une vengeance politique de mon ancien parti» (EELV), mais aussi une «vengeance politico-syndicale» venant de l’Assemblée – «où j’avais engagé une réforme de la fonction publique parlementaire» – et du ministère de la Transition écologique – «où (…) j’avais engagé un certain nombre de changements qui déplaisaient fortement et bousculaient un certain nombre d’intérêts bien établis» !!!

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol