Archive pour le Tag 'drapeau'

« Le drapeau français est satanique » ! ( un imam du Gard)

« Le drapeau français est satanique » ! ( un imam du Gard)

Propos tenus par Mahjoub Mahjoubi, un imam du Gard, qualifiant le drapeau français de « drapeau satanique » qui n’a « aucune valeur auprès d’Allah »; « On n’aura plus tous ces drapeaux tricolores qui nous gangrènent, qui nous font mal à la tête », peut-on l’entendre dire. Sur BFMTV ce lundi soir, Mahjoub Mahjoubi a assuré que ses propos étaient un « lapsus » !!!

Il a expliqué qu’il parlait de la Coupe d’Afrique des nations de football (CAN) où les « communautés algériennes et marocaines (…) brandissent des drapeaux tricolores ». « Ça nous clive », s’est-il justifié, ajoutant: « J’ai donc dit que ces drapeaux nous gangrènent alors qu’on a besoin de faire la paix »!!!!

« Aucun appel à la haine ne restera sans réponse », a écrit Gérald Darmanin sur X (ex-Twitter).
Il a également annoncé que le signalement par le préfet du Gard Jérôme Bonet au procureur de la République a été réalisé « sur (son) instruction ».

L’imam Mahjoub Mahjoubi est dans le collimateur des autorités depuis déjà plusieurs mois, notamment en raison d’un travail de fond du renseignement territorial.

Depuis novembre 2023, cet homme, qui est également membre de l’Association des musulmans du Gard rhodanien (AMGR), a fait l’objet de deux autres signalements de la part de la préfecture du Gard, a appris BFMTV.

Le premier signalement remonte au 3 novembre dernier. La préfecture prévient le parquet de Nîmes que Mahjoub Mahjoubi a été condamné en 2015 à une interdiction de gérer une entreprise jusqu’en juin 2030. Or, d’après la préfecture, il semble qu’il occupe les fonctions de gestionnaire d’une entreprise de travaux en bâtiment, dont la présidence est officiellement confiée à son épouse.

Le 8 novembre, un contrôle administratif est ordonné dans la mosquée. Il donne lieu, à partir du lendemain, à la fermeture d’une école coranique qui accueillant des jeunes pour du soutien scolaire et des cours d’arabe, la préfecture mettant en cause des problèmes de sécurité et d’accueil de ce public. Officieusement, les autorités soupçonnaient que des discours séparatistes puissent y être tenus.

Un deuxième signalement est déposé auprès du parquet par la préfecture le 17 janvier 2024. Il pointe un possible conflit d’intérêts entre la mairie, qui a accordé le bail à l’association régissant la mosquée pour une somme très peu élevée, et l’association. Et pour cause, le trésorier de l’association est un employé de la mairie.

Des représentants du culte musulman ont dénoncé ce lundi les propos tenus par l’imam du Gard. « Cet islam n’a jamais existé, l’islam reconnaît la diversité des religions, des nations, il est en porte-à-faux avec le message coranique », a dénoncé Tareq Oubrou, grand imam de la mosquée de Bordeaux, au micro de BFMTV.

Présidentielle 2022 : Macron à 33,5% , nouvel effet drapeau

 

Cinq jours après son annonce de candidature, Emmanuel Macron progresse de 8,5 points pour se hisser à 33,5% d’intentions de voix, selon une étude Elabe pour BFMTV et L’Express, publiée mardi 8 mars soir.Un nouvel effet drapeau d’après le directeur d’Elabe.

Une conjoncture qui pousse les Français à se rallier derrière le chef de l’État en ces temps de crises. C’est ce que le directeur général de l’Ifop Frédéric Dabi appelle l’«effet drapeau».

En deuxième position, 18,5 points plus loin, Marine Le Pen recule à 15% (-2). Si la prétendante du RN se qualifie pour le second tour face à Emmanuel Macron, elle semble pâtir du contexte ukrainien et d’une campagne où elle ne parvient pas pour l’instant à ancrer son discours dans l’opinion. Derrière la candidate nationaliste, se trouve Jean-Luc Mélenchon à 13% (+0,5), qui occuperait donc la troisième place dans cette présidentielle. L’Insoumis profite du réflexe du «vote utile» dans une gauche éparpillée et morcelée électoralement.

 

Macron: le Drapeau pour seul programme

 Macron: le Drapeau pour seul programme

Dans sa lettre aux Français qui constitue un acte de candidature,  Macron a habilement évité tout ce qu’il peut faire problème. En clair,  il a fait l’impasse sur les grands enjeux en insistant essentiellement sur son statut de défenseur du drapeau.  Ainsi, les intentions de vote se renforcent pour Macron  qui bénéficie d’un réflexe légitimiste.

La posture internationale de Macon risque d’étouffer complètement la campagne. Un macron satisfait de cette situation en renvoyant ses principaux concurrents à des rôles secondaires. On peut même supposer qu’Emmanuel Macon évitera tant qu’il le pourra la confrontation directe sauf sans doute au second tour

Les  adversaires d’Emmanuel Macron redoutent en tout cas une prime au chef de guerre dans ces conditions. « Il est factuellement le seul à avoir la compétence sur ce sujet à l’heure actuelle, c’est donc une spirale vertueuse pour le pouvoir en place », analyse la politologue et sociologue Virginie Martin. Le sénateur Les Républicains Bruno Retailleau dit craindre, auprès du Monde (article payant), « un réflexe légitimiste du ‘rally around the flag effect’, ‘le ralliement au drapeau’ ».

Ce concept, théorisé aux Etats-Unis par le politologue John Mueller dans les années 1970, avance l’idée d’un soutien accru, en temps de guerre ou de crise majeure, au pouvoir en place. L’éclatement de la crise du Covid-19, en mars 2020, avait ainsi entraîné une nette hausse de la popularité du chef de l’exécutif.

La guerre en Ukraine a une autre conséquence sur la campagne du président sortant : en lice pour sa propre succession, il n’a pour l’heure pas avancé de programme détaillé, ni même de mesures concrètes. Alors qu’une polémique avait émergé sur l’absence de programme du candidat Macron à deux mois du premier tour de l’élection, en 2017, le projet du président sortant n’est pas vraiment au centre des discussions cette année. « Il y a cinq ans, le programme était un enjeu pour sa crédibilité, mais ce ne sera pas important cette année », Estime la majorité.  »Emmanuel Macron sera moins jugé sur son programme que sur son incarnation. »

Pour sa part, la politologue Virginie Martin anticipe une réémergence des mouvements contestataires, à l’image des « gilets jaunes » à l’automne 2018. « Alors que les élus sont déjà très mal élus, si la campagne est confisquée cela pourrait enflammer les braises de la frustration des oppositions », juge la spécialiste. Pour elle, le climat actuel de la campagne pourrait conduire de nombreuses personnes à ne pas se rendre aux urnes en avril.

 

Drapeau européen : un « bout de tissu « (Autain, insoumis)

Drapeau européen : un « bout de tissu « (Autain, insoumis)

 

C’est ce qu’a déclaré Clémentine Autain à propos du drapeau européen pour manifester son mépris de l’Europe. Un mépris déjà exprimé par Mélenchon lui-même qui s’était demandé si le drapeau européen présent dans l’assemblée n’était pas le symbole de la vierge Marie ! Les insoumis continuent évidemment dans l’outrance dans tous les domaines mais une outrance qui cache mal l’insignifiance et les contradictions de leurs propos. Faute de pertinence, les insoumis utilisent la caricature, l’insulte et la démagogie. Bref, la dialectique classique des révolutionnaires communistes. La même que celle qui est utilisée par exemple au Venezuela, modèle économique et politique de Mélenchon. Un pays pourtant en pleine décomposition économique dont la démocratie est réprimée et qui a déjà fait  plus de 100 morts. Insulter  ainsi le drapeau européen,  c’est sans doute oublié que l’union européenne a réussi à imposer la paix et le développement sur notre continent. Du coup,  le gouvernement s’apprête à rendre obligatoire partout la présence du drapeau européen aux côtés du drapeau français. “C‘est une provocation à notre provocation, si j‘ose dire”, a dit à Reuters Clémentine Autain, députée LFI et membre du bureau de l‘Assemblée nationale. “On ne va pas s’écharper à l‘infini sur un bout de tissu même s‘il est symbolique et que les symboles c‘est important. L‘essentiel est de savoir comment on s‘y prend à l’échelle européenne pour faire en sorte qu‘on ait un peu de souveraineté, la possibilité de contester le modèle néolibéral.” “Ce que nous avons voulu dire à travers cette histoire c‘est notre volonté de contester l‘orientation actuelle de l‘Union européenne”, a poursuivi la députée de la Seine-Saint-Denis. La querelle sur le drapeau européen risque de rebondir une nouvelle fois le 27 novembre. C‘est ce jour-là que les députés examineront en séance une proposition de résolution déposée par le président du groupe LREM et visant “à promouvoir les symboles de l‘Union européenne”. Dans cette proposition de résolution, les députés LREM “invitent” le gouvernement à “prendre toutes les mesures pour promouvoir les symboles européens” et à “donner un éclat particulier à la Journée de l‘Europe le 9 mai”. Emmanuel Macron a en outre annoncé qu‘il reconnaîtrait solennellement le statut du drapeau européen, malgré les critiques de Jean-Luc Mélenchon.

 

En réponse à Mélenchon, le drapeau européen sera reconnu

En réponse à Mélenchon, le drapeau européen sera reconnu

 

 

Toujours aussi provocateur et même indécent Mélenchon avait déclaré lors de son entrée à l’assemblée nationale : »Franchement, on est obligé de supporter ça ? », en montrant le drapeau européen installé derrière le perchoir.  »C’est la République française ici, ce n’est pas la Vierge Marie. Je ne comprends pas ». Du coup,  Macron a annoncé qu’il ferait une « déclaration » pour que le drapeau européen ne puisse pas être « enlevé de l’hémicycle » de l’Assemblée Nationale. La semaine dernière, les députés de la France Insoumise déposaient un amendement prévoyant que « seuls peuvent être présents dans l’hémicycle le drapeau tricolore (…) et le drapeau de l’Organisation des Nations unies. » Il est sous-entendu que le drapeau étoilé de l’Union européenne serait enlevé. Les députés mélenchonistes devaient défendre à nouveau leur proposition lors de l’examen du projet de réforme du règlement de l’Assemblée.  Emmanuel Macron a répondu aujourd’hui. « Au moment où certains en France ont des débats où on se rétrécit et voudraient enlever le drapeau européen, je veux vous dire que lors du prochain conseil européen (la semaine prochaine, ndlr), j’affirmerai officiellement que la France reconnaît le statut de l’hymne européen et du drapeau européen, ce qui ne permettra pas à certains d’enlever le drapeau européen de l’hémicycle français ou de tout autre lieu », a-t-il dit.

Réformes sociales : la CGT sort le drapeau noir

Réformes sociales : la CGT sort le drapeau noir

 

Comme pour la plupart des réformes sociales d’ampleur,  la CGT sort le drapeau noir et se prépare à nouveau à une stratégie d’opposition et de blocage. Un scénario bien connu en France. On commencera sans doute par mobiliser les fonctionnaires et autres agents d’entreprises publiques qui n’ont rien à voir dans l’affaire puisqu’ils ont la plupart des régimes spéciaux de travail. Bref la CGT après avoir été longtemps le bras armé du parti communiste devient le bras armé des insoumis de Mélenchon, aussi du FN qui est sur les mêmes positions en ce qui concerne le code du travail. Bref la CGT va tenter d’installer uen nouvelle chienlit sociale. C’est le troisième tour social des gauchistes battus dans les urnes et qui se redéployent sur le terrain socail. -La CGT, qui a été reçue mardi par le cabinet de la ministre du Travail dans le cadre des concertations sur la réforme du Code du travail, a dénoncé à la sortie un scénario catastrophe dans lequel le « pire » pourrait devenir réalité. « Ce matin, les intentions de la ministre du Travail se sont précisées et le scénario du pire pour l’ensemble des salariés se confirme », peut-on lire dans un communiqué de l’organisation. « C’est la fin des conventions collectives », « c’est l’affaiblissement de la loi », « c’est la fin du contrat de travail », a jugé le syndicat après sa rencontre avec le directeur de cabinet de Muriel Pénicaud, Antoine Foucher. Selon la CGT, le gouvernement compte s’attaquer aux droits garantis par les conventions collectives de branche, donnerait la primauté aux accords d’entreprise et donnerait la possibilité aux employeurs de décider des clauses des contrats de travail de chacun de ses salariés. La centrale avait auparavant appelé ses adhérents à se mobiliser au sein de leur entreprise pour débattre avec les salariés et élaborer des « cahiers revendicatifs ». Elle souhaite aussi « amplifier la mobilisation ».

Le drapeau bleu blanc rouge uniquement sur les produits vraiment français

Le drapeau bleu blanc rouge uniquement sur les produits vraiment français

Une grande victoire, le drapeau français sur les produits sera réservé aux produits français !  une décision de l’assemblée nationale (il faut bien qu’ils servent à quelque chose ils sont 577 députés  !). Reste à avoir comment on va déterminer ce qui est français ou pas. Exemple des animaux élevés en partie en France en partie à l’étranger, des produits transformés en partie en France, en partie à étranger. Une voiture française fabriquée en grande partie à l’étranger est-elle française ? A l’inverse une voiture étrangère fabriquée essentiellement en France sera-t-elle exclu du nouveau label. De toute manière avec la mondialisation et l’internationalisation des processus de production, il est pratiquement impossible affirmer avec certitude qu’un produit est français( on se fonde sur la valeur ajoutée, ce qui n’a aucun sens  car il suffit augmenter le prix du produit( exemple sur un niveau de maçon, une entreprise française -qui précédemment fabriquait la totalité du produit- ne fait plus que visser la bulle en France ! et magie le produit devient français).  L’Assemblée nationale a décidé vendredi à l’unanimité d’interdire l’utilisation du drapeau français sur les produits vendus en France qui ne bénéficieraient pas d’une garantie d’origine française, dans le cadre de l’examen du projet de loi Macron.  L’amendement UDI adopté prévoit d’ajouter à la liste des pratiques commerciales réputées trompeuses le fait d’apposer ou faire apparaître « un drapeau bleu blanc rouge sur un produit vendu en France qui ne bénéficie pas d’une appellation d’origine, d’une indication géographique ou qui n’a pas fait l’objet d’un processus de certification attestant son origine française ». Le centriste Yves Jégo, initiateur du label « Origine France Garantie », a défendu une mesure au service des consommateurs, qui « ne coûte pas un sou » et « peut être un levier intéressant » notamment pour l’emploi en France. Alors que sa proposition avait été rejetée en commission, elle a recueilli vendredi en séance un avis favorable du gouvernement et du rapporteur, et a été adoptée à l’unanimité.  Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron a souligné que le Code de la consommation permettait déjà de sanctionner une utilisation trompeuse du drapeau français, mais jugé que la disposition proposée était « un signal fort envoyé à tous nos producteurs » et marquait « le signal d’initiatives » pour aider à la compétitivité des entreprises. Il a souligné au passage le travail sur le Made in France de son prédécesseur Arnaud Montebourg.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol