Archive pour le Tag 'doutes'

Page 2 sur 2

Programme de stabilité : doutes de Migaud.

Programme de stabilité : doutes de Migaud.

À l’issue du Conseil des ministres, le gouvernement a présenté le programme de stabilité devant la Commission des finances de l’Assemblée nationale. La première étape d’une longue séquence budgétaire qui s’achèvera à Bruxelles au début du mois de mai.  Conformément aux engagements européens de la France, ce plan doit ramener le déficit sous les 3% en 2015. Michel Sapin et Christian Eckert ont également annoncé que le pacte de responsabilité et de solidarité devrait permettre de générer 200.000 emplois supplémentaires d’ici à 2017. Un scénario pris avec des pincettes par le président du Haut Conseil des Finances Publiques, Didier Migaud. « Sur 2015, nous avons effectivement des interrogations, indique le premier président de la Cour des comptes. S’il estime que « l’hypothèse de croissance de 1.7% n’est pas hors d’atteinte », Didier Migaud assure que « la croissance peut ne pas être aussi riche en emplois que ne le prévoit le gouvernement ».  « Il y a également des interrogations sur le niveau de consommation en conséquence du revenu même des ménages, poursuit-il. Si la croissance est moins riche en emplois, bien évidemment, la masse salariale risque de ne pas être celle que calcule le gouvernement avec toutes les conséquences que cela peut avoir ». Le gouvernement est prévenu.

 

Municipales : les français ont des doutes sur la politique en général (Cosse-EELV)

Municipales : les français ont des doutes sur la politique en général (Cosse-EELV)

Pas très à laisse finalement la responsable des verts qui doit à la fois justifier la présence écolo au gouvernement et en même temps critiquer la politique menée. D’autant qu’il n’est pas certain que les verts demeurent dans ce gouvernement après l’éjection d Ayrault. Duflot a déjà annoncé qu’elle partirait si Valls devient Premier Ministre. Il ya d’autres raisons qui justifieraient un départ des verts, surtout leur faible influence sur la politique menée y compris en matière d’environnement. La secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts, Emmanuelle Cosse, a exprimé sur RTL vendredi 28 mars des doutes sur la politique menée par la majorité, à laquelle sont parti appartient. « De nombreux électeurs de gauche ne se sont pas déplacés », a reconnu Emmanuelle Cosse sur RTL vendredi 28 mars, en réaction aux résultats décevants du premier tour des élections municipales. La patronne des Verts « espère » qu’il y aura « un sursaut électoral », et ce « quels que soient les sentiments [des Français] par rapport au gouvernement ». « Des personnes ont un doute très fort, sur la politique en général », estime Emmanuelle Cosse. Mais d’après elle, ce sont « les marqueurs envoyés par le gouvernement » qui « ne sont pas les bons ».  La secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts a, par exemple, « toujours eu un énorme doute sur les 50 milliards d’euros d’économies« , envisagées par l’équipe de Jean-Marc Ayrault. Elle préférerait « qu’une partie des niches fiscales disparaissent ». »Le Président décide, mais il a une assemblée élue » pour travailler avec lui, rappelle Emmanuelle Cosse, qui croit savoir que « François Hollande a du mal à trouver mon téléphone ». Pour elle : « Il faut faire plus de social et d’écologie, et aller plus vite sur d’autres sujets, comme la fin de vie, ou les reformes institutionnelles comme la décentralisation. »

Sondage immobilier : doutes face à la densification du bâti

Sondage immobilier : doutes  face à la densification du bâti

6 Français sur 10 (60%) estiment que dans les grandes villes, surélever les immeubles « avec l’accord de la copropriété, en construisant un nouvel étage » à l’architecture adaptée, serait « efficace pour réduire le déficit de logements » du pays, selon une enquête IFOP pour le site Seloger.com, publiée mardi.  Parmi eux, 46% ont répondu « oui, plutôt » et 14% « oui, tout à fait », tandis que 40% des sondés étaient d’un avis contraire.  Et une proportion supérieure, près de 7 Français sur 10 (67%, dont 55% de « oui, plutôt » et 12% de « oui, tout à fait ») plébiscitent l’idée, « dans les villes plus petites », de « proposer aux propriétaires de vendre une partie de leur terrain pour y construire de nouveaux logements » adaptés à l’architecture existante. 33% pensent à l’inverse, que cette solution ne serait « pas efficace ».  Mais dans des proportions quasi identiques, les sondés ont estimé que la surélévation des immeubles « nuirait au paysage urbain » (66%), tout comme la construction sur des parties de terrains cédées par leur propriétaire (63%).  Et pour 77% d’entre eux, soit près de huit Français sur 10, la première solution créerait « une trop forte concentration de la population », tandis que 64% ont été de cet avis concernant la construction sur les terrains déjà bâtis.  Même si elles étaient « réalisables techniquement » et leur apportaient « un avantage financier », 55% des sondés n’accepteraient pas ces solutions. Mais a contrario, 45% y sont ouverts.

 

Syrie : doutes sur responsabilité personnelle de Bachar Al-Assad

Syrie : doutes sur responsabilité personnelle de Bachar Al-Assad

 

Selon  des écoutes de l’armée allemande révélées dimanche par le journal Bild, Bachar al-Assad n’aurait vraisemblablement pas approuvé personnellement l’attaque du 21 août. Le journal allemand rapporte que de hauts gradés de l’armée syrienne « réclament régulièrement depuis environ quatre mois des attaques chimiques au palais présidentiel à Damas (mais) ces demandes ont été toujours refusées, et l’attaque du 21 août n’a vraisemblablement pas été approuvée personnellement par Bachar al-Assad« . Le média s’appuie sur des écoutes effectuées par un navire allemand près des côtes syriennes. Bild n’est pas le seul journal à évoquer cette possibilité. La chaîne de télévision israélienne Channel 2 a également émis cette hypothèse, tout comme le journal américain The Times. Leur théorie repose sur l’idée que c’est le frère de Bachar, Maher al-Assad, qui aurait donné l’ordre des attaques chimiques. Il aurait agi ainsi en représailles à la tentative d’assassinat de son frère, et cela ne proviendrait pas d’une attaque stratégique du régime. Maher al-Assad est le chef d’une unité d’élite, dont l’effectif est estimé à environ 10.000 hommes, dont la base est située sur la base de la 4ème Division blindée de l’armée. Or, c’est de cet endroit que viendraient la plupart des bombardements.  Bachar al-Assad, lui, continue à réfuter être derrière l’attaque chimique du 21 août, a rapporté dimanche le journaliste de CBS qui l’a interviewé à Damas. « Il a nié avoir quelque chose à voir dans cette attaque« , a affirmé le journaliste Charlie Rose sur CBS. « La chose la plus importante qu’il ait dite, c’est qu’il n’y a pas de preuve que j’ai utilisé des armes chimiques contre mon peuple« , a ajouté le journaliste américain. Des extraits de l’interview avec le dirigeant syrien devaient être diffusés lundi matin par la chaîne, puis l’intégralité lundi soir sur une autre chaîne PBS.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol