Archive pour le Tag 'douce'

Page 2 sur 2

Déchéance de nationalité : Macron met la pédale douce en prévision de 2017

Déchéance de nationalité : Macron  met la pédale douce en prévision de 2017

Une information qui n’a pas encore attiré l’attention sur les manœuvres en cours à gauche en vue de la désignation du candidat pour 2017. Il est pour le moins curieux qu’au moment où l’assemblée nationale votait la question de la déchéance de nationalité, Macron, lui, mettait la pédale douce sur la question de la déchéance de nationalité ,  histoire de se rabibocher avec une gauche qui jusque-là en a fait sa tête de Turc. Invité de la Fondation France-Israël, le ministre de l’Économie a déploré que l’on ait «prêté trop d’importance à ce débat». L’enjeu pour Macron,  c’est de se distinguer de Valls avec lequel il sera en concurrence pour le cas où Hollande ne se représenterait pas. Une hypothèse de plus en plus plausible quand les sondages font apparaître que 75 % des Français ne souhaitent pas la réélection de François Hollande et que ce dernier n’obtiendrait que de l’ordre de 18 % en 2017 très loin derrière Juppé et Marine Le Pen. Dans cette hypothèse,  une primaire à gauche s’imposerait ;  or pour l’instant, Macron devance de très peu Valls dans les sondages. Macron doit donc se démarquer, ce qu’il a déjà fait dans le domaine économique et ce qu’il commence à faire maintenant dans le domaine sociétal qui n’est pourtant pas son champ de compétence. Mais à gauche beaucoup parient  déjà sur le retrait de François Hollande, et Macron commence à placer ses pions avec comme objectif central de se distinguer de Valls. Quitte d’ailleurs à s’essuyer les pieds sur ses convictions.  «J’ai, à titre personnel, un inconfort philosophique avec la place (que ce débat) a pris, parce que je pense qu’on ne traite pas le mal en l’expulsant de la communauté nationale. Le mal est partout. Déchoir de la nationalité est une solution dans un certain cas, et je vais y revenir, mais à la fin des fins, la responsabilité des gouvernants c’est de prévenir et de punir implacablement le mal et les actes terroristes. C’est cela notre devoir dans la communauté nationale», a encore martelé Emmanuel Macron. Une prise de position qui va à l’encontre de celle défendue par l’exécutif. Elle rappelle par ailleurs celle de l’ex-ministre de la Justice, Christiane Taubira, dont l’opposition à la mesure l’a contrainte à démissionner de manière fracassante la semaine dernière.

 

Notre Dame des landes : pédale douce de Ségolène Royal

Notre Dame des landes : pédale douce de Ségolène

 

Consciente des enjeux politiques la ministre de l’écologie Ségolène royale demande du temps au temps afin d’engager un dialogue constructif à propos du projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes. En souhaitant qu’ une réelle concertation se mette en œuvre Ségolène royale espère bien ainsi enjamber l’échéance de 2017 afin de ne pas contrarier les écolos. Au-delà de ses préoccupations politiciennes, Ségolène Royal contrairement à Manuel Valls notamment, n’a jamais été favorable à la création de cette nouvelle infrastructure près de Nantes. À juste titre elle considère que la perspective de ce nouvel aéroport doit être replacée dans une problématique de transport plus large incluant les conséquences de la ligne TGV  Paris Nantes. À cet égard de nombreux expert transport considèrent qu’en réalité ce projet d’aéroport s’inscrit surtout dans des préoccupations immobilières. L’objectif étend de récupérer les anciens terrains de l’actuel aérodrome aux fins de réaliser une très grosse opération urbanistique. La ministre de l’Ecologie a donc souhaité « que les élus locaux prennent leurs responsabilités, à eux de remettre les choses à plat, à la lumière des changements électoraux »« Le dialogue doit être renoué, je suis prête à aider les élus mais je ne prendrai pas d’initiatives s’il n’y pas localement de volonté de dialoguer. On ne va pas se substituer aux élus. »Même. Le juge, Pierre Gramaize, demande « du temps pour réfléchir et rédiger son rapport « . Un avis pourrait être rendu le 25 janvier. Le groupe de BTP Vinci réclame l’expulsion de onze familles et quatre exploitants agricoles du site. Des opposants au projet étaient rassemblés ce mercredi en fin de matinée devant le palais de justice de Nantes, en soutien aux personnes menacées d’expulsion.  Lors de l’ouverture de la conférence mondiale sur le climat (COP21), à Paris-Le Bourget, Mme Royal s’inquiétait déjà des volontés gouvernementales de débuter le chantier et d’évacuer la ZAD, la zone à défendre occupée par plusieurs centaines de militants écologistes: « A 30 jours de la COP avec les régionales, juste pour montrer l’autorité, mais l’autorité sur quoi ? », aurait-elle confié. « Elle est furax », aurait ajouté un membre de la délégation française. L’opposition de Ségolène Royal, ou à tout le moins sa prudence, n’est pas nouvelle. En mars 2015 déjà, dans une interview à BFMTV/RMC, la ministre avait suggéré un « référendum local au niveau départemental ». « Ouvrons les choses, au lieu de toujours se figer dans des postures, dans des conflits. Décompressons, ouvrons le jeu de la société, permettons que les gens s’expriment, faisons confiance à l’intelligence humaine, au dialogue démocratique, à la démocratie participative », avait-elle alors lancé, à l’appui de sa suggestion.

Taxe télécoms : une petite taxe augmentée en douce

Taxe télécoms : une petite taxe augmentée en douce

 

C’est le principe de l’ingénierie fiscale française, on commence par une petite taxe et progressivement on l’augmente. C’est le cas pour la taxe télécom. Et tout cela pour financer les gaspillages de l’audiovisuel public. Le tout étant payé d’une manière ou d’une autre par le consommateur. Les députés ont adopté lundi soir un amendement, présenté par la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, lors de l’examen du projet de budget 2016, qui vise à augmenter de 0,1% supplémentaire la « taxe télécoms » servant à financer l’audiovisuel public, suscitant la colère de la fédération française des télécoms (FFT). Cette nouvelle hausse suit une première annonce en la matière qui avait fait passer la taxe de 0,9% du chiffre d’affaires des opérateurs à 1,2% mi-septembre et désormais, donc, 1,3% après l’adoption de ce nouvel amendement. Dans la foulée de son adoption, le président de la FFT, Didier Casas, a estimé que ce vote était vu comme « une provocation » par les opérateurs membres de la FFT (dont Free Mobile ne fait pas partie), qui « expriment leur colère » face à cette décision

Les hausses de l’été : en douce !

Les hausses de l’été : en douce !

Comme d’habitude on profite de l’été pour discrètement augmentés certains tarifs ;  c’est le cas pour l’électricité la poste, les services aéroportuaires et dautres. Parallèlement on diminue la rémunération du livret à. On paye en effet désormais plus cher l’électricité. Les tarifs réglementés d’EDF augmentent ce samedi 1er août, en moyenne, de 2,5%. Si l’on prend la facture moyenne des Français : 780 euros par an, elle va grossir d’environ 15 euros. En revanche, les prix restent les mêmes pour les artisans, commerçants et petites entreprises. Les prix du gaz ne bougent pas. Au même moment où La Poste annonce des résultats financiers record, le gouvernement autorise l’augmentation des tarifs du courrier. La poste a réalisé de substantiels bénéfices pour le premier semestre 2015 : plus de 400 millions soient une progression de 31,7 %. Pour autant elle décide d’augmenter les tarifs le prix. Cette  augmentation s’inscrit dans une suite de hausses de services publics décidés discrètement pendant l’été (l’électricité par exemple) et dépasse et de très loin l’inflation laquelle se limite actuellement sur un an à 0,3 %. Difficile de croire qu’avec cette hausse des services publics (comme privés)  l’inflation officiellement mesurée par l’INSEE puisse être limitée à 0,3 %. Les tarifs du courrier augmenteront donc encore de 3,6% en moyenne au 1er janvier prochain après avoir déjà enregistré une hausse sans précédent de 7% début 2014, annonce jeudi La Poste. Autre  mauvaise nouvelle, celle des épargnants. Le taux du Livret A passe de 1 à 0,75 %. Une baisse due à la faiblesse «  officielle »  de l’inflation. Du jamais vu depuis sa création en 1818. De quoi faire râler les Français : 9 sur 10 en possèdent un. Avec des taux historiquement bas, le Livret A subit logiquement ce qu’on appelle une décollecte, c’est à dire des retraits supérieurs aux dépôts. D’une certaine manière on reprend d’une main ce qu’on n’a pas donné de l’autre. Ainsi si le salaire moyen brut sans augmenter de 1 % un 2014 c’est uniquement par référence à un indice de l’INSEE obsolète. Indice qui permet donc de faire apparaître un pseudo augmentation du pouvoir d’achat. Ce qui n’empêche pas le gouvernement d’autoriser la hausse de certains services publics et pire en fait de ponctionner dans l’épargne du livret à dont la rémunération devient ridicule. Au total c’est un ensemble de mesures qui va faire progresser les dépenses contraintes dés ménages et donc peser sur la consommation et la croissance.

Hollande : pédale douce sur les réformes !

Hollande :  pédale  douce sur les réformes !

Après le coup malheureux du 49-3, l’échec des négociation sur le dialogue social, Hollande s’apprête à mettre ma pédale douce sur les réformes. D’autant qu’il n’est plus certain de disposer d’uen majorité à l’assemblée. Du coup l’urgence est d’attendre et notamment de prendre en compte la débâcle du PS aux départementales ; Pourtant Valls ne cesse de clamer qu’il veut  de réformer, encore et encore. Mais  là s’agit là davantage d’uen posture personnelle que d’une stratégie de l’Elysée. Valls doit annoncer prochainement le contenu de cette réforme du dialogue social mais dont l’objet pourraiat être très réduit et le calendrier très incertain.. À l’Élysée en effet, on temporise sur la réforme du dialogue social. «Il n’a jamais été question qu’elle figure dans cette session, assure un proche du chef de l’État. Pour l’instant, nous n’en avons déterminé ni le champ, ni le vecteur, ni le calendrier exact.» En clair, rien n’est prêt. Et le programme parlementaire ne risque pas de dégager de l’espace avant longtemps. D’ici à juin, les députés doivent ainsi étudier le projet de loi sur la fin de vie et la réforme territoriale. À cela s’est rajouté le projet de loi sur le renseignement. Or sur tous ces textes, Manuel Valls ne pourra plus utiliser le 49-3, ce qui risque de se traduire par un allongement des débats. «La réforme territoriale et la loi santé, ce ne sont pas les mêmes clivages. Et le texte sur le renseignement, c’est l’unité nationale», se rassure un conseiller. Pour l’heure, le gouvernement s’efforce d’avancer comme si de rien n’était sur la réforme du dialogue social. Manuel Valls doit en dévoiler les grandes lignes mercredi, à l’occasion d’une réunion à Matignon avec les partenaires sociaux et le ministre du Travail, François Rebsamen. «L’idée est toujours de la faire passer en première lecture avant les vacances parlementaires de l’été», explique-t-on dans son entourage. L’urgence est surtout à essayer de dédramatiser l’enjeu de la réforme.  «Ce texte n’est pas une grande surface, c’est un petit magasin. Ce n’est pas un texte où chacun peut trouver une raison de s’opposer. Il ne s’agit pas d’assouplir le marché du travail mais d’améliorer la représentation des salariés», plaide-t-on au ministère du Travail. Il n’empêche, le risque est réel que, comme sur la loi Macron, cette réforme du dialogue social ne devienne un prétexte à cristalliser les oppositions entre des socialistes au bord de la rupture.

Tarifs bancaires 2015 : des hausses en douce !

Tarifs bancaires 2015 : des hausses  en douce !

 

En théorie les frais bancaires devraient être modérés mais en théorie seulement car tout dépend de la structure, du niveau de la tarification de chaque banque aussi du profil du déposant. En fait vont surtout augmenter les frais cachés sous le générique très flou «  frais de tenue de compte ». Des frais d’autant plus injustifié que les banques grâce à leurs clients disposent d’une trésorerie considérable qui leur permet notamment d’atteindre les critères de solvabilité de Bâle (Bâle 3) et aussi de spéculer sur les marchés puisque la France a renoncé à séparer les activités de dépôts et de marchés. La hausse du nombre d’établissements facturant des frais de tenue de compte se confirme donc. Ils devraient augmenter en moyenne de 22,8 % en 2015, après avoir progressé de 14,2 % en 2014, indique le site comparateur de tarifs Panorabanques.com dans une enquête tarifaire récente. Il est à noter que chez Société Générale, la gratuité des frais de tenue de compte prendra fin l’an prochain. Ils coûteront 24 € par an à partir du 1er janvier 2016. Depuis le 1er janvier 2014, la loi bancaire a plafonné à 8 € par opération, et 80 € au total par mois, les commissions d’intervention perçues par la banque en cas d’irrégularité de fonctionnement du compte (absence ou insuffisance de provision, coordonnées bancaires inexactes…). Paradoxalement, il faut s’attendre à payer son dépassement de découvert (qui inclut les frais de découvert et commission d’intervention) légèrement plus cher cette année. Car « certaines banques qui facturaient les commissions au-dessous du plafond légal se sont maintenant alignées sur ce plafond », pointe Guillaume Clavel, président et fondateur de Panorabanques.com. C’est le cas de la Banque Populaire Rives de Paris, qui facture 8 € contre 7 € auparavant. La hausse est encore plus significative au Crédit Mutuel Centre Est Europe (8 € contre 5,20 €). Près de la moitié des banques augmenteront le prix de leurs cartes bancaires cette année. L’inflation est assez marquante chez LCL. Les tarifs de ses cartes à débit immédiat et différé seront en nette hausse à partir du 1er avril. « Il ne faut pas s’en tenir à l’évolution de nos prix du catalogue de base. De nombreuses offres annexes permettent de réduire sa facture », nuance un porte-parole de la banque. A titre d’exemple, l’offre « duo » permet aux couples (mariés, pacsés, ou en concubinage) de bénéficier de 50 % de réduction à vie sur leurs deux cartes bancaires, ce qui revient à en payer une seule.

 

Intermittents : le gouvernement va lâcher…en douce

Intermittents : le gouvernement va lâcher…en douce

Pour le gouvernement, il faut monter ses muscles, déclarer que la réforme, c’est la réforme, on ne recule pas. Pourtant pour les intermittents (largement soutenus contrairement aux cheminots) on va trouver des accommodements. En clair on dit non d’abord, ensuite on négocie. . Le gouvernement  va valider la convention chômage (qui allonge pour certains la durée avant de toucher leurs allocations, augmente leur taux de cotisation et limite le cumul allocation et salaires). Puis il lâchera du lest sur d’autres aspects. Comment? En proposant des mesures pour aider les artistes et techniciens du spectacle les plus précaires, puis en lançant à l’été une grande concertation - entre l’État, le patronat et les syndicats - qui travaillera à une remise à plat à moyen terme du système. «Il faut trouver une solution immédiate pour préserver le dialogue social, les accords entre partenaires sociaux, mais aussi ouvrir une voie d’espoir pour les intermittents du spectacle», a ainsi justifié Manuel Valls sur France Info lundi. Ironie de l’histoire, cette stratégie ressemble à s’y méprendre à celle suivie en 2003 par le gouvernement Raffarin, qui avait créé un fonds d’aide pour les intermittents fragilisés par les nouvelles règles de l’époque. Un fonds qui a coûté jusqu’à 109 millions par an en 2006, avant de s’éteindre. Le gouvernement a peu, à vrai dire, d’alternatives. Il ne peut pas ne pas agréer la convention Unedic qui découle d’un accord signé par le patronat et une majorité de syndicats (CFDT, FO, CFTC) sous peine de tuer le dialogue social. Les syndicats signataires sont d’ailleurs sourcilleux sur les intermittents. Au sortir de la réunion de préparation de la conférence sociale, qui s’est tenue lundi à Matignon, les numéros un de FO et de la CFDT ont vivement réagi aux propos d’Aurélie Filippetti qui appelait samedi les partenaires sociaux «à prendre leurs responsabilités», sous-entendu à renégocier un accord mauvais. «Qu’elle prenne la présidence de l’Unedic!», a tonné Jean-Claude Mailly, de FO. «Aurélie Filippetti a fait une grave erreur», a renchéri Laurent Berger. Pour soutenir leur position, les signataires peuvent s’appuyer sur les dernières évaluations de l’Unedic qui montrent que 74 % des artistes et 25 % des ouvriers et techniciens du spectacle ne subiront, avec le nouvel accord qui entrera en vigueur le 1er juillet, aucun jour de différé (délai avant de percevoir les allocations chômage). Mais l’exécutif a peur de l’annulation des grands festivals de l’été et ne peut se couper d’un monde de la culture traditionnel soutien de la gauche. D’où son projet de redonner des billes aux intermittents. Les mesures seront annoncées en fin de semaine et s’appuieront sur les propositions du médiateur, le député PS Jean-Patrick Gille. L’exercice s’annonce complexe, en période de disette budgétaire. Manuel Valls devra trancher entre les ministères des Finances et du Travail qui campent sur une ligne dure et celui de la Culture, pro-intermittents. Aurélie Filippetti a déclaré dans Le Monde daté de mardi que «l’État est prêt à aller très, très loin dans cette voie» de la réforme du régime. Certes, certaines pistes de réforme, incluses dans le rapport Gille de 2013, ne coûtent rien, comme la requalification des CDD d’usage des intermittents en CDI passé un nombre d’heures, ou la lutte contre les abus. Mais d’autres sujets, comme la remise à plat de la liste des 193 professions ouvrant droit au statut d’intermittent, peuvent être polémiques. Surtout, la manœuvre en deux temps a peu de chances de fonctionner. «La remise à plat du système n’est acceptable que si, au préalable, il n’y a pas d’agrément de la convention», a martelé lundi Denis Gravouil, le patron de la CGT-spectacle. Bref, la situation est, comme à la SNCF, bloquée. En fin de journée, les intermittents du spectacle réunis en assemblée générale dans le parc de la Villette à Paris ont appelé à «amplifier la grève» contre l’agrément de la convention chômage.

 

Immigration : pédale douce du gouvernement à cause des élections

Immigration : pédale douce du gouvernement à cause des  élections

 

On devait annoncer des mesures chocs, on  se contentera de banalités ; Ayrault remet son plan dans sa poche en raison des élections et de la montée du FN. Jean-Marc Ayrault a plaidé mardi 11 février pour une intégration « apaisée «en fait un plan a minima en faveur des immigrés et de leurs descendants. Le suivi de ce plan, qui comporte 28 mesures, dont certaines étaient déjà connues, sera assuré par un délégué interministériel placé sous l’autorité du Premier ministre. Il sera nommé dans les toutes prochaines semaines.  »Nous voulons traiter sereinement, de façon apaisée » ces questions, a plaidé Ayrault. Elles avaient fait l’objet d’une vive polémique en décembre après la publication de rapports sur le site de Matignon. « Il n’était pas question que la gauche renonce à traiter ces questions sous prétexte que certains cherchent à l’instrumentaliser », a fait valoir le chef du gouvernement.  »La politique n’est pas l’art de mettre sous le tapis les problèmes », a justifié le Premier ministre, en réponse à ceux qui lui reprochent de rouvrir ce dossier à moins de deux mois des municipales. « La politique d’intégration telle que nous la concevons est d’agir en profondeur pour réduire les inégalités », a-t-il expliqué, souhaitant des mesures « consensuelles ». Il n’est cependant pas question d’introduire des « droits spécifiques pour telle ou telle catégorie de citoyens » et de mettre en place une discrimination positive, a assuré Ayrault. « Ce n’est pas le début d’une nouvelle ère ». Parmi les mesures figurent le renforcement de l’apprentissage du français pour les primo-arrivants. Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, a indiqué que le niveau en langue française serait désormais une condition à la délivrance de titres de séjour. Le CV anonyme sera par ailleurs à l’ordre du jour de la conférence sociale organisée avant l’été, tout comme les actions collectives contre les discriminations.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol