Archive pour le Tag 'douanière'

Suppression de l’union douanière avec la Turquie

Suppression de l’union douanière avec la Turquie

 

Macron veut punir la Turquie pour ses propos injurieux et irresponsables envers la France mais aussi pour sa politique incendiaire dans nombre de conflits avec la Grèce, avec Chypre, en Libye, en Syrie ou encore dans le Haut-Karabakh .

 

Il est certain que des mesures économiques répressives seraient plus efficaces que les déclarations certes tonitruantes mais sans lendemain concret. En effet ,la situation économique grecque est particulièrement grave avec un écroulement de sa croissance en même temps qu’un effondrement de sa monnaie qui a perdu plus de 30 % depuis le 1er janvier. Erdogan a dû nommer encore un nouveau gouverneur de la banque banquent centrale turque considérant la politique monétaire de son pays trop peu accommodante. Son gendre, ancien ministre des finances, a dû démissionner pour des raisons de « santé ».

 

Selon Europe 1, Emmanuel Macron va proposer que le Conseil européen supprime l’union douanière avec la Turquie. « Il y a des moyens de pression, il y a un agenda de sanctions possibles », avait prévenu Jean-Yves Le Drian, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, sur Europe 1, jeudi 5 novembre.

Cet accord, créé fin décembre 1995, permet des échanges économiques non-taxés entre les deux parties. L’ensemble des secteurs économiques ne sont pas couverts, c’est notamment le cas de l’agriculture. L’union douanière a été une réussite : la Turquie est devenue un important partenaire commercial européen (17 milliards de solde positif pour l’UE en 2015) et a fortement bénéficié des retombées économiques de l’accord, accélérant sa modernisation.

Pour l’heure, la piste de cette suppression est à l’étude au sein du gouvernement français. Pour que cette mesure soit prise, il faudra que la France obtienne l’accord de l’ensemble des chefs de gouvernements de l’Union européenne.

Le problème, c’est que l’Allemagne n’est pas certaine de suivre la France sur ce terrain non seulement pour ne pas handicaper ses exportations mais aussi pour éviter des troubles internes compte tenu de la très forte présence de Turcs dans le pays.

 

L’Allemagne, qui dispose d’une importante communauté turque sur son sol, suivra-t-elle ? De quoi en tous cas remettre la question sur la table alors qu’un Conseil européen est prévu les 15 et 16 octobre.

Trêve douanière US–UE : nouveau chantage américain

Trêve douanière US–UE : nouveau chantage américain

 

Les États-Unis ressortent l’éternel dossier des aides passées des Etats au secteur aéronautique pour lever les sanctions douanières prises vis-à-vis de l’union économique. On sait que le même reproche de soutien illégal est fait par l’union économique à Boeing.

L’OMC a jugé que les allègements fiscaux dont a bénéficié Boeing étaient infondés et que les prêts bonifiés obtenus par Airbus auprès des Etats européens l’étaient également. Airbus comme Boeing disent depuis s’être conformés aux décisions rendues par l’organisation internationale.

Un porte-parole de la Commission a par ailleurs indiqué que l’Union européenne avait adressé en juillet 2019 une première proposition globale aux Etats-Unis qui a été actualisée en septembre. Cette proposition portait sur les problèmes en cours et le soutien futur au secteur aéronautique.

“La première réaction américaine nous est parvenue à la fin de la semaine dernière. C’est la première fois que nous recevons une réponse de la part des Etats-Unis sur des éléments de fond de notre proposition. Nous avons désormais donné notre réponse et nous sommes prêts à poursuivre ces discussions”, a-t-il déclaré.

La proposition américaine a peu de chances d’être acceptée par l’UE qui semble prête à imposer de nouveaux droits de douane à l’issue d’une réunion de l’OMC prévue le 26 octobre.

L’organisation internationale avait rendu en octobre dernier un jugement similaire en faveur des Etats-Unis, les autorisant à appliquer des droits de douane sur 7,5 milliards de dollars d’importations en provenance de l’UE, dont le vin français, le fromage italien et le whisky écossais.

Le litige entre Boeing et Airbus, le plus important jamais traité par l’OMC, remonte à 16 ans plus tôt et pèse sur les relations commerciales entre l’Europe et les Etats-Unis, s’étendant à de multiples secteurs allant du luxe à l’agriculture.

Pour les analystes, chaque camp cherche avec ces propositions à renforcer ses positions avant une éventuelle négociation.

Taxes douanière américaines : incertitudes et divergences

Taxes douanière américaines : incertitudes et divergences

Finalement, la décision de Trump de prolonger d’un mois l’exemption de droits supplémentaires sur les importations ne satisfait personne car elle crée une période supplémentaire d’incertitudes, aussi de divergences internes à l’UE. On voit bien que les mesures de rétorsion européennes  suite aux taxes américaines  qui pourraient être prises par l’Europe sont assez modérées.  La Commission a fait savoir que l’UE imposerait des droits de douane sur 2,8 milliards d’euros (3,4 milliards de dollars) d’exportations américaines, dont le beurre de cacahuètes et les jeans, si ses exportations de métaux vers les États-Unis, d’une valeur de 6,4 milliards d’euros, étaient finalement soumises à des droits de douane. En fait l’Europe si elle était suffisamment unie aurait pu négocier avec les Etats-Unis mais comme ce n’est pas le cas, on attend la décision de Trump pour régir. En cause le fait que les Etats ont des intérêts assez divergents vis-à-vis des Etats-Unis. Le pays le plus concerné est sans aucun doute l’Allemagne qui voudrait bien une réaction mesurée de l’UE pour ne pas subir les foudres en retour du président américain. D’autres pays qui accueillent ou bénéficient de l’économie des GAFA sont encore plus mesurés. Justement sur le projet de taxation des GAFA sur le chiffre d’affaires plusieurs pays se sont opposés à cette respective. L’Allemagne  elle même après avoir soutenu la France  a pris uen position neutre. De toute manière,  il faut relativiser l’importance de taxes sur l’acier et l’aluminium, ce n’est pas son importance qui est en cause mais l’incertitude que cela peut créer sur le commerce international avec la possibilité de mesures protectionnistes en chaine. En attendant la décision finale de Trump, la position de l’union économique est très défensive. Bruxelles  estime que l’UE n’est pas la cause des surcapacités en matière d’aluminium et d’acier et réclame une exemption permanente. “L’UE devrait être totalement et définitivement exemptée de ces mesures car elles ne peuvent être justifiées par des raisons de sécurité nationale”, indique la Commission européenne. L’Allemagne, dont l’excédent commercial est très critiqué pour Donald Trump, a déclaré mardi qu’elle voulait également à une exemption permanente.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol