Archive pour le Tag 'Don Quichotte'

Sondage :Valls plonge encore, la chute de Don Quichotte !

Sondage :Valls plonge encore, la chute de Don Quichotte  !

 

Dans un sondage TNS le Figaro, Valls perd encore 6 point pour atteindre 42% tandis que que Hollande perd aussi 1 point à 22%. Dans l’opposition Juppé toujours nettement en tête à 42% et Sarko à 33%. Le plus significatif est cette chute de 6 points de Valls qui prouve d’une  part que l’esprit du 11 janvier a bien disparu surtout fusillé par les micro réformes du gouvernement et les polémiques. Pourtant Valls n’a jamais autant parlé, ne s’est jamais autant agité, n’a jamais autant proclamé «  son autorité ». Mais  l’homme de fer qu’il se prétend commence à rouiller sous la pluie des critiques concernant en réalité son immobilisme caché par son activisme de façade. Il apparait de pus en plus clairement au Français que Valls est davantage préoccupé par sa posture de Clemenceau  d’opérette que par les résultats politiques. Cette posture de faux dur, cette arrogance, ces colères de comédien commencent  à lasser de plus en plus de français. Car son action se résume surtout à des commentaires autoritaristes  sur la situation du pays , pour le reste c’est l’inaction. L’utilisation du 49-3 pour la mini Loi Macron n’a trompé personne ;C’était une  fois encore l’occasion de monter sa pseudo-fermeté pour écraser des frondeurs qui font la guerre avec des sabres de bois au gouvernement. Un marteau pilon pour écraser une  mouche.  Du coup le peu de positif dans la loi Macron risque de disparaitre. Après la débâcle au départementales, il sera encore plus difficile à Valls de trouver uen majorité pour une  loi qui n’est pas vraiment celle du siècle et qui n’est pas à la hauteur des enjeux des la modernisation économique souhaitable. Valls fatigue tout le monde. il joue et surjoue Don Quichotte monté sur âne gouvernemental. Il attaque des moulins à vent, enfonce des portes ouvertes,  se gave de banalités en drapant sa nullité politique dans le voile des valeurs de la république. Le pire ses personnages dont la république a besoin, celui qui parle ,parle , saoule mais n’agit pas et ne se préoccupe que de sa posture.

Montebourg, Don Quichotte : l’ennemi, c’est la banque et l’assurance !

Montebourg, Don Quichotte : l’ennemi, c’est la banque et l’assurance !

Montebourg en Don quichotte pathétique refait le coup de Hollande et de son fameux slogan «  l’ennemi, c’est la finance ! » Cette Fois Montebourg y ajoute l’assurance ; banque et finance qui n’ont pas à diriger l’économie dit Montebourg ; Il faudrait bien qu’il en parle à son collègue Moscovici qui sous la pression a réalisé une mini reforme bancaire et finalement a donné raison aux banques. Montebourg qui ne craint pas le ridicule décerne aussi des médailles de patriotisme à Gattaz mais aussi aux syndicats. Ce n’est pas le ministre du redressement productif mais de la parole emphatique. Après l’euro fort, ce jeudi 5 janvier, Arnaud Montebourg s’en est un pris à un autre de ses meilleurs ennemis: la Finance. « Je voudrais dire que, dans le Medef, il y a peut-être deux tendances finalement », a d’abord affirmé ministre devant l’Association des journalistes parlementaires, à l’Assemblée nationale. « Il y a celle de la banque-assurance, qui entretient une certaine indifférence à l’égard du maintien de nos intérêts industriels et productifs dans notre pays », a-t-il ensuite souligné, reprochant à ce secteur d’être à l’origine « du décrochage de la France ». « Nous sommes habitués à ce que la banque et l’assurance croient pouvoir diriger l’économie française. Et ça, ce n’est plus possible », a-t-il ajouté avant de s’en prendre au libéral Denis Kessler, patron du réassureur Scor et ancien vice-président du Medef, pour ses « philippiques un peu morbides ».  En revanche, le ministre a fait l’éloge du « patriotisme » de la tendance industrielle de l’organisation patronale et de Pierre Gattaz. « Il y a au Medef des forces qui défendent les bases productives, qui défendent l’industrie. Et je tiens Pierre Gattaz parmi celles-là », a-t-il assuré, dans un compliment peu habituel de sa part. Le ministre, qui s’en prend régulièrement aux banques dans ses interventions et à leur manque de soutien à l’industrie, a marqué sa préférence pour le « patronat industriel et patriote » face à celui, « hors sol », qui prône une France mondialisée ». Et d’ajouter que cet « esprit patriotique est le même que celui que je rencontre à la CGT, à FO ou à la CFDT ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol