Archive pour le Tag 'doigts'

Brexit : Juncker tape sur les doigts de Renault et des autres industriels

Brexit : Juncker tape sur les doigts de Renault et des autres industriels

 

À juste titre Juncker tape sur les doigts de Renault et des autres industriels qui tentent des passer  des accords directs concernant les droits de douane suite au brexit. En clair le gouvernement britannique et les industriels tentent d’ignorer les conséquences du brexit. Si on comprend des préoccupations des industriels français comme allemands pour continuer leur commerce avec la Grande-Bretagne pour autant ils ne sauraient prendre la place des autorités politiques pour négocier les conditions légales du commerce international entre l’union économique et la Grande-Bretagne. Ce que vient de rappeler avec force le président de la commission Jean-Claude Juncker. La vérité c’est que la première ministre britannique est aujourd’hui un peu dans le brouillard, il lui faut assumer la décision du brexit, c’est-à-dire la rupture nette avec l’union économique, mais en même temps tenté de contourner des conséquences qui vont durcir les échanges entre l’union économique et le Royaume-Uni. Dans une interview publiée samedi par le quotidien belge Le Soir, Jean-Claude Juncker dit avoir entendu les inquiétudes d’industriels lors d’une réunion avec le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, tout en leur conseillant de ne pas interférer dans les discussions. « Je m’inscris en faux contre les velléités dans certains pays, et notamment dans les milieux industriels, de trouver un accord avec les Britanniques pour leur secteur, avant que les 27 autres ne se soient prononcés », déclare le patron de la Commission. « J’ai dit (aux industriels) de ne pas s’immiscer dans le débat, car ils me trouveront sur leur chemin. C’est une négociation entre 27 et le Royaume-Uni », ajoute-t-il. Le gouvernement britannique a fait savoir lundi qu’il avait donné des assurances à Nissan avant l’annonce la semaine dernière de la décision du constructeur japonais de construire deux nouveaux modèles à son usine anglaise de Sunderland. L’annonce de ce premier gros investissement industriel au Royaume-Uni depuis le vote du 23 juin en faveur d’une sortie du pays de l’Union européenne a fait suite à l’obtention par Nissan de garanties écrites du gouvernement sur le maintien de la compétitivité, a dit une source à Reuters. Des garanties qui ne sont pas légales au regard de la régulation européenne. En effet si on autorise chaque secteur industriel voir chaque société négocier ses propres droits de douane et ses compensations financières à l’heure il en est fini de la souveraineté des états comme de l’union économique ; une souveraineté déjà discutée

(Avec Reuters)

Chômage : la France « à deux doigts » (Sapin) … années ou décennies ? ‘

Chômage : la France « à deux doigts, » (Sapin) … années ou décennies ? ‘

 

Il est sympa Sapin ,en tout cas pas aussi antipathique que d’autres , mais aussi nul quand il affirme qu’on est à « deux doigts » d’inverser la courbe du chômage ; d’abord une expression d’analyse statistique qui n’a aucun sens politique, l’objectif n’étant pas d’inverser la courbe mais de résoudre le chômage (exception faite du chômage résiduel qu’on chiffre au plus à 500 000). Ensuite, il ment et Hollande a pris soin de ne même plus retenir cet objectif pour 2014. Enfin sur le plan temporel, quelle valeur doit donner à l’expression «  deux doigts » ? Quelques  jours ou mois comme il dit ou quelques années ou décennies. Hollande et Sapin étaient peut être à deux doigts de traiter le chômage et ils seront à deux gros doigt de gagner les prochaines élections.  Donc Si l’inversion de la courbe du chômage ne s’est pas produite en 2013, elle ne saurait tarder selon le ministre du Travail. Tout en refusant de fixer un objectif pour 2014, Michel Sapin a promis sur France Inter ce mardi 28 janvier que la courbe s’inverserait bientôt. « Nous n’avons pas atteint l’objectif. La courbe globale du chômage ne s’est pas inversée. Nous sommes à deux doigts de le faire », a-t-il assuré. Récusant le terme de « pari raté » utilisé par le journaliste qui l’interrogeait, il a estimé que l’inversion de la courbe du chômage était plutôt un « objectif mobilisateur ».  « Est-ce que c’est le moment de baisser les bras? Non. C’est le moment au contraire de renforcer nos politiques, d’accélérer tous les moteurs. C’est aussi la question de la création d’emplois dans les entreprises » qui est « évidemment ce qui a manqué en 2013″, a ajouté Michel Sapin.  « Cet objectif est atteignable. Nous sommes à deux doigts (…) à quelques jours peut-être, à quelques mois, à deux doigts » d’inverser la courbe, a insisté le ministre. Interrogé sur la réaction du président de l’UMP, Jean-François Copé, qui a réclamé la démission de Michel Sapin dès lors que l’inversion de la courbe ne s’était pas produite, le ministre du Travail a répondu: « ça, c’est le degré zéro de la politique qui est tout à fait à l’image de Jean-François Copé ».




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol