Archive pour le Tag 'docteur'

Hollande ou les recommandations du docteur Knock

Hollande ou les recommandations du docteur Knock

Vraiment gonflé Hollande de délivrer une ordonnance pour soigner le malade France. « Ce qu’il faut, c’est conforter le mouvement qui est engagé, l’investissement, la consommation, le pouvoir d’achat et éviter toute décision qui viendrait contrarier ce mouvement qui est engagé », a estimé l’ancien chef de l’Etat. Lequel s’est attribué le mérite de l’embellie que connaît actuellement l’économie française. « C’est vrai que les résultats sont là et qu’ils étaient d’ailleurs apparus dans les derniers mois du quinquennat et qu’ils sont encore plus manifestes aujourd’hui », a-t-il dit. « On a vu qu’à partir de 2015, la croissance était revenue, le chômage commençait à diminuer. »En fait la croissance a été seulement de 1.1% en 2015 et le taux de chômage a augmenté de 0,3 point de pourcentage pour atteindre 10,6 % de la population active. Et encore cette évolution de l’emploi a été soutenue par des artifices de pseudo formation et de pseudos (pas tous) emploi aidés. Hollande incapable de gérer sa  majorité du fait des frondeurs rejoint ainsi le camp des archaïques uniquement pour se faire une petite place dans l’histoire. Hollande prend la posture d’une Martine Aubry et joue les gauchistes. Pas évidemment dans l’intérêt du pays mais pour tenter de redorer  son image en attaquant de matière lamentable un Macron dont il jalouse la popularité. La médiocrité de Hollande se confirme en situation de gestion comme en situation d’ancien président. La médecine hollandaise ressemble à celle du docteur Knock qui ne supportait que ses patients soient en bonne santé. Hollande ne laissera pas une grande place dans l’histoire, il aura tué le PS, affaibli économiquement la France et même ridiculisé la fonction présidentielle. Son attitude désormais de frondeur ne fait qu’amplifier les ambigüités d’un personnage essentiellement préoccupé de sa seule personne et qui n’hésite pas à savonner la planche de son successeur pour servir son image. Encore une peu et Hollande va se réconcilier avec Mélenchon !

Assurance maladie la purge du docteur Fillon

Assurance maladie la purge  du docteur Fillon

Le débat des primaires est resté trop général pour approfondir les enjeux  des programmes proposés par exemple concernant l’assurance maladie. Sur ce sujet Fillon propose une mesure assez radicale puisque l’assurance maladie ne couvrirait désormais que les affections graves, les autres risques relevant de la responsabilité des assurances. De ce point de vue Fillon est demeuré dans un grand flou ; il faut donc se référer à son programme  « Redéfinir les rôles respectifs de l’assurance publique et de l’assurance privée, en focalisant l’assurance maladie notamment sur les affections graves ou de longue durée ; le panier de soins « solidaire » ; et l’assurance complémentaire sur le reste : le panier de sons « individuel ». Le contenu de ces paniers de soins sera dynamique et pourra évoluer chaque année. Les moins favorisés ne pouvant accéder à l’assurance privé bénéficieront d’un régime spécial de couverture accrue ». En fait  François Fillon veut faire  prendre en charge par l’assurance maladie que les pathologies lourdes mais qu’il ne précise pas. Cela pourrait par exemple exclure environ 50 % des pathologies. Les soins de ville représentent à peu près la moitié du total des dépenses, les autres 50 % représentant des dépenses en établissements sanitaires (hôpital, cliniques etc.). certaines interventions dans ces derniers établissements ne correspondent pas à la définition de pathologies lourdes. De la même manière dans les soins de ville certaines affections peuvent être classées comme pathologies lourdes mais la très grosse part concerne des maladies moins graves. Les propositions de Fillon visent donc à privatiser une grande partie de l’assurance maladie. Les patients seront contraints de se payer une assurance complémentaire dont le coût sera évidemment notoirement supérieur à ce qu’il paye concernant les mythes les mutuelles puisque les risques seront beaucoup plus considérables. Aujourd’hui un salarié paye ( en plus des cotisations patronales) environ 15% de son salaire pour la sécu (y compris CSG). Le salaire moyen net est de 2200 environ en France, le salarié paye de l’ordre de  300 à 400 euros pour la sécu, un chiffre qu’il faudrait doubler pour couvrir les risques liés aux pathologies considérées comme peu graves. Soit une énorme ponction de l’ordre de 15% sur les salaires. Des chiffres encore supérieurs à eux qu’avance la ministre de la santé Marisol Touraine. . Pour la ministre de la Santé Marisol Touraine, la proposition Fillon va conduire à ce que « chaque foyer paiera en moyenne 3.200 euros de plus par an pour se soigner ». Comment est-elle parvenue à ce calcul ? En divisant le montant des dépenses d’assurance maladie, hors affections longue durée, soit 90 milliards d’euros, par le nombre de foyers fiscaux (28 millions), ce qui fait 3.214 euros. En fait, ce calcul est contesté et contestable, puisque certaines maladies graves continueraient d’être remboursées par l’assurance maladie. François Fillon parle donc de « déclaration mensongère et absurde ». La tendance indiquée par Marisol Touraine n’en reste pas moins réelle: mécaniquement, les prix des assurances complémentaires privées vont déraper, puisque les montants remboursés augmenteront. Cela accentuera la tendance à la non-assurance: déjà, beaucoup de personnes âgées renoncent à la complémentaire santé, dont le coût annuel frôle les 2.500 euros pour les seniors. Ceux-ci s’arrangent pour être couverts par le régime des Affections de Longue Durée (ALD), qui procure un remboursement à 100% des frais médicaux. Un régime théoriquement réservé à la pathologie lourde dont souffre le patient, mais il sert souvent, en réalité, au remboursement par la sécu de tous les soins. Pour une famille avec deux enfants, le tarif moyen d’une mutuelle est de 1.100 euros par an. En moyenne, pour une complémentaire d’une qualité suffisante accordée à un salarié, le coût annuel dépasse les 700 euros annuels. L’augmentation des prix dépendra bien sûr de la définition du « panier de soins solidaire » et du concept de pathologies graves  prises  en charge par l’assurance maladie.

Cahuzac : Docteur Jekyll et Mister Hyde de la politique

Cahuzac : Docteur Jekyll et Mister Hyde de la politique

La défense de tels actes devient de plus en plus porteuse. Après avoir déclaré que les petits comptes planqués à l’étranger étaient destinés à Rocard voilà qu’il tente une explication pseudo psychologique en affirmant qu’il y a deux hommes en lui : le Docteur Jekyll et Mister Hyde. Un argumentaire tout aussi fumeux que l’explication précédente. De toute évidence qu’à usa que méritera le prix Goncourt cette année car ces sans aucun doute le nouvelle Eugène Sue. ue « Je n’ai pas voulu que l’homme privé, parce qu’il avait fait un choix de vie publique, ne puisse assumer ce qu’il avait toujours assumé vis-à-vis de sa famille », a-t-il déclaré. « Je n’ai pas su lever cette contradiction entre l’homme privé et l’homme public », a-t-il ajouté. « J’ai voulu garder ces responsabilités et conserver ce train de vie (…) J’ai échoué. » « Mon élection à la présidence de la commission des Finances sera l’électrochoc. Là, j’arrête de frauder. » Mais le blanchiment, lui, n’est pas terminé. Un an et demi plus tard, en septembre 2011, des espèces – 20.800 euros selon la banque, 10.000 selon le prévenu – sont en effet mises à sa disposition à Genève via un intermédiaire, le directeur adjoint de la banque suisse Reyl & Cie. Il s’agit du dernier retrait sur son compte caché, quelques mois avant l’élection présidentielle de 2012 qui le propulsera au poste de ministre du Budget. « N’y a-t-il pas quelque chose qui vous retient de le faire? », lui demande le président. « Lorsque ces opérations se déroulent, je ne me dis pas ‘tu fais ça alors que tu vas rentrer au gouvernement’ », assure le ministre déchu. Et de rappeler qu’à l’époque, la primaire de la gauche n’a pas encore eu lieu. Ce sont aussi les comptes frauduleux de son ex-femme, sur l’Ile de Man puis en Suisse, que le tribunal a examinés lundi. A la barre, Patricia Ménard, 61 ans, raconte la genèse de sa propre fraude, qui commence par un compte commun, assure-t-elle, et continue en solitaire, sur fond de brouille avec son époux. Dès 1996, Jérôme Cahuzac lui dit que la médecine l’ennuie « horriblement ». Il entend se consacrer à la politique et se présenter aux législatives dans le Lot-et-Garonne. Pour lui permettre de « s’épanouir », elle rejoint la clinique d’implants capillaires dans laquelle il exerce et reprend le flambeau, en particulier celui de la clientèle anglaise. C’est là que la « possibilité » d’ouvrir un compte sur l’Ile de Man lui est « présentée » par le directeur de la clinique, aujourd’hui décédé. Elle y ouvre ainsi un premier compte en 1997. Une forme d’ »épargne pas autorisée » alors « banalisée » dans plusieurs spécialités médicales, jure-t-elle. « S’il y avait du rab’ (dans nos revenus, NDLR), il passait soit en Angleterre, soit sur le compte de ma belle-mère », dit-elle simplement. (Avec Reuters

Macron-Modernisation économique: des mesurettes

Docteur Macron : bon diagnostic de l’économie mais thérapie insuffisante

 

Le docteur Macron, ministre de l’économe a bien diagnostiqué certaines maladies françaises «  la défiance, la complexité et le corporatisme ».Pour autant ses orientations ressemblent à des mesurettes. En effet la complexité par exemple ne pourra être guérie sans une refonte complète d’un Etat tentaculaire, la diminution du nombre de politiques et de fonctionnaires. Des castes qui nourrissent auusi largement le corporatisme. Le thérapies proposée par le docteur Macron relève en fait de l’ inventaire à la Prévert sans doute davantage pour impressionner Bruxelles et réclamer sa clémence plutôt que dune volonté d’engager de réelle reformes structurelles. . Ainsi plusieurs secteurs sont concernés par les dispositions envisagées, qui vont de la libéralisation du transport par autocar, à l’assouplissement de la réglementation du travail dominical en passant par la simplification des conditions d’installation des professions juridiques et médicales. Emmanuel Macron en est resté toutefois aux grands principes d’un texte qui sera présenté en décembre en conseil des ministres. Il aura alors été complété par d’autres dispositions, notamment sur l’immobilier ou le code du Travail si les négociations qui viennent de débuter sur la modernisation du dialogue social débouchent sur du concret. Sa présentation a coïncidé avec la transmission par la France à la Commission européenne de son projet de budget 2015 controversé, qui entérine un dérapage des déficits publics par rapport aux engagements pris par Paris.  Dans ce contexte, beaucoup y voient une démonstration surtout destinée aux Européens pour prouver que, à défaut de maîtriser ses finances, la France est prête à engager des réformes sérieuses pour favoriser croissance et emploi. Le ministre de l’Economie s’est défendu de tout marchandage avec l’exécutif européen, pour le dissuader de retoquer le budget français avant même qu’il soit voté. « Il n’y a pas d’échange ‘pétrole contre nourriture’ avec Bruxelles », a-t-il assuré, « ces réformes, nous les faisons pour nous-mêmes ».

Loi croissance par ordonnance… merci docteur Valls

Loi croissance par ordonnance… merci docteur Valls

 

Il n’ya sans doute qu’en France qu’on légifère sur la croissance comme si la croissance pouvait se décréter ; En fait il ne s’agit nullement d’une loi sur la croissance (encore une bouffonnerie de Montebourg, le genre d’enfumage qui a discrédité y compris son analyse pertinente de l’excès d’austérité). Il s’agit de quelques mesures très disparates, fiscales et réglementaire, s en particulier concernant les professions protégées et ou contingentées et le logement.  Le projet de loi sur la croissance va prendre la forme d’une « loi d’habilitation à procéder par ordonnances». Encore une fois le PS comble par l’enflure sémantique le vide de sa politique. Si Valls avait voulu vraiment agir sur la croissance alors il fallait inclure deux mesures fondamentales, la remise en cause des 35 heures et la suppression d’un millions de fonctionnaires.  Le gouvernement va recourir en partie à des ordonnances pour le projet de loi sur la croissance dont a hérité le nouveau ministre de l’Economie Emmanuel Macron, a indiqué Matignon à l’AFP vendredi 29 août, confirmant une information des Echos.
  »Le texte de loi sur la croissance comportera à la fois des dispositions d’applications directes à la loi, comme à l’ordinaire, et à la fois des habilitations à agir par ordonnances, par exemple sur le repos dominical », a indiqué le cabinet de Manuel Valls.  Les ordonnances sont une procédure par laquelle le gouvernement obtient l’accord du Parlement de légiférer sans avoir à débattre du détail du texte, en échange d’un accord sur une orientation générale. La procédure permet de limiter le temps accordé au débat.  »L’important c’est que le débat ait lieu sur l’ordonnance. Mais le détail technique se fait via l’ordonnance », a justifié le cabinet du Premier ministre.  Sur la question de la réforme visant des professions réglementées (notaires, huissiers…), un des autres grands volets de la loi, il n’est en revanche pas prévu un recours aussi important aux ordonnances que sur le travail du dimanche, selon Matignon. Le cabinet de Manuel Valls a également assuré que le remplacement de Montebourg, colbertiste revendiqué, par Macron, plus libéral, ne signifiait pas que des orientations prises par le premier seraient mises de côté par le second. Arnaud Montebourg avait promis le 10 juillet 30 mesures pour « restituer 6 milliards d’euros aux Français », dans le cadre d’un projet de « loi pour la croissance et le pouvoir d’achat ». Selon Les Echos, le projet de loi devrait être présenté en Conseil des ministres en octobre, au lieu du calendrier initialement prévu pour septembre. « Nous devons aller vite et prendre des mesures fortes: ouverture des professions réglementées, fin des monopoles indus et des rentes de situation ; levée des verrous et des blocages notamment en matière de logements », avait insisté jeudi soir le chef du gouvernement devant la conférence des ambassadeurs.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol