Archive pour le Tag 'divisions'

Front National : divisions autour de l’euro

Front National : divisions autour de l’euro

 

 

Indiscutablement le Front national a perdu de nombreuses voix avec sa proposition de sortir de l’euro et de rétablir le franc. Du coup, deux  camps  s’affrontent : ceux  toujours pour  l’abandon de la monnaie unique et ceux  qui pour des raisons électorales sont prêts à enterrer  ce qui faisait le cœur du programme de Marine Le Pen. Le choix est cornélien. Si  pour des raisons électorale, le Front National se résout au maintien de l’euro, il risque de se banaliser et de ne plus se distinguer des autres partis saufs sur les dimensions identitaires. Ce qui se joue c’est aussi la place de Florian Philippot dont le souverainisme excessif constituerait un frein à la progression du front national pour certains. Florian Philippot a déclaré jeudi qu’il quitterait le Front national si le parti abandonnait sa proposition d’abroger la monnaie unique, au coeur des controverses internes depuis la défaite de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle. Le clivage s’est accentué depuis dimanche au sein du parti d’extrême droite, où certains jugent que le discours anti-euro de la candidate lui a coûté cher face à Emmanuel Macron et plaident pour une inflexion de toute urgence, voire un aggiornamento. Le sujet est même devenu un casus belli, à en croire le vice-président du FN, par ailleurs proche conseiller de Marine Le Pen, qui s’est exprimé sur RMC. Prié de dire s’il resterait au FN dans l’hypothèse d’une volte-face sur l’euro, Florian Philippot a répondu : « Non. Je ne suis pas là pour garder un poste à tout prix et défendre l’inverse de mes convictions profondes. » « Mais je ne crois pas un seul instant qu’un parti qui défend la nation, la France, dans sa grandeur, dans son indépendance, dans sa souveraineté renonce à un combat qui est essentiel », a poursuivi le député européen, venu au FN en 2011 par attachement au souverainisme. Florian Philippot n’est pas le seul sur cette ligne au sein de l’appareil, qui a fait de l’opposition à l’Union européenne l’un de ses marqueurs depuis les années 1980. « Il n’y a pas de remise en cause de notre position là-dessus », a par exemple dit à Reuters le directeur du Front national de la jeunesse, Gaëtan Dussausaye. « Sans souveraineté monétaire, il n’y a pas de vraie politique de compétitivité ou de protection de notre modèle social. » Jean Messiha, qui a supervisé la rédaction du programme présidentiel, estime pour sa part qu’un revirement du FN le disqualifierait « définitivement ». Mais, pour d’autres, la promesse d’un abandon de la monnaie unique relève de la cause perdue. « Pour nous, la question de l’euro, c’est terminé, le peuple a fait son référendum dimanche dernier. Marine doit entendre ce message », selon le député Gilbert Collard, cité dans l’édition de jeudi du Parisien. Un point de vue partagé par le maire de Béziers Robert Ménard, proche du FN, et des cadres qui n’hésitent plus à s’exprimer publiquement, comme Pascal Gannat, chef de file du parti au conseil régional des Pays-de-Loire. Selon un sondage Ifop pour Le Figaro et la Fondation Robert-Schuman paru fin mars, près de trois quarts des Français (72%) se déclarent hostiles à une disparition de la monnaie unique.

 

Pétrole : toujours des divisions à l’OPEP

Pétrole : toujours des divisions à  l’OPEP

 

Comme déjà indiqué précédemment un accord de réduction de la production du pétrole paraît assez hypothétique il y a d’abord les oppositions entre l’OPEP et d’autres pays comme la Russie par exemple. La Russie qui verbalement déclare vouloir sa production mais concrètement ne la réduit pas. Il faut aussi compter avec les oppositions internes à l’OPEP notamment entre l’Arabie, l’Iran et l’Irak. Enfin il y a divergence sur l’objectif, certains voulant se limiter au gel de la production actuelle, d’autres la diminuer de près de 5 %. Au final un accord paraît actuellement assez hypothétique et s’il faut prévoir quand même une légère remontée des cours, elle sera cependant limitée du fait du tassement économique mondial en 2017 qui va peser sur la demande. Les experts de l’OPEP réunis à Vienne en vue d’un projet d’accord sur la réduction de la production pétrolière avant la réunion ministérielle de mercredi n’ont pas réussi à aplanir leurs divergences concernant les niveaux de production de l’Iran et de l’Irak, a déclaré lundi une source au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Les ministres du cartel doivent se réunir mercredi dans la capitale autrichienne pour débattre de l’encadrement de la production afin de soutenir les cours du brut. L’OPEP, qui représente un tiers de la production mondiale, était parvenue en septembre à un accord de principe pour ramener sa production dans une fourchette comprise entre 32,5 et 33 millions de barils par jour (bpj), contre 33,64 millions bpj actuellement. L’annonce de cet accord de principe avait donné un coup de fouet aux cours mais les investisseurs commencent à se demander s’il sera effectivement finalisé. L’Irak et l’Iran, respectivement deuxième et troisième producteurs de l’OPEP, ont exprimé des réserves sur leur contribution à ces baisses et Ryad s’est dit sceptique sur la volonté de Moscou de diminuer sa production. L’Arabie saoudite a contribué à semer le doute en disant dimanche que le marché se rééquilibrerait de lui-même l’an prochain même sans intervention des pays producteurs.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol