Archive pour le Tag 'dividendes'

Page 2 sur 2

Banques : plafonnement des dividendes et bonus

Banques : plafonnement des dividendes et bonus

 

Décision de la Banque centrale qui pour l’instant concerne cinq grandes banques dont on estime les fonds propres sont insuffisants. Mais une mesure qui pourrait être s’étendre tellement l’incertitude règne quant au niveau de fonds propres pour faire face aux risques en particulier aux créances douteuses. Personne ne connaît exactement le montant de ces créances douteuses parfois dissimulées dans des produits financiers complexes. Notons aussi que le déversement massif de liquidités par Ba banque centrale européenne a favorisé la détention d’actifs notoirement surévalués par rapport aux performances économiques sans parler des dettes d’Etat que détiennent encore de nombreuses banques. Bref la politique accommodante de la B anque centrale européenne comme d’ailleurs celle de la B anque centrale américaine a créé une véritable bulle financière déconnectée des résultats économiques. Un bullequi  jourrait un jour exploser notamment si la croissance venait à se tasser  brutalement. Aujourd’hui, cinq grandes banques de la zone euro s’exposent à un plafonnement des paiements de dividendes, bonus et coupons en 2017 car elles ont trop peu de fonds propres, estime la Banque centrale européenne (BCE). Dans un rapport annuel publié jeudi, la BCE ne nomme pas les cinq établissements en question, qui figurent parmi les quelque 130 qu’elle supervise depuis 2014 dans le but d’éviter que ne se répète la crise bancaire de 2008 à 2012. Les banques en Italie et d’autres pays touchés par la crise tels que le Portugal et la Grèce se trouvent dans l’obligation d’augmenter leur capital pour couvrir les pertes liées à leurs créances douteuses et irrécouvrables dont elles doivent de dessaisir. »Il se peut que davantage de levées de fonds s’imposent pour traiter la question des créances douteuses », observe Tom McAleese, responsable de la restructuration bancaire en Europe du consultant Alvarez & Marsal. « Mais assainir les banques est sans doute nécessaire dans certains cas ». Les créances non honorées resteront une priorité de la BCE en 2017, ainsi que certains actifs particuliers tels que le crédit maritime, une activité d’une centaine de milliards de dollars pour les banques allemandes. La BCE examinera également les conséquences possibles sur son propre travail réglementaire de la décision de la Grande-Bretagne de quitter l’Union européenne. Certains établissements basés à Londres pourraient développer leurs opérations dans la zone euro pour ne pas perdre l’accès à ce marché. Même si la BCE a abaissé ses exigences de fonds propres par rapport à 2015, il reste donc toujours cinq banques en situation délicate. La BCE exigeait que les banques dégagent en moyenne un ratio de fonds propres dur CET1, mesure de référence de leurs ressources propres, égal à 8,3% de leurs actifs pondérés du risque si elles devaient rémunérer les actionnaires et verser des bonus à certains de leurs salariés. En 2015, le ratio exigé était de 10,2%. En deçà de ce seuil, les banques s’exposent à un plafonnement des rémunérations hors salaires exprimées en pourcentage du bénéfice. L’abaissement du ratio pour établir le « montant maximum distribuable » (MDA) en dividendes, primes et coupons fait suite à un changement des règles suivant lequel les exigences habituelles de la BCE s’accompagnent d’une recommandation « guidance » mais qui ne rentre pas en ligne de compte dans le mécanisme du MDA. Une fois ces recommandations intégrées, le ratio est en fait stable, à 10,1% cette année. Ce concept a été instauré par la Commission européenne (CE) à la suite de turbulences sur les marchés pour préserver les détenteurs d’obligations convertibles du risque de non versement de leur coupon ou de leur dividende.

Dividendes : + de 50% au premier trimestre

Dividendes : + de 50% au premier trimestre

 

Il ne faut pas s’étonner si la grogne trouve un terrain favorable en France avec les annonces des hausse de salaires des grands patrons jusqu’à 100% ! et aussi avec la hausse des dividendes de plus de 50% au premier trimestre. Dans le même temps la plupart des rémunérations et pensions sont bloquées (en francs courants et davantage en francs constants)°. Près de 4,5 milliards de dollars de dividendes ont été reversés aux actionnaires de sociétés françaises entre janvier et mars 2016, selon une étude. Cette forte hausse sur les trois premiers mois de l’année s’explique par les 1,5 milliard de dollars de dividendes versés par le groupe Vivendi, présidé par Vincent Bolloré. Quand il s’agit de récompenser les actionnaires, l’heure n’est pas à la restriction. En France, toutes les sociétés ont maintenu ou augmenté leurs dividendes en euros au premier trimestre 2016, selon une étude du gérant d’actifs Henderson Global Investors publiée lundi. Porté par le dividende exceptionnel du groupe de médias Vivendi (1,5 milliard de dollars), l’Hexagone a ainsi connu une hausse des dividendes de 51,3%. Plus modérée, la hausse des dividendes sous-jacents s’établit tout de même en hausse de 5,3% par rapport à la même période l’an passé. En Europe, hors Royaume-Uni, les dividendes ont progressé de 10,8%, grâce, outre Vivendi, aux sociétés pharmaceutiques suisses Novartis et Roche. « Les dividendes de l’Allemagne, de la France, de l’Espagne et de la Suède ont tous atteint entre 4 et 5 milliards de dollars », note l’étude. Alex Crooke, spécialise du sujet chez Henderson Global Investors, cité dans le communiqué souligne :

« Le premier trimestre est une période relativement calme pour l’Europe, mais les résultats de la région sont de bon augure pour la période cruciale qu’est le deuxième trimestre, lorsque les sociétés européennes paient la majeure partie de leurs dividendes annuels. »

De son côté, le Royaume-Uni a souffert, avec une baisse de 5% des dividendes et devrait connaître une année morose, les groupes miniers britanniques ayant réduit leurs paiements. Dans le monde, le montant total des dividendes mondiaux a atteint 218,4 milliards de dollars (+2,2%) sur les trois premiers mois de l’année, soit une hausse de 4,7 milliards de dollars sur un an, grâce à l’Amérique du Nord, l’Europe et le Japon. En outre, les variations de change ont moins influencé que par le passé les résultats, alors que les dividendes sont convertis en devise américaine pour le besoin de l’étude. La hausse du dollar en 2015 avait en effet eu tendance à pénaliser la croissance des dividendes dans le monde. L’an passé, 1.150 milliards de dollars de dividendes avaient été reversés, en baisse de 2,2% à cause des effets de change. Pour l’année 2016, Henderson estime que les dividendes devraient augmenter de 3,9% dans le monde pour atteindre 1.180 milliard de dollars, bénéficiant de la légère baisse de la devise américaine.

(. Avec AFP)

Macron :  » trop de dividendes chez EDF » ! (Macron)

Macron :  » trop de dividendes chez EDF » ! (Macron)

Nul ne peut contester le caractère dramatique de la situation financière d’EDF qui traîne une dette de 40 milliards doit faire face à une opération de carénage d’un coût de 50 à 100 milliards et prévoir le coup de traitement des déchets pour un montant d’environ 50 milliards ; sans parler du coût des centrales de nouvelle génération comme à Flamanville, en Grande-Bretagne et en Chine. Mais de là à considérer que l’État a prélevé trop de dividendes il y a un pas que franchit un peu vite Macron.  En effet depuis une dizaine d’années l’État prélève de l’ordre de 2 milliards en moyenne par an  mais ce chiffre n’a rien d’excessif en raison du niveau de capitalisation de l’entreprise. La vraie question qui est posée et celle de la rentabilité de l’entreprise,  du choix du tout nucléaire et de sa gestion. D’une certaine manière pour faire face à la situation financière dramatique d’EDF Macron habille la décision de l’État de renoncer à ses dividendes notamment pour augmenter le capital de l’État dans l’entreprise. (Interview de Macron dans le JDD)

 

Déchets Pourquoi l’Etat recapitalise EDF aujourd’hui?
Nous appliquons une stratégie de refonte de la filière nucléaire décidée par le président de la République en juin dernier. Nous avons consacré EDF comme chef de file alors que le marché de l’énergie connait des bouleversements sans précédent. EDF a besoin de visibilité sur le long terme et pas de mesures de court terme. Le groupe assume 37 milliards d’euros de dettes et fait face à une baisse des prix de 30% depuis novembre. Il a besoins d’investir fortement pour entretenir le parc nucléaire et se déployer dans les énergies renouvelables comme l’a souhaité Ségolène Royal dans la loi de transition énergétique.

Quelles sommes seront réellement injectées dans le groupe?
L’Etat injecte 5 milliards d’euros dans EDF pour renforcer ses fonds propres. D’abord à travers l’augmentation de capital de 4 milliards d’euros  à laquelle il participera pour 3 milliards. Ensuite, nous renonçons à nos dividendes en cash pour 2016 et 2017 après l’avoir déjà fait pour 2015. EDF conservera ainsi 2 milliards d’euros dans ses caisses. C’est un investissement nécessaire pour la refondation de la filière.

 

L’Etat a bien profité de ces dividendes depuis qu’EDF est côté en Bourse…
Oui en 10 ans, l’Etat a prélevé 20 milliards d’euros de dividendes. C’est trop. Il avait poursuivi une politique trop budgétaire à laquelle nous avons mis fin. Nous adaptons notre politique de dividendes en évitant d’affecter la trésorerie d’EDF à court terme. L’Etat en retirera les bénéfices plus tard grâce aux investissements dans le parc nucléaire et dans les énergies renouvelables. Notre politique de long terme place EDF en ordre de marche pour les prochaines années.

Suppression de la taxe française sur les dividendes ( Bruxelles)

Suppression  de la taxe française sur les dividendes ( Bruxelles)

In capable  d’agir en matière d’harmonisation sociale , Bruxelles par contre est sensible à la fiscalité des actionnaires., la taxe de 3 % sur les dividendes pourrait être contraire au droit européen. Dans le même temps, on autorise un travailleur polonais ou roumain à travailler en France à un coût inférieur de 30 à 50% ( charges comprises), dans le transport routier, l’agriculture ou le bâtiment.  Instaurée dans la loi de finances rectificative de 2012, cette contribution sur les dividendes s’applique aux montants distribués par les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés (IS) en France, à l’exception des PME. Elle a pour objectif d’encourager les entreprises à réinvestir leurs bénéfices, plutôt que d’en faire profiter leurs actionnaires. Bruxelles doit rendre public ses procédures d’infraction le 26 mars, y compris sur ce dossier. Si la France ne se conforme pas aux recommandations de la Commission, l’institution pourra alors saisir la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Cette procédure d’infraction – si elle est confirmée – intervient en tout cas peu après que la CJUE a été saisie le mois dernier par la Cour constitutionnelle belge à propos de la «fairness tax», mise en place chez notre voisin, et qui ressemble fortement à la taxe française sur les dividendes. La CJUE ne devrait rendre sa décision que dans deux ans, en 2017. À cet horizon, si elle sanctionne la France, «les demandes de remboursement ne seront plus recevables pour 2013 et 2014», affirme Bruno Knadjian. À moins de déposer des dossiers de réclamation avant fin 2015 auprès du fisc. L’enjeu financier est loin d’être négligeable dans l’Hexagone, puisque la taxe a rapporté 1,8 milliard en 2013. La France s’expose donc à une nouvelle sanction de la CJUE, dont une décision récente implique que les non-résidents propriétaires en France n’auront plus à payer la CSG et la CRDS sur leurs revenus locatifs et plus-values immobilières alors qu’ils ne bénéficient pas de la Sécu française. Un peu le même raisonnement finalement que pour le travailleur polonais ou roumain en France,  à la différence près que cela tue l’emploi…. aussi la fiscalité.

 

Dividendes : 30 milliards versés aux actionnaires au second trimestre…c’est la crise !

Dividendes : 30 milliards versés aux actionnaires au second trimestre…c’est la crise !

 

C’est la crise mais les dividendes augmentent partout surtout en France + 30% au second trimestre. En fait les actionnaires se gavent en France plus qu’ailleurs (1000 milliards de dividendes distribués dans le Monde en 2013). Certes les actionnaires méritent une rémunération mais globalement en France ils touchent environ 50% des profits ; cela au détriment des investissements, donc de l’avenir des entreprises. Il est clair que le patronat est en mauvaise posture pour d’un coté demander 30 milliards d’allégement de fiscalité et de l’autre octroyer quelques 100 milliards annuels de dividendes. Evidemment la critique vaut surtout pour le CAC donc les adhérents du Medef car pour la très grande majorité des PME, les bénéfices ne permettent pas de distribuer de tels dividendes ou de tels revenus. Les beaux jours semblent revenir pour les actionnaires. Selon une étude d’Henderson Global Investors (HGI), les versements de dividendes ont, au cours du deuxième trimestre 2014, progressé de 11,7% par rapport à la même période de l’an passé, pour atteindre 426,8 milliards de dollars, soit environ 320 milliards d’euros. HGI note que ce sont « les pays développés qui poussent la croissance des dividendes à la hausse ».  En premier lieu l’Europe, dont « les sociétés payent généralement la majeure partie des dividendes au cours du deuxième trimestre ». Le Vieux Continent réalise plus des 2/5e des paiements mondiaux, avec un total de 153,4 milliards de dollars. Et au cœur de l’Europe un pays se démarque plus particulièrement: la France. L’Hexagone est ainsi, selon HGI, le pays qui a réalisé la meilleure performance au deuxième trimestre 2014, et est également le plus grand payeur de dividendes en Europe. Le montant total atteint ainsi 40,7 milliards de dollars, soit environ 30 milliards d’euros, ce qui représente une progression de 30,3% par rapport au deuxième trimestre 2013.  HGI indique que le secteur financier s’est particulièrement distingué. L’assureur Axa est ainsi le plus gros payeur de dividendes en France avec 2,7 milliards de dollars soit environ 2 milliards d’euros. « Le Crédit Agricole a rétabli ses versements (1,2 milliard de dollars US), Société Générale a réalisé une forte hausse et BNP Paribas a continué ses versements de dividendes malgré la forte amende imposée par les régulateurs américains », ajoute HGI.  L’étude montre également d’autres tendances au niveau mondial. Les dividendes au Japon ont progressé de 18,5% à 25,2 milliards de dollars, alors qu’à l’inverse, les paiements ont chuté de 14,6% dans les pays émergents. Aux Etats-Unis, ils progressent de 13,8%.

 

SNCF : un bon coup de pub, 200 millions de dividendes pour l’Etat !

SNCF : un bon coup de pub, 200 millions de dividendes pour l’Etat !

 

Il paraît que c’est une bonne nouvelle d’après la presse qui se contente évidemment de reprendre les communiqués officiels ; En faiat un bon coup de pub pour la SNCF ( voire pour le gouvernement qui veut montrer que les entreprise nationales sont bien gérées) ; Ou oublie simplement environ 10 milliards de subvention publique , un détail ! ( comme le cout de la dette ferroviaire que l’Etat n’a jamais été capable d’apurer, environ 40 milliards qui plombent les comptes du ferroviaire) : La SNCF va  donc verser près de 209 millions de dividendes pour l’Etat d’euros de dividende au titre de l’année 2012, soit environ 5% de plus que le précédent record atteint l’an passé, selon un arrêté publié ce samedi 18 mai, au Journal officiel. La compagnie ferroviaire publique, détenue à 100% par l’Etat, a triplé son bénéfice net l’an dernier, à 383 millions d’euros, ce qui pouvait laisser espérer un bond similaire du dividende. Mais celui-ci est, en réalité, calculé sur la base de 30% du bénéfice net récurrent qui n’a augmenté que de 5% en 2012, à 696 millions d’euros.  Le premier dividende versé par la SNCF à son actionnaire unique remonte à 2008 (pour l’exercice 2007), à hauteur de 131 millions d’euros. Des rémunérations à l’actionnaire ont depuis été versées chaque année, sauf pour l’exercice 2009 où l’entreprise avait fait des pertes: 183 millions d’euros pour l’exercice 2008, 69 millions pour 2010 et 199 millions pour 2011. Au total, les dividendes versés par la SNCF s’élèvent donc à quelque 791 millions d’euros.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol