Archive pour le Tag 'distance'

Université : revoir la formation a distance

Université : revoir  la formation 

La formation à distance en question d’après  un collectif d’universitaire dans une tribune au Monde.

Tribune.

 

Au cours des derniers mois, les acteurs de l’enseignement supérieur ont été confrontés à la nécessité de déployer dans l’urgence et, souvent, avec une grande impréparation, la formation à distance (FAD). Il est trop tôt pour appréhender toutes les conséquences de cette conversion forcée.

Il nous semble cependant utile d’interroger dès à présent ce qui justifierait, aujourd’hui plus qu’hier, le fait de pérenniser, voire de généraliser cette modalité d’enseignement, tel que le souhaiteraient certains décideurs.

Contrairement à d’autres outils qui ont marqué la formation universitaire, la FAD ne s’est pas invitée comme une modalité novatrice, susceptible d’améliorer les pratiques professionnelles. Elle s’est imposée avec une grande brutalité, à l’occasion d’une situation sanitaire exceptionnelle, comme un substitut à l’enseignement présentiel, alors même que l’immense majorité des enseignants et des étudiants n’avaient auparavant ni la volonté, ni les besoins, ni les moyens de l’utiliser.

Or, sur le plan pédagogique, aucune théorie de la cognition ne permet de soutenir que la FAD soit associée à une quelconque valeur ajoutée par rapport à la formation présentielle. Il est de surcroît largement documenté que la formation à distance génère plus d’abandons et d’échecs.

Ce constat fut de nouveau dressé il y a une dizaine d’années, lorsque les formations en ligne ouvertes à tous (les MOOC, Massive Open Online Course, ou « cours en ligne »), dynamisées par l’essor des nouvelles technologies et une affiliation à de prestigieuses universités, firent une entrée fracassante en incarnant, selon certains, l’avenir de l’enseignement supérieur. La plupart des MOOC étaient pourtant le stéréotype de l’ancestral et désuet paradigme d’enseignement, dans lequel un expert parle à des gens qui l’écoutent, sur un mode strictement expositif et transmissif.

De surcroît, de 5 % à 10 % seulement des participants à un MOOC en suivaient l’intégralité. Les MOOC se sont ainsi révélés être avant tout un outil marketing, imaginé et porté par des institutions, essentiellement nord-américaines, désireuses d’augmenter leur nombre d’étudiants et leurs revenus (être certifié à l’issue d’un MOOC pouvait coûter très cher).

Pesticides: une distance minimale ridicule vis-à-vis des habitations

Pesticides: une distance minimale ridicule vis-à-vis des  habitations

 Le gouvernement n’a sans doute pas peur du ridicule en prenant un arrêté qui impose une distance de 5 à 10 m entre les champs traités et les habitations. On sait que certains maires réclamaient une distance de 100 à 150 m. On peut voir dans cette de décision toute la contradiction qu’il y a entre les discours grandiloquents du gouvernement sur l’environnement et les mesures concrètes prises. La puissance d’émission des pour les pesticides et autres produits chimiques contamine forcément les espaces voisins jusqu’à des dizaines de mètres. Il suffit pour s’en rendre compte de résider par exemple à proximité de vignes ou de pommiers, les cultures qui subissent le plus de traitements,  pour savoir que cette distance de 5  à 10 m est inefficace. 

Dans un décret  en vigueur au 1er janvier 2020, l’exécutif a donc décidé de fixer une distance minimale nationale entre les champs sous pesticides et les habitations ou les écoles. Elle sera de 5 mètres pour ceux de culture basse (légumes) et de 10 mètres pour ceux de culture haute (céréales, arbres fruitiers…). Le gouvernement dit s’appuyer sur les recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES).Le militant écologiste Yann Arthus-Bertrand, fondateur et président de la fondation « GoodPlanet », a violemment réagi sur  BFM à l’annonce de la publication de ce décret: 

« J’ai l’impression que c’est un poisson d’avril. Je ne peux pas croire qu’aujourd’hui les lobbies soient plus forts que la santé de la population et que la santé publique. C’est même insultant pour les gens qui se battent depuis si longtemps contre les pesticides. Je n’en reviens pas. Je suis atterré par ce que j’entends. Après avoir entendu ce qu’a dit le président Macron sur les conséquences sur la santé de l’épandage des pesticides et voir qu’il prend ces arrêtés, je n’y crois pas ». 

Le photographe de 73 ans a également souligné que « la France est l’un des plus gros consommateurs de pesticides en Europe ».

« Emmanuel Macron est en train de passer à côté de quelque chose de très important pour devenir un grand président. C’est ridicule! », a-t-il ajouté.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol