Archive pour le Tag 'diminuée'

France: Notation financière diminuée

France: Notation financière diminuée

 

L es perspectives  chez Moody’s passent de positives à stables ; par contre la note proprement dite et maintenue dans la catégorie Aa2. En cause une certaine dérive budgétaire. Notons sur  ce sujet que Macron a déclaré que cette contrainte de déficit budgétaire fixé à 3 % du PIB était devenue obsolète ! L’autre raison est la tendance toujours à la hausse de la dette publique qui atteint maintenant 100 % du PIB.

 

Moody’s justifie  donc sa décision par une amélioration des indicateurs budgétaires de la France plus modérée qu’attendue lorsqu’elle avait amélioré ses perspectives à “positives”, en mai 2018.

A l’époque, rappelle l’agence, le gouvernement français affichait l’objectif de ramener la dette sous le seuil de 90% du PIB d’ici 2022 en réduisant les déficits budgétaires.

Moody’s “reconnaît que le gouvernement a réussi à réduire le déficit budgétaire depuis son entrée en fonction, malgré les baisses d’impôts significatives dans le contexte de l’émergence du mouvement des Gilets jaunes”.

Mais le niveau de la dépense publique reste très élevé, au-dessus des 55% du PIB, poursuit l’agence de notation.

“Par conséquent, selon le scénario de base de Moody’s, le déficit budgétaire devrait se stabiliser autour de 2 à 2,3% du PIB au cours des prochaines années, plutôt que de diminuer davantage. La dette publique devrait rester stable également, juste au-dessous de 100% du PIB, un niveau nettement supérieur aux pays notés Aa1, et supérieur aux anticipations de Moody’s en mai 2018.”

“Bien que le gouvernement français soit parvenu à mettre en oeuvre des mesures ayant contribué à une croissance des dépenses plus modérée que dans le passé, celles-ci sont insuffisantes pour entamer une réduction claire et durable du poids de la dette publique” selon Moody’s.

“Par conséquent, les indicateurs de finances publiques de la France sont caractéristiques d’une notation Aa2, plutôt que d’une notation plus élevée.”

Moody’s juge toutefois que le coût de la dette reste faible et devrait le rester même lorsque les taux directeurs commenceront à remonter.

De même, l’exposition de la France à des risques politiques ou extérieurs est très faible.

L’agence de notation estime que les réformes engagées amélioreront la compétitivité, l’efficacité du marché du travail et les perspectives de croissance économique sur le moyen terme.

Niche fiscale outre-mer : maintenue mais diminuée

Niche  fiscale outre-mer : maintenue mais diminuée

 

Macron a justifié  en Guadeloupe l’intérêt de la réforme de l’avantage  avantage fiscal institué en 1960 pour compenser la vie chère dans les départements et régions d’outre-mer et précisé qu’elle concernerait seulement 4% des foyers fiscaux les plus aisés. “On ne le supprime pas, on diminue le plafond de l’avantage. C’est un très long débat et d’ailleurs le gouvernement a peut-être manqué d’ambition sur ce sujet”, a-t-il dit. “Selon Emmanuel Macron, la réduction d’impôts doit permettre d’économiser 70 millions d’euros, une somme appelée à être réinvestie “en totalité et en transparence dans l’ensemble de nos Outre-mer sur des projets concrets” dans les domaines de l’agriculture, du numérique ou encore du tourisme. Victorin Lurel, à l’origine de la loi de régulation économique pour lutter contre la vie chère outre-mer, a dénoncé des “inexactitudes et des approximations”. “Cet argent sera abondé au Fonds exceptionnel d’investissement, qui finance toutes les collectivités d’outre-mer, y compris les trois où il n’y a pas d’impôts sur le revenu : Wallis-et-Futuna, Nouvelle-Calédonie et Polynésie française. Contrairement aux dires du président, ce ne sont pas les collectivités qui vont financer la production locale. M. Macron ne peut pas venir ici, en Guadeloupe, dire qu’il va augmenter les impôts des plus riches alors qu’il prétend les baisser en métropole”, a-t-il dit. Evoquant “une politique de responsabilité”, le président a indiqué que l’avantage fiscal serait toujours plus important en outre-mer. “Si on prend un ménage qui touche 80.000 euros et qui n’a pas d’enfants, il aura 800 euros par an en plus d’impôts mais il aura toujours 2.000 euros de plus par rapport au même ménage qui est dans l’Hexagone”, a-t-il fait valoir. En Guadeloupe et en Martinique, organisations patronales et élus ont pour la plupart dénoncé la réforme.

La note de la France diminuée par Moody’s

La note de la France diminuée par Moody’s

La sanction de l’agence de notation est sans appel : la croissance économique de la France et notoirement insuffisante pour parvenir à redresser de manière significative les équilibres financiers. Pire la France et engluée dans la croissance molle pour plusieurs années. Du coup le chômage aura les pires difficultés à se résorber et les dépenses sociales vont continuer de dériver. Moody’s Investor Service a donc annoncé vendredi qu’elle avait abaissé la note souveraine à long terme de la France, à Aa2 contre Aa1, estimant que les perspectives de croissance du pays devraient rester faibles jusqu’à la fin de la décennie. L’agence de notation a relevé la perspective associée à sa note, à « stable » contre « négative », ce qui signifie qu’elle n’anticipe pas de modification de la note dans les 12 à 18 mois. « La principale raison de la décision de Moody’s d’abaisser la note de la dette souveraine de la France à Aa2 est l’évidence croissante, du point de vue de Moody’s, que la croissance économique française va rester faible sur le moyen terme, et le frein que cela va représenter pour tout retournement conséquent du fardeau important de la dette de la France dans un avenir prévisible », explique-t-elle dans un communiqué. « La reprise économique en cours en France s’est avérée sensiblement plus lente — et Moody’s croit qu’elle le restera — par rapport aux reprises observées lors des précédentes décennies », ajoute l’agence, tout en notant que la solvabilité du pays reste extrêmement élevée, ce qui justifie la note Aa2. Moody’s avait annoncé au printemps qu’elle pourrait abaisser la note Aa1 de la France si elle considérait que le ratio de dette publique ne décroîtrait pas à l’horizon 2018. Le mois dernier, l’agence avait exprimé son inquiétude après l’annonce d’une croissance nulle de l’économie française au deuxième trimestre, estimant qu’elle augmentait le risque que Paris n’atteigne pas ses objectifs en matière de réduction des déficits publics cette année. Selon l’agence de notation, le potentiel de croissance du pays est au mieux à 1,5% par an sur le moyen terme.  Moody’s s’aligne ainsi sur les deux autres grandes agences de notation en accordant à la France sa troisième meilleure note. La France est notée AA avec perspective négative par Standard & Poor’s et AA avec une perspective stable par Fitch.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol