Archive pour le Tag 'devises'

Yuan: dans le panier de devises du FMI

Yuan:  dans le  panier de devises du FMI

 

C’est une grande victoire politique pour la Chine qui voit sa devise reconnue comme une grande monnaie internationale. Le yuan représentera environ 11 % du panier de monnaies du FMI, la Chine pourra donc solliciter les droits de tirages spéciaux du fonds international. Cette reconnaissance a toutefois des contreparties car elle imposera à la Chine de davantage libéraliser sa politique monétaire notamment en matière de changes et de taux d’intérêt. Bref de  moins manipuler  sa monnaie. Après l’annonce du FMI, le yuan « offshore » a progressé légèrement, gagnant 0,3% à 6,4245 yuans pour un dollar. Le marché des changes a plus généralement réagi avec modération à une nouvelle largement attendue. Le billet vert a ainsi progressé légèrement (+0,15%) face à un panier de devises de référence dans un volume d’échanges limité. Pour être intégré dans le panier des DTS, le yuan devait respecter un certain nombre de critères, à commencer par son utilisation comme instrument de paiement international et son usage régulier et large sur les marchés de changes, condition qu’il ne remplissait pas lors du dernier réexamen du panier en 2010.  La Chine a déjà entrepris ces dernières années d’importantes réformes visant à renforcer le statut de monnaie internationale du yuan, notamment en nouant des accords de « swaps » (échanges de devises) avec différents pays pour permettre le paiement en yuan des échanges commerciaux bilatéraux.  Pékin a parallèlement élargi la fourchette dans laquelle le yuan est autorisé à fluctuer et progressé vers la libéralisation des taux d’intérêt de marché. Pour l’instant, ce panier est composé à 41,9% de dollars américains, à 37,4% d’euros, à 11,3% de livres sterling et à 9,4% de yens japonais. Le yuan  (10.92%) ne devrait pas l’intégrer avant octobre 2016.  Une fois les pondérations réajustées, le poids de l’euro, celui de la livre sterling et celui du yen dans le panier du FMI devraient être réduits tandis que celui du dollar devrait peu varier. Selon les chiffres du gestionnaire privé de transactions internationales SWIFT, la monnaie chinoise se classait en août au quatrième rang mondial en termes de paiements effectués, avec 2,8% des transactions globales, derrière le dollar, l’euro et la livre sterling. L’entrée de la monnaie chinoise dans le panier du FMI devrait alimenter la demande de yuans et d’actifs libellés en yuans, les banques centrales et les grands investisseurs privés ajustant leurs portefeuilles en conséquence. Certains analystes spécialisés estiment cette nouvelle demande potentielle à plus de 500 milliards de dollars (475 milliards d’euros) et qu’elle pourrait porter la part de la devise chinoise dans les réserves mondiales à environ 5% d’ici quelques années, ce qui lui permettrait de dépasser le dollar canadien et le dollar australien.

Résultats des entreprises pénalisés par les variations de devises

Résultats des entreprises pénalisés par les variations de devises

Les résultats 2013 annoncés jusqu’à présent par les sociétés européennes sont jugés décevants par les investisseurs, qui restent néanmoins optimistes pour cette année, l’amélioration économique en Europe et l’accélération aux Etats-Unis devant compenser le ralentissement des émergents. Selon les analystes et gérants interrogés par Reuters, la moitié environ des résultats annuels publiés jusqu’ici en Europe sont ressortis en dessous des attentes du marché, contre seulement un quart aux Etats-Unis, où les entreprises profitent pleinement de l’accélération de la croissance américaine. « La grande majorité des entreprises n’arrivent pas à battre le consensus, voire déçoivent, plus en raison des effets devises défavorables que d’un véritable ralentissement de leur activité », résume Geoffroy Goenen, responsable des actions européennes chez Dexia AM. Pénalisés par ces effets de change et des charges de restructurations, les bénéfices ont reculé de 8% l’an dernier pour l’indice Stoxx 50 Europe et les chiffres d’affaires de 2,2%, selon les données compilées par Thomson Reuters StarMine. Malgré cette situation et les variations significatives sur le front des devises en début d’année, les investisseurs se montrent confiants pour 2014, préférant souligner l’importance des perspectives dans un contexte de légère amélioration économique en zone euro et d’accélération aux Etats-Unis. « Le thème pour 2014, c’est le retour à la croissance pour les entreprises, elles doivent aller chercher de la croissance et trouver des niches pour se développer. Les restructurations appartiennent au passé et le marché veut maintenant de la croissance et de la croissance rentable », note Geoffroy Goenen. L’enjeu est en effet de taille, rappellent les investisseurs qui misent cette année sur la progression des bénéfices après deux années de hausse de la Bourse dopée par les mesures prises par les grandes banques centrales (taux très bas et injections de liquidités) alors que la Réserve fédérale américaine a ralenti le montant de ses achats d’actifs.  

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol