Archive pour le Tag 'Déserts médicaux'

Déserts médicaux : un revenu de trois SMIC après 12 ans d’études

Déserts médicaux : un revenu de trois SMIC après 12 ans d’études

C’est sûr on va recruter dans les déserts médicaux en promettant aux jeunes médecins un revenu des trois SMIC (un peu plus) après 12 ans d’études (au moins). Marisol Touraine rêve, elle se croit à l’ENA où on règle les problèmes à coup de décrets. Il faudra continuer à accepter d’ aller à hôpital de la ville chef lieu de département dans beaucoup de régions. Recherche jeunes médecins généralistes très motivés pour s’installer en plein désert médical. C’est - presque - la petite annonce que la ministre de la Santé Marisol Touraine a publiée sous forme de décret dans le Journal officiel du 15 août. Pour lutter contre le nombre déclinant de praticiens dans les zones «sous-dotées», selon la terminologie officielle, elle veut ouvrir deux cents postes de «praticiens territoriaux de médecine générale».  Pour les volontaires, c’est la garantie de gagner net 3640 euros par mois, soit plus de trois fois le smic. Si le médecin gagne moins, l’État comble la différence. Ce niveau de rémunération est dans la norme de la profession: il s’agit du salaire de début de carrière dans les hôpitaux. Pour débloquer cette manne, le jeune doit toutefois réaliser 165 actes médicaux par mois minimum, ne pas facturer de dépassements d’honoraires et participer aux gardes de nuit. «Cette aide permettra aux jeunes installés de créer leur patientèle plus sereinement», se félicite le syndicat des internes en médecine générale ­ISNAR-IMG. Le plus intéressant n’est cependant pas le revenu minimum garanti. Le contrat prévoit en effet une petite révolution dans le monde de la médecine libérale: des congés maternité et maladie. Ce dernier est toutefois assorti de sept jours de carence contre trois pour les salariés et zéro pour les fonctionnaires. «C’est la première fois que des médecins libéraux pourront en bénéficier, insiste Julien Poimboeuf, président de l’ISNAR-IMG. C’est d’ailleurs le cœur de l’incitation de cette mesure qui vise les jeunes.» Les syndicats de médecins rêvent d’ailleurs déjà de généraliser cette mesure à tous les praticiens libéraux. Ces avantages suffiront-ils pour autant à attirer les deux cents praticiens visés? Les jeunes médecins ont pour la plupart obtenu leur diplôme dans une grande ville, où ils ont déjà construit leur vie. Ils ne rêvent pas d’aller s’installer dans des zones rurales éloignées ou dans des banlieues difficiles, les deux profils types des déserts médicaux. Or, quinze postes sont à pourvoir dans les départements les plus en manque d’Ile-de-France, comme la Seine-Saint-Denis, et vingt-quatre dans les contrées les plus reculées de Rhône-Alpes. D’autre part, les jeunes qui s’installent en libéral ont en moyenne 38 ans. «Quid de leurs conjoints et enfants?, s’interroge Michel Chassang, président du premier syndicat de médecins, la CSMF. Car un désert médical, c’est d’abord un désert tout court: pas de service public, pas de collège ou de lycée pour les enfants, pas de travail pour le conjoint.» Si, malgré tout, Marisol Touraine réussit à recruter 200 jeunes médecins, elle ne fera pas disparaître les déserts médicaux pour autant. Son dispositif ne règle en rien - mais ce n’est pas son but non plus - le problème des spécialistes en grande pénurie, tels que les ophtalmologistes et les anesthésistes.

 

Déserts médicaux : La ministre de la Santé propose 2300 euros mensuels pour 35 heures !

Déserts médicaux : La ministre de la Santé propose  2300 euros mensuels pour 35 heures !

 

La ministre Marisol Touraine qui est à la santé ce que Montebourg est à l’industrie propose un salaire minimum de 4600 euros garantis pendant deux ans aux jeunes médecins. Cela pour lutter contre les déserts médicaux ; elle oublie quelques détails, en rase campagne, ces médecins font environ 70 heurs par semaine en moyenne, soit le double d’un salarié classique. En réalité un médecin gagne alors 2300 euros pour 35 heures après de l’ordre de 12 ans d’études spécialisées. Autre détail, les horaires, début de journée vers 8 heures et fin de journée vers 21 heures. En plus des permanences contraignantes y compris la nuit. Or les jeunes médecins ne veulent de ces conditions sociales surtout dans des zones rurales inadaptées  pour leurs épouses, leurs enfants et eux mêmes (environnement, loisirs, équipements, scolarité). Cette incitation financière ne changera rien. Ministre de la Santé annonce une garantie minimum de revenus annuels pour les jeunes médecins qui s’installent dans les déserts médicaux : 55.000 euros par an. Dans un entretien à la chaîne M6, Marisol Touraine précise que si l’activité des praticiens ne permet de parvenir à ce montant, l’Etat paiera la différence.

Déserts médicaux : le changement c’est pas pour maintenant !

Déserts médicaux : le changement c’est pas pour maintenant !

 

Le constat est clair, de moins en moins de médecins surtout généralistes dans les zones peu denses. Par ailleurs dans beaucoup de cas, la seule solution : se déplacer au chef lieu du département pour trouver un spécialiste. Conséquence : les SAMU débordés, des urgences où se côtoient les cas sociaux, les drogués, les alcooliques, les grands blessés, les malades gravement atteints et les patients qui n’ont que de petits bobos. Pour les spécialistes souvent 2 mois d’attente pour un rendez-vous. Conditions de travail, rémunération, environnement, changement culturel chez les jeunes médecins autant de raisons qui accélèrent la désertification. On ne changera pas la situation avec des mesurettes comme celles que propose Marisol Touraine ;  Dimanche, lors du Grand rendez-vous Europe 1/Aujourd’hui en France et iTélé, la ministre de la Santé a promis « plan global et cohérent de lutte contre les déserts médicaux ». Pour ce faire, elle privilégie la négociation. « Dans quelques jours je vais lancer une concertation avec les syndicats de médecins, avec les élus territoriaux, sur la base de certaines propositions » sur le sujet, a-t-elle ajouté.  Pour mémoire, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) prévoit déjà la création du contrat de praticien territorial de médecine générale. Celui-ci devrait entrer en vigueur dès 2013. Il doit ainsi permettre à de jeunes médecins de s’installer dans des zones médicalement sous-dotées en leur garantissant des revenus pendant deux ans. Même si la ministre souligne qu’ »il n’y a pas de recettes magiques pour résoudre le problème des déserts médicaux », elle a évoqué plusieurs pistes de travail. « Aujourd’hui, la plupart des étudiants en médecine ne font pas de stage dans un cabinet libéral, pourquoi voulez-vous dans ces conditions qu’ils aillent s’installer dans un territoire rural ou urbain sensible? », a-t-elle lancé. Parmi les autres mesures envisagées, Marisol Touraine cite la création d’un « guichet unique ». Et ce, pour fournir aux étudiants désireux de s’installer dans un désert médical toutes les informations administratives et pratiques. Et la ministre de promettre qu’ »il n’y aura pas de mesures autoritaires, mais des incitations ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol