Archive pour le Tag 'descente aux enfers'

Sondage popularité Hollande : la descente aux enfers s’accélère

Sondage popularité  Hollande :  la descente aux enfers s’accélère

 

 

Nous indiquions que l’affaire Cahuzac coûterait sans doute de l’ordre de 5 points à Hollande déjà au plus bas. C’est fait,  François Hollande perd cinq points en un mois et franchit le seuil symbolique de 70% d’opinions négatives, contre 26% de positives, selon le baromètre Ipsos-Le Point diffusé lundi. Pour l’hebdomadaire, cette chute du président de la République est l’effet direct du choc provoqué par l’affaire Cahuzac, le sondage ayant été effectué les 5 et 6 avril, trois jours après les aveux de l’ancien ministre du Budget. Le chef de l’Etat est particulièrement en chute libre chez les électeurs qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle il y a un an (- 10,2% d’opinions favorables). Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, souffre d’un désaveu moins cinglant, perdant trois points d’opinions favorables, à 28%, soit deux points de plus que le locataire de l’Elysée. Sur les 38 personnalités testées, 34 voient leur taux d’opinions défavorables augmenter, signe d’un rejet généralisé de la classe politique, estime Le Point. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, conserve la tête du classement, avec 52% d’opinions favorables, mais lui aussi voit les opinions défavorables monter de huit points, à 33%. Dans cette enquête, l’affaire Cahuzac semble profiter à la marge aux extrêmes, le président du Parti de gauche et la chef de file du Front national continuant à se tenir dans un mouchoir, respectivement 17e et 18e. Jean-Luc Mélenchon obtient 35% d’opinions favorables (+1) et Marine Le Pen 33% (+2).

 

Sondage popularité Hollande : la descente aux enfers, en dessous de 30%

Sondage popularité Hollande : la descente aux enfers, en dessous de 30%

 

C’est à se demander où s’arrêtera la chute. La cote de confiance de François Hollande n’est plus qu’à 29% en avril dans le baromètre CSA pour « Les Echos ». En baisse de 4 points sur un mois. C’est la première fois qu’il tombe sous la barre des 30%. Onze mois seulement après être arrivé au pouvoir, le chef de l’Etat bat le record de Nicolas Sarkozy, à 30% en mars 2011. Et il n’est plus qu’à quelques encablures du record détenu, dans les deux dernières décennies, par Jacques Chirac avec 26% en 2006, à la fin de son second mandat. Dans le même temps, le nombre de Français qui disent ne pas faire confiance à l’actuel locataire de l’Elysée pour « affronter efficacement les principaux problèmes » s’accroit fortement, de 5 points, à 67%. Même tendance pour Jean-Marc Ayrault. Plus bas encore que le président, le Premier ministre ne recueille que 26% d’opinion favorables pour 66% de mauvaises. François Hollande fait évidemment les frais de l’affaire Cahuzac. Mais pas seulement. L’électrochoc provoqué par l’aveu de l’ancien ministre du Budget « a radicalisé, accéléré, un mouvement de baisse déjà sensible », note Jérôme Sainte-Marie, le directeur du département politique-opinion de CSA. La moitié des personnes interrogées par l’institut sur le terrain l’a été avant que cette bombe politique n’éclate . La dégradation de la cote du président trouve toujours sa principale source dans la détérioration de la situation économique et des doutes sur sa politique. Son intervention sur France 2 , en fin de semaine dernière, n’a pas permis d’enrayer sa descente aux enfers. En deux mois, le chef de l’Etat a perdu 9 points. Sur le seul mois d’avril, il recule de 10 points chez les employés, à 26% d’opinions favorables, et de 5 chez les ouvriers, à 27%, particulièrement frappés par le chômage et la baisse du pouvoir d’achat. Chez les cadres et professions libérales, moins menacés, il régresse de 13 points à 31%, « moins à cause de la politique suivie qu’en raison des problèmes de gouvernance et de leadership », analyse Jérôme Sainte-Marie. Selon lui, François Hollande « en est aujourd’hui réduit à sa base politique ». Une base qui s’effrite. En baisse de 6 points, sa cote de confiance atteint 70% chez les sympathisants PS, contre 91% au début du quinquennat. Elle n’est plus que de 44 % chez les écologistes. A droite, elle ne dépasse pas les 6 % et atteint même 4% parmi les sympathisants UMP. Les Français sans proximité partisane ne sont guère plus tendre, avec 17% d’opinions positives. Le pire, pour le chef de l’Etat, est qu’il n’a probablement pas touché le fond. Quelle que soit l’issue de l’affaire Cahuzac, l’année 2013 sera compliquée à gérer. Le « redressement » n’est pas annoncé avant 2014 au mieux. « Un an, c’est long », soupire un de ses proches, redoutant qu’ une confiance « durablement sous les 30 % » ne complique les réformes.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol