Archive pour le Tag 'désaccord'

Brexit : un accord sur le désaccord ?

Brexit : un accord sur le désaccord ?

 

On risque de vivre la dramaturgie habituelle avec le Brexit. D’abord de fortes oppositions, des tensions de plus en plus importantes vers la fin des négociations et soudain un compromis qui sauve la face pour tout le monde. Pour l’instant, Bruxelles et Londres ont décidé d’un commun accord de suspendre les discussions jusqu’au prochain sommet européen. Là il est probable qu’on saura habiller le désaccord avec d’une part une période de transition, d’autre part l’ouverture de négociations sur le futur accord commercial. La question est économique mais elle est aussi politique car il faut sauver le soldat Teresa May. , dans les délais impartis, il  sera impossible de définir les relations commerciales précises entre la Grande-Bretagne et l’Europe. Il y a encore trop d’opposition sur des points essentiels entre les deux partis. Du coup, l’accord pourrait simplement acter que la rupture est consommée d’un plein accord mais qu’un processus est engagé pour redéfinir les échanges entre les deux zones considérées étant entendu que la complexité du dossier impose une période de transition. Une manière de donner du temps au temps et surtout de ne pas trop interférer sur les prochaines élections européennes de 2019. Il s’agit aussi de sauver le soldat Theresa May qui ne dispose que d’une majorité politique très fragile. Un accord ambigu renforcerait de Theresa May et éviterait aussi de reposer la problématique d’un. Référendum. Toujours ambigu. Parmi les difficiles questions à résoudre le problème des relations entre la province  britannique d’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Si aucune meilleure solution ne devait être trouvée d’ici fin à 2020, les Vingt-Sept attendent un engagement que l’Irlande du Nord restera bien dans l’union douanière. Estimant que ce «backstop» créerait de fait une frontière entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni, Londres s’y oppose et propose la création à terme d’une zone de libre-échange pour les biens incluant le Royaume-Uni et l’UE. Une option inconcevable pour les Vingt-sept puisqu’elle reviendrait à donner au Royaume-Uni un accès «à la carte» au marché unique et à l’espace douanier européen.

 

G7: désaccord total

G7: désaccord total

 

Etats unis excepté évidemment, tous les autres membres du G7  sont en désaccord total avec les mesures prise par Trump concernant l’augmentation des droits de douane sur l’acier et l’aluminium.  Le Canada, qui est particulièrement touché par cette instauration de droits de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium, a exprimé sa désapprobation par la voix de son ministre des Finances Bill Morneau. “Concernant le commerce, au cours des deux derniers jours, est apparue une importante divergence d’opinion”, a déclaré Morneau devant la presse après la réunion. “De notre point de vue, les Américains ont décidé d’adopter une attitude qui n’est pas du tout constructive et qui pénalise notre capacité à arranger les choses concernant les droits sur l’acier et l’aluminium”, a-t-il dit. Le ministre français des Finances Bruno Lemaire a tenu un langage tout aussi ferme à l’adresse des Américains, mettant à nouveau en garde contre le risque d’une guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’Union européenne. “Nous avons encore quelques jours pour prendre les mesures nécessaires afin d’éviter une guerre commerciale entre l’UE et les Etats-Unis, pour éviter une guerre commerciale entre les membres du G7”, a-t-il dit. “La balle est dans le camp des Etats-Unis, il appartient à l’administration américaine de prendre les bonnes décisions pour apaiser la situation et alléger les difficultés”, a-t-il poursuivi.  Face aux doléances de ses homologues, Steven Mnuchin a déclaré avoir transmis à Donald Trump certains des commentaires prononcés lors de cette réunion. Il a précisé que le président des Etats-Unis avait clairement exposé son point de vue concernant un équilibre des échanges commerciaux et que les Etats-Unis ne renonçaient pas à leurs places de numéro un de l’économie mondiale.

Sondage : 54 % en désaccord avec les orientations du gouvernement

Sondage : 54 % en désaccord avec les orientations du gouvernement

 

 

 

 

Finalement les orientations du gouvernement déclinées  par le premier ministre à l’assemblée nationale n’auront guère convaincu que la France est réellement engagée dans la voie du redressement. En cause sans doute, un  programme qui ménage la chèvre et le chou et reporte notamment à plus tard les mesures fiscales notamment sur la taxe d’habitation. Mais il faut souligner bien des contradictions chez les Français. Certains critiques comme l’insuffisance de mesures pour soutenir l’économie sont sans doute justifiées  par contre d’autres traduisent  l’immobilisme d’une partie de la population. Ajoutons qu’à l’insuffisance sur le fond s’ajoute au discours du président et du Premier ministre un manque de souffle évident (des discours appréciés par seulement 27 % des Français). Selon un sondage Odoxa avec Dentsu Consulting pour Le Figaro et Franceinfo, une majorité de Français désapprouvent d la direction donnée par le président dans son allocution devant le Congrès, réuni à Versailles lundi dernier, et par le premier ministre au Parlement, le lendemain, dans son discours de politique générale. Ils sont 54 % à juger que le cap fixé par le chef de l’État n’améliorera pas la situation de la France. «C’est loin de l’écho positif rendu par les médias, après l’épisode du Congrès et du discours de politique générale, commente Gaël Sliman, président d’Odoxa. Ce n’est pas un rejet total, mais on observe que les Français sont circonspects et qu’ils ne sont pas convaincus par les choix de l’exécutif.»  Mais cet avis négatif ne concerne pas toutes les mesures que prévoit le chef du gouvernement. La réforme du bac et cigarettes suscitent une large adhésion. Plus précisément: six Français sur dix sont favorables à l’augmentation du prix du tabac. «C’est très intéressant pour le gouvernement, car c’est une mesure qui, au nom de la santé publique, permettra de renflouer les caisses de l’État», souligne Gaël Sliman. C’est un non franc, en revanche, sur l’augmentation de la CSG. Les deux tiers des sondés y sont opposés. Ce serait un signe de fragilité de l’exécutif, selon le directeur d’Odoxa. «La plus importante promesse du président est l’amélioration de l’économie. Or, sur ce point, les Français ne sont pas convaincus», conclut Gaël Sliman.

 

Notre-Dame-des-Landes : Royal et Ayrault en desaccord

Notre-Dame-des-Landes : Royal et Ayrault en desaccord

 

Ségolène Royal et Jean-Marc Ayrault sont en total désaccord concernant Notre Dame des landes. Désaccord sur le projet puisque Ségolène Royal, elle, a  souhaité une alternative à Notre-Dame des Landes tandis que Jean-Marc Ayrault lui s’est toujours prononcé pour la réalisation du nouvel aéroport. Désaccord aussi et qui découle du précédent concernant le champ du référendum. Ségolène Royal souhaite élargir le plus possible aux autres départements de la région tandis que Jean-Marc Ayrault veut le circonscrire au seul département de Loire Atlantique. En cause des résultats probables différents selon la zone géographique choisie pour l’organisation du référendum. En Loire-Atlantique les avis favorables à Notre-Dame des Landes sont de l’ordre  de 65 % mais seulement de 60 % voire moins dans l’espace régional tandis  qu’au plan national l’opinion est défavorable. De toute manière ce référendum est un piège puisqu’il ne peut avoir aucune valeur juridique. D’autant que la décision du gouvernement est déjà prise et qu’on ne sous qu’on ne saurait soumettre cette décision d’intérêt national un référendum local. Lors de l’émission « Le Grand Rendez-Vous » sur Europe 1/ »Le Monde »/iTélé, la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, s’est donc prononcée en faveur d’un élargissement de la consultation populaire aux autres départements de la région. A l’inverse, quelques heures plus tôt, sur France 3, Jean-Marc Ayrault, le ministre des Affaires étrangères et ancien maire de Nantes, s’est dit favorable à un référendum limité au département de la Loire-Atlantique.  Très impliqué dans le dossier et champion du remplacement de l’aéroport Nantes Atlantique par celui de Notre-Dame-des-Landes, l’ancien maire deNantes, a rappelé sur France 3, qu’il souhaitait que le référendum concerne uniquement « le périmètre le plus proche du territoire impacté ». Pour le ministre des Affaires étrangères, il s’agit d’augmenter les chances de voir l’aéroport plébiscité en circonscrivant le référendum à un périmètre restreint où le projet est apprécié.

 Avec AFP

Déchéance de la nationalité : maintenant que la gauche est d’accord c’est sans doute la droite qui sera en désaccord

Déchéance de la nationalité : maintenant que la gauche est d’accord c’est sans doute la droite qui sera en désaccord

Le cirque politique continue avec le débat sur la déchéance de nationalité. Pour satisfaire les députés du parti socialiste, le gouvernement a réussi à proposer un texte bâtard qui ne parle plus de la déchéance destinée uniquement aux binationaux. Du coup ce sera la déchéance pour tout le monde ;  au moins dans le texte car pratiquement on ne pourra sanctionner que les binationaux ; les cas  d’apatridie  pour les nationaux seront tout à fait exceptionnels. Bref on est enfin parvenu à se mettre d’accord à gauche (saufs quelques bobos gauchistes qui résistent encore). Mais maintenant c’est la droite qui renâcle. Avant elle refusait de voter le texte du fait des divisions de la gauche maintenant elle menace de ne pas le voter parce que précisément la gauche a résolu son problème d’unité. À droite il faut bien comprendre que les divisions sur ce sujet prennent en compte la problématique des prochains primaires. De ce point de vue la position de NKM est sans doute la plus caricaturale : « est-ce que vous pensez que les Français s’intéressent vraiment à cette question » a-t-elle déclaré sur RTL. Bien évidemment il s’agit pour elle de démolir Sarkozy (en faveur de la déchéance). De toute évidence,  NK M ne doit entretenir avec les Français qu’un rapport très ésotérique ou à les limiter à quelques immeubles du 16e arrondissement.  Ce mercredi en fin d’après-midi, le président du groupe PS à l’Assemblée, Bruno Le Roux, annonce donc  qu’il n’y a « plus de malentendu avec le gouvernement » sur la formulation de l’application de la déchéance de nationalité. Il estime qu’une « très large majorité » des députés PS voteront la révision constitutionnelle. Le gouvernement, a-t-il dit, a levé « le malentendu sur l’interdiction de l’apatridie », qui était présent dans l’avant-projet de loi d’application et qui avait provoqué une vive réaction mardi des députés PS, pour qui cela revenait à dire que la déchéance ne pouvait de facto s’appliquer qu’aux binationaux. Pour Patrick Mennucci, député PS des Bouches-du-Rhône, le travail est en train de porter ses fruits :  »Un rassemblement de l’immense majorité de gauche est désormais possible, à partir du moment où le projet de loi unifiera les régimes de déchéance applicable aux personnes condamnées quel que soit leur origine d’appartenance à la nation. Qu’ils soient français depuis 15 ans ou 15 générations. C’est ce que nous voulions. Nous ne souhaitions pas de différenciation entre nationaux et binationaux. » « Nous avons obtenu ce que nous voulons » Patrick Menucci, député PS des Bouches-du-Rhône . La semaine dernière, l’article 2 de la réforme constitutionnelle avait déjà été balayé par Manuel Valls, on ne parlait donc plus de la déchéance des seuls binationaux. De quoi attiser la colère des députés socialistes qui ont vu revenir par la bande, en l’occurrence par le biais de l’avant-projet de loi d’application, une inégalité entre les citoyens. En effet, la première mouture exclut de créer des apatrides : elle réintroduit donc indirectement une différence de traitement. Car si on ne peut pas créer d’apatrides, on ne peut pas déchoir ceux qui n’ont que la nationalité française.   Ce mercredi midi, le premier ministre a de nouveau reçu des députés socialistes. D’après nos informations, il les aurait invité à se concentrer sur l’essentiel : la réforme constitutionnelle (et sur le débat qui commence après demain). Le débat sur la loi d’application viendra plus tard, il aurait même donné sa parole. En ratifiant la convention de 1961 sur la réduction du nombre d’apatrides, Paris utilisera son droit à se réserver la possibilité d’en créer en cas d’atteinte grave aux intérêts de l’Etat. Le texte prévoit d’ailleurs la possibilité de création d’apatrides, à condition de le prévoir au moment de la ratification.

Taubira : un désaccord politique majeur ?

Taubira : un désaccord politique majeur ?

Lors de sa conférence de presse Christiane Taubira a justifié sa démission par un désaccord majeur sur lequel cependant elle ne sait pas expliquer clairement. On peut penser qu’elle le fera prochainement et même rapidement puisqu’ il se pourrait qu’elle aussi publie un livre dans les semaines à venir. On a du mal à bien apprécier la pertinence de ce désaccord majeur. Certes sur les problèmes sociétaux notamment sur la question de la politique sécuritaire on aura compris que Christiane Taubira n’approuvait pas l’orientation de Manuel Valls. Un Manuel Valls dont les décisions sont considérées par Christiane Taubira (et les bobos de gauche) comme attentatoire aux libertés. Pour autant on a du mal à percevoir la clarté de la politique de Taubira pour lutter contre le terrorisme. Dans ce domaine elle s’est contentée d’affirmer « que la France avait les moyens » ! Concernant la contestation de la politique libérale menée par le gouvernement,  là aussi on constate bien l’opposition de Christiane Taubira mais s’il s’agit d’une op position globale de principe sans proposition alternative. D’ailleurs Christiane Taubira s’est rarement exprimée sur la problématique économique et sociale. Si ne n’est  qu’une fois elle avait estimé légitime que les salariés puissent ne travailler que 32 heures « pour aller à la plage, au cinéma au théâtre », la position typique des bobos qui pensent sans doute qu’on peut faire abstraction des conditions matérielles de vie liées au  travail. À moins évidemment d’avoir comme Taubira une fortune assez confortable. En fait Taubira a toujours été proche des bobos frondeurs car c’est une frondeuse professionnelle qui sait ce pourquoi elle est contre mais qui a bien du mal, voire est incapable, de définir une politique globale cohérente tant sur le plan sociétal qu’économique.

Travail le dimanche : Hidalgo en désaccord avec Macron

Travail le dimanche : Hidalgo en désaccord avec Macron

 

 

Année Hidalgo est très est en colère et le fait savoir publiquement à Macron à propos du travail le dimanche. Il y a deux motifs à ce mécontentement d’abord la maire de Paris reproche à Emmanuel Macron d’étatiser  à nouveau cette question puisque le maire sera dessaisi de son pouvoir au profit du préfet. Sur le fond Anne Hidalgo s’oppose à l’extension inconsidérée du travail du dimanche en raison de son impact négatif sur le commerce local et des dérogations au droit du travail. Anne Hidalgo est tellement en désaccord qu’elle entend mettre en doute la constitutionnalitéde l’ouverture des commerces le dimanche dans la capitale.  « La loi pour la croissance (…) persiste (…) à ôter à la Maire de Paris la compétence pour attribuer les douze dimanches du maire pour les attribuer au préfet (…) Je ne manquerai pas d’invoquer cette inconstitutionnalité par le biais d’une question prioritaire de constitutionnalité prochainement », écrit Anne Hidalgo dans cette lettre, dont l’AFP a obtenu dimanche une copie. « Je souhaite ainsi vous réaffirmer mon profond désaccord sur les principes comme sur la méthode imposant aux acteurs locaux la définition des règles régissant leurs territoires et dérogeant aux principes fondamentaux du droit du travail en France », explique la maire de Paris, vent debout depuis le début contre l’extension de l’ouverture dominicale des commerces. « Je tiens à vous faire part de ma surprise quant au nombre et à l’étendue des zones touristiques internationales (ZTI) projetées, très au-delà de celles évoquées lors du débat parlementaire », s’inquiète-t-elle. « Cette extension massive et la création de nouvelles zones ne répondent (…) à aucun critère objectif ni, dans certains cas, à aucune réalité touristique », dénonce-t-elle. « Les zones que vous projetez d’instituer révèlent le fantasme d’une ville entièrement dédiée à un tourisme consumériste ». Paris « a su jusqu’à présent conserver son identité propre et sa spécificité. L’indifférenciation et la standardisation des grandes villes-monde n’est pas le projet que je porte pour Paris ». « Les zones que vous souhaitez instituer (…) auront des conséquences négatives pour le commerce de proximité, qui sera affaibli face à la concurrence des franchises », critique-t-elle, dénonçant aussi une « réforme de société » imposée à Paris « sans implication des acteurs locaux (…) de façon hâtive, dirigiste et centralisée ».

Ségolène Royal en désaccord avec le gouvernement

Ségolène Royal en désaccord avec le gouvernement

 

La candidate socialiste à la présidentielle de 2007, qui s’était d’abord astreinte à une relative discrétion après l’élection en 2012 de François Hollande, le père de ses quatre enfants, avait commencé à distiller l’an dernier ses critiques à l’encontre de l’équipe de Jean-Marc Ayrault, à mesure qu’enflaient les rumeurs sur son entrée au gouvernement. Soumise à un strict code de conduite dicté par Manuel Valls après sa nomination à Matignon afin d’en finir avec la cacophonie qui marqua l’ère Ayrault, elle revendique aujourd’hui sa liberté dans son registre « franc-tireur ». L’unité mise en avant jusqu’à présent avec un certain succès par Manuel Valls, qui avait plaisanté en avril sur l’opportunité d’un « logiciel anti-couacs », s’en trouve ébranlée. Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a rappelé mercredi l’importance de la cohésion gouvernementale en réponse à une question sur la charge de Ségolène Royal. « Elle est sacrée parce qu’elle est la condition de la réussite. Il n’y a pas de réussite dans un gouvernement sans la solidarité gouvernementale et sans la cohésion gouvernementale », a-t-il dit lors du compte rendu du conseil des ministres. Dans Paris Match, Ségolène Royal dénonce les « boules puantes », la « condescendance », le « mépris », selon elle, de certains ministres et s’offusque des « procès en incompétence » qui lui seraient faits au sein d’une classe politique « majoritairement composée de machos sûrs de leur bon droit ». Elle assure être en « phase politique » avec François Hollande et qualifie de « fluides » ses relations avec le chef de l’Etat. « Je fais mon travail. Le reste, je m’en fiche. Je n’ai pas de temps à perdre », souligne Ségolène Royal. « Je suis à ce poste parce que je suis compétente. Peut-être même la plus compétente ». Michel Sapin et Arnaud Montebourg sont dans son viseur. Persistant dans son refus d’imposer une « écologie punitive » aux Français sous la forme d’une écotaxe sur les poids lourds, solution défendue notamment par le ministre des Finances et une mission parlementaire, elle accuse ce dernier de duplicité. »Michel Sapin a une position institutionnelle qui colle, comme par hasard, à celle de la commission parlementaire présidée par le député Jean-Paul Chanteguet, dont il est le suppléant. Ce qu’il m’avait caché. Il a fallu que je le découvre par hasard », explique-t-elle. « Moi, j’ai une position imaginative, créative. Sur ce dossier, je suis attendue au tournant. Mais j’avancerai. A marche forcée s’il le faut », prévient-elle. Sur Alstom, Ségolène Royal fissure l’unanimisme de l’exécutif français, qui pousse l’offre de reprise de Siemens pour les activités énergie face au projet de General Electric, en plébiscitant la proposition du groupe américain. « General Electric est une très bonne opportunité pour Alstom. C’est le meilleur projet industriel. Pourquoi ne pas le dire? Et pourquoi vouloir systématiquement faire fuir les investissements étrangers? », dit-elle dans Paris Match. La ministre a déclaré par la suite aux journalistes qu’elle n’avait pas de préférence entre GE et Siemens. « Il y a des discussions entre ministres, des discussions franches, mais nous sommes très solidaires les uns des autres contrairement aux insinuations que tel ou tel article de presse voudrait avancer », a-t-elle dit à l’issue d’une réunion à l’Elysée sur la transition énergétique.

Faillite des banques : désaccord européen

Faillite des banques : désaccord européen 

 

Les ministres des Finances européens se sont séparés dans la nuit de vendredi à samedi sans être parvenus à s’entendre sur des règles communes pour renflouer ou liquider les banques en difficulté, et doivent se revoir la semaine prochaine pour tenter de surmonter cet échec.  Malgré une réunion marathon qui a duré 18 heures, « nous avons manqué de temps » pour rapprocher suffisamment des points de vue encore très éloignés, a déploré le ministre irlandais, Michael Noonan, qui présidait cette réunion à Luxembourg.  Les discussions ont toutefois permis d’accomplir « 90% du chemin » et « nous sommes près d’un accord », a affirmé son homologue français Pierre Moscovici. Une nouvelle réunion a été fixée à mercredi.  Les Européens avaient déjà déterminé au préalable qui devra mettre la main à la poche quand il s’agira de renflouer ou de liquider une banque, et dans quel ordre: d’abord les actionnaires, puis les créanciers les moins bien assurés, puis le cas échéant les détenteurs d’obligations dits « seniors » et en dernier recours les déposants, au-delà de la somme de 100.000 euros.  Mais ils ne sont pas parvenus à s’entendre sur le degré de flexibilité à donner à ce mécanisme. La France ou le Royaume-Uni veulent pouvoir adapter ce schéma selon les cas de figure. Paris souhaite par exemple pouvoir protéger, dans certaines circonstances, les déposants individuels et les PME.  D’autres pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas ou la Finlande, défendent au contraire des règles les plus strictes possibles, pour éviter l’incertitude qui risque de faire fuir investisseurs et déposants. Ils veulent aussi faire en sorte que tout recours à l’argent public soit à l’avenir évité.  Au cours de la réunion de vendredi, une autre ligne de fracture est apparue, cette fois entre les pays membres de la zone euro et ceux qui n’en font pas partie.  L’une des difficultés consiste en effet à articuler le nouveau mécanisme, qui fonctionnera pour toute l’Union européenne, avec d’autres réservés à la zone euro, comme la recapitalisation directe des banques par son fonds de secours, le Mécanisme européen de stabilité (MES), a expliqué une source diplomatique.  « Il est important de ne pas faire de distinction entre la zone euro et ceux qui n’en font pas partie, car (nos banques) seront en concurrence pour les mêmes clients », a souligné la ministre danoise, Margrethe Vestager, dont le pays n’appartient pas à l’union monétaire.  Une difficulté reconnue par le commissaire européen aux Services financiers et au marché intérieur, Michel Barnier. Il faut faire en sorte que « la flexibilité ne porte pas atteinte à l’intégrité du marché intérieur » en instaurant des règles trop différentes d’un Etat à l’autre, a-t-il expliqué dans un communiqué. Il a cependant jugé que « les positions des différents Etats sont difficiles à réconcilier, mais elles ne sont pas incompatibles ».  Pour M. Moscovici, il reste finalement « très peu de points à régler » pour parvenir à un compromis. Un avis partagé par le ministre allemand Wolfgang Schäuble. « Je crois que nous allons arriver à un bon résultat la semaine prochaine », a-t-il affirmé.  S’ils y parviennent, les ministres auront fait un nouveau pas important vers la mise en place de l’union bancaire, souhaitée par les Européens pour éviter une nouvelle contagion entre crise des banques et crise de la dette.  En revanche, s’ils échouent et renvoient leurs discussions au second semestre, le calendrier parlementaire risque d’être trop serré pour que le texte soit adopté définitivement avant mai 2014, date des élections européennes. 

 

Aide à la Grèce : désaccord

Aide à la Grèce : désaccord

 

 

Les ministres des Finances de la zone euro et les représentants du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque centrale européenne (BCE) se sont séparés mercredi matin sans avoir trouvé d’accord sur les moyens à mener pour réduire la dette grecque à un niveau soutenable de 120% du PIB, d’ici 2020. Après près de douze heures de négociations, les représentants des différentes composantes de la « troïka » ont dû se résoudre à prévoir une nouvelle réunion, la troisième du mois, le 26 novembre, afin d’obtenir le consensus nécessaire au versement d’une nouvelle tranche d’aide à la Grèce. Selon un document rédigé en vue du sommet et consulté par Reuters, ramener la dette grecque à 120% du PIB, niveau jugé soutenable par le FMI, d’ici 2020 supposerait que les pays de la zone euro acceptent de passer en perte une partie de leurs prêts à Athènes, ce que refusent l’Allemagne et d’autres membres de la zone euro.

Front de gauche : pas d’accord aux législatives avec le PS

Front de gauche : pas d’accord aux législatives avec le PS

Pour la première secrétaire du PS, s’il n’y a pas d’accord entre son parti et le Front de Gauche, c’est « une responsabilité qui dépend d’eux ». Un problème qui vient des désaccords au sein même du Front de Gauche. Mais la première secrétaire du PS relativise. Selon elle, « le travail a été mené dans de très bonnes conditions, un très bon climat ». De plus, Martine Aubry a estimé que cette absence d’accord ne devrait pas faire perdre de circonscriptions à la gauche, puisque les discussions portaient sur des zones où elle ne partait pas favorite mais où il s’agissait d’éviter son élimination dès le premier tour. Un peu plus tôt, Lydie Benoît, chargée des élections au PCF avait annoncé que les négociations entre les différentes forces de gauche n’avaient pas abouti et n’aboutiraient pas. Selon Lydie Benoît, le PCF avait pourtant fait des propositions honorables pour 29 circonscriptions. Celles-ci permettaient que 9 soient attribuées au Front de Gauche, 8 à EELV, et 11 au PS et une pour Parti radical de gauche. « On se retirait dans 13 circonscriptions sur 29, donc c’était un beau geste », a-t-elle ajouté. Des efforts jugés insuffisants par le PS qui avait effectivement évoqué le chiffre « 55″ en début de semaine. Et le secrétaire national du PG était même vent debout. « On demandait, nous Parti de gauche, d’avoir une circonscription gagnable dans cet accord. Ce qui nous a toujours été refusé, quelle que soit la proposition que nous faisions. A partir de là, ce n’est plus un accord, c’est un diktat. Or ce n’est pas notre style » a, pour sa part, souligné Eric Coquerel. Le Parti de Gauche a, depuis, annoncé son retrait de deux circonscriptions comportant un risque d’élimination de la gauche à l’issue du premier tour, la 7e de Moselle et la 1ere de l’Aube, « sans contrepartie », regrettant « profondément » l’absence d’accord avec le PS et EELV. Le Front de Gauche souhaite un groupe « puissant » à l’Assemblée nationale après le score à la présidentielle de Jean-Luc Mélenchon (11,1%) qui s’est, lui, lancé dans la circonscription socialiste de Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, où Marine Le Pen (FN) est également candidate. Les candidats ont jusqu’à 18h00 ce vendredi pour déposer leur candidature.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol