Archive pour le Tag 'des'

Page 153 sur 155

Médicaments : baisse des ventes

.

Médicaments : baisse des ventes  

Crise de confiance, baisse du pouvoir d’achat, rationalisation des ordonnances, sans doute une peu des trois raiosn. Les ventes de médicaments sous ordonnance, qui représentent l’essentiel des volumes, ont baissé de 1,5% avec 2,53 milliards de boîtes, a indiqué aujourd’hui Jean-François Derré, directeur associé de Celtipharm.  Le volume des ventes de médicaments hors prescription est également en repli, de 0,2% avec 530 millions de boîtes (en incluant les médicaments vendus en avance de prescription). Cette baisse « n’est pas forcément une bonne nouvelle », estime M. Derré. « Ce serait positif si c’était rationalisé », souligne-t-il. Mais « la plus importante des raisons, en dehors des mesures de contrôle de la prescription de l’assurance maladie, c’est surtout la perte de confiance du médicament », selon le responsable de Celtipharm.  Les autres motifs de baisse de la consommation de médicaments sont liés pour un tiers à la diminution des prescriptions et pour les deux tiers à la baisse du panier moyen de l’ordonnance (liée notamment aux baisses de prix et à l’utilisation croissante des génériques), a précisé M. Derré.  Toutefois, exprimé en chiffre d’affaires, les ventes de médicaments en vente libre (7,6% du total) étaient en hausse d’un peu plus de 3% en 2012, alors que la valeur des médicaments prescrits baissait de 2,4%, avait déjà indiqué Celtipharme en janvier.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Viande: Hollande veut des sanctions

Viande: Hollande veut des sanctions

 

Hollande a promis des sanctions mais contre qui, la Roumanie, les Pays-Bas, les fabricants, les distributeurs ou encore contre les services de contrôle ?  Finalement dans cette affaire tout le monde se dit victime : Hollande permet des sanctions mais contre qui ? Contre le service de contrôle de l’Etat ? Comme personne ne veut remettre en cause une filière qui utilise les très larges mailles du filet européen, il fauta évidemment trouver des boucs émissaires alors que tout le monde est en faiat complice d’une filière complètement irrationnelle qui fait affecter des milliers de kms à des produits sensilbles. Parallèlement, des agents de la répression des fraudes (DGCCRF) inspectaient les sièges de Comigel à Metz et celui de Spanghero à Castelnaudary (Aude), deux des sociétés impliquées dans la crise, afin de « consulter des documents utiles », a indiqué à l’AFP l’un des inspecteurs.  En déplacement en banlieue parisienne, M. Hollande a dénoncé des « manquements », des « profits » et « des comportements inadmissibles ». « Des sanctions devront être prononcées, administratives et pénales si le dossier le justifie », a-t-il déclaré en marge de l’inauguration d’un nouveau bâtiment des Archives nationales.  Plus tôt, le ministre de l’Agriculture Stéphane le Foll avait dénoncé sur RTL « des gens qui fraudent, qui cherchent à tricher », tout en pointant du doigt la multiplication des intermédiaires.   »Si le système est à ce point brouillé, si le brouillard est tellement épais que plus personne ne s’y retrouve, on finira par avoir de gros problèmes », avait dit le ministre.  Accompagné du ministre de l’agroalimentaire Guillaume Garot et de celui de la Consommation Benoît Hamon, il recevra l’ensemble de la filière pour une réunion à Bercy à 16H30. M. Hamon s’entretiendra dans la foulée, à 18H30, avec les associations de consommateurs.  Parallèlement, des agents de la répression des fraudes se trouvaient au siège de Comigel et chez Spanghero.  Spanghero « tient à rappeler qu’elle exerce son activité dans le strict respect des réglementations européenne et française au service de ses clients et du consommateur final », a dit son président, Barthélémy Aguerre, devant l’entreprise à Castelnaudary.  Selon un inspecteur de la DGCCRF, la visite dans les locaux du siège social de Comigel doit durer plusieurs jours. Elle vise notamment à consulter tous les documents utiles en possession de l’entreprise. « Ce sont des pièces que l’on demande toujours dans ce genre d’affaires », a-t-il précisé.  Le président de l’Association des industries agroalimentaires, Jean-René Buisson, a nié toute responsabilité. « Findus, le principal concerné, a reçu de la viande avec un certificat indiquant de la viande de boeuf. C’est un problème de tromperie », a-t-il dit, dans cette affaire où tout le monde cherche à faire remonter la responsabilité sur le maillon en amont de la chaîne.   »La traçabilité des produits alimentaires n’est pas remise en cause dans cette affaire; nous avons mis en place le meilleur système au monde depuis la crise de la vache folle », a-t-il affirmé, tout en admettant qu’il fallait « améliorer le maillage de nos contrôles ».   »Il n’y a pas de place pour les fraudeurs. Il faut que les services de l’Etat sanctionnent les coupables dès qu’ils seront connus et identifiés », a renchéri Dominique Langlois, président de l’Interprofessionnelle de la filière bétails et viandes (Interbev) en France.  Selon lui, sur 1,7 million de tonnes de viande de boeuf consommée en France chaque année, « il n’y a que 200.000 tonnes qui sont importées ».  Le groupe Findus doit porter plainte contre X lundi.  La viande en cause, d’origine roumaine, aurait transité par un trader néerlandais, puis chypriote, avant d’arriver chez le fournisseur français Spanghero, et d’être redirigée vers le préparateur, Comigel, puis d’être redistribuée dans des plats préparés pour Findus et différents distributeurs.  De son côté, le Premier ministre roumain Victor Ponta a assuré qu’ »aucune irrégularité n’a(vait) été commise par une société roumaine ou sur le territoire roumain ».  En Grande-Bretagne, où le scandale a été découvert, le ministre de l’Environnement Owen Paterson, chargé des questions alimentaires, a parlé de probable « conspiration criminelle ».  A Bruxelles, un porte-parole de la Commission européenne a affirmé que « nous ne sommes pas face à une situation de danger sanitaire » et s’est félicité du fonctionnement du système de traçabilité de la viande en Europe.  L’usine Comigel, où étaient fabriqués les plats incriminés, livraient sa production dans 16 pays. Pour l’instant, des retraits ont seulement eu lieu en France, Grande-Bretagne, Suède, et en Belgique pour des produits Picard.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 

Sondage BVA :81 % des ouvriers mécontents de Montebourg

Sondage BVA :81 % des ouvriers mécontents de Montebourg

 

Un sondage BVA révèle le mécontentement de la majorité des Français quant à la gestion de la reprise de la raffinerie de Petit-Couronne. Plus de la moitié des sondés voient le ministre comme un « handicap » pour le gouvernement.  Sur le même sujet La cote de popularité du ministre du Redressement productif s’affaisse. C’est en tout cas ce que révèle un sondage BVA pour i-Télé publié vendredi. La cause? Elle serait à chercher du côté de la Seine-Maritime. En effet, d’après cette enquête, deux Français sur trois se diraient mécontents de la gestion du dossier de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne par Arnaud Montebourg. Les ouvriers sont les plus sévères: ils sont 81% à se déclarer mécontents du ministre. Bien que le dossier ne soit pas encore refermé – la date limite de dépôt des offres de reprise ayant été repoussée au 16 avril prochain – les Français ont été (désagréablement) surpris par cette issue. Le gouvernement avait en effet jugé sérieuses deux des offres de reprises parmi les cinq déposées. La porte-parole Najat Vallaud-Belkhacem avait même assuré que l’Etat ne serait ainsi pas nécessairement actionnaire minoritaire.   C’est pourquoi les personnes interrogées sont encore plus critiques qu’à l’époque du dossier Arcelor Mittal. Les sondés sont tellement déçus de ce « manque de résultat » que 52% d’entre eux (contre 43%) voient même Arnaud Montebourg plutôt comme un « handicap » pour le gouvernement.

 

Confessions de Johnny Halliday : des attaques du niveau de la maternelle !

Confessions de Johnny Halliday :  de sattaques du niveau de la maternelle !

Première concernée, son ex-épouse Adeline Blondieau qui s’est dite « très en colère » par les violents propos de la star à son encontre, la traitant « d’hystérique », « un serpent qui me cocufiait tout le temps » avec « tous les petits mecs de Saint-Tropez » tout en jouant « les saintes-nitouches ». L’actrice de la série Sous le soleil a décidé de saisir la justice. « Je suis mère de famille, a-t-elle déclaré dans Nice-Matin, et il est hors de question qu’on puisse porter atteinte à mon image et à ma réputation. Je répondrai par la voie légale, par mon avocat. C’est-à-dire que je vais l’attaquer en diffamation tout simplement. » Elle dit avoir acheté deux exemplaires de l’autobiographie Dans mes yeux : « un pour moi et un pour mon avocat ». Même incompréhension de la part de la veuve du chanteur Henri Salvador, traité de « vieux con » par le rocker, parce qu’il avait organisé une bronca contre lui à ses débuts à l’Alhambra. « Les bras m’en tombent, c’est la douche froide », a reconnu Catherine Salvador dans Le Parisien/Aujourd’hui en France. « Je suis d’autant plus triste que l’on approche du cinquième anniversaire de la mort d’Henri. Et il ne mérite pas ça. Je suis blessée que l’on attaque des gens disparus, cela manque d’élégance. » C’est en substance ce que répond également Vincence Stark, dont le père a été l’imprésario du chanteur pendant plus de vingt ans et qui est qualifié de « premier grand traître » dans le fameux livre. « Pendant quatre ans, il ne m’a donné que la moitié de ce que je gagnais », écrit-il. « Je trouve bien facile de trahir la réputation de Johnny Stark, mort depuis 24 ans », remarque sa fille en soulignant que « le préjudice » ne devait pas être si important puisque la rock-star est revenue solliciter les services de son ancien agent, vingt ans après les faits…  Les anciens proches de Johnny, évincés peu à peu du clan depuis presque trois ans, montent également au créneau, à l’image du couple Angeli, des amis de quinze ans accusés eux aussi de traîtrise pour avoir vendu des photos de paparazzi du chanteur en jet-ski. Le rocker raconte comment son ami Daniel Angeli, photographe professionnel, serait monté sur un arbre pour le piéger. « Quand on sait que Daniel ne monte plus aux arbres depuis 35 ans, et que le reportage en question avait été validé par Laeticia elle-même, tout cela est ridicule », explique au Point.fr son épouse Cécile Angeli. « En vérité, Johnny voulait faire table rase, changer son entourage, et quand on veut abattre son chien, on l’accuse de la rage… » Le couple, mis en cause, réfléchit également à des poursuites judiciaires.  Et puis il y a ceux qui prennent cela avec humour. Comme Michel Sardou qui en a entendu d’autres… même s’il n’est jamais très agréable de se faire traiter de « vieux con réac’ ». « Je veux bien que l’on fasse des commentaires sur les mémoires de La Rochefoucauld, mais ceux de Johnny, je m’en tape ! » a répliqué Sardou sur le site internet du Figaro, en précisant qu’il « n’y a pas de quoi en faire une montagne… » Humour également de la part de Claude François Jr, dont le père est qualifié de « Poulidor » du show-biz, draguant les mêmes filles que la rock-star. « Je prends tout cela avec légèreté… Bien sûr qu’en seize ans de carrière, mon père a dû coucher avec des ex de Johnny, et alors ? L’inverse a également dû se produire. Si mon père était à la ramasse avec les femmes, ça se serait su ! » De son côté, Johnny tente de se justifier en partie sur ce soudain débordement de fiel, sans pour autant le regretter. « Il était temps que je le fasse parce que j’ai frôlé la mort il y a quelques années. C’était resté au fond de moi, j’avais besoin de me libérer », a-t-il reconnu dans les colonnes du Parisien/Aujourd’hui en France. « Les gens ont été beaucoup plus méchants avec moi que je le suis avec eux. » Un partout, la balle au centre…

 

Mairie de Paris/UMP: des primaires en avril

Mairie de Paris/UMP: des primaires en avril

« Le bureau de la fédération UMP de Paris, réuni vendredi soir, a décidé à l’unanimité d’organiser très rapidement des primaires ouvertes à Paris. Ce sera un vote électronique ultrasécurisé ouvert à tous les Parisiens inscrits sur les listes électorales de la capitale », détaille Goujon, président de la fédération UMP de Paris. « Chaque votant devra contribuer au financement à hauteur de 2 euros. Ce sera une grande première pour la droite en France. Un souffle démocratique au moment où les socialistes renoncent à leur primaire et désignent leur candidate en coulisses, Mme (Anne) Hidalgo, qui n’a jamais été élue sur son nom et a été désignée dans le bureau de Bertrand Delanoë », attaque le député UMP de Paris. Selon lui, « le premier et le second tour devraient se dérouler entre la mi-avril et la mi-mai. La campagne ne devra pas dépasser un mois afin d’engager le fer au plus vite avec nos adversaires socialistes, particulièrement Mme Hidalgo qui mélange allègrement ses fonctions de première adjointe et de candidate ». L’ancienne ministre Rachida Dati et le conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel ont d’ores et déjà annoncé qu’ils seraient candidats. Ce pourrait être aussi le cas de la députée de l’Essonne et maire de Longjumeau Nathalie Kosciusko-Morizet. En revanche, François Fillon devrait annoncer qu’il ne sera pas candidat. « Les candidats devront se déclarer avant la fin février.  Une procédure de parrainages, tout en étant très souple, permettra d’éviter les candidatures fantaisistes », explique aussi Goujon.Interrogé pour savoir s’il souhaite que l’UDI de Jean-Louis Borloo, participe à la primaire, le patron de l’UMP parisienne répond: « Bien sûr, ainsi que toutes les composantes de la droite et du centre ».

.

Budget de l’UE: un accord possible mais avec des coupes budgétaires

Budget de l’UE: un accord possible mais avec des coupes budgétaires

 

Un accord sera finalemenet trouvé (même avec retard) mais avec de sérieuses coupes budgétaires comme le voulait le  premier ministre britannique soutenu en faiat par la chancelière Merkel. Pour la France les réductions de budget se feront sur les retombées de la PAC.  La partie est loin d’être jouée et tout le monde s’attend à de longues et difficiles négociations jusqu’au bout de la nuit de jeudi à vendredi, voire jusqu’à samedi.  Elles risquent de faire passer à la trappe les autres sujets inscrits à l’ordre du jour du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement.   »Si le temps nous est donné », le président François Hollande voudrait parler avec ses pairs de la situation au Mali, après l’intervention des forces françaises. Les dirigeants européens devraient également parler de la stratégie pour aider au suivi des Printemps arabes, et évoquer l’accord de libre-échange à négocier, notamment avec les Etats-Unis.  Il faudrait pour cela que les 27 s’entendent rapidement sur le budget européen. « Il y a urgence à trouver un accord », a averti le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, dans sa lettre d’invitation.  Il va mettre sur la table une nouvelle proposition dès l’ouverture du sommet. L’enveloppe serait de 960 milliards d’euros pour les crédits d’engagement, qui correspondent au plafond autorisé, et de 900 milliards d’euros pour les crédits de paiement, soit les dépenses effectives. La taille est sévère: 13 milliards en moins sur les engagements et 43 milliards en moins pour les paiements par rapport à sa proposition de novembre.  C’est ce que demandait le Premier ministre britannique David Cameron, qui ne raisonne qu’en termes de crédits de paiement, plus compréhensibles pour les citoyens. C’est également ce que souhaitait la chancelière allemande Angela Merkel.  Les coupes vont porter sur l’enveloppe destinée aux projets d’infrastructures, les frais de fonctionnement des institutions, les moyens d’actions du controversé Service d’action extérieure, mais aussi sur les budgets pour la Recherche et l’Innovation, l’aide au développement et l’aide destinée aux citoyens européens les plus pauvres.  Le Parlement européen a dit non. François Hollande, venu présenter mardi sa vision de l’Europe aux députés, a été mandaté pour refuser un tel compromis. « Vous demandez à un socialiste d’empêcher les conservateurs de faire un mauvais budget », a-t-il lancé aux élus du Parti populaire européen, qui l’avaient invité à user de son droit de veto. « Mais mon devoir est de rechercher un compromis », a-t-il expliqué.  Toute la négociation jeudi va consister à remonter la proposition de M. Van Rompuy afin de trouver un équilibre entre les positions les plus radicales et les lignes rouges du Parlement européen.  Un accord est donné pour certain. Outre l’image désastreuse pour l’Europe, un nouvel échec ferait des perdants, à commencer par l’Allemagne qui joue un milliard d’euros, soit le montant du rabais obtenu sur sa contribution pour la période 2007-2013.  La France et le Royaume-Uni en revanche pourraient se satisfaire d’une absence d’accord. Le rabais obtenu par Londres est inscrit dans les traités. Pour Paris, ce serait l’assurance de conserver le même niveau pour les aides agricoles, ce qu’elle n’a pas obtenu avec le projet de compromis sur la table.

 

Sondage : moral des français à nouveau en baisse

Sondage : moral des français à nouveau en baisse

Selon le dernier Baromètre de l’économie BVA (voir ci-dessous) diffusé par BFMTV et BFM Business, 69% des sondés sont moins confiants en l’avenir de la situation économique en France, soit deux points de plus en un mois. Les électeurs de droite restent défiants à 93%. Mais les sympathisants de gauche le sont désormais à 43%.  Second thème de ce baromètre : la réforme de l’indemnisation du chômage relancée par un récent rapport de la Cour des comptes proposant une baisse des indemnités de certaines catégories de salariés, les cadres au premier chef. Dans cette optique, 79% des sondés seraient d’accord pour plafonner les indemnités à 2 000 euros, à l’image de ce qui se fait dans beaucoup de pays européens. Mais les cadres et les cadres supérieurs, les principaux concernés, ne sont que 74% à le vouloir.  Les Français sont également 66% à estimer que les employeurs recourant aux contrats de travail courts (CDD et intérim) devraient payer davantage de cotisations chômage, comme le prévoit d’ailleurs l’accord sur l’emploi signé récemment par les partenaires sociaux. En revanche, 42% seulement des sondés (et 35% des catégories supérieures) seraient favorables à une réduction de la durée d’indemnisation du chômage.  Autre question du baromètre : 85% des Français seraient disposés à payer plus cher un produit « made in France » à qualité égale. A condition toutefois que le surcoût ne dépasse pas 10%. Les plus enclins à le faire seraient les provinciaux. En revanche, 19% des habitants de l’agglomération parisienne contre 14% en moyenne nationale refuserait ce patriotisme de consommation.

 

Homos : le coût des débats au parlement ?

Homos :  le coût des débats au parlement ?

Le débat actuel sur le mariage pour tous pose la question du coût de fonctionnement du Parlement. Auteur de « Petits secrets et grands privilèges de l’Assemblée nationale », Bruno Botella fait le point.

 

Le long débat sur le mariage pour tous a-t-il un coût supplémentaire pour l’Assemblée ?

Clairement, oui. Car les fonctionnaires de l’Assemblée, qui sont plus d’un millier, touchent une prime lors des séances de nuit. Il est difficile d’évaluer le coût du simple débat sur le mariage pour tous. Par contre, on s’aperçoit que sur l’année 2011, par exemple, les primes de ces fonctionnaires ont coûté 63 millions d’euros, à comparer aux 53 millions qui concernent leur rémunération. Ce qui permet de mieux comprendre leur salaire moyen, à savoir 7862 euros brut par mois. Plus de la moitié (60%) est constituée de primes. A titre de comparaison, le salaire moyen des fonctionnaires d’Etat est de 2830 euros brut (primes comprises).

Les séances de nuit représentent donc un poids important ?

Oui, d’autant qu’il y en a tout au long de l’année. Les fonctionnaires touchent d’ailleurs leurs primes quoiqu’il arrive, qu’il y ait 20 ou 500 députés dans l’Hémicycle. Chose encore plus surprenante, la quasi-totalité des fonctionnaires, même ceux qui ne sont pas là, touchent une prime lors d’une séance de nuit. Car on part du principe que lors des débats, c’est toute l’Assemblée qui est mobilisée. D’ailleurs, une pratique ancienne voulait que le président de séance laisse « traîner » quelque peu les débats pour que les fonctionnaires puissent toucher leur prime. Depuis peu, cette pratique n’est plus en vigueur.

Comment résoudre ce problème ?

La règle du non-cumul des mandats pourrait jouer un rôle important, car les députés seraient à Paris non plus deux jours, mais toute la semaine. Les séances de nuit se feraient donc de plus en plus rares. Il faudrait ensuite réduire les avantages et les primes des nouveaux arrivants, voire leurs effectifs. Et revoir l’échelle des rémunérations. Les deux secrétaires générales de l’Assemblée, par exemple, perçoivent environ 20 000 euros net. Aujourd’hui, la masse salariale des fonctionnaires de l’Assemblée représente 31% du budget total de l’Assemblée (environ 500 millions d’euros). Il faut réduire cette part.

 

Mali: retrait des français dès mars

Mali: retrait des français  dès mars

Le gouvernement l’avait déjà annoncé : la France na pas vocation à rester au Mali. En cause d’abord le très faible soutien de la communauté internationale à commencer par l’Union européenne, ensuite le risque de s’embourber come en Afghanistan dans une guerre d’usure avec les terroristes. En faiat il restera le plus dur à faire pour les forces africaines car finalemenet les pertes dans les rangs islamistes sont assez peu nombreuses. Au mali, on s’inquiète déjà des conséquences de ce retrait précipité des forces françaises. Les soldats français entameront leur retrait du Mali à partir de mars, ont annoncé mardi les autorités françaises, qui ont pour la première fois évoqué un bilan de « centaines » de combattants islamistes tués depuis le début de l’intervention militaire dans ce pays.   »Je pense qu’à partir de mars, si tout se passe comme prévu, le nombre de troupes françaises devrait diminuer », a déclaré le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, dans un entretien avec le quotidien Metro à paraître mercredi.   »La France n’a pas vocation à rester durablement au Mali. Ce sont les Africains et les Maliens eux-mêmes qui doivent être les garants de la sécurité, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de ce pays », a répété le ministre, évoquant un « passage de relais » à la Misma, la force ouest-africaine pour le Mali.  Cette force doit à terme comprendre environ 6.000 soldats, dont 2.000 seulement sont déjà au Mali. Un contingent distinct de 2.000 Tchadiens est, quant à lui, déjà presque entièrement déployé. Quelque 4.000 soldats français sont aujourd’hui au Mali, plus de trois semaines après le début de l’intervention française.  Et pour la première fois, les autorités françaises ont donné mardi soir un bilan des frappes aériennes et des combats « frontaux » qui opposent soldats français et maliens aux islamistes au Mali: « plusieurs centaines » de combattants islamistes ont été tués en plus de trois semaines d’intervention militaire.  Ils ont péri dans les « frappes aériennes » françaises sur des pick-up transportant des hommes ou du matériel de guerre et pendant « des combats directs, frontaux à Konna (centre) et Gao (nord) », a précisé le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian.  Côté français, un officier français, pilote d’hélicoptère, a été tué le 11 janvier, premier jour de l’opération française. Bamako avait fait état à la mi-janvier de onze militaires maliens morts à Konna, mais n’a pas donné d’autre bilan depuis.  Sur le terrain, les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) ont affirmé mardi qu’ils « coordonnaient » leurs actions dans le nord du Mali avec les forces françaises contre les « terroristes » islamistes en fuite. Un porte-parole, qui a défendu le « réel engagement » du MNLA « dans la lutte contre le terrorisme », n’a pas donné de détails sur la façon dont le groupe coopérait avec les soldats français à Kidal, à 1.500 km au nord-est de Bamako, près de la frontière algérienne.  Le ministre français de la Défense a reconnu que les soldats français avaient à Kidal « des relations fonctionnelles avec le MNLA ».   »A partir du moment où le MNLA déclarera – il semble qu’il le fasse – qu’il n’est ni terroriste, ni scissionniste, et qu’il veut rentrer dans le dialogue interne au Mali qu’il faut engager, il sera à la table » des discussions, a-t-il ajouté.  Les soldats français contrôlent l’aéroport et la ville de Kidal elle-même est « sécurisée » par quelque 1.800 Tchadiens, selon Paris.  Kidal était un bastion du groupe islamiste armé Ansar Dine (Défenseurs de l’islam), mais elle est passée sous le contrôle du Mouvement islamique de l’Azawad (MIA, dissidence d’Ansar Dine s’affirmant « modérée ») et des rebelles touareg du MNLA juste avant l’arrivée de soldats français dans la nuit du 29 au 30 janvier.  Ces deux groupes ont apporté leur soutien à l’entrée dans la ville de soldats français, mais ont refusé la présence de militaires de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), dont ne fait pas partie le Tchad, de crainte d’exactions contre les Arabes et les Touareg, souvent assimilés aux groupes islamistes.  Les soldats français poursuivent dans le même temps leur traque des chefs et combattants islamistes qui se seraient réfugiés dans le massif des Ifoghas, au nord de Kidal, près de la frontière algérienne. Des frappes aériennes massives ont été effectuées ces derniers jours dans la région de Tessalit et d’Aguelhok, au nord de Kidal, visant « principalement des dépôts logistiques et des centres d’entraînement », et elles se poursuivront mardi soir, selon le ministre français de la Défense.  C’est aussi dans cette région de grottes et de montagnes que se trouveraient les sept otages français enlevés au Niger et au Mali en 2011 et 2012 par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et un autre groupe islamiste armé, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao).  Selon des sources de sécurité et un député malien touareg, une délégation des Touareg des Ifoghas a récemment rencontré leurs ravisseurs, assurant que certains se sont montrés dans « de bonnes dispositions ».  Parmi les chefs islamistes probablement réfugiés dans les Ifoghas figurent l’Algérien Abou Zeïd, un des émirs les plus radicaux d’Aqmi, et Iyad Ag Ghaly, chef d’Ansar Dine, ex-rebelle touareg malien des années 1990, originaire de Kidal, qui connaît parfaitement la région.  A Gao, la plus grande ville du Nord du Mali, reprise le 26 janvier par les soldats français et maliens, le Mujao a affirmé mardi avoir attaqué les positions des soldats français et africains, une information démentie par la force ouest-africaine, alors que des témoins ont fait état d’explosions lointaines.

60% des français pour la retraite à 65 ans

60% des français pour la retraite à 65 ans

60% pour le report à 65 ans de l’âge légal de départ à la retraite comme un mal nécessaire, selon une enquête du CSA pour le compte du Cercle des épargnants publiée mardi. Cette proportion est en hausse de deux points par rapport à une enquête similaire effectuée l’an passé et de 30 points par rapport à celle de 2011, menée juste après la dernière réforme des retraites.  Même les sympathisants de gauche reconnaissent la nécessité de relever l’âge légal de la retraite, bien qu’à une faible majorité (52%-45%), mais les ouvriers y sont défavorables (39%-58%). Le gouvernement a décidé d’ouvrir le dossier retraites dans le cadre de la conférence sociale qui reprendra l’été prochain, alors que le Conseil d’orientation des retraites a confirmé dans ses dernières prévisions, qui anticipent un déficit de plus de 20 milliards d’euros à l’horizon 2017, la nécessité d’une nouvelle réforme pour équilibrer les comptes.  L’enquête annuelle sur les Français, l’épargne et la retraite publiée par le Cercle des épargnants, fait apparaître que 67% des Français sont plutôt inquiets (42%) ou très inquiets (25%) pour leur retraite, soit le niveau le plus élevé depuis la première édition de cette enquête annuelle en 2006. Par comparaison, ils n’étaient que 60% en 2012. L’écart provient exclusivement des « tout à fait inquiets » (+8 points). Il explique que la retraite vienne largement en tête (56%) des dépenses sociales jugées prioritaires par les Français, devant l’assurance maladie (43%).

Uranium : le Niger veut une hausse des prix avec AREVA

Uranium : le Niger veut une hausse des prix avec AREVA

 

Pour  Mahamadou Issoufou, le président du pays, dimanche sur TV5 Mondel’exploitation du minerai, qui constitue la principale ressource du pays, ne lui rapporte « que » 100 millions d’euros par an, soit 5% du budget national. « Ce n’est pas admissible », a martelé le président du quatrième pays producteur d’uranium.  Une complainte qui intervient une semaine après que le groupe français a annoncé une hausse de 5,5% de son chiffre d’affaires sur l’extraction d’uranium. Une progression liée notamment à la hausse de son prix de vente, et à une maîtrise grandissante des techniques d’extraction, faisant ainsi baisser les coûts de production.  D’après le président Issoufou, des discussions ont déjà cours avec le groupe. Il s’est dit ouvert à l’arrivée d’autres investisseurs que la France, seul étranger qui possède actuellement des champs au Niger. Interrogé sur un éventuel intérêt de la Chine sur cette ressource, il a répondu : « notre objectif est de diversifier nos partenaires dans l’extraction d’uranium ». La Chine qui, justement, annonce ce lundi 4 février être en mesure d’exporter ses propres EPR, des concurrents directs des réacteurs de dernière génération du Français. Pour Areva, le Niger est un partenaire de premier plan qui représente 20% de ses besoins en uranium. Pour certaines associations, ce serait même un tiers. Selon les publications du groupe, les 8 700 tonnes extraites en 2011 provenaient à parts égales du Niger, du Canada et du Kazakhstan.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 

Des obligations pour boucher le trou du scandale de la banque Monte Paschi

Des obligations pour boucher le trou du scandale de la banque Monte Paschi

 

Le recours  à des obligations pour renflouer la banque Monte Paschi est licite, a jugé un tribunal samedi, le scandale entourant la plus ancienne banque du monde risquant par ailleurs de prendre de l’ampleur à trois semaines d’élections législatives. Les magistrats de trois villes italiennes qui enquêtent sur la banque toscane doivent convoquer de nouveaux témoins la semaine prochaine à la suite des témoignages apportés par une kyrielle de banquiers, rapporte la presse. Il est reproché à Banca Monte dei Paschi di Siena d’avoir procédé à des transactions de dérivés risquées de 2006 à 2009 pour maquiller ses comptes, transactions qui risquent de lui coûter 720 millions d’euros de pertes et de la rendre dépendante d’une aide publique. L’ex-président du Conseil Silvio Berlusconi tente de profiter du scandale pour réduire l’écart sur ses adversaires du centre gauche, dans la perspective des élections législatives des 24 et 25 février. Le tribunal administratif de Rome a débouté samedi la puissante association de consommateurs Codacons en refusant de bloquer l’émission par la Banque d’Italie de 3,9 milliards d’euros d’obligations spéciales destinées à renflouer Monte Paschi. Le tribunal a fixé une nouvelle audience au 20 février. Après l’audience, la Codacons a réclamé la démission du gouverneur de la banque centrale Ignazio Visco et la nomination d’un administrateur judiciaire pour Monte Paschi. Elle poursuit la Banque d’Italie et lui réclame 3,9 milliards d’euros de dommages et intérêts, soit le même montant que l’opération obligataire qu’elle voulait bloquer.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Sondage : 56% contre le droit de vote des étrangers

Sondage : 56% contre le droit de vote des étrangers

Pour masquer les questions économiques, Ayrault a soulevé à nouveau la question du vote des étrangers. Histoire d’occuper le terrain médiatique car il ne pourra pas obtenir les 3/5 è nécessaires du parlement. Par ailleurs il se méfie à juste titre du referendum. Cela pourrait avoir le mérite de mobiliser les médias pendant quelques semaines et de jeter un voile pudique sur les questions fondamentales de la croissance, du chômage ou du pouvoir d’achat. Le Premier ministre a décidé de consulter les groupes parlementaires pour mesurer si le gouvernement est en mesure de réunir une majorité des 3/5e des députés et sénateurs nécessaire pour modifier la Constitution. L’ouverture du droit de vote des étrangers suppose, en effet, une réécriture de la loi fondamentale. La proportion de Français opposés au droit de vote est, toutefois, en baisse par rapport à la dernière enquête. Ils étaient 61% en septembre 2012 contre 56% aujourd’hui. Chauffée à blanc pendant la campagne électorale, l’opinion semble moins mobilisée contre cette vieille promesse de la gauche. Le sujet demeure profondément clivant dans la société française. Un clivage à la fois générationnel (56% des jeunes sont pour et seulement 36% des retraités), socioprofessionnel (59% des ouvriers sont contre alors 59% des professions libérales sont favorables) et, bien sûr, politique (78% des sympathisants UMP sont contre tandis que 72% des supports d’Hollande sont pour). « Le droit de vote cliva encore plus que le mariage pour tous, relève Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Cette question demeure très épidermique. Elle le symbole de la crispation identitaire française depuis plusieurs années. »  A la lumière de ce sondage, la clé de cette question est dans les mains des sympathisants de la droite modérée. Leur opposition au droit de vote a baissé de 11 points en quatre mois. De quoi laisser un petit espoir au Premier ministre qui va tenter dans les prochaines d’arracher la trentaine de voix de parlementaires qu’il lui manque pour espérer une approbation de son projet.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Après le mariage homo, le vote des étrangers pour cacher la misère économique et sociale

Après le mariage homo, le vote des étrangers pour cacher la misère économique et sociale

 

Il est clairqu’Ayrault tente une opération de diversion en ressuscitant l’idée du vote des étrangers. En fait il risque de ne jamais parvenir à réunir une majorité des 3/5e » au Parlement, condition indispensable pour pouvoir valider cette mesure qui serait présentée dans le projet de loi de réforme constitutionnelle, probablement examiné avant l’été. Il s’agira de la dernière chance pour que ce texte entre en vigueur avant les élections municipales de 2014, comme François Hollande s’y était engagé. Il n’y aura pas non plus de referendum ; trop dangereux car les français ont la fâcheuse habitude d’utiliser cette procédure pour exprimer leur mécontentement sur d’autres sujets.  De toute manière l’objectif c’est d’occuper le terrain avec des questions de sociétés pour masquer le triste bilan économique et social. Pour les étrangers, le vote aux municipales n’est pas la priorité, leurs problèmes c’est le logement, l’emploi et les papiers. La promesse du candidat socialiste durant la campagne présidentielle s’est depuis heurtée aux rapports de force au sein du pouvoir législatif. Assemblée nationale et Sénat réunis, l’ensemble de la gauche (PS, EELV, radicaux et communistes) dispose de 521 sièges. Pour obtenir les 555 voix nécessaires, il lui faudrait donc convaincre au moins 34 élus, si personne ne fait défection dans ses propres rangs. L’autre solution pour faire passer ce texte aurait été d’organiser un référendum, mais cette solution a été écartée par le président de la République. Mardi, après la décision du chef de gouvernement d’ouvrir les discussions, l’opposition n’a pas tardé à évoquer un leurre. « Au moment où, chaque jour qui passe,  il y a un plan social nouveau qui arrive sur la table du gouvernement, on en est à organiser des manœuvres de diversion avec le droit de vote des étrangers », a dénoncé Christian Jacob, le président du groupe UMP à l’Assemblée. Sa formation avait d’ailleurs lancé une pétition contre cette réforme. Même réponse pour le vice-président de l’UDI, Yves Jégo. « C’est une question de timing, d’état de la société. Je pense qu’il y a des moments pour faire certaines réformes et cette mesure doit s’appliquer en période de croissance », précise le député de Seine-et-Marne, pour qui le gouvernement « jette de l’huile sur le feu », après le débat sur le mariage pour tous. Pourtant, le centriste n’a « pas changé » d’avis sur ce sujet et reste favorable à ce droit de vote. Mais s’il pense toujours que cette loi « devra arriver », ce proche de Jean-Louis Borloo prévient que son parti ne donnera pas une seule voix à la majorité. « La position du groupe UDI est unanime », répétait en effet mardi dans un communiqué son porte-parole, Jean-Christophe Lagarde. « Pour eux, ce ne sera jamais le bon moment », regrette Razzy Hammadi, qui assure ne pas « croire » que tous les élus suivront la ligne de leur formation. « Si les socialistes veulent cette loi, c’est uniquement pour modifier en profondeur le corps électoral en leur faveur », pense de son côté Benoist Apparu. Qui conclut : « Evidemment qu’ils ne vont pas réussir à trouver une trentaine de voix, c’est pour ça que ce n’est que de la diversion. »

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

L’euro fort victime de la la guerre des monnaies

L’euro fort victime de  la guerre des monnaies

Pour 2013 il faut surtout s’attendre à une guerre des monnaies ; d’abord de la part des Etats-Unis qui en fait vont continuer de s’endetter malgré quelques restrictions budgétaires. L’objectif est de faire baisser le dollar pour redonner de la compétitivité à la croissance. La Chine souhaite aussi une politique monétaire plus accommandante. Autrement dit la guerre des monnaies pour redonner de la compétitivité est bien déclarée même si l’Europe refuse de s’y engager. Le premier ministre chinois Wen Jiabao a appelé la banque centrale à soutenir l’activité dans la deuxième économie mondiale, qui a commencé à rebondir depuis l’automne après avoir enregistré en 2012 sa plus faible croissance en 13 ans. « Le secteur financier reste confronté à un environnement difficile au plan intérieur comme extérieur », a déclaré M. Wen selon un communiqué diffusé hier soir par le gouvernement chinois. « Nous devons utiliser pleinement les outils monétaires pour arriver à un développement sain et durable », a ajouté le chef du gouvernement. la banque centrale a annoncé des opérations à court terme sur le marché monétaire, une mesure qui lui permet d’augmenter la quantité de monnaie en circulation. Le japon veut lui aussi sortir de la crise grâce à une politique monétaire très accommandante. »Le gouvernement et la Banque du Japon se sont entendus pour mener conjointement une politique renforcée afin d’en finir rapidement avec la déflation et permettre au pays d’atteindre une croissance économique durable, la BoJ a consenti mardi non seulement à fixer un objectif d’inflation de 2%, mais aussi à amplifier son dispositif spécial d’achat d’actifs financiers divers, au premier rang desquels figurent des obligations d’Etat.  La BoJ va modifier le procédé et « acheter chaque mois pour un certain montant » des actifs financiers, de façon illimitée dans le temps, au lieu d’une enveloppe pour une période plurimensuelle donnée comme c’était le cas jusqu’à présent.  Le nouveau montant est fixé à 13.000 milliards de yens (110 milliards d’euros) par mois à partir de janvier 2014, dont 10.000 milliards pour les bons du Trésor et 2.000 milliards pour les obligations d’Etat, le reste étant réservé à des titres divers d’entreprises ou fonciers.  Grâce à ces dispositions et à un plan de relance de 20.200 milliards de yens (dont la moitié à la charge de l’Etat) décidé. En Europe, on suit la position allemande «Le taux de change est important pour la stabilité des prix, mais ce n’est pas un objectif de notre politique», a indiqué le patron de la BCE., Mario Draghi. Autrement dit la BCE n’entend pas s’engager dans la bagarre. Cette mise au point est d’autant plus significative qu’au même moment les Européens sont en train de se mettre d’accord sur la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de l’Eurogroup. Le passage de relais au Néerlandais Jeroen Dissselbloem signifie qu’il n’y aura aucun changement dans la répartition des rôles dans la gestion du taux de change de l’euro. Contrairement aux États-Unis, à la Chine  et au Japon, qui confient la responsabilité des changes au gouvernement, l’Euroland a dès le départ laissé ce rôle au président de la BCE. «Monsieur Euro c’est moi!», avait déclaré d’emblée Wim Duisemberg, le premier président néerlandais de la BCE. Depuis lors, l’Eurogroup n’a jamais voulu reprendre ce pouvoir, contrairement aux souhaits exprimés en France, où le pouvoir politique n’a cessé de se plaindre de la surévaluation manifeste de l’euro. En tout cas du point de vue des exportateurs français. La prise de position de Mario Draghi, plus allemand que jamais, ne saurait pourtant être considérée comme une surprise. «La politique de change du Japon sera-t-elle sans réponse? Du côté européen, oui. Mais sans doute pas du côté de la Fed, car les Américains comptent sur leurs exportations pour soutenir leur croissance», analyse Eric Chaney, le chef économiste d’AXA Group. Pour résumer les Etats-Unis, le Japon, le chine vont s’engager (ou poursuivre pour les Etats-Unis) dans des politiques monétaires très accommandantes avec le but plus ou moins avoué de faire baisser le taux de change. Un moyen de redonner de la compétitivité à une croissance qui s’essouffle. L Europe risque d’être la grande perdante dans ce nouveau type d’affrontement. La zone euro est entrée en récession en 2012 et y demeurera en 2013. Du coup pourrait ressurgir aussi la question de l’éclatement de la bulle obligataire. En effet, l’endettement public va encore s’accroitre du fait du tassement des rentrées fiscales lesquelles dépendent bien entendu de la croissance. Avec un endettement accru, une croissance dans le rouge, l’emploi qui se replie, la question de la notation des pays les plus endettés pourraient se reposer (donc la question des taux d’intérêt).Les mesures budgétaires drastiques pour l’instant n’ont permis qu’une période d’accalmie sur les marchéss financiers. L’inquiétude porte désormais sur la capacité pour l’Europe à conjuguer à la fois d’avantage de rigueur en matière de dépenses publiques et davantage de soutien à la croissance. A cet égard le FMI est de plus en plus critique sur le calendrier de rétablissement des équilibres financiers publics en Europe. Il faut souhaiter qu’il soit entendu. Mais sans doute pas avant les élections en Allemagne !

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 

 

Goodyear: retour à la table des négociations ?

Goodyear: retour à la table des négociations ?

Bocage définitif ou retour à la table des négociations ? Véritable fermeture de l’usine ou chantage ? En tout cas Montebourg souhaite la reprise de négociations. Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg souhaite « ramener tout le monde à la table des négociations » dans le dossier du fabricant de pneus Goodyear, qui annoncé jeudi la fermeture de son site d’Amiens-Nord, menaçant 1.173 emplois.  Outre l’Etat, le ministre veut réunir syndicats, direction de Goodyear et le repreneur potentiel Titan, avec qui les négociations ont échoué en juin. « Nous ne sommes pas sûrs d’y arriver » a ajouté le ministre qui a indiqué avoir contacté lui-même le repreneur américain, sans avoir de réponse pour l’instant.  La direction de Goodyear France met l’accent, sur les difficultés du secteur: « Dans un contexte de déclin de l’industrie automobile et de changements structurels du marché des pneumatiques en Europe, ce projet (de fermeture) a pour objectif de sauvegarder la compétitivité des secteurs d’activité tourisme et agricole du groupe », a-t-elle affirmé.   »En 2011, la production de pneus tourisme à Amiens Nord a engendré une perte de 41 millions d’euros pour le groupe », a-t-elle précisé, ajoutant que les activités du groupe dans le domaine agricole en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique étaient « confrontées à des pertes progressives de parts de marché », responsables d’une perte de 20 millions d’euros pour le groupe.  En septembre 2012, faute d’un accord avec les syndicats après huit mois de discussions, la direction de Goodyear France avait annoncé le retrait d’un projet de plan de départs volontaires sans licenciements.  Avant cela, un plan social, qui prévoyait de mettre un terme à la production de pneus de tourisme à Amiens-Nord, avait été invalidé à plusieurs reprises par la justice, saisie par la CGT du site.  Des négociations avec un éventuel repreneur, le groupe Titan, qui a repris l’essentiel des activités de pneus agricoles de Goodyear dans le monde, ont également échoué en juin dernier.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

L’Europe accuse Novartis et J&J d’avoir freiné des génériques

L’Europe  accuse Novartis et J&J d’avoir freiné des génériques

La Commission européenne poursuit sa bataille contre les laboratoires qui entravent la mise sur le marché de médicaments génériques, accusant Novartis et Johnson & Johnson d’avoir conclu des accords dans ce sens aux Pays-Bas. Il s’agit de la troisième procédure ouverte par l’exécutif européen, qui a épinglé l’an dernier le danois Lundbeck, l’allemand Merck, ainsi que Servier et plusieurs autres groupes pharmaceutiques. Les régulateurs des deux côtés de l’Atlantique sont partis en guerre contre ces accords dans le cadre desquels les gros laboratoires paient les fabricants de génériques pour qu’ils repoussent la mise sur le marché de leurs produits. Ils soulignent que cette pratique entraîne un surcoût pour les consommateurs. La Commission européenne a annoncé qu’elle avait envoyé un communiqué des griefs à J&J et Novartis concernant un accord de ce type entre leurs filiales aux Pays-Bas. Elle précise que cet accord aurait peut-être bloqué la commercialisation du produit générique du médicament antidouleur fentanyl entre juillet 2005 et décembre 2006.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Baisse des prix dans l’industrie

Baisse des prix dans l’industrie

 

Sous l’effet de la baisse de la demande, les prix à la production de l’industrie française ont baissé de 0,3% en décembre après s’être déjà contractés de 0,4%, un chiffre révisé, le mois précédent, selon les données publiées jeudi par l’Insee. Sur un an, ils sont en hausse de 1,6%. Six économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une baisse de 0,2% en décembre, leurs estimations allant de -0,2% à +0,0%. Le recul de novembre, qui faisait suite à quatre mois consécutifs de hausse, avait été annoncé à -0,5% en première estimation.  Comme en novembre, les prix des produits du raffinage se sont repliés nettement le mois dernier (-3,2% après -3,0%). La baisse des prix de l’énergie (électricité) a été plus sensible (-0,9 % après -0,4%), la hausse modérée des prix des denrées alimentaires et des équipements électriques et informatiques (+0,3 % chacun) atténuant l’impact de ces ralentissements.  Les prix des produits du raffinage après trois mois consécutifs de baisse faisant suite aux fortes hausses d’août et septembre ont retrouvé leur niveau de juillet, un des mois les plus bas de l’année.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Croissance-Allemagne: recul des ventes au détail

Croissance-Allemagne: recul  des ventes au détail

Comme c’était prévisible, l’Allemagne commence à être touchée par le ralentissement général en Europe. Les ventes au détail en Allemagne sont reparties à la baisse en décembre, reculant sur un mois de 1,7% à prix constants ajustés des variations calendaires, selon des chiffres provisoires publiés jeudi par l’Office fédéral des statistiques Destatis. Sur l’ensemble de l’année, elles ont reculé de 0,3% par rapport à 2011, se situant dans la partie basse d’une estimation de Destatis faite début janvier.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Première grève des fonctionnaires pour la gauche

Première grève des fonctionnaires pour la gauche

 

La trève sociale est terminée dans le public ; le gouvernemenet affronte la première grève des fonctionnaires depuis larrivée de Hollande. 5,2 millions de fonctionnaires sont appelés à cesser le travail jeudi par trois syndicats, un mouvement de grogne qui se cristallise principalement autour des rémunérations et de l’emploi. Quelque 120 rassemblements et manifestations sont prévus dans toute la France, dont une manifestation à 14 heures à Paris à partir de Port-Royal.  Le mouvement doit toucher les trois versants de la fonction publique (Etat, Territoriale et Hospitalière) où le gouvernement compte une part importante de son électorat. Son impact est difficile à anticiper, mais selon le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, près d’un enseignant sur trois devrait notamment être en grève dans les écoles primaires.  La CGT, FSU et Solidaires, à l’origine de cette journée d’action, réclament une revalorisation du point d’indice, qui sert de base au calcul des salaires et est gelé depuis 2010. Mais ils entendent aussi faire part de leurs revendications sur l’emploi – les créations de postes dans les ministères « prioritaires » (Justice, Police, Education) devant se traduire par de nouvelles suppressions de postes ailleurs -, ou la journée de carence (non indemnisée) en cas d’arrêt maladie.  Avec ce mouvement, les syndicats espèrent peser sur une réunion consacrée aux carrières et rémunérations prévue le 7 février avec la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu.  Mais cette dernière a d’ores et déjà laissé entendre qu’une revalorisation globale des salaires n’était pas d’actualité. Elle a reconnu mardi « une situation difficile pour les fonctionnaires », mais rappelé aussitôt « les contraintes budgétaires », une hausse de 1% du point d’indice augmentant de 800 millions d’euros la masse salariale de l’Etat (80,6 milliards d’euros en 2013), que le gouvernement entend garder stable.  La ministre a néanmoins souligné que de nombreux sujets seraient abordés dans le but d’améliorer les conditions de travail des agents, citant l’égalité homme-femme, la formation professionnelle, ou encore les parcours professionnels. Elle a également indiqué qu’elle comptait discuter d’un « nouveau système de primes » en modifiant notamment un dispositif de rémunération au mérite instauré par le précédent gouvernement, la Prime de fonction et de résultat (PFR).  Pour Jean-Marc Canon (CGT), cette annonce est une bonne nouvelle. Mais, a-t-il indiqué à l’AFP, « maintenant, il s’agit de voir quel est le dispositif qui va s’y substituer parce que l’argent, il faudra bien le redonner aux salariés concernés ».  La réunion du 7 février pourrait permettre aux syndicats d’en savoir plus sur les intentions de la ministre. Ils ont d’ores et déjà prévu de se réunir à nouveau après cette rencontre, pour voir si leur « impatience » a été prise en compte.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

1...151152153154155



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol