Archive pour le Tag 'déraille'

Israël : Mélenchon déraille encore un peu plus

Israël : Mélenchon déraille encore un peu plus

Des propos qui traduisent encore davantage la fuite en avant du patron des Insoumis qui déclare que le gouvernement encourage le massacre à Gaza à travers la visite de la présidente de l’Assemblée nationale en Israël.

Jean-Luc Mélenchon a accusé Yaël Braun-Pivet, en déplacement en Israël, de « camper à Tel-Aviv pour encourager le massacre » à Gaza.

La présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, s’est rendue en Israël, où elle a souligné que rien ne doit empêcher » le pays « de se défendre » dans la guerre face au Hamas, suscitant ce dimanche une polémique à gauche que Jean-Luc Mélenchon a enflammée par sa virulence.

Des termes cinglants qui ont à leur tour immédiatement provoqué la controverse, les ministres Marc Fesneau et Oliver Dussopt évoquant à l’unisson à « un tweet de la honte ». « Voici le message subliminal de Jean-Luc Mélenchon : désigner les Juifs comme le parti de l’étranger et de la guerre », s’est indigné le président du Crif Yonathan Arfi, dénonçant « une rhétorique antisémite », quand la Licra a épinglé « un antisémitisme électoral ».

Eoliennes : La Cour des Comptes déraille

Eoliennes : La Cour des Comptes déraille

Le plus souvent, la Cour des Comptes émet des analyses et des recommandations assez pertinentes. Mais là elle recommande naïvement le développement des éolienne en faisant l’impasse d’une analyse de la politique énergétique et du caractère anecdotique d’éoliennes à la production en outre intermittente et qui porte atteinte au paysage et à la biodiversité. On voit que la pensée écolo bobo pénètre aussi les plus hautes instances.

Les Sages estiment donc que l’administration doit revoir son organisation pour réduire les délais de développement et accélérer la production. Ils préconisent aussi un réexamen périodique des soutiens
La France n’est pas taillée pour tenir ses objectifs en matière de production d’électricité d’origine éolienne. C’est en substance le message de la Cour des comptes, dans un rapport qui doit être publié ce mardi.

Les « sages » partent du constat que les capacités éoliennes développées dans l’Hexagone ne représentaient que 20,9 GW, soit 80 % seulement de l’objectif fixé dans la dernière programmation pluriannuelle de l’énergie. Des éoliennes qui en plus coûtent très cher à la France puisque essentiellement importées. Mais dans un autre rappeur la Cour des Comptes fera le bilan de la balance commerciale.

On voit que la mode écolo bobo pénètre aussi les plus hautes instances

Le ministre de l’économie déraille en soutenant les influenceurs

Le ministre de de l’économie déraille en soutenant les influenceurs

En panne d’idées et surtout d’efficacité, le ministre de l’économie Bruno le maire déraille en soutenant les influenceurs.

Une flatterie vraiment mal placée lors de son intervention à l’assemblée du syndicat UMICC (Union des métiers de l’influence et des créateurs de contenus) .

«Vous êtes une force économique majeure de notre pays» a déclaré le ministre de l’économie qui oublie sans doute que la plupart des influenceurss sont des parasites qui se servent de leur look et de leur baratin pour vendre des produits le plus souvent inutiles voire même dangereux. Il n’y a d’ailleurs aucune règle pour ce type d’intervenants sur Internet.

Pour preuve, Nabilla( « allo, quoi ben allo quoi »), star de télé réalité qui donne des conseils pour les placements financiers!!!

Cette ode au secteur de l’influence et de la création de contenu était également émaillée de chiffres. Le ministre a par exemple rappelé le nombre «considérable» d’influenceurs en France – 150.000 selon lui – et les «milliards de vues, les millions d’euros de chiffre d’affaires, les milliers d’emplois» qu’ils génèrent grâce à leurs activités !!!
Le numéro 2 du gouvernement s’est même laissé aller à une petite boutade sur son avenir personnel en assurant qu’il n’excluait pas de devenir lui-même influenceur «dans les années à venir».

À en croire les rires et les applaudissements, l’opération séduction a plutôt bien fonctionné. Parce qu’il faut dire que le ministre de l’Économie et des Finances avait face à lui des professionnels très remontés. La loi dite «influenceurs» qui doit encadrer les activités du secteur est perçue d’un très mauvais œil par les premiers intéressés. Ils regrettent notamment que certaines dispositions stigmatisent leur métier.

Le ministre de l’économie mélange vraiment tout aussi bien les vendeurs d’illusions et de gadgets que les créateurs véritables d’information.

Et de créer encore une structure supplémentaire car Bruno Le Maire s’est engagé à la création d’un «groupe de travail permanent», où siégeront les représentants des créateurs de contenu sur Internet et les administrations de l’État.

Politique: L’ambassadeur de Chine à Paris déraille encore en ne reconnaissant plus les frontières

Politique: L’ambassadeur de Chine à Paris déraille encore en ne reconnaissant plus les frontières

Une nouvelle fois l’ambassadeur de Chine montre sa complaisance vis à vis des crimes chinois en même temps que que sa provocation sur les grands thèmes politiques. On croirait entendre les discours des communistes des années 1950 qui se caractérisait par la langue de bois, et le mensonge permanent. Parmi tous les ambassadeurs du monde, l’ambassadeur de la Chine en France figure sûrement en tête des contrevérités invraisemblables ( voir par exemple sa définition du communisme qu’il confond avec le nationalisme) et par un négationnisme provocateur voire criminel . Certes l’intéressé traduit d’une certaine manière la position de Pékin mais il en rajoute des tonnes sans doute pour attirer la bienveillance des plus hautes autorités sur lui. Tellement Surréaliste qu’on peut demander si l’intéressé ne tutoie pas par moments la démence. Son comportement agité légitime en tout cas l’interrogation.

L a France a affiché samedi soir sa « consternation » après des propos de l’ambassadeur de Chine en France, qui a nié la souveraineté des pays issus de l’Union soviétique et a questionné l’appartenance de la Crimée à l’Ukraine.

Interrogé vendredi soir sur la chaîne française LCI, Lu Shaye a estimé que les pays de l’ex-URSS « n’ont pas le statut effectif dans le droit international parce qu’il n’y a pas d’accord international pour concrétiser leur statut de pays souverain ».

Concernant la Crimée, un territoire ukrainien que la Russie occupe depuis 2014, il a déclaré : « Ca dépend de comment on perçoit ce problème. Il y a l’Histoire. La Crimée était tout au début à la Russie. C’est Khrouchtchev qui a offert la Crimée à l’Ukraine dans l’époque de l’Union soviétique. »

Le ministère français des Affaires étrangères a indiqué dans un communiqué avoir « pris connaissance avec consternation » de ces propos, demandant à la Chine « de dire (s’ils) reflètent sa position, ce que nous espérons ne pas être le cas ».

L’Ukraine a été reconnue internationalement « dans des frontières incluant la Crimée en 1991 par la totalité de la communauté internationale, Chine comprise, à la chute de l’URSS comme nouvel Etat-membre des Nations unies », a insisté Paris, rappelant que l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014 est « illégale au regard du droit international ».

«Les baby-boomers, c’est une génération de veinards » ! François Lenglet déraille

«Les baby-boomers, c’est une génération de veinards! » François Lenglet déraille

Selon François Lenglet, Les baby-boomers constitue une génération de veinards ! D’ordinaire l’expert économique se montre beaucoup plus pertinent et mesuré. Sans doute est-il contaminé par les élites qui approuvent le caractère injuste et inefficace de la réforme du gouvernement concernant les retraites. Certes, une réforme est sans doute nécessaire mais certainement pas celle-là qui maintient la différence entre public et privé et surtout qui renforce encore les inégalités sans distinguer les conditions d’accès et les conditions de pénibilité.

François Langlet oublie un aspect fondamental pour faire des comparaisons entre jeunes et anciennes générations. Pour la plupart des baby boomer, la durée- totale de travail dans la vie aura été de façon très substantielle très supérieure à la durée des plus jeunes.

À l’époque le concept de durée hebdomadaire du travail était relatif. Théoriquement autour de 40 heures mais rarement décomptées, en outre les heures supplémentaires étaient également peu prises en compte. La plupart de la génération des baby boomer ont commencé très tôt le travail. Pour preuve dans les années 60 la population ne comptait que 5 % de bacheliers quand on en compte maintenant autour de 95 %. Beaucoup continuent donc leurs études après 17 ans. La moyenne d’embauche pour les jeunes se situe en effet autour de 23 ans.

La plupart des salariés baby-boomers entraient sur le marché du travail bien avant 20 ans, parfois à 14 ans.

Pour Lenglet, la réforme des retraites se justifie par le déficit de productivité de la France par rapport à ses voisins européens et à l’ensemble des pays développés: la priorité des deux décennies qui viennent doit être de travailler plus pour produire plus, analyse-t-il. Mais cette réforme a connu depuis six ans nombre de métamorphoses successives donnant le sentiment au Français qu’elle est davantage dictée par les circonstances politiques du moment que par l’intérêt général, reconnaît-il quand même. Si elle protège les retraités actuels, en particulier la génération du baby-boom qui continue de bénéficier d’«un système au zénith de la redistribution», elle pèse lourdement sur le niveau de vie des actifs et, compte tenu de l’évolution de la démographie, ne permet pas de sauver le régime par répartition.

Production électrique : EDF déraille encore !

Production électrique : EDF déraille encore!


Le moins que l’on puisse dire, c’est que la situation n’aide pas EDF à promouvoir l’indispensable électricité nucléaire.D’une certaine manière dès voudrait discréditer le nucléaire qu’elle ne s’y prendrait pas autrement avec les retards d’entretien et les grèves Le constat est terrible 29 des 56 réacteurs nucléaires en France sont à l’arrêt. Des facteurs explicatifs externes à l’entreprise mais aussi des responsabilités internes.

Ainsi la production a été retardée après la nécessité de remettre aux normes la quasi-totalité des réacteurs. Une opération de grand carénage retardé par le Covid qui a neutralisé l’action des agents EDF et des sous-traitants. EDF n’a cependant rien fait pour développer une stratégie de rattrapage de cet entretien.

Récemment, il y a eu aussi une grève qui a paralysé les réacteurs en cours d’entretien. Il aura fallu attendre des semaines pour que syndicats et direction se mettent d’accord sur une revalorisation des salaires.

On ne peut s’empêcher de s’interroger sur les retards de production. Certains ont des raisons objectives mais certains pourraient constituer des formes de pression d’EDF pour obtenir de nouveaux financements en particulier concernant la construction EPR. Outre les questions techniques l’entreprise doit faire face à un management défaillant.Le groupe français a donc annoncé jeudi avoir abaissé sa prévision de production nucléaire en France pour 2022, en raison de l’impact des grèves sur la maintenance de ses réacteurs et l’allongement de la durée d’arrêt de 4 réacteurs nucléaires. . Résultat : la production nucléaire ne sera pas comprise entre 280-300 TWh (térawattheures) en 2022 comme l’énergéticien français l’envisageait jusqu’ici, mais devrait se situer dans une fourchette allant de 275 à 285 TWh (térawattheures).

Le groupe a confirmé ses estimations de la production nucléaire en France pour 2023 et 2024, soit respectivement 300-330 TWh et 315-345 TWh. Pour rappel, la capacité du parc français avoisine les 460 TW.

Cet environnement encore dégrader les résultats financiers du groupe. Par ailleurs se pose la question récurrente de la situation financière de l’entreprise qui traîne un lourd boulet d’endettement alors qu’elle doit aussi faire face au financement des nouveaux EPR.

Berlusconi déraille et est de nouveau ami avec Poutine !

Berlusconi déraille et est de nouveau ami avec Poutine !

Une nouvelle fois, le vieux chef italien Berlusconi déraille en affirmant à nouveau son amitié avec Poutine. De quoi mettre en difficulté la coalition de droite et même son propre parti. Le chef de file du parti Forza Italia a affirmé avoir « renoué » le lien avec Vladimir Poutine. « Pour mon anniversaire, (Vladimir) Poutine m’a envoyé 20 bouteilles de vodka et une très gentille lettre (…) Il m’a dit que j’étais le premier de ses cinq vrais amis », a assuré l’ancien Premier ministre, qui a fêté ses 86 ans le 29 septembre.

Ces propos ont fuité mardi soir et son entourage a d’abord démenti mais un enregistrement audio a ensuite été diffusé, provoquant la stupéfaction de Giorgia Meloni, future présidente du Conseil italien qui s’emploie à former un gouvernement avec ses alliés, Forza Italia de Silvio Berlusconi et la Ligue de Matteo Salvini. Les déclarations de Silvio Berlusconi pourraient fragiliser Antonio Tajani, un de ses proches, pro-européen, pressenti pour les Affaires étrangères.

S’agissant de la guerre en Ukraine, l’ancien président du Conseil a précisé ne pas pouvoir exprimer son opinion personnelle « parce que si cela arrive aux oreilles de la presse ce sera une catastrophe, mais je suis très, très, très préoccupé ». En toute hâte, Forza Italia a publié un communiqué pour clarifier la position du parti et de Berlusconi vis-à-vis de la Russie et de l’Ukraine, « en ligne avec celle de l’Europe et des Etats-Unis ».

Fin de vie : le journal « Le Monde » déraille encore

Fin de vie  : le journal « Le Monde » déraille encore

Une fois de plus, le journal Le Monde déraille encore à propos de son soutien à la convention citoyenne sur la fin de vie.Par précaution oratoire, le monde souhaite quand même que les députés et sénateurs soient « associés » à la réflexion. Le « Mond »e participe ainsi à la grande confusion entre la démocratie participative et la démocratie représentative. Et ce n’est sûrement pas avec une organisation de type discussion de bistrot manipulée par les experts qu’on aura gagné en pertinence et en démocratie. NDLR

La convention citoyenne sur la question de la fin de vie sera utile, à condition qu’elle soit réellement ouverte, que le dialogue prévu dans les régions ne soit pas de pure forme, et que, puisqu’il s’agit de nourrir un éventuel projet de loi, les députés et sénateurs y soient associés.

 

Ala fois terriblement complexe et universelle, douloureuse mais essentielle, la question de la fin de vie a quitté depuis quelques décennies seulement le champ du tabou pour devenir un débat de société récurrent, dans un contexte de montée des revendications à l’autonomie individuelle.

En annonçant, lundi 12 septembre, le lancement en octobre d’une convention citoyenne sur ce sujet, Emmanuel Macron répond à la revendication croissante d’un « droit à mourir dans la dignité ». Celle-ci est portée par une très large majorité des Français, même si les sondages qui l’attestent ne permettent pas de faire la part entre le souhait individuel d’une mort digne et l’approbation d’une possible aide active à mourir qu’il s’agirait de légaliser.

Six ans après le vote de la loi Claeys-Leonetti, qui autorise une « sédation profonde et continue jusqu’au décès » pour des malades en très grande souffrance dont le pronostic vital est engagé à court terme, le choix du président de la République de rouvrir le débat ne reflète pas seulement sa volonté de marquer son deuxième quinquennat par une réforme de société qu’il n’avait pourtant guère encouragée lors du premier, mais une nette évolution du débat.

 

L’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) rendu public mardi 13 septembre marque un tournant. Pour la première fois, il admet, à de « strictes » conditions et sur initiative du Parlement, « la possibilité d’un accès légal à une assistance au suicide ». Il s’agit d’aider à mourir des personnes non pas en fin de vie, mais « atteintes de maladies graves et incurables provoquant des souffrances (…) réfractaires dont le pronostic vital est engagé à moyen terme ». Le retentissement de la dénonciation, par la chanteuse Line Renaud, des « failles et insuffisances majeures » de la loi actuelle, et l’écho de la mort, par « assistance au décès », légale en Suisse, du cinéaste Jean-Luc Godard, ne font qu’appuyer la nécessité d’un large débat.

Dans ce contexte nouveau, et s’agissant d’une question qui engage les fondements de la société et qui soulève des enjeux potentiellement redoutables, la décision d’organiser une « grande consultation citoyenne », souhaitée par Jean-François Delfraissy, le président du CCNE lui-même, paraît pertinente. Ecouter les simples citoyens, les acteurs du système de santé et les représentants de tous les courants de pensée est une nécessité sur un sujet qui mêle l’intime, la médecine et la morale collective.

 

Tout doit être fait pour que les déceptions soulevées par la convention citoyenne pour le climat de 2020 ne se renouvellent pas. La nouvelle consultation pourra être utile au pays, à condition qu’elle soit réellement ouverte, sans aboutissement préconçu, que le dialogue prévu dans les régions ne soit pas de pure forme, et que, puisqu’il s’agit de nourrir un éventuel projet de loi, les députés et sénateurs y soient associés.

Conseil national de la Refondation : le journal « le Monde déraille »!

Conseil national de la Refondation : le journal  « le Monde déraille »!

 

De temps en temps le journal « Le Monde » qui se voudrait la conscience de la gauche entretient des liens plus qu’ambigus avec le pouvoir en place sans doute pour  rééquilibrer sa posture. C’est le cas avec cet édito du journal consacré aux bienfaits du conseil national de la Refondation qui doit résoudre avec des amateurs tirés au hasard et  en quelques semaines des problèmes comme l’emploi, l’école, la santé, le vieillissement et la transition écologique alors que des milliers et des milliers de représentants d’institutions et d’organisations n’ont pas trouvé la martingale. L’édito affirme que ce conseil national qui ne fonctionnera que quelques mois à peine pourra associer la France des profondeurs. Et de comparer au final l’initiative avec la cogestion allemande qui elle a su mettre en place les institutions permanentes associées dans l’économie les partenaires concernés.Un édito qui sent les parfums des salons parisiens. En tout cas, un conseil national de la Refondation critiqué par une majorité des Français qui décèlent évidemment l’opération politicienne. NDLR

 

Edito du Monde

L’instance lancée par Emmanuel Macron est boycottée par ses opposants et suscite le doute jusque dans son camp. Pourtant, cet outil de démocratie participative permettrait d’associer un maximum d’acteurs de terrain pour tenter de faire face à la grande bascule à laquelle est confronté le pays.

 

Le boycott par tous les partis d’opposition et une partie des syndicats de la réunion du Conseil national de la refondation, jeudi 8 septembre, à Marcoussis (Essonne), reflète l’état d’extrême crispation dans lequel se trouve le pays après la double séquence électorale du printemps. Sanctuarisation des droits retrouvés du Parlement, refus d’avaliser la création d’un nouveau « machin » considéré comme superfétatoire au regard des nombreuses instances existantes, la droite et la gauche rivalisent d’arguments pour refuser d’entrer dans la démarche entreprise par le président de la République au lendemain du scrutin présidentiel.

L’objectif affiché par le chef de l’Etat était de réunir les représentants des partis politiques, des élus locaux, des syndicats, des organisations associatives et environnementales pour tenter de partager un diagnostic sur la grande bascule qu’est en train de vivre le pays et tenter d’innover sur cinq sujets qui influent sur la vie des Français : l’emploi, l’école, la santé, le vieillissement et la transition écologique. Le flou du cadrage n’a fait que renforcer les préventions.

L’opposition est faite pour s’opposer, et l’on peut comprendre que, après le résultat des élections législatives, qui a privé le président de la République d’une majorité absolue à l’Assemblée nationale, elle cherche encore à pousser son avantage. La verticalité du précédent quinquennat est dans toutes les têtes, si bien que toute initiative venue du chef de l’Etat est entachée de soupçon. La référence au prestigieux Conseil national de la Résistance, qui était parvenu à accoucher des grandes réformes de l’après-guerre sous l’égide du général de Gaulle, n’est pas faite pour calmer les esprits.

La politique de la chaise vide est cependant risquée pour les partis de gouvernement qui ont été aux commandes ces trente dernières années et ne peuvent s’exonérer de l’état dans lequel se trouvent l’école et l’hôpital public, deux grands services publics confrontés l’un et l’autre à une crise de moyens et de vocations sans précédent. Tant de plans nationaux considérés sur le moment comme salvateurs et pourtant insuffisants se sont succédé ces dernières années que la promotion d’une méthode nouvelle pour tenter de faire reculer les inégalités sociales et territoriales ne peut être balayée d’un revers de la main.

Affirmer quelques grands principes au niveau national puis rechercher des solutions différenciées sur les territoires en associant un maximum d’acteurs de terrain est une piste à explorer, d’autant que le monde associatif, beaucoup moins dévitalisé que les partis et les syndicats, est prêt à s’engager.

Que chaque parti prépare dès à présent l’alternance, notamment parce que le président de la République ne pourra pas se représenter en 2027, est un réflexe sain et normal. Mais que cette anticipation conduise l’opposition à se crisper chaque jour un peu plus dans un refus quasi pavlovien de toute évolution, y compris démocratique, au prétexte que celle-ci serait lancée d’en haut, est préoccupant. Une telle attitude revient à nier la gravité de la crise démocratique. Elle conduit aussi à donner le sentiment que l’ampleur et la rapidité des changements induits par le réchauffement climatique sont minimisées.

Ce qui se passe outre-Rhin devrait nous inspirer. L’Allemagne, qui a longtemps dominé la zone euro de toute sa puissance économique, est obligée de revoir de fond en comble son modèle de développement. Le choc est rude, mais elle dispose de deux atouts pour le surmonter : la culture du compromis, d’une part, l’idée que le pays a tous les atouts pour s’en sortir, de l’autre. Ces deux ingrédients font cruellement défaut en France. Il faut collectivement apprendre à les apprivoiser.

Guerre en Ukraine : « La faute à Zelinsky  » (Ségolène Royal déraille encore) !

Guerre en  Ukraine  : « La faute à Zelinsky  » (Ségolène Royal déraille encore) !

Ségolène Royal, la folle du Poitou, ne sait plus quoi faire pour se singulariser et exister politiquement. Malheureusement pour elle elle n’a pu décrocher le moindre poste au plan national et international en dépit de ces démarches très appuyées y compris auprès de Macron.

 

« On ne peut pas lui faire confiance », Estime un conseiller ministériel. Avant qu’un membre du gouvernement ajoute : « Elle souffle le chaud et le froid en fonction des postes qu’elle vise. Tout est calculé en fonction de son propre intérêt. » Aujourd’hui, entre Ségolène et Macron « le lien est totalement rompu. »Du coup, elle multiplie les prises de position anachroniques voire fantaisistes et même scandaleuses. Elle considère en effet que la guerre en Ukraine est imputable aux provocations du président ukrainien. En clair elle se situe du côté de Poutine.

L’ancienne ministre, invitée ce jeudi sur le plateau de BFMTV, a dénoncé une « propagande de guerre par la peur » de la part du président Volodymyr Zelensky.

« La paix en Ukraine n’est pas rendue impossible par les victimes de l’invasion, mais par la volonté de conquête de Poutine! », a réagi sur Twitter le Premier secrétaire du PS Olivier Faure.

« Les crimes de guerre sont documentés, le nier est une insulte aux assassinés, aux violées, aux torturés ! Dire le contraire est de la propagande ! », a-t-il poursuivi.

Dans un autre tweet, il a ajouté: « Elle dit que la dénonciation des crimes (dont elle doute) a un objet: entraver le processus de paix. Les agressés deviennent les bellicistes. Jusqu’à preuve du contraire les Ukrainiens sont les résistants dans une guerre qu’ils n’ont pas choisie », a-t-il critiqué.

Le député européen Raphaël Glucksmann (Place publique), a lui aussi dénoncé un « naufrage. Total ».

Ukraine : Macron a déraillé

 Ukraine : Macron a déraillé

 

Les déclarations d’Emmanuel Macron sur son intention de ne pas « humilier la Russie » ont été vivement critiqués par ses partenaires occidentaux. L’Elysée a tenté de clore la polémique, en affirmant vouloir « la victoire de l’Ukraine » et en ouvrant la voie à un déplacement du chef de l’Etat dont les conditions ne paraissent aujourd’hui réunies en l’état des divergences entre l’Ukraine et la France (Papier du Monde)

 Macron devra sans doute jouer l’équilibriste aujourd’hui à Kiev pour convaincre que ses relations avec Poutine participent de la résolution du conflit avec l’Ukraine NDLR

La clarification était devenue nécessaire. En rappelant le 10 juin que la France souhaite « la victoire de l’Ukraine », l’Elysée s’est efforcé de clore une polémique qui finissait par brouiller son message et son image. Pour avoir répété une semaine plus tôt son souci de ne pas « humilier la Russie », Emmanuel Macron s’était en effet attiré les critiques virulentes de nombreux partenaires européens.

Certes, il avait précisé que ce souci s’intégrait dans le moyen terme « pour que, le jour où les combats cesseront, nous puissions bâtir un chemin de sortie par les voies diplomatiques », ce que personne ne peut lui reprocher sur le fond. Le président de la République avait également parlé au cours du même entretien de l’« erreur historique et fondamentale » commise avec cette guerre choisie par son homologue russe, Vladimir Poutine, jugé désormais « isolé ».

L’attention ne s’était portée cependant que sur un seul mot, inaudible dans le fracas des armes qui ravagent le Donbass dans ce conflit dont la Russie porte l’unique responsabilité, alors que s’accumulent les éléments constitutifs de crimes de guerre qui incriminent le Kremlin.

La polémique plaçait en porte-à-faux Emmanuel Macron, suspecté à tort de reprendre la rhétorique devenue obsessionnelle de Vladimir Poutine concernant les desseins qu’il prête aux Occidentaux. Elle contribuait également à occulter le soutien au demeurant clair et net, politique autant que militaire, apporté à Kiev. « Nous souhaitons que l’intégrité territoriale de l’Ukraine soit rétablie. Nous souhaitons que ce conflit, que cette guerre de la Russie contre l’Ukraine cesse le plus vite possible », a rappelé l’Elysée le 10 juin.

Il est probable que tous les doutes ne seront pas partout dissipés par ces déclarations. Les histoires singulières des pays qui composent l’Union européenne nourrissent des sensibilités différentes dès lors que la Russie est en jeu. Ces différences n’ont cependant pas empêché une unité remarquable sur les principes qui guident les Européens depuis le début de l’agression russe.

Cette clarification ouvre néanmoins la voie à une visite du président français en Ukraine, où l’ont déjà précédé nombre de ses pairs. Emmanuel Macron doit justement se déplacer en début de semaine prochaine dans deux pays frontaliers de l’Ukraine : la Roumanie, où des forces françaises ont été déployées pour témoigner de la solidarité de Paris dans l’épreuve, et la Moldavie, sur laquelle pèse par ailleurs une autre menace séparatiste prorusse.

Alors que la France s’efforce également de mettre fin au blocus russe du grand port ukrainien d’Odessa, qui empêche l’exportation des céréales, cruciale pour des pays d’Afrique et du Moyen-Orient, on ne peut qu’inviter le président de la République à pousser plus à l’est, pendant que la France préside encore, pour vingt jours, le Conseil européen.

 

Un tel déplacement d’Emmanuel Macron permettrait de réaffirmer le cap adopté par les Occidentaux. Quand reviendra le temps de la diplomatie, il incombera aux seuls Ukrainiens de décider du sort de leur pays. Tout doit être fait, dans l’intervalle, pour qu’ils puissent tenir sans rompre face à la puissante et impitoyable machine de guerre russe, voire qu’ils repoussent partout où ils le pourront l’envahisseur. Ce soutien occidental est capital et indispensable. Il faut le rappeler inlassablement, alors qu’il fait déjà face à l’épreuve de la durée.

Ukraine : Macron déraille

 Ukraine : Macron déraille

 

Les déclarations d’Emmanuel Macron sur son intention de ne pas « humilier la Russie » ont été vivement critiqués par ses partenaires occidentaux. L’Elysée a tenté de clore la polémique, en affirmant vouloir « la victoire de l’Ukraine » et en ouvrant la voie à un déplacement du chef de l’Etat dont les conditions ne paraissent aujourd’hui réunies en l’état des divergences entre l’Ukraine et la France (Papier du Monde)

 

La clarification était devenue nécessaire. En rappelant le 10 juin que la France souhaite « la victoire de l’Ukraine », l’Elysée s’est efforcé de clore une polémique qui finissait par brouiller son message et son image. Pour avoir répété une semaine plus tôt son souci de ne pas « humilier la Russie », Emmanuel Macron s’était en effet attiré les critiques virulentes de nombreux partenaires européens.

Certes, il avait précisé que ce souci s’intégrait dans le moyen terme « pour que, le jour où les combats cesseront, nous puissions bâtir un chemin de sortie par les voies diplomatiques », ce que personne ne peut lui reprocher sur le fond. Le président de la République avait également parlé au cours du même entretien de l’« erreur historique et fondamentale » commise avec cette guerre choisie par son homologue russe, Vladimir Poutine, jugé désormais « isolé ».

L’attention ne s’était portée cependant que sur un seul mot, inaudible dans le fracas des armes qui ravagent le Donbass dans ce conflit dont la Russie porte l’unique responsabilité, alors que s’accumulent les éléments constitutifs de crimes de guerre qui incriminent le Kremlin.

La polémique plaçait en porte-à-faux Emmanuel Macron, suspecté à tort de reprendre la rhétorique devenue obsessionnelle de Vladimir Poutine concernant les desseins qu’il prête aux Occidentaux. Elle contribuait également à occulter le soutien au demeurant clair et net, politique autant que militaire, apporté à Kiev. « Nous souhaitons que l’intégrité territoriale de l’Ukraine soit rétablie. Nous souhaitons que ce conflit, que cette guerre de la Russie contre l’Ukraine cesse le plus vite possible », a rappelé l’Elysée le 10 juin.

Il est probable que tous les doutes ne seront pas partout dissipés par ces déclarations. Les histoires singulières des pays qui composent l’Union européenne nourrissent des sensibilités différentes dès lors que la Russie est en jeu. Ces différences n’ont cependant pas empêché une unité remarquable sur les principes qui guident les Européens depuis le début de l’agression russe.

Cette clarification ouvre néanmoins la voie à une visite du président français en Ukraine, où l’ont déjà précédé nombre de ses pairs. Emmanuel Macron doit justement se déplacer en début de semaine prochaine dans deux pays frontaliers de l’Ukraine : la Roumanie, où des forces françaises ont été déployées pour témoigner de la solidarité de Paris dans l’épreuve, et la Moldavie, sur laquelle pèse par ailleurs une autre menace séparatiste prorusse.

Alors que la France s’efforce également de mettre fin au blocus russe du grand port ukrainien d’Odessa, qui empêche l’exportation des céréales, cruciale pour des pays d’Afrique et du Moyen-Orient, on ne peut qu’inviter le président de la République à pousser plus à l’est, pendant que la France préside encore, pour vingt jours, le Conseil européen.

 

Un tel déplacement d’Emmanuel Macron permettrait de réaffirmer le cap adopté par les Occidentaux. Quand reviendra le temps de la diplomatie, il incombera aux seuls Ukrainiens de décider du sort de leur pays. Tout doit être fait, dans l’intervalle, pour qu’ils puissent tenir sans rompre face à la puissante et impitoyable machine de guerre russe, voire qu’ils repoussent partout où ils le pourront l’envahisseur. Ce soutien occidental est capital et indispensable. Il faut le rappeler inlassablement, alors qu’il fait déjà face à l’épreuve de la durée.

«Déconstruire notre propre histoire»: quand Emmanuel Macron déraille

«Déconstruire notre propre histoire»: quand Emmanuel Macron déraille

 

 

Le problème avec Macron, c’est qu’il a la prétention de se considérer comme un intellectuel alors qu’il n’est qu’un produit très classique de l’ENA. Faut-il rappeler pour mémoire qu’il  n’a pas réussi son entrée à normale Sup justement pour insuffisance littéraire. La presse très complaisante lui attribue cependant quelques vertus intellectuelles séduites par le bagout classique de l’énarque qui peut tout dire et le contraire de manière tellement alambiquée et confuse qu’on en perd même l’objet du questionnement. Sur le plan de l’histoire, Emmanuel Macron affiche encore une ambition complètement démesurée au regard ses compétences .

 

Il reprend les formules éculées qui se veulent disruptives comme celle de la nécessité de la déconstruction de notre histoire. Précisément pour permettre une meilleure appropriation par  l’ensemble des sensibilités de ce qui constitue le cœur de la mémoire française. Pour parler crûment Macron veut surtout faire plaisir aux couches sociales d’origine étrangère pour en récupérer les voix. Du coup, la justification de cette réécriture de l’histoire paraîtrait approximative et  floue. Elle utilise surtout une sorte de rhétorique de représentant de commerce à la recherche de clientèle.

 

Le fait de débaptiser les rues par exemple avec des noms de personnages célèbres d’origine étrangère participe de cette manipulation des fondements historiques qui menacent les valeurs de la société française. Macron se fait une spécialité de l’ambiguïté conceptuelle permanente en usant du fameux en même temps qui permet toutes les contradictions, toutes les approximations et toutes les simplifications.

Macron veut se faire historien, il ferait mieux de se consacrer aux problèmes très concrets de la crise sanitaire par exemple et des crises plus structurelles concernant ou encore l’écroulement du système scolaire.

Mettre fin au “quoi qu’il en coûte”» le Medef déraille

Mettre fin au “quoi qu’il en coûte”» le Medef déraille

On se demande quel mouche a piqué Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef pour déclarer qu’ il convenait de mettre le plus rapidement possible au « quoi qu’il en coûte ». Le patron du Medef oublie sans doute la situation difficile voire dramatique dans certains secteurs de l’artisanat et des PME. Il fait aussi l’impasse sur la grande fragilité de la reprise qui sera limitée au mieux à 4 % en 2021, soit un retard de 5 % par rapport à 2019. Il semble ignorer que les résultats du premier trimestre sont particulièrement mauvais puisqu’on escompte au mieux une progression du prix de 1 %.. Geoffroy Roux de Bézieux reconnaît que la situation est contrastée dans le Figaro

 

 

Les entreprises perçoivent-elles la reprise sur le plan économique?

 

Geoffroy ROUX DE BÉZIEUX. - C’est un peu paradoxal de répondre oui, alors qu’un reconfinement plane sur l’Île-de-France et que le vaccin AstraZeneca vient d’être suspendu. C’est vrai que certains signaux peuvent nous rendre optimistes – même s’il y a encore quelques mois difficiles à passer, notamment pour les secteurs qui sont arrêtés. La crise que nous vivons est très atypique, car très concentrée sur certaines entreprises de l’économie présentielle ou de certains secteurs industriels, alors que d’autres vont bien. C’est la même chose pour les ménages. Le pouvoir d’achat global a continué à augmenter en 2020, alors que les étudiants, les indépendants et ceux qui sont éloignés de l’emploi ont réellement souffert. Je vous rappelle que lors de la dernière grande crise, en 2009, le recul du PIB n’a été que de 2,2 %, mais le chômage bien plus important. La différence, c’est l’argent qu’on a dépensé pour soutenir

 

Aux États-Unis, on ne manifeste pas les mêmes états d’âme sur le quoi qu’il en coûte. Au contraire les États-Unis s’apprêtent au cours de l’été à mettre au point encore des mesures de soutiens qui s’ajouteront aux plans récents de 1900 milliards décidés par Biden. Résultat les États-Unis espèrent une croissance de 8 % des 2021 à comparer aux 4 % de la France qui ne retrouvera pas le niveau de 2019 avant 2022 ou 2023. Le patron du Medef est sans doute influencé par excès par les résultats de certaines grandes entreprises par exemple Darty qui annonce  aujourd’hui qu’il va rembourser les prêts garantis de l’État dits. Dans les PME par contre et dans l’artisanat, c’est de l’ordre de 20 % des sociétés qui ne pourront pas faire face à leurs échéances financières.

Vie privée: Castaner déraille

 Vie privée: Castaner déraille

 

Une nouvelle fois Castaner  déraille en utilisant le terrain de la vie privée pour critiquer le premier secrétaire du parti socialiste, Olivier Faure. Cette attaque lamentable montre plusieurs choses. D’abord la grande fébrilité de la république en marche actuellement. Utiliser de tels coups bas rend compte de l’inquiétude de la république en marche quant à la perspective probable  de la déroute de la majorité aux élections municipales. Évidemment en premier à Paris avec  le remplacement de Griveaux- déjà en difficultés -qui  a été effectué dans la plus grande précipitation. L’ancienne ministre de la santé n’a surtout pas l’épaisseur politique dans un combat face à Hidalgo, Dati, Villani et les écologistes. Le troisième enseignement concerne Macron qui devrait enfin s’interroger pour savoir si on ne devrait pas se séparer d’un Castaner  qui peine décidément à occuper dignement et efficacement son poste de ministre de l’intérieur. Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a demandé mercredi à Emmanuel Macron de “tirer les conséquences” des propos tenus à son encontre par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, concernant sa vie privée.

Cette passe d’arme entre anciens camarades du Parti socialiste survient dans le sillage du séisme provoqué par le retrait de la candidature à la mairie de Paris de Benjamin Griveaux après la diffusion de vidéos à caractère sexuel. Interrogé sur la réaction d’Olivier Faure, qui avait dénoncé la “légèreté incroyable” de l’intéressé, Christophe Castaner a répliqué sur un terrain personnel à l’encontre de celui qu’il a longtemps côtoyé au sein du PS avant de se tourner vers La République en marche dans les pas d’Emmanuel Macron.

“J’ai été surpris d’entendre à votre micro Olivier Faure, que je connais bien et que j’ai accompagné dans ses divorces et ses séparations. J’ai été étonné de ses leçons de morale”, a dit le locataire de la place Beauvau sur France Inter.

Olivier Faure lui a répliqué lors d’une conférence de presse organisée en début d’après-midi à l’Assemblée nationale. A ses yeux, “une ligne rouge a été franchie” par Christophe Castaner, qui “a commis une faute grave.”

“Le fait pour un ministre de l’Intérieur de chercher à intimider l’un des dirigeants de l’opposition, en ayant recours à des insinuations relevant de sa vie privée, est une atteinte au fondement de la démocratie”, a dit le patron des socialistes. “Ce n’est pas une affaire personnelle. C’est une question de principes”.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol