Archive pour le Tag 'dépression'

Crise : les Français entre résilience et dépression (Brice Teinturier, IPSOS)

Crise : les Français entre résilience et dépression (Brice Teinturier, IPSOS)

Brice Teinturier est directeur général délégué d’Ipsos en France et auteur de Plus rien à faire, plus rien à foutre (Robert Laffont) explique pourquoi les Français sont partagés entre résilience et dépression dans l’Opinion.

Où en sont les Français par rapport à la crise sanitaire ?

Depuis début octobre, l’inquiétude des Français n’a cessé de remonter par rapport à l’épidémie. Nous sommes revenus à un niveau comparable à celui de mars-avril. Après avoir pensé que la Covid était derrière elle, l’opinion a compris que le virus serait là dans la durée. Dure désillusion… Marseille a été un moment important de prise de conscience mais c’est surtout l’augmentation de la circulation du virus et la progressive mise en tension du système hospitalier qui ont réactivé la peur. L’inquiétude grandissante des Français a fait parallèlement et logiquement remonter leur demande de protection sanitaire, d’où un soutien immédiat et relativement fort au couvre-feu (70 % de favorables). Elle vient se greffer sur une autre peur, présente dès le début de l’épidémie et du premier confinement, celle des conséquences économiques induites par la pandémie. Les mécanismes de protection mis en place par le gouvernement avaient permis d’atténuer cette crainte mais en septembre, elle était bien là et s’établissait même à un niveau supérieur à la crainte sanitaire. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, les deux étant quasiment au même niveau.

Jusqu’où les Français sont-ils prêts à accepter de nouvelles contraintes ?

La montée de l’inquiétude facilite leur degré d’acceptation. On l’a constaté lors du premier confinement. La peur pour soi-même et ses proches de contracter le virus, l’incertitude sur ses formes de diffusion, l’absence de vaccin et de traitements efficaces, les images de saturation des services hospitaliers ont joué à plein. Les mêmes causes pourraient donc produire sensiblement les mêmes effets. Mais je pense qu’il y aura néanmoins des différences. D’abord, parce que c’est une seconde vague et que la lassitude de la population est plus forte qu’en mars-avril. Ensuite parce qu’on connaît mieux ce virus et que l’on sait notamment qu’il tue beaucoup moins les jeunes. De fait, les 18-35 ans sont ceux qui, déjà, acceptaient le moins la fermeture des bars à 22 heures lorsqu’elle a été instaurée dans certaines villes, puis la mise en place du couvre-feu. On peut donc s’attendre à des réticences plus fortes que ce que l’on avait auparavant dans certains segments de la population. Sans parler des professions, telles que les indépendants, les commerçants, les restaurateurs, le monde du spectacle, qui anticipent rien de moins que leur disparition malgré les mécanismes de protection mis en place.

Jusqu’où cette deuxième vague et ses conséquences peuvent-elles accroître la défiance vis-à-vis de la parole politique ?

On imagine difficilement qu’il n’y aura pas un procès fait à l’exécutif sur le thème « qu’avez-vous fait depuis ces derniers mois ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu davantage d’anticipation ? ». C’est un réflexe quasi pavlovien en France quand quelque chose ne va pas que de se tourner vers l’Etat et il est plus facile d’accuser le pouvoir en place, quel qu’il soit, que de se questionner soi-même sur son propre comportement. Il peut par ailleurs y avoir, évidemment, des raisons légitimes de critiquer l’action conduite. Mais au-delà de cette colère à l’encontre du politique, somme toute assez classique, c’est la décrédibilisation d’autres sources d’information qui peut s’enclencher avec cette nouvelle vague. Je pense qu’une partie des Français va se dire que si on en est arrivé là, c’est que non seulement les gouvernants, mais aussi des scientifiques, des médecins, des élus locaux, des médias ont failli, que tous, à leur niveau, ont été incapables de les protéger efficacement ou de les informer correctement et que certains ont clairement raconté n’importe quoi. Cela devrait accentuer le sentiment de désarroi – qui croire ? à quoi se raccrocher ? – et fragiliser la si nécessaire cohésion de la société.

Entre résilience et grande dépression, de quel côté les Français peuvent-ils tomber ?

C’est la grande question. Quelle sera la capacité du corps social à vivre de nouveau un confinement, à faire face au choc économique qu’il peut induire et à accepter des mesures de restriction de libertés sans que le gain final ni son moment ne soient réellement perceptibles ? Aujourd’hui, ce qu’on mesure dans les enquêtes, c’est la lassitude, la résignation et la colère d’une partie des Français. C’est une des étapes de la courbe du deuil. Dans la crise que nous connaissons, il faudra les passer les unes après les autres. Un processus de deuil – et il faut bien avec la Covid faire le deuil d’une situation passée – commence par de la sidération, puis est suivi par le déni, le marchandage, la colère, l’abattement et enfin la remontée. A Marseille, nous avons eu toutes ces phases chez une partie des restaurateurs et des élus locaux : ils ont d’abord nié la réalité, puis tenté de marchander avec l’exécutif, puis il y a eu la colère – Paris contre Marseille, l’injustice… –, puis ils se sont résignés aux contraintes imposées mais dans l’abattement (ce que l’on peut tout à fait comprendre) avant d’imaginer de nouvelles façons de composer avec elles et d’élaborer de nouveaux protocoles sanitaires. Si l’on veut être efficace, il faut accepter et accompagner ces phases de deuil mais en les accélérant. Les Français sont dans une phase de colère et d’abattement et ne voient pas de perspectives d’avenir. Il faut les amener à élaborer de nouvelles solutions, à les y associer. Après la sidération, le déni, la colère et l’abattement, notre capacité individuelle et collective à rebondir vite et fort est bien la question centrale.

Quelles fractures cette seconde vague exacerbe-t-elle ?

Les fractures sociales commencent à être bien documentées : augmentation de la pauvreté, accroissement des inégalités, difficultés plus fortes encore pour certains dans l’accès à la connaissance et l’école. Mais je redoute une nouvelle fracture, cette fois-ci générationnelle. Manifestement, une partie des moins de 35 ans accepte difficilement certaines restrictions, se sent invulnérable face au virus, a envie de vivre pleinement et résiste à l’appel de la responsabilité collective. Nous n’avons pas trouvé les bons leviers à actionner auprès d’eux. Enfin, les fractures politiques resteront vives et ce d’autant plus qu’on se rapproche des échéances électorales.

Quelles sont les conséquences pour Emmanuel Macron ?

Il est actuellement à un niveau de popularité plus élevé qu’à l’entrée dans la première vague : il était dans la zone des 32 % d’opinions favorables en février-mars dans notre baromètre Ipsos-Le Point ; il est à 40 % aujourd’hui. Malgré les critiques sur la gestion de la crise, l’adhésion a donc plutôt augmenté dans son ensemble. Mais avec cette deuxième vague, il joue gros. Le procès en impréparation va être plus lourd, les conséquences économiques et sociales plus importantes. La Covid va être en surplomb de tout pour les prochains mois. Il ne faut pas négliger à quel point c’est cet évènement qui a fait basculer toute la campagne présidentielle américaine, dont on verra le résultat dans quelques jours.

Quelles peuvent être les conséquences électorales de cette crise ?

Jusqu’à présent, elle n’a renforcé ni Marine Le Pen, ni Jean-Luc Mélenchon ; je dirai même au contraire. Marine Le Pen stagne, certes à un niveau élevé mais en dessous de ses records. Le vrai moteur de Marine Le Pen, c’est la supposée faillite des élites mais articulée à la question de l’immigration comme cause majeure de tous nos problèmes. C’est pour cela qu’elle reste beaucoup sur ce terrain et tente d’y revenir à chaque occasion, afin de rouvrir son espace. Mais l’immigration a peu à voir avec la Covid-19. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il est très loin des niveaux de popularité qu’il obtenait avant sa perquisition et, comme pour Marine Le Pen, les Français pensent qu’il ferait moins bien qu’Emmanuel Macron dans la gestion de la crise sanitaire. Dans un tel moment, il y a donc une prime aux dirigeants perçus comme rationnels et qui s’efforcent de prendre des décisions appuyées sur des connaissances scientifiques. Les exemples de Trump ou de Bolsonaro ont eu de l’impact et joué le rôle de contre-exemples. Mais plus la crise dure et plus ces éléments peuvent s’étioler. Selon l’ampleur des conséquences économiques et sociales de la crise et la virulence du procès en impréparation qui va être fait à l’exécutif, une nouvelle séquence peut s’ouvrir, beaucoup plus incertaine.

 

Croissance Allemagne : on va friser la dépression

Croissance Allemagne : on va friser la dépression

 

 

En Allemagne comme ailleurs, on ne cesse de réviser à la baisse les prévisions de croissance. Ainsi à la fin de l’année 2018 on imaginait une croissance de 1 % au moins. Ce chiffre a ensuite été ramené à plus 0,8 % par les instituts de prévision. Il se pourrait que le gouvernement diminue encore ce chiffre pour le descendre à plus 0,5 %. En clair, l’Allemagne risque de friser la dépression. En cause évidemment un secteur manufacturier dans le rouge du fait du très net tassement des exportations. Des exportations évidemment affaiblies par l’atonie du commerce international notamment le tassement en Chine. Il faut prendre aussi en compte les menaces du président américain vis-à-vis des importations de voitures allemandes, ce qui rajoute encore aux certitudes de la conjoncture. Le ministère de l’Economie a indiqué que les industriels allemands, très tournés vers l’export, devraient rester pénalisés par la baisse des commandes en provenance de l’étranger et que la croissance de la première économie de la zone euro reposait essentiellement sur la demande intérieure. La vigueur des secteurs des services et de la construction devrait plus que compenser le ralentissement de l’industrie manufacturière au premier trimestre, a-t-il ajouté. “L’économie allemande montre une image contrastée”, a indiqué le ministère de l’Economie dans son rapport mensuel. “Les services et la construction restent en particulier en bonne santé. Le secteur industriel traverse une phase de faiblesse liée au ralentissement de l’économie mondiale”.L’activité industrielle devrait rester morose en dépit de la dissipation d’effets négatifs liés à des standards de pollution plus stricts pour l’industrie automobile et à des perturbations dans les livraisons consécutives à des niveaux d’eau très bas, a ajouté le ministère. Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a déclaré de son côté que la croissance du pays pourrait être inférieure à 1% cette année en raison des incertitudes autour du Brexit et du commerce mondial, qui pèsent sur l’investissement. La banque centrale allemande avait annoncé en décembre une prévision de croissance de 1,6% mais Jens Weidmann a dit que la nouvelle estimation du Fonds monétaire international (FMI) de 0,8% pour 2019 était tout à fait plausible. Cela signifierait que l’Allemagne, longtemps moteur de la zone euro, freinerait la croissance du bloc pour la deuxième année consécutive.

La source gouvernementale a déclaré à Reuters que le ministre de l’Economie, Peter Altmaier, visait un rebond de la croissance à 1,5% l’an prochain.

Risque de dépression économique ?

Risque de dépression économique ?

 

Si le début de l’année 2018 était marqué par une certaine euphorie en Europe, il n’en est pas de même un an plus tard. On ne connaît pas encore les résultats économiques de décembre mais ils devraient se révéler assez catastrophiques. Il se pourrait bien que la zone euro s’approche de la stagnation en ce début d’année 2019. De ce point de vue, les mouvements boursiers ne font sans doute qu’anticiper la tendance nettement baissière de l’activité.  Preuve du net ralentissement économique mondial, l’activité recule aussi en Chine concernant les exportations et le secteur manufacturier. À l’inverse, les services rebondissent mais pas autant sans doute pour compenser les reculs ailleurs L’activité dans le secteur manufacturier chinois s’est en effet contractée en décembre pour la première fois depuis plus de deux ans, du fait d’un ralentissement de la demande qui souligne les difficultés que rencontre l’économie chinoise dans le contexte de guerre commerciale avec les États-Unis. L’indice PMI manufacturier officiel, élaboré par la société d’information économique IHS Markit (*), est tombé à 49,4 en décembre, sous le seuil qui sépare contraction et expansion de l’activité, montrent les résultats publiés lundi des enquêtes réalisées par les pouvoirs publics chinois auprès des directeurs d’achats. Il s’agit de sa première contraction depuis juillet 2016 et le PMI le plus faible depuis février 2016 (49). Les analystes interrogés par Reuters anticipaient une contraction mais attendaient un indice PMI de 49,9. D’après les données du Bureau national chinois de la statistique, l’indice des commandes à l’exportation a été ramené à 46,6 contre 47,0 en novembre, reflétant une baisse de la demande extérieure pour le septième mois consécutif.  En Europe, l’évolution est conforme à la baisse tendancielle du moral des entreprises mais aussi des ménages En  zone euro, l’indice Markit PMI manufacturier a reculé en décembre pour le cinquième mois consécutif, à 51,4 contre 51,8 en novembre, un chiffre conforme à l’estimation « flash » publiée le 14 décembre et tout juste supérieur au niveau de 50 qui marque la frontière entre croissance et contraction. Les enquêtes montrent que l’Italie est restée en zone de contraction où elle a été rejointe par la France. En Allemagne comme en Espagne, la croissance du secteur manufacturier a ralenti. En Allemagne, l’’indice PMI pour le secteur manufacturier, est tombé à un plus bas de 33 mois, à 51,5 le mois dernier contre 51,8 en novembre, se rapprochant du seuil des 50 qui sépare une contraction d’une croissance de l’activité. En France en décembre pour la première fois depuis septembre 2016, on constate une  forte baisse de la production selon la version définitive de l’enquête d’IHS Markit publiée mercredi. Globalement en zone euro,  les entrées de commandes ont baissé en décembre à un rythme sans précédent depuis quatre ans, les commandes en souffrance ont reculé pour le quatrième mois d’affilée et les embauches ont été modestes. Dans ce contexte, le degré d’optimisme des entreprises est tombé à son plus bas niveau depuis six ans.

L’économie russe s’enfonce dans la dépression

L’économie russe s’enfonce dans la dépression

 

La Russie est évidemment victime de l’écroulement du prix des matières premières surtout du gaz et du pétrole lesquels représentaient plus de 50 % des recettes budgétaires. À cela il faut ajouter les conséquences des sanctions prises par l’Occident suite à la crise ukrainienne. Du coup pour enrayer la crise financière la banque centrale russe pourrait relever de manière assez significative ses taux mais ce qui aura pour effet d’étrangler un peu plus les entreprises et les ménages, donc d’enfoncer un peu plus la Russie dans la récession. La banque centrale russe a convoqué une réunion jeudi face à la dégringolade du rouble, au plus bas jeudi face au dollar, qui met le président russe Vladimir Poutine sous pression face à une crise économique aggravée par la déroute du marché du pétrole. Signe de la tension, la banque centrale, dont la présidente Elvira Nabiullina a annulé son déplacement au forum économique de Davos, a annoncé avoir convoqué plusieurs banques pour «évoquer les conditions de crédit accordées par les banques à l’économie en 2016». Une nouvelle année de baisse du niveau de vie des Russes est à craindre. Il s’agirait d’un revers pour Vladimir Poutine qui a bénéficié dans les années suivant son arrivée au pouvoir en 1999 de taux de croissance spectaculaires alimentés par la manne pétrolière, lui assurant une impressionnante popularité. Le Kremlin a réfuté un «effondrement» de la monnaie russe qui a perdu plus de 12% de sa valeur depuis le début de l’année. Mais sur les marchés, le mouvement s’amplifie chaque jour. «La chute de la monnaie va causer des maux de tête pour les pouvoirs publics», ont estimé les experts du cabinet Capital Economics. «Cela remet en doute le ralentissement de l’inflation (…) et pose des risques concernant la stabilité financière».

Croissance : pourquoi la dépression économique française est inquiétante ?

Croissance : pourquoi la dépression économique française est inquiétante ?

En dépit de l’optimisme de façade du ministre des finances Michel Sapin et de quelques experts l’absence de croissance au second trimestre et inquiétante. La  croissance a été de zéro au second trimestre. Les experts patentés s’attendaient pourtant à une augmentation de leur de 03 % et non à une stagnation. Il faut d’abord constater la dépression de la consommation, plus 0,1 % après plus 0,9 % pour le premier trimestre mais cette de croissance de la consommation au premier trimestre doit être relativisée. Elle provenait en effet essentiellement de l’augmentation de la consommation d’énergie liée au climat. Deuxième élément d’explication, l’évolution décevante des stocks. Les entreprises devant les inquiétudes relatives à leur carnet de commandes ont préféré puiser dans leurs réserves plutôt que d’augmenter les stocks. Du coup la production industrielle baisse de 07 %. Seule petite satisfaction une très légère augmentation des investissements + 0,2 %. Également l’amélioration du commerce extérieur, une amélioration qui provient surtout de la baisse des prix des matières premières et surtout du pétrole. Les  optimistes font observer qu’il y a cependant une amélioration de l’emploi salarié dans le privé. Mais il s’agit essentiellement  des emplois précaires surtout de  l’intérim. La preuve évidente d’un manque de confiance quant à l’avenir. On voit bien que le contexte financier favorable au développement a des limites : taux faible,  euros bas, prix du pétrole en recul. En effet cet environnement bénéficie aussi à la plupart des pays concurrents en Europe. Aux difficultés internes toujours caractérisées par le manque  de compétitivité s’ajoute un environnement international qui se dégrade. Ainsi les grands pays exportateurs notamment la Chine, le Japon aussi l’Allemagne voient leurs commandes extérieures diminuées. La preuve du ralentissement mondial de la croissance. Il faudra donc surtout compter sur une éventuelle reprise de la consommation. Mais cette consommation va être hypothéquée dans les prochains mois par les dépenses contraintes incontournables notamment la fiscalité locale, la rentrée des classes, les charges de chauffage.  D’ores et déjà, le ministre de l’Economie Michel Sapin s’est défendu en soulignant que cette stagnation du PIB « conforte » l’objectif de croissance objectif de 1% pour l’année 2015. Disons plutôt que pour l’instant elle ne le remet pas en cause, puisque d’ores et déjà, mécaniquement, la croissance française déjà acquise au mitan de l’année atteint 0,8%. Mais le discours de Michel sapin a du mal à convaincre de la réalité de la reprise promise par Hollande cela d’autant plus qu’il faut s’attendre à la rentrée a quelques mouvements sociaux et professionnels dans plusieurs professions.

Crash- le co-pilote l’A320 : en grave dépression depuis 2009

Crash- le co-pilote l’A320 : en  grave dépression depuis  2009

Le copilote de l’Airbus A320 de Germanwings, Andreas Lubitz, a souffert d’une grave dépression il y a six ans et était régulièrement suivi médicalement depuis, révèle vendredi le quotidien allemand Bild qui a eu accès à des documents officiels. Le copilote a traversé « un épisode dépressif lourd » en 2009 et avait suivi un traitement psychiatrique, affirme le journal qui a pu consulter des documents de l’autorité allemande de supervision du transport aérien (Luftfahrtbundesamt, LBA). Depuis, le jeune homme était sous traitement « médical particulier et régulier », poursuit le quotidien qui affirme que ces informations ont été transmises par la Lufthansa, maison-mère de Germanwings à la LBA. Le patron de la compagnie aérienne allemande, Carsten Spohr, avait indiqué jeudi qu’Andreas Lubitz avait interrompu sa formation de pilote entamée en 2008 « pendant un certain temps » sans fournir plus d’explications.  Il avait ensuite repris et achevé normalement sa formation, avant de commencer à piloter les Airbus A320 en 2013. Selon Bild, à l’époque où sa formation a été interrompue, il souffrait alors « de dépressions et de crises d’angoisse ». Un psychologue doit consulter ce vendredi les documents des autorités de supervision du transport aérien, affirme encore le quotidien allemand. Ils seront ensuite récupérés par les autorités judiciaires allemandes qui doivent les transmettre aux enquêteurs français, selon la même source.

« La Grèce n’est pas en dépression » !!! ‘ (Noyer, BDF)

« La Grèce n’est pas en dépression » !!! ‘ (Noyer, BDF)

Finalement ça va pas si mal pour les grecs estime le gouverneur de la banque de France puisqu’il y a croissance ; il oublie simplement de préciser qu’en 2015 la Grèce retrouvera juste sons niveau de PIB d’il y a dix ans (en volume) et qu’il faudra encore 5 à 10 ans pour retrouver le niveau de 2008. Croissance, oui mais diminution sur une richesse nationale en chute ces dernières années. D’où Les 25% de chômeurs et le 50% chez les jeunes sans parler de la régression générale du pouvoir d’achat (et les suicides)°. Certes la Grèce n’est pas un modèle de gestion pour autant il n’y a pas lieu d’être euphorique en tout presque indifférent comme le distingué gouverneur de la Banque de France qui s’aligne systématiquement sur la position de l’Allemagne. Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, est en effet opposé à une annulation partielle de la dette grecque. Il l’a dit sur France Info ce lundi soir. Il envisage quelques « aménagements ».  Le nouveau gouvernement grec veut mettre fin à la politique d’austérité. Alexis Tsipras et son parti, Syriza, essaient de convaincre les créanciers d’Athènes. Les membres du gouvernement sont en pleine tournée européenne pour chercher des soutiens afin de renégocier la dette grecque. Sur France Info, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, envisage quelques « aménagements » : « La Grèce peut améliorer son programme de redressement« , selon lui. Il donne l’exemple de la fiscalité : « La répartition de l’effort fiscal peut être fait différemment. Le recouvrement de l’impôt auprès des catégories de la population n’est pas bien fait. Des améliorations sont possibles« . Mais pour le gouverneur de la Banque de France, pas question d’annuler cette dette, même en partie : « La voie de sortie pour la Grèce, c’est une accélération de sa croissance qui passe par la poursuite des bonnes réformes« . Les Grecs se sont appauvris. Mais selon Christian Noyer, la politique d’austérité commence à porter ses fruits : « La Grèce n’est pas en dépression. Elle est en croissance« .

 

Croissance : intérim en baisse= conjoncture en dépression

Croissance : intérim en baisse= conjoncture en dépression

L’intérim est un indicateur avancé de la conjoncture or cet indicateur est très mauvais en octobre. Conséquence: la croissance et le chômage seront affectés pour cette fin d’année. L’intérim dans les transports est auusi dépressif or la transport est auusi un indicateur avancé de la conjoncture (on transporte l’économie produite et/ou échangée). Globalement  Les embauches en intérim ont en effet encore chuté en octobre : -2.9%, selon le baromètre Prism’Emploi (qui rassemble plus de 600 entreprises d’intérim) publié par France-Info. Depuis le début de l’année 5.000 emplois ont ainsi été perdus dans le travail temporaire.  La chute est vertigineuse : dans le bâtiment, le nombre d’intérimaires a chuté de plus de 20% le mois dernier. Un recul historique qui traduit les difficultés du secteur, en panne de chantiers. Le travail temporaire baisse aussi dans les transports. C’est bien plus léger : -0,5 % mais c’est un mauvais signe. C’est la 1ere baisse en 6 mois, or le transport de marchandise annonce souvent l’activité à venir dans d’autres secteurs. Ce sont les camions qui apportent des matériaux aux usines lorsqu’elles ont des commandes. Une chute de l’interim dans les transports ne présage donc rien de bon pour l’activité en France. Plus globalement, l’intérim est considéré comme un baromètre du marché de l’emploi : lorsque les entreprises vont mal, elles utilisent moins d’emplois temporaires, avant de se séparer éventuellement de leurs salariés. Cette baisse de l’intérim en octobre pourrait donc annoncer un nouveau recul du marché du travail. Même si certains secteurs résistent, le travail temporaire se maintient dans l’industrie  et progresse même, d’un peu moins de 2%, dans le commerce ou les services comme l’hôtellerie et la restauration.

 

Croissance Allemagne : pas loin de la dépression

Croissance Allemagne : pas loin de la dépression

L’Allemagne a flirté avec la récession. Seulement une croissance de 0,1% au troisième trimestre, selon les chiffres publiés ce matin par l’Office fédéral des statistiques (Destatis). En cas de décroissance, la première économique de la zone euro aurait été en récession technique puisqu’elle a connu un repli au deuxième trimestre. Entre avril et juin, le PIB de l’Allemagne a en effet reculé de 0,1%, selon les chiffres corrigés de Destatis (0,2% auparavant).La France,  elle  affiche 0.3%, mais une croissance assez relative puisqu’elle est due d’une  part à la révision en baisse du second trimestre et surtout à de dépenses des administrations publiques. En réalité les résultats économiques de la France et de l’Allemagne sont assez proches.  De fait, si la demande intérieure continue de soutenir la croissance allemande, les investissements des entreprises restent faibles. Eté la situation en France reste fragile. « Malgré la surprise positive du troisième trimestre et une France qui fait mieux que l’Allemagne, nous pensons que la France restera à la traîne du reste de la zone euro en 2015 et 2016, note Christian Schulz, économiste chez Berenberg. Le maque de réforme va continuer à peser sur la compétitivité et donc sur les exportations et l’investissement».

Le pinard comme remède à la dépression économique en France

Le pinard comme remède à la dépression économique en France

 

 

Enfin une bonne nouvelle économique, la France retrouve sa place de premier consommateur de vin. Sans doute le remède pour guérir la dépression française notamment dans le domaine économique. Finalement 44 litres de vin par français c’est peu, pourquoi dès lors ne pas rendre le pinard obligatoire chaque jour, on pourrait facilement passer à 180 litre par an. Avec une petite taxe additionnelle sur chaque litre (TIPV, taxe intérieur sur la vinasse), on pourrait facilement récolter plusieurs dizaines de milliards et boucher tous les trous du budget. Avantage supplémentaire le pinard a des vertus thérapeutiques, il permet d’éviter la dépression et même de rendre le moral. Or davantage de confiance, c’est davantage de croissance (au moins pour la vinasse !). En tout cas le pinard permet d’être de  rendre moins lucide, donc moins méfiant. On s’étonne que l’ingénierie fiscale de nos chers énarques n’y ait pas encore pensé !  Selon les derniers chiffres, les Français sont redevenus les premiers buveurs de vin au monde. Un Français consomme en moyenne l’équivalent de 44,2 litres de vin par an. Les Slovaques sont à la deuxième place avec 43,3 litres par an. A la troisième place, les Croates avec 42,6 litres par an. Le Vatican est en dehors du classement qui concerne les pays de plus de 300 000 habitants. C’est en réalité le pays qui consomme le plus de vin par habitant : 73,8 litres par tête. L’explication n’est pas à chercher du côté du vin de messe mais du régime fiscal avantageux, les bouteilles sont bon marché, et la démographie : le pays est peuplé par des hommes âgés. La France est également le premier producteur au monde avec une production de 46,1 millions d’hectolitres selon les prévisions de l’Organisation mondiale du vin. L’Italie, le principal rival, repasse à la deuxième place avec 44,4 millions d’hectolitres. L’Espagne complète le podium 100% européen avec 37 millions d’hectolitres

 

Croissance : signe de dépression, l’or s écroule

Croissance : signe de dépression, l’or s écroule

 

 

Le contrat de référence, pour livraison en avril, a perdu 9,35% pour finir à 1.360,60 dollars sur la plateforme d’échanges à terme du Comex. Il a perdu jusqu’à 10,9% en cours d’échanges électroniques, avec un plus bas à 1.338,00 dollars.  Le métal jaune n’avait pas subi une telle dégringolade sur une séance à New York depuis le 28 février 1983.  A Londres, l’once d’or a terminé à 1.395 dollars au fixing du soir, contre 1.535,50 vendredi soir, enregistrant une baisse de 9,15%.  Le contrat pour livraison en juin, le plus échangé, a perdu jusqu’à 11% en cours d’échanges.  Au-delà de la chute du métal précieux, très apprécié des investisseurs en temps d’incertitude et de peur du risque, la journée s’est également avérée historique en termes de participation, avec plus de 620.000 échanges sur le contrat de juin.   »Jamais le Comex n’avait connu un tel niveau d’échanges sur une séance depuis le début du courtage d’options à terme aux Etats-Unis », le 31 décembre 1974, a indiqué à l’AFP Damon Leavell, un porte-parole du Comex.  Le Comex, ou Commodity Exchange, est une filiale de l’opérateur CME Group, le numéro un mondial du courtage de dérivés.  Au total, sur les deux dernières séances, l’or a perdu plus de 200 dollars l’once, un autre record sur deux jours depuis près de 40 ans aux Etats-Unis.   »Je ne m’attendais pas à une telle raclée », a confié Bart Melek, stratège en matières premières pour TD Securities.  L’or s’est incliné de concert avec le reste du marché des matières premières, du brut au cuivre, en passant par l’argent, après l’annonce dans la nuit de dimanche à lundi d’un ralentissement inattendu de la croissance chinoise au premier trimestre.  Le produit intérieur brut du géant asiatique s’est établi à 7,7% en rythme annuel sur les trois premiers mois 2013, surprenant les analystes qui misaient sur une légère accélération, avec un PIB autour de 8%.  Mais, pour les analystes, cette déception n’était qu’un prétexte pour poursuivre un mouvement de baisse du métal jaune entamé très nettement la semaine dernière.   »Un grand nombre de personnes cherchent à se débarrasser de leurs paris à la hausse et se mettent à parier à la baisse. L’or était simplement monté trop vite, trop haut », a estimé M. Melek.  Avec la hausse quasi irrésistible depuis le début de l’année du marché américain des actions qui, fort du concours financier énorme de la banque centrale (Fed), a enchaîné une course aux records historiques depuis début mars, les investisseurs tendent à revoir leurs priorités, selon les analystes.   »Les gens se demandent ce qu’est un actif sûr et de plus en plus, ils tendent à aller vers les actions, même si Wall Street n’a pas été très performant aujourd’hui », a expliqué un courtier d’une banque italienne.  D’autre part, les signes d’un ralentissement de l’activité économique chinoise et une série d’indicateurs moroses aux Etats-Unis depuis début avril tendent à apaiser les craintes d’une surchauffe et de risques d’inflation.  Or, le risque inflationniste est l’un des moteurs essentiels de l’achat d’actifs jugés traditionnellement sûrs, comme l’or. En son absence, et en dépit de l’aide à la relance économique accordée par les banques centrales de Washington à Tokyo, l’or perd l’un de ses alliés les plus précieux.   »D’autant plus que, depuis la diffusion des minutes de sa dernière réunion » mercredi, « beaucoup anticipent que la Fed ralentisse son programme d’assouplissement monétaire dans l’année », a ajouté M. Melek, « alors que l’inflation semble d’être encore loin de décoller ».  Du côté européen, les cours ont également pâti « de craintes de voir des pays fortement endettés, comme Chypre, vendre leur or pour payer leurs créances », a relevé Kathleen Brooks, analyste chez Forex.com, ce qui augmenterait l’offre sur le marché.  Tout cela « a précipité un ensemble de mouvements de vente, qui se sont multipliés de toutes parts à mesure que l’on chutait sous de nouveaux seuils techniques », a commenté Bart Melek.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol