Archive pour le Tag 'dénonce'

Un enseignant agressé pour avoir dénoncé le niveau lamentable de son université

Un enseignant agressé pour avoir dénoncé le niveau lamentable de son université

 

L’enseignant Erwan LE CORNEC agressé de toutes parts pour avoir dénoncé le niveau lamentable de son université s’explique dans le Figaro.

 

Erwan LE CORNEC. - La phrase exacte est: «L’UBO (Université de Bretagne occidentale, non seulement devient une université de seconde zone, mais va aussi devenir un repaire de lycéens qui, après avoir obtenu le bac Covid automatiquement en 2019 et quasi automatiquement en 2020 (chouette auditorat, de quasi-débiles pour certains qui ne savent pas comprendre le sens d’un texte simple et ânonnent en lisant), peuvent se dire: ‘‘On aura toujours l’UBO au cas où on ne serait pas pris ailleurs; on n’aura pas besoin de beaucoup travailler parce que les CM sont allégés; et en plus on pourra tricher si d’aventure des examens en distanciel sont organisés’’.»

J’ai écrit ce mail sur une liste interne accessible aux seuls personnels de l’université. Une liste d’opinion nécessaire au fonctionnement de notre université: on y trouve des prises de position personnelles, des prises de position syndicales mais aussi, des informations pratiques relatives à notre fonctionnement. Les étudiants et les syndicats d’étudiants ne sont pas censés y avoir accès. Soit il y a des étudiants qui l’ont infiltrée – ce qui poserait des problèmes de sécurité informatique préoccupants -, soit ce sont des collègues de toute évidence mal intentionnés à mon encontre qui l’ont fait fuiter. Je penche plutôt pour cette seconde hypothèse.

 

Comment l’expliquez-vous?

On cherche à me discréditer depuis que, en février 2021, j’ai dénoncé sur cette même liste la fraude massive des examens en distanciel. J’ai établi des procès-verbaux de fraude reposant sur des éléments parfaitement probants. Je vais informer le président de l’université que je m’apprête à saisir les autorités judiciaires de ces cas de fraude s’il confirme avoir amnistié les étudiants fraudeurs ou s’il ne donne aucune suite à mes demandes dans un délai très rapproché. Lorsque je lui ai reparlé de ces fraudes de visu, il a en effet affirmé qu’il avait été contraint d’amnistier de très nombreux étudiants parce que la section disciplinaire de l’université avait un retard d’un an et demi sur les procédures. Pourquoi? Parce qu’il y a trop de cas de fraudes.

Vous évoquez une «fraude massive». De combien d’étudiants parle-t-on?

De plusieurs dizaines d’étudiants. Je n’étais pas derrière chacun de ceux qui ont composé devant leur ordinateur mais à la lecture de ce qu’ils ont écrit, c’était évident. Je n’autorisais l’utilisation d’aucun document autres que des Codes non annotés et non commentés. Comment expliquer que des étudiants, qui ne connaissent pas vraiment une matière (nous n’avons que 27,5 heures de cours par semestre) et qui doivent bachoter sur de nombreuses autres matières dans un temps très court, peuvent être en mesure de me citer des décisions de justice en donnant le numéro de la chambre, la date précise, le numéro de l’affaire et le nom des parties? Et même, de citer des décisions de justice que je n’ai pas citées en cours? Ce n’est pas subtil et c’est pour cela que je dis que parmi les étudiants, il y a bien des «quasi débiles» qui ne sont même pas capables de masquer convenablement leur fraude.

Dans votre courriel, vous décrivez l’UBO comme une université de «seconde zone». Qu’entendez-vous par là?

À l’université, le niveau est hélas devenu catastrophique. J’ai 25 ans de service public et je constate qu’il n’a fait que se dégrader. C’est un effet domino: à partir du moment où, à l’école primaire, on ne met pas suffisamment les moyens pour leur faire acquérir les fondamentaux, qu’on impose aux enseignants des méthodes pédagogiques idiotes et surtout dangereuses et qu’on fait croire aux jeunes que leur salut c’est l’université, alors forcément leur retard et leurs difficultés ne vont faire qu’augmenter.

Quelles solutions alors?

Leur place, à ces jeunes qui ont accumulé les insuffisances tout au long de leur circuit scolaire jusqu’à l’université, n’est précisément pas à l’université. Ils ont d’autres qualités mais pas celles qui permettent un parcours dans le supérieur. On a aujourd’hui besoin de boulangers, de plombiers, de tapissiers, de plaquistes, de charpentiers, de couvreurs, de peintres en bâtiment… Que ces gamins-là, au lieu d’être induits en erreur et encouragés à s’inscrire à l’université, s’inscrivent en CAP ou trouvent des contrats d’apprentissage.

À la suite de ce mail, avez-vous été soutenu?

J’ai reçu beaucoup de soutien de collègues, d’universitaires mais plus encore de professeurs de lycée, car ma position est partagée par beaucoup dans l’éducation nationale ; mais ce sont principalement des soutiens anonymes… En parallèle, j’ai reçu des menaces de mort: lundi matin, j’ai retrouvé des tags sur ma porte de bureau: «RIP», «à mort facho», «crevure». Aujourd’hui je ne me sens aujourd’hui en sécurité ni au sujet de ma personne ni au sujet de mes biens. L’un des grands problèmes aujourd’hui, c’est celui de la défiance de la part des jeunes, y compris à l’université, à l’égard de l’autorité. Ils n’acceptent plus l’autorité des enseignants, et quand ils en acceptent une bribe, ils négocient sur tout ou vous traitent même de nullard sur les réseaux sociaux.

Dans votre mail, vous critiquez le plan «PARI» de l’université qui a pour conséquence la réduction du nombre d’heures de cours.

C’est une réduction d’1/12e du volume des cours magistraux et des travaux dirigés. Avant l’application de ce plan, nos cours à l’UBO ne faisaient déjà que 30 heures par semestre. Aujourd’hui, on a des cours qui sont réduits à 27 heures et demie. Avant, on avait 10 séances de TD et maintenant, nous n’en avons plus que 9. Il est impossible de boucler un programme en 27 heures et demie ou alors au pas commando: ce n’est pas cela l’enseignement. À côté de cela, vous avez pléthore d’universités en France qui ont des cours magistraux de 32, 35 voire 40 heures. Comment voulez-vous qu’on ne devienne pas une université de seconde zone en réduisant notre offre de formation? C’est la raison pour laquelle beaucoup de lycées du Finistère et même de Bretagne déconseillent aux élèves de s’inscrire à UBO sur Parcoursup. Ils savent que lorsque ces élèves auront des diplômes, ils ne vaudront rien sur le marché du travail et ne pourront pas soutenir la concurrence par rapport à d’autres universités comme Rennes 1, Nantes, Caen ou Angers.

Contenants alimentaires : l’agence nationale de sécurité dénonce la présence de bisphénol A

Contenants alimentaires : l’agence nationale de sécurité dénonce la présence de bisphénol A

Le bisphénol A est un produit chimique utilisé notamment dans la fabrication de plastiques, classé par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) comme un perturbateur endocrinien, capable d’interférer avec notre système hormonal. Il est interdit en France depuis 2015 dans les contenants alimentaires, mais aussi depuis 2020 dans les tickets de caisse. Le nom des entreprises et organisations professionnelles mises en cause n’a pas été communiqué. L’Autorité de la concurrence assure les avoir notifiées «il y a quelques jours» de la procédure engagée.

Facebook affecte la santé mentale des ados dénonce une ancienne cadre

Facebook affecte la santé mentale des ados dénonce une ancienne cadre

La lanceuse d’alerte ancienne cadre de Facebook, Frances Haugen, dénonce les pratiques pernicieuses de la société qui rend les Ados  de plus en plus dépendants et de plus en plus fragile psychiquement. Elle estime que Facebook est engagé sur la voie perverse de la banqueroute morale.

 

Frances Haugen, révèle une entreprise amorale et cynique, parfaitement consciente de son impact négatif sur la démocratie et même la santé mentale des adolescents

 

Des chercheurs de Facebook ont mis en évidence le fait qu’une partie des adolescentes utilisatrices d’Instagram sont encore moins à l’aise avec leur corps qu’elles ne l’étaient auparavant. du fait de contenus très tendancieux.

 

 «J’ai pris l’initiative (de témoigner) parce que j’ai réalisé une vérité effrayante: presque personne en dehors de Facebook ne connaît ce qui se passe à l’intérieur de Facebook. « 

Pour la lanceuse d’alerte, il faut imposer à Facebook davantage de transparence et de partage d’information, avec l’aide d’un nouveau régulateur dédié aux géants d’internet, à même d’appréhender la complexité de ces plateformes. «Il est temps de créer une agence de protection des données et de forcer (les géants de la tech) à rendre des comptes», a tweeté mardi la sénatrice Kirsten Gillibrand.

Déficit public : le Haut conseil des finances publiques dénonce les prévisions

  • Déficit public : le Haut conseil des finances publiques dénonce les prévisions 

.Pour la première fois du quinquennat, le Haut conseil des finances publiques a refusé de reconnaître la sincérité budgétaire et à refusé de s’exprimer sur la prévision de déficit, demandant au gouvernement de revenir devant le HCFP en cas de changement du scénario macroéconomique.« Globalement, l’avis du HCFP sera plus critique que les précédents. On sent bien que les éléments communiqués ne tiennent pas compte des annonces permanentes d’Emmanuel Macron en ce moment. On a le sentiment qu’on ne nous dit pas tout et qu’il va encore y avoir beaucoup de dépenses à venir », déclare un membre de la Haute autorité.

Il est vrai que les annonces ont déjà été nombreuses en ce mois de septembre : 1,5 milliard d’euros pour Marseille, 500 millions pour les policiers dans le cadre du Beauvau de la sécurité — en plus d’une hausse de 900 millions en juillet —, le nouveau chèque énergie pour les ménages modestes, l’élargissement de la gratuité de la contraception jusqu’à 25 ans, le plan agriculteurs, la revalorisation des salaires et primes pour les sages-femmes… Lundi encore, 300 millions pour les Harkis et leurs descendants. Huit fois l’enveloppe prévue à l’origine.

Sur le papier, leur hausse en volume (hors inflation) sera tenue sous les 1 % l’année prochaine. Une progression dans l’épure de ce qui est pratiqué depuis dix ans. Le hic, c’est que cette hausse s’ajoute à une flambée des dépenses courantes en 2021, comme on n’en avait pas connu depuis Jacques Chirac (+3,1 % en volume, hors crise). Ce qui fait dire à ce membre du HCFP que « même avec 60 milliards de baisses des mesures d’urgence et de relance l’année prochaine, la dépense n’est pas maîtrisée ». Effectivement, entre 2019 et 2022, elle aura encore progressé de 100 milliards d’euros, à plus de 1 400 milliards.

SOUS-MARINS: L’UE DÉNONCE MOLLEMENT les ETATS-UNIS

SOUS-MARINS: L’UE DÉNONCE MOLLEMENT les ETATS-UNIS

 

Sous la pression de la France, les autorités européennes ont bien été contraintes de faire le minimum syndical diplomatique pour critiquer le lâchage et même la trahison des États-Unis concernant les sous-marins australiens. Observance pendant que l’Allemagne se montre particulièrement silencieuse sur ce dossier reviendra à l’occasion du débat sur la politique de défense européenne avec la présidence européenne de la France. Sans parler de certains pays de l’Est qui préfèrent le bouclier américain à la mise en œuvre une politique de défense européenne commune.

Le président du Conseil européen Charles Michel a dénoncé lundi un « manque de loyauté » de la part des Etats-Unis dans la crise des sous-marins qui les oppose à la France.

L’Union européenne demande à Washington une « clarification » pour « tenter de mieux comprendre quelles sont les intentions derrière » l’annonce d’un partenariat stratégique entre les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie, « car c’est incompréhensible », a-t-il dit à des journalistes à New York en marge de l’Assemblée générale de l’ONU.

Pêche et brexit: Michel Barnier dénonce les Britanniques

Pêche et brexit: Michel Barnier dénonce les Britanniques

 

L’ancien négociateur Michel Barnier considère en quelque sorte que les Britanniques sont des voyous dans la mesure où il ne respecte aucune décision concernant l’accord sur la pêche.

, «on voit que les Britanniques essayent de reprendre maintenant une partie du compromis qu’ils ont conclu avec nous, ce n’est pas acceptable», a déploré auprès de l’AFP Michel Barnier.

«Ils refusent de donner des licences à des bateaux qui ont le droit de pêcher aux termes de notre accord», a-t-il ajouté, voyant une «forme de flibusterie politique dans cette attitude». «Si les licences ne sont pas données, cela peut créer un problème bilatéral très sérieux entre la France et le Royaume-Uni et aussi entre l’Union européenne et le Royaume-Uni», a averti celui qui est également cité comme possible candidat à la présidentielle à droite.

L’accord post-Brexit prévoit également l’obligation pour les pêcheurs européens d’obtenir de Londres des licences pour pêcher dans les eaux britanniques. «Le fait qu’on pêche moins dans les eaux britanniques provoque une redistribution des capacités de pêche», a souligné M. Barnier, interrogé sur les tensions entre pêcheurs français et néerlandais. «Les autorités françaises doivent soumettre cette question à Bruxelles, dans le cadre de la politique commune des pêches», a-t-il estimé.

Espionnage mondial dénoncé avec le logiciel israélien Pégasus

Espionnage mondial dénoncé avec le logiciel israélien Pégasus

 

Dix-sept médias internationaux, dont font partie Le Monde, The Guardian, et The Washington Post accusent une société israélienne  de servir l’espionnage mondial de reporters et dissidents ; Par l’intermédiaire  du  logiciel espion Pegasus qui, s’il est introduit dans un smartphone, permet d’en récupérer les messages, les photos, les contacts, et même d’écouter les appels de son propriétaire.

Eoliennes : Stéphane Bern: dénonce une négation de l’écologie

Eoliennes : Stéphane Bern: dénonce une négation de l’écologie

 

Les critiques contre les éoliennes ce multiplient partout dans le pays en raison de leur non-sens économique mais aussi écologique. Cette fois c’est Stéphane Bern qui s’adresse à la ministre intéressée pour déclarer que ces engins de ferraille constituent une négation l’écologie.

« Il est grand temps de dénoncer cette supercherie. L’énergie éolienne n’est en rien écologique et renouvelable. Elle pollue gravement la nature et détruit le patrimoine naturel et bâti de la France, ces sites remarquables de beauté et ces joyaux architecturaux dont nous sommes collectivement dépositaires et que les éoliennes défigurent.

Au-delà de la question esthétique, le développement de l’énergie éolienne est soutenu à coups de subventions européennes et de puissants lobbys industriels et financiers. Il faut bien comprendre que les éoliennes sont une négation de l’écologie. »

Florence Parly dénonce la nouvelle tribune militaire

Florence Parly dénonce la nouvelle tribune militaire

Une seconde tribune  des militaires est parue dans valeurs actuelles. Elle serait signée, par des militaires « d’active », c’est-à-dire en service, soumis à un strict devoir de réserve. L’objet est comme dans la première tribune de dénoncer le délitement de la France et l’inconsistance de la réponse politique actuelle.. Pour éviter les sanctions, les signataires ont choisi l’anonymat. La ministre des Armées Florence a dénoncé une « grossière machination politique ».

 

Fraudes alimentaires : une O.N.G. dénonce

Fraudes alimentaires : une O.N.G. dénonce

Selon foodwatch, «le sujet reste tabou en France»«Nous avons au mieux uniquement accès à des informations très générales sur les conclusions de certaines enquêtes menées par la répression des fraudes (DGCCRF) ou la Direction générale de l’alimentation (DGAL). Mais le nom des marques concernées par des fraudes, celui des produits, des fabricants, les quantités et les lieux de vente par exemple, sont la plupart du temps tenus secrets», regrette-t-elle. «Rien ne justifie l’opacité actuelle. Il s’agit avant tout d’un choix politique, aujourd’hui entre vos mains», écrit l’organisation dans une lettre, rendue publique, adressée au ministre de l’Économie Bruno Le Maire et à celui de l’Agriculture Julien Denormandie.

 

Pour sa campagne, qui s’accompagne d’une pétition, l’organisation s’appuie sur un livre intitulé Manger du faux pour de vrai (Éditions Robert Laffont), fruit d’une enquête sur la fraude alimentaire en Europe menée par Ingrid Kragl, en charge des investigations pour foodwatch. En 400 pages, elle égrène les scandales alimentaires des dernières années en Europe: la viande de cheval vendue comme étant du bœuf, l’huile de tournesol devenue soudain de l’huile d’olive, beaucoup plus chère, grâce à un ajout de chlorophylle, le thon avarié injecté d’additifs dangereux pour lui donner l’air d’être frais et qui a provoqué des intoxications alimentaires… Elle évoque des vins du Languedoc devenus du pomerol ou du margaux, les produits faussement bio, ceux qui s’arrogent une Appellation d’origine protégée (AOP) sans pouvoir y prétendre ou encore les miels lourdement édulcorés chimiquement.

 

Selon la Commission européenne, les pertes pour l’industrie liées à ces fraudes alimentaires sont estimées à «environ 30 milliards d’euros chaque année» en Europe, rappelle l’organisation née en 2002 en Allemagne et implantée en France depuis 2013. Foodwatch ajoute que «des réseaux de criminalité organisée ont compris qu’il y avait un filon à exploiter dans le trafic d’aliments: peu de risques de se faire coincer et une aubaine pour blanchir de l’argent».

Le non confinement : AXEL KAHN DÉNONCE « UNE ERREUR POLITIQUE

Le non confinement : AXEL KAHN DÉNONCE « UNE ERREUR POLITIQUE

Le non confinement national constitue une grave erreur politique d’après le célèbre généticien. Interrogé sur BFMTV-RMC ce mardi matin sur de possibles nouveaux reconfinements locaux annoncés dans les prochains jours, le généticien a souligné un « deux poids, deux mesures » dans la lutte contre le coronavirus ainsi qu’un manque de cohérence.

« Il y a eu une très importante erreur de faite. Lorsqu’on a essayé de faire baisser la circulation virale avec un certain succès lors du confinement de novembre, on a été obligé d’interrompre le 8 décembre pour permettre l’activité et l’économie de Noël et des fêtes de prospérer. Il fallait finir le boulot le 8 janvier, les gens s’y attendaient, il n’y aurait pas eu énormément de protestations, et on ne serait plus dans la situation actuelle », estime-t-il.

Pour lui, ne pas avoir pris ces décisions en temps voulu est l’une des raisons pour lesquelles la France se retrouve actuellement dans une situation « intolérable. »

« La situation actuelle, même si elle n’évolue pas, est tout simplement intolérable. On est depuis maintenant deux mois à plus de 25.000 personnes hospitalisées, les réanimations augmentent chez les plus jeunes. Le Covid laisse de très cruelles séquelles dans les corps, y compris les jeunes, et on accepte de vivre avec un taux de circulation virale parmi les plus élevés d’Europe. C’est une erreur sanitaire, et c’est une erreur politique d’avoir fait cette erreur sanitaire », martèle celui dont l’essai Et le bien dans tout ça? est publié chez Stock ce mercredi.

ASSASSINAT SAMUEL PATY: L’ADOLESCENTE QUI A DÉNONCÉ L’INTÉRESSÉ A MENTI

ASSASSINAT SAMUEL PATY: L’ADOLESCENTE QUI A DÉNONCÉ L’INTÉRESSÉ A MENTI

 

 

L’adolescente en cause avait affirmé être présente lors de propos jugés racistes en classe. En réalité elle vient d’avouer, ce qu’on savait déjà, à savoir qu’elle n’était pas présente en classe au moment des faits. D’après son avocat ce sont ses camarades qui l’ont utilisé comme porte-parole. Des camarades ont déclaré qu’elle n’était pas présente, d’autres qu’elle était présente. Elle s’est sentie porter par une forme de représentation, par un mandat pour raconter ce que ses camarades ont vu et dénoncer d’après eux le comportement du professeur. »

Son mensonge a été le point de départ d’un engrenage, dans lequel une polémique a été amplifiée par les réseaux sociaux, ainsi que par son père Brahim Chnina et le militant islamiste Abdelhakim Sefrioui, tous les deux mis en examen.

Un gendarme dénonce l’explosion de la violence urbaine

Un gendarme dénonce l’explosion de la violence urbaine

Le capitaine de gendarmerie Hervé Moreau auteur du livre «Vérités d’un capitaine de gendarmerie».. dénonce l’explosion de la violence urbaine :

«La violence qui gangrène aujourd’hui notre société, comme en témoignent les récentes affaires d’affrontements entre bandes rivales dans les quartiers dits sensibles, mais aussi dans les zones rurales ou périurbaines, n’arrive pas à être prise en compte de manière judiciaire», lance le capitaine Moreau, qui vient de sortir Vérités d’un capitaine de gendarmerie, un brûlot édité à compte d’auteur et déjà vendu à plus de 5000 exemplaires sans aucun diffuseur.

 «Malgré le formidable travail mené sur le terrain par les gendarmes et les forces de l’ordre en général, combien de fois ai-je vu des auteurs d’agressions, interpellés en flagrant délit ou après une enquête minutieuse, ressortir sans aucune condamnation avec dans les yeux une expression de défi? Pendant combien de temps nos compatriotes vont-ils encore tolérer cela?» Son analyse est sans appel. Page après page, le lecteur plonge dans un univers où la tranquille campagne française prend des airs de cité sensible où tous les coups sont permis.

 

Capitole : Le chef républicain du Sénat dénonce Trump

Capitole : Le chef républicain du Sénat dénonce Trump

 

 

Pour le chef de la majorité au Sénat américain, Mitch McConnell, Trump est directement responsable des événements du capitole. Il en est le principal instigateur «La foule était nourrie de mensonges. Ils ont été provoqués par le président et d’autres personnes puissantes », a déclaré McConnell dans un discours prononcé devant le Sénat.

Mercredi dernier, la Chambre des représentants américaine a destitué Trump pour la deuxième fois. Le Sénat n’a pas encore programmé de procès pour déterminer la culpabilité ou l’innocence de Trump.

McConnell a déclaré la semaine dernière qu’il écouterait les arguments présentés lors du procès du Sénat avant de décider comment voter sur l’accusation de destitution d’incitation à une insurrection qui a abouti au siège du Capitole.

Le leader démocrate au Sénat Chuck Schumer, qui est sur le point de devenir leader de la majorité au Sénat dans les prochains jours, a déclaré dans un discours au Sénat que Trump «est une menace pour notre ordre constitutionnel, qu’il soit en poste ou non».

Le mandat de Trump en tant que président se termine mercredi lorsque le président élu Joe Biden est assermenté.

Schumer a ajouté que si Trump était condamné, le Sénat voterait alors pour l’empêcher de se présenter à nouveau à la présidence.

Les partisans de Trump ont attaqué le Capitole le 6 janvier, retardant de plusieurs heures la certification de la victoire électorale de Biden en novembre, forçant les législateurs à se mettre en sécurité et entraînant la mort de cinq personnes, dont un officier de police du Capitole.

Coronavirus : Hidalgo dénonce l’incompétence logistique du gouvernement

Coronavirus : Hidalgo dénonce l’incompétence logistique du gouvernement

Dans un entretien au Journal du Dimanche, la maire de Paris dénonce l’incompétence logistique du gouvernement :

 

«Depuis la décentralisation, une partie des compétences dépend des collectivités: l’État n’est pas capable de faire le dernier kilomètre», juge Anne Hidalgo, joignant sa voix aux critiques de nombreux élus sur une campagne de vaccination jugée trop «lente» et trop «centralisée».

«Au lieu de faire appel à des cabinets privés, comme McKinsey, pour réfléchir à la stratégie et à la logistique comme l’a décidé le gouvernement, c’est aux élus locaux qu’il faut faire confiance», ajoute-t-elle.

Joe Biden dénonce l’attitude d’obstruction de Trump

Joe Biden dénonce l’attitude d’obstruction de Trump 

 

Progressivement le ton monte chez le futur président américain, Joe Biden . Le futur président s’agace de plus en plus des tentatives d’obstruction de TRUMP sur le budget et sur la santé. Le président élu américain Joe Biden, qui prendra ses fonctions le 20 janvier prochain, s’est entretenu lundi 28 décembre avec les prochains responsables de la diplomatie et de la sécurité de son administration. Lors d’une brève allocution à l’issue de cette rencontre, il a déploré «l’obstruction» de certains responsables du Pentagone dans la transition en cours. «Nous n’avons tout simplement pas toute l’information dont nous avons besoin», a-t-il affirmé, dénonçant une attitude «irresponsable».

Violences policières : Macron dénonce

Violences policières : Macron dénonce

Il est clair que Macron a été contraint de réagir rapidement pour condamner sans réserve les violences policières notamment celles relatives à Michel Zecler, le producteur de musique. Au-delà même, il a invité le premier ministre a engagé une réflexion pour mettre fin aux discriminations. Le chef d’État est en quelque sorte pris au piège dans sa volonté légitime de rétablir une sécurité menacée en particulier dans les quartiers sensibles , aussi par l’islamisme et son souci d’égalité de traitement par la police. Un équilibre difficile entre liberté et sécurité depuis la loi sécurité très contestée et notamment l’article 24 qui prévoit des poursuites éventuelles des journalistes.

«La France ne doit jamais laisser prospérer la haine ou le racisme», a souligné le chef de l’Etat dans une déclaration sur les réseaux sociaux, en demandant «une police exemplaire avec les Français» mais aussi «des Français exemplaires avec les forces de l’ordre». «Ceux qui font appliquer la loi doivent respecter la loi. Je n’accepterai jamais que la violence gratuite de quelques-uns entache le professionnalisme de femmes et d’hommes qui, au quotidien, assurent notre protection avec courage», insiste-t-il.

 

D’une certaine façon, la condamnation des dernières violences par Macron vont sans doute sonner la mise sous le tapis de l’article 24 de la loi sécurité voire de la loi tout entière en fonction du degré de mobilisation.

 

 le président affirme en effet être le  «garant» des libertés, en particulier la liberté d’expression et de la presse. «Je n’accepterai jamais que ces libertés puissent être reniées», dit-il, en pleine polémique sur l’article 24 qui veut sanctionner la diffusion malveillante d’images de policiers en opération.

 

Le chef de l’Etat souligne aussi vouloir défendre la liberté de manifester. «Chaque citoyen doit pouvoir exprimer ses convictions et revendications à l’abri de toute violence et de toute pression». «La France est un pays d’ordre et de liberté, pas de violence gratuite et d’arbitraire», poursuit le président. Il faut «conduire avec détermination, calme et respect les débats qui sont aujourd’hui ceux de notre société. Ni l’invective, ni l’opprobre, ni les manipulations ne sauraient y contribuer», conclut-il en appelant à «la concorde».

Dictature chinoise : La France dénonce son accord d’extradition avec Hong Kong

Dictature chinoise : La France dénonce son accord d’extradition avec Hong Kong

 

Comme d’autres pays démocratiques, la France proteste contre la dictature chinoise qui s’étend à Hong Kong comme chez les Ouïgours. Une dictature communiste de plus en plus répressive notamment à Hong Kong où les élections ont été repoussées officiellement à cause du Coronavirus mais pour trier les bons candidats et interdire voire poursuivre les autres. La France ne ratifiera pas en l’accord d’extradition signé en 2017 entre la France et Hong Kong en raison de la “rupture” provoquée par la mise en oeuvre, fin juin, de la nouvelle loi sur la sécurité nationale dans la région chinoise, a déclaré lundi le ministère des Affaires étrangères.

“La loi sur la sécurité nationale à Hong Kong est une rupture qui met à mal le cadre hérité de la rétrocession de 1997. Elle remet en cause le principe ‘un pays, deux systèmes’ et le respect du ‘haut degré d’autonomie’ de Hong Kong et des libertés fondamentales qui en découlent”, a justifié la porte-parole du ministère dans un point de presse.

“A la lumière des derniers développements, la France ne procédera pas en l’état à la ratification de l’accord d’extradition signé le 4 mai 2017 entre la France et la Région administrative spéciale de Hong Kong”, a-t-elle ajouté.

Depuis l’instauration de la loi sur la sécurité nationale, destinée à lutter contre ce que la Chine qualifie de subversion, sécession, terrorisme et collusion avec les forces étrangères, la pression s’est intensifiée sur les défenseurs de la démocratie à Hong Kong.

Le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Allemagne ont déjà suspendu leur traité d’extradition avec Hong Kong.

Londres dénonce les crimes contre les Ouïghours en Chine

Londres dénonce les crimes contre les   Ouïghours en Chine  

Le Royaume-Uni accuse clairement la Chine, ce dimanche 19 juillet ,  de commettre des «atteintes graves, choquantes aux droits de l’homme» à l’égard des Ouïghours .

 

La dictature communiste chinoise se rapproche de plus en plus du modèle maoïste  avec d’une part son système dévaluation civique de chaque citoyen,  d’autre part la répression de tous les opposants. Par exemple ,  d’après des organisations de défense des droits de l’homme, plus d’un million de musulmans sont détenus au Xinjiang dans des camps de rééducation politique.

Pékin récuse ce chiffre et évoque des « centres de formation professionnelle » destinés à lutter contre la radicalisation islamiste, en réaction à une série d’attentats sanglants attribués ces dernières années à des militants ouïghours.

La France a appelé ce mercredi la Chine à cesser ses « détentions arbitraires de masse » au Xinjiang (nord-ouest), où plus d’un million de musulmans, principalement d’ethnie ouïghoure, seraient détenus dans ce que Pékin présente comme des « centres de formation professionnelle ».

« Nous appelons les autorités chinoises à mettre un terme aux détentions arbitraires de masse dans des camps », a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères au point de presse électronique quotidien du Quai d’Orsay.

« Nous invitons la Chine, outre la fermeture des camps d’internement, à inviter la Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme (de l’ONU, Michelle Bachelet) et les experts des procédures spéciales dans les meilleurs délais afin de rendre compte de manière impartiale de la situation », a ajouté le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, devant la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

Une nouvelle fuite de documents officiels chinois a jeté une lumière crue sur les « centres de formation professionnelle » où seraient détenus plus d’un million de musulmans. Ces documents, obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et publiés dimanche par 17 organes de presse à travers le monde, détaillent les règlements draconiens régissant les sites de détention installés au Xinjiang, vaste région du nord-ouest de la Chine à majorité musulmane.

 

. «Il est clair qu’il y a des atteintes graves, choquantes aux droits de l’homme», a déclaré Dominic Raab, chef de la diplomatie britannique, sur la BBC. «C’est profondément, profondément choquant».

Au sujet d’informations évoquant des «stérilisations forcées» ou des «camps de rééducation», il a souligné qu’elles «rappellent quelque chose que nous n’avons pas vu depuis très longtemps, et cela de la part d’un membre de premier plan de la communauté internationale qui veut être pris au sérieux». «Nous voulons une relation sérieuse (avec la Chine) mais nous ne pouvons voir un tel comportement et ne pas le dénoncer», a-t-il ajouté.

Des experts et des organisations de défense des droits de l’homme accusent Pékin d’avoir fait interner jusqu’à un million de musulmans, principalement de l’ethnie ouïghoure, dans des camps de la région au nom de la lutte antiterroriste, ce que la Chine dément.

Ces déclarations du chef de la diplomatie britannique interviennent alors que les relations entre Londres et Pékin se sont fortement tendues depuis l’imposition par la Chine de sa loi de sécurité nationale à Hongkong et l’exclusion par le Royaume-Uni du géant chinois Huawei de son réseau 5G, après des mois de pression de Washington.

L’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, Liu Xiaoming, a prévenu sur la BBC que Pékin répondrait de manière «résolue» si Londres imposait des sanctions à des responsables chinois concernant le Xinjiang, à l’instar de ce qui s’est passé avec les États-Unis. «Il n’y a pas de stérilisations forcées des Ouïghours. Il n’y a pas de camps de concentrations dans le Xinjiang», a déclaré Liu Xiaoming, précisant que «ce n’était pas la politique du gouvernement» et que «la Chine considérait tous les groupes ethniques de façon égale».

Interrogé sur une vidéo virale qui montre des centaines de prisonniers, masqués, les mains attaché dans le dos et qui sont forcés à monter dans un train, l’ambassadeur Liu Xiaoming a expliqué que, «parfois, vous avez des transferts de prisonniers, comme dans n’importe quel pays». «Je ne sais pas où vous avez obtenu cette vidéo. Les soit-disant agences de renseignement occidentales font de fausses accusations», ajoute-t-il. Cette vidéo, révélée l’année dernière, a été authentifiée par plusieurs chercheurs et agences de renseignement occidentales. Elle représenterait des prisonniers ouïghours dans la région du Xinjiang et daterait de 2018 ou 2019.

 

Dominic Raab a également indiqué qu’il informerait lundi les députés britanniques sur «les mesures supplémentaires» que le Royaume-Uni comptait prendre au sujet de Hongkong et sur les conclusions d’un examen du traité d’extradition avec le territoire. En ce sens, le Royaume-Uni a dénoncé comme une violation manifeste «de l’autonomie de Hongkong la loi sur la sécurité nationale imposée par la Chine à l’ancienne colonie britannique, qui prévoit d’y punir les activités séparatistes, ‘terroristes’, la subversion et les ingérences étrangères». En réaction, Londres a déjà promis d’étendre les droits à l’immigration, et, à terme, l’accès à la citoyenneté britannique pour des millions d’habitants du territoire, une mesure dénoncée par Pékin comme une «ingérence grossière» dans ses affaires intérieures.

 

Chloroquine : bidouillage de l’étude dénoncé par des auteurs

Chloroquine : bidouillage de l’étude dénoncé par des auteurs

 

Pour parler clair , l’industrie pharmaceutique qui espère réaliser de gros profits sur le traitement du Coronavirus voire sur un éventuel vaccin a bidouillé des chiffres pour condamner la chloroquine. Certes les recherches n’ont encore pas abouti quant à l’efficacité de ce traitement mais de là à le condamner il y a un pas que la revue médicale the Lancet  n’a pas hésité à franchir. Bref la science sous influence du business. D’ailleurs,  trois des auteurs d’une étude remarquée sur l’hydroxychloroquine parue dans la revue médicale The Lancet, ayant conclu à une augmentation du risque de décès en cas d’utilisation de ce traitement antipaludéen chez des patients atteints par le COVID-19, ont retiré leur signature à cet article en raison de doutes sur les données utilisées.

Ces auteurs déclarent que Surgisphere, l’entreprise ayant fourni ces données, n’avait pas fourni l’ensemble des données permettant un examen indépendant et qu’ils “ne peuvent plus se porter garants de la véracité des sources primaires de données”.

A la suite de la publication de cette étude en mai, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait suspendu ses essais sur l’hydroxychloroquine comme traitement potentiel contre le nouveau coronavirus. Elle a annoncé mercredi qu’elle allait les reprendre.

En France, le gouvernement a pour sa part interdit fin mai l’utilisation de l’hydroxychloroquine chez les patients atteints par le COVID-19 sans autre preuve que celle d’un avis demandé sous  48 heures à un comité de chapeau à plumes par le ministre de la santé. Les mêmes chapeaux à plumes qui avaient décommandé l’utilisation du masque au départ, puis la généralisation des tests et qui pataugent entre les contradictions des industries pharmaceutiques, du financement de leurs labos et de la surestimation de leurs égos. Pas étonnant quand on sait qu’à côté de progrès indiscutable de la science cohabite aussi la recherche effrénée de notoriété , les postes-clés dans l’administration et le business de la grande distribution de médicaments plus ou moins utiles. Indispensable dans certains cas mais à l’effet  placebo dans d’autres voir même dangereux comme le paracétamol à certaines doses. ( première cause de mortalité dans le monde)

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol