Archive pour le Tag 'déni'

Politique- Macron: le déni du réel

Politique- Macron: le déni du réel

Le journaliste Franz-Olivier Giesbert revient sur la conférence de presse d’Emmanuel Macron. Auteur d’une « Histoire intime de la Ve République » en trois tomes chez Gallimard, l’écrivain ne mâche pas ses mots sur la politique du président, qu’il estime « délirante, à courte vue » ( dans le JDD).

Le JDD. En donnant une conférence de presse mardi soir, le chef de l’État souhaitait, tel un homme politique en campagne, relancer son second quinquennat. L’exercice est-il réussi ?

Franz-Olivier Giesbert. Sans doute cette conférence était-elle avant tout une opération de com. D’où le déluge de mesures, de promesses, etc. Mais Emmanuel Macron a montré aussi qu’il avait encore beaucoup d’énergie, on peut même dire qu’il pétait le feu. Et il a tracé un chemin, au moins pour le court terme. Il lui reste maintenant, mission quasi impossible, à trouver une majorité au Parlement pour les trois ans qui lui restent. N’oublions pas que ses soutiens sont minoritaires à l’Assemblée nationale. Depuis qu’il a perdu les législatives de 2022, il lui manque une trentaine de députés pour imposer ses lois. De ce point de vue, le président est dans le déni du réel : il fait comme s’il ne s’était rien passé alors que les Français lui ont bel et bien coupé les ailes, il y a deux ans.

En dehors de quelques mesures annoncées, son cap ne semble pourtant pas plus clair. À quoi peut bien ressembler le reste du quinquennat d’Emmanuel Macron ?

Sans majorité, il est condamné à godiller. Mais il a quand même commencé à clarifier sa ligne politique. Il a signifié la fin du « en même temps », du chèvre-choutisme et du mi-droite-mi-gauche. Il s’est indubitablement droitisé comme le montre la composition de son gouvernement. Il est vrai qu’il n’a pas d’autres choix, pour survivre, dans un pays qui penche de plus en plus à droite.

Emmanuel Macron a promis des baisses d’impôts et de nombreux investissements, mais n’a jamais évoqué l’état de la dette française. Le président n’est-il pas pris au piège de l’argent magique ?

Tout à fait. La dette est, avec l’immigration, l’angle mort du macronisme. La France est la championne du monde des dépenses publiques. De ce point de vue, Macron est l’héritier du Mitterrand et des socialistes de 1981 : « Dépensons, pense-t-il, ça va relancer la croissance ». Comme elle ne vient pas, il insiste, il persiste. Dès qu’il y a un problème, il fait un chèque sans se préoccuper de son financement puisqu’il lui suffit d’emprunter. C’est une politique délirante, à courte vue.

L’omniprésence du président de la République laisse peu d’espace aux premiers pas du nouveau chef de gouvernement, Gabriel Attal. Est-ce une erreur stratégique selon vous ?

Si l’on regarde la pratique des derniers présidents, le poste de Premier ministre est plus ou moins en voie de disparition, relégué au rang de collaborateur, voire d’assistant. Or, selon la Constitution de la Vème, le président préside et le Premier ministre gouverne. Ce qui a donné le couple magique de Gaulle-Pompidou : le premier s’occupait de la France, le second des Français. Dans sa situation politique qui est fragile, Emmanuel Macron aurait intérêt à avoir un Premier ministre « fort » qui prendrait les coups avec lui et, d’une certaine façon, le protégerait. Mais il préfère toujours être tout seul sur la photo. C’est son drame.

Macron: déni du réel

Macron: déni du réel

Le journaliste Franz-Olivier Giesbert revient sur la conférence de presse d’Emmanuel Macron. Auteur d’une « Histoire intime de la Ve République » en trois tomes chez Gallimard, l’écrivain ne mâche pas ses mots sur la politique du président, qu’il estime « délirante, à courte vue » ( dans le JDD).

Le JDD. En donnant une conférence de presse mardi soir, le chef de l’État souhaitait, tel un homme politique en campagne, relancer son second quinquennat. L’exercice est-il réussi ?

Franz-Olivier Giesbert. Sans doute cette conférence était-elle avant tout une opération de com. D’où le déluge de mesures, de promesses, etc. Mais Emmanuel Macron a montré aussi qu’il avait encore beaucoup d’énergie, on peut même dire qu’il pétait le feu. Et il a tracé un chemin, au moins pour le court terme. Il lui reste maintenant, mission quasi impossible, à trouver une majorité au Parlement pour les trois ans qui lui restent. N’oublions pas que ses soutiens sont minoritaires à l’Assemblée nationale. Depuis qu’il a perdu les législatives de 2022, il lui manque une trentaine de députés pour imposer ses lois. De ce point de vue, le président est dans le déni du réel : il fait comme s’il ne s’était rien passé alors que les Français lui ont bel et bien coupé les ailes, il y a deux ans.

En dehors de quelques mesures annoncées, son cap ne semble pourtant pas plus clair. À quoi peut bien ressembler le reste du quinquennat d’Emmanuel Macron ?

Sans majorité, il est condamné à godiller. Mais il a quand même commencé à clarifier sa ligne politique. Il a signifié la fin du « en même temps », du chèvre-choutisme et du mi-droite-mi-gauche. Il s’est indubitablement droitisé comme le montre la composition de son gouvernement. Il est vrai qu’il n’a pas d’autres choix, pour survivre, dans un pays qui penche de plus en plus à droite.



Emmanuel Macron a promis des baisses d’impôts et de nombreux investissements, mais n’a jamais évoqué l’état de la dette française. Le président n’est-il pas pris au piège de l’argent magique ?

Tout à fait. La dette est, avec l’immigration, l’angle mort du macronisme. La France est la championne du monde des dépenses publiques. De ce point de vue, Macron est l’héritier du Mitterrand et des socialistes de 1981 : « Dépensons, pense-t-il, ça va relancer la croissance ». Comme elle ne vient pas, il insiste, il persiste. Dès qu’il y a un problème, il fait un chèque sans se préoccuper de son financement puisqu’il lui suffit d’emprunter. C’est une politique délirante, à courte vue.

L’omniprésence du président de la République laisse peu d’espace aux premiers pas du nouveau chef de gouvernement, Gabriel Attal. Est-ce une erreur stratégique selon vous ?

Si l’on regarde la pratique des derniers présidents, le poste de Premier ministre est plus ou moins en voie de disparition, relégué au rang de collaborateur, voire d’assistant. Or, selon la Constitution de la Vème, le président préside et le Premier ministre gouverne. Ce qui a donné le couple magique de Gaulle-Pompidou : le premier s’occupait de la France, le second des Français. Dans sa situation politique qui est fragile, Emmanuel Macron aurait intérêt à avoir un Premier ministre « fort » qui prendrait les coups avec lui et, d’une certaine façon, le protégerait. Mais il préfère toujours être tout seul sur la photo. C’est son drame.

Violences : un déni de réalité qui masque l’impuissance de l’Etat

Violences : un déni de réalité qui masque l’impuissance de l’Etat

Le pouvoir, les médias et les élites se réfugient souvent dans le déni de réalité pour masquer l’impuissance de l’État et l’ampleur du phénomène. Ainsi le plus souvent, on tente de transformer en faits divers des attentats mortels qui pourtant traduisent un phénomène plus général de violence, d’insécurité voire de racisme. Bref on refuse de voir la réalité de cette violence et du risque de décomposition de la société. Les Français qui vivent au quotidien l’insécurité en tout cas l’observent de près sont beaucoup plus pertinents concernant la nature et l’ampleur du phénomène. Ce n’est pas par hasard s’ils estiment notamment à hauteur de 91 % que le recul de l’autorité est un problème majeur dans la société française et que 87 % considèrent que la justice est trop laxiste.

Pour 91% des Français interrogés, le recul de l’autorité est un problème majeur dans la société française. Ils sont très nombreux (87%) à considérer que la justice est trop laxiste et une majorité de Français (58%) à estimer que la violence se répand dans toute la société d’après un sondage d’Elabe pour BFM.

Rien d’étonnant à cela; Il faut parfois des mois et des mois pour rendre un jugement et en attendant les présumés coupables sont pour beaucoup en liberté et reprennent leurs activités délinquantes.

Par ailleurs au moment du jugement, on se satisfait trop souvent de peines symboliques comme du sursis.

Certes les prisons ne sont sans doute pas l’outil le plus s’adapté pour réduire l’agressivité des délinquants violents; n’empêche à la place, on ne peut lui substituer des peines avec sursis et des très symboliques sanctions avec travaux d’intérêt général.

Il y a certains délits qui méritent purement et simplement la prison dans les conditions actuelles. Mais pour beaucoup notamment chez les jeunes, il convient évidemment d’imaginer des établissements spécialisés visant à permettre les bases de la culture française, les valeurs de la société, les connaissances fondamentales, la valeur travail et la discipline.

Crimes et Violences : mettre fin au déni de réalité qui masque l’impuissance de l’Etat

Crimes et Violences : mettre fin au déni de réalité qui masque l’impuissance de l’Etat

Le pouvoir, les médias et les élites se réfugient souvent dans le déni de réalité pour masquer l’impuissance de l’État et l’ampleur du phénomène. Ainsi le plus souvent, on tente de transformer en faits divers des attentats mortels qui pourtant traduisent un phénomène plus général de violence, d’insécurité voire de racisme. Bref on refuse de voir la réalité de cette violence et du risque de décomposition de la société. Les Français qui vivent au quotidien l’insécurité en tout cas l’observent de près sont beaucoup plus pertinents concernant la nature et l’ampleur du phénomène. Ce n’est pas par hasard s’ils estiment notamment à hauteur de 91 % que le recul de l’autorité est un problème majeur dans la société française et que 87 % considèrent que la justice est trop laxiste.

Pour 91% des Français interrogés, le recul de l’autorité est un problème majeur dans la société française. Ils sont très nombreux (87%) à considérer que la justice est trop laxiste et une majorité de Français (58%) à estimer que la violence se répand dans toute la société d’après un sondage d’Elabe pour BFM.

Rien d’étonnant à cela; Il faut parfois des mois et des mois pour rendre un jugement et en attendant les présumés coupables sont pour beaucoup en liberté et reprennent leurs activités délinquantes.

Par ailleurs au moment du jugement, on se satisfait trop souvent de peines symboliques comme du sursis.

Certes les prisons ne sont sans doute pas l’outil le plus s’adapté pour réduire l’agressivité des délinquants violents; n’empêche à la place, on ne peut lui substituer des peines avec sursis et des très symboliques sanctions avec travaux d’intérêt général.

Il y a certains délits qui méritent purement et simplement la prison dans les conditions actuelles. Mais pour beaucoup notamment chez les jeunes, il convient évidemment d’imaginer des établissements spécialisés visant à permettre les bases de la culture française, les valeurs de la société, les connaissances fondamentales, la valeur travail et la discipline.

Mort de Thomas à Crépol: Le déni de réalité de la part des élites

Mort de Thomas à Crépol: Le déni de réalité de la part des élites

La plupart des élites et des grands médias ne cessent de réduire la mort tragique de Thomas à Crépol à un simple fait divers. En même temps ils condamnent évidemment l’analyse faisant le lien avec ce tragique événement et sa dimension sociétale nationale. Un internaute parmi d’autres proteste contre ce déni de réalité de la part des élites.

Il s’appelle André, vit à Romans-sur-Isère et porte un manteau jaune. Son coup de colère a été relayé des milliers de fois sur les réseaux sociaux et diffusé en boucle sur les chaînes d’info. Réagissant à la visite d’Olivier Véran à Crépol, il dénonce « tous ces gouvernements qui défendent la France des cités contre la France de Thomas, la France rurale, la France des gens qui élèvent leurs gosses comme il faut, pas dans la haine de la France et des Français. » Et d’ajouter : « Je fais partie de ce territoire, on n’en peut plus et on comprend tout depuis longtemps : la prochaine fois, ce n’est pas avec des couteaux qu’ils viendront, mais avec des armes automatiques. »

André n’est ni journaliste, ni sociologue et nombre d’« experts » ne manqueront sans doute pas de mettre en garde contre des propos qu’ils jugeront sommaires et dangereux ! Pourtant il s’agit bien d’un fait de société sur fond de radicalisation générale et de trafic de drogue puisque les auteurs du drame sont aussi des délinquants connus et bien identifiés.

Dette publique : Le déni français

Dette publique : Le déni français

par

Stéphane Lauer

Editorialiste au « Monde »

Plutôt que de se préoccuper de l’efficacité de la dépense publique, le débat se structure autour de deux écueils : une austérité fantasmée, agitée comme repoussoir, et l’impôt, présenté comme solution universelle, constate Stéphane Lauer, éditorialiste au « Monde ».


La France n’est pas à un paradoxe près. Il y a une dizaine de jours, alors qu’une partie du pays croit vivre dans un enfer « ultralibéral », une autre retenait son souffle dans l’attente du verdict de l’agence de notation financière Standard & Poor’s (S&P) sur la dette souveraine. Deux visions diamétralement opposées, mais unies dans ce qui reste notre meilleur ciment national : un pessimisme solidement ancré dans l’inconscient collectif. En effet, peu nombreux étaient ceux qui pensaient que nous allions échapper à une dégradation. La France, avec ses 3 000 milliards de dettes, son déficit budgétaire de près de 5 % du PIB et son niveau record de prélèvements obligatoires, peut se rendormir et continuer à faire des cauchemars d’ultralibéralisme. Le double A est maintenu, même si c’est avec une perspective négative. Ouf !

Le déni français sur la dette est récurrent. Mais il s’est amplifié avec l’illusion de l’argent gratuit entretenue par des taux d’intérêt nuls. De doctes esprits ont expliqué aux Français que vivre à crédit n’était plus un problème sous prétexte que c’était indolore. Peu alertaient sur le fait que l’effet anesthésiant ne serait pas permanent : tôt ou tard la politique monétaire se ferait plus restrictive, et la charge annuelle de la dette se mettrait à grimper proportionnellement.

Nous y sommes. D’ici à 2027, elle devrait atteindre 70 milliards d’euros et représenter le premier poste de dépenses de l’Etat. Autant d’argent qui ne sera pas consacré à nos hôpitaux, à nos écoles et, surtout, à la lutte contre le changement climatique.

Plutôt que de se préoccuper de l’efficacité de la dépense publique, le débat se structure autour de deux écueils : une austérité fantasmée, agitée comme repoussoir, et l’impôt, présenté comme solution universelle. Que la France dépense presque 10 % de son produit intérieur brut de plus que l’Allemagne doit interpeller.

Alors que le dernier budget équilibré remonte à 1975, les déficits se creusent au gré des crises, tandis que les périodes d’accalmie ne sont pas mises à profit pour assainir la situation. Cet endettement maladif est le fruit d’un mélange de laxisme et de soutien inconditionnel et largement artificiel au pouvoir d’achat. Artificiel parce que décorrélé de la hausse de la productivité et de la richesse produite..

Dette publique: Finances publiques : Le déni français

Dette publique: Finances publiques : Le déni français

par

Stéphane Lauer

Editorialiste au « Monde »

Plutôt que de se préoccuper de l’efficacité de la dépense publique, le débat se structure autour de deux écueils : une austérité fantasmée, agitée comme repoussoir, et l’impôt, présenté comme solution universelle, constate Stéphane Lauer, éditorialiste au « Monde ».


La France n’est pas à un paradoxe près. Il y a une dizaine de jours, alors qu’une partie du pays croit vivre dans un enfer « ultralibéral », une autre retenait son souffle dans l’attente du verdict de l’agence de notation financière Standard & Poor’s (S&P) sur la dette souveraine. Deux visions diamétralement opposées, mais unies dans ce qui reste notre meilleur ciment national : un pessimisme solidement ancré dans l’inconscient collectif. En effet, peu nombreux étaient ceux qui pensaient que nous allions échapper à une dégradation. La France, avec ses 3 000 milliards de dettes, son déficit budgétaire de près de 5 % du PIB et son niveau record de prélèvements obligatoires, peut se rendormir et continuer à faire des cauchemars d’ultralibéralisme. Le double A est maintenu, même si c’est avec une perspective négative. Ouf !

Le déni français sur la dette est récurrent. Mais il s’est amplifié avec l’illusion de l’argent gratuit entretenue par des taux d’intérêt nuls. De doctes esprits ont expliqué aux Français que vivre à crédit n’était plus un problème sous prétexte que c’était indolore. Peu alertaient sur le fait que l’effet anesthésiant ne serait pas permanent : tôt ou tard la politique monétaire se ferait plus restrictive, et la charge annuelle de la dette se mettrait à grimper proportionnellement.

Nous y sommes. D’ici à 2027, elle devrait atteindre 70 milliards d’euros et représenter le premier poste de dépenses de l’Etat. Autant d’argent qui ne sera pas consacré à nos hôpitaux, à nos écoles et, surtout, à la lutte contre le changement climatique.

Plutôt que de se préoccuper de l’efficacité de la dépense publique, le débat se structure autour de deux écueils : une austérité fantasmée, agitée comme repoussoir, et l’impôt, présenté comme solution universelle. Que la France dépense presque 10 % de son produit intérieur brut de plus que l’Allemagne doit interpeller.

Alors que le dernier budget équilibré remonte à 1975, les déficits se creusent au gré des crises, tandis que les périodes d’accalmie ne sont pas mises à profit pour assainir la situation. Cet endettement maladif est le fruit d’un mélange de laxisme et de soutien inconditionnel et largement artificiel au pouvoir d’achat. Artificiel parce que décorrélé de la hausse de la productivité et de la richesse produite..

Finances publiques : Le déni français-de la-dette

Finances publiques : Le déni français-de la-dette
par

Stéphane Lauer

Editorialiste au « Monde »

Plutôt que de se préoccuper de l’efficacité de la dépense publique, le débat se structure autour de deux écueils : une austérité fantasmée, agitée comme repoussoir, et l’impôt, présenté comme solution universelle, constate Stéphane Lauer, éditorialiste au « Monde ».


La France n’est pas à un paradoxe près. Il y a une dizaine de jours, alors qu’une partie du pays croit vivre dans un enfer « ultralibéral », une autre retenait son souffle dans l’attente du verdict de l’agence de notation financière Standard & Poor’s (S&P) sur la dette souveraine. Deux visions diamétralement opposées, mais unies dans ce qui reste notre meilleur ciment national : un pessimisme solidement ancré dans l’inconscient collectif. En effet, peu nombreux étaient ceux qui pensaient que nous allions échapper à une dégradation. La France, avec ses 3 000 milliards de dettes, son déficit budgétaire de près de 5 % du PIB et son niveau record de prélèvements obligatoires, peut se rendormir et continuer à faire des cauchemars d’ultralibéralisme. Le double A est maintenu, même si c’est avec une perspective négative. Ouf !

Le déni français sur la dette est récurrent. Mais il s’est amplifié avec l’illusion de l’argent gratuit entretenue par des taux d’intérêt nuls. De doctes esprits ont expliqué aux Français que vivre à crédit n’était plus un problème sous prétexte que c’était indolore. Peu alertaient sur le fait que l’effet anesthésiant ne serait pas permanent : tôt ou tard la politique monétaire se ferait plus restrictive, et la charge annuelle de la dette se mettrait à grimper proportionnellement.

Nous y sommes. D’ici à 2027, elle devrait atteindre 70 milliards d’euros et représenter le premier poste de dépenses de l’Etat. Autant d’argent qui ne sera pas consacré à nos hôpitaux, à nos écoles et, surtout, à la lutte contre le changement climatique.

Plutôt que de se préoccuper de l’efficacité de la dépense publique, le débat se structure autour de deux écueils : une austérité fantasmée, agitée comme repoussoir, et l’impôt, présenté comme solution universelle. Que la France dépense presque 10 % de son produit intérieur brut de plus que l’Allemagne doit interpeller.

Alors que le dernier budget équilibré remonte à 1975, les déficits se creusent au gré des crises, tandis que les périodes d’accalmie ne sont pas mises à profit pour assainir la situation. Cet endettement maladif est le fruit d’un mélange de laxisme et de soutien inconditionnel et largement artificiel au pouvoir d’achat. Artificiel parce que décorrélé de la hausse de la productivité et de la richesse produite..

Finances- Le déni français-de la-dette

Finances- Le déni français-de la-dette
par

Stéphane Lauer

Editorialiste au « Monde »

Plutôt que de se préoccuper de l’efficacité de la dépense publique, le débat se structure autour de deux écueils : une austérité fantasmée, agitée comme repoussoir, et l’impôt, présenté comme solution universelle, constate Stéphane Lauer, éditorialiste au « Monde ».


La France n’est pas à un paradoxe près. Il y a une dizaine de jours, alors qu’une partie du pays croit vivre dans un enfer « ultralibéral », une autre retenait son souffle dans l’attente du verdict de l’agence de notation financière Standard & Poor’s (S&P) sur la dette souveraine. Deux visions diamétralement opposées, mais unies dans ce qui reste notre meilleur ciment national : un pessimisme solidement ancré dans l’inconscient collectif. En effet, peu nombreux étaient ceux qui pensaient que nous allions échapper à une dégradation. La France, avec ses 3 000 milliards de dettes, son déficit budgétaire de près de 5 % du PIB et son niveau record de prélèvements obligatoires, peut se rendormir et continuer à faire des cauchemars d’ultralibéralisme. Le double A est maintenu, même si c’est avec une perspective négative. Ouf !

Le déni français sur la dette est récurrent. Mais il s’est amplifié avec l’illusion de l’argent gratuit entretenue par des taux d’intérêt nuls. De doctes esprits ont expliqué aux Français que vivre à crédit n’était plus un problème sous prétexte que c’était indolore. Peu alertaient sur le fait que l’effet anesthésiant ne serait pas permanent : tôt ou tard la politique monétaire se ferait plus restrictive, et la charge annuelle de la dette se mettrait à grimper proportionnellement.

Nous y sommes. D’ici à 2027, elle devrait atteindre 70 milliards d’euros et représenter le premier poste de dépenses de l’Etat. Autant d’argent qui ne sera pas consacré à nos hôpitaux, à nos écoles et, surtout, à la lutte contre le changement climatique.

Plutôt que de se préoccuper de l’efficacité de la dépense publique, le débat se structure autour de deux écueils : une austérité fantasmée, agitée comme repoussoir, et l’impôt, présenté comme solution universelle. Que la France dépense presque 10 % de son produit intérieur brut de plus que l’Allemagne doit interpeller.

Alors que le dernier budget équilibré remonte à 1975, les déficits se creusent au gré des crises, tandis que les périodes d’accalmie ne sont pas mises à profit pour assainir la situation. Cet endettement maladif est le fruit d’un mélange de laxisme et de soutien inconditionnel et largement artificiel au pouvoir d’achat. Artificiel parce que décorrélé de la hausse de la productivité et de la richesse produite..

Le déni français-de la-dette

Le déni français-de la-dette
par

Stéphane Lauer

Editorialiste au « Monde »

Plutôt que de se préoccuper de l’efficacité de la dépense publique, le débat se structure autour de deux écueils : une austérité fantasmée, agitée comme repoussoir, et l’impôt, présenté comme solution universelle, constate Stéphane Lauer, éditorialiste au « Monde ».


La France n’est pas à un paradoxe près. Il y a une dizaine de jours, alors qu’une partie du pays croit vivre dans un enfer « ultralibéral », une autre retenait son souffle dans l’attente du verdict de l’agence de notation financière Standard & Poor’s (S&P) sur la dette souveraine. Deux visions diamétralement opposées, mais unies dans ce qui reste notre meilleur ciment national : un pessimisme solidement ancré dans l’inconscient collectif. En effet, peu nombreux étaient ceux qui pensaient que nous allions échapper à une dégradation. La France, avec ses 3 000 milliards de dettes, son déficit budgétaire de près de 5 % du PIB et son niveau record de prélèvements obligatoires, peut se rendormir et continuer à faire des cauchemars d’ultralibéralisme. Le double A est maintenu, même si c’est avec une perspective négative. Ouf !

Le déni français sur la dette est récurrent. Mais il s’est amplifié avec l’illusion de l’argent gratuit entretenue par des taux d’intérêt nuls. De doctes esprits ont expliqué aux Français que vivre à crédit n’était plus un problème sous prétexte que c’était indolore. Peu alertaient sur le fait que l’effet anesthésiant ne serait pas permanent : tôt ou tard la politique monétaire se ferait plus restrictive, et la charge annuelle de la dette se mettrait à grimper proportionnellement.

Nous y sommes. D’ici à 2027, elle devrait atteindre 70 milliards d’euros et représenter le premier poste de dépenses de l’Etat. Autant d’argent qui ne sera pas consacré à nos hôpitaux, à nos écoles et, surtout, à la lutte contre le changement climatique.

Plutôt que de se préoccuper de l’efficacité de la dépense publique, le débat se structure autour de deux écueils : une austérité fantasmée, agitée comme repoussoir, et l’impôt, présenté comme solution universelle. Que la France dépense presque 10 % de son produit intérieur brut de plus que l’Allemagne doit interpeller.

Alors que le dernier budget équilibré remonte à 1975, les déficits se creusent au gré des crises, tandis que les périodes d’accalmie ne sont pas mises à profit pour assainir la situation. Cet endettement maladif est le fruit d’un mélange de laxisme et de soutien inconditionnel et largement artificiel au pouvoir d’achat. Artificiel parce que décorrélé de la hausse de la productivité et de la richesse produite..

Retraite–manœuvre gouvernementale pour empêcher un vote à l’Assemblée nationale: Un nouveau déni de démocratie

Retraite–manœuvre gouvernementale pour empêcher un vote à l’Assemblée nationale: Un nouveau déni de démocratie

Le député LIOT et plusieurs chefs de groupes d’opposition à l’Assemblée nationale dénoncent, dans une tribune au « Monde », les manœuvres de la majorité pour empêcher un vote sur la proposition de loi visant à abroger le recul de l’âge de départ à la retraite.

Ce qui est en jeu à l’Assemblée nationale, ces dernières semaines et ces prochains jours, n’est rien de moins que la défense des droits des parlementaires, des droits de l’opposition et donc, pour partie, de notre démocratie.

Gaston Monnerville [1897-1991] fut un illustre président du Sénat car hermétique aux pressions dont il fut la cible. En 1962, il proclamait : « C’est un fait d’expérience que, dans une république, lorsque la majorité veut étouffer les minorités, il se développe un esprit factieux incompatible avec la démocratie. Aussi les démocraties édictent-elles des formes constitutionnelles qui enlèvent au pouvoir exécutif – et même parfois au pouvoir législatif − le droit de prendre des dispositions contraires à la nature des institutions libres. »

La proposition de loi abrogeant le recul de l’âge effectif de départ à la retraite fait l’objet de toutes les manœuvres possibles pour empêcher le vote de la représentation nationale. L’examen de ce texte en commission, mercredi 31 mai, a vu un artifice encore jamais utilisé, la présidente de la commission des affaires sociales ayant simplement décidé que ne seraient pas examinés les sous-amendements déposés, au mépris du droit d’amendement.

Mais cela n’est rien comparé au scénario, cousu de fil blanc, écrit par la présidente de l’Assemblée nationale, sous la dictée du président de la République. Si l’on se fie à ses déclarations récentes, cette dernière s’apprête à déclarer irrecevables les amendements de rétablissement de l’article premier qui prévoit d’abroger le report de deux ans de l’âge de départ à la retraite.

Agir ainsi et empêcher l’examen d’un amendement rétablissant une disposition d’un texte initial, dont la recevabilité a été reconnue à deux reprises (par le bureau de l’Assemblée et par le président de la commission des finances) constituerait un précédent inédit et dangereux.

Nous rappelons, comme le disait Charles de Gaulle, qu’une Constitution, « c’est un esprit, des
institutions, une pratique ».

Macron et CFDT: mensonge et déni

Macron et CFDT: mensonge et déni

complètement acculé, le président lors de son interview hier n’a pas hésité à mettre en question la responsabilité particulière de la CFDT concernant l’absence de consensus sur la réforme des retraites. Un mensonge indigne dans la mesure où le premier syndicat de France a toujours été à la pointe justement pour faire des propositions crédibles en matière de progrès économique et social. Même l’idée de la réforme universelle des retraites reprise par Macron vient de la CFDT. Macon l’a promise en 2017 pour finalement décider d’une réforme ratatinée injuste et inefficace non pas universelle mais seulement paramétrique.

Macron est coupable d’une injure envers la CFDT et en particulier son secrétaire général Laurent Berger, un leader autrement plus responsable que l’aventurier au service de la grande finance et qui n’hésite même pas à prendre le risque du chaos pour satisfaire aussi son ego.

Ce n’est pas par hasard si la CFDT, 50 ans après sa création, est devenue majoritaire. C’est grâce à un travail de cohérence, un travail déterminé, un travail efficace que la CFDT a pu persuader de plus en plus de couches sociales. L’évolution sociologique a aussi favorisé la croissance de la CFDT avec l’élévation générale du niveau d’éducation et de formation.

Macron, avec cette accusation de la CFD,T pratique la politique de la terre brûlée car désormais le dialogue avec les syndicats réformistes aujourd’hui majoritaires en France va devenir hypothétique voire impossible. Qui par exemple va être en capacité de gérer la chienlit actuelle qui risque de se transformer en chaos. Sûrement pas Macron et sa clique de courtisans et de petits marquis transparents et incompétents.

Qui pour négocier les réformes nécessaires à la transformation économique et sociale? L’affaire n’est pas nouvelle, Macron éprouve un mépris à l’égard de toutes les institutions intermédiaires et particulièrement pour les syndicats. Fondamentalement, c’est un petit-bourgeois de droite inculte politiquement et immature psychologiquement.

Avant d’être président de la république Macon n’a jamais connu le moindre engagement. Il est complètement hors sol et n’a qu’une vue ésotérique des réalités. Un président, aussi chef des armées, qui a évité de faire son service militaire pour cause d’études ! Ce qui en dit long sur ses convictions républicaines et démocratiques.

Pendant ce temps-là, depuis parfois des dizaines d’années, des responsable CFDT à tous les niveaux géographiques ont inlassablement servis le progrès social et participé à la modernisation économique. Beaucoup ont sacrifié leur carrière professionnelle personnelle pour se mettre au service du progrès social , économique et sociétal. Au service de la justice et de l’efficacité.

La proposition de réforme universelle proposée par la CFDT en 2012

La proposition de réforme universelle proposée par la CFDT en 2012 revue de la CFDT, Jean-Louis Malys , secrétaire national de la CFDT, responsable de la politique des retraites.

Le système des retraites a été construit pour des des profils de carrière issus des Trente Glorieuses. Ces schémas de carrière étaient principalement linéaires et ascendants, avec une prédominance de l’emploi masculin. Ils sont aujourd’hui de moins en moins représentatifs de la réalité. Une réforme globale des retraites est indispensable pour éviter le creusement des inégalités entre ceux dont le parcours se caractérise toujours par la stabilité et ceux qui ont connu des mobilités, le chômage et la précarité. Si rien n’est fait, cette deuxième catégorie de salariés serait la grande perdante de la poursuite de réformes paramétriques au fil de l’eau. Un débat national sur une réforme systémique constitue donc aujourd’hui une étape incontournable.

Résumer la question des retraites à une simple équation financière est l’attitude la plus courante mais aussi la plus dangereuse. Elle aboutit soit à durcir indistinctement les conditions d’accès à la retraite, donc à creuser les inégalités, soit à revendiquer un statu quo intenable financé par une ponction grandissante sur la richesse produite sans souci des autres dépenses nécessaires comme l’éducation, la recherche, la santé ou la dépendance.

Au-delà de ses enjeux collectifs, la question des retraites renvoie chacun à sa situation : son âge, son 39 Jean-Louis Malys est secrétaire national de la CFDT, responsable de la politique des retraites. Jean-Louis Malys La position de la CFDT sur les retraites Pour une réforme systémique Cadres-cfdt, n°453. avril 2013 40 parcours professionnel et personnel, sa situation familiale, son patrimoine, ses aspirations, sa conception des temps de vie. L’écart entre la vision personnelle, pour ne pas dire individuelle, et la réponse économique, pour ne pas dire arithmétique, montre le défi que nous devons relever pour imaginer des solutions adaptées à notre temps, à ses réelles opportunités et à ses nombreuses contraintes. Depuis longtemps, avant 2010, avant même 2003 et 1995, la CFDT a choisi la voie de la lucidité et de l’ambition tout en assumant le prix de l’inconfort.

Le livre blanc de Michel Rocard en 1991 disait déjà l’essentiel : « Même avec des hypothèses économiques favorables au plein emploi, les régimes de retraite connaîtront des problèmes de financement, avec, à partir de 2005, l’arrivée massive à l’âge de la retraite des générations nombreuses de l’aprèsguerre. Là où on avait trois cotisants pour un retraité en 1970, on n’en compte plus que 1,9 en 2010 et 1,7 en 2040 dans les circonstances les plus favorables, 1,3 dans le cas contraire. » La réforme Balladur de 1993, en ne s’attaquant qu’aux retraites du privé et en éludant tout débat démocratique, a été un premier acte dont le caractère complexe et insidieusement douloureux n’a ni permis ni souhaité éclairer les vrais enjeux.

Une orientation confédérale de longue date En 2003, le mouvement social et les choix portés par la CFDT, au-delà des polémiques et incompréhensions suscitées, a porté les véritables enjeux qui n’ont cessé de s’imposer depuis lors : le choix entre la question de l’âge de départ et la durée de cotisation, la situation profondément injuste des carrières longues, celle des petites retraites, en particulier des femmes, l’enjeu de la pénibilité, et la situation des poly-pensionnés mise au grand jour par notre organisation. Entre ceux qui vantaient le « courage » de la CFDT et ceux qui hurlaient à la trahison, le temps a aujourd’hui fait son œuvre. Ceux qui n’ont cessé de prôner l’immobilisme ou la seule solution financière (« les riches peuvent 41 payer ») ont continué à avaler quelques couleuvres : abandon un peu honteux de la revendication des 37 ans et demi puis compromis (acceptable ?) pour la réforme des régimes spéciaux en 2008.

Le gouvernement Fillon prétendait quant à lui avoir résolu la question de l’équilibre des retraites par la réforme de 2010, tout en annonçant par avance qu’une nouvelle réforme paramétrique est d’ores et déjà programmée en 2018, voire avant, si la récession devait s’installer. Même si le gouvernement Ayrault prévoit une concertation sur les retraites à partir du printemps 2013, le temps du débat de fond sur ce thème n’est pas encore advenu et celui du consensus apparaît bien aléatoire. Débat et consensus sont-ils nécessaires ? Sont-ils possibles ? Nous continuons à le penser, sans pour autant imaginer qu’ils soient aisés l’un et l’autre. L’idée d’une réforme des retraites de grande ampleur fait partie des orientations confédérales depuis plus d’une décennie sous des appellations diverses, qu’il s’agisse d’une « refondation de la répartition » (congrès de Lille), d’une « réforme globale des retraites » (congrès de Nantes) ou d’une « harmonisation et consolidation de tous les régimes de retraites par répartition » (congrès de Grenoble). La réflexion s’est développée lors du Conseil national confédéral en mai 2008, où l’idée d’une réforme systémique des retraites a été formulée. Elle s’est également traduite en 2009 par la demande publique d’un « Grenelle des retraites ». Les enjeux politiques définis ainsi prennent en compte le triple défi de la démographie, de l’emploi et des inégalités.

Ils impliquent un débat de société pour préparer une réforme générale du système de retraite, afin de le rendre plus juste et pérenne financièrement, en tenant mieux compte des parcours professionnels, des parcours de vie et des aspirations des salariés. En 2010, les trois débats qui se sont tenus lors du congrès confédéral de Tours sur le thème des retraites précisent les contours d’une réforme globale et apportent L’idée d’une réforme des retraites de grande ampleur fait partie des orientations confédérales depuis plus d’une décennie. 42 des réponses à des questions majeures. D’une part, la durée de cotisation est confirmée comme le paramètre le plus juste.

Elle peut être augmentée pour tenir compte de l’allongement de la vie, à condition d’un renforcement des solidarités et des possibilités de choix des salariés. D’autre part, le financement du volet contributif des retraites doit s’appuyer sur les seuls revenus du travail tandis que les solidarités ont vocation à être financées par l’ensemble des revenus, y compris les revenus du capital. Enfin, une réflexion doit s’engager sur les conditions d’unification, à terme, des régimes de retraite pour répondre à des carrières de plus en plus sinueuses. À partir de ces décisions, nous souhaitons faire émerger un nouveau système de retraite, qui réponde aux enjeux de contributivité et de solidarité, tout en assurant la solvabilité financière à long terme, seule capable de rassurer les salariés, en particulier les plus jeunes générations. Le rendez-vous de 2013 et la nécessaire recherche d’un consensus Une demande de la CFDT La mobilisation de 2010 sur la réforme des retraites à laquelle la CFDT a activement participé a permis d’obtenir l’ouverture en 2013 d’un débat sur une réforme globale.

Il s’agissait d’une demande portée par la CFDT. L’article 16 de la loi de 2010 prévoit ainsi l’organisation d’une réflexion nationale sur « les objectifs et les caractéristiques d’une réforme systémique » des retraites à partir du premier semestre 2013. La tenue de ce débat a été confirmée lors de la grande conférence sociale qui s’est tenue en juillet 2012. La feuille de route qui en est issue prévoit un calendrier en trois temps. Un état des lieux a tout d’abord été réalisé à travers deux rapports successifs du Conseil d’orientation des retraites parus respectivement en décembre 2012 et janvier 2013 : l’un concernant les projections financières 43 à moyen et long terme, l’autre centré sur les questions de justice sociale et de lisibilité.

Cet état des lieux confirme la nécessité d’une réforme globale des retraites. Sur la base de ces travaux, une Commission sur l’avenir des retraites a été chargée par les pouvoirs publics d’identifier d’ici juin 2013 différentes pistes de réforme permettant « d’assurer l’équilibre des régimes (…) à court, moyen et long terme » et « d’en renforcer la justice, l’équité et la lisibilité »1. Une concertation se tiendra par la suite entre l’Etat et les partenaires sociaux sur « les évolutions souhaitables de notre système de retraite »2, préalablement à la décision de mesures par les pouvoirs publics à l’horizon fin 2013 – début 2014. Les positions des autres organisations syndicales Au sein des organisations syndicales, les oppositions à une réforme systémique restent nombreuses. La plupart d’entre elles s’opposent à l’idée d’un changement de système de retraite car, selon elles, la question du financement ne serait pas réglée par une telle réforme globale, qui ne permettrait pas de garantir le niveau des pensions.

Leur approche consiste implicitement à réduire la question des retraites aux ajustements paramétriques, en négligeant les dimensions sociétales et de redistribution et en privilégiant une approche exclusivement financière. Les logiques institutionnelles autour des organismes de retraite et les enjeux de pouvoir influent aussi sur ces positionnements. Les arguments utilisés sont souvent caricaturaux en affirmant contre l’évidence que le caractère systémique d’une réforme inclurait l’abandon automatique de la répartition ou que tout recul d’un système par annuités aboutirait à moins de solidarité.

Réduit à ces postures, le débat est clos avant d’avoir été engagé. Nous voulons faire ici la démonstration qu’une Une concertation se tiendra par la suite entre l’Etat et les partenaires sociaux sur « les évolutions souhaitables de notre système de retraite », préalablement à la décision de mesures par les pouvoirs publics à l’horizon fin 2013 – début 2014. 44 réforme systémique aboutit au contraire à consolider la répartition en la rendant solvable à long terme, et que la remise à plat des mécanismes de solidarité n’a d’autre but que de les rendre plus efficaces en les « fléchant » davantage vers ceux qui en ont besoin et en évitant certaines redistributions qui, par des mécanismes à la limite du compréhensible, aboutissent à servir ceux qui sont déjà bien lotis. Le positionnement des employeurs Les organisations d’employeurs se déclarent souvent favorables à un système par points voire revendiquent une réforme systémique. Ces positionnements sont motivés par une volonté d’individualiser la prise en charge des risques sociaux, de réduire les logiques solidaires quitte à favoriser les logiques de promotion de la capitalisation. Les objectifs de la CFDT ne sont évidemment pas ceux-là.

L’indispensable débat national La préparation du débat national sur une réforme systémique s’avère aujourd’hui indispensable. Sans réforme systémique, l’érosion des droits constitue une quasi-fatalité : pour le privé, par la baisse du taux de remplacement, pour le public, notamment dans l’hypothèse d’une remise en cause unilatérale de la règle des six derniers mois. La loi de 2010 portait en germes une nouvelle réforme paramétrique en 2018, voire même avant cette date en fonction de l’état des comptes. Or, la crise que nous subissons accélère leur dégradation et la CFDT se félicite que la feuille de route de la conférence sociale ait maintenu le rendez-vous de 2013. Revenons sur les dangers inclus dans le maintien en l’état des différents systèmes de retraite.

Empiler les mesures qui durcissent les conditions d’accès à une retraite pleine aboutit immanquablement à réduire le niveau de pension de ceux qui n’ont pas pu effectuer une carrière complète. Sans réforme systémique, l’érosion des droits constitue une quasi-fatalité. 45 Cela concerne les nouvelles générations et les femmes qui, pour une part croissante, sont des travailleurs pauvres et précaires. Les autres perdants sont les salariés ayant commencé leur carrière jeunes et ceux dont le métier pénible devient intenable ou dont la santé a été gravement affectée par de mauvaises conditions de travail.

De fait, l’écart va se creuser entre ceux-là et les salariés mieux lotis qui ont la chance d’avoir une carrière linéaire et complète. Nos systèmes de retraite actuels sont parfaitement adaptés aux profils des Trente Glorieuses. Ces derniers sont construits sur un schéma de carrière sans rupture ni mobilité. Ils récompensent les itinéraires ascendants et les promotions fulgurantes de fin de carrière. Ils favorisent les parcours conjugaux et les familles patriarcales stables.

Il faut être aveugle pour ne pas constater que cela ne concernera dans quelques années plus grand-monde. Les mécanismes actuels de solidarité existent bel et bien, ils représentent même 28 % du total des retraites directes et indirectes versées2. Qui en sont les contributeurs ? Qui en sont les bénéficiaires ? Diverses études le démontrent : les carrières plates et longues subventionnent les carrières dynamiques. Les dispositifs d’aide aux retraités parents sont très favorables aux salariés aisés et aux hommes, pas aux femmes, ni aux familles modestes. La prise en compte des périodes de chômage n’est que partielle et peut s’avérer dérisoire quand les temps de précarité se multiplient.

Et que dire des salariés poly-pensionnés (bientôt un retraité sur deux), dont le sort constitue par des mécanismes aveugles et incohérents une sorte de loterie où les perdants se consolent mal que d’autres bénéficient d’effets d’aubaine ? Des choix et des arbitrages complexes à assumer Les choix à opérer dans le cadre d’une réforme globale pour refonder l’esprit de justice sociale du système de retraite sont multiples. Ils engagent la société dans son ensemble sur le long terme, à l’horizon 2050. Une réforme rendrait compréhensible un partage des efforts entre générations, au sein de chaque génération, ainsi qu’en fonction 46 des autres besoins sociaux. Ces besoins recouvrent non seulement la problématique du vieillissement mais aussi les questions d’éducation, de formation et d’innovation.

La CFDT, en refusant de s’enfermer dans un discours uniquement contestataire, tente d’élaborer des solutions novatrices qu’elle verse ici au débat. Nous ne souhaitons pas copier tel ou tel modèle appliqué dans un autre pays. La réforme que nous voulons sera le fruit de débats et de compromis. Elle devra tenir compte du modèle social dont nous avons hérité et qui montre encore aujourd’hui pour l’essentiel son efficacité. Quelle est la part des richesses que notre société doit consacrer aux diverses conséquences du vieillissement de la population : dépenses de santé, dépendance et évidemment retraite ? Sans les réformes passées, justes ou injustes, nous frôlerions une dépense de 20 % du PIB rien que pour les retraites. En cette période où une croissance soutenue semble inatteignable, au moins à moyen terme, ne faut-il pas expliciter les arbitrages nécessaires avec les autres besoins en investissements matériels et immatériels pour préparer l’avenir ? Les cotisations patronales et salariales versées pour les seules caisses de retraite représentent 25 % du salaire brut d’un travailleur du privé.

Est-il possible d’aller au-delà alors même que les réformes paramétriques qui se cumulent indiquent aux générations qui payent ces cotisations que leur taux de remplacement ne va cesser de se dégrader ? Ce déséquilibre de la solidarité intergénérationnelle aggravé par le papy-boom est mortifère pour l’avenir de la répartition. Qui peut éluder cette question ? N’est-il pas nécessaire dans cette situation de mieux comprendre les mécanismes contributifs (comment une cotisation versée génère un droit imprescriptible à prestation) et ceux qui régissent les mécanismes de solidarité (périodes contraintes voire volontaires d’inactivité, prestations liées à la maternité) ? La CFDT pense qu’il faut distinguer les sources de financement de ces deux pans du système de retraites pour les rendre plus lisibles.

47 Des pistes à explorer Pour construire une réforme ambitieuse et source de confiance, nous devons nous interroger sur les mécanismes d’acquisition des droits. Les systèmes notionnels ou à points permettent davantage de maîtriser les périodes comptabilisées, les droits générés et l’origine du financement. Hors effets de déséquilibre démographique, les systèmes de retraite à points et notionnels, à partir des arbitrages des générations concernées, permettent davantage d’assurer l’équilibre financier dans une situation de croissance, et donc d’emploi, satisfaisante.

En même temps, le système par annuités, s’il est complexe et confus en termes de financements comme de droits acquis, permet à partir du paramètre de durée de cotisation de fixer des garanties de pensions qui sont aujourd’hui absentes (hors minimum contributif du régime général). Peut-on imaginer dans un dispositif simplifié et transparent, une combinaison associant un système d’acquisition contributif et solidaire utilisant une logique par points ou notionnelle avec des garanties actionnées au moment de la liquidation de la retraite s’inspirant du système par annuités ? Voilà une piste à explorer. Un système de retraite ainsi proposé doit pouvoir s’adresser d’une façon attractive à tous les salariés, quels que soient leurs statuts, afin d’absorber les mobilités au lieu de les sanctionner.

En même temps qu’une réponse aux difficultés liées aux situations des salariés polypensionnés, un système davantage unifié de retraite serait source d’égalité. Nous savons que cette perspective peut soulever des inquiétudes légitimes chez les fonctionnaires et les salariés bénéficiaires des régimes spéciaux. Mais l’histoire récente prouve que les mécanismes d’alignement vers le bas, presque honteux, sont à l’œuvre et qu’à refuser d’aborder ces questions franchement, on se retrouve dans des situations défensives inconfortables et à Peut-on imaginer dans un dispositif simplifié et transparent, une combinaison associant un système d’acquisition contributif et solidaire utilisant une logique par points ou notionnelle avec des garanties actionnées au moment de la liquidation de la retraite s’inspirant du système par annuités ? 48 l’efficacité discutable. Une telle réforme est évidemment ambitieuse et suppose un débat large permettant d’aboutir à une forme de consensus.

Nous n’ignorons pas le scepticisme ambiant car l’histoire sociale de notre pays a souvent jugé l’ampleur d’une réforme au degré d’affrontement atteint. Nous soupçonnons même qu’une forme de « scénarisation » de ces situations soit intégrée par les acteurs les moins enclins au dialogue social. Et si l’ampleur de la prochaine réforme des retraites se jugeait à l’aune de notre capacité collective à affronter les questions et à passer un compromis juste et compréhensible par le plus grand nombre ? Dans cette perspective, il faudrait évidemment rassurer les salariés les plus proches de la retraite en leur garantissant les avantages acquis dans les systèmes passés. Le nouveau système de retraite s’appliquerait progressivement aux générations plus éloignées de leur retraite.

Plusieurs hypothèses de mise en œuvre « en sifflet » ou de comptabilisation en parallèle des droits acquis à l’un ou l’autre de ces systèmes sont possibles. Cet aspect de la transition serait au cœur de la négociation pour offrir un système rénové aux jeunes générations sans sanctionner ou désespérer les plus anciens. De la même façon, l’architecture du futur système de retraite ainsi progressivement mise en place exclut dans un délai assez long un chambardement des diverses institutions qui collectent les cotisations, calculent les droits et versent les retraites. La perspective d’une unification progressive encouragerait évidemment les synergies et regroupements utiles en toute transparence, mais sans traumatisme. Depuis le début de l’année 2011, la CFDT a organisé en interne plus de trente débats qui ont réuni près de 1500 militants autour de ce thème.

La réflexion a été menée conjointement avec d’autres acteurs de la société : chercheurs, associations, intellectuels, représentants synLa perspective d’une unification progressive encouragerait les synergies et regroupements utiles en toute transparence, mais sans traumatisme. 49 dicaux. Réformer le système de retraite est un enjeu majeur pour maintenir une protection sociale de haut niveau fondée sur la solidarité. Il est de notre responsabilité d’éclairer ce débat et de tracer des perspectives, afin que tous les choix collectifs soient posés et que toutes les générations puissent légitimement garder confiance dans la répartition. 1 Cf. Lettre de mission du Premier ministre adressée à Yannick Moreau, Présidente de la Commission. 2 Cf. Feuille de route de la conférence sociale, juillet 2012. 3 20% si on exclut les pensions de réversion.

Interview Macron à la télé: Déni, mensonge et mépris

Interview : Macron à la télé: Déni, mensonge et mépris

Déni, mensonge et mépris, les trois qualificatifs les plus utiliser par les syndicats et l’opposition ( et même les républicains !) pour qualifier le discours d’un président aux abois qui promet maintenant de réduire le nombre de lois, de les saucissonner et de les condenser en quelques lignes. Résumé du Figaro:

«traditionnelles marques de mépris», a ainsi relevé Jean-Luc Mélenchon, «La foule est au peuple ce que le cri est à la voix», a-t-il ajouté.

«Ce président ne comprend pas les Français», a également abondé le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, sur les réseaux sociaux. Patrick Kanner, a à son tour fustigé sur Public Sénat l’«arrogance», la «suffisance», la «condescendance» et l’«irresponsabilité» du président.

La secrétaire générale des Verts s’est dite «glacée par la démonstration d’autosatisfaction du président Macron», et a dénoncé des propos «méprisants et mêmes offensants», ainsi que «la vacuité de ce qu’il propose».

«Les solutions proposées par le président de la République ne sont pas à la hauteur de la crise politique et économique que nous vivons», a aussi déclaré le chef de file des Républicains, Éric Ciotti.

Marine Le Pen a également évoqué un même «sentiment de mépris pour le peuple», et d’«inutiles blessantes et dangereuses provocations».

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger-très en colère- n’a pas attendu la fin de l’interview pour décocher un tweet au vitriol. «Déni et mensonge !», a-t-il écrit, en réaction aux propos d’Emmanuel Macron sur l’absence de compromis de la part des syndicats sur les retraites. Le chef du premier syndicat de France lui fait grief de «refaire l’histoire» et de «mentir sur la CFDT», dans le but de «masquer son incapacité à trouver une majorité pour voter sa réforme injuste».

Philippe Martinez a qualifié les propos d’Emmanuel Macron de «foutage de gueule», qualifiant l’interview de «lunaire».

Politique -Macron -télé: Déni, mensonge et mépris

Politique -Macron -télé: Déni, mensonge et mépris

Déni, mensonge et mépris, les trois qualificatifs les plus utiliser par les syndicats et l’opposition ( et même les républicains !) pour qualifier le discours d’un président aux abois qui promet maintenant de réduire le nombre de lois, de les saucissonner et de les condenser en quelques lignes. Résumé du Figaro:

«traditionnelles marques de mépris», a ainsi relevé Jean-Luc Mélenchon, «La foule est au peuple ce que le cri est à la voix», a-t-il ajouté.

«Ce président ne comprend pas les Français», a également abondé le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, sur les réseaux sociaux. Patrick Kanner, a à son tour fustigé sur Public Sénat l’«arrogance», la «suffisance», la «condescendance» et l’«irresponsabilité» du président.

La secrétaire générale des Verts s’est dite «glacée par la démonstration d’autosatisfaction du président Macron», et a dénoncé des propos «méprisants et mêmes offensants», ainsi que «la vacuité de ce qu’il propose».

«Les solutions proposées par le président de la République ne sont pas à la hauteur de la crise politique et économique que nous vivons», a aussi déclaré le chef de file des Républicains, Éric Ciotti.

Marine Le Pen a également évoqué un même «sentiment de mépris pour le peuple», et d’«inutiles blessantes et dangereuses provocations».

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger-très en colère- n’a pas attendu la fin de l’interview pour décocher un tweet au vitriol. «Déni et mensonge !», a-t-il écrit, en réaction aux propos d’Emmanuel Macron sur l’absence de compromis de la part des syndicats sur les retraites. Le chef du premier syndicat de France lui fait grief de «refaire l’histoire» et de «mentir sur la CFDT», dans le but de «masquer son incapacité à trouver une majorité pour voter sa réforme injuste».

Philippe Martinez a qualifié les propos d’Emmanuel Macron de «foutage de gueule», qualifiant l’interview de «lunaire».

Macron -télé: Déni, mensonge et mépris

Macron -télé: Déni, mensonge et mépris

Déni, mensonge et mépris, les trois qualificatifs les plus utiliser par les syndicats et l’opposition ( et même les républicains !) pour qualifier le discours d’un président aux abois qui promet maintenant de réduire le nombre de lois, de les saucissonner et de les condenser en quelques lignes. Résumé du Figaro:

«traditionnelles marques de mépris», a ainsi relevé Jean-Luc Mélenchon, «La foule est au peuple ce que le cri est à la voix», a-t-il ajouté.

«Ce président ne comprend pas les Français», a également abondé le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, sur les réseaux sociaux. Patrick Kanner, a à son tour fustigé sur Public Sénat l’«arrogance», la «suffisance», la «condescendance» et l’«irresponsabilité» du président.

La secrétaire générale des Verts s’est dite «glacée par la démonstration d’autosatisfaction du président Macron», et a dénoncé des propos «méprisants et mêmes offensants», ainsi que «la vacuité de ce qu’il propose».

«Les solutions proposées par le président de la République ne sont pas à la hauteur de la crise politique et économique que nous vivons», a aussi déclaré le chef de file des Républicains, Éric Ciotti.

Marine Le Pen a également évoqué un même «sentiment de mépris pour le peuple», et d’«inutiles blessantes et dangereuses provocations».

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger-très en colère- n’a pas attendu la fin de l’interview pour décocher un tweet au vitriol. «Déni et mensonge !», a-t-il écrit, en réaction aux propos d’Emmanuel Macron sur l’absence de compromis de la part des syndicats sur les retraites. Le chef du premier syndicat de France lui fait grief de «refaire l’histoire» et de «mentir sur la CFDT», dans le but de «masquer son incapacité à trouver une majorité pour voter sa réforme injuste».

Philippe Martinez a qualifié les propos d’Emmanuel Macron de «foutage de gueule», qualifiant l’interview de «lunaire».

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol