Archive pour le Tag 'déjà'

Page 4 sur 5

Hamon, de pire en pire, sollicite ceux qui ont déjà choisi

Hamon, de pire en pire,  sollicite ceux qui ont déjà choisi

De pire en pire pour Benoît Hamon qui tente de culpabiliser les électeurs en faveur de Macron à fin de les récupérer. Pas vraiment une stratégie de reconquête plutôt une attitude de looser qui acte son recul et sa probable défaite catastrophique. Benoît Hamon aurait mieux fait de rester au chaud dans l’appareil de direction du parti socialiste au lieu de tenter de revêtir un costume de présidentiable bien mal adapté à sa carrure. En slalomant à travers des courants du parti socialiste il avait réussi jusque-là à se tailler un petit statut de dirigeant qui pouvait l’amener tranquillement jusqu’à la retraite. En effet de rocardien, Hamon est devenu gauchiste, puis soutien de Hollande avant de lui tailler des costumes comme frondeur. Benoît Hamon avait pourtant fait preuve d’innovation en décrétant la fin du travail et en remplaçant l’emploi par un revenu universel. Une proposition qu’il a tellement rabotée qu’elle se réduit aujourd’hui à une augmentation du RSA. Des propositions économiques ubuesques qui s’expliquent essentiellement par le fait que Benoît Hamon entretien des relations approximatives avec le travail. En vérité Benoît amont (comme d’autres évidemment au PSU) n’a jamais travaillé sinon dans la politique ;  sa connaissance des réalités sociaux économiques est indigente, elle se nourrit surtout des discussions avec les autres responsables frondeurs crypto marxistes, le plus souvent anciens fonctionnaires ou apparatchiks comme lui. Benoît Hamon est une sorte de candidat hors sol, vainqueur un peu par défaut de la belle alliance populaire, une alliance populaire qui n’a que le nom puisqu’elle regroupait uniquement des socialistes plus un écolo en voie de disparition et une radicale de gauche néandertalienne. Au final, la belle alliance populaire pourrait n’être soutenue que par quelques pour cent des électeurs, en tout cas moins de 10 % si l’on s’en tient à la dynamique de Mélenchon qui siphonne le parti socialiste. Pour toute réponse à cette perte perspective de catastrophe, Benoît amont joue la clémence de d’Auguste : revenez pauvre pêcheurs, vous êtes pardonnés Le candidat PS à la présidentielle, Benoît Hamon, a en effet pardonné aux socialistes qui se seraient « trompés » en soutenant Emmanuel Macron, en disant « bienvenue » à leur retour, jeudi soir lors d’un meeting près de Montpellier. « Peut-être se sont-ils trompés? S’ils se sont trompés, bienvenue, votre famille est ici. La grande famille de la gauche est toujours ici et vous avez le droit de dire que vous vous êtes trompés parce que ça dit beaucoup de la confusion de cet homme-là », a-t-il lancé en visant Emmanuel Macron, longuement pris pour cible. Une plaidoirie complètement défensive tout au tant que nulle.

Sondage 2017 : Macron progresse déjà suite à l’alliance avec Bayrou

Sondage 2017 : Macron progresse déjà suite à l’alliance avec Bayrou 

Au lendemain de ce rapprochement, un baromètre réalisé par l’institut de sondages Ifop pour Paris Match donne la présidente du Front national en tête du premier tour avec 26,5% des voix.  Elle est suivie, 4 points derrière, par Emmanuel Macron (22,5%). Un score en hausse de 3,5 points par rapport à la dernière enquête, menée avant qu’il noue son alliance avec François Bayrou. François Fillon, qui dispute la deuxième place au leader d’ »En Marche ! », arrive troisième, avec 20,5% des intentions de vote. Le candidat des Républicains gagne, lui aussi, des points (+1,5).  Le trio est suivi de loin par les deux principaux candidats de la gauche. Benoît Hamon rassemble 13,5% des intentions de vote et se place devant Jean-Luc Mélenchon, crédité de 11% des voix. Lorsqu’il était considéré comme potentiel candidat, François Bayrou était crédité d’un score oscillant entre 5 et 6%.

Le Pen : sa candidature coûte déjà 20 milliards à la France

Le Pen : sa candidature coûte déjà  20 milliards à la France

Pour donner un ordre de grandeur c’est l’équivalent du coût de 150 000 logements. C’est le « risque Le Pen », qui  se traduit par une hausse immédiate des taux d’intérêt et par une baisse de la valeur et les entreprises. Pour éviter ce « risque Le Pen » les investisseurs quittent la France ou lui font payer plus cher ce qu’elle emprunte. Toujours pour l’immédiat la hausse des taux se traduit par un coût supplémentaire de 10 milliards pour l’État et à peu près autant pour les entreprises et les particuliers. Il faut ajouter à cela la baisse du cours des actions des entreprises françaises. D’ici les élections de 2017 ce coût pourrait être doublé. Au total avant même que Marine peine soit éventuellement élue ce sont 50 milliards qui pourraient s’envoler. En cause évidemment, un programme économique complètement démentiel. Si Marine Le Pen  devait être élue se serait rapidement la ruine du pays avec un coup d’environ 1000 milliards  découlant de la dévaluation, de l’inflation, des taux d’intérêt et de la perte de pouvoir d’achat. Le seul coût de la dette augmenterait de 500 milliards. La  tension s’accroît à deux mois du premier tour de l’élection présidentielle. Le rendement des obligations françaises à 10 ans a grimpé de sept points de base à 1,14% ce lundi vers midi, un pic d’une semaine et demi. Dans le même temps, celui des obligations allemandes à deux ans s’est replié de 4 points de base à un record : -0,85%. Le spread, c’est-à-dire l’écart de rendement entre l’OAT (obligations assimilables du Trésor) et le « Bund » à 10 ans, s’est élargi à 84 points de base, à son plus haut niveau depuis la fin 2012. Ce risque Le Pen va sans doute s’amplifier avec les derniers résultats des sondages.  En effet un sondage OpinionWay pour Orpi, les Echos et Radio Classique publié ce lundi montre justement que Marine Le Pen comble son retard sur ses principaux concurrents, François Fillon et Emmanuel Macron, au second tour : la présidente du Front national perdrait face au candidat LR à 44% contre 56% et face au meneur d’En Marche! par 42% contre 58%. Par rapport au précédent sondage du 6 février, elle a progressé de 7 points et 5 points respectivement dans chaque hypothèse. Pour les investisseurs, cette progression représente un risque accru de « Frexit », de sortie de l’euro. Cette crainte touche tous les types d’actifs, y compris les actions des entreprises françaises. Les investisseurs voient dans le marché allemand un refuge. « Nous pensons que l’Allemagne est un bon moyen de se couvrir du risque politique français », conseillent ainsi les stratégistes Equity de J.P.Morgan.  « Dans le cas d’une victoire de Le Pen, l’indice DAX sera un relatif placement refuge dans l’Eurozone, comme cela fut le cas durant la crise de 2011-2012″. Ils n’hésitent pas à recommander de « shorter » le CAC 40, autrement dit être acheteur du DAX, le principal indice de la Bourse de Francfort, et « vendeur » du CAC, spéculer sur sa baisse. L’indice phare de la Bourse de Paris a d’ailleurs accusé le coup en milieu de séance ce lundi, avant de finir quasi inchangé.

Les Français travaillent déjà 39 heures par semaine mais moins que les autres européens

Les Français travaillent déjà 39 heures par semaine mais moins que les autres européens

 

Curieusement le ministère du travail fait savoir que la durée effective de travail dépasse déjà 39 heures par semaine sans doute pour désamorcer le débat à propos des 35 heures. Reste que la France est le pays où l’on travaille le moins en Europe.  Un sujet presque tabou : la durée réelle de travail des français, la plus faible d’Europe. Ce qui explique notamment l’insuffisance de compétitivité, la faiblesse de la croissance, le taux de chômage et le haut niveau des dépenses de protection sociale même si d’autres facteurs explicatifs sont à prendre en compte comme le poids et le coût de l’administration Les salariés français à temps complet ont en moyenne travaillé en 2015 moins que leurs collègues européens selon une étude de l’institut Coe-Rexecode publiée mercredi 15 juin. La durée effective annuelle moyenne de travail des salariés à temps complet en France (déduction faites des congés, RTT, arrêts maladie indemnisés…) était en 2015 de 1.646 heures, en recul de 14 heures par rapport en 2013, écrit la société de recherches économiques proche du patronat, en effectuant son propre calcul sur la base de données fournies par l’office européen de statistiques Eurostat. Cette moyenne est « la plus faible des 28 pays de l’Union européenne », la France passant en 2015 derrière la Finlande. Le pays où les salariés à temps complet travaillent le plus est la Roumanie (2.080 heures). L’écart est de 199 heures avec l’Allemagne et de 228 heures avec le Royaume-Uni. Avec nos voisins latins, Italie et Espagne, il est respectivement de 130 et 165 heures. Avec l’Allemagne, le fossé s’est creusé de 13 heures en deux ans, essentiellement en raison d’absences pour congés annuels et RTT plus élevées, alors qu’il s’était resserré entre 2010 et 2013, explique Coe-Rexecode. A l’échelle de la France, les durées annuelles effectives de travail varient selon les secteurs: industrie (1.649 heures), construction (1.665), services marchands (1.718 heures). Dans les services non marchands (administration publique notamment, santé humaine et action sociale), elle est sensiblement plus faible (1.569 heures). Du coup les informations données par le ministère du travail relatives à la seule durée hebdomadaire sont à relativiser. Les salariés à temps complet travaillaient en moyenne 39,1 heures par semaine en 2015, selon les données du ministère du Travail. Ils dépassaient donc la durée légale hebdomadaire, fixée depuis 2002 à 35 heures, pour retrouver le niveau des années 2005-2006, en reflux par rapport aux 39,5 heures atteintes en 2011 à l’apogée du dispositif de défiscalisation des heures sup.

La gauche française «peut devenir la plus bête du monde», c’est déjà fait

La gauche française «peut devenir la plus bête du monde», c’est déjà fait

 

Manuel Valls, interviewé par France 24 et RFI a déclaré craindre que la gauche ne devienne la plus bête du monde pour motif qu’elle est incapable de se rassembler. On peut préciser : ‘c’est fait depuis longtemps. Valls veut rassembler mais rassembler quoi tellement les différences sont devenues incompatibles. Il devrait le savoir mieux que quiconque lui qui voulait faire éclater la gauche traditionnelle il y a encore quelques mois. Comment en effet rechercher un  regroupement cohérent entre des crypto marxistes, des souverainistes, des keynésiens, des étatistes, des sociaux démocrates et des libéraux ? Autrement dit comment rassembler des courants représentés aujourd’hui par Mélenchon, Montebourg, Hamon, Valls et Macron. C’est l’union de lui et du vinaigre, un mélange illusoire qui peut tenir l’instant d’un congrès comme c’est le cas depuis celui d’Épinay mais qui ne résiste pas  aux réalités. Le courant socialiste s’il veut exister encore devra nécessairement se recomposer sur la base d’une analyse des réalités et non d’une vision qui date de 30 40 ans voire davantage.  Le Premier Ministre a cependant  lancé un nouvel appel au rassemblement afin d’éviter l’élimination de la gauche au premier tour de la présidentielle de 2017. Un appel pas vraiment entendu par Emmanuel Macron ou Arnaud Montebourg pour le moment. «Qui peut rassembler toutes ces personnalités ?», a commenté Manuel Valls. « Comme le dit (le patron du PS) Jean-Christophe Cambadélis très justement, nous serions la gauche la plus bête du monde. La gauche française peut le devenir. Elle n’est pas à la hauteur de ses responsabilités», a-t-il accusé.

Accord climat : déjà obsolète

Accord climat : déjà obsolète

Selon une étude scientifique, en l’état actuel des choses, les projets des Etats pour réduire les émissions de GES sont nettement trop timorés pour atteindre les objectifs fixés dans l’accord de Paris signé lors de la COP21 en décembre dernier. L’accord de Paris assigne l’objectif de limiter la hausse des températures moyennes mondiales « bien en dessous » de 2° Celsius au-delà du niveau de l’ère préindustrielle, et de se rapprocher de l’objectif de 1,5°. « Nous avons vraiment un problème », a dit à Reuters Robert Watson, scientifique américano-britannique qui compte parmi les sept auteurs de l’étude. « Si les Etats veulent vraiment chercher à ne pas dépasser la barre des 2°, ils doivent doubler, voire tripler leurs efforts par rapport aux engagements pris à Paris », estime-t-il.Selon l’étude menée par Watson et les autres scientifiques, la barre des 2° « pourrait être atteinte d’ici 2050, même si les objectifs de Paris sont pleinement mis en oeuvre ».

(Avec Reuters)

Brexit – pétition pour un nouveau référendum déjà plus de deux millions de signatures

Brexit – pétition pour un nouveau référendum déjà plus de deux millions de signatures

 

Nombre de Britanniques se sont réveillés dimanche matin avec la gueule de bois. Il y a bien sûr ceux  qui ont voté contre le brexit conscients des conséquences néfastes et qui ont d’ailleurs lancé une pétition pour un nouveau référendum ; une pétition qui recueille déjà plus de 2 millions de signatures. Mais la gueule de bois aussi pour beaucoup qui ont voté en faveur du brexit et qui commence à découvrir les enjeux  de ce vote. Pour preuve le fait que sur Google les recherches les plus demandés -et massives- portent sur « que signifie le brexit  et qu’est-ce que l’union européenne ». La démonstration sans doute que beaucoup se sont positionnés en instrumentalisant le référendum pour d’autres objectifs que la question posée. Il y a d’abord évidemment l’hypocrisie des politiques qui ont joué sur le populisme pour se maintenir en place. C’est le cas notamment de David Cameron qui n’a dû sa réélection qu’à la promesse d’un référendum dont il espérait le résultat négatif. Autre exemple celui de Boris Johnson, ancien maire de Londres, qui lui s’est positionné au dernier moment en prenant le contre-pied de Cameron uniquement pour prendre sa place comme Premier ministre. Notons d’ailleurs que les deux demandent  désormais de décaler de plusieurs mois le début du processus de désengagement de l’union européenne. Ils prennent seulement conscience des possibles dégâts considérables de ce vote. Un vote qui va d’abord engager l’éclatement de la Grande-Bretagne avec le référendum très possible de l’Écosse concernant son indépendance. La menace aussi de l’Irlande du nord pour la même raison. Au plan économique et financier la plus grande conséquence concernera sans doute la place financière de Londres dont certaines activités pourraient être transférées à Francfort, Paris ou Amsterdam. Enfin redevenu un pays tiers comme les autres la Grande-Bretagne aura plus difficilement accès aux marchés de biens et de services de l’union européenne. Pas étonnant si les responsables britanniques souhaitent maintenant mettre la pédale douce pour quitter l’union européenne. La pétition qui a déjà recueilli plus de 2 millions de signatures ne changera rien sur le plan juridique mais comme un débat au Parlement est obligatoire (Le Parlement se doit d’examiner une pétition à partir du moment où elle dépasse les 100.000 signataires) on peut s’attendre un débat très animé sur les responsabilités des uns et des autres. 

Coût grèves Air France: déjà plus de 40 millions

Coût grèves Air France: déjà plus de 40 millions

La tête à peine sortie de l’eau en 2015 la compagnie Air France pourrait replonger dans le rouge rapidement. En raison de la récente grève dont le coût pourrait dépasser les 40 millions. Un coup direct qui n’intègre pas les effets indirects sur l’image et la fréquentation future du transporteur aérien. Une grève qui en tout cas n’encouragera pas la direction à rééquilibrer les activités entre KLM et Air France au profit de la compagnie française comme le réclame les pilotes français. Une grève par ailleurs condamnée par le syndicat des pilotes néerlandais de KLM qui eux ont accepté le plan de productivité que les pilotes français refusent. Une grève qui ne constitue pas un grand succès syndical puisque la compagnie a réussi à maintenir 80 % du trafic ; on s’interroge même parmi les pilotes sur la pertinence de ce mouvement et sur ses conséquences désastreuses. L’impact financier des quatre jours de grève observés depuis samedi par les syndicats de pilotes d’Air France dépasse probablement « les 40 millions d’euros », a déclaré mardi 14 juin le PDG d’Air France Frédéric Gagey. Une rencontre « d’ici la fin de la semaine pour une reprise du dialogue dans un contexte qui n’est plus un contexte de grève » sera proposée aux syndicats, a-t-il ajouté précisant que la compagnie a « réussi à tenir 80% des vols ». Il a estimé qu’il s’agissait d’une « grève perdante pour Air France ». « Je pense qu’on dépasse les 40 millions, mais les chiffres définitifs seront publiés lors des résultats du premier semestre », a-t-il ajouté dans un entretien téléphonique précisant qu’il « faut également voir quel sera l’impact dans la durée, c’est-à-dire à quelle vitesse les clients reviennent ».  »40 millions, c’est (le coût d’un avion et demi en moyen-courrier, c’est beaucoup d’argent », a-t-il poursuivi. « C’est une grève perdante pour Air France. Je comprends ce besoin d’exprimer les ambitions, le besoin de croissance, mais ce n’est pas en (…) limitant la capacité financière de la compagnie qu’on favorise le potentiel d’ambition pour Air France », a-t-il poursuivi.

(Avec Challenges et AFP)

SNCF : la grève a déjà coûté 300 millions « (Pepy)

SNCF : la grève a déjà coûté 300 millions «  (Pepy)

 

10 % de grévistes qui suffisent à entraîner de graves conséquences pour la SNCF. Des conséquences immédiates avec des pertes financières que le patron de l’entreprise Guillaume Pépy  chiffre d’ores et déjà à 300 millions. Mais des conséquences encore plus graves pour l’avenir par exemple qui pourraient entraîner la suppression totale du fret SNCF ou qui pourrait inciter des régions à recourir à d’autres opérateurs pour les dessertes régionales (TER). En clair ces  grève vont encore aggraver une situation financière déjà catastrophique qui se caractérise par un énorme endettement de 40 milliards   »Cette grève est incompréhensible pour les usagers, martèle Guillaume Pepy, qui confie au JDD que le coût du mouvement atteint aujourd’hui près de 300 millions d’euros. Je ne m’adresse ni à Philippe Martinez, ni aux fédérations syndicales, mais aux cheminots, à leur sens de la solidarité et du service public. Au bout de 14 jours, les grévistes perdront la moitié d’un salaire en pure perte puisque leur régime de travail est maintenu. »  La problématique sociale compliquée n’est pas nouvelle à la SNCF pas plus que sa situation économique. Depuis des décennies l’entreprise et engluée dans son manque de compétitivité, de qualité et dans une situation financière intenable. Elle ne cesse de voir sa dette s’amplifier et dans le même temps ne cesse d’enregistrer des pertes de marché au point que sur la tendance des pans entiers de l’activité pourraient disparaître entre parenthèses(le fret, les Intercités très déficitaires voire les liaisons régionales qui risquent d’être concurrencées par d’autres opérateurs). À cela s’ajoute la libéralisation qui va permettre à des opérateurs privés d’intervenir y compris sur les grandes lignes voyageurs. Un problème que certaines organisations syndicales,  certains cheminots, complètement enfermés dans leur culture corporatiste veulent ignorer. Il faut dire que pendant longtemps cette ignorance a été longtemps entretenue  par les différents gouvernements et la direction complètement traumatisés par la perspective d’une grève.  Il est pourtant clair que comme de l’évolution des marchés les cheminots doivent accepter de faire de très gros efforts et à moins de favoriser la disparition de l’entreprise. Encore  faudrait-il procéder à l’analyse des grandes évolutions le marché des transports. Un marché des transports qui justifient cependant une régulation plus ferme  mais qui ne peut être figée pour maintenir des conditions sociales de cheminots dépassées.  .  Chez les cadres de l’entreprise publique, en tout cas c’est la soupe à la grimace. « On a l’impression d’avoir travaillé pour rien et que l’Etat hypothèque notre avenir », confie l’un d’eux. Certains ont décidé hier de lancer une pétition en ligne baptisée Appel de cheminots SNCF au gouvernement. On peut y lire notamment : « Si nous n’améliorons pas notre efficacité, alors nous devrons réduire nos effectifs et entrer dans une spirale infernale. Cette histoire, d’autres entreprises, comme la SNCM dernièrement, l’ont vécue. » Hier soir, la pétition comptait 882 signatures.

 

 

Croissance France : déjà la fin de la reprise ? (Banque de France)

Croissance France : déjà la fin de la reprise ? (Banque de France)

C’est ce qu’on pourrait se demander après les dernières prévisions de la Banque de France. Il se pourrait en effet qu’on assiste à un tassement pour les deuxième,  troisième et quatrième trimestres après un premier trimestre relativement dynamique qui affichait une progression de 0,6 %. Du coup l’acquis  de croissance est d’ores et déjà de 1,1 % et la Banque de France ne prévoit pour l’ensemble de l’année 2016 qu’une hausse de 1,4 % du PIB. En cause le tassement de la croissance mondiale depuis le deuxième trimestre également des causes spécifiques à la France notamment les grèves et les inondations. Des grèves qui pourraient coûter entre 0,1 % et 0,3% et la suppression jusqu’à 300 000 emplois. Concernant les inondations, Selon une étude de l’OCDE publiée début 2014, les effets d’une crue comparable à celle observée en 1910 seraient les effets suivants : 5 millions de personnes seraient directement affectées ; 1,5 million de personnes seraient privées d’électricité ; 5 millions de personnes seraient affectées par des coupures d’eau ; 1,3 million de personnes seraient privées d’eau potable. Le coût des dommages matériels s’élèverait entre 3 et 30 milliards d’euros – une fourchette très large – et 400.000 emplois seraient directement affectés, ce qui se traduirait par un recul du PIB compris entre 0,1 % et 3 % sur cinq ans.

Commerce transatlantique (Tafta) : la France mollit déjà

 

 

La menace française, évoquée la semaine dernière par François Hollande lui-même n’aura pas duré longtemps. En effet sous la pression de Merkel, qui veut parvenir rapidement un accord sur le traité transatlantique, la France et l’Allemagne ont en effet » harmonisé » leur position. « La France et l’Allemagne soutiennent la conclusion d’un accord de libre-échange avec les États-Unis qui soit ambitieux, équilibré et mutuellement bénéfique », peut-on y lire. « Si nous voulons un accord ambitieux et équilibré, les questions autres que les droits de douane sont essentielles », ajoutent les deux secrétaires d’Etat. « Ces questions incluent, entre autres, la convergence réglementaire, des engagements significatifs sur les marchés publics, les services, les indications géographiques et la suppression des obstacles non-tarifaires inutiles, en particulier dans les secteurs industriels et agroalimentaires. » Pour la France et l’Allemagne, l’accès des entreprises européennes à tous les marchés publics américains, et pas seulement au niveau fédéral, est crucial. Dans le domaine agricole, les deux pays souhaitent un « résultat significatif en ce qui concerne les indications géographiques, y compris l’élimination de l’usage qui est fait aux États-Unis des semi-génériques pour les appellations de vins européens ». Un traité qui n’est pas anodin puisqu’il va concerner 40 % du pub mondial. L’objectif est de libéraliser les échanges entre l’Europe et les Etats-Unis, s un traité ultralibéral qui permettra de s’affranchir des réglementations nationales et même européennes et qui permettra aussi de traiter des différents par voie arbitrale dessaisissant ainsi de leur souveraineté les états comme l’Europe. Ainsi les trois quarts des réglementations relatives aux dimensions économiques, sociales, environnementales, sanitaires pourront être remises en question. Au-delà du fond, c’est aussi la démarche qui remise en question puisque ce traité transatlantique est négocié dans le plus grand secret entre les États-Unis et la commission. , la question du statut juridique du futur accord est devenue un sujet d’interrogation en France. Paris  souhaite en effet que le TTIP soit un « accord mixte », c’est-à-dire nécessitant la ratification du Conseil et du Parlement européen, mais aussi de l’ensemble des 42 parlements nationaux des États membres, un point juridique qui n’est pour l’instant pas garanti.

Nucléaire : La loi de transition énergétique déjà morte !

Nucléaire : La loi de transition énergétique déjà morte !

Avec la décision de Ségolène Royal d’autoriser la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires de 10 ans, de fait la loi de transition énergétique est déjà morte. Une loi pourtant votée en août 2015 ! Cette loi prévoyait de faire tomber à 50 % en 2025 la part de l’énergie tirée du nucléaire et à 30 % en 2030 celle tirée des énergies fossiles ou encore augmenter à 32 % à horizon 2030 la part des énergies renouvelables.  : Le parc existant en France a 30 ans d’âge moyen et la durée de fonctionnement de ce parc jusqu’à 50 ans, (voire jusqu’à 60 ans. Comme le propose le PDG d’EDF).  26 des 58 réacteurs français atteindront 40 ans d’ici à 2025. En réalité pratiquement aucun réacteur français ne sera arrêté en 2025. Au contraire leur durée de vie sera prolongée de 10 à 20 ans reportant encore beaucoup plus loin la réduction de la part de l’énergie tirée du nucléaire. De toute manière les objectifs fixés dans la loi de transition énergétique étaient déjà assez illusoires et  désormais deviennent complètement utopiques d’autant que la France n’a pas mis en place une véritable stratégie de développement des énergies renouvelables à la hauteur des enjeux. « Oui, je suis prête à donner ce feu vert, sous réserve de l’avis de l’Autorité de sûreté nucléaire ». La sortie de Ségolène Royal n’est pas passée inaperçue. La ministre de l’Écologie a indiqué qu’EDF pourrait allonger de dix ans la durée de vie de ses centrales nucléaires et s’est dit « prête à donner le feu vert » à cette nouvelle durée de vie qui passerait de 40 à 50 ans. Interviewée sur France 3, la pensionnaire de la rue de Grenelle a ainsi évoqué une énergie de « meilleur marché » grâce à des centrales nucléaires « déjà amorties ». Le patron d’EDF, Jean-Bernard Levy, avait déjà affirmé mi-février que « l’État avait donné son accord pour que nous modernisions le parc actuel de façon à ce que la durée de vie qui a été conçue pour 40 ans, nous la montions à 50 et 60 ans, sous réserve que la sécurité nucléaire soit garantie« .  Face à la crise financière dramatique d’EDF pas d’autre solution que le prolongement des centrales actuelles ;  ce que vient de décider dimanche. , la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal, une prolongation la durée de vie des centrales nucléaires françaises de 40 à 50 ans. Cette annonce fixée par un décret pluriannuel de l’énergie serait quasiment rédigée.   Du côté d’EDF, cette mesure était attendue alors que la société s’apprête à lancer un grand carénage. Cette opération devrait représenter un coût de 50 milliards d’euros sur dix ans selon EDF. La Cour des Comptes tablerait plutôt sur un coût de 100 milliards d’euros sur 15 ans. De toute manière la situation financière d’EDF est dramatique.  Récemment le patron d’EDF à ouvert la porte à de nouvelles modalités de financement du nucléaire. Et pour cause !  L’entreprise est sans doute au bord de la rupture financière en tout cas à moyen et long terme du coup ;  il faudra sans doute envisager pour les prochaines années une augmentation de l’ordre de 50 % du prix de l’électricité. D’une manière générale,  le coût de l’électricité d’origine nucléaire a été complètement sous-estimé en France comme dans le monde. Discrètement mais sûrement le patron d’EDF ouvre le débat pour un changement des modalités de financement des centrales nucléaires. Il faut dire que la situation financière d’EDF est intenable. Il faut d’abord apurer une énorme dette de 40 milliards, ensuite trouver 50 milliards (100 milliards pour la Cour des comptes)  pour les travaux permettant de prolonger la durée de vie du parc nucléaire actuel. Financer aussi au moins en partie les 25 à 50 milliards du site d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure en Moselle ; un site d’enfouissement qui va permettre de participer au démantèlement du parc nucléaire actuel. Un démantèlement dont le coût est fixé autour de 15 milliards et qui pourrait être plus proche de 100 milliards. Enfin il faudra faire face à un besoin de financement de 200 milliards à terme pour le renouvellement du parc nucléaire. Conclusion compte tenu de la situation financière catastrophique d’EDF il y a d’autres solutions que de prolonger la durée de vie du parc existant de 10 à 20 ans et d’augmenter le prix de l’électricité. Et la réduction de la part de l’électricité d’origine nucléaire à 50 % est reportée à l’horizon de 2050 voire au-delà.

Syrie : un accord déjà contesté par la Russie

Syrie : un accord déjà contesté par la Russie

 

L’accord signé vendredi par le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS) auquel appartient la Russie est déjà contesté par cette dernière. Pire sur le terrain la Russie et les troupes de Bachar al-Assad s’appuient sur cet accord pour trouver une légitimité aux bombardements des populations civiles et des rebelles modérés qui combattent l’État islamique. Manuel Valls, chef du gouvernement français, et le secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui assistent à Munich à la conférence annuelle sur la sécurité internationale, ont tous deux réclamé l’arrêt des bombardements russes dans les zones civiles. « La France respecte la Russie et ses intérêts, mais nous savons que, pour retrouver la voie de la paix, de la discussion, les bombardements des populations civiles doivent cesser », a déclaré le premier, s’adressant à son homologue russe Dmitri Medvedev. Le président français, François Hollande, avait tenu des propos identiques jeudi.  Dans un entretien accordé jeudi à l’AFP, Bachar al Assad a même affiché sa détermination à reprendre le contrôle de l’intégralité du territoire syrien. Le président syrien « se trompe s’il pense que le conflit peut être résolu par la force », a répliqué vendredi un porte-parole du département d’Etat.  Les forces gouvernementales ont néanmoins poussé leur avantage et se trouvent désormais aux portes de la province de Rakka, dans l’Est, dont elles ont été chassées en 2014 par les djihadistes de l’Etat islamique (EI), rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Elles chercheraient ainsi à prévenir une intervention au sol de l’Arabie saoudite contre l’EI, qui a fait de Rakka la « capitale » de son califat. L’armée syrienne a par ailleurs annoncé la reconquête de nouvelles zones de la région d’Alep. Sa progression, soutenue par l’aviation russe, le Hezbollah libanais et des combattants iraniens, a permis de couper la principale voie d’approvisionnement des rebelles en provenance de la Turquie voisine.

 

(Avec Reuters)

Sarkozy à la télé : déjà trop vu et trop entendu

Sarkozy à la télé : déjà trop vu et trop entendu

 

L’émission  de télévision des paroles et des actes consacrée à Sarkozy a été relativement suivie mais  il n’est pas certain que l’ancien président de la république ait réussi à convaincre au-delà de ses partisans habituels. tant sur la forme comme sur le fond cela a donné l’impression du déjà trop vu et trop entendu en 2012 bien sûr comme en 2007 comme en 2002. Sarkozy a fait du Sarkozy avec toutes les apparences du volontarisme mais enveloppé dans le plus grand flou sur le fond. D’une certaine manière Sarkozy fait du Hollande mais avec la fougue du tribun en plus ; exemple le plus significatif : celui des 35 heures. En fait il ne les remet pas en cause et propose  comme les socialistes de renvoyer  à une discussion au sein des deux entreprises. Pire il prévoit que les heures entre 35 et 39 seront rémunérées. Le contraire de ce que veulent Macron  et nombre d’experts économiques qui eux souhaitent le retour aux 39 heures sans aucune compensation salariale. Pourquoi ce flou, pourquoi cet attentisme ? Simplement pour ne pas déplaire à certaines couches moyennes et notamment aux cadres qui apprécient particulièrement la culture RTT. Une culture qui pourtant a fini de tuer la compétitivité française et qui est largement responsable de la très forte augmentation du chômage dans le pays. Pas étonnant, on à augmenter brutalement les coûts de 10 % pour une économie qui n’était déjà pas très compétitive. Certains objectent que cette augmentation de 10 % a été compensée par des efforts de productivité, ce qui n’est pas faux mais de toute façon ces efforts de compétitivité auraient été nécessaires sans les 35 heures compte tenu de l’environnement concurrentiel international. Les socialistes affirment que les 35 heures ont créé 400 000 emplois ils oublient de dire que la réduction du temps de travail a sans doute empêché la création de 2 millions d’emplois  ultérieurement. Dans de nombreux autres domaines Sarkozy a entretenu le même flou concernant par exemple la réduction des dépenses publiques. L’économie française a effectivement besoin d’un choc mais ce n’est sans doute pas avec du réchauffé qu’on le provoquera.

 

Le livre de Sarkozy : ça ressemble déjà à des mémoires

Le livre de Sarkozy : ça ressemble déjà à des mémoires

 

Sarkozy affirme le contraire pourtant ça y ressemble ;  l’ancien chef de l’État consacre en effet une longue partie au regret qu’il a de n’avoir pu engager de réformes plus radicales. Une sorte de mea culpa mais dont il fait endosser aussi la responsabilité à Fillon « à cause de ses silences ». Ce livre pourrait bien être le premier tome des mémoires de Sarkozy tellement il est discrédité dans l’opinion publique. D’après une enquête Elabe pour BFM TV  Sarkozy doit prendre sa retraite car il  est surtout animé par un esprit de revanche. Un sondage sans ambiguïté qui témoigne du rejet total de Sarkozy (à sa décharge Hollande est à peu près dans la même situation). Non seulement Sarkozy n’est pas regretté mais l’opinion publique ne supporte plus. Il faut dire que ses meetings électoraux sur le mode du one-man-show ont fini par lasser même parmi ses supporters.  Tout cela sent le réchauffé, le déjà entendu, le déjà vu. Sans parler du peu de crédit qu’on peut apporter à sa parole compte tenu de sa pratique passée. L’ampleur du rejet de Sarkozy est-elle qu’on ne peut plus écarter l’hypothèse qu’il se retire de lui-même pour la compétition de 2017. Près de trois quarts des Français (72%) jugent que Nicolas Sarkozy « a fait son temps », selon un sondage publié mercredi qui confirme la mauvaise passe traversée par l’ancien président. D’après cette enquête Elabe pour BFM TV, une majorité de personnes interrogées estime que l’ex-chef de l’Etat représente un handicap pour la droite (64%), divise les Français (70%) et est avant tout animé par un esprit de revanche (73%). Une majorité des sondés reproche également à Nicolas Sarkozy de ne pas savoir reconnaître ses erreurs (69%) et de toujours proposer les mêmes solutions (70%).  Les sympathisants de la droite et du centre, appelés à désigner en novembre prochain leur candidat pour la présidentielle de 2017, arrivent en majorité aux mêmes conclusions, même si les proportions sont moins nettes. Priées de dire si elles regrettaient l’époque où il était à l’Elysée, seules 31% des personnes interrogées ont répondu « beaucoup » ou « un peu », et 63% ont dit « pas vraiment » ou « pas du tout ». Du coup dans un tel contexte d’impopularité, Sarkozy a bien du mal à définir le statut de son livre.    »Ce n’est pas un outil de communication », ni une « déclaration de candidature » à la primaire de la droite et du centre qui aura lieu en novembre prochain 10 Sarkozy dans le JDD. « Je ne cherche pas à convaincre. Je cherche à expliquer.. Pour autant, « ce n’est pas du tout un mea culpa. C’est beaucoup plus important que ça. C’est un retour d’expérience », confie-t-il encore au JDD. Et, précise-t-il au cas où on douterait de la persistance de ses ambitions : « Ce ne sont pas mes mémoires » non plus dit-il. Peut-être alors un ouvrage qui précède son renoncement à la candidature pour 2017 ? 

Fabius : à l’âge de Macron, j’étais déjà Premier Ministre

Fabius : à l’âge de Macron, j’étais déjà Premier Ministre

 
Une petite pique de Fabius sur RTL à l’égard de Macron quand on lui demande son avis sur la popularité du ministre de l’économie. Question : «Il ressemble au jeune Laurent Fabius, Emmanuel Macron ? ». « Il a beaucoup plus de cheveux que moi », plaisante Laurent Fabius.  »Emmanuel est un homme brillant, mais je n’ai pas suivi exactement le même parcours car j’ai été élu assez vite, poursuit le ministre. J’avais tous les diplômes possibles et imaginables, comme lui », poursuit-il. « À son âge, vous étiez déjà député depuis cinq ans », relance le journaliste. « Quel âge il a Emmanuel ? », interroge le patron du Quai d’Orsay. « 36-37 ans », indique l’animateur. « Alors j’étais Premier ministre », répond Laurent Fabius, déclenchant les rires du public.  »Décidément, vous restez un animal politique ! », commente le journaliste. « Je ne fais pas de politique intérieure et, je vais vous faire une confidence, ça ne me manque pas », assure celui qui a été chef du gouvernement de 1984 à 1986.

Pétrole : déjà sous les 50 dollars

Pétrole : déjà sous les 50 dollars

 

Le prix du pétrole ne cesse de  reculer. Il est désormais sous la barre des 50 $ (43 à New York, 49 pour le Brent). Du coup on ne sait plus très bien jusqu’au pourrait aller cette baisse. La production est en effet très supérieure actuellement à la demande. Une demande déjà très faiblarde alors que l’OPEP a décidé d’augmenter encore sa production et qu’on attend les effets des prochaines livraisons de pétrole par l’Iran. La hausse de la production de Le Pen est commandée d’une part par la guerre des prix avec le pétrole de schiste des États-Unis, d’autre part par la nécessité pour certains pays de compenere la baisse des cours par une augmentation de la production (cas par exemple de l’Algérie qui se trouve du coup dans une situation financière délicate). En cause évidemment le tassement de la croissance mondiale comme en témoigne la baisse des commandes extérieures des grands pays exportateurs comme la Chine, le Japon ou l’Allemagne. La l’Allemagne ou contre toute attente on vient de constater une chute brutale du moral des investisseurs. Chute qui va peser sur l’ensemble de la zone euro et au-delà sur l’ensemble de l’économie mondiale. Le cours du baril de WTI a terminé à 43,03 dollars, mardi, au plus bas depuis mars 2009. Les investisseurs sont préoccupés par la croissance de la Chine, premier consommateur d’énergie. Ils s’inquiètent également du risque d’afflux d’or noir iranien à la suite de l’accord nucléaire conclu à la mi-juillet  Les espoirs de stabilisation du marché du pétrole se sont évanouis. Les cours du pétrole sont tombés au plus bas depuis 2009. Le cours du baril de « light sweet crude » (WTI), la référence américaine du brut, cédait cinq cents, à 43,03 dollars vers 18 heures à Paris, en repli de 4%, un niveau auquel il n’était plus retombé depuis mars 2009. Le baril de Brent, la référence européenne du brut, pour livraison à la même échéance, perdait 35 cents, à 48,83 dollars. « Le yuan chinois continue de s’affaiblir, ce qui pourrait laisser entrevoir un nouvel affaiblissement des cours de brut », a dit Daniel Ang, analyste chez Phillip Futures à Singapour. La Chine a abaissé de nouveau fortement mercredi pour le second jour consécutif le taux de référence du yuan face au dollar, accentuant la dévaluation de facto de la monnaie chinoise et semant le trouble sur les marchés des changes. Pour les investisseurs, cette décision chinoise traduit les préoccupations de Pékin pour la croissance alors que la Chine est le premier consommateur d’énergie et la deuxième économie mondiale. Son commerce extérieur est en difficulté, ainsi que l’ont montré les derniers chiffres. La décision de Pékin a eu aussi pour conséquence de renforcer le dollar face aux devises asiatiques. Or, toute hausse du billet vert renchérit d’autant le coût de l’or noir qui est libellé dans cette devise pour les acheteurs munis d’autres monnaies. Parallèlement, a souligné Daniel Ang, les fondamentaux – une offre pléthorique face à une demande languissante – n’ont pas bougé. Les Etats-Unis produisent une grande quantité d’or noir tandis que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) continue à dépasser son plafond théorique d’offre de 30 millions de barils par jour (bpj). De plus, les investisseurs s’inquiètent du risque d’afflux d’or noir iranien à la suite de l’accord nucléaire conclu à la mi-juillet avec les grandes puissances en échange d’une levée des sanctions économiques imposées à Téhéran.

Foot-OM : déjà la crise, pourquoi ?

Foot-OM : déjà la crise, pourquoi ?

Un match insipide, une défaite à domicile et dès le premier jour du championnat le départ de son entraîneur. Une saison qui débute vraiment mal pour l’OM. En fait la crise couvait déjà depuis un moment dans le club. Il y a d’abord le problème du propriétaire du club qui ne souhaite pas investir inconsidérément et de ce fait limite les capacités sportives de l’OM. Cette année on s’est même débarrassé des principales vedettes de l’équipe. Second élément le climat détestable entre le président et l’entraîneur. Un président plus proche de la jet-set que du terrain de foot. Déjà handicapé un recrutement à minima, l’OM devra aussi se passer de son  entraîneur qui a démissionné à l’issue du premier match. L’entraîneur a considéré que le club ne tenait pas ses engagements tant en ce qui concerne le recrutement que sa propre rémunération. L’équipe de Marseille entre maintenant dans une crise très profonde qui pourrait conduire jusqu’au changement de propriétaire car les supporters ne vont certainement pas admettre que le club s’enfoncent dans la médiocrité. « J’ai terminé mon travail ici, je vais rentrer dans mon pays » : ce sont les mots prononcés par Marcelo Bielsa devant des journalistes médusés, ce samedi soir au stade Vélodrome. ​ Quelques minutes après la défaite de l’OM face à Caen (0-1), l’Argentin a lu à la presse la lettre qu’il venait tout juste de remettre à son président, Vincent Labrune. Sa décision aurait été prise il y a deux jours, et n’aurait donc aucun rapport avec le résultat du match. Marcelo Bielsa reproche à la direction du club d’avoir tenté de modifier certaines clauses du contrat que les deux parties devaient signer cette semaine pour acter la reconduction de l’entraîneur jusqu’en 2017. Si l’on en croit le technicien, l’OM serait donc revenu sur certains engagements initiaux. Un revirement qui aurait incité Marcelo Bielsa à claquer la porte, un an après son arrivée sur la Canebière. « Je ne peux pas accepter la situation d’instabilité« , a-t-il dit, faisant lire par son interprète la lettre de démission qu’il a remise au président Vincent Labrune avant de venir prévenir les journalistes. Il a évoqué une discussion mercredi soir avec le directeur général de l’OM, et l’avocat de la propriétaire du club, Margarita Louis-Dreyfus. « Le club à travers deux personnes m’a communiqué qu’il voulait changer« , a expliqué Bielsa. Cette semaine, l’entraîneur semblait pourtant bien décidé à poursuivre l’aventure marseillaise. Il s’était même dit satisfait du recrutement, après une saison décevante achevée à la 4ème place de Ligue 1. Adulé dans les travées du Vélodrome, « El Loco » va laisser un grand vide dans le cœur des supporters marseillais. Il plonge surtout le club dans la crise, dès la 1ère journée du championnat.

Corée du Nord : déjà en retard d’un siècle, retarde son heure de 30 minutes

Corée du Nord : déjà en retard d’un siècle, retarde son heure de 30 minutes

Le dictateur fou de Corée du nord n’en finit pas d’innover, cette fois c’est encore le grand changement : celui de l’heure  qu’il retarde de 30 minutes. La Corée du nord  pourtant en retard d’un siècle dans tous les domaines notamment sur le plan économique puisqu’elle ne peut vivre sans l’aide alimentaire internationale. Cette décision du dictateur fou et évidemment pathétique mais cependant moins grave que ses déclarations de guerre réitérées contre tout le monde y compris les Etats Unis. Il serait temps que la Corée du nord  se débarrasse de ce dictateur fou et se mette à l’heure du monde moderne du point de vue économique sociale et démocratique. La Corée du Nord a donc annoncé vendredi 7 août l’adoption d’une nouvelle « heure de Pyongyang »: la mesure du temps imposée il y a plus d’un siècle par des « impérialistes japonais cruels » sera jetée aux orties et toutes les horloges du pays retardées de 30 minutes. À compter du 15 août, il sera GMT + huit heures et demie en Corée du Nord, soit 30 minutes plus tard qu’en Corée du Sud qui, à l’instar du Japon, est à GMT + 9. Ce changement d’heure, qui a obtenu le feu vert mercredi du Parlement nord-coréen, marquera le 70e anniversaire de la libération de la péninsule coréenne du règne colonial japonais (1910-1945).  « Les cruels impérialistes japonais ont commis tant de crimes impardonnables, allant jusqu’à priver la Corée de son heure standard tout en piétinant ses terres, sans aucune merci », a rapporté l’agence officielle KCNA. À l’ère précoloniale, il était GMT + 08h30 en Corée mais le Japon avait imposé son heure standard en 1912. Le décret parlementaire traduit la « foi inébranlable et la volonté du peuple et de l’armée à l’occasion du 70e anniversaire de la libération de la Corée », ajoute KCNA.

 

Foot-PSG : déjà en forme

Foot-PSG : déjà en forme

 

En ce début de saison le PSG parait en forme après avoir remporté le trophée des champions. En tout cas plus en forme que l’équipe de Lyon qui après sa lourde défaite six à zéro face à Arsenal perd 2 à 0  face à Paris. Le champion de France a donc remporté le Trophée des champions face à l’Olympique Lyonnais (2-0) grâce aux buts d’Aurier (10e) et Cavani (17e), samedi 1er août. Dans ce match joué sous un soleil de milieu d’après-midi au stade Saputo de Montréal, puisque l’évènement est délocalisé chaque année depuis 2009, le PSG n’a pas eu besoin de forcer contre une équipe lyonnaise inoffensive et réduite à dix après l’expulsion de Gonalons (64e). Pour ce lever de rideau de la Ligue 1, qui reprend vendredi 7 août avec Lille-PSG en ouverture, Laurent Blanc a déployé son traditionnel schéma tactique en 4-3-3. Sans surprise, le nouveau gardien allemand Kevin Trapp a été conforté dans son statut de numéro un, au détriment de Salvatore Sirigu, laissé sur le banc. Thiago Motta et Javier Pastore pas encore prêts physiquement, Rabiot a joué en sentinelle et Lucas faisait partie du trio d’attaque avec Edinson Cavani et Zlatan Ibrahimovic. En face, Hubert Fournier avait aussi opté pour un 4-3-3 avec son nouvel attaquant Claudio Beauvue décalé à droite et son jeune Yassine Benzia placé à gauche puisque Nabil Fekir était suspendu. Sur les dix premières minutes, les Lyonnais s’emploient à tenir tête à leur adversaire. Il faut dire que l’objectif était avant tout de se rassurer une semaine après la gifle infligée par Arsenal en amical (6-0). Mais seule une frappe non cadrée d’Alexandre Lacazette, peu en vue sur le reste du match, résulte de cette entame appliquée. Or, sur la première occasion parisienne, à la 10e minute, David Luiz reprend un coup-franc d’une frappe puissante que Serge Aurier dévie au fond des filets.  Après cette ouverture du score, le PSG exerce une maîtrise totale. Il fait d’abord rapidement le break avec un missile à bout portant de Cavani (17e). À noter que le premier buteur, Aurier, était à l’origine de l’action. Ensuite, les Parisiens gèrent calmement le match en s’accaparant la possession. Alors que Kevin Trapp n’est jamais mis en alerte, les Lyonnais sont surclassés et manquent de voir l’addition se corser sur l’incroyable raté de Matuidi (44e) et le face-à-face manqué d’Ibrahimovic (61e).  Laurent Blanc profite de la physionomie du match pour offrir du temps de jeu à Stambouli, son autre recrue, Augustin, le jeune attaquant qui s’est révélé pendant la préparation, et Bahebeck. En revanche, Hubert Fournier perd gros avec le deuxième carton jaune de son capitaine Gonalons, désormais suspendu pour la première journée de Ligue 1. En tout cas, si cette affiche n’était que la première d’une longue saison, elle a au moins eu le mérite de montrer que le PSG, qui attend encore la signature d’Angel Di Maria, est déjà au point pour le championnat. Pour l’OL, quelques ajustements sont sans doute à prévoir.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol