Archive pour le Tag 'déficit commercial'

Japon: doublement du déficit commercial

Japon: doublement du  déficit commercial

En juillet, la troisième puissance économique mondiale a subi un déficit commercial de presque 1.024 milliards de yens (7,88 milliards d’euros), 93,7% plus élevé que celui de l’an passé à la même époque. Il  s’agit du 13e mois consécutif de déficit enregistré par la balance commerciale du Japon, une série inédite depuis plus de 30 ans pour un pays autrefois habitué à des excédents soutenus par la puissance de ses industries exportatrices (électronique, automobile, etc.).  L’archipel doit en effet importer nettement plus d’hydrocarbures depuis l’accident nucléaire de Fukushima de mars 2011 qui a entraîné l’arrêt, par précaution, de la quasi totalité des réacteurs du pays.   »La facture des importations restera élevée, à moins que des réacteurs nucléaires soient relancés » en nombre, ce qui est très incertain à court terme, a prévenu Takeshi Minami, économiste à l’Institut de Recherche Norinchukin. « Il est probable que le déficit se prolonge pendant quelques années », a-t-il expliqué à l’AFP.  Le renchérissement de la facture énergétique a été aggravé depuis la fin 2012 par la dépréciation du yen, entraînée par la perspective d’une politique monétaire assouplie sous l’égide du dirigeant conservateur Shinzo Abe, redevenu Premier ministre en décembre.  Face au dollar, le yen valait en moyenne 24,3% de moins en juillet qu’au même mois de 2012, a précisé le ministère.  En conséquence, la valeur des importations a bondi de 19,6%, à 6.986 milliards de yens (53,74 milliards d’euros). La facture pétrolière a bondi de 30% et celle de gaz naturel liquéfié (GNL) de 17%. Le coût total des achats d’ordinateurs depuis l’étranger a en outre grimpé de presque 27%, celui des semi-conducteurs de 40% et celui des vêtements de 29%.  Hormis l’impact de la dépréciation du yen, M. Minami a évoqué « une hausse de la demande en GNL et en autres combustibles (pour les centrales électriques), à cause d’une fin prématurée de la saison des pluies et de l’arrivée d’une vague de chaleur », ce qui entraîne des besoins plus importants de courant pour les climatiseurs.  Il a aussi souligné que la demande du secteur privée avait crû, sur fond d’une certaine reprise de l’économie japonaise.  Par région, la hausse des importations a été particulièrement notable en provenance du Moyen Orient (+26%), principal approvisionneur d’hydrocarbures. Elle a été aussi nette depuis les pays d’Asie du Sud-Est (+20%) et depuis la Chine (+18%), le principal fournisseur du pays (tous produits confondus) envers qui le déficit des échanges japonais s’est accru.  Toujours en juillet, les exportations ont pour leur part augmenté en volume de 1,8% sur un an, leur premier rebond constaté en 14 mois. Elle se sont élevées de 12,2% en valeur à 5.962 milliards de yens (45,86 milliards d’euros). Les contrats d’exportations japonaises sont souvent libellés en devises étrangères, notamment en dollar. Avec la dépréciation du yen, un même volume d’exportations – libellé au même prix en monnaie étrangère – va rapporter davantage en devise japonaise.  La valeur des exportations de machines a ainsi augmenté (+7%), tout comme celle des livraisons à l’étranger de semi-conducteurs (+15%) et de voitures (+17%).  Les ventes ont augmenté vers les Etats-Unis (+18%), le premier client de l’archipel juste devant la Chine (+9%). Fait remarquable, les exportations ont aussi vigoureusement grimpé vers l’Europe de l’Ouest (+14%), longtemps en récession mais où l’activité semble frémir.

 

Etats-Unis- déficit commercial : augmentation

Etats-Unis- déficit commercial : augmentation  

Le déficit commercial des Etats-Unis s’est aggravé bien plus fortement que prévu en mai sous l’effet d’une nouvelle poussée des importations et d’un recul des exportations, selon des chiffres publiés mercredi à Washington par le département du Commerce. Le solde, chroniquement déficitaire, des échanges de biens et de services du pays avec le reste du monde s’est établi à 45 milliards de dollars, en données corrigées des variations saisonnières, bondissant de 12,1% par rapport à avril et enregistrant sa plus forte dégradation depuis plus de deux ans.  L’ampleur de cette nouvelle aggravation, après celle enregistrée au mois précédent (+8,1%), a surpris les analystes qui tablaient sur une légère augmentation du déficit à 40,8 milliards de dollars.  Encore une fois, la balance commerciale américaine est plombée par le déficit sur les échanges de biens (63,4 milliards) alors que les services affichaient un excédent de 18,4 milliards, selon le ministère.  L’aggravation observée en mai tient globalement à une progression des importations (+1,9%, à 232,1 milliards) qui s’est conjuguée à un repli des exportations (-0,3% à 187,1 milliards).  Les importations de voitures et de pièces détachées ont ainsi atteint un niveau record, à 26,0 milliards de dollars (en hausse de 3,2% sur un mois), tout comme celles de produits alimentaires et de boissons (+4,2% à 9,9 milliards de dollars), selon le ministère.  Les achats de pétrole brut, qui pèsent pour près de 10% des importations, ont eux aussi plombé le déficit, en augmentant de 3,2% à 22 milliards.  Dans le même temps, les exportations américaines ont été notamment plombées par les ventes de produits alimentaires qui ont atteint leur plus faible niveau depuis près de trois ans à 9,9 milliards (-1,0%) et par le repli enregistré sur les produits pétroliers (-2,3% à 4,1 milliards).  En termes géographiques, le déficit commercial sur les biens s’est de nouveau aggravé avec la Chine en mai, flambant de 15,7% pour atteindre 27,9 milliards de dollars, selon des données non-corrigées des variations saisonnières.  Depuis plusieurs années, l’administration Obama cherche à réduire les déséquilibres commerciaux avec la Chine, accusée par Washington de pratiques déloyales et de sous-évaluer sa monnaie pour doper ses exportations.  Le déficit des Etats-Unis s’est en revanche nettement réduit en mai vis-à-vis de l’Union européenne, fondant de 13% à 10,8 milliards de dollars.  Les deux blocs doivent lancer en juillet des négociations commerciales visant à créer une des plus grandes zones de libre-échange dans le monde.

 

Hausse déficit commercial en avril

Hausse déficit commercial en avril

Selon les statistiques publiées vendredi par les douanes, le déficit d’avril, en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables, s’est élevé à 4,52 milliards d’euros contre 4,46 milliards en mars, un chiffre revu en baisse par rapport à la première estimation. Sur les quatre premiers mois de 2013, le solde de la balance commerciale est négatif de 20,17 milliards d’euros contre 23,94 milliards un an plus tôt. Le déficit de mars avait été annoncé à 4,76 milliards d’euros en première estimation. En avril, les exportations ont progressé de 4,1% à 37,83 milliards d’euros, soit un plus haut depuis août dernier. Selon les Douanes, les ventes ont progressé dans la quasi-totalité des branches d’activité, y compris l’automobile dont la reprise des exportations s’accentue, et le niveau des grands contrats est resté stable à un niveau élevé : 34 Airbus ont été livrés, tout comme en mars, ainsi qu’un paquebot et deux satellites. Dans le même temps, les importations ont augmenté de 3,8% à 42,3 milliards, une évolution due aux produits énergétiques mais aussi à la plupart des autres secteurs. Par zones géographiques, le déficit de la France avec le reste de la zone euro s’est contracté en avril à 3,2 milliards d’euros contre 3,9 milliards un mois plus tôt. Avec la seule Allemagne, il est revenu d’un mois sur l’autre de 1,79 à 1,65 milliard.

Chine : déficit commercial surprise en mars

Chine :  déficit commercial surprise en mars

Ce déficit constitue une « surprise » pour l’agence financière Dow Jones, qui avait interrogé un panel d’analystes prédisant en moyenne un excédent commercial de 14,7 milliards de dollars pour mars.  Sur l’ensemble du premier trimestre 2013, le commerce extérieur chinois reste toutefois excédentaire de 43,07 milliards de dollars, avec des exportations en hausse de 18,4% sur un an et des importations en progression de seulement de 8,4%.  Durant le premier trimestre, « le commerce avec l’UE et le Japon a décliné tandis que celui avec les Etats-Unis et l’ASEAN (Asie du Sud-Est) a fortement augmenté », a déclaré lors d’une conférence de presse le porte-parole des douanes chinoises, Zheng Yuesheng.  En 2012, le volume du commerce extérieur chinois avait progressé bien plus lentement que les années précédentes, les exportations augmentant de 7,9% pour atteindre environ 2.050 milliards de dollars tandis que les importations progressaient de 4,3% à environ 1.820 milliards de USD.   »J’ai pleinement confiance que nous atteindrons l’objectif de 8% (de croissance) du commerce extérieur cette année », a déclaré M. Zheng. Cet objectif, fixé autour de 10% l’an dernier, n’avait pas été atteint pour 2012 alors que la deuxième économie mondiale enregistrait sa plus faible croissance économique en 13 ans, à 7,8%. A vu des résultats du commerce extérieur pour le premier trimestre, « la croissance au premier trimestre va très probablement s’établir en-dessous de 8% », estime dans une note d’analyse Lu Ting, un économiste de Merril Lynch – Bank of America.  Ces chiffres jettent le doute sur la « solidité de la reprise » de la croissance économique en Chine, qui a connu un rebond au quatrième trimestre de l’année dernière, à 7,9% en rythme annuel, après sept trimestres consécutifs de ralentissement, juge pour sa part Alistair Thornton, économiste chez IHS Global Insight à Pékin. Lu Ting relève aussi que la consommation d’électricité n’a augmenté que d’environ 1% en mars et estime que la production industrielle devrait avoir augmenté légèrement moins le mois dernier qu’en janvier et février, lorsqu’elle avait progressé de 9,9%.  Le gouvernement doit publier lundi les chiffres de la production industrielle et de la croissance pour le premier trimestre. Cet analyste s’attend néanmoins à une accélération de la croissance au deuxième trimestre, soulignant que la hausse des importations est un signe d’augmentation de la demande intérieure.

Déficit commercial : hausse en janvier

Déficit commercial : hausse en janvier

 

 

Le déficit commercial de la France a augmenté en janvier, atteignant 5,862 milliards d’euros contre 5,418 milliards en décembre, en partie sous l’effet d’un recul des exportations de matériel de transport, ont annoncé jeudi les Douanes. «Très fermes en décembre, les exportations reculent en ce début d’année, du fait notamment d’un repli des ventes de matériels de transport (aéronautique et automobile)», expliquent les Douanes dans un communiqué. «En revanche, le dynamisme des exportations agricoles et agroalimentaires ne se dément pas», ont-elles précisé. Les importations ont aussi reculé mais moins nettement que les exportations. Les importations ont été de 42,597 milliards d’euros en janvier et les exportations de 36,735 milliards d’euros.

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

Etats-Unis : baisse du déficit commercial

Etats-Unis : baisse du  déficit commercial

Le déficit commercial des Etats-Unis s’est réduit en décembre à son plus bas niveau depuis près de trois ans, laissant entendre que l’économie américaine a réalisé une performance meilleure que prévu au cours du quatrième trimestre 2012. Le déficit du mois de décembre a atteint 38,54 milliards de dollars, selon les statistiques, corrigées des variations saisonnières, publiées mardi par le département du Commerce, bien au-dessous des 46,0 milliards attendus par le consensus des économistes. Au mois de novembre, le déficit commercial est ressorti à 48,61 milliards de dollars (révisé de 48,7 milliards dollars). Les exportations américaines de biens et services ont augmenté de 2,1% en décembre, à 186,37 milliards de dollars, tandis que les importations ont baissé de 2,7% à 224,91 milliards de dollars, après avoir augmenté de 3,8% en novembre. Le niveau du déficit enregistré en décembre poussera probablement Washington à réviser à la hausse son estimation, publiée fin janvier, du PIB au quatrième trimestre, qui fait pour le moment état d’une contraction de 0,1%. Sur l’ensemble de 2012, le déficit commercial américain a diminué de 3,5% à 540,36 milliards de dollars.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol