Archive pour le Tag 'défend'

Page 2 sur 2

Valls défend Merkel !

Valls défend Merkel !

Valls qui défend Merkel et son intransigeance en réponse aux critiques de DSK. La preuve que DSK a fait mouche sans doute. Valls utilise notamment des arguments assez douteux considérant que le commentaire n’est pas productif. En réalité cette accord était vraisemblablement souhaitable mais force est de constater qu’il ne résous rien de la crise générale de l’endettement d’une grande partie de l’Europe et encore mois de l’enlisement dans la croissance molle. Le premier ministre estime ainsi qu’il faut «avoir une vision volontariste et optimiste. Il ne faut pas regarder vers le passé. Je pense qu’on le verra en Grèce. On peut sortir progressivement de cette crise mais il faut prendre des initiatives pour conforter la zone euro. Tout ce la va dans le bon sens et cet accord était nécessaire. Nous, nous sommes dans l’action, pas dans le commentaire, et ce que souhaitent les Français et les Européens, c’est l’action et des résultats. Pas des commentaires de loin, pas en surplomb. Il faut être au cœur des problèmes.» L’ancien directeur général du Fonds monétaire international déplore les conditions dans lesquelles un accord avec la Grèce a été trouvé. Dans cette «lettre à ses amis allemands», Dominique Strauss-Kahn estime que la longue nuit de négociations après laquelle le premier ministre grec Alexis Tsipras a accepté un plan de sauvetage en échange de mesures draconiennes a été dictée par l’idéologie et non l’intérêt européen.

 

Pierre Moscovici défend la France le cul entre deux chaises

 

 

Au grand Jury RTL Moscovici a défendu la France trop attaquée de l’intérieur aussi de l’extérieur. Un coup de patte évidemment à la droite française mais aussi aux frondeurs, un autre coup de patte à certains pays européens dont l’Allemagne ( notamment à son ministre des fiances)  Moscovici tente de trouver le fragile équilibre entre sa qualité d’ancien ministre français et son nouveau poste de commissaire. Il proclame donc en même temps que ça va aller mieux pour la France mais qu’il lui faut des réformes ( sans doute celles qu’il n’a pas réalisées quand il était ministre du gouvernement français !).  La reprise est là en Europe. Elle est vraiment là. Elle va s’accélérer », assure Pierre Moscovici. En février dernier, Bruxelles a revu à la hausse la croissance de la zone euro qui devrait atteindre 1,7% en 2015 pour toute l’Union européenne et 1,3% pour la zone euro. « Pour la première fois depuis des années, l’Europe n’est plus un problème mais une partie de la solution« , ajoute le commissaire européen.  Quant à la croissance française, « elle est en train de redémarrer. De manière modeste cette année avec 1% de croissance, mais elle sera plus importante l’année prochaine (1,8%) », précise Pierre Moscovici. La vraie question est de savoir si la reprise est conjoncturelle ou durable. » Il y a des facteurs conjoncturels extérieurs très positifs avec la baisse de l’euro, la baisse des taux d’intérêt et la baisse des prix du pétrole. Il y a donc un alignement de planètes qui est positif mais si ça ne s’accompagne pas de réformes structurelles, celles qui changent l’économie en profondeur, ce ne sera qu’un feu de paille », prévient l’ancien ministre.    »La France est un grand pays, j’en ai marre qu’on lui tape dessus de l’extérieur mais aussi de l’intérieur. C’est insupportable. L’Europe a besoin de la France (…) Mais elle a besoin de plus de réformes« , conclut t-il.

 

Noyer défend le lobby des banques !!

Noyer défend le lobby des banques !!

 

Preuve que le gouvernement n’a plus aucune autorité sur administration, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer,  (un fonctionnaire), prend la défense des banques pour s’opposer aux taxes décidées par la France et l’Allemagne pour éviter une nouvelle crise bancaire. On croit rêver !  Monsieur Noyer devrait pourtant savoir que le risque d’une nouvelle crise systémique est grand car jamais les liquidités n’ont été auusi importantes, jamais la sphère financière n’a été autant surdimensionnée par rapport à l’économie réelle, jamais  même la spéculation n’a été auusi importante sur les produits dérivés sans parler des profits. Avec le surendettement généralisé, la spéculation, la  déflation, la fausse monnaie de la BCE, tout est réuni pour que la bulle financière éclate. Pourtant  Le gouverneur de la Banque de France s’est fait l’écho des inquiétudes des banques françaises, qui craignent que la multiplication des nouvelles contributions et taxes systémiques ne pèsent sur leur capacité à financer l’économie, et pressé le gouvernement de faire rapidement des choix sur le sujet. Dans une interview dans Les Echos, Christian Noyer juge en outre « surdimensionnée » leur contribution au futur fonds de résolution bancaire européen. Le ministre des Finances Michel Sapin a fait état début novembre d’un accord franco-allemand pour que les banques des deux pays participent chacune de leur côté à hauteur de 15 milliards d’euros à ce fonds, soit l’équivalent de 30% de son montant, alors que, en termes d’actifs, les banques françaises représentent moins de 25% du total européen. En attendant la montée en puissance du fonds de résolution, les banques françaises sont soumises à une « taxe systémique » nationale dont le projet de loi de finances rectificative présenté cette semaine prévoit qu’elle ne pourra être déductible de l’impôt sur les sociétés. »Je comprends l’inquiétude des banques françaises face à l’accumulation de contraintes domestiques et internationales qui risquent de peser sur leur activité », dit Christian Noyer aux Echos. « Elles ne peuvent notamment pas cumuler une contribution surdimensionnée au fonds de résolution unique européen et une taxe systémique, qui plus est désormais non déductible ». « Il faut faire des choix et vite, sinon tout ceci aura des conséquences sur le coût et l’offre de crédit », souligne-t-il. La Fédération bancaire française (FBF) a demandé mercredi au gouvernement de renoncer à la non déductibilité de la taxe sur le risque systémique, estimant que la mesure accroîtrait la charge fiscale des banques françaises de 900 millions d’euros sur trois ans.

Optimisation fiscale : Gattaz se défend ……mal

Optimisation fiscale : Gattaz se défend …mal

Pierre Gattaz se défend de pratiquer l’optimisation fiscale. En fait l’entreprise française paye peu d’impôts car elle a été souvent déficitaire tandis que les filiales à l’étranger elles sont bénéficiaires ; En fait il ne s’agit pas d’évasion fiscale mais ingénierie fiscale ; la plupart des grandes entreprises (présentes à l’étranger comme Total qui pendant des années n’a pas payé dimpôts sur les bénéfices)  sous-facturent  leurs p restions à leurs filiales et inversement ces filiales surfacturent  à la maison mère en France. Du coup on externalise les profits et on internalise les charges, ce qui diminue les impôts dans les pays fortement taxés comme en France.  C’est ce qu’affirme l’Humanité. Radiall, l’entreprise qu’il dirige, spécialisée dans les routeurs informatiques, paye de moins en moins d’impôts sur les bénéfices en France. Le quotidien l’accuse de placer les bénéfices à l’étranger. Sur France Info, il répond point par point.  Le président du Medef n’a pas apprécié l’article du quotidien L’Humanité accusant son entreprise, Radiall, de pratiquer l’optimisation fiscale pour faire baisser ses impôts en France. Et il ironise sur « cours d’économie pour débutants » que le journal de gauche lui permet de dispenser. Pierre Gattaz estime que les accusations d’optimisation fiscale sur son entreprise relèvent d’un « fantasme ».  Entre 2010 et 2013, la part des impôts sur les bénéfices payés en France par Radiall, fabricant de composants électroniques très présent à l’étranger dont le capital est contrôlé à 87% par M. Gattaz et sa famille, est passée de 25% à 3%, indique le journal. Ainsi le groupe ne s’est-il acquitté 200.000 euros d’impôts sur les bénéfices seulement en 2013, alors qu’il en paye six millions dans le monde, ajoute l’article. Sur un mode railleur, le patron des patrons explique que la loi française permet des « reports déficitaires » quand une entreprise perd de l’argent, ce qui a été le cas de Radiall pendant plusieurs années. La faiblesse de l’impôt payé est due à cette mécanique, détaille Pierre Gattaz, qui assure que si Radiall voulait faire de l’optimisation fiscale, elle aurait intérêt à rapatrier tous ses bénéfices en France pour éviter de payer des impôts sur ses filiales.

Touraine défend les pharmaciens, pas la sécu !

Touraine défend les pharmaciens, pas la sécu !

 

Proximité des élections oblige, Marisol Touraine défend maintenant les pharmaciens ; Il  faut dire qu’elle avait suscité beaucoup de critiques jusque là de la part des professions médicales libérales et à juste titre.  Touraine ne veut pas que les médicaments non remboursés soient vendus en grande surface et même avec la présence d’un pharmacien.  Contrairement à lavis de l’autorité de la concurrence. Touraine utilise des arguments très douteux car il y a longtemps que les pharmaciens ne sont plus que des distributeurs de médicaments et autres produits parapharmaceutiques. Mieux veut être pharmacien que médecin généraliste ; la rentabilité est nettement plus assurée (et les conditions de travail plus fonctionnarisées) parler de  la spéculation sur la vente du fonds de commerce vendu jusqu’à 100% du chiffres d’affaires ! Un prix que finalemenet rembourse en grande partie la sécurité sociale. Un bel exemple du corporatisme et d’un monopole.  Marisol Touraine assurait déjà, en octobre, que le gouvernement n’envisageait pas d’autoriser la vente de médicaments sans ordonnance en grande surface. La ministre de la Santé réaffirme sa position ce jeudi, répondant à l’avis de l’Autorité de la concurrence en faveur d’une libéralisation «limitée et encadrée» de la vente des médicaments non remboursés.  Elle «réaffirme son attachement au monopole officinal sur les médicaments, qui permet à notre pays de sécuriser leur dispensation et d’agir efficacement contre la contrefaçon, tout en garantissant l’accès de nos concitoyens aux médicaments sur l’ensemble du territoire», indique le communiqué du ministère.  

 

Le champagne défend son appellation ….et ses prix

Le champagne défend son appellation ….et ses prix

Plus de 3 milliards de bouteilles de vin effervescent sont produites dans le monde chaque année contre environ 300 millions de cols de champagne, « mais ces 10% focalisent toute l’envie des usurpateurs qui espèrent s’approprier un peu de la notoriété exceptionnelle du champagne qui est le vin le mieux valorisé au monde », constate Charles Goemaere le directeur juridique du CIVC.  Si les contrefaçons sont marginales, ce sont les usurpations légalisées par des pays producteurs de vins mousseux qui nécessitent un « travail diplomatique de longue haleine ».   »Nous sommes en négociation constante avec ces états via le ministère de l’Agriculture, l’Inao (Institut nationale de l’origine et de la qualité) et les ambassades pour faire reconnaître l’appellation champagne », explique M. Goemaere.  Entre 2005 et 2012, trente-quatre pays ont ainsi légiféré dans ce sens et interdit aux producteurs de vins effervescents d’utiliser le nom français.  Dernière victoire en date : le Brésil, où le mot champagne était un terme générique depuis 1974, a reconnu l’appellation champenoise en décembre 2012 à l’occasion de la visite de la présidente Dilma Rousseff à Paris.  Selon l’interprofession, le Canada et le Chili devraient être les prochains pays à signer d’ici deux ans des accords de protection.   »Cela va dans le sens de l’histoire, les consommateurs recherchent l’authenticité et la transparence, ils ne veulent pas de faux champagnes. Et c’est d’ailleurs l’intérêt des producteurs étrangers de valoriser par une appellation spécifique leurs propres vins », souligne Thibaut le Mailloux le porte-parole du CIVC.  Restent, selon lui, trois dossiers particulièrement difficiles : les Etats-Unis, la Russie et le Vietnam où des millions de bouteilles de vins gazéifiés sont consommées lors de la fête du Têt sous l’appellation champagne.  Aux Etats-Unis, une loi de 2006 permet aux vignerons utilisant l’appellation champenoise avant cette date de continuer à le faire à condition de préciser sur l’étiquette la provenance géographique, soit « California champagne » ou « Oregon champagne ».   »Ce sont des mousseux d’entrée de gamme vendus entre 4 et 10 dollars, mais les vignerons californiens qui produisent des vins de qualité n’ont pas besoin de notre nom pour exister », précise M. le Mailloux.   »La Russie, qui utilise systématiquement le terme +champanskoïe+ pour près de 250 millions de bouteilles pose également un large problème », regrette-t-il.  Les atteintes au luxueux label ne se limitent pas aux alcools pétillants, le service juridique du CIVC traite chaque année plusieurs centaines de cas de détournement de notoriété; du parasitisme qui touche tous les secteurs, de la cosmétique à la haute technologie en passant par des objets incongrus comme une balayette de toilettes ou encore une boite de pâté récemment trouvée en Argentine.   »On ne laisse rien passer, tous les cas sont traitées à l’amiable si possible, puis devant les tribunaux si le litige persiste », explique M. Goemaere.  En 1984, le CIVC avait fait condamner la Seita qui commercialisait des cigarettes « champagne », puis en 1993 Yves Saint Laurent pour un parfum du même nom.   »Nous voulons créer un réflexe pavlovien chez le consommateur pour qu’il n’associe le nom champagne qu’avec le vin produit en Champagne », souligne-t-on au CIVC.

 

Deneuve défend Depardieu, tu m’étonnes !

Deneuve défend Depardieu, tu m’étonnes !

Deneuve défend Depardieu, normal, elle a été longtemps en tâte des acteurs les mieux rémunérés, en 2012 elle a encore gagné 500 000 euros ; ans une lettre à Toretton, une lettre à caractère théâtral (mauvais) ; le fait d’être comédien ne donne aucune légitimité pour apprécier ce qui est démocratique ou républicain encore moins en matière littéraire.  L’actrice Catherine Deneuve signe vendredi dans Libération une tribune dans laquelle elle exprime sa « colère née des jugements à l’emporte-pièce » de Philippe Toretton à l’encontre de Gérard Depardieu.  »Ma colère est née de vos jugements à l’emporte-pièce (…). Et de cette mesquinerie ordinaire qui vous agite tant », écrit l’actrice, dans une lettre titrée : « Monsieur Torreton.. » « Ce n’est pas tant Gérard Depardieu que je viens défendre, mais plutôt vous que je voudrais interroger. Vous en prendre à son physique ! A son talent ! +Ce gâchis+ dont vous parlez… De quel droit, de quel souci démocratique semblez-vous animer votre vindicte salissante ? », ajoute-elle. Selon elle, Philippe Torreton attaque un « homme vacillant » qui ne « donne en pâture que lui-même ».   »L’homme est sombre, mais l’acteur est immense et vous n’exprimez finalement que votre rancœur », estime l’actrice, qui se demande : « Qu’auriez vous fait en 1789, mon corps en tremble encore ! » Et de conclure sa missive par ces mots : « Avec ma sincère déception ».

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol