Archive pour le Tag 'défauts'

États-Unis : la montée de la vente à crédit mais des défauts de paiement aussi

États-Unis : la montée de la vente à crédit mais des défauts de paiement aussi

Les services dits «acheter maintenant, payer plus tard» – offerts par des fournisseurs tels que Affirm Holdings Inc, Klarna, Afterpay Ltd et PayPal Holding Inc «Pay In 4» – se sont répandus sur les sites Web de vente au détail pendant la pandémie de coronavirus, car les gens se sont tournés davantage vers les achats en ligne .

Pourtant, la facilité avec laquelle de nombreux acheteurs peuvent effectuer des achats inquiète certains régulateurs du monde entier, qui craignent que les consommateurs ne dépensent plus qu’ils ne peuvent se le permettre.

Près de 40% des consommateurs américains qui ont utilisé «acheter maintenant, payer plus tard» ont manqué plus d’un paiement, et 72% d’entre eux ont vu leur cote de crédit baisser, selon une étude de Credit Karma, qui propose aux clients de vérifier gratuitement leur cote de crédit.

L’étude, menée pour Reuters, a interrogé 1 038 consommateurs adultes aux États-Unis pour évaluer l’intérêt pour «acheter maintenant, payer plus tard» et a révélé que 42% des répondants avaient déjà utilisé le service.

«Le pourcentage de consommateurs manquant de paiement est remarquable et pas aussi bas que ce à quoi on pourrait s’attendre», a déclaré Gannesh Bharadhwaj, directeur général des cartes de crédit chez Credit Karma.

Les défauts de paiement se développent mais sont évidemment quand même freiner par les notes de crédits attribués à chaque emprunteur en fonction de sa solvabilité. Une cote de crédit plus faible signale aux prêteurs qu’un consommateur peut présenter un risque plus élevé et rend plus difficile pour le consommateur d’emprunter, que ce soit pour obtenir un prêt hypothécaire ou une nouvelle carte de crédit. Il peut même être plus difficile pour un consommateur d’ouvrir un compte de services publics ou de trouver un logement, car les propriétaires effectuent généralement des vérifications de solvabilité avant de louer des appartements.

Les consultants en gestion Oliver Wyman estiment que les entreprises de la BNPL ont facilité entre 20 et 25 milliards de dollars de transactions aux États-Unis l’année dernière, bien que les estimations des analystes sur la taille de l’industrie du BNPL («acheter maintenant, payer plus tard ) varient parce qu’elle est relativement nouvelle et que certaines entreprises sont privées. Individuellement, ils ont décrit une croissance explosive l’année dernière alors que leurs services devenaient plus répandus.

Afterpay, basé en Australie, a déclaré avoir vu ses clients américains actifs plus que doubler pour atteindre 6,5 millions au cours de l’exercice clos le 30 juin 2020, et que ses ventes avaient plus que triplé au cours du trimestre juillet-septembre par rapport à l’année précédente.

Plus de la moitié des clients d’Afterpay aux États-Unis sont des milléniaux, âgés de 25 à 40 ans, a-t-il déclaré.

Les modèles de BNPL varient, certaines entreprises réalisant la plupart des bénéfices en percevant des frais auprès des commerçants au point de vente, et d’autres facturant des intérêts et des frais de retard aux consommateurs. Ils disent que leurs services aident les commerçants à augmenter les ventes et les consommateurs à acheter les choses dont ils ont besoin, et causent moins de dommages financiers que les cartes de crédit en raison des restrictions qu’elles imposent.

Néanmoins, les régulateurs britanniques et australiens sont en train de revoir ou de resserrer les règles du secteur. Les fournisseurs de services de la BNPL, classés comme des sociétés de technologie financière, devraient être soumis à des règles plus strictes, plus comme les banques, estiment certains régulateurs.

On ne sait pas comment acheter maintenant, payer plus tard s’inscrit dans la réglementation américaine parce que les entreprises qui offrent ces services n’ont pas de charte bancaire, certaines ne facturent pas d’intérêts et les lois varient selon les États. Cependant, certains experts s’attendent à ce que le secteur fasse l’objet d’un examen plus minutieux sous l’administration Biden.

« Sarkozy : d’immenses qualités mais aussi d’immenses défauts » ( Juppé)

« Sarkozy : d’immenses qualités mais aussi  d’immenses défauts » ( Juppé)

Juppé pose toujours ses conditions pour accepter le verdict des primaires de l’UMP et il n’exclut toujours pas de se présenter s’il lui parait que ces élections ont été bidonnées. Alain Juppé a estimé dimanche être un « concurrent sérieux » et craint par Nicolas Sarkozy pour l’investiture de l’UMP en vue de l’élection présidentielle de 2017. Dans le cadre d’une émission-portrait qui lui était consacrée sur France 2, le maire de Bordeaux a redit sa détermination à aller jusqu’au bout de la procédure de désignation du candidat de la droite et son espoir de l’emporter sur Nicolas Sarkozy. « C’est une personnalité qui ne laisse pas indifférent (…) avec son énergie, sa volonté de puissance », a-t-il dit.   »Je crois qu’il a vis-à-vis de moi aussi des sentiments mêlés d’amitié et, peut-être, un peu de crainte, parce qu’il pense que je suis un concurrent potentiel sérieux. Il a raison d’ailleurs », a ajouté l’ancien Premier ministre. Il a estimé que Nicolas Sarkozy avait « d’immenses qualités et d’immenses défauts », comme lui. « Ce qui va compter, c’est projet contre projet et, c’est vrai aussi, personnalité contre personnalité », a-t-il fait valoir. Il a réaffirmé que cela dépendrait aussi de l’organisation d’une primaire qu’il souhaite la plus large possible. Dans Le Journal du Dimanche, Nicolas Sarkozy, qui juge l’alternance politique en marche, trois ans après avoir été battu par le socialiste François Hollande, promet une primaire élargie au moins à l’UDI centriste. Alain Juppé a fixé pour sa part à trois millions d’électeurs le seuil satisfaisant — un chiffre atteint, a-t-il rappelé, par les primaires du PS pour la présidentielle de 2012.  Si cette « condition sine qua non » est respectée, il assure qu’il respectera le verdict de telles primaires à droite. « S’il y a 500.000 électeurs, je pense qu’elles n’auront pas de signification véritable parce que c’est le remake (…) de l’élection à la présidence de l’UMP », a expliqué le maire de Bordeaux. « Et ce n’est pas ça qui permet de choisir le champion de l’ensemble de la droite et du centre. » Prié de dire s’il ferait confiance à Nicolas Sarkozy pour redresser la France, il a répondu, non sans ambiguïté : « Je lui ai fait confiance en 2007. » Il a dit vouloir pour sa part relancer la croissance en allégeant les contraintes des entreprises, reconstruire un secteur public « efficace » et un « Etat fort dans ses fonctions régaliennes », rebâtir le système éducatif et réconcilier les Français avec l’Europe. Autant d’objectifs qu’il entend traduire en une dizaine de propositions de réformes « très claires ».  Il a également réitéré sa volonté de tendre la main au centre gauche : « Aujourd’hui, entre un social-démocrate européen (…) et beaucoup de mes amis de l’UMP, il y a la possibilité, peut-être, d’envisager un jour de faire des réformes ensemble pour sortir ce pays du marasme (…) Ça ne peut se faire que sur un projet et je crois que ce sera l’enjeu de la prochaine élection présidentielle. »

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol