Archive pour le Tag 'd’EELV'

Primaire écolo d’EELV ?: L’écologie ou le gauchisme

Primaire écolo  d’EELV ?:  L’écologie ou le gauchisme

Le duel entre Yannick Jadot et Sandrine Rousseau pour savoir qui va représenter Europe écologie les Verts lors des élections présidentielles est à la fois une bataille de personnalités et de projets de société. Yannick Jadot, député européen, propose une écologie modérée qui tienne compte des réalités tandis que Sandrine Rousseau en fait complètement abstraction avec des propositions complètement hors sol par exemple quand elle propose un revenu minimum pour tous de 850 € ( pourquoi pas 1500 ou 3000 €) et la rupture totale avec la croissance.

 

D’un côté, c’est un réformiste et de l’autre une révolutionnaire gauchiste dont la radicalité constitue le principal programme. Bref Sandrine Rousseau veut une rupture avec tous sans trop savoir quelles en seront les conséquences sociales et économiques. Une position qui séduit assez les bobos, les fonctionnaires et les extrémistes de gauche. Deux courants d’idées complètement opposées avec d’un côté une préoccupation écologique st une démarche réformiste. De l’autre une perspective ultra gauchiste en matière écologique tout autant qu’en matière sociale économique.

 

Le drame évidemment pour les écolos c’est qu’ils risquent  de choisir Sandrine Rousseau, phénomène médiatique apparu soudainement au lieu d’un responsable connu et bénéficiant d’une certaine popularité.

Dans les sondages actuels on donne seulement 2 % à Sandrine Rousseau. Il est probable que l’intéressée ne fera guère plus de 5 % à l’occasion des élections présidentielles condamnant à nouveau Europ écologie les Verts à jouer les utilités.

C’est d’ailleurs devenu une sorte de tradition dans ce parti de choisir le plus radical mais aussi le moins compétent est le moins populaire.

Primaire écolo d’EELV ?: L’écologie ou le gauchisme

Primaire écolo  d’EELV ?:  L’écologie ou le gauchisme

 

Le duel entre Yannick Jadot et Sandrine Rousseau pour savoir qui va représenter Europe écologie les Verts lors des élections présidentielles est à la fois une bataille de personnalités et de projets de société. Yannick Jadot, député européen, propose une écologie modérée qui tienne compte des réalités tandis que Sandrine Rousseau en fait complètement abstraction avec des propositions complètement hors sol par exemple quand elle propose un revenu minimum pour tous de 850 € ( pourquoi pas 1500 ou 3000 €) et la rupture totale avec la croissance.

 

D’un côté, c’est un réformiste et de l’autre une révolutionnaire gauchiste dont la radicalité constitue le principal programme. Bref Sandrine Rousseau veut une rupture avec tous sans trop savoir quelles en seront les conséquences sociales et économiques. Une position qui séduit assez les bobos, les fonctionnaires et les extrémistes de gauche. Deux courants d’idées complètement opposées avec d’un côté une préoccupation écologique st une démarche réformiste. De l’autre une perspective ultra gauchiste en matière écologique tout autant qu’en matière sociale économique.

 

Le drame évidemment pour les écolos c’est qu’ils risquent  de choisir Sandrine Rousseau, phénomène médiatique apparu soudainement au lieu d’un responsable connu et bénéficiant d’une certaine popularité.

Dans les sondages actuels on donne seulement 2 % à Sandrine Rousseau. Il est probable que l’intéressée ne fera guère plus de 5 % à l’occasion des élections présidentielles condamnant à nouveau Europ écologie les Verts à jouer les utilités.

C’est d’ailleurs devenu une sorte de tradition dans ce parti de choisir le plus radical mais aussi le moins compétent est le moins populaire.

Les verts d’EELV : « caricature de parti politique » (Cohn Bendit)

Les verts d’EELV : « caricature de parti politique » (Cohn Bendit)

 

Dans uen interview à Europe I (où il est aussi chroniqueur)  Cohn Bendit estime qu’EELV est devenu une caricature de parti politique. Il n’a pas complètement tort et le score possible  de Duflot aux présidentielles (entre 2 et 3%)  pourraiat bien signifier la fin du mouvement. En décembre 2012, Daniel Cohn-Bendit avait annoncé t son départ d’Europe Ecologie-Les Verts, invoquant « trop de désaccords avec le parti ». Trois ans plus tard, une autre personnalité d’EELV suit les pas de Dany. Dans une interview au Monde, François de Rugy annonce jeudi qu’il quitte la formation écologiste lancée par Daniel Cohn-Bendit en 2008.  »Je quitte Europe écologie-Les Verts car pour moi EELV, c’est fini. Le cycle ouvert par Daniel Cohn-Bendit en 2008 est arrivé à son terme. Aujourd’hui, on n’arrive plus à avoir les débats, ni de fond ni stratégiques, au sein d’un parti qui s’enfonce dans une dérive gauchiste », explique le député de Loire-Atlantique. Pour l’ancien eurodéputé écologiste et chroniqueur de la matinale d’Europe 1, ce nouveau départ est l’illustration « d’un énorme gâchis, un gâchis incroyable ». « Ils ont tous participé à détruire ce qu’on avait créé avec Europe Ecologie », a regretté Daniel Cohn-Bendit. « Europe Ecologie-Les Verts est devenu une caricature des partis politiques », a déploré notre chroniqueur. « On voulait faire de la politique autrement. Eh bien, on caricature ce que font tous les autres, estime le fondateur d’Europe Ecologie.  « C’est une réalité. François de Rugy part, Jean-Vincent Placé va partir. C’est triste (…) Ça me rend triste. Quand vous avez rêvé d’un bébé extraordinaire et que vous vous apercevez que ce bébé est quelque chose qui ne vous plaît plus du tout », vous vous dites ‘Mais où est l’erreur ? », a conclu l’ancien eurodéputé.  »L’idée, c’était de créer une force politique où on était justement capable de débattre », a rappelé le chroniqueur d’Europe 1. « Aujourd’hui, on est dans la tactique politique », estime Daniel Cohn-Bendit.  Europe Ecologie-Les Verts peut-il encore s’en sortir ? Pour l’ancien eurodéputé, il est essentiel de relancer les conditions d’un débat. « Les débats, ça existe, ça s’appelle les primaires. A droite, au moins, il y’aura un débat (…) Il faut une grande primaire à gauche, pour lancer le débat et redonner de l’espoir aux gens », estime Daniel Cohn-Bendit. Dans son interview au Monde, François de Rugy ne manque pas d’égratigner l’ancienne patronne des Verts et ministre Cécile Duflot et les ambitions présidentielles de cette dernière. « Dans l’opinion, je ne vois pas de dynamique autour de cette candidature mais Cécile Duflot se prépare et EELV est déjà devenu une petite boutique présidentielle », tacle François de Rugy.  »Cécile Duflot est l’une des responsables de ce qui se passe mais elle n’est pas LA responsable », estime Daniel Cohn-Bendit.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol