Archive pour le Tag 'déconfinement'

Les restrictions toujours valables pendant le déconfinement

Les restrictions toujours valables pendant le déconfinement

L’interdiction des rassemblements de plus de dix personnes sur la voie publique, imposée dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire (en vigueur jusqu’au 10 juillet), n’est pas remise en question. Lors de cette phase 3 du déconfinement, « il faudra continuer d’éviter au maximum les rassemblements, car nous savons qu’ils sont les principales occasions de propagation du virus, a martelé Emmanuel Macron dimanche. Ils resteront donc très encadrés. »

Toutefois, samedi, le Conseil d’Etat a autorisé à nouveau les manifestations « soumises à l’obligation d’une déclaration préalable ». Les participants doivent respecter les gestes barrières et ne peuvent être plus de 5 000. Cette décision ne concerne pas les autres types de rassemblements.

Les sports collectifs et de contact toujours interdits 

Il n’y a eu aucune annonce concernant les sports collectifs et les sports de contact. On peut donc considérer que leur pratique est toujours interdite, jusqu’au 22 juin minimum.

Le protocole sanitaire est toujours en vigueur

Les cafés et restaurants d’Ile-de-France, désormais en zone verte, peuvent rouvrir leurs portes depuis lundi. Mais ils doivent, comme les autres établissements du territoire, observer un protocole sanitaire strict : pas plus de dix clients par table, un mètre entre chaque table, port du masque obligatoire pour le personnel en cuisine et pour les clients lorsqu’ils se déplacent à l’intérieur de l’établissement.

Dans les écoles et collèges en revanche, les mesures de distanciation sociale seront « allégées » à partir du 22 juin, a annoncé le ministre de l’Education nationale. Le principe de 4m2 par élève fait place à un autre « beaucoup plus souple, avec un mètre latéral entre chaque élèveCeci nous permet d’accueillir tous les élèves », a précisé Jean-Michel Blanquer sur Europe 1, lundi.« L’observation d’une distanciation physique d’au moins un mètre s’applique uniquement dans les salles de classe et tous les espaces clos, entre l’enseignant et les élèves ainsi qu’entre chaque élève lorsqu’ils sont côte à côte ou qu’ils se font face », explique un décret publié lundi matin.

Les visites à l’hôpital restent limitées

Emmanuel Macron a annoncé que les visites seraient  »autorisées » dès lundi dans les maisons de retraite et les Ehpad. En revanche, le chef de l’Etat n’a pas évoqué le cas des hôpitaux, où les visites sont, en théorie, interdites depuis la mi-mars dans tous les services.

 

Intervention Macron : le Déconfinement. . Pour la relance on verra après

 

 Intervention Macron : le Déconfinement. . Pour la relance on verra après

 

 

Il ne fallait pas s’attendre à grand-chose de cette allocution de Macron qui d’ailleurs ne tient pas une grande place dans les une des grands médias.  il faut dire que pour résumer, Macron  surtout contenté d’annoncer le confinement tellement  souhaité par beaucoup . Comme en Italie ,on aurait pu s’attendre évidemment que parallèlement se mettent en place des États généraux pour remobiliser l’économie. Mais là, l’exercice est envoyé par Macron, en juillet. La France a le temps, c’est le pays qui est le plus touché économiquement ! Encore un mois de perdus, un mois supplémentaire qui s’ajoute aux trois mois aussi perdus au début de la crise sanitaire.

 la France repeinte en vert

La parole du président de la République était très attendue par les Français. D’autant que les chantiers économiques qui s’ouvrent s’annoncent colossaux, alors que plusieurs centaines de milliers d’emplois dans presque tous les secteurs d’activité pourraient être fragilisés.

Pour résumer ,on pourrait dire que Macron s’est contenté de repeindre en vert la carte de France. En gros,  Île-de-France sort de  l’orange et le déconfinement commencera lundi. Et de brosser les attentes dans le sens du poil i. «Nous allons retrouver pour partie notre art de vivre, notre goût de la liberté. En somme, nous allons retrouver pleinement la France», a souligné le président. Malgré cette «première victoire contre le virus», Emmanuel Macron a appelé à ne pas «baisser totalement la garde», car «la lutte contre l’épidémie n’est pas terminée».

La nouvelle la plus surprenante est sans doute moins attendu et cette annonce du président de république déclarant que les crèches les écoles et les collèges devront accueillir les élèves à partir du 22 juin. Comme si l’année scolaire n’était pas déjà terminée surtout après les perturbations dues à la crise sanitaire et aux mesures baroques prises ici ou là par les collectivités. On va aussi autoriser la réouverture de l’espace Schengen encore que sur ce point chaque pays pourra faire comme on  l’entend. Les voyages hors  d’Europe, seront à nouveaux autorisés à partir du 1er juillet.

Toujours sur le mode de la compassion avec sans doute un œil sur des sondages inquiétants, Macron s’est montré humaniste en rétablissant les visites dans les EHPAD. Que restera-t-il à des confinements qui d’après le chef de l’État continueront d’être encadrés mais sans autre précision.

Évidemment Macron n’a pu s’empêcher de se soumettre à son examen d’auto satisfaction

Macon n’a pas pu faire l’impasse sur la question des violences policières qu’il  n’a pourtant pas cité en tant que tel se limitant des banalités telles que les policiers «sont exposés à des risques quotidiens, c’est pourquoi ils méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la nation», a-t-il soutenu, convaincu que «sans ordre républicain, il n’y a ni sécurité ni liberté».

Curieusement, on s’est demandé ce que venait faire ce curieux passage de Macron sur l’égalité des chances, lui ,qui a balayé d’un revers de main le rapport Borloo pourtant  très soutenu localement et par les élus . Pour finir évidemment un peu de démagogie avec toujours cet œil fixé sur des sondages défavorables , Macron a assuré il n’y aurait pas de hausse de fiscalité pour compenser la facture d’environ 500 milliards destinés des entreprises, aux ménages et aux financements de la crise sanitaire. Conclusion la relance économique, comme pour le financement , on verra plus tard ! Sans doute dans le cas de la programmation de la campagne électorale pour 2022

 

0 Réponses à “InterventReprise durable avec réinvention de l’offre ! (Olivier Passet, Xerfi )

La ville demain….. à la campagne !

 

« On devrait construire les villes à la campagne car l’air y est plus pur » avait déclaré le célèbre humoriste Alphonse Allais. Une boutade évidemment mais pourtant qui devrait être pris en compte pour rééquilibrer de manière plus humaine et plus environnementale des villes devenues impossibles vivre . Des villes à la croissance dite endogène, c’est-à-dire qu’elle rend marchands produits et services, contraints à travailler pour se payer y compris des prestations plus ou moins utiles et ainsi contribuer à l’augmentation du PIB  : la croissance endogène. À l’inverse dans des villes moins importantes, les besoins sont plus réduits et les échanges également moins marchands.

Certes une ville doit pouvoir disposer d’un minimum d’équipement, d’infrastructures dans le domaine économique, social, culturel, sociétal ou de la santé. Pour autant, cela ne doit pas déboucher sur la nécessité par exemple de supprimer la totalité des établissements hospitaliers pour  les concentrer sur un seul lieu du département. On comprend qu’avec les   sciences et les nouvelles thérapies,  il soit nécessaire de disposer d’équipements de plus en plus sophistiqués mais toutes les pathologies ne nécessitent  pas ces  équipement aussi lourds, aussi coûteux également.

De la même manière  rien ne condamne les villes à une extension économique incontrôlée avec multiplication des bureaux, des usines, des ateliers, des services au même endroit . Là aussi tout est question d’équilibre , la cité  a besoin d’un équipement minimum et non d’une concurrence effrénée de marques qui n’ont d’autre but que d’inciter à la dépense des ménages. Au plan culturel, d’énormes efforts ont été réalisés, par beaucoup de villes, reste que le lieu central de production et de promotion demeure Paris.

Même s’il y a quelques contre-exemples, la réussite se concrétise à Paris. Le modèle culturel peut-être évidemment différent en volume, en nature et en fréquence selon les localités mais la culture peut exister aussi ailleurs qu’à Paris ou dans les grandes métropoles. Il n’y a sans doute pas de taille idéale pour la ville mais ce qui est certain c’est qu’à partir de 50 à 100 1000 habitants la vie en général devient complexes , génèrent des coûts, des pertes de temps, dégrade l’environnement et d’une façon plus générale le cadre de vie. Comment comprendre qu’avec les moyens de liaison existants aujourd’hui il ne soit pas possible d’envisager un retournement complet de cette mode de la sur urbanisation source par ailleurs d’un endettement mortel puisqu’il faut compter en moyenne à Paris pour le même logement qu’en province un cout quatre fois supérieur. Du capital mort qui n’alimente que la spéculation (pour preuve la percée d’RNB). Peut-être pas des villes à la campagne mais des villes et campagnes qui  rétablissent des liens de bio diversité et de façon générale d’équilibre favorable au développement de la vie de tous et de tous. Avec aussi des villages en réseaux non condamnés à devenir des réserves d’Indiens.

Karachi : une affaire qui dure depuis 25 ans

Des milliards d’affaires et des commissions occultes de plusieurs centaines de millions qui expliquent qu’on ait sollicité à l’excès les procédures judiciaires pour faire durer les affaires. D’ailleurs pout  pourrait se terminer en eau de boudin tellement les situations sont anciennes, parfois confuses et contradictoires

L’accusation a décrit «une véritable entreprise de prédation»: selon elle, les pots-de-vin, alors légaux, versés à des intermédiaires pour des contrats d’armement signés en 1994 avec l’Arabie Saoudite (Sawari II) et le Pakistan (Agosta) ont donné lieu à des rétrocommissions illégales qui ont contribué à financer la campagne présidentielle malheureuse d’Edouard Balladur en 1995. Si la corruption d’agents publics étrangers était alors la règle dans le jeu de la concurrence planétaire, ces négociations se sont nouées dans un contexte particulier en France, où une lutte fratricide se jouait au sein de la droite entre le maire de Paris Jacques Chirac et le Premier ministre sortant.

Pour la défense, rien ne permet d’affirmer que ce cocktail détonnant a conduit à organiser un système de financement politique illégal. Elle a plaidé la relaxe, dénonçant des poursuites «prescrites» et des accusations «sans preuve». L’enquête a pourtant conclu que le pouvoir politique avait imposé à la branche internationale de la Direction des constructions navales (DCNI) et à la Sofresa, deux entités détenues par l’Etat qui vendaient sous-marins et frégates, des intermédiaires «inutiles» dans ces contrats, le «réseau K» (pour King en référence au roi d’Arabie).

Les contrats se chiffraient en milliards, les commissions promises frôlaient les 300 millions d’euros (400 millions en euros constants) et les sommes versées se comptaient en dizaines de millions. L’objectif poursuivi, selon l’accusation, était de faire revenir une petite partie des pots-de-vin versés au «réseau K» vers les comptes de la campagne Balladur. Les prévenus ont défendu l’utilité du «réseau K», faisant valoir la signature des contrats. Tous ont nié le moindre financement politique et l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine, le seul l’ayant un temps admis, s’est rétracté à l’audience.

Contre ce dernier, également jugé pour fraude fiscale et blanchiment, cinq ans de prison avec mandat de dépôt ont été requis. Sept ans de prison assortis d’un mandat d’arrêt ont été demandés pour son ancien associé Abdul Rahman Al Assir, absent du procès. Ziad Takieddine pourrait bien être le boc- émissaire et pour des faits qui éloignent de l’affaire centrale

Cinq ans, dont deux avec sursis, et une amende ont été requis contre Renaud Donnedieu de Vabres, alors proche collaborateur du ministre de la Défense François Léotard, pour avoir imposé le «réseau K».

La même peine d’emprisonnement, avec amende, a été demandée pour Nicolas Bazire, actuellement un des dirigeants du groupe de luxe LVMH: il est accusé d’avoir, en tant que directeur de la campagne d’Edouard Balladur, téléguidé l’arrivée de 10,25 millions de francs sur le compte de campagne.

Contre Thierry Gaubert, alors au ministère du Budget et impliqué dans la campagne, quatre ans, dont deux ferme, et 100.000 euros d’amende ont été requis. L’accusation affirme qu’il a profité des «largesses» de son ami Takieddine, sans avoir pu «faire le lien» avec la campagne.

Enfin, le parquet a requis trois ans d’emprisonnement dont 18 mois ferme contre Dominique Castellan, alors patron de la DCNI.

Dans cette affaire, les soupçons de rétrocommissions avaient émergé au fil de l’enquête sur l’attentat de Karachi. Le 8 mai 2002, une voiture piégée précipitée contre un bus transportant des salariés de la DCNI coûtait la vie à quinze personnes dont onze Français travaillant à la construction des sous-marins dans le grand port pakistanais. La justice ne se prononcera pas lundi sur un éventuel lien de causalité entre l’arrêt du versement des commissions et l’attentat de Karachi en 2002, thèse défendue par les familles de victimes: c’est l’objet d’une enquête antiterroriste toujours en cours.

Notons que les deux principaux accusés et bénéficiaires ne subiront pas cette humiliante procédure judiciaire. On leur réserve de passer devant la très spéciale cour de justice de la république .MM. Balladur et Léotard comparaîtront ultérieurement devant la Cour de justice de la République, seule compétente pour juger des membres du gouvernement pour des infractions commises pendant leur mandat. Par depuis son existence, la cour de justice de la république n’a prononcé que des peines accessoires parfois même anecdotiques par exemple quand elle a fait les » gros yeux à Christine Lagarde » pour avoir imprudemment accordé 450 millions à Tapie. Pour l’exemple, on va sans doute taper sur un ou deux coupables aujourd’hui assez loin du jeu politique national et  international. Pour le reste, il faudra sans doute se contenter de peines dignes de celles d’un voleur de mobylette sans parler des recours encore possibles. En outre après 25 ans, il est possible que certains aient  complètement perdu la mémoire d’une affaire usée pour avoir traîné de tiroir en tiroir. Notons enfin qu’à l’époque il était courant sinon indispensable pour obtenir un contrat d’armement de passer par des intermédiaires moins recommandables.

Coronavirus : « 84 plaintes » déposées contre le gouvernement, … pour rien

 

84 plaintes déposées contre le gouvernement mais en fait pour rien, on sait en effet que les membres du gouvernement sont soumis à une juridiction très spéciale : la cour de justice de la république spécialement constituée pour protéger les élus des rigueurs de la justice ordinaire destinée aux citoyens; en effet; cette cour de justice n’a prononcé jusqu’à l’heure que des peines complètement anecdotiques pour ne pas dire dérisoires. Et pour cause, elle est composée de neuf élus et de trois magistrats. Autant dire qu’au pire on peut s’attendre à ce que les accusés soient punis de recopier 12 articles du code pénal tout au plus; ainsi par exemple la très appréciée Christine Lagarde a été condamnée comme ministre seulement à avoir fait preuve de légèreté en accordant 450 millions à tapie. Et c’est tout ? Même chose sans doute toutes les autres procédures en cours, on aura sans doute l’occasion de s’apercevoir que les seconds couteaux par exemple dans l’affaire Balladur seront davantage sanctionnés que les ministres en exercice qui auront à paraître est aussi le moment venu devant la cour de justice de la république. Bref l’inégalité de l’égalité .

Déconfinement : «doucement  » ! Olivier Véran

Déconfinement : «doucement   » !  Olivier Véran

 

D’un côté, le président du comité scientifique considère que la crise sanitaire est maîtrisée, ce qui est loin d’être le cas même si la tendance des contaminés  est nettement à  la baisse; dans le même temps, le ministre de la santé recommande d’aller doucement en matière de déconfinement . En l’état de la dégradation économique du pays, il semble bien que les forces en faveur du déconfinement militent fortement pour un assouplissement des règles qui permettraient aux pays de se redresser.

«La situation s’est améliorée et continue de s’améliorer (mais) il est trop tôt pour relâcher en aucune manière notre vigilance», a jugé le ministre lors d’un déplacement à Argenteuil (Val d’Oise) dans un centre de tests de dépistage. «Je comprends évidemment les demandes, les attentes, l’impatience qui peut s’exprimer d’avoir la capacité de reprendre notre vie normale au plus vite», a-t-il souligné. Mais «entre le moment où on prend une décision de levée du confinement et le moment où on peut avoir un impact sur l’épidémie, il faut 10 à 15 jours», a-t-il aussitôt prévenu, en référence à la phase 2 du déconfinement débutée le 2 juin.

Quatre semaines après la levée du confinement, le 11 mai, et près d’une semaine après le début de la deuxième phase du déconfinement, le 2 juin, l’épidémie continue de marquer le pas. Les indicateurs comme le nombre d’hospitalisations sont en baisse régulière et le bilan quotidien de morts à l’hôpital annoncé dimanche (13) était le plus faible depuis la mi-mars. Pour autant, certaines mesures de restriction sont toujours appliquées, comme l’obligation d’un protocole sanitaire strict dans les écoles ou l’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public.

Un énorme plan de soutien à la filière aéronautique

Il faudra sans doute un énorme plan de soutien à la filière aéronautique qui souffre  évidemment de la situation désastreuse des compagnies aériennes . Pratiquement aujourd’hui certains constructeurs ne livrent plus d’avions, les commandes sont décalées voir annulées. On sait que la vente de matériel aéronautique notamment Airbus fait souvent la différence en matière d’échanges commerciaux en tout cas atténue de déficit structural commercial de la France.. Le secteur est technologiquement et économiquement important , il concerne environ 200 000 salariés mais en fait travailler cinq fois plus en tenant compte la totalité de la branche aérienne. Pour sauver Airbus (qui n’est pas seulement française mais européenne) le gouvernement a déjà accordé  une aide de 7 milliards à Air France. Une bonne dizaine de milliards seront  doute nécessaire pour permettre à l’avionneur de passer le cap du quasi gel des commandes. On ne peut cependant se réconforter avec la situation sans doute encore plus dramatique de Boeing qui ajoute des difficultés techniques de son 737 à la situation générale dégradée.

On sait que le processus de construction des avions modernes est particulièrement complexe et celui-ci ntégre  une myriade d’équipementiers surtout dans le sud-ouest qui font tourner nombre de régions. La crise est telle que la «survie d’Airbus est en jeu», selon son patron Guillaume Faury. Et avec celle du mastodonte aux 48.000 salariés en France, celle d’une myriade d’équipementiers, souvent des PME ou entreprises de taille intermédiaire à la trésorerie flageolante. L’avionneur européen, qui a réduit ses cadences d’environ 30%, se targue de passer chaque année pour 12,5 milliards d’euros de commandes auprès de 10.000 industriels en France.

Le plan devrait donc comprendre un fonds de recapitalisation pour les entreprises en difficulté, doté de plusieurs centaines de millions d’euros, abondé notamment par les grands du secteur (Airbus, Safran, Dassault et Thales), BPIFrance ou encore le fonds ACE Management (filiale de Tikehau), selon plusieurs sources proches du dossier. Dans un rapport, le député de Haute-Garonne Mickaël Nogal préconise qu’il soit financé aussi par les collectivités et des investisseurs privés «à hauteur d’un milliard d’euros» au total et qu’il soit «opérationnel le plus rapidement possible au regard de l’urgence». Les garanties exports à un secteur bénéfique pour la balance commerciale pourraient également être renforcées. L’idée serait aussi de réduire l’ampleur du trafic aérien dans l’espace domestique au moins européen. Par ailleurs, le transport aérien aurait un urgent besoin de ce reverdir pour atténuer les atteintes à  l’environnement notamment en matière de consommation de carburant et donc de pollution. Pas sûr cependant que cet avion puisse prendre un temps prendre le relais des appareils actuellement sur les chaînes de production.

Un autre volet du plan concerne le soutien à la recherche et développement, poste budgétaire dans lequel les entreprises ont tendance à tailler en période de difficulté. Il permettra d’avancer vers des avions émettant moins de gaz à effet de serre et de moderniser l’outil industriel. «Le bras armé dans l’aéronautique pour aller vers un avion plus vert, c’est le Corac», le Conseil pour la recherche aéronautique civile qui regroupe tous les acteurs du secteur, selon une source proche du dossier. Son budget annuel est actuellement de 135 millions d’euros mais des «sommes assez considérables ont été demandées», selon elle.

Sondage :Le plan de déconfinement approuvé Français

Sondage :Le plan de déconfinement approuvé  Français

Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info, 7 Français sur 10 estiment que le chef du gouvernement a été clair (72%) lors de sa conférence de presse. Les deux tiers jugent qu’il a été à la hauteur de la situation (66%) et qu’il a montré qu’il savait où il allait (64%). 6 Français sur 10 l’ont trouvé convaincant (62%) et pensent qu’il a dit la vérité aux Français (60%) – un exploit quand on se souvient de la crise de confiance du début de l’épidémie.

Ce satisfecit est partagé par des sympathisants de tous bords politiques, à l’exception de ceux du Rassemblement national. Ainsi, les soutiens de La France Insoumise ne sont pas moins de 66% à avoir trouvé convaincant le locataire de Matignon, confirmant la bonne dynamique actuelle du prétendant à la mairie du Havre.

55% des Français trouvent que le plan de déconfinement est bien adapté. C’est 15 points de plus qu’il y a un mois. Seuls 34% des sondés (-11 points) qualifient encore le plan de « trop rapide » et 11% trouvent qu’il n’est pas assez rapide (-4 points). Les seniors sont les plus satisfaits (63%) – ils ont longtemps craint de voir leur liberté de mouvement durablement entravée. Les jeunes se révèlent à l’inverse les moins emballés : 46% estiment que le déconfinement est trop rapide.

Dans le détail, toutes les mesures annoncées sont largement approuvées, aussi bien les nouvelles autorisations que le maintien de certaines restrictions : la réouverture des parcs et jardins (88%) des plages, lacs et plans d’eau (85%) fait un carton. Comme celle des bars et des restaurants (78%). Le droit de circuler à plus de 100 km du domicile est salué par 85% des Français.

Le maintien de l’interdiction des discothèques et des stades (83%), des sports collectifs et de contacts (78% d’approbation) ou encore du regroupement de plus de 10 personnes (71%) est approuvé, preuve que les Français valident l’équilibre général du plan. Seuls les sujets liés à l’école, notamment l’accélération de la réouverture des établissements scolaires sont moins massivement approuvés (56%). La suppression de l’épreuve orale de français est comprise par 60% des Français.

Enfin, les sondés sont partagés sur l’opportunité de se doter de l’application de traçage StopCovid. Ils sont en effet 45% à se dire prêts à télécharger cet outil qui doit permettre via son téléphone de remonter les chaînes potentielles de contamination. En avril, ils étaient 62% à être disposés à tester cette application…

Déconfinement: dans les zones vertes, les restaurants vont reprendre du service

Déconfinement: dans les zones vertes, les restaurants vont reprendre du service

Les premiers établissements rouvriront le 2 juin, avec au moins un mètre entre chaque client. Un protocole sanitaire a été signé entre les professionnels du secteur et les autorités.

Les restaurateurs se préparent à reprendre leur activité, en supprimant des tables. Dans les zones vertes, les premiers rouvriront le 2 juin ; les autres attendent toujours d’être fixés sur leur sort. L’espace à réserver entre chaque client était devenu l’enjeu numéro un de la réouverture. Pour des raisons sanitaires, le gouvernement plaidait pour deux mètres, soit un périmètre de 4 mètres carrés par client, comme dans les bureaux. Sous la pression des professionnels, représentés par Sébastien Bazin, le PDG d’Accor, l’espace a été réduit à un mètre.

Un accord a été trouvé ce week-end. Il ouvre la voie à une reprise, même difficile. «Depuis le début, les restaurateurs proposent un mètre de distance entre chaque client, confie Hubert Jan, responsable restauration à l’Umih. Le Conseil scientifique avait fait pression sur le gouvernement pour que ce soit 2 mètres. Cette obligation empêchait les professionnels de rouvrir, en les tuant économiquement. Le bon sens des uns et des autres l’a emporté.»

Malgré leurs différences, petits indépendants comme grands groupes ont proposé un protocole de déconfinement commun, avec des règles de bonne conduite sanitaire. Ce document de 10 pages, signé par les autorités et les professionnels, et que s’est procuré Europe 1, vient confirmer cette distance d’un mètre. Chaque tablée (de 10 personnes maximum) devra être servie par un même membre du personnel, qui devra se laver les mains toutes les 30 minutes ou porter des gants. Pour les menus, la version papier devra être évitée au maximum, selon le document, qui suggère de recourir à un support numérique, une présentation orale ou encore une ardoise maintenue à distance. Les clients seront tenus de se désinfecter les mains s’ils n’ont d’autre choix que de toucher la version papier. Les buffets seront autorisés, sous réserve de la mise en place d’un sens de circulation et d’un marquage au sol. Il en va de même aux toilettes, «où les distances de sécurité devront être clairement matérialisées en cas de file d’attente», explique Europe 1. Un référent Covid-19 chargé de veiller à l’application de ces règles devra être nommé.

La restauration avec service à table est essentiellement constituée de petits établissements: 90 % de l’activité est réalisée par des entreprises de moins de dix salariés, qui disposent de petites surfaces. «Avec un mètre de distance, on peut estimer que les professionnels perdront entre 40 et 50 % de chiffre d’affaires, calcule Hubert Jan. Les restaurateurs qui sont dans les zones touristiques vont pouvoir rouvrir. Dans les grandes zones urbaines comme Paris, beaucoup attendront septembre.»

 

 

 

Beaucoup d’emplois sont en jeu. À elle seule, la profession emploie 830.000 personnes dans 206.800 cafés, bars et restaurants. À l’arrêt depuis le 14 mars, elle vit sous perfusion d’aides (chômage partiel, prêts garantis par l’État, reports et annulations de charges…). Le plan de relance à 18 milliards d’euros du gouvernement doit permettre d’éviter des faillites. Mais il y en aura.

Unmute

Déconfinement début juin

Déconfinement début juin

 

Une nouvelle phase s’ouvre le 2 juin, “la liberté, enfin, va redevenir la règle et l’interdiction constituera l’exception”, a dit Edouard Philippe, qui a présenté la nouvelle carte où l’Ile-de-France, Guyane et Mayotte sont désormais les seules régions à risque majoré.

“Les résultats sont bons sur le plan sanitaire même si nous restons prudents. Même si nous ne pouvons pas courir le risque de la désinvolture, les nouvelles sont plutôt bonnes”, a-t-il dit à propos d’une épidémie désormais “sous contrôle” après avoir fait près de 28.600 morts selon un dernier bilan.

Dans la longue liste de réouvertures annoncées figurent les parcs et jardins, les collèges et les lycées, ainsi que les restaurants et cafés dans toutes les zones “vertes”. En Ile-de-France, la réouverture sera limitée aux débits de boissons dotés d’une terrasse.

“L’esprit de ces règles, c’est la responsabilité de nos concitoyens, c’est le fait de comprendre que nous sommes tous collectivement, quels que soient notre âge, notre statut, notre activité, notre situation, un des acteurs de la lutte contre l’épidémie”, a-t-il dit. “Il ne s’agit pas d’avoir peur, d’avoir peur des autres, certainement pas. Il s’agit d’être soi-même suffisamment méticuleux et organisé pour être certain de se protéger soi-même et de protéger les autres”.

Edouard Philippe a mis en garde contre tout “relâchement” favorable à un regain de l’épidémie, alors qu’un nouveau point d’étape sera fait par les pouvoirs publics le 22 juin, juste avant les congés d’été.

Edouard Philipe a évoqué la prochaine “bataille” que constitue la crise économique liée à l’épidémie, qui a mis une grande partie du monde à l’arrêt pendant des semaines.

“Cette bataille, cet effort contre l’épidémie, si elle progresse dans une bonne direction, doit se doubler dans les jours, dans les semaines, dans les mois qui viennent d’une mobilisation pour permettre à notre pays de faire face, après la crise sanitaire, à une crise économique et sociale.”

Sondage déconfinement :79% favorables

Sondage déconfinement :

selon le baromètre quotidien CoviDirect OpinionWay-Organ’Ice pour « Les Echos » ,  pas moins de 79 % des Français sont ainsi favorables à la limitation à 10 personnes des rassemblements sur la voie publique. Une hausse de 2 points par rapport à la fin avril. Seuls 18 % y sont opposés. Les personnes qui se disent favorables à la fermeture des cafés et restaurants« jusqu’à début juin au moins » restent majoritaires, à 55 %, malgré une baisse de 7 points depuis la fin avril. Même le maintien de la fermeture des parcs et jardins en zone rouge et la limitation des déplacements à moins de 100 kilomètres du domicile, qui font l’un comme l’autre polémique , divisent. Ces mesures sont approuvées par 51 % des Français. Dans tous les cas, la part de ceux qui sont « tout à fait opposés » à la poursuite de ces restrictions ne dépasse pas celle de ceux qui y sont « tout à fait favorables ».

Même  volonté de prudence, sur fond d’inquiétude persistante vis-à-vis du Covid-19 et de défiance à l’égard de l’exécutif (57 % n’ont pas confiance en lui pour limiter les effets de l’épidémie), et même doute partagé sur opportunité des élections municipales.

 

Coronavirus: France : 90 morts , prudence avec le déconfinement

 

La décrue semble engagée mais il faudra attendre de l’ordre d’une semaine au moins mesurer l’incidence des premières mesures de dé confinement.

 

90 nouveaux décès dus au Covid-19 en 24 heures, a annoncé lundi le ministère de la Santé sur son tableau de bord quotidien, ce qui porte le total des morts de l’épidémie de coronavirus à 28.457 depuis le 1er mars.

L’agence Santé publique France, sur les données desquelles s’appuie en partie le ministère, a de son côté fait état de 93 nouveaux morts dans les hôpitaux en une journée, pour un total de 28.432 décès.

Sur ce bilan global, 18.112 décès ont été recensés dans les établissements hospitaliers, annoncent les deux sources.

Le décompte des décès dans les Ehpad et autres établissements sociaux et médicosociaux a été interrompu par le week-end prolongé de l’Ascension et ne devrait être publié que mardi, a précisé la Direction générale de la santé dans un communiqué publié séparément.

Le nombre de cas de contamination s’élève à 145.279, soit 358 nouveaux cas en une journée, selon les données de Santé publique France.

Le nombre de personnes hospitalisées pour le Covid-19 s’établit pour sa part à 16.798, dont 1.609 en réanimation.

Quarante-cinq nouveaux cas graves ont été admis en réanimation mais le solde reste négatif avec 46 malades de moins par rapport à dimanche, a précisé la DGS dans son communiqué.

Le nombre de personnes hospitalisées s’élevait à 19.015 il y a une semaine, et celui des patients en réanimation à 1.998.

Les derniers chiffres de mortalité publiés dimanche soir par le ministère de la Santé faisaient état de 28.367 morts dus au coronavirus en France depuis le 1er mars.

Déconfinement : « sortir le théâtre de son état de momification »

Déconfinement : « sortir le théâtre de son état de momification »

 

 

Chronique dans le Monde  de Isabelle Starkier; Metteuse en scène, directrice de compagnie, maîtresse de conférences en études théâtrales à l’université d’Evry-Val-d’Essonne

 

 

« Nous sommes las d’entendre les discours incantatoires et obsessionnels des tenants de la culture, plus attentistes les uns que les autres, sur l’air d’« On attend que tout redevienne comme avant » et sur le mode réflexif de « Comment donc faire du théâtre sans théâtres ? ».

Longue, très longue réflexion que mènent la plupart des lieux subventionnés depuis deux mois, continuant inlassablement à tisser et à détisser les reports, les annulations, les reprises de répétitions, les futures créations… en salle, tout en poursuivant la mission populaire de diffuser généreusement les captations des spectacles joués… en salle, avant le temps du « choléra ».

Lorsqu’on est féru de théâtre, il est déjà difficile de regarder un spectacle retransmis, qu’en sera-t-il des « non-spectateurs » ? Mais quelqu’un s’est-il vraiment posé la question, à la base pourtant de la mimésis et de la catharsis théâtrale, du pour qui, comment et pourquoi ?

Nous ne pas voulons pas tenir un discours qui reviendrait en boucle sur un prétendu âge d’or du théâtre.

Prétendu, car nous savons tous que les théâtres se vident, et que la moyenne d’âge des spectateurs dans la majorité des théâtres de la région parisienne augmente (public qui sera le premier à n’y pas revenir pour des raisons sanitaires).

Prétendu, car on nous met devant le choix entre un théâtre populiste qui attirerait les foules par ses têtes d’affiche et un théâtre élitiste et/ou expérimental qui vit sur l’entre-nous – et parfois d’ailleurs ne dédaigne pas non plus d’engager avec l’argent public des têtes d’affiche, en alibi probablement d’un possible et hypothétique adoubement de masse.

Des deux côtés, celui du gouvernement comme des lieux institutionnels, on nous tient un discours méprisant quant à « l’action culturelle » à laquelle nous devrions (enfin !) être renvoyés, ainsi que le constate le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac) : « Les références présidentielles en matière d’éducation artistique et culturelle en revanche inquiètent grandement et semblent méconnaître le travail des labels nationaux et des équipes artistiques qui y sont associés depuis fort longtemps. Le travail artistique de conquête des publics ne saurait se transformer en adjoint d’éducation ou en animateur de colonies de vacances, quelle que soit par ailleurs notre volonté de revoir notre façon de travailler et de nous adresser aux gens, et aux jeunes en particulier » »

 

 

 

« Un déconfinement à l’aveugle »

« Un déconfinement à l’aveugle »

 

Gilles Pialoux, responsable du service des maladies infectieuses à l’hôpital Tenon, dénonce le caractère aveugle du déconfinement (chronique dans le Monde)

À peine 24 heures après le début du déconfinement, le corps médical reste inquiet quant à l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en France. Invité ce mardi matin sur BFMTV-RMC, Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Tenon de Paris, a même dénoncé un « déconfinement à l’aveugle ».

Pour ce dernier, la décision par le gouvernement d’alléger les restrictions de circulation mises en place le 17 mars dernier a été faite en dépit de plusieurs données pourtant capitales.

« On l’a fait sans savoir où le virus circulait, sans savoir combien de personnes étaient positives, sans savoir la dynamique de circulation dans les entreprises », détaille-t-il.

« On marche sur la tête »

De plus, Gilles Pialoux a également dénoncé un immobilisme qui, selon lui, a gagné les autorités françaises.

« On attend toujours quelque chose, là, on attend les tests. Il paraît que cette semaine, les autorités sanitaires vont nous donner une liste de tests (à utiliser, ndlr). On marche sur la tête, on en est à quatre mois d’épidémie et on en est encore à discuter des tests qu’on va utiliser », dénonce-t-il encore.

« Sur les tests, on sait depuis le 16 mars que l’OMS a dit qu’il fallait dépister, le 16 mars, pas en avril », a-t-il poursuivi.  »On ne combat pas les incendies les yeux bandés, on est dans un déconfinement à l’aveugle, on est très vigilants sur le terrain mais aussi très inquiets de voir comment cela va s’impacter sur les nouveaux diagnostics. »

« On n’a pas de visibilité »

Ce spécialiste des maladies infectieuses a donc tenu à mettre en garde contre ce qu’il appelle le  »côté youpi » du déconfinement, avec la perspective d’une potentielle seconde vague de l’épidémie.

« On a tous des joies, mais on est au milieu du gué, nous sommes le cinquième pays le plus impacté en terme de mortalité, il faut beaucoup d’humilité, et les politiques aussi. Il y a plein de choses qui vont arriver », a-t-il prévenu.

Pour Gilles Pialloux, il sera notamment important de suivre dans les semaines à venir l’état de santé des patients hors Covid-19.

« On sera vigilants sur l’arrivée des autres patients qui ont quitté la médecine de ville, les urgences… Tout cela va se croiser avec les patients Covid-19. On n’a pas de visibilité », conclut-il.

Déconfinement lundi

Déconfinement lundi

 

“Nous allons débuter lundi prochain un processus très progressif au minimum sur plusieurs semaines qui va permettre au pays de sortir doucement mais sûrement du confinement que nous connaissons en France depuis le 17 mars.” A déclaré le premier ministre. Dans les faits la plupart des entreprises devrait reprendre leur activité exceptée certains secteurs comme la restauration et le tourisme. La mobilité sera pratiquement autorisée sauf pour les très longues distances.

“Nous cherchons en permanence le bon équilibre entre l’indispensable reprise de la vie familiale, économique culturelle et sociale et l’indispensable respect de toutes les précautions qui empêchent l’épidémie de repartir et qui donc protègent les Français”, a ajouté le premier ministre.

Sondage déconfinement: autour de 60 % ne font pas confiance au gouvernement

Sondage déconfinement: autour de 60 % ne font pas confiance au gouvernement

D’après le  sondage Odoxa Dentsu Consulting pour Le Figaro et Franceinfo il sont  58 %  à ne pas faire confiance à l’exécutif pour le réussir. Pour autant, ils laissent de grandes latitudes au premier ministre sur les modalités de mise en œuvre de l’opération, prêts à ce que le déconfinement soit adapté au cas par cas. Voilà l’enseignement paradoxal d’un sondage Odoxa Dentsu Consulting pour Le Figaro et Franceinfo.

 «C’est une exception bien française en Europe, souligne l’institut Odoxa. Les Français ne font structurellement pas confiance à leur gouvernement dans toute la gestion de la crise sanitaire.» Signe de cette défiance, les Français sont persuadés que la sécurité promise pour le déconfinement ne sera pas au rendez-vous que ce soit dans les écoles (69 %) où les transports (74 %).

Sur ce dernier point, la défiance est d’autant plus forte que l’on se rapproche des grands centres urbains, à commencer par la région parisienne où la densité des transports est plus forte que dans le reste de la France. «80 % des “Parisiens” se montrent pessimistes à ce sujet», souligne ainsi l’étude.

À l’évidence, le gouvernement n’a pas réussi à convaincre les Français que le 11 mai se traduirait par une plus grande disponibilité de masques sanitaires ou de tests de dépistage du Covid-19. «Initialement confiants dans le gouvernement lors de l’annonce du confinement le 16 mars, les Français ne lui font plus confiance depuis le 27 mars, date à partir de laquelle ils ont été persuadés que le gouvernement leur avait menti sur les masques», note l’étude.

Déconfinement : les citoyens ne sont pas des moutons (Pierre-Louis Rémy)

Déconfinement : les citoyens ne sont pas des moutons (Pierre-Louis Rémy)

 

Pierre-Louis Rémy, ancien Inspecteur général des affaires sociales (IGAS) et ancien conseiller social de la première ministre Edith Cresson en 1991-1992,estime, dans une tribune au « Monde », que la gestion de la pandémie due au coronavirus a révélé tous les travers d’une gestion publique comptable, bureaucratique, pyramidale et autoritaire, et la nécessité d’une profonde réforme de l’Etat.

Tribune. Dans ces temps de confinement, nombreuses sont les réflexions et les propositions sur « le monde d’après ». Si elles sont très stimulantes dans la description de ce futur souhaitable, elles sont bien souvent beaucoup plus discrètes sur les moyens d’y parvenir.

Il est un domaine dans lequel l’action est possible rapidement, même si elle nécessite beaucoup de courage et si les résultats ne seront que progressifs, celui de la réforme du fonctionnement de l’Etat et des services publics.

Les nombreuses incertitudes qui entourent la pandémie peuvent expliquer des tâtonnements et des délais de réaction. Il reste que la gestion de la situation par les pouvoirs publics soulève des interrogations et met en lumière des carences suffisamment graves pour avoir été évoquées par le président de la République, lors de sa récente intervention.

En premier lieu, cela a été souvent souligné, le défaut d’anticipation. Certaines études avaient certes envisagé la possibilité d’une telle épidémie, mais aucune conséquence n’en avait été tirée au niveau de l’action publique. Cela tient pour partie au poids démesuré qu’a pris la direction du budget dans le fonctionnement de l’Etat. C’est bien sûr un réflexe ancien, mais qui semble s’être accentué au fil des ans.

L’approche comptable, de court terme, l’a emporté sur l’approche stratégique, avec pour conséquences une grande inertie des dépenses avec peu de remises en cause et en même temps une érosion des moyens, un affaiblissement des fonctions de l’Etat en matière de santé, de gestion sociale, dont on redécouvre aujourd’hui l’importance cruciale.

De façon corollaire, les postes de direction dans les ministères en charge de ces domaines n’ont jamais été valorisés, en comparaison de ceux du ministère de l’économie. Dans la gestion de son encadrement supérieur, l’Etat n’a jamais accordé la priorité aux fonctions pour lesquelles sa responsabilité est pourtant stratégique.

C’est un premier changement très profond qu’il faut réaliser dans le fonctionnement de l’Etat : rééquilibrer le poids interne des différentes administrations publiques et revaloriser celles qui portent les fonctions primordiales pour la cohésion de la société.

La crise que nous vivons a également mis en lumière le poids des procédures et du fonctionnement bureaucratique. C’est une tradition de notre pays. Cela a été accentué, paradoxalement, par l’affaiblissement de l’Etat central, du fait de la décentralisation et de l’affaiblissement de ses ressources financières.

Déconfinement : la gestion technocratique ou la gestion participative

Déconfinement : la gestion technocratique ou la gestion participative

Les chercheurs en gestion Marie Kerveillant et Philippe Lorino rappellent, dans une tribune au « Monde », que seules les solutions issues des acteurs de terrain, et non des experts et du gouvernement, peuvent être à la hauteur du changement exigé pour nos pratiques quotidiennes.

Tribune. Pendant la période de confinement, le quotidien du citoyen français a été rythmé par des décisions gouvernementales étayées par les avis d’un conseil scientifique constitué majoritairement de médecins. Le confinement a été remarquablement orchestré, en un temps record. La technostructure française excelle dès lors qu’il faut bâtir des règlements et des plans. Le citoyen a été ainsi provisoirement mis sous tutelle.

Il est vrai que l’urgence et l’impréparation de la France ne permettaient guère, dans un premier temps, de consultation démocratique sur la gestion de crise. Mais nombre de commentaires ont alors traité comme une évidence la transformation du citoyen en « patient » (« celui qui endure » passivement, au sens étymologique) ; ces discours, souvent infantilisants, sont aussi dangereux, car confinement et déconfinement posent à un gouvernement démocratique des questions de nature très différente.

 

Pour organiser la France déconfinée, il semble primordial que la société participe massivement à la gestion de crise et que le gouvernement ne tente pas d’énoncer des plans et prescriptions détaillés. 

Si les actions de confinement ont évidemment permis de ralentir la diffusion de la maladie, d’autres aspects de cette première phase nous semblent intéressants à analyser pour la suite des opérations.

Dans l’urgence, les efforts de l’Etat centralisé se sont naturellement concentrés sur ce qui est perçu comme le centre du système de santé : les structures hospitalières, prenant faiblement en compte les autres composantes plus dispersées du système de santé, comme les infirmières libérales, les pharmaciens, l’hospitalisation à domicile et la médecine de ville, contrairement à ce qui s’est passé, par exemple, en Allemagne, où les médecins de ville ont joué un rôle essentiel, notamment pour le dépistage.

 

Le gouvernement a privilégié l’expertise médicale et scientifique. Mais des compétences de terrain dans des domaines non médicaux, essentielles pour assurer l’applicabilité opérationnelle des mesures envisagées, comme par exemple la compétence logistique, ont manifestement cruellement manqué au gouvernement, si l’on en juge par la gestion erratique des approvisionnements en masques ou en solution hydroalcoolique. 

L’impulsion et l’orchestration d’une large mobilisation sociale n’ont pas été jugées prioritaires, contrairement à d’autres pays européens où les autorités publiques et sanitaires ont très tôt incité les acteurs privés qui le pouvaient à produire des masques ou des surblouses, ou les pharmaciens d’officine à produire leur propre solution hydroalcoolique pour la mettre à disposition du public.

Le déconfinement par département n’est pas pertinent

Le déconfinement par département n’est pas pertinent

Pour le géographe, Georges Roques il faut conduire très vite des études de terrain à la bonne échelle, celle des intercommunalités et pas des départements ou des communes ( chroniques dans l’Opinion)

 

La carte gouvernementale quotidienne, établie par département en vue du déconfinement.

 

tribune

La carte de la météo sanitaire est connue depuis le 30 avril et elle sera diffusée tous les soirs à une heure de grande écoute. Elle prépare au déconfinement fixé au 11 mai, en attendant mieux. On hésite toujours au plan décisionnel entre l’Etat et les collectivités locales, alors que la bonne manière est dans l’interaction entre les deux niveaux. Pour les écoles, la décision revient aux maires alors qu’ils ne peuvent décider que pour les écoles maternelles et primaires, pas pour les collèges et les lycées. Il s’agit là d’une véritable révolution copernicienne. Les jacobins confrontés à une relative impuissance envoient la patate chaude aux maires, soit plus de 34 000 décisionnaires. Le voilà, le manche du marteau. Mais il frappe à côté de l’enclume.

La communication annoncée est massive, journalière, accablante… et erronée. Tous les jours la carte bicolore au départ, tricolore ensuite des départements, celle de l’espoir et de la désespérance nous diront si nous sommes libérés ou pas des contraintes liées à la présence ou l’absence du virus. Pour l’essentiel, sur quels critères se base-t-on ? Le taux de cas connus de contamination dans la population sur une période de sept jours reste élevé, les capacités hospitalières régionales en réanimation sont tendues, le système local de tests et de détection des chaînes de contamination n’est pas suffisamment prêt.

« J’habite en limite d’un département, l’Hérault, limitrophe du Gard. Le Pont du Gard est très proche, mais si je ne peux pas franchir la limite départementale, quelle règle prévaut ? » 

Le passé récent nous a montré que ces chiffres ne sont pas très fiables. Les morts dans les Ehpad n’ont été comptabilisés que tardivement. Les contestations sur la couleur en Corse ou dans le Lot démontrent le flou des critères retenus. Que compte-on exactement ? Il faut distinguer la collecte de l’utilisation de ces chiffres. En ce moment, qui tient la comptabilité des décès : les mairies avec l’état civil, les hôpitaux, les médecins généralistes ?

Cartes précises. Ajoutons-y la règle des 100 kilomètres pour les déplacements individuels. S’il s’agit de 100 kilomètres à vol d’oiseau, jusqu’où peut-on aller ? Prenons un exemple précis : j’habite en limite d’un département, l’Hérault, limitrophe du Gard. Le Pont du Gard est très proche, bien en deçà des 100 kilomètres autorisés. Mais si je ne peux pas franchir la limite départementale, quelle règle prévaut ? La raison de chacun ?

Rappel : les départements ont été créés par l’Assemblée constituante le 22 décembre 1789. Leur dimension est en général inférieure aux 100 kilomètres. C’était le temps nécessaire pour se rendre à la préfecture à cheval dans la journée, et d’en revenir.

Il faudra sans doute plus tard avancer les études sur les populations concernées (âge, niveau économique et social, environnement…). Tout cela est centralisé actuellement par les Agences régionales de santé. On peut espérer que chaque décès est bien comptabilisé, et surtout bien localisé. Si tel est le cas, il faut dresser des cartes précises de l’extension et de l’intensité de la pandémie. On peut ensuite dessiner les contours de l’extension de l’épidémie. En utilisant la technique de seuil, on peut monter l’intensité de la maladie. On éviterait ainsi d’afficher des statistiques trop administratives, par départements, et d’éclater les décisions aux maires des communes.

La commune est une entité administrative qui n’a plus les mêmes pouvoirs qu’avant. Dans les métropoles et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), elles participent d’un même ensemble, elles sont souvent jointives. Les transports et de nombreux services ne sont plus du domaine du maire, mais du président de la métropole ou de l’intercommunalité. Les communes limitrophes peuvent être concernées par une continuité transcommunale des décès et des malades.

« Peter Gould, le grand géographe américano-britannique évoquait à propos de ses cartes remarquables de la diffusion du sida “les taches de vin sur la nappe” ».

Psychose. C’est sur ces unités qu’il faudrait décider. Le filet est bien là. On dispose des données localisées, on a les compétences cartographiques et infographiques pour les traiter de manière intelligente. Il faudrait aussi se servir des leçons que l’on peut tirer de ce terrible épisode. Evidemment au plan médical, créer des outils performants pour prendre les décisions sanitaires adaptées à la réalité du terrain, et au niveau pertinent, celui de l’extension réelle de l’épidémie, Peter Gould, le grand géographe américano-britannique évoquait à propos de ses cartes remarquables de la diffusion du sida « les taches de vin sur la nappe ». Le festival international de la géographie lui avait, à cette occasion, donné le prix Vautrin Lud qui est la géographie ce que la médaille Fields est aux mathématiques, soit un Nobel sans le nom.

Qu’attendent les pouvoirs publics pour faire effectuer ces travaux ? L’information pour le public serait plus juste, plus claire, et les actions de l’Etat et des collectivités locales mieux ciblées. Peut-être cette information permettrait-elle peut-être de limiter les psychoses ambiantes qui menacent l’équilibre social des individus dans certains quartiers. Nous sommes encore dans l’urgence et l’inquiétude, mais rien n’empêche d’anticiper au plus vite. Le marteau tapera d’autant plus fort sur l’enclume que la récolte du filet lui indiquera mieux où il faut frapper…

Georges Roques est géographe, auteur de « L’illusion régionale. La réforme territoriale en question » (Editions Cairn, juin 2019).

 

Déconfinement entreprises : un plan technocratique

Déconfinement entreprises : un plan technocratique

 

Le plan de déconfinement des entreprises va présenter de nombreuses difficultés d’application car il a été conçu sur le modèle d’organisation dans un bureau et non dans une unité de production. Ainsi la règle veut imposer en permanence un espace de 4 m² d’une personne sera difficile à respecter compte tenu notamment de la mobilité à l’intérieur même des usines et autres lieux de travail. Par ailleurs, le port du masque pendant toute la journée est moins supportable dans une usine que dans un bureau climatisé. Notons que les chaînes de production comme les chaînes de distribution et de commercialisation n’ont évidemment pas été toute conçue pour réserver un espace permanent de 4 m² autour d’un salarié.

Beaucoup d’employeurs auront sans doute du mal à comprendre et à appliquer la réglementation fixée par le gouvernement qui indique

« La surface de l’établissement à prendre compte par l’employeur ou l’exploitant est la surface résiduelle de l’espace considéré, c’est-à-dire la surface effectivement disponible pour les occupants, déduction faite des parties occupées. Pour un bâtiment de bureaux par exemple, cette surface est d’environ 80% de la surface totale pour tenir compte des espaces de circulation notamment. Pour un magasin, il convient de retrancher à la surface totale celle qui est occupée par les rayonnages et les réserves (entre autres) pour déterminer in fine la surface résiduelle pour l’accueil des clients. Ainsi, un établissement disposant d’une surface résiduelle de 160 m² pourrait accueillir simultanément 160/4 = 40 personnes ou salariés. La « jauge » de 4m² par personne peut toutefois être corrigée, à l’initiative de l’exploitant et au vu du résultat de l’évaluation des risques, d’une marge de sécurité en fonction de l’activité. !!!

On se demande à quoi servent les CSE, conseil social et économique, qui doit aussi  se préoccuper des questions d’hygiène et qui auraient pu parfaitement négocier dans l’entreprise avec éventuellement l’apport  d’experts sur les conditions concrètes de mise en œuvre des règles d’hygiène. Au lieu de cela on a préféré la norme centralisatrice et bureaucratique.

Un déconfinement en vert, orange, rouge très , technocratique.

Un  déconfinement en vert,  orange, rouge très , technocratique.

 

Une nouvelle fois on  confond la géographie économique, sociale, culturelle et politique. Le découpage du pays en départements en vert, orange ou rouge  selon l’intensité de la pandémie n’a aucun sens. Certes certaines régions ont été plus infectées  que d’autres mais il s’agit surtout des zones concentrées du nord-est.

Même à l’intérieur de ces régions et des départements concernés il y a de fortes disparités. Dans les autres régions globalement moins touchées, les disparités sont aussi très importantes à l’intérieur de chaque département. Évidemment dans les métropoles et les grandes villes, le taux d’infectés et de malades est assez important par rapport à la moyenne.

À l’inverse dès qu’on  éloigne vers les zones rurales l’épidémie devient heureusement assez marginale en raison de la distanciation géographique quasi mécanique entre les habitants. Ce zonage en couleurs  vise surtout à conforter le pouvoir des préfets au détriment des responsabilités des vraies autorités locales que sont notamment les maires. Enfin il y a longtemps que les départements ne se justifient que pour des raisons administratives : les préfectures en particulier.

Il y a aussi  longtemps que la vie économique et sociétale s’organise autour de pôles d’activité autour de zones trans-départementales. Le maintien des départements et surtout l’occasion de fournir un nombre d’élus considérables aux partis politiques et d’assurer ainsi la pérennisation de l’oligarchie française.

 

Coronavirus : déconfinement technocratique en vert, orange et rouge

 

 

Une nouvelle fois on  confond la géographie économique, sociale, culturelle et politique. Le découpage du pays en départements en vert, orange ou rouge  selon l’intensité de la pandémie n’a aucun sens. Certes certaines régions ont été plus infectées c’est que d’autres mais il s’agit surtout des zones concentrées du sud-est, de l’Est et de la région parisienne.

Même à l’intérieur de ces régions et des départements concernés il y a de fortes disparités. Dans les autres régions globalement moins touchées, les disparités sont aussi très importantes à l’intérieur de chaque département. Évidemment dans les métropoles et les grandes villes, le taux d’infectés et de malades est assez important par rapport à la moyenne.

À l’inverse dès qu’on  éloigne vers les zones rurales l’épidémie devient heureusement assez marginale en raison de la distanciation géographique quasi mécanique entre les habitants. Ce zonage en couleurs  vise surtout à conforter le pouvoir des préfets au détriment des responsabilités des vraies autorités locales que sont notamment les maires. Enfin il y a longtemps que les départements ne se justifient que pour des raisons administratives : les préfectures en particulier.

Il y a longtemps que la vie économique et sociétale s’organise autour de pôles d’activité autour de zones trans-départementales. Le maintien des départements et surtout l’occasion de fournir un nombre d’élus considérables aux partis politiques et d’assurer ainsi la pérennisation de l’oligarchie française.

 

Sondage Coronavirus et déconfinement : 62 % n’ont pas confiance

Sondage Coronavirus et déconfinement : 62 % n’ont pas confiance

 

62% ne font pas confiance au gouvernement pour réussir le déconfinement, indique le baromètre politique Odoxa-CGI pour France Inter, L’Express et la Presse Régionale publié mardi. À la tribune, le premier ministre devra donc prouver aux Français les bienfaits du plan du gouvernement.

La cote de popularité d’Emmanuel Macron a elle gagné 4 points en avril et 9 points depuis mars et le début de la crise sanitaire, surtout chez les sympathisants PS et LR (+17), qui modèrent leurs critiques à cause de la crise sanitaire. Mais ils sont encore 58% (-4) à trouver qu’il est un «mauvais» président contre 42% (+4) qui le jugent un «bon» président. Edouard Philippe s’en sort mieux, avec une cote en hausse de 5 points en avril et de 11 points en deux mois. Mais il reste lui aussi majoritairement impopulaire (53% contre 46%). Pour près des deux-tiers des Français (65%), l’exécutif «n’est pas à la hauteur de la situation» depuis le début de la crise sanitaire, le même pourcentage que le mois dernier.

 

Déconfinement sondage : 55% de défiance

Déconfinement sondage : 55% de défiance

Selon le  sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info. 55 % des Français ne font pas confiance au gouvernement pour réussir le des confinements.

La plupart d’entre eux ne font toujours pas confiance à l’exécutif pour réussir le déconfinement (55%), même si la méfiance diminue (-7 points par rapport à la semaine dernière). Défi de plus pour le gouvernement depuis le début d’épidémie, la défiance de la population touche en particulier trois promesses post-11 mai, formulées mardi à la tribune de l’Assemblée nationale.

Quantité suffisante de masques pour répondre aux besoins de la population, sécurité sanitaire dans les établissements scolairesfonctionnement des transports sans danger pour la santé des personnels et des usagers : sur ces sujets, près de trois Français sur quatre (72%, 73% et 74%) estiment que le premier ministre ne pourra pas tenir parole.

«Les doutes demeurent», relève Céline Bracq, directrice générale d’Odoxa. «Mais à la décharge d’Édouard Philippe, ces trois sujets – masques, et surtout écoles et transports – n’impliquent pas que le gouvernement. Ils nécessitent la mobilisation de nombreux autres acteurs.»

La plupart des Français croient toutefois en la réalisation de deux engagements qui sont surtout du ressort de l’exécutif : l’offre de solutions d’hébergement aux malades demandeurs (58%) et l’accès aux tests de dépistage pour les personnes présentant des symptômes et leur entourage (54%). «Mais la confiance dans ces deux domaines pèse bien moins que la défiance massive en ce qui concerne les transports, les écoles et les masques», nuance Céline Bracq.

Preuve de l’inquiétude d’une grande partie de la population face à l’épidémie, 45% des Français jugent que le plan du gouvernement est «trop rapide»malgré le choix d’un déconfinement en plusieurs phases. Ils sont plus nombreux que ceux qui le trouvent adapté (40%) ou trop lent (15%). L’expression d’un surcroît de vigilance ? Le premier ministre a prévenu, mardi : «Trop de prudence, et c’est l’ensemble du pays qui s’enfonce» dans la crise économique. À l’inverse, «trop d’insouciance, et c’est l’épidémie qui repart».

Dans l’opinion, la tendance se confirme d’une enquête à l’autre, observe Céline Bracq : «Pour une forte proportion de Français, le principe de précaution prime. Ils exigent systématiquement toujours plus de restrictions de leurs libertés».

D’où le soutien d’une majorité d’entre eux (61%) à la décision prise sur les restaurants, les cafés et les bars : pas de réouverture avant la deuxième phase de déconfinement, le 2 juin, contrairement aux autres commerces. En la matière aussi, la «prudence» de la population l’emporte sur l’«insouciance».

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol