Archive pour le Tag 'décomposition'

Présidentielle: une décomposition politique et un troisième tour dans la rue ?

Présidentielle:  une décomposition politique et un troisième tour dans la rue ?

«La campagne électorale ayant été assez évanescente, elle n’a pas servi de soupape ou de purge cathartique des tensions traversant le pays. Il est donc à craindre que celles-ci ne trouvent pas de débouchés dans l’hémicycle mais dans la rue.»

Pour le directeur du département Opinion de l’Ifop, Jérôme FOURQUET  auteur de La France sous nos yeux (Seuil) si le «front républicain» a de nouveau fonctionné, la réélection du président sortant repose sur des bases plus fragiles encore qu’en 2017. Interview dans le Figaro- 

LE FIGARO.- Emmanuel Macron a été réélu avec 58% des voix, loin devant Marine Le Pen. Le « front républicain » a-t-il encore une fois fonctionné ?

Jérôme FOURQUET.- Oui en partie. Les enquêtes des derniers jours indiquent que l’électorat de gauche dont les candidats ont été éliminés l’a pratiqué. 40% de l’électorat de Jean-Luc Mélenchon s’est ainsi reporté sur le président sortant et deux tiers de celui de Yannick Jadot. À droite, il a également marché mais dans des proportions un peu moins larges : la moitié de celui de Pécresse, contre ¼ qui s’est reporté sur Marine Le Pen. S’il est donc toujours pratiqué, ce front républicain a cependant perdu de son caractère automatique. Au sein de l’électorat Mélenchon, c’est la composante la plus âgée qui a été la plus rétive à le pratiquer, soit celle qui était déjà en âge de voter en 2002 lors du second tour Chirac/ Le Pen, et qui aurait donc dû le mettre en œuvre pour la troisième fois. …

«La campagne électorale ayant été assez évanescente, elle n’a pas servi de soupape ou de purge cathartique des tensions traversant le pays. Il est donc à craindre que celles-ci ne trouvent pas de débouchés dans l’hémicycle mais dans la rue.»

Radio-La lente décomposition d’Europe 1

Radio-La lente décomposition d’Europe 1

Dans une tribune au « Monde », l’ancien journaliste de la station observe, entre tristesse et colère, la lente dégringolade de cette radio qui fut une « belle architecture », mais où ce qui était débat devient aujourd’hui « outil sordide de propagande ».

Le naufrage impressionne, car c’est un paquebot qui prend l’eau. Encore faut-il remonter aux sources de l’avarie. Europe 1 est née dans le récit, la mémoire, la liberté de ton, l’histoire en direct – guerre d’Algérie, Mai 68, révolutions, société et jeunesse – « Salut les copains », Johnny et sa bande, sport, culture et impertinence. Ajoutez les voix, sans lesquelles une radio fiche par-dessus bord cette dose indispensable d’imaginaire et de cœur. De Filipacchi à Gildas et Paoli père et fils, d’Arnaud à Choisel et Saccomano, de Desjeunes, Lescure et Sinclair à Elkabbach, de Rabilloud, Tronchot et Carreyrou à Nay et Mougeotte. De Coluche à Souchier. De Guillaume Durand à Yves Bigot. De Patrick Cohen à Pascale Clark, Taddeï et Vandel. Des voix qui créent l’image, et pas l’inverse.

Pour mériter le podium des radios périphériques, il faut avoir la décence de respecter sa propre histoire. L’élégance de jouer contre ses propres idées quand il est question d’information et de programme. La trahison fut donc totale.

Dès la fin des années 1980, Europe 1 ne veut ni voir ni entendre les nouvelles habitudes d’écoute : l’image qui dévore ; les flux d’information qui ruinent toute hiérarchie, repoussent les interdits, engendrent fantasmes et réécriture de l’histoire. Flux qui imposent en contrepoids dignité et culture, lenteur du savoir, plus que jamais indispensables.

En 1996, au moment où le nouveau gérant de la rue François-Ier [Jérôme Bellay, nommé directeur général de l’antenne] met la culture hors champ, abrase de manière scandaleuse les voix historiques de la station et légitime la stratégie du « small talk » – plus c’est court, plus c’est bon –, RTL crée avec discrétion, intelligence, un rendez-vous matinal entièrement consacré à la culture : « Laissez-vous tenter ». Bingo.

Le pli est pris. Malgré les envolées lyriques de d’Eugène Saccomano, la droitisation naturelle de la station, et le seul Yves Calvi qui manie fausse ignorance et découverte pour le plus grand nombre, Europe 1 n’est plus qu’une radio confinée, obsédée par le confort de ses fossoyeurs, lesquels n’ont cure de la rédaction et de ses talents.

Règle intangible : le paquebot plonge toujours plus vite qu’un hors-bord.

Hors les passages éclair, lumineux, dans la nuit qui venait, de Denis Jeambar et d’Alexandre Bompard [respectivement directeur général de l’antenne en 1995-1996 et président de la station de 2008 à 2010], convaincus qu’Europe 1 ne pouvait vivre qu’en assumant son histoire, ses débats et sa culture, ce fut la course pathétique à l’échalote, derrière les nouvelles niches radiophoniques.

L’autorité de l’État en décomposition (Henri Guaino)

L’autorité de l’État en décomposition (Henri Guaino)

 

L’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy estime dans le Figaro que l’autorité de l’État est en pleine décomposition

 

Interview

 

Que vous inspirent les deux tribunes publiées sur le site de l’hebdomadaire Valeurs actuelles, tour à tour signées en majorité par des généraux à la retraite puis de manière anonyme par des militaires d’active?

Henri GUAINO. - D’abord que l’hystérie et le déni de la réalité sont des poisons mortels pour notre démocratie. La première tribune ne faisait que pointer ce que vivent tous les jours des millions de Français: le délitement de la société, la montée du communautarisme, de la violence, de la haine et qu’à continuer de glisser sur cette pente, il y aurait un risque que tout cela se termine un jour en guerre civile. Parce qu’elle était signée par des vieux généraux, elle a provoqué les cris d’orfraie de ceux qui pour exister ont besoin de voir partout l’ombre de l’extrême droite, du fascisme et du putsch. Mais refuser de regarder en face cette haine et cette violence qui montent inexorablement depuis des années et qui débordent est autrement plus dangereux pour la paix civile

La démission de Collomb marque la décomposition du macronisme

La démission de Collomb marque  la décomposition du macronisme

 

 

De toute évidence, le départ de Gérard Collomb marque le début d’une décomposition du macronisme.  En effet, Gérard Collomb a été le premier responsable  de  poids à soutenir la candidature de Macon pour la présidence de la république. Derrière lui, il a entraîné tous les déçus de François Hollande et plus généralement les sociaux démocrates du parti socialiste. Ensuite se sont greffés d’autres soutiens importants comme celui de François Bayrou puis de certains écolos comme Hulot ; mais en quelque sorte les trois piliers qui ont permis l’ascension et la constitution pouvoir de Macron  se sont en grande partie écroulés.  Certes François Bayrou a été écarté pour avoir comme le Front National confondu les ressources européennes et les ressources de son parti. Il ne s’agit pas vraiment d’une démission mais d’une mise à l’écart. Une mise à l’écart qui toutefois se perpétue car en vérité les centristes de  Bayrou sont complètement marginalisés au sein de la majeure et Bayrou lui-même est particulièrement absent du débat politique. Il ne conteste pas, si peu, il se tait. Un silence qui en dit long. On connaît par ailleurs les raisons clash entre Hulot et Macron. Hulot s’est aperçu un peu tard il n’était qu’un alibi pour Macron assez indifférent à l’écologie hormis ces grandes déclarations internationales non suivies d’effet y compris en France. Le macronisme  a-t-il encore un avenir ? De gens de gauche, du centre et de droite qui n’ont pas grand-chose en commun. Le ciment c’est uniquement Macron sorte de cocktail entre  centralisme monarchique, un ultra libéralisme économique et une idéologie molle et confuse. Aucun proche de Macron ne montre la  capacité de théoriser l’analyse et la vision du président. Le macronisme va donc sans doute s’écrouler progressivement par pan car il n’a pas vraiment d’idéologie ni de vision. C’est une sorte d’opportunisme qui s’inscrit dans les modes actuelles et sacrifie le futur au court terme via des réformettes. S’ajoute  à tout cela l’arrogance d’un jeune chef d’État sans réelle expérience politique. . Il est en quelque sorte hors-sol.

Venezuela : le modèle de Mélenchon en pleine décomposition

Venezuela : le modèle de Mélenchon en pleine décomposition

 

Nouvelle manifestation cette fois pour protester contre la censure du gouvernement, une  vague de protestation ayant déjà fait 66 morts depuis début avril. « Ils ont arrêté la diffusion de certains médias parce qu’ils ne reproduisent pas l’opinion du gouvernement. Nous venons demander la fin de la persécution contre les journalistes », a déclaré à l’AFP Santiago Acosta, étudiant et membre du conseil universitaire de l’Université catholique Andrés Bello (UCAB). Le président Nicolas Maduro, confronté à une vague de manifestations réclamant son départ depuis plus de deux mois, accuse une partie de la presse de mener campagne contre lui pour le faire chuter. En réalité le pays est confronté à une crise sans précédent, une crise économique, une crise sociale et une crise politique. Le pays dirigé par Chavez puis par Maduro est  en pleine décomposition. Un pays qui  pourtant pour Mélenchon représentait « l’inépuisable idéal de l’espérance humaniste de la révolution ». Aujourd’hui il représente surtout la misère et la dictature. . L’ONG Espacio Publico critique la « politique de censure » du gouvernement contre les médias critiques, tandis que le Syndicat national des journalistes (SNTP) a dénoncé plus de 200 agressions contre des reporters durant les manifestations. Dans le cortège vendredi, beaucoup continuaient de réclamer l’organisation d’élections anticipées, le leitmotiv des adversaires du président Maduro, qui rejettent aussi son projet de réforme de la Constitution, une manoeuvre pour s’accrocher au pouvoir selon eux. « Le pays est ruiné, avec des problèmes comme s’il était en guerre. Nous voulons un changement, des élections maintenant et ce que veut Maduro, c’est une Constitution sur mesure », a déclaré à l’AFP Rosalba Venegas, 40 ans, venue manifester. D’autres manifestations et des blocages de rue ont eu lieu dans la soirée dans différentes parties de l’est de la capitale, dispersés à coup de gaz lacrymogènes par les forces de sécurité. L’opposition a appelé à sortir une nouvelle fois dans la rue samedi, alors que les manifestations sont quasi-quotidiennes.

La décomposition politique est en marche (Yves Cossé, ancien commissaire au Plan)

La décomposition politique est en marche (Yves Cossé, ancien commissaire au Plan)

La décomposition politique est en marche. La situation s’apparente à celle des années 50, avec la tentative de gouvernement reposant sur une troisième force, entre deux partis hors système. Mais Emmanuel Macron va devoir éviter les faiblesses de cette troisième force. Par Pierre-Yves Cossé, ancien commissaire au Plan La décomposition politique est en marche. Elle n’est nullement achevée. Les élections législatives mesureront le degré de résistance des partis politiques et principalement des Républicains, les moins mal placés a priori. Cette décomposition n’est pas un accident résultant de phénomènes passagers, effets d’une crise économique, vieillissement des dirigeants ou  dynamisme exceptionnel d’un jeune et talentueux leader. Elle est liée à des réalités durables, changements technologiques rapides et  mondialisation, qui fabriquent des laissez pour compte et accroit les inégalités de toute sorte, entre territoires et entre individus. Il s’en suit des mutations profondes  et un éclatement des forces politiques existantes, qui pourrait compromettre le fonctionnement de la cinquième république. La période actuelle fait penser à la situation existant autour des années 50, lorsque deux partis politiques avaient pour objectif majeur la destruction du régime. Le parti communiste, représentant plus de 20% des électeurs, disposant de relais dans la société civile et le monde ouvrier, et dépendant de l’Union Soviétique, prétendait mette fin au capitalisme. Le parti « gaulliste » moins menaçant pour le système, se comportait en opposant systématique, qu’il s’agisse de l’Europe ou de la décolonisation, avec l’objectif du retour au pouvoir du Général de Gaulle. L’importance relative de ces deux partis avait pour effet la disparition de l’espace nécessaire pour la confrontation traditionnelle dans une démocratie politique entre droite et gauche de gouvernement. Il fallait que celles-ci s’allient pour gouverner. Ce fut ce qu’on appela la « troisième force » Elle échoua, du fait de la faiblesse de l’exécutif dans les institutions de la quatrième république, de l’incapacité des partis de gouvernement à passer des accords durables et de la gravité des crises à résoudre (la décolonisation)  En 2017, également, deux partis populistes  puissants veulent détruire les institutions existantes et le système économique, « la France insoumise » de Jean -Luc Mélenchon et le Front National de Marine Le Pen. Même si leur importance a été amplifiée par une élection présidentielle qui a valorisé des leaders éloquents et combatifs, ces partis représentent une coalition hétérogène de mécontents qui n’est pas prête de se dissoudre : victimes de la désindustrialisation, monde rural affaibli et isolé, opposants à la présence d’une population immigrée jugée pour une part inintégrable,  anticapitalistes souvent jeunes et parfois anarchistes. Réduire le nombre de ces « hors-système «  est une priorité mais cela  prendra du temps. Faisons l’hypothèse, qui n’est pas absurde, que ces forces représentent durablement, chacune, 25% des électeurs. Il reste 50% des électeurs pour les partis de gouvernement, ce qui est insuffisant pour la coexistence d’une droite et d’une gauche alternant au pouvoir. Certains dirigeants politiques « classiques » l’ont compris, comme M. Estrosi en Provence- Côte d’Azur : ou il ouvre la porte au Front National au risque de perdre tout contrôle, ou il travaille avec la gauche, comme l’avaient fait en leur temps Gaston Defferre et Jean-Claude Gaudin à Marseille. Celui qui a le mieux compris ce nouveau paysage politique est évidemment Emmanuel Macron, qui cherche à  rassembler la droite et de la gauche de gouvernement. Deux voies étaient ouvertes : l’alliance ou l’absorption. L’alliance est apparemment moins risquée  dans un régime devenu semi-présidentiel, où le président dispose d’un pouvoir propre et de marges de manœuvre sur un Parlement affaibli par rapport à la quatrième république. Il a avancé sur cette voie avec l’alliance passée avec le Modem, à un moment où, à vrai dire il n’avait guère le choix. Il aurait pu continuer en se préparant à des alliances dans le nouveau Parlement, tout en cherchant à avoir un groupe parlementaire macronien le plus fort possible, bref en visant la formule 1958 -la majorité relative- et non la formule 1962- la majorité absolue. Il est clair qu’il a une forte préférence pour la formule 62 et qu’il veut passer en force, comme il le fait depuis le début. Les prudents lui conseillaient de se présenter aux Primaires de la gauche. Il ne les a pas écoutés et il a eu raison. Il continue sur la même voie, voulant gagner par KO sur les états-majors des partis politiques. Il n’est pas convaincu par des formules type « contrat de gouvernement » passé avec d’autres formations politiques. Il est probable que son début d’expérience  avec le Modem ne renforce pas son goût pour l’alliance, puisqu’il est obligé d’accepter des « chevaux de retour » comme candidats aux élections.  Il peut ne pas remporter une victoire totale en juin, surtout si la multiplication de situations de triangulaires, voire quadrangulaires transforme le second tour en tir au pigeon. Ce sera alors à son Premier Ministre de passer les accords nécessaires avec le Parlement, ce qui entrainera un certain déplacement des pouvoirs de l’Elysée à Matignon. Mais le président lui fera obligation d’éviter les faiblesses d’une nouvelle « troisième force »

Pierre-Yves Cossé




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol