Archive pour le Tag 'décarbonation'

Numérique et décarbonation

Numérique et décarbonation 

Depuis plusieurs années, différents travaux montrent que les technologies digitales sont d’importants émetteurs de CO2. De nombreuses voix, dont celle de Gilles Babinet (*), se sont élevés pour rappeler que que celles-ci participent aussi à réduire les atteintes à l’environnement. Qu’en est il réellement et quelles sont les perspectives à moyen terme ?

 

Le numérique émet il autant de CO2 qu’on le dit généralement ? Il représente directement entre 2 et 4% de l’ensemble des émissions de CO2 soit 400 à 900 millions de tonnes de CO2 sur une base annuelle. C’est comparable à l’aviation commerciale, mais c’est très peu rapporté au temps que l’on y passe. Un film sur Netflix, ce n’est pas 1 à 3 Kg de CO2 comme on l’a parfois lu, mais plutôt moins de cent grammes et ce chiffre se réduit d’année en année.

Avant même les usages, ce qui crée du CO2, ce sont les achats d’équipement. C’est 80 à 90% de ses émissions et probablement plus encore en France où l’énergie est très décarbonée et donc l’usage très faiblement émetteur de carbone. La fabrication des sous parties électronique émet du CO2  parce qu’elle recours à des processus de production très énergivores, et que ces équipements sont majoritairement produit dans des pays à forte intensité carbone, comme la Chine, Taiwan, la Corée, la Thaïlande, etc. Avec une moyenne de 27 Kg de Co2 émis par kilo d’électronique, avoir des écrans plats partout dans sa maison n’est pas une bonne idée. Beaucoup dénoncent par ailleurs le consumérisme numérique : le fait qu’il est très facile d’acheter un week-end à Venise en avion sur internet pour une bouchée de pain. Et il est vrai que cette facilité ne nous aide pas pour l’instant à prendre conscience des externalités de nos actions en terme de carbone .

Changer de téléphone mobile dès qu’une nouvelle version sort n’est pas une bonne idée pour le climat, mais paradoxalement, changer certains équipements de datacenter à forte intensité énergétique lorsqu’ils sont amortis peut avoir un effet positif tant les gains de performance sont importants d’une génération à l’autre. C’est d’autant plus vrai s’ils sont utilisés dans des pays où l’énergie est très carbonée. Les calculs liés à l’intelligence artificielle devraient connaitre des facteurs de réduction d’intensité énergétique assez significatifs dans les années à venir du fait de nouvelles formes d’architectures et d’algorithmes. On peut aussi avoir des pratiques positives : utiliser les comparateurs de trajet pour privilégier les mobilités douces et le train plutôt que la voiture et l’avion.

Le numérique peut faire beaucoup. En premier lieu, nous aider à comprendre ce qui crée du carbone et des gaz à effet de serre, et comment éviter cela. Dans l’agriculture par exemple, qui est faite de processus très complexes et nécessitant beaucoup d’adaptation locale, le numérique permettra peut être un jour d’avoir une agriculture tout à la fois productive et captant du carbone. Dans l’industrie et la distribution, il permet aussi de considérablement améliorer les supplychains en les décarbonant. Avoir un stock plus important de pièces pour un acteur industriel peut s’avérer meilleur pour le climat que d’être en flux tendu avec ses fournisseurs l’approvisionnant par avion. Le taux d’usage pour une voiture, c’est 6% – le reste c’est du temps de parking – pour un immeuble tertiaire, le temps d’usage c’est 24%, pour une maison de vacances, cela peut être moins de 2%. Le numérique peut aider à améliorer ce taux d’usage et aider à faire fonctionner des systèmes très asymétriques, comme les réseaux d’électricité où l’offre et la demande ne s’expriment que rarement au même moment.

D’une façon plus générale, le numérique permet de mieux affecter le capital. Si vous avez des infrastructures qui sont faiblement utilisées, c’est un gâchis d’énergie et donc une émission nette de CO2. Il permet également de mettre en évidence les externalités. Or, en économie, ce qui ne se mesure pas n’existe pas.

Introduire une taxe carbone sur l’électronique serait une bonne idée. Ca redonnerait un atout compétitif à l’Europe et pousserait tout le monde dans la bonne direction. Par ailleurs développer fortement des pratiques environnementales basées sur l’intelligence artificielle pourrait être d’un apport considérable. La voiture autonome permettrait par exemple d’accroitre de façon radicale le taux d’usage évoqué auparavant.

De même, une agriculture « AIdynamique » devrait avoir un fort potentiel. Même chose dans les supplychains… Or, cette expertise est vraiment très difficile d’accès en France du fait du manque de compétences et de données ouvertes. Enfin dans la Green New Deal de la Commission européenne, il est prévu de créer des passeports numériques pour chaque objet qui comprendrait le détail des externalités que celui-ci induit : c’est potentiellement un facteur énorme d’incitation au changement.

____________________________

* Gilles Babinet est un entrepreneur dans le domaine digital. Il est contributeur de l’institut Montaigne sur les questions numériques et travaille actuellement sur les enjeux liés au numérique et aux émissions de CO2.

 

Environnement et décarbonation : Berlin qui combattait le nucléaire voulait des exceptions pour le gaz !

Environnement et décarbonation : Berlin qui combattait  le nucléaire voulait des exceptions pour le gaz !

 

Pour schématiser à outrance , l’Allemagne voulait utiliser plus librement le gaz dans le cadre de la lutte pour la décarbonation et voulait mettre des freins au nucléaire français qui lui ne produit pas de carbone ! L’enjeu est d’empêcher la France de devenir une superpuissance en matière d’industrie nucléaire et d’exporter ses technologies. Dans cette guerre,  la question environnementale est secondaire. Finalement un compromis vient d’être passé pour qualifier gaz et nucléaire comme verts pour lutter contre les émissions de carbone.
Un compromis vraiment politique vient d’être réalisé avec la création dans la taxinomie d’une sous-catégorie dédiée d’énergies « de transition », comme proposé par la Commission dans son avant-projet envoyé aux Etats le 31 décembre, sera bien confirmée ce mercredi. Cette solution de compromis a le soutien d’une large majorité d’Etats et ne devrait pas soulever d’opposition majoritaire au Parlement européen. Mais la bataille a fait rage sur les nombreux garde-fous que veut poser l’exécutif européen. Dans un projet de texte diffusé dimanche en interne à la Commission, qui prévoit une entrée en vigueur le 1er janvier 2023 et dont « Les Echos » ont eu copie, ils obtiennent gain de cause sur un point qui était cher aux industriels allemands : gagner du temps avant de devoir remplacer le gaz naturel par du gaz renouvelable ou de l’hydrogène, une des conditions posées à l’intégration dans la taxonomie. 

Dans le nouveau texte, la contrainte est toujours d’avoir complété la transition en 2035, mais les objectifs intermédiaires initialement prévus dès 2026 (au moins 30 % de gaz renouvelable ou peu carboné), puis pour 2030 (au moins 55 %), ont disparu.

Dit autrement, Berlin et l’industrie du gaz verraient s’éloigner les contraintes et concessions les plus immédiates. Les autres points saillants de l’avant-projet pour encadrer le gaz seront toutefois bien maintenus : les nouvelles centrales à gaz devront obtenir leur permis de construire avant 2030, ne pas émettre plus de 270 g de CO2/kWh et venir remplacer des infrastructures existantes plus polluantes (charbon).L es critères imposés au secteur nucléaire pour être éligible ne devraient, eux, pas évoluer.  Et les équilibres penchent contraires en faveur de l’Allemagne et du gaz alors que paradoxalement le nucléaire n’aimait pas de carbone ! Bref davantage une bataille économique environnementale.

Pour être éligibles, les projets devront toujours avoir obtenu un permis de construire avant 2040 pour les modifications d’installations, et avant 2045 pour les nouveaux réacteurs. « Les dates sont trop proches » et « entraveront la prolongation de la durée de vie des réacteurs actuels, pourtant indispensable pour faire face au doublement des besoins en électricité liés à la décarbonation », ont alerté Bernard Accoyer, président de l’association Patrimoine nucléaire et climat, et Louis Gallois, coprésident de La Fabrique de l’industrie, dans une tribune aux « Echos » le 11 janvier.

L’exigence de recourir à partir de 2025 à des combustibles de type ATF (« accident tolerant fuel ») est aussi dénoncée par la Société française de l’énergie nucléaire (Sfen), qui trouve la notion trop floue juridiquement et rappelle que de tels combustibles sont à peine naissants. Les pronucléaires voudraient, à l’instar des progaz, voir eux aussi sauter cette contrainte à court terme. Ils ne vont, selon nos informations, obtenir sur ce point qu’un petit geste, avec une potentielle rediscussion en 2025 si la technologie idoine n’est alors pas prête.

Décarbonation : Berlin qui combattait le nucléaire voulait des exceptions pour le gaz !

Décarbonation : Berlin qui combattait  le nucléaire voulait des exceptions pour le gaz !

 

Pour schématiser à outrance , l’Allemagne voulait utiliser plus librement le gaz dans le cadre de la lutte pour la décarbonation et voulait mettre des freins au nucléaire français qui lui ne produit pas de carbone ! L’enjeu est d’empêcher la France de devenir une superpuissance en matière d’industrie nucléaire et d’exporter ses technologies. Dans cette guerre,  la question environnementale est secondaire. Finalement un compromis vient d’être passé pour qualifier gaz et nucléaire comme verts pour lutter contre les émissions de carboneUn compromis vraiment politique vient d’être réalisé avec la création dans la taxinomie d’une sous-catégorie dédiée d’énergies « de transition », comme proposé par la Commission dans son avant-projet envoyé aux Etats le 31 décembre, sera bien confirmée ce mercredi. Cette solution de compromis a le soutien d’une large majorité d’Etats et ne devrait pas soulever d’opposition majoritaire au Parlement européen. Mais la bataille a fait rage sur les nombreux garde-fous que veut poser l’exécutif européen. Dans un projet de texte diffusé dimanche en interne à la Commission, qui prévoit une entrée en vigueur le 1er janvier 2023 et dont « Les Echos » ont eu copie, ils obtiennent gain de cause sur un point qui était cher aux industriels allemands : gagner du temps avant de devoir remplacer le gaz naturel par du gaz renouvelable ou de l’hydrogène, une des conditions posées à l’intégration dans la taxonomie.

Dans le nouveau texte, la contrainte est toujours d’avoir complété la transition en 2035, mais les objectifs intermédiaires initialement prévus dès 2026 (au moins 30 % de gaz renouvelable ou peu carboné), puis pour 2030 (au moins 55 %), ont disparu.

Dit autrement, Berlin et l’industrie du gaz verraient s’éloigner les contraintes et concessions les plus immédiates. Les autres points saillants de l’avant-projet pour encadrer le gaz seront toutefois bien maintenus : les nouvelles centrales à gaz devront obtenir leur permis de construire avant 2030, ne pas émettre plus de 270 g de CO2/kWh et venir remplacer des infrastructures existantes plus polluantes (charbon).L es critères imposés au secteur nucléaire pour être éligible ne devraient, eux, pas évoluer.  Et les équilibres penchent contraires en faveur de l’Allemagne et du gaz alors que paradoxalement le nucléaire n’aimait pas de carbone ! Bref davantage une bataille économique environnementale.

Pour être éligibles, les projets devront toujours avoir obtenu un permis de construire avant 2040 pour les modifications d’installations, et avant 2045 pour les nouveaux réacteurs. « Les dates sont trop proches » et « entraveront la prolongation de la durée de vie des réacteurs actuels, pourtant indispensable pour faire face au doublement des besoins en électricité liés à la décarbonation », ont alerté Bernard Accoyer, président de l’association Patrimoine nucléaire et climat, et Louis Gallois, coprésident de La Fabrique de l’industrie, dans une tribune aux « Echos » le 11 janvier.

L’exigence de recourir à partir de 2025 à des combustibles de type ATF (« accident tolerant fuel ») est aussi dénoncée par la Société française de l’énergie nucléaire (Sfen), qui trouve la notion trop floue juridiquement et rappelle que de tels combustibles sont à peine naissants. Les pronucléaires voudraient, à l’instar des progaz, voir eux aussi sauter cette contrainte à court terme. Ils ne vont, selon nos informations, obtenir sur ce point qu’un petit geste, avec une potentielle rediscussion en 2025 si la technologie idoine n’est alors pas prête.

 

Décarbonation :Berlin qui combat le nucléaire veut des exceptions pour le gaz !

Décarbonation : Berlin qui combat le nucléaire veut des exceptions pour le gaz !

 

Pour schématiser à outrance , l’Allemagne veut utiliser plus librement le gaz dans le cadre de la lutte pour lz décarbonation et veut mettre des freins au nucléaire français qui lui ne produit pas de carbone !L’enjeu est d’empêcher la France de devenir une superpuissance en matière d’industrie nucléaire et d’exporter ses technologies. Dans cette guerre la question environnementale est secondaire. 

Un Compromis vraiment politique avec la création dans la taxinomie d’une sous-catégorie dédiée d’énergies « de transition », comme proposé par la Commission dans son avant-projet envoyé aux Etats le 31 décembre, sera bien confirmée ce mercredi. Cette solution de compromis a le soutien d’une large majorité d’Etats et ne devrait pas soulever d’opposition majoritaire au Parlement européen. Mais la bataille a fait rage sur les nombreux garde-fous que veut poser l’exécutif européen. Dans un projet de texte diffusé dimanche en interne à la Commission, qui prévoit une entrée en vigueur le 1er janvier 2023 et dont « Les Echos » ont eu copie, ils obtiennent gain de cause sur un point qui était cher aux industriels allemands : gagner du temps avant de devoir remplacer le gaz naturel par du gaz renouvelable ou de l’hydrogène, une des conditions posées à l’intégration dans la taxonomie.

Dans le nouveau texte, la contrainte est toujours d’avoir complété la transition en 2035, mais les objectifs intermédiaires initialement prévus dès 2026 (au moins 30 % de gaz renouvelable ou peu carboné), puis pour 2030 (au moins 55 %), ont disparu.

Dit autrement, Berlin et l’industrie du gaz verraient s’éloigner les contraintes et concessions les plus immédiates. Les autres points saillants de l’avant-projet pour encadrer le gaz seront toutefois bien maintenus : les nouvelles centrales à gaz devront obtenir leur permis de construire avant 2030, ne pas émettre plus de 270 g de CO2/kWh et venir remplacer des infrastructures existantes plus polluantes (charbon).L es critères imposés au secteur nucléaire pour être éligible ne devraient, eux, pas évoluer.  Et les équilibres penchent contraires en faveur de l’Allemagne et du gaz alors que paradoxalement le nucléaire n’aimait pas de carbone ! Bref davantage une bataille économique environnementale.

Pour être éligibles, les projets devront toujours avoir obtenu un permis de construire avant 2040 pour les modifications d’installations, et avant 2045 pour les nouveaux réacteurs. « Les dates sont trop proches » et « entraveront la prolongation de la durée de vie des réacteurs actuels, pourtant indispensable pour faire face au doublement des besoins en électricité liés à la décarbonation », ont alerté Bernard Accoyer, président de l’association Patrimoine nucléaire et climat, et Louis Gallois, coprésident de La Fabrique de l’industrie, dans une tribune aux « Echos » le 11 janvier.

L’exigence de recourir à partir de 2025 à des combustibles de type ATF (« accident tolerant fuel ») est aussi dénoncée par la Société française de l’énergie nucléaire (Sfen), qui trouve la notion trop floue juridiquement et rappelle que de tels combustibles sont à peine naissants. Les pronucléaires voudraient, à l’instar des progaz, voir eux aussi sauter cette contrainte à court terme. Ils ne vont, selon nos informations, obtenir sur ce point qu’un petit geste, avec une potentielle rediscussion en 2025 si la technologie idoine n’est alors pas prête.

La décarbonation menacée par la hausse des prix de l’énergie ?

La décarbonation menacée par la hausse des prix de l’énergie ?

 

Yann Leriche, directeur général de Getlink (ex-Eurotunnel), demande dans une tribune au « Monde » que la Commission européenne fixe une trajectoire du prix du carbone de façon à rendre le coût de la transition énergétique plus prévisible pour les entreprises

 

Tribune. 

 

Face au dérèglement climatique, la grande majorité des acteurs économiques ont aujourd’hui compris l’impérative nécessité de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Pourtant, la forte augmentation des prix de l’énergie que nous observons ces derniers mois, et en particulier de l’électricité, nous place face à une autre réalité.

Cette hausse des prix met en suspens les trajectoires de décarbonation. Ainsi, la compagnie britannique de fret Freightliner ressort ses locomotives diesel. Le groupe sidérurgique allemand Saarstahl, qui a acquis une aciérie électrique en France, a envisagé de rapatrier temporairement sa production vers des unités alimentées au charbon, provoquant une levée de boucliers des pouvoirs publics français.

La fédération des producteurs d’acier britannique s’avoue incapable d’adopter des techniques bas carbone face à une telle pression sur les prix de l’énergie. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) prédit des niveaux records de consommation de charbon pour produire de l’électricité en 2021. Et les exemples sont nombreux.

Le coût de la transition énergétique

On pourrait vouloir se rassurer en énumérant les circonstances particulières qui expliquent l’état actuel des marchés de l’énergie. Mais ne nous faisons pas d’illusion sur notre futur : rien ne promet qu’il sera fondé sur la stabilité. Et surtout, acceptons la réalité que nous rappelle ce moment que beaucoup d’observateurs voudraient omettre ou masquer : la transition énergétique, et donc la transition écologique, a un coût.

La transition nécessite de passer d’une énergie bon marché à une énergie plus coûteuse, elle n’est donc pas une source immédiate de profit pour l’entreprise. Pour permettre une transition rapide malgré cette donnée fondamentale, les outils sont connus : incitations à l’innovation verte et tarification du carbone. Le potentiel de la tarification pour annuler au plus tôt la compétitivité des énergies et des solutions les plus carbonées est puissant.

La hausse du prix du carbone induit mécaniquement une diminution durable des émissions de gaz à effet de serre (« The unequal economic consequences of carbon pricing », Diego Kanzig, London Business School, janvier 2022). Il faut fixer le prix du carbone au bon niveau pour favoriser une trajectoire de décarbonation des activités émettrices la plus efficace et la plus juste possible.

Pour la création d’un référent européen

Ce qui nécessite par définition une convergence des prix retenus par les différents acteurs vers la valeur qui doit servir de référence pour sélectionner les actions de lutte contre le dérèglement climatique. La mise en place d’une telle référence est nécessaire pour donner de la visibilité aux entreprises. Elle permettra d’orienter les investissements vers les solutions bas carbone, en intégrant son prix dans les processus de décision.

 

Décarbonation de l’économie : engager une démarche coopérative avec les producteurs de pétrole

Décarbonation de l’économie : engager une démarche coopérative avec les producteurs de pétrole

 

 

L’économiste Luc Désiré Omgba explique, dans une tribune au « Monde », que seule une « démarche coopérative » entre pays producteurs et pays consommateurs de pétrole peut garantir le succès de la transition énergétique vers une économie décarbonée.

 

Tribune.

 

La flambée actuelle des prix de l’énergie intervient dans un contexte où le climat est affiché comme une priorité. Paradoxalement, alors que la priorité serait le climat, les pays consommateurs réclament plus d’énergie fossile à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (l’OPEP+), et celle-ci renâcle.

Pourquoi ? Parce que les consommateurs veulent faire baisser les prix, notamment pour contenir l’inflation et consolider la reprise économique en cours. A rebours, les pays de l’OPEP+ veulent renflouer leurs budgets et garantir leurs revenus futurs dans le contexte de la baisse annoncée de la consommation des énergies fossiles – pétrole, gaz et charbon.

Cette contradiction des objectifs, des deux camps, aboutit à un système non coopératif qui met à mal la priorité climat et sa composante transition énergétique. Pour répondre à cette contradiction, il convient de mieux formuler la signification de la transition énergétique pour les exportateurs des énergies fossiles.


Dans les pays qui dépendent du pétrole et du gaz, l’essentiel du financement de l’économie repose sur les exportations de ces deux produits. Les exportations d’hydrocarbures représentent, par exemple, près de 70 % des exportations totales de l’Arabie saoudite, 85 % de celles de l’Algérie, et quasi 100 % pour l’Irak.

Ces pays font partie, avec dix autres, de l’OPEP. Les membres de l’OPEP représentent un peu plus de 70 % des réserves mondiales de pétrole. L’exploitation du pétrole et du gaz structure donc la vie économique de ces Etats, qui sont en même temps les acteurs-clés du fonctionnement des marchés mondiaux de ces hydrocarbures.

Les exportations d’hydrocarbures représentent près de 70 % des exportations totales de l’Arabie saoudite, 85 % de celles de l’Algérie, et quasi 100 % pour l’Irak

Mais la tendance mondiale à la décarbonation stimule les investissements dans les énergies propres, ce qui menace à terme les pays exportateurs d’hydrocarbures. La part des énergies renouvelables, dans le mix énergétique mondial, actuellement estimée à 17 % de la consommation finale d’énergie, est appelée à augmenter. Cette augmentation des sources d’énergie à bas de carbone devrait entraîner une réduction de l’utilisation des hydrocarbures et une baisse de leurs prix.

 

Sous le scénario des 2 °C d’augmentation, le Moyen-Orient, qui détient la majorité des réserves de pétrole conventionnel, pourrait laisser 38 % de ses réserves sous terre. La région pourrait également laisser 61 % de ses réserves de gaz sous terre. Le scénario d’une économie mondiale décarbonée devrait donc impacter de manière importante les revenus des Etats, et a posteriori la stabilité de la région avec de potentielles réactions en chaîne, comme cela peut être observé pour la Libye, l’Irak ou la Syrie.

La décarbonation pour dynamiser l’économie ?

La décarbonation pour dynamiser l’économie ?

 

La sociologue,Dominique Méda, plaide, dans sa chronique au Monde pour « un vaste programme décennal de rénovation des bâtiments publics et privés ».

Pendant que les commissions compétentes de l’Assemblée nationale s’apprêtent à discuter des mesures de la loi Climat et résilience – jugées unanimement insuffisantes –, les alertes des institutions les plus sérieuses se succèdent. Le 11 janvier, l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) publiait une note intitulée « Croissance sans croissance économique », qui rappelait les trois points suivants : la « grande accélération » actuelle de la perte de biodiversité, du changement climatique, de la pollution et de la perte de capital naturel est étroitement liée à la croissance économique ; le découplage entre les premiers et la seconde est probablement impossible ; la décroissance ou la postcroissance sont des alternatives à envisager sérieusement.

Le 2 février, l’économiste Partha Dasgupta présentait, devant la Royal Academy britannique, un rapport consacré à l’évolution de la biodiversité, dans lequel il constatait que l’humanité se trouve à un véritable tournant et appelait à « réencastrer l’économie dans la biosphère ». Quelques jours plus tard, le directeur de l’AEE, Hans Bruyninckx, employait exactement ces mêmes termes lors des journées consacrées par l’Institut syndical européen à la nécessité d’un nouveau contrat social-écologique, réunissant des dizaines de chercheurs, partenaires sociaux et responsables politiques. L’ensemble de ces travaux prenait d’une certaine façon acte des résultats scientifiques mettant en évidence que la croissance verte est un mythe et que nous devons reconstruire nos économies et apprendre à produire autrement (« Is Green Growth Possible ? », Jason Hickel & Giorgos Kallis, New Political Economy, 17 avril 2019).

Renoncer à ce mythe devrait nous permettre de gagner un temps précieux et d’organiser dès maintenant le changement de cap et la bifurcation nécessaires. Car nous savons ce qu’il faut faire : nous devons investir immédiatement, massivement et sans relâche dans la reconversion écologique de notre économie – la vraie, la matérielle – de manière à continuer à satisfaire nos besoins sociaux dans des limites environnementales strictes.

Un tel investissement, qui accroîtra certes notre endettement mais permettra de transmettre aux générations futures un monde habitable, est non seulement une exigence, mais c’est aussi une bonne nouvelle. Car nous savons que les secteurs dans lesquels il nous faut investir sont créateurs d’emplois et même que plus nous investirons, plus nous aurons d’emplois demain. Il nous faut donc saisir pleinement l’occasion qui nous est aujourd’hui offerte de résoudre en partie la très grave crise de l’emploi dans laquelle nos pays sont – et vont être – plongés.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol