Archive pour le Tag 'de'

Page 2 sur 236

Salauds de patrons (Geoffroy Roux de Bézieux)

Salauds de patrons (Geoffroy Roux de Bézieux)

 

Un extrait d’un livre, au titre provocateur du nouveau patron du Medef sur les golden parachute qui choquent régulièrement l’opinion. Reste à savoir si ce livre aura inspiré les grands patrons dans leur pratique !

 

« Ce que les dérapages récents ont remis en cause, ce n’est pas seulement la prise de risque ou le montant des options. Bien sûr, je partage l’indignation des uns et l’écœurement des autres face à ces comportements cupides, et comme la très grande majorité des chefs d’entreprise, je suis l’une des victimes collatérales de ces affaires. Mais ce ne sont pas les montants, à quelques exceptions près, qui sont choquants, non c’est l’absence de partage. Je suis écœuré avant tout par la dérive monarchique de certains patrons qui s’octroient plus du tiers de la totalité des stock-options attribuées et plus de la moitié de celles réserves au comité de direction.

« Le patron, surtout dans un rôle de manager salarié, devrait être primus inter pares (premier parmi les égaux) au sein de son équipe de direction, celui sur qui repose la décision finale mais qui travaille avec ses collaborateurs. Selon cette conception du management, il ne peut accaparer une trop grande part des stock-options ou du bonus annuel, car les systèmes d’incentive mis en place le sont pour l’ensemble du management et, plus largement, des collaborateurs.

«Après les stock-options, ce sont les “golden parachutes” et “retraites chapeaux” qui se sont retrouvés dans le collimateur des médias et de l’opinion. C’est très simple à comprendre : le Français moyen fait immédiatement la comparaison avec son propre sort, sa retraite menacée, et surtout ses indemnités en cas de licenciement.

« En raison de ces conséquences sur l’opinion, mais aussi pour des raisons de morale, je suis contre l’attribution de parachutes dorés ou de retraites complémentaires, hors bien sûr une indemnité contractuelle pour remplacer l’absence d’Assedic pour les mandataires sociaux. Autant un patron qui développe un grand groupe doit pouvoir être très bien payé, autant, s’il part, de son fait ou contre son gré, il n’a pas à toucher des sommes faramineuses comme celles qui défrayent la chronique. Notons d’ailleurs que de nombreux patrons partent en fin de carrière sans passer par la case “golden parachute”. Il y a un vieil adage de droit qui dit : “Là où est le risque, là doit être le profit.” C’est bien tout le débat : on ne peut pas faire croire aux Français, actionnaires ou non, que plusieurs dizaines de millions d’euros d’indemnités de départ correspondent à une juste rémunération du risque.

« Un dernier point me paraît indispensable, c’est la transparence. Nous vivons à l’ère de la transparence dans tous les domaines de la société et rien n’est pire que de cacher les choses. “Pour vivre heureux, vivons cachés”, a longtemps été la devise du patronat français ; cela n’est plus tenable aujourd’hui. A chaque nouvelle affaire de salaires ou de “golden parachutes” patronaux, j’ai le choix entre deux attitudes : soit ne rien dire et laisser les médias se déchaîner, soit intervenir, non pas dans le détail de l’affaire, mais sur les principes généraux énoncés plus haut, au risque de me faire accuser par les pairs de jeter de l’huile sur le feu. Je continue à croire que la première attitude qui a longtemps prévalu est suicidaire.»

Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef depuis le 3 juillet dernier, Salauds de patrons (Hachette, avril 2007).

 

EDF : découpage en rondelles de saucisson

EDF : découpage en rondelles de saucisson

 

En France, quand on ne sait pas gérer une entreprise publique, en général on procède à des réformes de structures. Bref, on bricole l’organigramme en espérant un miracle de l’éclatement des activités. Cette réforme est grandement poussée par le très grand gestionnaire ministre de l’environnement,  Hulot. Il pousse notamment la séparation des activités du nucléaire pour en favoriser l’extinction progressive des autres activités. Bref on mettrait seulement dans le même panier l’endettement et le dépérissement du nucléaire, dans les autres paniers les énergies renouvelables et les activités rentables. La banque suisse UBS avait élaboré un scénario fictionnel opérant une séparation entre, d’une part, le réseau, les services clients et les énergies renouvelables, et de l’autre, les actifs nucléaires et thermiques ainsi que les activités britanniques et italiennes. Certes EDF est une immense cathédrale dont la gestion est loin d’être exemplaire, en outre dont on a complètement sous-estimé pendant longtemps le sur endettement. Un surendettement qui va s’accroître avec les opérations de grand carénage, la gestion des déchets et le démontage progressif des centrales arrêtées. Il y a cependant dans cette entreprise un potentiel technique immense, on est encore loin d’avoir mis à jour et surtout développé les nouvelles ressources énergétiques. S’il faut effectivement exiger plus et mieux de la part d’EDF notamment en matière de compétitivité on ne peut réduire cette entreprise à la gestion d’une dette ingérable et à la gestion d’une énergie devant disparaître

100 millions de dollars versés au Gabon (FMI)

100 millions de dollars versés au Gabon (FMI)

Si on comprend que certains pays pauvres par exemple du Sahel puissent bénéficier des subsides du fonds monétaire international par contre on peut s’étonner que le Gabon demande aussi l’aide du FMI. Ce très petit pays de 2 millions d’habitants est une sorte d’exception en Afrique. En effet la richesse potentielle est immense et le nombre d’habitants peu élevé.  Le pétrole représente de leur de 50 % des ressources publiques et 80 % des exportations. Le problème c’est que le pays est surtout victime d’une corruption avec d’innombrables organismes publics et parapublics qui permettent aux proches du pouvoir de se servir. Certes depuis la crise de 2009 le pays a vu fondre ses recettes en raison de la chute des prix du pétrole mais cela ne saurait expliquer qu’avec de telles richesses potentielles on constate un taux de chômage particulièrement élevé. Ce qui caractérise ce pays ce sont surtout les inégalités car en moyenne le PIB par habitant est relativement satisfaisant. La croissance économique s’est affaiblie du fait du déclin de la production de pétrole et la performance du Gabon  »a été mitigée » par rapport au programme de réformes établi avec le FMI. Il y a ainsi eu des « dérapages budgétaires » fin 2017 et début 2018 qui ont handicapé la trésorerie, ce qui a sapé les efforts pour solder les arriérés, a noté le Fonds. « Les conditions macro-économiques s’améliorent lentement au Gabon mais la reprise demeure fragile », a indiqué David Lipton, le numéro 2 du Fonds. En juin 2017, le FMI avait approuvé un prêt sur trois ans de 642 millions de dollars au titre de son mécanisme élargi de crédits (MEDC). Avec la tranche accordée mercredi, ce sont jusqu’ici 300,7 millions de dollars qui ont été versés au Gabon.

Salauds de pauvres

Salauds de pauvres

 

 

L’expression a té utilisée au cinéma, dans plusieurs livres, par Coluche et même par Macron, quand en privé (mais avec une vidéo diffusée aux médias !) quand il a déclaré que ces dépenses sociales coûtaient un pognon de dingue. Une déclaration qui n’est toutefois pas sans fondement car la France réussit l’exploit  ’avoir l’un des plus hauts taux de dépenses sociales avec en même temps un pourcentage très élevé de pauvreté.  La première raison provient sans doute du manque chronique de richesse nationale. En général,  ces dernières années la croissance en France a été en-dessous de celle de ses voisins européens d’où un chômage endémique principal pourvoyeur de pauvreté. D’autres facteurs viennent expliquer ce phénomène ; par exemple, une certaine forme d’hérédité. Non pas une hérédité génétique mais sociétale. Comme chez les riches le patrimoine ce transmet et 80 % des pauvres transmettent leur pauvreté à leurs descendants. Finalement, le même processus que chez les riches mais avec des conséquences moins heureuses. En juillet,  le gouvernement devait annoncer un fameux plan pauvreté composé surtout de sparadrap sur la jambe de bois de la misère. Une sorte de vision de type charitable et non une réforme structurelle tendant notamment à rétablir l’égalité des chances. Car évidemment tout part du niveau culturel. Il est bien connu que les grandes écoles ne sont surtout fréquentées que par les fils de bourgeois. Les enfants des couches moyennes vont  le plus souvent à l’université. La descendance des parents défavorisés opte  pour la filière apprentissage et trop souvent la filière zéro qualification. C’est-à-dire des emplois qui mobilisent surtout la force des bras. Avec d’une part l’informatisation des processus de production, d’autre part la concurrence mondiale des travailleurs encore plus pauvres, les moins favorisés sont les premières victimes balayées par le vent de la « modernisation ». La pauvreté est un phénomène terrible car non seulement elle prive leurs victimes de conditions matérielles de vie décente mais en plus elles détruisent dans le cerveau toute espérance un jour de pouvoir s’en sortir. Ce n’est plus vraiment une manière de vivre mais de survivre dans un pays qui pourtant ne manque pas de richesses mais tellement mal réparties. Pour preuve du mépris à l’égard de ces parias de la société, on a choisi de donner une priorité à la coupe du monde de football. À défaut de pain, on a octroyé des jeux au peuple. Et le plan de pauvreté renaîtra peut-être à la rentrée.

Le retour de l’inflation …. Sans la croissance

Le retour de l’inflation …. Sans la croissance

 

A atteint un pic de 2,3 % en juillet, sur l’année la hausse des prix devrait être d’environ 2 %. Alors que l’inflation reprend parallèlement, la croissance se tasse (1.7 au lieu de 2%)L’inflation a atteint en juillet 2,3%. L’inflation s’est envolée en juillet avec plus de, 3 %. Sur l’année la hausse devrait atteindre 2 %. Parallèlement la croissance se tasse et le chômage va se dégrader. Du coup, il ne faut guère espérer d’augmentation significative des salaires et le pouvoir d’achat devrait quasiment stagner surtout si on tient compte de la hausse réelle des prix à la consommation. Un pouvoir d’achat qui a déjà perdu 0,6 % au dernier trimestre et qui explique largement le tassement de la consommation des ménages et au-delà de la croissance. Cette hausse de l’inflation n’a pas été constatée de manière aussi forte depuis 2012. ; Hausse de l’inflation et tassement de la croissance un effet de ciseau qui n’est pas particulièrement vertueux. Le gouvernement est pour une part responsable de cet inflation   Ce retour de l’inflation s’explique d’abord par la hausse de la fiscalité indirecte, puisque le gouvernement a augmenté les taxes sur le tabac et les carburants. La hausse du prix du pétrole, dont le baril frôle les 80 dollars soit son plus haut depuis près de quatre ans, renforce la tendance. La question est de savoir si les salaires pourront être augmentés afin de suivre l’inflation. Rien n’est certain puisqu’on constate un repli du taux de croissance de l’activité générale. Reste à savoir si le gouvernement va aussi autoriser le relèvement des pensions qui ont déjà été bloquées pendant des années. (Entre 2010 et 2016).

Impôt sur la fortune: 1 milliard au lieu de 4

Impôt sur la fortune: 1 milliard au lieu de 4

 

 

 

Bonne nouvelle titre un journal économique : l’impôt sur la fortune va rapporter 1 milliard au lieu de 800 000 € prévus. C’est évidemment oublié que l’impôt sur la fortune ne porte désormais que sur l’immobilier et que cet impôt a  rapporté précédemment 4 milliards. Bref en clair, Macron a fait un petit cadeau de 3 milliards au fortunés sous le prétexte que cette retourne fiscale devrait alimenter l’investissement productif. Or la suppression de l’ancien un impôt sur la fortune n’a été assorti d’aucune condition. De sorte qu’une grande partie des 3 milliards seront investis dans la spéculation qui n’apporte rien à la croissance (exemples : spéculation sur les cours de matières premières, sur les taux ou encore sur les devises). Pour Macon c’est un peu un renvoi d’ascenseur puisque ce sont surtout les milieux financiers qui l’ont porté à  l’Élysée ;  pas étonnant que Macron traîne avec lui cette étiquette de président des riches. Notons enfin que les plus fortunés ont rarement un patrimoine immobilier important. Souvent rien ne leur appartient et l’immobilier, quand ils en possèdent, est noyé dans des sociétés écrans.

 

Canicule : risque de saturation des urgences

Canicule : risque de saturation des urgences

 

Le président de l’association des médecins urgentistes s’inquiète du risque de saturation des urgences en raison de la prolongation de la canicule. Le problème est connu. Il y a bien un plan canicule depuis 2003 mais les effectifs médicaux ne sont pas à la hauteur des risques sans parler des hôpitaux publics toujours aussi mal organisés avec des sous-effectifs dans certains secteurs et l’inverse dans d’autres. Pourtant la ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn a estimé sur France Inter que le pays était “bien mieux armé” que lors de la canicule de 2003, qui avait entraîné une surmortalité de l’ordre de 20.000 décès. “Il y a maintenant un plan national canicule qui s’active dans tous les départements touchés”, a rappelé la ministre. “Aujourd’hui, 70 départements français vont être touchés par la canicule, les préfets activent ce plan”, a-t-elle ajouté. Les établissements ont par ailleurs adapté leurs effectifs, notamment dans les zones touristiques, car pour Agnès Buzyn, “en période de vacances, ce qui compte c’est surtout que les hôpitaux s’adaptent à leur bassin de vie”. Mais pour Patrick Pelloux, président des urgentistes, s’il y a effectivement une “mobilisation générale”, notamment en termes de prévention “il y a un problème: on n’a pas de moyens” pour assurer par exemple la mise en place d’un “plan blanc” s’il venait à être déclenché.

 

De futurs étés à 50 °

De futurs étés à 50 °

Il faudra s’attendre  à des étés de 50° déclare  Robert Vautard, climatologue au CNRS et directeur de recherche au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE). Interrogé par franceinfo, ce spécialiste affirme que « les températures extrêmes que l’on subit cet été vont devenir la norme ».

 

Franceinfo : Peut-on imputer les vagues de chaleur actuelles au changement climatique ?

Robert Vautard : D’une manière générale, oui. Il n’y a plus de doutes là-dessus. On est capable de démontrer scientifiquement que les vagues de chaleur sont une conséquence directe du réchauffement climatique, contrairement aux cyclones ou aux fortes pluies, pour lesquels il est encore difficile d’établir un lien de causalité.

On sait notamment que les gaz à effet de serre et les activités humaines augmentent directement la fréquence des vagues de chaleur.

Pourquoi ?

On ne pourra pas revenir à un climat normal, même en diminuant nos émissions de CO2. On pourra les contenir et en limiter la progression mais les températures dépendent des gaz à effet de serre qui se trouvent déjà dans l’atmosphère et faire redescendre les niveaux de CO2, c’est extrêmement difficile. Contrairement à la pollution atmosphérique, dont les particules retombent assez vite, ces émissions de gaz à effet de serre ne retombent pas, ou extrêmement lentement. On a tendance à l’oublier.

Aujourd’hui, on se retrouve avec des étés étouffants. Mais avec l’augmentation actuelle des émissions de CO2, il faudra s’y habituer car les épisodes caniculaires deviendront la norme. Robert Vautard à franceinfo

Que peut-on faire en priorité pour lutter contre ce réchauffement climatique ?

À notre niveau, il faut d’abord que l’on ait une prise de conscience. Le changement climatique ne sera pas un problème dans vingt ou trente ans. C’est maintenant. On en subit même déjà les conséquences aujourd’hui puisque l’on doit déjà s’adapter, particulièrement en été avec ces vagues de chaleur. Cette prise de conscience peut paraître évidente mais force est de constater que, pour le gouvernement américain par exemple, ce n’est pas du tout une priorité. Malgré les bonnes intentions affichées des politiques, le climat reste quand même au second plan par rapport à des sujets qu’ils jugent plus immédiats.

La deuxième étape, c’est l’action. Il faut agir un peu à tous les niveaux. Cela commence par recourir au maximum à une énergie zéro carbone, qui n’émet pas de CO2 : ce n’est pas difficile et c’est déjà en cours. On est sur la bonne voie. Même si, aujourd’hui, le problème n’est pas tellement en France ou en Europe mais dans les pays émergents. Il ne faut pas les blâmer mais il faut plutôt réfléchir à les aider pour qu’ils se développent d’une façon différente de la nôtre. Ce n’est pas un défi uniquement pour eux : il nous concerne tous.

Dans les villes, la situation s’annonce particulièrement difficile…

Les villes ont un climat vraiment particulier, surtout en été. Le peu de présence de végétation notamment fait que l’énergie est piégée la journée dans la ville et a du mal à s’évacuer la nuit. Cela crée un îlot de chaleur urbain qui fait que les températures redescendent beaucoup moins vite la nuit, contrairement aux campagnes environnantes.

La persistance de températures élevées la nuit pose un gros problème de santé car on sait que pendant les périodes de forte chaleur, le corps a besoin de se reposer la nuit. Robert Vautard, climatologue franceinfo

On est capable d’absorber des températures assez fortes la journée, à condition de se reposer après.

Jean Jouzel, climatologue et vice-président du Giec, affirmait que l’on pourrait même atteindre les 50 degrés dans l’est de la France, dans la deuxième partie du XXIe siècle. Vous confirmez ?

Bien sûr. Si le réchauffement climatique augmente de 3 ou 4 degrés, on a des scénarios dans lesquels les écarts à la normale d’aujourd’hui seront beaucoup plus importants. L’été 2003 en région parisienne était 3 degrés plus chaud que la normale.

 

En dépit de lois sociales, le chômage persiste

En dépit de lois sociales, le chômage persiste

 

La grande erreur des politiques c’est sans doute de croire qu’on modernise l’économie et qu’on éradique le chômage avec des lois. Certes des textes réglementaires peuvent à terme modifier un peu l’environnement mais c’est sur la pratique et non sur des textes théoriques qu’il convient de s’appuyer. Pour moderniser rapidement, il conviendrait par exemple de donner des instructions rapides aux administrations de lever au moins la moitié des contraintes qu’elles imposent pour des motifs existentiels voire caractériels aux entreprises de l’industrie, de l’agriculture ou de services. Ensuite, donner des instructions pour que Pôle emploi donne la priorité aux non qualifiés, que l’éducation  nationale oriente vers l’apprentissage, qu’on soit plus attentif aux conditions de délivrance des indemnités chômage. Autant de domines où le gouvernemenet va agir par loi. Il faudra des décrets et les effets ne se feront pas sentir avant 2 ans, si effets il y a.  – L’adoption de la réforme de la formation professionnelle, de l’assurance chômage et de l’apprentissage clôt le deuxième grand chantier social d’Emmanuel Macron mais le chômage de masse résiste en France, au risque d’affaiblir le chef de l’Etat. Le texte définitivement adopté mercredi par le Parlement vise à renforcer les droits à la formation professionnelle, à faire décoller l’apprentissage et à intégrer sous certaines conditions les démissionnaires et les indépendants au régime d’assurance chômage. L’objectif est de sécuriser les travailleurs après avoir flexibilisé le Code du travail avec la réforme de septembre dernier et de s’attaquer au chômage estimé à 8,9% de la population active au sens du Bureau international du travail (BIT), selon les derniers chiffres de l’Insee publiés en mai. “Si on n’est pas capable de réduire le chômage au moment où il y a une forte croissance avec une forte demande de travail des entreprises, quand ça va redescendre, ça va être très compliqué. Il faut absolument être capable d’y répondre maintenant”, indique-t-on dans l’entourage de la ministre du Travail Muriel Pénicaud. Mais le taux de chômage baisse lentement. Sur un an, il a diminué de 0,4 points en France métropolitaine au sens du BIT, alors qu’Emmanuel Macron a promis de le ramener à 7% de la population active à la fin de son quinquennat. Et les emplois créés ne sont pas toujours de qualité. Au premier trimestre de 2018, la part des CDD ou des emplois intérimaires chez les 15-64 ans était de 12,17%. Cette part était de 10% environ en 2007. Les contrats de moins d’un mois représentent par ailleurs 80% des embauches, selon l’Unedic.

Les gaz à effet de serre ont atteint un niveau record en 2017

Les gaz à effet de serre ont atteint un niveau record en 2017

En dépit des discours, des grandes négociations mondiales, l’année 2017 aura établi en record pour les effets de serre selon le rapport annuel publié par l’Agence nationale océanique et atmosphérique (NOAA) et la société américaine des météorologistes.

Ce rapport de 300 pages, compilé par plus de 450 scientifiques originaires d’une soixantaine de pays, emploie le mot « anormal » plus d’une douzaine de fois pour décrire des tempêtes, des sécheresses, les températures élevées ou encore la fonte record de la glace dans l’Arctique en 2017. L’année dernière, le taux de concentration des trois gaz à effet de serre les plus dangereux relâchés dans l’atmosphère, dioxyde de carbone, méthane et protoxyde d’azote, a atteint des nouveaux records. Le taux de concentration annuel de dioxyde de carbone à la surface de la Terre a atteint 405 parties par million (ppm), « au plus haut dans l’enregistrement des mesures atmosphériques modernes ». « Le taux de croissance global du CO2 a presque été multiplié par quatre depuis le début des années 1960″, ajoute le document.

Le record de l’année la plus chaude de l’époque moderne a été battu en 2016 mais 2017 n’en est pas loin avec  »des températures bien plus élevées que la moyenne » sur une bonne partie de la planète, souligne le rapport. L’année dernière, des températures record ont été enregistrées en Argentine, en Uruguay, en Espagne et en Bulgarie. Quant au Mexique, il a « battu son record de chaleur pour la quatrième année consécutive ». En 2017, le niveau de la mer a également affiché un record pour la 6ème année consécutive. Le niveau moyen de la mer est désormais plus élevé de 7,7 centimètres qu’en 1993.

Le vin protège de la démence !

Le vin protège de la démence !

Selon  une étude publiée mercredi dans la revue médicale BMJ. Les auteurs déconseillent toutefois de se mettre à boire. La démence touche 5 à 8% des plus de 60 ans dans le monde, soit 50 millions de personnes, d’après l’Organisation mondiale de la santé. Cette conclusion vient du suivi de 9.087 fonctionnaires britanniques nés entre les années 1930 et 1950. Ceux qui, entre la trentaine et la cinquantaine, déclaraient ne jamais boire d’alcool ont finalement couru un risque 47% plus élevé d’être atteints par la maladie, par rapport à ceux qui buvaient dans la limite recommandée (1 à 14 unités d’alcool par semaine). Ceux qui buvaient plus que la limite recommandée avaient un risque encore plus élevé de souffrir de cette perte des capacités cognitives. L’étude, qui fait une observation statistique, n’établit pas de lien de cause à effet.  Bref une étude qui ne démontre pas grand-chose mais au moins qui rassure !

 

Prévisions de croissance 2018 : le gouvernement dans la panade

Prévisions de croissance 2018 : le gouvernement dans la panade

 

 

 

Comme c’est la période estivale, les médias s’étendent peu sur la panne de croissance enregistrée au premier semestre et sur les perspectives assez grises pour le reste de l’année. L’analyse de ce phénomène majeur est sans doute reportée à la rentrée pour ne pas contrarier des Français dont beaucoup pensent actuellement à leurs vacances. Pourtant, cette baisse du niveau de l’activité constitue un coup très dur pour l’économie française. Cette situation aura des conséquences très néfastes notamment sur le chômage, sur les équilibres financiers en particulier sur le budget. Concernant ce dernier aspect autant dire que la France va abandonner ses les objectifs de réduction de déficit non seulement en 2018 mais aussi en 2019 puisqu’on ne prévoit pas de retour plus dynamique de la croissance. Bien plus que l’affaire Ben à la les résultats économiques vont hypothéquer l’avenir de Macron car les résultats ne sont pas rendez-vous sur les deux critères fondamentaux que sont la croissance et le chômage. Le gouvernement tente d’imputer cette situation aux conséquences de la grève SNCF ou encore Air France ainsi qu’à l’augmentation des prix du pétrole. Si l’argument de l’augmentation du pétrole est pertinent, par contre il faut aussi intégrer l’augmentation de la fiscalité qui elle dépend de la responsabilité du gouvernement. L’autre mauvaise nouvelle c’est l’inflation qui repart sur une tendance de 2,3 % alors que le pouvoir d’achat a déjà perdus 0,6 % le dernier trimestre. Bref une mauvaise nouvelle pour la consommation qui stagne voir recule alors que c’est le principal moteur de la croissance. L’erreur stratégique fondamentale de Macron aura été de tout miser sur la politique de l’offre sans la rééquilibrer par une politique sociale qui aurait permis de soutenir la consommation et donc la croissance. Du coup Lemaire ministre des finances annonce la couleur  « Si nous révisons, c’est bien que ce qui avait été avancé ne pourra pas être tenu au point près », a-t-il affirmé, reconnaissant ainsi que le gouvernement renonce à son objectif de 2%.

 

 

 

Limitation à 80 km/h : une moisson de PV

Limitation à 80 km/h : une moisson de PV

 

 

Si on ne sait pas encore quelle est l’influence de la limitation de vitesse à 80 km sur la sécurité ; par contre, on sait que cette nouvelle disposition a d’ores et déjà permis de doubler le nombre de flashs et donc de sanctions potentielles. Un résultat évidemment prévisible car au moindre dépassement les véhicules sont bien contraints de dépasser le seuil fatidique des 80, en plus pas toujours dans des zones les plus sécurisées. En effet, après avoir été immobilisés pendant de très longues minutes parfois pendant des kilomètres et des kilomètres, les automobilistes prennent alors le risque de s’échapper de la file qui se traîne dans des conditions de sécurité parfois douteuse. C’est notamment le cas quand il s’agit de doubler des camions, des voiturettes voire des engins agricoles. Comme on a rajouté 1000 radars, soit 10 000 au total la moisson de PV sera belle. Au moins faut-il souhaiter une amélioration de l’accidentologie. Notons enfin que l’argument qui consiste à justifier cette mesure en considérant qu’on ne perd que quelques minutes avec la réduction de vitesse est fallacieux. En effet la réduction à 80 favorise la création de bouchons derrière les véhicules impossibles à doubler, du coup la perte de temps peut atteindre une dizaine de minutes sur 50 km.

Affaire Benalla : Castaner, le champion de la langue de bois

Affaire Benalla : Castaner, le champion de la langue de bois

 

 

Comme d’habitude Castaner s’est livré un bel exercice de langue de bois devant la commission d’enquête sénatoriale concernant l’affaire Benalla. On se souvient que récemment pour tenter de minimiser l’affaire, Castaner avait indiqué que Benalla n’était qu’un simple bagagiste et non pas un proche collaborateur de Macron. Cette fois il avait à expliquer sur la présence de Vincent Crase  en tant  qu’employeur de ce dernier, salarié de LaREM, aperçu aux côtés d’Alexandre Benalla lors des événements du 1er mai. Pour Castaner,  il n’y a pas d’affaire Crase puisque l’intéressé serait intervenu sur ses heures de loisirs et de manière tout à fait personnelle. «Il a confirmé que les faits étaient intervenus en dehors de son temps de travail à La République en marche, en dehors de toute information de sa hiérarchie, et qu’il n’en avait pas rendu compte», a déclaré  le responsable de LREM qui est aussi secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement. Curieusement l’intéressé a écopé de la même sanction que Benalla,  c’est-à-dire une pseudo suspension de salaire qui comme celle de Benalla n’a pas été effective. En fait, c’est sans doute Macron qui a déterminé la nature de la punition puisque Kastner déclare: « Les services du délégué général se seraient alors concertés avec ceux de la présidence, souhaitant «que la sanction infligée à M. Crase soit liée à celle retenue à l’encontre de M. Benalla». Dans la foulée, l’employé de LaREM aurait été notifié par lettre de sa mise à pied de 15 jours – du 4 au 18 mai. Après la révélation de l’affaire le 20 juillet et l’ouverture d’une enquête, Christophe Castaner a décidé d’engager une procédure de licenciement à l’encontre de Vincent Crase, notamment pour atteinte à l’image du mouvement. Deuxième preuve de la langue de bois testa nerf a déclaré qu’il ignorait que l’intéressé n’intervenait pas en tant que gendarme réserviste le jour du 1er mai alors que ce dernier avait déjà fait une quarantaine d’interventions auprès de Macron  dans le cadre de ce statut. . Troisième élément de langue de bois, Kastner estime qu’il n’était pas en situation d’évaluer la nature et la proportion de la sanction à l’égard de Vincent rase,  Il a jugé qu’il ne lui «appartenait pas d’évaluer la proportionnalité» des actes de Vincent Crase et de se «substituer aux autorités» responsables au moment des faits. C’est pour cette raison qu’il est entré en contact avec le cabinet du président de la République et qu’il n’a pas saisi la justice. «Mon regard n’est pas le même sur un citoyen et une personne qui intervient dans le cadre de ses fonctions de gendarme réserviste sous l’autorité de la présidence de à République», a-t-il plaidé. Une manière de renvoyer la patate chaude à l’Élysée Par ailleurs, Kastner a souhaité apporter un rectificatif. Il aurait, non pas déclaré qu’Alexandre Benalla était «bagagiste», mais «en charge de la logistique et notamment des bagages». Précisant que le GSPR (Groupe de sécurité de la présidence de la République) lui-même pouvait être responsable de cette mission, il a ajouté: «le raccourci qui a été fait par quelques-uns est insultant vis-à-vis du GSPR». Bref le charisme d’un notaire, la transparence d’un coiffeur et l‘honnêteté d’un marchand de chiens !

Moins de monde sur le tour de France

Moins de monde sur le tour de France

D’une manière générale, le tour de France a été moins suivi que l’année précédente aussi bien sur le terrain qu’à la télévision. Il faut sans doute voir la l’écrasante supériorité de l’équipe Skype qui de puis des années trust les titres. L’équipe Skype dispose de moyens financiers sans commune mesure avec les autres équipes. Il y a aussi les soupçons de dopage de Fromm par ailleurs largement sifflé tout au long du tour. Pour la victoire finale, le suspense est réduit à pas grand-chose. Sans doute faut-il prendre en compte aussi la difficulté des  coureurs français depuis des années a vraiment brillé. Peut-être les affaires sous-jacentes de dopage ont-elles  aussi terni l’image d’un événement qui demeure cependant populaire. On sait qu’en France les contrats les contrôles antidopage sont particulièrement rigoureux alors qu’ils sont notoirement plus laxistes dans certains autres pays. France Télévisions proposait pour la deuxième année consécutive de suivre en intégralité les 21 étapes du Tour, regardées par plus de 33 millions de téléspectateurs cumulés sur France 2 et France 3 entre le 7 et le 29 juillet, contre 37 millions l’an dernier du 1er au 23 juillet. Sur France 2, la Grande Boucle a réuni en moyenne 3,3 millions de téléspectateurs, soit 35,2% de part d’audience, un niveau élevé mais en baisse par rapport à 2017 (3,8 millions de téléspectateurs et 38,4% de pda).

Sur France 3, la compétition cycliste a rassemblé en moyenne 2,1 millions de téléspectateurs, soit 19,7% de pda, également  en baisse par rapport à l’édition 2017 (2,3 millions de téléspectateurs et 21,3% de pda). Sur l’ensemble du Tour, les étapes de montagne ont réalisé une meilleure part d’audience qu’en 2017 (37,5% sur les deux chaînes), France 2 et France 3 se plaçant en tête des audiences sur l’ensemble des directs lors de ces étapes, souligne le groupe. Les victoires françaises d’étape ont également séduit les téléspectateurs, comme celle de Julian Alaphilippe qui a passé la ligne d’arrivée devant plus de 5,1 millions téléspectateurs sur France 2 le 24 juillet. L’offre numérique Francetv Sport a de son côté enregistré 8,5 millions de visites et 41 millions de vidéos ont été visionnées.

 

Benalla : un inconnu pour la plupart des responsables de l’Etat !

Benalla : un inconnu pour la plupart des responsables de l’Etat !

Les audiences publiques des commissions parlementaires ont au moins un mérite,  elles permettent de mesurer à quel point les plus hauts responsables de l’État sont faux-culs. Ce n’est pas une découverte mais une belle confirmation. Dans l’affaire Ben Bella par exemple,  la ligne de défense de ces plus hauts responsables, en tout cas de la plupart, consiste à affirmer qu’il ne connaissait pas Benalla. Ce qu’a indiqué le ministre de l’intérieur qui ne connaissait même pas son nom. Ce qui également a été affirmé par des hauts responsables de la police. Castaner,  membre du gouvernement et responsable du parti en marche, a, lui, indiqué que Benalla était un simple bagagiste ! Le responsable de protection de macro, à l’Élysée interrogé hier a balayé toute responsabilité de Benalla en matière de sécurité. Ce dernier a-t-il dit n’occupait  aucune fonction en matière de sécurité du président, il n’était pas responsable de la future réorganisation en cours en matière de protection du chef de l’État. Des déclarations évidemment complètement contredites par la présence permanente de Benalla auprès de Macron y compris pendant ses voyages privés. Celui qui paraît-il n’était pas chargée de la sécurité apparaît en permanence aux coté de Macron comme en témoigne les innombrables vidéos passées à la télé en fait pour un peu,  on affirmerait que Benalla n’appartient même pas à l’Élysée et qu’il était là par hasard.  Dans l’affaire il y a aussi des règlements de compte de beaucoup de hauts responsables bien entendu ces mensonges  ne déresponsabilise pas Benalla à la quand il joue aux cow-boys lors d’une manifestation dans laquelle il n’a rien à faire ils démontrent la vraie nature de la plupart des responsables de l’Etat.

Les étés seront de plus en plus chauds (Robert Vautard, climatologue)

Les étés seront de plus en plus chauds (Robert Vautard, climatologue)

 

C’est lavis de  Robert Vautard, climatologue au CNRS et directeur de recherche au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE).interrogé par franceinfo,

Franceinfo : Peut-on imputer les vagues de chaleur actuelles au changement climatique ?

Robert Vautard : D’une manière générale, oui. Il n’y a plus de doutes là-dessus. On est capable de démontrer scientifiquement que les vagues de chaleur sont une conséquence directe du réchauffement climatique, contrairement aux cyclones ou aux fortes pluies, pour lesquels il est encore difficile d’établir un lien de causalité.

On sait notamment que les gaz à effet de serre et les activités humaines augmentent directement la fréquence des vagues de chaleur.

Pourquoi ?

On ne pourra pas revenir à un climat normal, même en diminuant nos émissions de CO2. On pourra les contenir et en limiter la progression mais les températures dépendent des gaz à effet de serre qui se trouvent déjà dans l’atmosphère et faire redescendre les niveaux de CO2, c’est extrêmement difficile. Contrairement à la pollution atmosphérique, dont les particules retombent assez vite, ces émissions de gaz à effet de serre ne retombent pas, ou extrêmement lentement. On a tendance à l’oublier.

Que peut-on faire en priorité pour lutter contre ce réchauffement climatique ?

À notre niveau, il faut d’abord que l’on ait une prise de conscience. Le changement climatique ne sera pas un problème dans vingt ou trente ans. C’est maintenant. On en subit même déjà les conséquences aujourd’hui puisque l’on doit déjà s’adapter, particulièrement en été avec ces vagues de chaleur. Cette prise de conscience peut paraître évidente mais force est de constater que, pour le gouvernement américain par exemple, ce n’est pas du tout une priorité. Malgré les bonnes intentions affichées des politiques, le climat reste quand même au second plan par rapport à des sujets qu’ils jugent plus immédiats.

La deuxième étape, c’est l’action. Il faut agir un peu à tous les niveaux. Cela commence par recourir au maximum à une énergie zéro carbone, qui n’émet pas de CO2 : ce n’est pas difficile et c’est déjà en cours. On est sur la bonne voie. Même si, aujourd’hui, le problème n’est pas tellement en France ou en Europe mais dans les pays émergents. Il ne faut pas les blâmer mais il faut plutôt réfléchir à les aider pour qu’ils se développent d’une façon différente de la nôtre. Ce n’est pas un défi uniquement pour eux : il nous concerne tous.

Dans les villes, la situation s’annonce particulièrement difficile…

Les villes ont un climat vraiment particulier, surtout en été. Le peu de présence de végétation notamment fait que l’énergie est piégée la journée dans la ville et a du mal à s’évacuer la nuit. Cela crée un îlot de chaleur urbain qui fait que les températures redescendent beaucoup moins vite la nuit, contrairement aux campagnes environnantes.

On est capable d’absorber des températures assez fortes la journée, à condition de se reposer après.

Jean Jouzel, climatologue et vice-président du Giec, affirmait que l’on pourrait même atteindre les 50 degrés dans l’est de la France, dans la deuxième partie du XXIe siècle. Vous confirmez ?

Bien sûr. Si le réchauffement climatique augmente de 3 ou 4 degrés, on a des scénarios dans lesquels les écarts à la normale d’aujourd’hui seront beaucoup plus importants. L’été 2003 en région parisienne était 3 degrés plus chaud que la normale.

Dans certaines de nos simulations climatiques, d’ici la fin du siècle, on aura des étés qui iront jusqu’à 10 degrés au-dessus de la normale. Est-on prêt à supporter ça ? Robert Vautard, climatologue sur franceinfo

 

 

Retour de l’Europe à trois vitesses (Macron)

Retour de l’Europe à trois vitesses (Macron)

Macron se réapproprie la théorie des cercles pour la réforme de l’Europe. Il constate sans doute que l’Europe est aujourd’hui paralysée par les contradictions des pays qui la composent avec notamment la montée des populismes un peu partout et des replis nationalistes. Du coup,  on n’imagine un groupe de cinq ou six pays dont la France et l’Allemagne avec une intégration économique et sociale très avancée et de grands projets d’investissement. Le second cercle  comprendrait la totalité des pays de la zone euro. Le dernier certes regrouperait tous les membres de l’union économique (et d’autres)  et constituerait une sorte de sas d’entrée dans les deux autres cercles. Reste à savoir cette réforme a des chances d’aboutir car pour le premier cercle qui conviendrait d’abord de convaincre l’Allemagne, c’est encore loin d’être évident concernant notamment une éventuelle solidarité financière des membres de l’avant-garde européenne.  A Lisbonne, le président de la République est donc  revenu sur son projet européen. Il participait à une consultation citoyenne, des rencontres européennes qu’il souhaite multiplier sur tout le continent, en compagnie du Premier ministre socialiste portugais Antonio Costa. Interrogé lors de son voyage au  Portugal sur sa vision de la construction européenne, Emmanuel Macron a détaillé sa proposition d’une Europe à plusieurs vitesses annoncée dès son discours de la Sorbonne. Le Président a dit envisager une Europe construite en trois cercles d’ici 10 à 15 ans.

« Je vois un cercle large qui est peut-être au-delà des 27, quelque chose entre l’Union européenne et le Conseil de l’Europe actuel », qui formera « une Europe large, moins intégrée que l’UE mais très exigeante sur ses valeurs », a-t-il déclaré devant un public d’environ 500 personnes. Il comptera « soit en son sein, soit avec des accords d’association étroite, la Turquie et la Russie », car « si on veut la paix on doit stabiliser ces deux puissances ».

Le deuxième cercle sera « sans doute quelque part entre l’Union européenne actuelle et la zone euro », selon lui. Elle représentera « un marché unique fort, avec une politique de souveraineté, commerciale, de recherche, d’innovation » et « une vraie liberté de circulation en son sein ». Le troisième cercle sera « le cœur du réacteur », avec « une monnaie commune, un marché du travail beaucoup plus intégré » et « une vraie convergence sociale ». Ça te vision de Macron a notamment aussi pour objet de contourner les vives oppositions de certains pays de l’Est qui bloque intégration européenne.

Yaël Braun-Pivet : langue de bois et incompétence

Yaël Braun-Pivet : langue de bois  et incompétence

Comme on pu le constater nombre de téléspectateurs, la présidente de la commission d’enquête de l’assemblée nationale a mis en évidence son incompétence à mener les débats et le caractère autoritaire de la majorité. Une présidente qui aura réussi à tuer la commission qu’elle présidait en se réfugiant dans une langue de bois  type 4 ème république. Un bel exercice de vieille politique comme en témoigne ses déclarations ci-dessous dans le JDD.

La commission d’enquête sur le 1er-Mai a siégé vendredi sans l’opposition. N’est-ce pas un fiasco?
La commission a procédé à toutes les auditions utiles à la recherche de la vérité. Tous les groupes, ainsi que les non-inscrits, y ont participé. C’est dommage que l’opposition ait fait ce choix de l’instrumentalisation politique, d’autant qu’ils sont partis à la veille d’une audition qu’ils avaient tous demandée [celle du commandant des CRS déployés le 1er mai place de la Contrescarpe]. Nous avons continué nos travaux car cette audition était prévue.

 

Pourquoi avez-vous refusé les auditions réclamées par l’opposition?
L’opposition a fourni des listes de personnes à auditionner dès le 21 juillet. J’ai toujours dit qu’il fallait entendre d’abord ce que les premières personnes avaient à nous dire. Nécessairement, nos travaux allaient ouvrir ou fermer des pistes d’investigation au fur et à mesure. Une fois entendus le ministre de l’Intérieur, son directeur de cabinet, celui du Président, il n’était pas utile de procéder à d’autres convocations. Notamment celle d’Alexis Kohler [le secrétaire général de l'Elysée] : son audition au Sénat, dans une commission pilotée par l’opposition, n’a pas apporté d’éléments nouveaux. Nous avons bien fait de ne pas l’interroger. Et nous avons interrogé le commandant militaire de l’Elysée et le chef du GPSR [Groupe de sécurité de la présidence de la République] : ça n’est pas rien, ce sont les autorités compétentes pour nous apporter la vérité.

Et Christophe Castaner?
Nous avons très clairement établi que Vincent Crase était sur place en vertu de ses relations avec Alexandre Benalla et de son statut de gendarme réserviste, pas de ses fonctions au sein de LREM. Nous n’avions donc aucune raison d’auditionner M. Castaner. !!!!!!!

 

 

Dérive monarchique de Macron (Christian Jacob)

Dérive monarchique de Macron (Christian Jacob)

Ce que dénonce le président du groupe parlementaire LR dans un article du JDD.

« L’affaire Macron-Benalla, qui met directement en cause le président de la République, révèle chaque jour un peu plus, la dérive monarchique du président Macron. » Dans une tribune publiée par le JDD, le président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale Christian Jacob se montre très critique à l’encontre du pouvoir exécutif et sa gestion de l’affaire Benalla. Il reproche notamment à Emmanuel Macron d’interférer dans le fonctionnement de la commission d’enquête parlementaire et de « se comporter en bonimenteur » face au trouble que suscite la crise politique actuelle. Le député de la 4e circonscription de Seine-et-Marne justifie également la motion de censure déposée par son groupe contre Edouard Philippe et qui sera débattue mardi. « Nous entendons profiter de cette motion pour exiger des explications de ce gouvernement et faire la démonstration des graves dysfonctionnements qui ont eu cours au plus haut sommet de l’État », écrit le président du groupe LR. »Face à la dérive monarchique du président de la République, le gouvernement a failli. Il a failli car il n’a pas été capable de défendre l’équilibre des pouvoirs fixé ».

12345...236



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol