Archive pour le Tag 'de projet ?'

Veolia-Suez: un projet : pour tuer le peu de concurrence

Veolia-Suez: un projet : pour tuer le peu de concurrence

Nicolas Lecaussin, directeur de l’Iref (Institut de recherches économiques et fiscales), dénonce dans une chronique à l’opinion le regroupement envisagé de Veolia et Suez destiné essentiellement à tuer le peu de concurrence dans le secteur.

«   Les politiques français cesseront-ils un jour de se mêler de ce qui ne les regarde pas ? En tout cas, on vient d’assister à un épisode supplémentaire de la saga de l’Etat français omniprésent et omnipotent. Lorsque Veolia a affirmé vouloir prendre le contrôle de son rival Suez, le Premier ministre, Jean Castex, a tout de suite soutenu cette initiative car elle « ferait sens » concernant la « pérennité de l’emploi » et la « logique industrielle ». Jean Castex est énarque, il croit que les unions d’entreprises sont toujours nécessaires et forcément utiles. Il ne peut pas penser au consommateur, il réagit en politique qui croit « sauver des emplois ».

D’abord, ce n’est probablement pas le cas ici. Suez est le leader mondial de la distribution d’eau, avec 145 millions d’habitants desservis. C’est une société qui s’est beaucoup modernisée depuis plusieurs années et qui innove beaucoup (smart city, exploitation des données des réseaux d’eau…). Elle est présente dans quatre-vingts pays. Veolia aussi est une grande entreprise présente à l’international, qui emploie plus de 180 000 personnes. Avec cette opération, elle éliminerait purement et simplement son principal concurrent en France, en achetant une grande partie de ses activités dans le pays. C’est un drame à plusieurs niveaux.

Position hégémonique. D’abord, car l’entreprise s’arrogerait ainsi une position hégémonique sur le secteur de l’eau et déstabiliserait grandement le secteur des déchets, ce qui réduirait l’offre et la concurrence sur ces marchés, au détriment de ses clients, les collectivités locales. Ensuite, car la concurrence permet une saine émulation sans laquelle aucune innovation majeure n’est possible. En mettant fin à la concurrence, cette opération accélérera donc l’émergence de concurrents non-européens, plus agiles et plus innovants, voués à reprendre l’ascendant à terme sur le colosse aux pieds d’argile issu de la fusion.

Le Premier ministre devrait avoir deux préoccupations. La première, ce sont les consommateurs français et la concurrence dans notre pays. Celle-ci était déjà a minima, elle sera pratiquement nulle, sauf si les autorités de la concurrence imposent que de nombreuses activités de Suez en France soient cédées à des entreprises tierces. Ensuite, de deux champions mondiaux, reconnus internationalement comme des leaders sur les marchés de la gestion de l’eau et des déchets, la France passerait à un. L’eau est pourtant un secteur d’activité hautement sensible et stratégique, pour le pays comme pour l’emploi.

Bien sûr, c’est aux entreprises de décider. Mais en fait, ce qu’il faudrait, c’est d’autres leaders mondiaux et plus de concurrence. »

Nicolas Lecaussin est directeur de l’Iref (Institut de recherches économiques et fiscales).

Castex: changement de méthode …. ou de projet ?

Castex: changement de méthode ….  ou de projet ?

 

 

Le nouveau Premier ministre,  Jean Castex insiste beaucoup sur le changement de méthode ainsi; il a affirmé qu’il allait s’appuyer sur un dialogue accru avec les collectivités, les élus locaux et les partenaires sociaux pour faire face à la crise économique engendrée par l’épidémie de coronavirus.

 

Évidemment la question de méthode n’est pas indifférente, mieux vaut sans doute entendre les représentants des différents secteurs économiques et sociaux plutôt que de décider de manière technocratique des mesures pas forcément adaptées voire même contre productives. Mais le problème n’est pas seulement une question de démarche ou de chemin comme dit Macron. La question centrale est celle d’une vision, c’est-à-dire d’un projet.

Or  les élections ont démontré un certain nombre de choses qu’il convient de prendre en compte. D’abord un phénomène d’abstention particulièrement inquiétant qui montre la distance de plus en plus grande entre les appareils, les institutions, les politiques et les électeurs. Quant à la minorité qui a voté (une minorité idéologiquement par ailleurs très disparate , souvent même contradictoire,) elle a témoigné que la politique de Macron ne bénéficiait pas d’ancrage dans le pays et même que son parti demeurait virtuel. Pour la république en marche n’est pas seulement un échec, c’est pire, c’est la disparition d’un parti avant même son existence concrète. Macron est condamné à se rabattre sur les forces du parti républicain, en le divisant, en le dépouillant et en se transformant en leader naturel.

Ce qui est en cause dans le macronisme , c’est bien sûr la manière mais aussi le fond. La vérité c’est que Macron navigue à vue entre les obstacles qu’il n’a pas de projet ou de stratégie claire ni pour l’Europe, ni pour la France. À chaque réforme, il a échoué et même provoqué des conflits très coûteux pour le pays.

Les propos du Premier ministre sont sympathiques lorsqu’il affirme son désir d’ouvrir le dialogue ( à la différence sans doute d’un Édouard Philippe un peu trop droit dans ses bottes et dont le mimétisme avec Juppé a conduit aux mêmes résultats)

On ne peut qu’approuver le discours du Premier ministre à propos de la relocalisation industrielle mais cela restera vide de sens sans approfondissement dans chaque secteur et sans la participation des acteurs économiques intéressés.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol