Archive pour le Tag 'd’autres'

Se préparer à d’autres pandémies »

Se préparer à d’autres pandémies » : Rony Brauman, (ex-président de Médecins sans frontières),

L’inquiétude de Rony Brauman à propos des pandémies (interview France Info)

 

Comment avez-vous traversé cette crise sanitaire inédite ? Comment avez-vous vécu ce confinement ?

Rony Brauman : J’ai la chance d’être correctement logé, en proche banlieue parisienne. Sur le plan matériel, j’ai vécu cette épidémie d’une manière confortable, sans stress. Mais en tant que membre de Médecins sans Frontières, en tant que médecin et citoyen frappé par cette pandémie, j’ai été mobilisé en permanence par cette question. J’ai passé beaucoup de temps à répondre à des questions, à m’en poser, à suivre l’évolution constante de l’épidémie – une évolution qui n’est toujours pas terminée. De ce point de vue-là, cela a été une période très pressante, très intense.

Je l’ai également vécue dans l’inquiétude, une inquiétude qui ne s’est pas levée, liée aux répercussions non-médicales de cette épidémie. Dès que le confinement a été prononcé, nous avons vu que les conséquences économiques seraient très lourdes sur le travail des gens, sur leurs revenus et leur mobilité. Nous les constatons évidemment de façon très forte aujourd’hui. Avec le sort des gens qui étaient frappés, pour certains durement frappés, c’est cela qui en quelque sorte me réveillait la nuit. Cela me rendait très inquiet. Cette période était donc d’un côté confortable, et de l’autre très préoccupante.

Nous avons le sentiment, étant dans cette phase de déconfinement en France, que les choses vont mieux. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’a même déclaré la semaine dernière : « La situation s’améliore en Europe ». Et pourtant, parallèlement, « l’épidémie s’aggrave dans le monde ». A quel moment de cette pandémie sommes-nous, selon vous ? Et quelle sera la suite ? 

Je manque de certitudes concernant l’épidémie, sa cinétique et les conditions de son évolution. Cela est lié aux constatations changeantes, aux vérités d’un moment qui, la semaine suivante, sont périmées. Nous avions l’impression d’un déclin global de l’épidémie il y a encore une semaine. Cette impression est aujourd’hui mise en question par des évolutions préoccupantes dans plusieurs pays africains, en Amérique latine, en Amérique du Nord et tout récemment en Asie, en particulier en Chine.

La question de savoir si cette épidémie est saisonnière, si elle va céder avec l’arrivée des beaux jours ; la question de savoir si la masse critique d’immunité collective va être atteinte, et donc permettre d’atteindre un niveau de protection complété par le vaccin… Tout cela reste très incertain.

 

Je vois une progression préoccupante en Afrique en particulier, du fait du voisinage de notre pays avec le continent africain. Cette progression est hétérogène, comme c’était le cas en Europe et comme c’est le cas partout dans le monde. Certains pays sont plus touchés que d’autres, et certaines régions sont plus touchées que d’autres dans un même pays. En Afrique, un quart des cas se situent en Afrique du Sud, et dix pays seulement concentrent l’immense majorité – 80% – des cas recensés. Que va-t-il en être ? Personne ne le sait. Les conditions démographiques et immunologiques, mais aussi les conditions de l’habitat, de l’âge moyen de la population, ou encore de la part de personnes âgées dans la population globale… Tout cela est différent en Afrique. L’accélération que l’on connaît actuellement ne débouchera pas forcément sur une situation épidémique globale. Pour l’instant, cela reste des chiffres, mais qui supposent une surveillance.

Un point important est que cette épidémie peut être jugulée. Plusieurs pays l’ont montré : la Nouvelle-Zélande, Taïwan, la Corée du Sud… Cette épidémie peut être jugulée dans sa phase précoce, quand les premiers cas commencent à se développer. On peut alors diagnostiquer cliniquement ou biologiquement ces cas, tracer des contacts, procéder à l’isolement et imposer – ou proposer plutôt – des mesures barrières, de distance physique et de protection individuelle. Nous ne sommes donc pas totalement démunis. Nous avons des moyens de diagnostic, de surveillance et une stratégie de réaction qui a montré une certaine efficacité, mais dans des circonstances particulières. Quand l’épidémie flambe, nous sommes alors réduits à une position défensive – soigner le mieux possible les malades les plus graves – et, grâce aux mesures de distanciation, espérer un déclin aussi rapide que possible de l’épidémie. Or, le soin aux malades n’est pas toujours possible. Dans de nombreux pays, les systèmes de santé sont insuffisants et le soin ne peut être garanti. Dans ces cas-là, nous pouvons nous attendre à une surmortalité relativement importante.

J’insiste sur le fait que nous savons peu de choses. Prenons l’exemple des porteurs asymptomatiques, vecteurs du virus sans être malades eux-mêmes. Nous avons découvert dans cette maladie l’importance du nombre de porteurs asymptomatiques. Ce n’était pas une révolution : de très nombreuses maladies virales, comme la polio ou la grippe, évoluent de cette manière. Ce qui est surprenant, c’est qu’à certains moments, les porteurs asymptomatiques sont des vecteurs importants puisqu’ils crachent du virus sans en être conscients. Ils peuvent donc contaminer leurs voisins, dans le métro ou chez eux. Et aujourd’hui, nous semblons au contraire reculer là-dessus. Les porteurs asymptomatiques ne seraient pas un danger particulier et ne diffuseraient pas le virus. Cela forge évidemment la façon dont on perçoit le risque global.

De la même manière, on pensait qu’il fallait que 60% de la population soit porteuse d’anticorps, que ce soit par la vaccination ou par la réaction spontanée au contact avec le virus. Aujourd’hui, ce pourcentage pourrait en réalité être beaucoup plus bas. C’est une bonne nouvelle : cela voudrait dire qu’on atteindrait un stade de protection collective plus rapidement. Là encore, les évolutions contradictoires du savoir sont très perturbantes, très déstabilisantes.

Beaucoup de gens résument leurs impressions [sur cette épidémie] en ces quelques mots : on n’y comprend rien.

Crise de la presse : liquidation de Paris Normandie…… en attendant d’autres titres

 Crise de la presse : liquidation de Paris Normandie…… en attendant d’autres titres

Une liquidation du quotidien Paris Normandie qui sera sûrement suivie d’autres. La  presse va subir de lourds dégâts suite à la crise du Coronavirus. En effet, les ventes se  sont complètement écroulées alors que déjà les audiences s’inscrivaient dans une tendance baissière particulièrement dangereuse pour nombre de journaux. Cette crise va toucher des titres nationaux mais aussi régionaux. Des titres régionaux déjà fragilisés par des lignes éditoriales complètement insipides qui se contentent de reprendre intégralement ou presque les dés informations des agences de presse, du gouvernement et des institutions. On y ajoute la chronique des chats écrasés et des associations locales. On évite au maximum les débats susceptibles de fâcher les élus locaux et les personnalités locales  ou de ternir l’image de marque de la zone géographique considérée. Bref une sorte d’autocensure qui explique largement la baisse d’audience de cette presse. Concernant Paris Normandie Le tribunal de commerce de Rouen a prononcé ce mardi la liquidation du quotidien  avec prolongation d’activité de trois mois, selon Jean-Louis Louvel son propriétaire.

Le quotidien, endetté depuis plusieurs années, emploie 216 salariés selon leur avocate Jessy Levy. Selon la direction, la crise sanitaire du coronavirus a interrompu «le lent redressement» du journal. Le journal est détenu à plus de 90% par Jean-Louis Louvel, chef de plusieurs entreprises normandes et candidat soutenu par LREM arrivé troisième au 1er tour des municipales à Rouen le 15 mars.

La direction avait annoncé jeudi demander une liquidation avec prolongation d’activité de la SNIC, société éditrice du journal qui affiche 7 millions d’euros de dette (contre 10 millions en 2017). «Cette situation est la conséquence directe de l’impact du Covid-19 sur le chiffre d’affaires de notre entreprise», avait-elle alors justifié. Le journal fondé en 1944 affiche une chute de 90% des recettes publicitaires.

Les salariés, qui ont connu trois procédures judiciaires depuis 2012, sont bien sûr «inquiets», selon le SNJ. «On suppose qu’il y aura plusieurs repreneurs parce que la fameuse dette sera annulée», si la liquidation est prononcée avec prolongation d’activité, a avancé Anne Bouchet. Reste à savoir si ces offres seront «sérieuses» et si des salariés resteront «sur le carreau». Jean-Louis Louvel a assuré devant le tribunal avoir déjà eu des contacts avec des repreneurs, a-t-il indiqué à l’AFP. «Je ne doute pas que plusieurs offres seront transmises», a-t-il dit au tribunal. Lundi, le candidat malheureux à la reprise du journal en 2017, le groupe belge Rossel (La Voix du Nord), n’a pas souhaité indiquer s’il ferait à nouveau une offre. Le 15 avril, le tribunal avait prononcé la liquidation avec poursuite d’activité pour la RNP, la régie publicitaire du titre qui emploie 25 personnes selon Me Levy.

Implanté uniquement en ex-Haute Normandie, dont il est l’unique quotidien local, Paris Normandie compte 22 500 abonnés papier et 1500 abonnés web, selon la direction. En 2019, le journal diffusait à environ 41 280 exemplaires, soit 6,9% de moins qu’en 2018, selon l’Acpm, organisme de certification de l’audience de la presse.  Il faut espérer évidemment un repreneur pour Paris Normandie comme pour la plupart des autres journaux qui seront liquidés. Cela passe cependant par un changement complet de ligne éditoriale car le lectorat se compose essentiellement de personnes âgées qui progressivement évidemment disparaissent.

Coronavirus: pourquoi des rassemblements interdits et pas d’autres ?

Coronavirus: pourquoi des  rassemblements interdits et pas d’autres ?  

 Les mesures du gouvernement se veulent  un plan pour lutter contre la propagation du Coronavirus;  pour autant elles ménagent le business et l’opium du peuple comme le foot. En effet on comprend mal qu’on interdise les rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu confiné. Pourquoi en effet 5000 et pas 3000 ou 1000 ? Pourquoi seulement aussi en milieu confiné car dans certains cas notamment lors de manifestations sportives  la promiscuité est tout aussi importante sinon davantage. . En fait, on prend surtout des mesures plus draconiennes dans les zones géographiques des foyers déclarés. En gros, on attend alors que des personnes asymptomatiques (sans symptômes, porteuses du virus impossibles à identifier ) soient des vecteurs de développement de l’épidémie. Notons enfin le manque de préparation du pays avec l’interdiction faite aux pharmacies de vendre des masques sans prescription médicale !

En attendant la maladie ce développe samedi matin il y avait 73 cas, ce dimanche il y en a une centaine recensée.

“Tous les rassemblements de plus de 5.000 personnes en milieu confiné seront annulés”, a annoncé Olivier Véran. “Les préfets recevront des indications pour annuler également en lien avec les maires les rassemblements y compris en milieu ouvert quand ils conduisent à des mélanges de populations issues de zones où le virus circule sensiblement.”

Concernant les grands événements à venir, Olivier Véran a mentionné l’annulation du semi-marathon de Paris, programmé dimanche, de même que la dernière journée du salon de l’Agriculture, également dimanche. A Cannes, le salon international de l’immobilier Mipim, programmé du 10 au 13 mars, a été reporté début juin. Le carnaval d’Annecy, qui devait avoir lieu le week-end prochain, est lui annulé.

Le match de football de Ligue 1 dimanche soir entre Lyon et Saint-Etienne est en revanche maintenu car “il se situe en dehors des zones de regroupement des cas et des lieux confinés”, a précisé Olivier Véran. Tous les rassemblements collectifs sont également interdits jusqu’à nouvel ordre dans l’Oise et dans le village de La Balme-de-Sillingy, en Haute-Savoie, identifiés comme les deux “clusters” (regroupement de cas) du nouveau virus en France.

Les établissements scolaires de cinq communes de l’Oise plus particulièrement touchées qui comptent des personnes en contact avec le virus seront fermés lundi. Il sera procédé à “une évaluation des élèves pour savoir quels enfants tester”, a ajouté le ministre de la Santé.“En fonction de ces investigations, nous n’hésiterons pas à fermer des établissements si nécessaire. Nous recommandons aux habitants de limiter leurs déplacements, Ils ne doivent pas se rendre à des rassemblements et si possible recourir au télétravail”, a-t-il encore précisé.

Olivier Véran a annoncé vendredi soir que la France était passée au stade 2 – sur une échelle de 3 – de l’épidémie, ce qui signifie que le virus circule en plusieurs points, mais pas encore sur l’ensemble du territoire. Ce qu’on ignore totalemenet compte tenu de la période d’incubation !

“Dans ce stade 2, l’objectif des autorités est de limiter la diffusion du virus et d’empêcher ou du moins de retarder aussi longtemps que possible le passage au stade 3, où le virus peut être amené à circuler plus largement dans la population”, a expliqué samedi le ministre de la Santé.

“L’enjeu du stade 2 est de gagner du temps pour mieux de se préparer et aussi si possible de sortir de l’épidémie grippale, – le pic est derrière nous, mais il y a encore beaucoup de personnes malades, y compris dans les hôpitaux – afin que les deux événements ne se télescopent pas”, a-t-il ajouté.

“Nous ne sommes pas sûrs d’y arriver mais nous faisons tout pour réussir”, a poursuivi Olivier Véran.

Le ministre de la Santé a réitéré les recommandations d’hygiène habituelles pour freiner la propagation du nouveau virus mais enjoint aux Français de ne pas se ruer dans les pharmacies pour se procurer un masque de protection, réservé aux personnes malades ou aux professionnels de santé.

“Personne n’a besoin de porter un masque si un médecin ne vous demande pas d’en porter un. Se précipiter sur les pharmacies pour demander un masque peut créer les conditions d’une pénurie. Nous allons donner instruction aux pharmacies de ne pas délivrer de masques sauf sur indication”, a-t-il précisé.

“Ces mesures sont provisoires, nous serons amenés sans doute à les faire évoluer”, a souligné Olivier Véran. “En phase 3, la vie du pays devra continuer”, a-t-il dit, ajoutant qu’à ce stade, aucune restriction n’était nécessaire dans les transports en commun et qu’il n’y avait pas lieu d’envisager l’annulation des élections municipales des 15 et 22 mars.

Réforme Retraites : exception pour les pompiers…et d’autres

Réforme Retraites : exception pour  les pompiers…et d’autres

Les pompiers garderont bien la possibilité d’un départ à la retraite (à 57 ans)   avant l‘âge légal, comme les militaires, les douaniers et les policiers voire d’autres. Une entorse sans doute justifiée mais quand même une sérieuse remise en cause du concept d’universalité. . Les cheminots, eux aussi , pourraient bénéficier d’une clause favorable. De quoi donner des idées au secteur hospitalier, qui manifestera jeudi 14 novembre. À un mois de la grande mobilisation du 5 décembre, tout semble désormais possible. Jean-Paul Delevoye a prévu 350 rendez-vous sectoriels d’ici à la fin de l’année.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol