Archive pour le Tag 'd’autorité'

Violences- Sursaut d’autorité d’Attal : promesse ou illusion ?

Violences- Sursaut d’autorité d’Attal  : promesse ou  illusion ?

 

Une grande partie de la classe politique a fustigé le discours de Gabriel Attal, le Premier ministre qui appelle le pays à un sursaut d’autorité concernant les violences en particulier des mineurs. Effectivement comme souvent l’analyse du Premier ministre paraît assez pertinente; par contre,  c’est dans le domaine de l’action concrète que le pouvoir affiche des défaillances. Visiblement les mesures annoncées ne sont pas à la hauteur des enjeux si l’on en juge par le fait que désormais les faits divers quotidiens traduisent un véritable problème de société. L’ultra violence en effet se banalise un peu partout et pour n’importe quel motif.

 

Le député non inscrit de l’Essonne Nicolas Dupont-Aignan a, le premier, critiqué le discours de Gabriel Attal sur son compte X: «Encore et toujours le même baratin! L’essentiel est oublié: de vraies sanctions pénales pour les mineurs délinquants. Gabriel Attal ne veut pas abaisser la majorité pénale et lance l’étude de demi-mesures sous l’égide de Dupond-Moretti, qui n’a jamais rien voulu faire. Tragi-comédie.»

Pour Bruno Retailleau, : «Sur la délinquance des mineurs, les mesures évoquées ne suffiront pas. Il faut oser une révolution pénale. Les courtes peines ne peuvent pas rester taboues.»

 

Côté Rassemblement national (RN), le député Roger Chudeau, spécialiste des questions d’éducation a déploré des «mesures cosmétiques».

Quant à la gauche elle reste jugée largement sur une approche angélique avec un mélange des problématiques qui ne clarifient pas la question urgente de la violence des jeunes.

Sursaut d’autorité d’Attal : promesse ou illusion

Sursaut d’autorité d’Attal  : promesse ou  illusion

 

Une grande partie de la classe politique a fustigé le discours de Gabriel Attal, le Premier ministre qui appelle le pays à un sursaut d’autorité concernant les violences en particulier des mineurs. Effectivement comme souvent l’analyse du Premier ministre paraît assez pertinente par compte c’est dans le domaine de l’action concrète que le pouvoir affiche des défaillances. Visiblement les mesures annoncées ne sont pas à la hauteur des enjeux si l’on en juge par le fait que désormais les faits divers quotidiens traduisent un véritable problème de société. L’ultra violence en effet se banalise un peu partout et pour n’importe quel motif.

 

Le député non inscrit de l’Essonne Nicolas Dupont-Aignan a, le premier, critiqué le discours de Gabriel Attal sur son compte X: «Encore et toujours le même baratin! L’essentiel est oublié: de vraies sanctions pénales pour les mineurs délinquants. Gabriel Attal ne veut pas abaisser la majorité pénale et lance l’étude de demi-mesures sous l’égide de Dupond-Moretti, qui n’a jamais rien voulu faire. Tragi-comédie.»

Pour Bruno Retailleau, : «Sur la délinquance des mineurs, les mesures évoquées ne suffiront pas. Il faut oser une révolution pénale. Les courtes peines ne peuvent pas rester taboues.»

 

Côté Rassemblement national (RN), le député Roger Chudeau, spécialiste des questions d’éducation a déploré des «mesures cosmétiques».

Quant à la gauche elle reste jugée largement sur une approche angélique avec un mélange des problématiques qui ne clarifient pas la question urgente de la violence des jeunes.

Crise sociétale : 81% des Français estiment que les parents ont moins d’autorité qu’avant

Crise sociétale : 81% des Français estiment que les parents ont moins d’autorité qu’avant


D’après Brice Teinturier, directeur général de l’institut Ipsos, 81 % des Français pensent que les parents ont moins d’autorité qu’avant sur leurs enfants. « Ce chiffre balaie tout, il écrase tout, c’est massif pour tout le monde, c’est majoritaire même pour les sympathisants de La France insoumise, observe encore notre sondeur. C’est un credo fondamental de la société, un fait qui ne se discute pas pour les Français. » Dans le détail, c’est encore plus vrai pour les plus âgés et ceux qui n’ont pas d’enfants. « Ce sont surtout les plus de 60 ans et les sympathisants LR qui défendent la discipline et le respect de l’autorité », poursuit-il.

Pour les sondés, les causes de cette baisse d’autorité sont avant tout externesEt c’est toute la société qui est en cause.

« Cela témoigne d’un rapport au monde où l’on se sent démuni et dépassé », pointe Brice Teinturier.

La a nouvelle ministre des Solidarités et des Familles, Aurore Bergé, livre les premières pistes du gouvernement à La Tribune Dimanche : des travaux d’intérêt général pour les parents défaillants, le paiement d’une contribution financière auprès d’une association de victimes pour les parents d’enfants coupables de dégradations, et enfin une amende pour ceux ne se présentant pas aux audiences qui concernent leurs enfants.

Bref des mesures en forme de sanctions qui ne sont pas forcément inutiles mais qui font l’impasse sur la dimension sociétale du problème. En effet c’est toute la société qui a relâché ses liens avec l’autorité à commencer par l’État devenu impuissant dans trop de domaines: l’école, la police, la justice, la défense du pays et l’incapacité à faire respecter et même aimer les valeurs qui ont fait de la France une nation. De ce point de vue les propos contradictoires d’un monde politique arriviste et corporatiste ont largement nourri le doute vis-à-vis de ces valeurs et de l’autorité.

Des annonces à la tonalité très coercitive qui correspondent au climat du moment. Car selon notre sondage, une bonne majorité de Français (61 %) est favorable à une approche répressive pour ces parents considérés comme défaillants.

Société : 81% des Français estiment que les parents ont moins d’autorité qu’avant

Société : 81% des Français estiment que les parents ont moins d’autorité qu’avant


D’après Brice Teinturier, directeur général de l’institut Ipsos, 81 % des Français pensent que les parents ont moins d’autorité qu’avant sur leurs enfants. « Ce chiffre balaie tout, il écrase tout, c’est massif pour tout le monde, c’est majoritaire même pour les sympathisants de La France insoumise, observe encore notre sondeur. C’est un credo fondamental de la société, un fait qui ne se discute pas pour les Français. » Dans le détail, c’est encore plus vrai pour les plus âgés et ceux qui n’ont pas d’enfants. « Ce sont surtout les plus de 60 ans et les sympathisants LR qui défendent la discipline et le respect de l’autorité », poursuit-il.

Pour les sondés, les causes de cette baisse d’autorité sont avant tout externesEt c’est toute la société qui est en cause.

« Cela témoigne d’un rapport au monde où l’on se sent démuni et dépassé », pointe Brice Teinturier.

La a nouvelle ministre des Solidarités et des Familles, Aurore Bergé, livre les premières pistes du gouvernement à La Tribune Dimanche : des travaux d’intérêt général pour les parents défaillants, le paiement d’une contribution financière auprès d’une association de victimes pour les parents d’enfants coupables de dégradations, et enfin une amende pour ceux ne se présentant pas aux audiences qui concernent leurs enfants.

Bref des mesures en forme de sanctions qui ne sont pas forcément inutiles mais qui font l’impasse sur la dimension sociétale du problème. En effet c’est toute la société qui a relâché ses liens avec l’autorité à commencer par l’État devenu impuissant dans trop de domaines: l’école, la police, la justice, la défense du pays et l’incapacité à faire respecter et même aimer les valeurs qui ont fait de la France une nation. De ce point de vue les propos contradictoires d’un monde politique arriviste et corporatiste ont largement nourri le doute vis-à-vis de ces valeurs et de l’autorité.

Des annonces à la tonalité très coercitive qui correspondent au climat du moment. Car selon notre sondage, une bonne majorité de Français (61 %) est favorable à une approche répressive pour ces parents considérés comme défaillants.

Société-Violences: un manque d’autorité

Société-Violences: un manque d’autorité

Le rapport entre violences et déficit démocratique


Les phénomènes de violence sont pas nouveaux dans la société. Sur le long terme, le taux de violence a tendance à nettement se réduire avec l’élévation du niveau d’éducation. Toutefois, ces révolutions ne sont pas linéaires, elles subissent notamment des à-coups avec la montée de contradictions y compris dans les pays développés. C’est le cas depuis quelques décennies. En cause, la complexité et l’intensité de la crise dans les domaines économiques, sociaux et sociétaux dont les aspects systémiques sont mal appréciés voire ignorés. Pour parler simplement, la société est encore trop souvent abordée comme un saucisson par tranche dans l’ignorance ou le mépris des interactions entre les différents champs. La crise est aussi identitaire, une crise culturelle, politique et démocratique.

C’est la crise au sens de Gramsci dans la mesure où les anciens modèles sont condamnés à l’obsolescence alors que les nouveaux modèles n’ont pas encore émergé de manière significative. En matière de démocratie, il est clair que le modèle collectiviste , socialiste ou communiste est mort. Il n’est plus en application que dans les pays qui l’imposent par la dictature. De la même manière, l’ultralibéralisme qui répand partout la domination de la financiarisation mondialisée à toute la société va également droit dans le mur non seulement du fait qu’il met en cause les principes de justice mais aussi parce qu’il se heurte à la prise en compte de la problématique environnementale. En France depuis quelques années , les violences enregistrent une poussée de fièvre, violences physiques et verbales . Les exemples plus récents concernent les gilets jaunes, les banlieues ou encore certaines actions contre la réforme des retraites ou la violence quotidienne.

Selon l’OMS, la violence est l’utilisation intentionnelle de la force physique, de menaces à l’encontre des autres ou de soi-même, contre un groupe ou une communauté, qui entraîne ou risque fortement d’entraîner un traumatisme, des dommages psychologiques, des problèmes de développement ou un décès. Il y a bien sûr la violence interpersonnelle, violences contre les personnes, mais aussi les violences politiques et économiques. Elles peuvent être physiques, morales encore psychologiques .

La responsabilité peut être imputée à des groupes, à l’Etat ou à des individus. Certains grands penseurs comme Marx, Engels plus récemment Bourdieu et bien d’autres ont théorisé le contenu de la violence, ses causes et même parfois sa légitimité.

Reste que dans nos sociétés développées, la violence constitue un déni des règles démocratiques. Le problème est cependant de savoir quelles sont les causes de ce déni démocratique. En fait, de nombreux champs de la société ont évolué, l’économie, les technologies, la médecine, l’éducation. Par contre, la démocratie, elle , est restée au stade quasi néandertalien. En gros pour résumer elle se limite au dépôt d’un bulletin de vote dans l’urne une fois tous les cinq ans .

En outre, le choix des candidats est totalement préempté par des groupes de pressions notamment financiers. Pour le vérifier , il suffit de constater l’envolée du coût des campagnes électorales notamment de la principale à savoir l’élection présidentielle. Théoriquement pour cette élection l’enveloppe est limitée à 10 millions mais les candidats dépensent trois à quatre fois plus. Bref, le marketing politique à l’américaine a gagné la France et bien d’autres pays. La plus grande contradiction de la démocratie, c’est que le plus souvent les électeurs ne votent pas pour un candidat mais contre celui qu’ils ne souhaitent pas. Une sorte d’élection par défaut ; quand ce n’est pas le cas , ces sélections s’appuient sur des programmes démagogiques, populistes voire xénophobes.

Depuis plusieurs élections présidentielles, les présidents élus en France le sont par défaut du fait du rejet du Front national. Chaque président n’a représenté en son temps qu’une base électorale de 20 à 25 %. Ce qui provoque ensuite le rejet d’orientation qui n’ont nullement été approuvées politiquement lors du vote. Du coup, l’autorité politique- et même l’autorité de l’État -se trouve largement contestée avec des phénomènes de violence récurrents s’attaquant aussi bien aux bien publics, aux biens privés( le rituel d’incendie de voiture dans les banlieues et de bris de vitrines des commerçants)) qu’aux personnes.

Les partis politiques et syndicats d’extrême-gauche se sont engouffrés dans cette brèche de la violence depuis quelques années pour tenter de compenser le poids de leurs faiblesses politiques dans les urnes. Par ailleurs parfois, des exclus de la transformation économique plus ou moins manipulés par des leaders irresponsables se livrent aussi à certaines violences . Il y a des raisons objectives qui peuvent permettre comprendre ces violences sans pour autant les admettre. Car fondamentalement ce qui est en cause, c’est un fonctionnement démocratique qui ne permet pas de tendre vers un intérêt général prenant en compte tout autant le concept d’efficacité que de justice.

De ce point de vue, les tares constatées au plan national se produisent aussi au plan local où des petits barons confondent aussi trop souvent leur intérêt personnel et l’intérêt collectif. Enfin la démocratie est affectée par le fait que certains technocrates ont transformé le mandat électif en métier. Mais inversement des candidats venus de nulle part, dits de la société civile, n’ont pas fait la preuve de leur compétence et encore moins de leur légitimité politique. Et ce ne sont pas des pseudo conventions citoyennes de personnes choisies au hasard qui vont combler ce déficit et surmonter ces contradictions fondamentales. Bref, la France connaît une très grave crise de légitimité et d’autorité .

Violences: un manque d’autorité légitime

Violences: un manque d’autorité légitime

Un rapport entre violences et déficit démocratique


Les phénomènes de violence sont pas nouveaux dans la société. Sur le long terme, le taux de violence a tendance à nettement se réduire avec l’élévation du niveau d’éducation. Toutefois, ces révolutions ne sont pas linéaires, elles subissent notamment des à-coups avec la montée de contradictions y compris dans les pays développés. C’est le cas depuis quelques décennies. En cause, la complexité et l’intensité de la crise dans les domaines économiques, sociaux et sociétaux dont les aspects systémiques sont mal appréciés voire ignorés. Pour parler simplement, la société est encore trop souvent abordée comme un saucisson par tranche dans l’ignorance ou le mépris des interactions entre les différents champs. La crise est aussi identitaire, une crise culturelle, politique et démocratique.

C’est la crise au sens de Gramsci dans la mesure où les anciens modèles sont condamnés à l’obsolescence alors que les nouveaux modèles n’ont pas encore émergé de manière significative. En matière de démocratie, il est clair que le modèle collectiviste , socialiste ou communiste est mort. Il n’est plus en application que dans les pays qui l’imposent par la dictature. De la même manière, l’ultralibéralisme qui répand partout la domination de la financiarisation mondialisée à toute la société va également droit dans le mur non seulement du fait qu’il met en cause les principes de justice mais aussi parce qu’il se heurte à la prise en compte de la problématique environnementale. En France depuis quelques années , les violences enregistrent une poussée de fièvre, violences physiques et verbales . Les exemples plus récents concernent les gilets jaunes, les banlieues ou encore certaines actions contre la réforme des retraites ou la violence quotidienne.

Selon l’OMS, la violence est l’utilisation intentionnelle de la force physique, de menaces à l’encontre des autres ou de soi-même, contre un groupe ou une communauté, qui entraîne ou risque fortement d’entraîner un traumatisme, des dommages psychologiques, des problèmes de développement ou un décès. Il y a bien sûr la violence interpersonnelle, violences contre les personnes, mais aussi les violences politiques et économiques. Elles peuvent être physiques, morales encore psychologiques .

La responsabilité peut être imputée à des groupes, à l’Etat ou à des individus. Certains grands penseurs comme Marx, Engels plus récemment Bourdieu et bien d’autres ont théorisé le contenu de la violence, ses causes et même parfois sa légitimité.

Reste que dans nos sociétés développées, la violence constitue un déni des règles démocratiques. Le problème est cependant de savoir quelles sont les causes de ce déni démocratique. En fait, de nombreux champs de la société ont évolué, l’économie, les technologies, la médecine, l’éducation. Par contre, la démocratie, elle , est restée au stade quasi néandertalien. En gros pour résumer elle se limite au dépôt d’un bulletin de vote dans l’urne une fois tous les cinq ans .

En outre, le choix des candidats est totalement préempté par des groupes de pressions notamment financiers. Pour le vérifier , il suffit de constater l’envolée du coût des campagnes électorales notamment de la principale à savoir l’élection présidentielle. Théoriquement pour cette élection l’enveloppe est limitée à 10 millions mais les candidats dépensent trois à quatre fois plus. Bref, le marketing politique à l’américaine a gagné la France et bien d’autres pays. La plus grande contradiction de la démocratie, c’est que le plus souvent les électeurs ne votent pas pour un candidat mais contre celui qu’ils ne souhaitent pas. Une sorte d’élection par défaut ; quand ce n’est pas le cas , ces sélections s’appuient sur des programmes démagogiques, populistes voire xénophobes.

Depuis plusieurs élections présidentielles, les présidents élus en France le sont par défaut du fait du rejet du Front national. Chaque président n’a représenté en son temps qu’une base électorale de 20 à 25 %. Ce qui provoque ensuite le rejet d’orientation qui n’ont nullement été approuvées politiquement lors du vote. Du coup, l’autorité politique- et même l’autorité de l’État -se trouve largement contestée avec des phénomènes de violence récurrents s’attaquant aussi bien aux bien publics, aux biens privés( le rituel d’incendie de voiture dans les banlieues et de bris de vitrines des commerçants)) qu’aux personnes.

Les partis politiques et syndicats d’extrême-gauche se sont engouffrés dans cette brèche de la violence depuis quelques années pour tenter de compenser le poids de leurs faiblesses politiques dans les urnes. Par ailleurs parfois, des exclus de la transformation économique plus ou moins manipulés par des leaders irresponsables se livrent aussi à certaines violences . Il y a des raisons objectives qui peuvent permettre comprendre ces violences sans pour autant les admettre. Car fondamentalement ce qui est en cause, c’est un fonctionnement démocratique qui ne permet pas de tendre vers un intérêt général prenant en compte tout autant le concept d’efficacité que de justice.

De ce point de vue, les tares constatées au plan national se produisent aussi au plan local où des petits barons confondent aussi trop souvent leur intérêt personnel et l’intérêt collectif. Enfin la démocratie est affectée par le fait que certains technocrates ont transformé le mandat électif en métier. Mais inversement des candidats venus de nulle part, dits de la société civile, n’ont pas fait la preuve de leur compétence et encore moins de leur légitimité politique. Et ce ne sont pas des pseudo conventions citoyennes de personnes choisies au hasard qui vont combler ce déficit et surmonter ces contradictions fondamentales. Bref, la France connaît une très grave crise de légitimité et d’autorité .

Conflit police-justice: une grave crise d’autorité et de légitimité du politique

Conflit police-justice: une grave crise d’autorité et de légitimité du politique


Au-delà des faits particuliers qui font émerger des contradictions entre le pouvoir politique et la justice, ressurgit le vrai problème de la crise d’autorité et de légitimité du politique.

L’autorité républicaine est en effet en pleine déliquescence et cela depuis des années. Progressivement, on a autorisé des prises de distance avec les règles qui conditionnent la vie en société. Tout commence souvent à l’intérieur des familles incapables de transmettre les valeurs de base puis se prolonge à l’école ou le pédagogisme a triomphé non seulement des programmes mais aussi de la discipline. La lâche suppression du service militaire a terminé le travail de destruction des liens sociétaux. Par parenthèse ce qui a transformé l’armée française en armée échantillonnaire qui serait vite balayée dans le cadre d’un conflit comme celui entre la Russie et l’Ukraine. Pour preuve nos reculs successifs en Afrique face à des ennemis pourtant de moindre importance. L’ensemble de la société s’est finalement accommodé de cette prise de distance avec les règles qui permettent de concilier liberté individuelle et libertés collectives.

La police est mise en cause mais c’est l’État tout entier qui est sur la sellette en raison d’absence d’orientation claire, de moyens et de cohérence.

Le problème de fond, c’est que le politique n’a plus de légitimité. Pour preuve, plus de 50 % des électeurs refusent désormais de voter et nos élus à tous les niveaux sont souvent choisis avec un socle d’électeurs de l’ordre de 10 à 15 %. Et certains des élus se croient investis pour imposer leur idéologie alors qu’ils ne représentent qu’une minorité.

Par ailleurs on a tout fait pour affaiblir les organisations intermédiaires qui permettaient d’entretenir des liens entre le politique et les citoyens. On leur a substitué des organisations fictives composées de technocrates, de courtisans et d’arrivistes.

Du coup dans chacun des secteurs, dans chaque couche de sociétés, l’accumulation de problèmes non traités fait sauter le couvercle de la cocotte-minute un moment donné. Le pays devient le champion du monde des chienlits Un seul exemple, l’économie de la drogue qui pourrit de plus en plus le pays et alimente les actions criminelles désormais dans un peu près l’ensemble des villes françaises et même les villes moyennes. Or le politique est largement responsable de cette situation d’abord parce que non légitime ensuite discrédité par sa politique clientéliste autant que par son immobilisme.

La restauration de cette légitimité est donc de l’autorité qui doit l’accompagner passe nécessairement par un retour aux pratiques démocratiques quand le pouvoir est aujourd’hui aux mains d’aventuriers incompétents, d’idéologues et de courtisans. La crise n’est donc pas celle de la police ou même de la justice mais celle de la société tout entière en panne de repères et de démocratie. Mais certains objecteront peut-être que la France a actuellement les politiques qu’on mérite. Une manière d’acter le déclin global du pays.

Malaise police-justice: une grave crise d’autorité et de légitimité du politique

Malaise police-justice: une grave crise d d’autorité et de légitimité du politique


Au-delà des faits particuliers qui font émerger des contradictions entre le pouvoir politique et la justice, ressurgit le vrai problème de la crise d’autorité et de légitimité du politique.

L’autorité républicaine est en effet en pleine déliquescence et cela depuis des années. Progressivement, on a autorisé des prises de distance avec les règles qui conditionnent la vie en société. Tout commence souvent à l’intérieur des familles incapables de transmettre les valeurs de base puis se prolonge à l’école ou le pédagogisme a triomphé non seulement des programmes mais aussi de la discipline. La lâche suppression du service militaire a terminé le travail de destruction des liens sociétaux. Par parenthèse ce qui a transformé l’armée française en armée échantillonnaire qui serait vite balayée dans le cadre d’un conflit comme celui entre la Russie et l’Ukraine. Pour preuve nos reculs successifs en Afrique face à des ennemis pourtant de moindre importance. L’ensemble de la société s’est finalement accommodé de cette prise de distance avec les règles qui permettent de concilier liberté individuelle et libertés collectives.

La police est mise en cause mais c’est l’État tout entier qui est sur la sellette en raison d’absence d’orientation claire, de moyens et de cohérence.

Le problème de fond, c’est que le politique n’a plus de légitimité. Pour preuve, plus de 50 % des électeurs refusent désormais de voter et nos élus à tous les niveaux sont souvent choisis avec un socle d’électeurs de l’ordre de 10 à 15 %. Et certains des élus se croient investis pour imposer leur idéologie alors qu’ils ne représentent qu’une minorité.

Par ailleurs on a tout fait pour affaiblir les organisations intermédiaires qui permettaient d’entretenir des liens entre le politique et les citoyens. On leur a substitué des organisations fictives composées de technocrates, de courtisans et d’arrivistes.

Du coup dans chacun des secteurs, dans chaque couche de sociétés, l’accumulation de problèmes non traités fait sauter le couvercle de la cocotte-minute un moment donné. Le pays devient le champion du monde des chienlits Un seul exemple, l’économie de la drogue qui pourrit de plus en plus le pays et alimente les actions criminelles désormais dans un peu près l’ensemble des villes françaises et même les villes moyennes. Or le politique est largement responsable de cette situation d’abord parce que non légitime ensuite discrédité par sa politique clientéliste autant que par son immobilisme.

La restauration de cette légitimité est donc de l’autorité qui doit l’accompagner passe nécessairement par un retour aux pratiques démocratiques quand le pouvoir est aujourd’hui aux mains d’aventuriers incompétents, d’idéologues et de courtisans. La crise n’est donc pas celle de la police ou même de la justice mais celle de la société tout entière en panne de repères et de démocratie. Mais certains objecteront peut-être que la France a actuellement les politiques qu’on mérite. Une manière d’acter le déclin global du pays.

Malaise de la police: conséquence d’une grave crise de d’autorité et de légitimité du politique

Malaise de la police: conséquence d’une grave crise de d’autorité et de légitimité du politique


Au-delà des faits particuliers qui font émerger des contradictions entre le pouvoir politique et la justice, ressurgit le vrai problème de la crise d’autorité et de légitimité du politique.

L’autorité républicaine est en effet en pleine déliquescence et cela depuis des années. Progressivement, on a autorisé des prises de distance avec les règles qui conditionnent la vie en société. Tout commence souvent à l’intérieur des familles incapables de transmettre les valeurs de base puis se prolonge à l’école ou le pédagogisme a triomphé non seulement des programmes mais aussi de la discipline. La lâche suppression du service militaire a terminé le travail de destruction des liens sociétaux. Par parenthèse ce qui a transformé l’armée française en armée échantillonnaire qui serait vite balayée dans le cadre d’un conflit comme celui entre la Russie et l’Ukraine. Pour preuve nos reculs successifs en Afrique face à des ennemis pourtant de moindre importance. L’ensemble de la société s’est finalement accommodé de cette prise de distance avec les règles qui permettent de concilier liberté individuelle et libertés collectives.

La police est mise en cause mais c’est l’État tout entier qui est sur la sellette en raison d’absence d’orientation claire, de moyens et de cohérence.

Le problème de fond, c’est que le politique n’a plus de légitimité. Pour preuve, plus de 50 % des électeurs refusent désormais de voter et nos élus à tous les niveaux sont souvent choisis avec un socle d’électeurs de l’ordre de 10 à 15 %. Et certains des élus se croient investis pour imposer leur idéologie alors qu’ils ne représentent qu’une minorité.

Par ailleurs on a tout fait pour affaiblir les organisations intermédiaires qui permettaient d’entretenir des liens entre le politique et les citoyens. On leur a substitué des organisations fictives composées de technocrates, de courtisans et d’arrivistes.

Du coup dans chacun des secteurs, dans chaque couche de sociétés, l’accumulation de problèmes non traités fait sauter le couvercle de la cocotte-minute un moment donné. Le pays devient le champion du monde des chienlits Un seul exemple, l’économie de la drogue qui pourrit de plus en plus le pays et alimente les actions criminelles désormais dans un peu près l’ensemble des villes françaises et même les villes moyennes. Or le politique est largement responsable de cette situation d’abord parce que non légitime ensuite discrédité par sa politique clientéliste autant que par son immobilisme.

La restauration de cette légitimité est donc de l’autorité qui doit l’accompagner passe nécessairement par un retour aux pratiques démocratiques quand le pouvoir est aujourd’hui aux mains d’aventuriers incompétents, d’idéologues et de courtisans. La crise n’est donc pas celle de la police ou même de la justice mais celle de la société tout entière en panne de repères et de démocratie. Mais certains objecteront peut-être que la France a actuellement les politiques qu’on mérite. Une manière d’acter le déclin global du pays.

La révolte dans la police révèle une grave crise d’autorité et de légitimité du politique

La révolte dans la police révèle une grave crise d’autorité et de légitimité du politique


Au-delà des faits individuels qui font émerger des contradictions entre le pouvoir politique et la justice, ressurgit le vrai problème de la crise d’autorité et de légitimité du politique.

L’autorité républicaine est en effet en pleine déliquescence et cela depuis des années. Progressivement, on a autorisé des prises de distance avec les règles qui conditionnent la vie en société. Tout commence souvent à l’intérieur des familles incapables de transmettre les valeurs de base puis se prolonge à l’école ou le pédagogisme a triomphé non seulement des programmes mais aussi de la discipline. La lâche suppression du service militaire a terminé le travail de destruction des liens sociétaux. Par parenthèse ce qui a transformé l’armée française en armée échantillonnaire qui serait vite balayée dans le cadre d’un conflit comme celui entre la Russie et l’Ukraine. Pour preuve nos reculs successifs en Afrique face à des ennemis pourtant de moindre importance. L’ensemble de la société s’est finalement accommodé de cette prise de distance avec les règles qui permettent de concilier liberté individuelle et libertés collectives.

La police est mise en cause mais c’est l’État tout entier qui est sur la sellette en raison d’absence d’orientation claire, de moyens et de cohérence.

Le problème de fond, c’est que le politique n’a plus de légitimité. Pour preuve, plus de 50 % des électeurs refusent désormais de voter et nos élus à tous les niveaux sont souvent choisis avec un socle d’électeurs de l’ordre de 10 à 15 %. Et certains des élus se croient investis pour imposer leur idéologie alors qu’ils ne représentent qu’une minorité.

Par ailleurs on a tout fait pour affaiblir les organisations intermédiaires qui permettaient d’entretenir des liens entre le politique et les citoyens. On leur a substitué des organisations fictives composées de technocrates, de courtisans et d’arrivistes.

Du coup dans chacun des secteurs, dans chaque couche de sociétés, l’accumulation de problèmes non traités fait sauter le couvercle de la cocotte-minute un moment donné. Le pays devient le champion du monde des chienlits. Or le politique est largement responsable de cette situation d’abord parce que non légitime ensuite discrédité par sa politique clientéliste autant que par son immobilisme.

La restauration de cette légitimité est donc de l’autorité qui doit l’accompagner passe nécessairement par un retour aux pratiques démocratiques quand le pouvoir est aujourd’hui aux mains d’aventuriers incompétents, d’idéologues et de courtisans. La crise n’est donc pas celle de la police ou même de la justice mais celle de la société tout entière en panne de repères et de démocratie. Mais certains objecteront peut-être que la France a actuellement les politiques qu’on mérite. Une manière d’acter le déclin global du pays.

Violences -Politique de l’excuse ou politique d’autorité

Violences -Politique de l’excuse ou politique d’autorité

D’une certaine manière, les événements relatifs aux émeutes dans les quartiers ont largement été instrumentalisés à droite comme à gauche au point d’en être ridicule. Pour schématiser à outrance, la gauche trouve des excuses sociales à la violence tandis que la droite propose l’ordre et la répression comme réponse.

Des postures évidemment caricaturales qui visent dans les deux cas à renforcer l’image politique de chacun des deux camps.

Pourtant on ne saurait opposer la prise en compte des réalités sociales et sociétales à celle du respect des lois républicaines et de la culture française.

On ne peut en effet d’abord fermer les yeux sur la création de zones de non-droit avec des populations entassées désormais sous la domination culturelle des trafiquants de drogue, du communautarisme et d’une sorte de sous-culture. La gauche en négligeant ces aspects manque à son devoir premier de prendre en charge les réalités sociales. C’est d’ailleurs de cette manière qu’elle s’est peu à peu discréditée et qu’elle a ainsi favorisé le transfert vers le Front National.

D’un autre côté, la droite ne peut se satisfaire de répondre uniquement par le rétablissement de l’ordre et la répression. Elle doit aussi prendre en compte les aspects sociaux culturels et l’abandon de ces quartiers au misérabilisme social, éducatif et plus généralement sociétal.

Justement ce qu’avait pris en compte le rapport Borloo qui avait cerné la problématique globale et surtout élaborer l’analyse et les orientations avec les acteurs.

Précisément ce qui manque aujourd’hui au gouvernement actuel qui a prit l’habitude de marcher sur le ventre des organisations intermédiaires grâce à l’esprit d’efficacité de sa gouvernance ultra verticale. Le problème est que la composition sociologique de la majorité faite surtout de petits-bourgeois est encore plus incompétente que les majorités qui l’ont précédé.

Faire l’impasse sur des facteurs applicatifs qui interagissent entre n’est pas seulement une faute culturelle mais aussi une faute politique. Ainsi par exemple ne pas tenir compte des graves erreurs de la politique migratoire et des ratés complets d’intégration discrédite toute analyse pertinente.

D’une certaine manière, les événements relatifs aux émeutes dans les quartiers ont largement été instrumentalisés à droite comme à gauche au point d’en être ridicule. Pour schématiser à outrance, la gauche trouve des excuses sociales à la violence tandis que la droite propose l’ordre et la répression comme réponse.

Des postures évidemment caricaturales qui visent dans les deux cas à renforcer l’image politique de chacun des deux camps.

Pourtant on ne saurait opposer la prise en compte des réalités sociales et sociétales à celle du respect des lois républicaines et de la culture française.

On ne peut en effet d’abord fermer les yeux sur la création de zones de non-droit avec des populations entassées désormais sous la domination culturelle des trafiquants de drogue, du communautarisme et d’une sorte de sous-culture. La gauche en négligeant ces aspects manque à son devoir premier de prendre en charge les réalités sociales. C’est d’ailleurs de cette manière qu’elle s’est peu à peu discréditée et qu’elle a ainsi favorisé le transfert vers le Front National.

D’un autre côté, la droite ne peut se satisfaire de répondre uniquement par le rétablissement de l’ordre et la répression. Elle doit aussi prendre en compte les aspects sociaux culturels et l’abandon de ces quartiers au misérabilisme social, éducatif et plus généralement sociétal.

Justement ce qu’avait pris en compte le rapport Borloo qui avait cerné la problématique globale et surtout élaborer l’analyse et les orientations avec les acteurs.

Précisément ce qui manque aujourd’hui au gouvernement actuel qui a prit l’habitude de marcher sur le ventre des organisations intermédiaires grâce à l’esprit d’efficacité de sa gouvernance ultra verticale. Le problème est que la composition sociologique de la majorité faite surtout de petits-bourgeois est encore plus incompétente que les majorités qui l’ont précédé.

Faire l’impasse sur des facteurs applicatifs qui interagissent entre n’est pas seulement une faute culturelle mais aussi une faute politique. Ainsi par exemple ne pas tenir compte des graves erreurs de la politique migratoire et des ratés complets d’intégration discrédite toute analyse pertinente.

Emeutes -Politique de l’excuse ou politique d’autorité

Emeutes -Politique de l’excuse ou politique d’autorité

D’une certaine manière, les événements relatifs aux émeutes dans les quartiers ont largement été instrumentalisés à droite comme à gauche au point d’en être ridicule. Pour schématiser à outrance, la gauche trouve des excuses sociales à la violence tandis que la droite propose l’ordre et la répression comme réponse.

Des postures évidemment caricaturales qui visent dans les deux cas à renforcer l’image politique de chacun des deux camps.

Pourtant on ne saurait opposer la prise en compte des réalités sociales et sociétales à celle du respect des lois républicaines et de la culture française.

On ne peut en effet d’abord fermer les yeux sur la création de zones de non-droit avec des populations entassées désormais sous la domination culturelle des trafiquants de drogue, du communautarisme et d’une sorte de sous-culture. La gauche en négligeant ces aspects manque à son devoir premier de prendre en charge les réalités sociales. C’est d’ailleurs de cette manière qu’elle s’est peu à peu discréditée et qu’elle a ainsi favorisé le transfert vers le Front National.

D’un autre côté, la droite ne peut se satisfaire de répondre uniquement par le rétablissement de l’ordre et la répression. Elle doit aussi prendre en compte les aspects sociaux culturels et l’abandon de ces quartiers au misérabilisme social, éducatif et plus généralement sociétal.

Justement ce qu’avait pris en compte le rapport Borloo qui avait cerné la problématique globale et surtout élaborer l’analyse et les orientations avec les acteurs.

Précisément ce qui manque aujourd’hui au gouvernement actuel qui a prit l’habitude de marcher sur le ventre des organisations intermédiaires grâce à l’esprit d’efficacité de sa gouvernance ultra verticale. Le problème est que la composition sociologique de la majorité faite surtout de petits-bourgeois est encore plus incompétente que les majorités qui l’ont précédé.

Faire l’impasse sur des facteurs applicatifs qui interagissent entre n’est pas seulement une faute culturelle mais aussi une faute politique. Ainsi par exemple ne pas tenir compte des graves erreurs de la politique migratoire et des ratés complets d’intégration discrédite toute analyse pertinente.

D’une certaine manière, les événements relatifs aux émeutes dans les quartiers ont largement été instrumentalisés à droite comme à gauche au point d’en être ridicule. Pour schématiser à outrance, la gauche trouve des excuses sociales à la violence tandis que la droite propose l’ordre et la répression comme réponse.

Des postures évidemment caricaturales qui visent dans les deux cas à renforcer l’image politique de chacun des deux camps.

Pourtant on ne saurait opposer la prise en compte des réalités sociales et sociétales à celle du respect des lois républicaines et de la culture française.

On ne peut en effet d’abord fermer les yeux sur la création de zones de non-droit avec des populations entassées désormais sous la domination culturelle des trafiquants de drogue, du communautarisme et d’une sorte de sous-culture. La gauche en négligeant ces aspects manque à son devoir premier de prendre en charge les réalités sociales. C’est d’ailleurs de cette manière qu’elle s’est peu à peu discréditée et qu’elle a ainsi favorisé le transfert vers le Front National.

D’un autre côté, la droite ne peut se satisfaire de répondre uniquement par le rétablissement de l’ordre et la répression. Elle doit aussi prendre en compte les aspects sociaux culturels et l’abandon de ces quartiers au misérabilisme social, éducatif et plus généralement sociétal.

Justement ce qu’avait pris en compte le rapport Borloo qui avait cerné la problématique globale et surtout élaborer l’analyse et les orientations avec les acteurs.

Précisément ce qui manque aujourd’hui au gouvernement actuel qui a prit l’habitude de marcher sur le ventre des organisations intermédiaires grâce à l’esprit d’efficacité de sa gouvernance ultra verticale. Le problème est que la composition sociologique de la majorité faite surtout de petits-bourgeois est encore plus incompétente que les majorités qui l’ont précédé.

Faire l’impasse sur des facteurs applicatifs qui interagissent entre n’est pas seulement une faute culturelle mais aussi une faute politique. Ainsi par exemple ne pas tenir compte des graves erreurs de la politique migratoire et des ratés complets d’intégration discrédite toute analyse pertinente.

Emeutes -Politique de l’excuse ou politique d’autorité : le clivage caricatural

Emeutes -Politique de l’excuse ou politique d’autorité : le clivage caricatural

D’une certaine manière, les événements relatifs aux émeutes dans les quartiers ont largement été instrumentalisés à droite comme à gauche au point d’en être ridicule. Pour schématiser à outrance, la gauche trouve des excuses sociales à la violence tandis que la droite propose l’ordre et la répression comme réponse.

Des postures évidemment caricaturales qui visent dans les deux cas à renforcer l’image politique de chacun des deux camps.

Pourtant on ne saurait opposer la prise en compte des réalités sociales et sociétales à celle du respect des lois républicaines et de la culture française.

On ne peut en effet d’abord fermer les yeux sur la création de zones de non-droit avec des populations entassées désormais sous la domination culturelle des trafiquants de drogue, du communautarisme et d’une sorte de sous-culture. La gauche en négligeant ces aspects manque à son devoir premier de prendre en charge les réalités sociales. C’est d’ailleurs de cette manière qu’elle s’est peu à peu discréditée et qu’elle a ainsi favorisé le transfert vers le Front National.

D’un autre côté, la droite ne peut se satisfaire de répondre uniquement par le rétablissement de l’ordre et la répression. Elle doit aussi prendre en compte les aspects sociaux culturels et l’abandon de ces quartiers au misérabilisme social, éducatif et plus généralement sociétal.

Justement ce qu’avait pris en compte le rapport Borloo qui avait cerné la problématique globale et surtout élaborer l’analyse et les orientations avec les acteurs.

Précisément ce qui manque aujourd’hui au gouvernement actuel qui a prit l’habitude de marcher sur le ventre des organisations intermédiaires grâce à l’esprit d’efficacité de sa gouvernance ultra verticale. Le problème est que la composition sociologique de la majorité faite surtout de petits-bourgeois est encore plus incompétente que les majorités qui l’ont précédé.

Faire l’impasse sur des facteurs applicatifs qui interagissent entre n’est pas seulement une faute culturelle mais aussi une faute politique. Ainsi par exemple ne pas tenir compte des graves erreurs de la politique migratoire et des ratés complets d’intégration discrédite toute analyse pertinente.

Société-Politique de l’excuse ou politique d’autorité : le clivage caricatural

Société-Politique de l’excuse ou politique d’autorité : le clivage caricatural

D’une certaine manière, les événements relatifs aux émeutes dans les quartiers ont largement été instrumentalisés à droite comme à gauche au point d’en être ridicule. Pour schématiser à outrance, la gauche trouve des excuses sociales à la violence tandis que la droite propose l’ordre et la répression comme réponse.

Des postures évidemment caricaturales qui visent dans les deux cas à renforcer l’image politique de chacun des deux camps.

Pourtant on ne saurait opposer la prise en compte des réalités sociales et sociétales à celle du respect des lois républicaines et de la culture française.

On ne peut en effet d’abord fermer les yeux sur la création de zones de non-droit avec des populations entassées désormais sous la domination culturelle des trafiquants de drogue, du communautarisme et d’une sorte de sous-culture. La gauche en négligeant ces aspects manque à son devoir premier de prendre en charge les réalités sociales. C’est d’ailleurs de cette manière qu’elle s’est peu à peu discréditée et qu’elle a ainsi favorisé le transfert vers le Front National.

D’un autre côté, la droite ne peut se satisfaire de répondre uniquement par le rétablissement de l’ordre et la répression. Elle doit aussi prendre en compte les aspects sociaux culturels et l’abandon de ces quartiers au misérabilisme social, éducatif et plus généralement sociétal.

Justement ce qu’avait pris en compte le rapport Borloo qui avait cerné la problématique globale et surtout élaborer l’analyse et les orientations avec les acteurs.

Précisément ce qui manque aujourd’hui au gouvernement actuel qui a prit l’habitude de marcher sur le ventre des organisations intermédiaires grâce à l’esprit d’efficacité de sa gouvernance ultra verticale. Le problème est que la composition sociologique de la majorité faite surtout de petits-bourgeois est encore plus incompétente que les majorités qui l’ont précédé.

Faire l’impasse sur des facteurs applicatifs qui interagissent entre n’est pas seulement une faute culturelle mais aussi une faute politique. Ainsi par exemple ne pas tenir compte des graves erreurs de la politique migratoire et des ratés complets d’intégration discrédite toute analyse pertinente.

Politique de l’excuse ou politique d’autorité : le clivage caricatural

Politique de l’excuse ou politique d’autorité : le clivage caricatural

D’une certaine manière, les événements relatifs aux émeutes dans les quartiers ont largement été instrumentalisés à droite comme à gauche au point d’en être ridicule. Pour schématiser à outrance, la gauche trouve des excuses sociales à la violence tandis que la droite propose l’ordre et la répression comme réponse.

Des postures évidemment caricaturales qui visent dans les deux cas à renforcer l’image politique de chacun des deux camps.

Pourtant on ne saurait opposer la prise en compte des réalités sociales et sociétales à celle du respect des lois républicaines et de la culture française.

On ne peut en effet d’abord fermer les yeux sur la création de zones de non-droit avec des populations entassées désormais sous la domination culturelle des trafiquants de drogue, du communautarisme et d’une sorte de sous-culture. La gauche en négligeant ces aspects manque à son devoir premier de prendre en charge les réalités sociales. C’est d’ailleurs de cette manière qu’elle s’est peu à peu discréditée et qu’elle a ainsi favorisé le transfert vers le Front National.

D’un autre côté, la droite ne peut se satisfaire de répondre uniquement par le rétablissement de l’ordre et la répression. Elle doit aussi prendre en compte les aspects sociaux culturels et l’abandon de ces quartiers au misérabilisme social, éducatif et plus généralement sociétal.

Justement ce qu’avait pris en compte le rapport Borloo qui avait cerné la problématique globale et surtout élaborer l’analyse et les orientations avec les acteurs.

Précisément ce qui manque aujourd’hui au gouvernement actuel qui a prit l’habitude de marcher sur le ventre des organisations intermédiaires grâce à l’esprit d’efficacité de sa gouvernance ultra verticale. Le problème est que la composition sociologique de la majorité faite surtout de petits-bourgeois est encore plus incompétente que les majorités qui l’ont précédé.

Faire l’impasse sur des facteurs applicatifs qui interagissent entre n’est pas seulement une faute culturelle mais aussi une faute politique. Ainsi par exemple ne pas tenir compte des graves erreurs de la politique migratoire et des ratés complets d’intégration discrédite toute analyse pertinente.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol