Archive pour le Tag 'dans la'

Jean Lassalle, toujours dans la lune, «ni Macron-ni Le Pen»

Jean Lassalle, toujours dans la lune,  «ni Macron-ni Le Pen»

 

Lassalle qui ne se remet pas de son coup de soleil reçu lors de sa longue marche dans le pays continue ses élucubrations. Dans un message posté sur son site, Jean Lassalle évoque «l’impossible choix». Il appelle ses électeurs à «la résistance». «Je veux réconcilier notre peuple, je ne crois pas possible d’y parvenir en montrant du doigt près de 50% des Français. Résistons! Apprenons à dire non à notre terrible renoncement qui a permis au capitalisme financiarisé de travestir notre modèle démocratique entraînant l’exaspération des Français. Résistons! Apprenons à dire non à la peste brune qui a dévasté tant de pays et qui s’apprête à déchirer le nôtre. Ce second tour programmé au millimètre par nos dictateurs n’est qu’un mauvais moment de notre vie politique. Notre histoire ne nous condamne pas à choisir entre l’hystérie et l’hystérie. Ni l’un ni l’autre!». Bref Lasalle choisit le néant et y retourne sans doute. Dommage,  il était sympathique mais il n’aurait jamais dû parler !

 

Chômage : baisse relative dans la zone euro en juin

Chômage :  baisse relative dans la zone euro en juin

 

 Le nombre de demandeurs d’emploi dans la zone euro a baissé en juin pour la première fois depuis deux ans avec toujours des écarts très importants selon les pays. Un taux de 4.6% pour l’Autriche, 5,4% pour l’Allemagne jusqu’à 27% pour la Grèce, 26,3% pour l’Espagne en passant par 11% pour la France. Le nombre de demandeurs d’emploi dans la zone euro a baissé en juin pour la première fois depuis deux ans, , selon des données publiées mercredi par Eurostat, l’agence de la statistique de l’Union européenne. Le nombre de chômeurs inscrits a reculé de 24.000 le mois dernier, première baisse depuis avril 2011 mais  Le taux de chômage est resté stable à 12,1%, un niveau record, pour le quatrième mois consécutif.

 

Cahuzac impliqué dans la liste HSBC ?

Cahuzac impliqué dans la liste HSBC ?

En 2010, alors qu’il était président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, Jérôme Cahuzac aurait été en possession d’informations compromettantes sur les activités illicites de la banque HSBC. Il ne les aurait pas transmises, révèle Mediapart et l’émission Cash Investigation diffusée mardi 11 juin sur France 2. Le 23 avril dernier, une information judiciaire contre X a été ouverte par le parquet de Paris pour démarchage bancaire illicite et blanchiment de fraude fiscale en bande organisée. Elle s’intéresse aux conditions dans lesquelles des contribuables français ont ouvert des comptes en Suisse chez HSBC. En 2009, l’informaticien Hervé Falciani donne à la justice française une liste de milliers de comptes cachés en Suisse. En août 2010, Arnaud Montebourg, proche de Me Patrick Rizzo, l’avocat d’Hervé Falciani, craignait de voir le dossier s’enliser. Selon le site d’information, l’actuel ministre du Redressement productif aurait transmis le « PV explosif » contenant les révélations de Falciani, à Jérôme Cahuzac , alors président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale.  Mais Jérôme Cahuzac n’aurait donné aucune suite à cette lettre. La raison, selon Mediapart, est simple : à cette époque, Antoine Cahuzac, le frère de Jérôme, était l’un des principaux dirigeants de la banque en France. Mi-avril, Arnaud Montebourg avait dénoncé sur RTL la lenteur du traitement du dossier, regrettant qu’il « dorme tranquillement ».

 

La Lettonie entrera dans la zone euro en 2014

 

La Lettonie entrera dans la   zone euro en 2014

La zone euro est en crise, et les prétendants à la monnaie unique ne se bousculent plus vraiment à la porte. Pourtant, la Lettonie devrait abandonner le lat, sa monnaie nationale, et adopter l’euro à partir du 1er janvier 2014, même si 62% des Lettons sont contre, selon un sondage réalisé mi-mai par TNS. La Commission européenne a donné son feu vert à l’adhésion de l’état balte, ce mercredi 5 juin, ce qui portera à 18 le nombre d’états membres.  La Commission européenne et la Banque Centrale Européenne (BCE), ont toutes deux rendus des rapports de convergence favorables, c’est-à-dire que la Lettonie remplit les critères d’adhésion fixés par le traité de Maastricht. Désormais, c’est au Parlement européen et à l’Ecofin de rendre leurs avis. La décision devrait intervenir début juillet pour une entrée en 2014. Tous les pays membres de l’Union européenne sont obligés de rejoindre la zone euro, dès qu’ils satisfont aux critères. Seuls le Danemark et le Royaume-Uni ont négocié des exceptions pour garder leur monnaie.   Pour le restant de la zone euro, l’adhésion du petit pays de deux millions d’habitants ne devrait pas avoir de grandes conséquences. La Lettonie, elle, espère que cela va jouer sur ses échanges commerciaux et son taux de chômage, actuellement autour de 14%. Victime d’un mauvais système éducatif, les diplômés quittent le pays pour trouver un emploi chez leurs voisins. Le gouvernement estime aussi que cela évitera la spéculation sur le lat et l’instabilité financière. En dix ans, l’inflation a varié de -1,2% à 15,3%.  Le pays balte est l’un des plus pauvres de l’Union européenne, avec la Bulgarie et la Roumanie, et plus de 20% de sa population vivait sous le seuil de pauvreté en 2011. Avec la crise, la Lettonie a mis en place un programme d’austérité parmi les plus rigoristes de la zone euro. Avec succès: le déficit budgétaire a été réduit à 1,2% du PIB et la dette publique ne représente que 41% du PIB. En 2012, son PIB a progressé de 5,6% en 2012, après une contraction de près de 20% en 2009.

Cahuzac à la Une dans la presse

Cahuzac à la Une dans la presse

 

Dans Libération, Eric Decouty écrit: « C’est une ignominie. Avec ses dissimulations, ses mensonges, Jérôme Cahuzac a fait bien plus que salir son honneur. Il a jeté l’opprobre sur son action, discrédité la parole politique et soulevé des doutes quant à l’autorité du chef de l’Etat. L’existence de son compte en Suisse est la première des fautes de Jérôme Cahuzac. Qu’il ait choisi, lui figure socialiste, d’ouvrir un compte en Suisse relève déjà d’une moralité politique et personnelle douteuse. Qu’il ait accepté d’entrer au gouvernement pour y mener le combat contre l’exil fiscal tout en laissant fructifier son magot est impardonnable. Ses mensonges portent une atteinte terrible à l’honnêteté de la majorité des élus et donnent un crédit mortel à l’extrême droite. C’est enfin l’exécutif qui est affaibli. » 

 

L’édito de Paul-Henri du Limbert, dans Le Figaro
« Un ministre de la République a menti. Il est socialiste. Et son mensonge porte sur l’argent. Peut-on imaginer pire ? Non, et la gauche le sait bien, elle qui, du temps de François Mitterrand, a déjà payé le prix de ces gravissimes manquements à l’éthique républicaine. On sent déjà poindre, si tôt après l’accession de François Hollande à l’Élysée, le fameux débat sur la  » gauche morale  » qui avait plombé la fin du second mandat mitterrandien. Car à quoi pensent ce matin les Français, sinon aux éloquents cours de morale professés par la gauche ces dernières années ? Elle n’y allait pas de main morte et promettait, en cas de victoire, la probité candide et le lin blanc. La voilà obligée de gérer un des scandales les plus spectaculaires de la Vème République ».

Patrick Apel-Muller dit dans L’Humanité : « Le scandale politique est énorme. L’homme qui tenait entre ses mains le budget de la France, qui pilotait l’administration fiscale et traquait les fraudeurs était lui-même un malfaiteur, auteur depuis plus de vingt ans d’évasions de capitaux et de dissimulation de ressources. Il ne s’agissait pas d’une paille… ! C’était lui pourtant le sévère censeur des dépenses publiques, l’amateur de rigueur et d’austérité quand elles touchent le menu peuple, l’apôtre du pacte Sarkozy-Merkel, à peine était-il emballé d’une faveur rose. »

 

Dans La Voix du Nord, on lit sous la plume de Hervé Favre : « Dans la stratégie du mensonge éhonté devant micros et caméras, on ne voit guère que Lance Armstrong pour rivaliser avec Jérôme Cahuzac ! L’aveu de Jérôme Cahuzac met aussi au supplice le président de la République et son Premier ministre à qui l’opposition demande des comptes depuis hier soir. Depuis quand savaient-ils et n’ont-ils pas maintenu beaucoup trop longtemps leur confiance à Jérôme Cahuzac ? François Hollande a dénoncé hier soir une  » impardonnable faute morale « . Mais il lui faut maintenant gérer les conséquences de ce qui est aussi une faute politique lourde qui va enfoncer un peu plus la cote de popularité de l’exécutif. »

 

L’édito de Jacques Camus dans La Montagne :
Jérôme Cahuzac en a trop fait dans le déni méprisant pour bénéficier d’une quelconque indulgence. Comme d’autres avant lui, il s’est fourvoyé dans la spirale du mensonge en espérant une trompeuse impunité. La chute est rude pour l’homme, mais le coup est également sévère pour l’exécutif, le gouvernement et le PS, privés du magistère moral. Si François Hollande a pris acte des faits  » avec sévérité « , il n’empêchera pas les remarques caustiques sur une gauche qui n’aime pas les riches mais ne crache pas sur l’argent. Dans ce domaine, gauche et droite sont également redevables, envers les Français, d’une vraie moralisation de la vie publique, à l’exemple de ce que font les Anglo-Saxons. Sinon, un populisme dévastateur balayera nos élites frelatées. Pour l’éviter, une presse libre et une justice indépendante ne seront pas de trop. Preuve vient d’en être faite. C’est la seule et heureuse leçon de cette déplorable affaire.

Alain Dusart écrit dans L’Est Républicain :
« Après avoir menti, effrontément devant l’Assemblée nationale, puis par omission devant le Président Hollande, Jérôme Cahuzac, a pris tout le monde de vitesse. Hier, il a été mis en en examen pour « blanchiment de fraude fiscale », une performance bluffante pour quelqu’un qui voici deux semaines était en quelque sorte « ministre des Impôts. » Juste avant d’aller chez le juge, il a confessé son mensonge sur Internet se disant « dévasté par le remords » après sa « faute inqualifiable ». Inédite cette manière de s’autoflageller dans un pays où depuis un demi-siècle, les politiques indélicats mentent et démentent ».

Dans La Nouvelle République du Centre-ouest, Hervé Cannet dit :
« De quel bois est fait donc Jérôme Cahuzac ? Brillant, intelligent, compétent, riche, strauss-kahnien… pour en arriver là : la solitude absolue des grands tricheurs. Y a-t-il une peine pour qui est capable,  » droit dans les yeux  » de tromper sciemment son président et tout l’appareil politique d’un pays ? Des mensonges d’État, la Ve République en a connu, subi et décrypté un certain nombre. Mais celui-là arrive à un moment particulier où le pouvoir socialiste est en butte aux coups de boutoir de la crise, où l’Élysée ne convainc plus, où le chef de gouvernement paraît en sursis et où les réformes tardent à porter leurs fruits apaisants. Or, Jérôme Cahuzac fait partie de ce camp. Son camp, aujourd’hui  » dévasté  » autant par sa trahison que par ses aveux. Envoyé d’urgence à la télé pour tenter d’enrayer l’incendie, le Premier ministre a pris le risque d’assurer que l’exécutif ne savait rien. En politique, à l’heure actuelle, il faut faire attention aux dénégations ! »

L’édito de Michel Urvoy dans Ouest France :
« Si on ne peut plus accorder sa confiance à un homme de cette envergure, si même ses proches ont été trahis, ça signifie, dans l’esprit du citoyen, qu’on ne peut plus se fier à personne. Même si on ne sait pas encore d’où vient l’argent, ni quelle était sa destination, Jérôme Cahuzac abîme la Politique avec un grand ‘P’. En dépit des excuses et des remords qu’il exprime, son attitude nuit autant à la droite qu’à la gauche. Elle profite aux ‘antisystèmes’ et à la thèse du ‘tous pourris’ ».

L’Europe s’enfonce dans la récession mais on continue comme avant

L’Europe s’enfonce dans la récession mais on continue comme avant

La reprise devait avoir lieu en 2013, c’était sûr, elle est maintenant reportée à 2014 ; ce que personne ne sait mais ça rassure. Toutes la zone euro est touchée, surtout le sud mais aussi maintenant l’Allemagne. Et pendant ce temps là la BCE et la commission européenne maintiennent le cap de l’austérité ; bêtement en fait car en réalité ils ne savent pas quoi faire. Alors pour 2013, on va être moins regardant sur les déficits. En France Le quatrième trimestre 2012 s’est soldé par une croissance négative (-0,3%), achevant une année à croissance nulle, pour la deuxième économie de la zone. La plus grosse déception des chiffres publiés jeudi vient de l’Allemagne. La première économie de la zone euro a vu son PIB reculer de 0,6% au quatrième trimestre 2012, soit la plus forte baisse de son activité depuis 2009. Sa croissance annuelle a par ailleurs été confirmée à 0,7%, marquant ainsi un net ralentissement par rapport aux croissances de 3 % et de 4,2 % des années précédentes. L’économie allemande a été pénalisée par sa contreperformance à l’export, le moteur traditionnel de sa croissance. Elle commence ainsi à payer la baisse d’activité des autres pays de la zone euro, son principal marché. « Au cours des trois derniers mois de 2012, les exportations de biens ont diminué significativement plus que les importations », relève ainsi l’Office allemand de la statistique. Si l’Allemagne tousse, elle n’a pas encore non plus attrapé la grippe. « Il y a de très bonnes chances que l’économie allemande renoue avec la croissance au début de 2013. Les premiers indicateurs sont tous orientés à la hausse », souligne en effet Andreas Ree, économiste chargé de l’Allemagne chez Unicredit. Pour l’année 2013, le gouvernement allemand table sur un nouveau ralentissement de la croissance, avec une progression du PIB attendue à 0,4 %, avant un rebond de 1,6 % en 2014. Dans le reste de la zone euro, la situation n’est guère reluisante… quand elle n’est pas catastrophique. Au nord, les Pays-Bas sont entrés en récession au quatrième trimestre, avec un PIB en baisse de 0,2%. Mais c’est le sud qui souffre le plus : l’économie italienne s’est contractée plus que prévu (-0,9%), l’activité au Portugal a dévissé de 1,8%, l’Espagne ne va toujours pas mieux (-0,7%) tandis qu’en Grèce – le pays le plus violemment touché par la crise – le PIB a chuté de 6%.  Pour des prévisionnistes de la BCE, les chiffres publiés jeudi laissent penser que la croissance dans l’ensemble de la zone euro sera nulle en 2013 et plus mauvaise qu’attendue en 2014, avec une hausse du PIB de 1,1% contre 1,3% attendu jusqu’ici. « La situation peut vite déraper », met toutefois en garde Peter Vanden Houte, analyste chez ING, citant la situation politique en Espagne et en Italie, où des élections sont prévues en février, ainsi que la difficile mise en place d’un sauvetage pour Chypre. « D’où l’importance de ne pas avoir une devise trop forte », précise l’économiste.  La dégradation de l’activité dans les pays de la zone euro rend quasiment impossible le respect des engagements budgétaires. Deuxième économie de la zone, la France a ainsi reconnu mercredi qu’elle n’atteindrait « pas exactement » cette année l’objectif d’un déficit public de 3% du PIB. Un dépassement qui peut théoriquement être sanctionné par Bruxelles, mais la Commission européenne a montré des signes de souplesse. Dans une lettre adressée aux ministres des Finances de l’UE, le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, a en effet rappelé qu’un délai pouvait être accordé à un pays pour corriger son déficit excessif en cas de détérioration imprévue de la croissance. « A condition qu’il ait fourni comme convenu les efforts budgétaires demandés », a-t-il cependant ajouté. L’exécutif européen prendra sa décision le 22 février sur ce sujet. Mais pas sûr que l’Allemagne, qui garde malgré tout de bonne perspective, n’accepte si facilement de desserrer la vis.

 

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

Hollande : « nous ne sommes pas dans la situation de la Grèce » , Non mais on en rend le chemin !

 Hollande : « nous ne sommes pas dans la situation de la Grèce » , Non mais on en rend le chemin ! 

« Aujourd’hui chacun sait que nous n’atteindrons pas les 0,8% » qui étaient prévus », a-t-il indiqué, sans toutefois confirmer les estimations d’une croissance « aux alentours de 0,2-0,3% » avancées par son ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.   »Nous ne sommes pas dans la même situation que la Grèce qui vit sa 6e année de récession et dont la production nationale a baissé de 25% » pendant cette période, a toutefois souligné le chef de l’Etat Français, pour qui « la France est un des pays qui, aujourd’hui, sur le plan de la croissance est dans la situation la moins mauvaise » en Europe.  Il a appelé les entrepreneurs français à contribuer à la relance du pays, au vu en particulier du vaste programme de privatisations dicté à Athènes par ses bailleurs de fonds UE et FMI.   »Je suis ici pour mobiliser les entreprises françaises pour qu’elles investissent en Grèce », a-t-il déclaré. Pour les privatisations, « dès lors que des appels d’offre seront lancés, les entreprises françaises doivent être présentes », a-t-il insisté, mettant en avant leur savoir faire dans le domaine « de l’énergie, de la gestion de l’eau, des transports et chemins de fer » autant de secteurs où d’importantes sociétés publiques doivent être cédées. Il s’est aussi engagé à élargir, notamment en matière de santé, l’assistance technique française fournie à la Grèce pour réformer ses services publics.  Alors qu’Athènes a entrepris des prospections à la recherche de gisements d’hydrocarbures dans son espace maritime, M. Hollande a jugé que d’éventuelles ressources seraient « une opportunité pour la Grèce et l’Europe ».   »Si la France peut contribuer à leur exploitation, elle le fera », a-t-il ajouté, faisant écho aux spéculations des médias grecs sur un intérêt de Total pour ces prospections.  A la tête depuis juin d’une coalition avec les socialistes et la gauche modérée, le dirigeant conservateur Antonis Samaras l’a pour sa part remercié pour le soutien de Paris quand marchés et Européens prédisaient une exclusion de l’euro pour la Grèce.   »La France nous a soutenu pour rester dans l’Europe et nous soutient maintenant pour que nous et l’Europe sortions de la crise », a-t-il déclaré, appelant, en vue de la présidence grecque au premier semestre 2014, à « de nouvelles initiatives en faveur de la croissance et de la lutte contre le chômage »  M. Samaras s’est aussi porté en faux contre toute division nord-sud en Europe, relevant que les « fortes relations gréco-allemandes étaient complémentaires » des liens gréco-français.

 

Hollande veut entrer dans la guerre des monnaies

Hollande veut entrer dans la guerre des monnaies

L’appréciation de l’euro, qui s’échangeait mardi à plus de 1,35 dollar contre 1,28 en moyenne sur les 200 derniers jours, inquiète les exportateurs français et menace une croissance déjà attendue très faible cette année en France, un pays plus sensible aux hausses de l’euro que l’Allemagne. Reconnaissant l’indépendance de la Banque centrale européenne, le président français a estimé mardi que les responsables politiques européens avaient eux aussi un rôle à jouer face à des pays comme les Etats-Unis ou la Chine qui utilisent selon lui leur devise à des fins concurrentielles. « Un taux de change ne se décrète pas », a dit François Hollande lors d’une conférence de presse à Strasbourg. « Mais nous sommes dans un système monétaire international qui n’est pas régulé et avec des compétitions qui se font aussi par le biais des parités et des monnaies. Dès lors, la zone euro doit, par ses chefs d’Etat et de gouvernement, se donner un objectif à moyen terme de change. » « Nous devons nous déterminer sur le moyen terme sur un niveau de change qui nous parait le plus réaliste, le plus compatible avec l’état de notre économie réelle », a poursuivi le président français, en soulignant le risque que la hausse de l’euro réduise à néant les efforts pour redresser les économies de la zone monétaire. Les responsables politiques européens évitent le plus souvent de parler du niveau de l’euro pour ne pas marcher sur les platebandes de la BCE, seule responsable de la politique monétaire, en particulier les Allemands qui refusent tout interventionnisme dans ce domaine. Le ministre allemand de l’Economie, Philipp Rösler, a estimé mardi à l’issue d’une rencontre avec son homologue Pierre Moscovici à Paris que « l’objectif doit être d’améliorer la compétitivité et pas d’affaiblir la monnaie ». Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a cependant dit le mois dernier son inquiétude face aux perspectives d’une politique monétaire très agressive au Japon, qui pèse sur le niveau du yen par rapport à l’euro.  

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol