Archive pour le Tag 'D’ANIMAUX'

Davantage d’animaux sauvages dans les villes ?

Davantage d’animaux sauvages dans les villes ?

La détérioration des milieux naturels provoque l’exode de certaines espèces en milieu urbain. Pour la philosophe Joëlle Zask, il faut traiter la question écologique en commençant par la ville, historiquement pensée contre la nature.( Interview le Monde)

La détérioration des milieux naturels provoque parfois un exode urbain. Pour la philosophe Joëlle Zask, il faut traiter la question en commençant par la ville, historiquement pensée contre la nature.

Votre hypothèse de départ est qu’il y a, et qu’il y aura à l’avenir, de plus en plus d’animaux sauvages dans les villes. N’est-ce pas contre-intuitif ?

Ça l’est parce que nous avons des œillères : il y a une telle opposition entre la ville et la nature que l’on ne voit pas ce qu’il y a de sauvage. C’est un problème d’invisibilité du monde animal. Il y a aussi un phénomène, qui va certainement s’amplifier, qui est que les animaux ne trouvent plus ce qui est nécessaire à l’accomplissement de leur cycle de vie. Comme, en parallèle, les villes se « verdissent » et se dotent d’infrastructures favorables au vivant, ils se dirigent vers elles. La détérioration des milieux naturels provoque comme un exode urbain chez certains animaux.

Comment en avez-vous pris conscience ?

Un essaim d’abeilles est arrivé dans mon jardin, en plein centre de Marseille, et j’ai été frappée d’apprendre qu’il y a beaucoup plus d’abeilles en ville qu’à la campagne. Cet étonnement a été le point de départ de cette exploration. S’il y a des abeilles, pourquoi n’y aurait-il pas des chacals, des renards, des sangliers, des éléphants ? Et de fait, c’est ce qui se passe, et que le confinement a révélé.

Ne faut-il pas en premier lieu protéger la nature pour que les animaux sauvages n’aient pas à venir en ville ?

Avoir conscience que les activités humaines sont responsables de la destruction de la nature pousse vers l’envie de restaurer l’existant. Mais ce qui m’intéresse, c’est la nouvelle donne. Certes, l’idéal serait que les animaux puissent rester au fond des bois, mais ce n’est pas le cas. Il y a alors deux problématiques : comment repenser la ville pour permettre une coexistence pacifique avec les animaux qui sont là et qui risquent tout de même de nous contaminer – ce qui est à prendre en considération ? Et n’est-ce pas précisément par les villes qu’il faut commencer à traiter la question écologique ?

Comment ces animaux réinventent-ils la ville ?

Leur géographie ne coïncide pas avec la nôtre. L’architecture, l’urbanisme et nos systèmes de circulation ne les concernent absolument pas. Ils habitent sur les toits, les corniches, dans les greniers, sous les buissons. En Amérique du Nord, il y a beaucoup de coyotes dans les parkings. En revanche, l’association qui est souvent faite entre la vie sauvage et ces lieux qu’on appelle les délaissés urbains (terrains vagues, friches) est fausse. Si les plantes profitent des espaces sans asphalte, ce n’est pas toujours le cas des animaux. Leurs trajectoires ne correspondent pas aux conditions qu’on leur prépare.

NOUVEAUX CAS D’ANIMAUX MUTILÉS

NOUVEAUX CAS D’ANIMAUX MUTILÉS

Ces jours derniers encore, plusieurs cas d’animaux mutilés ont été constatés aux quatre coins de la France. Au moins un cheval, un veau et un poulain ont ainsi été retrouvés gisant sur le sol, avec de profondes entailles.

 

À Belfonds, dans l’Orne, un poulain été retrouvé dans un champ, blessé à la tête et près du rectum, rapporte Ouest-France, précisant que « le jeune équidé n’a, a priori, pas pu se faire tout seul. »

 

Une enquête a été ouverte auprès de la gendarmerie de l’Orne.  Un veau, sans doute mort depuis deux jours, a été découvert à Bardenac, dans le sud de la Charente, d’après Charente-Librequi indique que l’animal avait la queue et les oreilles coupées. Des mutilations qui ressemblent à de nombreuses autres établis sur le territoire. Une plainte a été déposée à la gendarmerie.

En parallèle, une jument de Cellefrouin, toujours dans le département, a été retrouvée par son propriétaire, cette fois avec « des trous au niveau du poitrail et des entailles sur un antérieur et le dos », selon le quotidien régional. Un propriétaire de chevaux a déposé plainte samedi après-midi après la découverte de l’un de ses animaux, sur le bas-côté de la rocade, à proximité de Narbonne, fait savoir La Dépêche. L’équidé « gisait, éventré, une partie des intestins à l’air », ajoute le journal.Vendredi soir, un cheval avait été retrouvé avec la mâchoire entaillée à Charly dans le Rhône, d’après des informations de BFMTV Lyon auprès de la mairie. Selon le journal Le Progrès, l’animal – un pur sang anglais – a été découvert par des propriétaires de chevaux, alertés par plusieurs lampes allumées dans la nuit.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol