Archive pour le Tag 'dangers'

Agriculture et prix plancher : les dangers

La visite du président Macron au salon de l’agriculture 2024, tout comme celle d’autres personnalités politiques, a été relativement houleuse. Plusieurs débordements ont été signalés avant qu’il ne puisse visiter les hangars de la Porte de Versailles dans un climat tendu et en étant régulièrement pris à partie.C’est dans ce contexte qu’est intervenue la déclaration surprise de la volonté du gouvernement et du président d’aller vers la mise en place de prix planchers dans le secteur agricole. Les contours du dispositif sont encore flous : il s’agirait, à gros traits, de faire en sorte que les distributeurs ne puissent pas acheter aux producteurs les fruits de leur récolte ou de leur élevage en-deçà d’un certain prix. En théorie, la loi Égalim garantit aujourd’hui des prix qui ne peuvent descendre en dessous des coûts de production.

par 

Professeur de stratégie et entrepreneuriat, Kedge Business School dans Thr conversation 

Le premier ministre, fin janvier 2024, en plein crise agricole, avait esquissé la mise en place d’une « exception agricole, qui permettrait aux productions agricoles nationales de bénéficier de mesures de sauvegarde ou de protection (à l’image de ce qui fût fait pour le cinéma au travers de l’exception culturelle). Celle-ci est réclamée depuis longtemps par les syndicats, au motif que l’agriculture n’est « pas une activité économique comme les autres ». S’agit-il de couper l’herbe sous le pied au Rassemblement national qui depuis plusieurs années milite pour ce type de mécanismes ?

À quelques mois des élections européennes, chaque thématique semble être l’objet d’un bras de fer entre la majorité présidentielle et le Rassemblement national. L’agriculture n’y échappe pas. Certains médias affirment d’ailleurs qu’il y aurait une affinité entre certains syndicats et le programme défendu par Jordan Bardella.

Ce qui paraît certain est que la mise en place de cette idée de prix planchers ne va pas de soi. Elle paraît même largement discutable, tant au regard de la théorie économique que des réalités de terrain. Des alternatives semblent sans doute préférables.

Premier point qui peut conduire à remettre cette idée en question : les prix planchers ne semblent pas avoir de sens au sein d’un marché commun européen. L’Europe a abandonné depuis les années 2000 la politique de quotas et a cessé de vouloir piloter les volumes produits et indirectement les prix. Cela a presque automatiquement généré une élévation de la concurrence intra-européenne et mondiale, qui s’est traduite par de fréquentes crises de surproduction.

Chaque acteur et chaque pays n’ont en effet aucun intérêt propre à se limiter pour atteindre un hypothétique équilibre de marché. C’est ce qu’a bien montré la théorie économique des jeux : sur certains marchés peuvent se produire des déséquilibres et des actions non coopératives qui aboutissent à des situations sous-optimales. Ici, des surplus de production amènent une baisse généralisée des prix. À quoi bon instaurer des prix planchers quand chaque pays peut décider de faire « cavalier seul » ?

Une des conditions fortes des prix planchers serait ainsi que les règles du jeu soient exactement les mêmes pour tous. En économie, l’un des principes de base des théories de la concurrence pure et parfaite consiste à avoir des acteurs qui se comportent de la même façon et qui tous ont le même poids. Aucun acteur ne peut déstabiliser seul un marché et donc tout le monde joue à armes égales.

Or, cela ne correspond pas à la réalité des marchés et des filières agricoles. D’une part, il existe des acteurs qui « font » le marché, en pesant plusieurs milliards d’euros. En général les producteurs sont les grands perdants de ces rapports de force.

D’autre part, parce que plusieurs pays n’ont pas intérêt et ne mettront jamais en place les prix planchers à l’échelle européenne et encore moins mondiale. Les pays en mesure de proposer des prix bas se priveraient en effet d’une demande qui leur est acquise. Certains produits agricoles sont des commodités, aux caractéristiques identiques ou très proches, et pour lesquelles le prix devient donc le facteur unique de décision des agents économiques.

L’idée de prix plancher ne serait ainsi pertinente qu’à condition d’avoir des produits agricoles qui se différencient autrement que par le prix. Cela justifierait l’existence d’un prix minimal au regard des caractéristiques supérieures du produit ou de sa qualité essentielle.

Par ailleurs, le concept même de prix plancher repose sur une hypothèse forte et très restrictive : que les couts des différents exploitants agricoles soient assez homogènes, quelle que soit leur zone de production. Or les conditions locales, climatiques ou la simple topographie sont nettement différentes selon la région de production. Dans la filière laitière, les coûts de production varient du simple au double. Dans ce cas, sur quel niveau de coût s’aligner et donc quel niveau de prix plancher ?

La notion de prix plancher soulève d’ailleurs des enjeux juridiques : elle peut conduire plusieurs acteurs à s’entendre de fait sur des prix. Or, les ententes sont interdites du point de vue du droit de la concurrence. Cela incite les principaux acteurs sur le marché, peu nombreux dans la grande distribution, à s’accorder sur des niveaux d’achats et des prix et les conséquences peuvent s’avérer à terme contre-productives. En effet, les distributeurs peuvent être plus incités encore à avoir des prix d’achat quasi identiques, le prix plancher donnant un signal. Dans ce cas, le mécanisme stimulant de la concurrence du côté de la demande qui peut pousser les prix d’achat vers le haut peut se gripper (le producteur vendrait en théorie au plus offrant).

Outre le droit européen, il faudra aussi composer avec les accords de libre-échange qui comportent des allègements, si ce n’est des suppressions, de contraintes douanières ou fiscales. Cela va bien évidemment à l’encontre des velléités protectionnistes ou même de souveraineté nationale. L’idée est de permettre d’échanger des productions agricoles étrangères contre d’autres types de produits comme le fait par exemple l’Allemagne. Dans le cas français, ce sont bien nos productions agricoles qui risquent de pâtir de cette concurrence directe des produits importés.

Dans cette approche fondée sur la théorie des avantages comparatifs, chaque pays essaie de favoriser la performance de ses productions nationales disposant d’avantages relatifs. Tout l’enjeu pour les produits agricoles consiste à introduire des clauses miroirs pour que les pays importés soient soumis aux mêmes règles et contraintes que les produits nationaux, notamment en matière environnementale. Cela induit sinon une distorsion majeure de concurrence. En introduisant des prix planchers qui ne s’appliqueraient qu’aux productions nationales, on risque de rendre encore moins compétitifs sur notre sol nos produits agricoles et on renforcerait l’avantage comparatif du poulet ukrainien ou du sucre brésilien, par exemple.

Plusieurs experts rappellent l’existence d’autres dispositifs qui représentent une alternative plus pertinente. Un des dispositifs les plus aboutis existe dans le pays roi du marché et de la libre concurrence, à savoir les États-Unis. Les Américains ont mis en place depuis plusieurs années, au travers du Farm Bill, différents mécanismes permettant de compléter les prix offerts sur le marché. Des aides sont versées, sauf quand les prix deviennent plus rémunérateurs pour les paysans ou franchissent certains seuils. C’est une façon de « préserver » le revenu des agriculteurs américains, de limiter les effets de la volatilité et d’offrir un peu de prévisibilité et de stabilité. Un juste équilibre, sans doute, pour un secteur qui fait face à venir d’immenses défis, tant techniques et économiques qu’environnementaux.

Les dangers de l’intelligence artificielle dans les systèmes d’armement nucléaire

Les dangers de l’intelligence artificielle dans les systèmes d’armement nucléaire

Ancienne ministre australienne du développement international. Melissa Parke, à la tête d’une ONG de lutte contre l’arme nucléaire, alerte dans une tribune au « Monde » sur les risques de déclenchement d’un conflit atomique du fait de l’utilisation de l’intelligence artificielle dans les processus de décision.

Ce n’est désormais plus de la science-fiction : une course a débuté autour de l’application de l’intelligence artificielle aux systèmes d’armements nucléaires – une évolution susceptible d’accentuer la probabilité d’une guerre nucléaire. Les gouvernements à travers le monde agissant toutefois pour que l’IA soit développée et appliquée de manière sûre, une opportunité d’atténuation de ce risque existe.

Mais pour que les dirigeants mondiaux la saisissent, il va néanmoins leur falloir admettre que la menace est sérieuse… Ces dernières semaines, le G7 a convenu du code de conduite du processus d’Hiroshima pour les organisations développant des systèmes d’IA avancés, afin de « promouvoir une IA sûre, sécurisée et fiable à travers le monde ».

Le président américain, Joe Biden, a pris un décret présidentiel établissant de nouvelles normes autour de la « sécurité » de l’IA. Le Royaume-Uni a également organisé le tout premier sommet sur la sécurité de l’IA, avec pour objectif de veiller à ce que cette technologie soit développée de manière « sûre et responsable ».

Mais aucune de ces initiatives n’est à la hauteur des risques soulevés par l’application de l’IA aux armes nucléaires. Le code de conduite du G7 et le décret présidentiel de Biden évoquent seulement brièvement la nécessité de protéger les populations contre les menaces chimiques, biologiques et nucléaires susceptibles de résulter de l’IA.

De même, bien qu’il ait expliqué qu’une compréhension commune des risques soulevés par l’IA avait émergé lors du sommet sur la sécurité de l’IA, le premier ministre britannique, Rishi Sunak, n’a mentionné nulle part la menace élevée …

Les dangers de l’extraction du lithium « dit vert »

Les dangers de l’extraction du lithium « dit vert »

L’extraction de lithium : une technique gourmande en énergie et en eau, Il est pourtant présenté comme la ressource verte par excellence puisque indispensable actuellement dans les batteries.( extrait dun papier de la Tribune)


« Il faut arrêter avec le mythe de la mine propre ! Tout ça c’est de la communication et du flan. On ne sait pas extraire de la matière du sous-sol de façon propre car, une mine, ça implique toujours à côté une grosse usine chimique de transformation, ce qui entraîne une exploitation, et à terme une pollution, de l’eau et des quantités importantes de déchets qu’on ne sait pas gérer », s’est insurgé Antoine Gatet, vice-président de France nature environnement (FNE).

Actuellement, bien que des alternatives apparaissent, le lithium est obtenu uniquement dans des mines de roche ou par évaporation de saumure. Extraire le lithium des roches est la technique utilisée, notamment en Australie, premier producteur au monde, et en Chine. Pour cela, il est nécessaire dans un premier temps de les broyer. De l’eau est ensuite ajoutée pour former une pâte qui sera placée dans un réservoir où de l’air insufflé permet de séparer le lithium de la roche.

Après filtration, la poudre de lithium obtenue est encore raffinée. Elle est ainsi chauffée à une température pouvant atteindre jusqu’à 1.000 degrés. Des produits chimiques et de l’eau sont ensuite ajoutés avant filtrage, peut-on lire dans un article de 2020 de la revue spécialisée Minerals Engineering.

Le processus, qui prend entre un et deux mois, est coûteux du fait de sa forte consommation énergétique. En outre, l’utilisation d’eau et de produits chimiques la rend peu respectueuse de l’environnement.

Dans le « triangle du lithium », constitué par les déserts de sel d’Argentine, de Bolivie et du Chili qui abritent les plus grands gisements de lithium identifiés au monde, le métal se trouve dans la saumure, un mélange d’eau et de sels.

Pour l’extraire, il faut pomper la saumure des profondeurs puis la placer dans des bassins géants afin que l’eau s’évapore. Une fois les sels solidifiés, ils vont tomber au fond des piscines après « 12, 14 ou 16 mois » en fonction des conditions climatiques, explique à l’AFP Corrado Tore, hydrogéologue de l’entreprise chilienne de lithium SQM.

La solution aqueuse obtenue est ensuite transférée vers une autre usine, d’où sortira, après filtration et ajout de produits chimiques, du carbonate de lithium et, dans certains cas, de l’hydroxyde. Bien que moins onéreuse, cette méthode d’extraction est également lente et surtout consommatrice de grandes quantités d’eau.

Des alternatives à l’extraction dans des mines ou par évaporation de saumure apparaissent néanmoins. Connues sous le nom d’ « extraction directe », ces techniques, en cours de développement, pourraient accélérer la production de lithium et réduire son empreinte environnementale.

Au Chili, SQM (une des deux entreprises autorisées à exploiter le désert d’Atacama d’où sont extraits 26% de la production mondiale) dit ainsi puiser en 2022 près de 400.000 litres d’eau par heure pour les besoins de son usine. Une inspection sur son site en 2013 avait révélé qu’un tiers des caroubiers, arbre rustique en raison de ses racines profondes, étaient morts, à cause du manque d’eau, a révélé ensuite une étude.

Une manif à Paris de tous les dangers

Une manif à paris de tous les dangers

Il y a quelque chose d’irresponsable dans la décision de ceux qui ont décidé non seulement de maintenir la manifestation pour Adama Traoré mais en plus de la délocaliser de Beaumont sur Oise à Paris.

Il est clair évidemment que toute atteinte à la liberté d’expression ne grandit pas une démocratie. Cependant la France se situe dans un état particulier d’insécurité et les cendres de la révolte sont encore chaudes. Des milliers et des milliers de biens privés et publics ont été détruits souvent pillés, un mouvement sans précédent de révolte quasi anarchique en plus de gamins la plupart immatures.

La manifestation transposée à Paris place de la république risque de se transformer en révolte de la révolte. Cela d’autant plus que les organisateurs ne disposent pas comme les syndicats de force de contrôle des débordements. Les contestataires de tout poil et ceux simplement qui se nourrissent du désordre risquent de profiter de l’occasion pour favoriser la chienlit.

Si cette chienlit devait se produire avec des conséquences graves, le parti politique des Insoumis qui appellent aussi à cette manifestation porterait alors de graves responsabilités et son existence même pourrait être en cause sur le plan politique ( les insoumis ne cessent de dégringoler dans les sondages) et même sur le plan juridique.

La France Insoumise a en effet annoncé sa participation au rassemblement déplacé à Paris. «Le gouvernement refuse la manifestation pacifique à Beaumont-sur-Oise. “Vérité pour Adama” appelle à un grand rassemblement demain Place de la République à 15h. Pour demander justice pour Adama et toutes les victimes de violences policières, nous nous joignons à cet appel», a ainsi tweeté Mathilde Panot.

La préfecture du Val-d’Oise avait annoncé jeudi soir avoir décidé d’interdire cette marche prévue en hommage à Adama Traoré, érigé en emblème des violences policières, dans le contexte d’émeutes consécutives à la mort de Nahel. Le 19 juillet 2016, ce jeune homme noir de 24 ans décédait dans la cour de la caserne de Persan, à une trentaine de kilomètres au nord de Paris, peu après son arrestation par des gendarmes au terme d’une course-poursuite.

Dans leur lettre adressée aux organisateurs de la marche, les services de l’État s’inquiétaient de la venue d’«éléments perturbateurs» à cette manifestation, à laquelle aurait pu assister la mère de Nahel. «Cette marche est susceptible d’attiser les tensions et de générer des troubles graves à l’ordre public», avait écrit le préfet Philippe Court.

Société–Education positive: les dangers

Société–Education positive: les dangers

Par Eirick Prairat, Professeur de Philosophie de l’éducation, membre de l’Institut universitaire de France (IUF), Université de Lorraine dans the Conversation

Comment réagir face aux caprices et aux actes de désobéissance d’un jeune enfant ? L’envoyer dans sa chambre pour le punir, est-ce être trop strict ou cela revient-il à lui fixer des limites nécessaires ? En ce printemps 2023, psychologues et familles se divisent de nouveau sur ces questions, ravivant le débat autour d’une éducation sans contrainte et sans sanction, ou « positive » – un idéal qui pourrait recouvrir de douces et dangereuses illusions.

Nul ne contestera qu’il fallait débarrasser le processus éducatif de toute violence physique et psychologique. La brutalité éducative des siècles passés fait froid dans le dos. De la férule au bonnet d’âne, du pensum au cachot, la liste des pratiques punitives déployées est terrible et presque infinie, comme l’a montré le Dictionnaire du fouet et de la fessée récemment publié aux Presses universitaires de France. Le monde de la littérature n’a pas manqué de se faire l’écho de ces dérives. Pensons à Balzac dans Louis Lambert, à Jules Vallès dans L’Enfant ou encore à Paul Verlaine dans Mes prisons.

Cependant, bannir toute forme de violence ne revient pas à condamner l’autorité. La contrainte a ses vertus, la sanction aussi. Il est étonnant dans ce débat de voir comment l’histoire éducative est souvent falsifiée, voire tout simplement oubliée.

Rappelons qu’une école sans contrainte et sans sanction a déjà existé, à travers l’expérience des maîtres-camarades de Hambourg, dans les années 1920. « Dès les premiers jours, les maîtres annoncèrent à leurs élèves qu’il n’existait plus de punition ni de sanction, qu’il ne serait plus question d’interdiction ou d’un règlement quelconque qui pourrait les gêner dans leur usage de leur pleine liberté », écrit Jakob Robert Schmid qui rapporte cette étonnante expérience dans Le maître-camarade et la pédagogie libertaire.

Les maîtres de Hambourg pensaient que seule la liberté, entendue comme absence de contrainte, pouvait faire émerger les trésors de l’enfance. Les maîtres ne voulaient plus être des maîtres : « Nous voulons enfin commencer à vivre fraternellement avec les enfants de l’école : nous voulons vivre avec eux en vrais camarades. »

« Attends… j’te vas en donner… du maitre d’école », Honoré Daumier, lithographie, 1846. National Gallery of Art, CC0, via Wikimedia
Cette expérience a incarné dans sa forme la plus radicale l’utopie d’un espace éducatif expurgé de toute forme de contrainte. Celle-ci s’est terminée par un retentissant échec, d’autant plus amer que, pendant plus de dix ans, ces maîtres novateurs ont fait preuve d’un enthousiasme peu commun. Zeidler, un des inspirateurs, dut reconnaître non sans tristesse que

« partout où l’on se laissa guider par une confiance sans bornes dans le tact des enfants, dans leur force de volonté, dans leur persévérance, dans la sûreté de leur instinct et dans la tolérance des individus à former une communauté […], on vit se former des bandes d’indisciplinés ».

Ne nous trompons pas, l’enfant a besoin d’être guidé et parfois contraint. Freud le dit, on ne peut plus clairement, dans ses Nouvelles conférences : « Lui donner la liberté de suivre toutes ses impulsions est impossible. Ce serait une expérience très instructive pour les psychologues, mais les parents n’y pourraient pas tenir et les enfants eux-mêmes subiraient de graves dommages ». Le travail éducatif appelle surtout à encourager, soutenir, valoriser, mais il ne peut se passer d’interdiction.

Les adeptes de l’idéologie du ni-ni (ni contrainte ni sanction) se réfèrent souvent pour étayer leur thèse à des expériences éducatives qui, contrairement à ce qu’ils peuvent dire, n’ont jamais banni la sanction. L’école de Iasnaïa Poliana, ouverte par Tolstoï en 1859 pour quelques petites années, et qui est souvent citée comme modèle avait en fait recours à l’exclusion et à la privation.

Maria Montessori est également convoquée. Or la Casa dei Bambini, qui rassemblait de très jeunes enfants, mentionne dans son règlement intérieur de 1913, que seront expulsés de l’école les « indisciplinés » et les enfants « négligés et sales ». Il y avait aussi des sanctions à Summerhill, l’école fondée en 1921 par le pédagogue écossais Alexander Neill, et qui se voulait un lieu libre. Or, qu’y découvre-t-on ?Des sanctions comme l’amende, l’avertissement, la corvée y étaient distribuées… par d’autres enfants érigés en tribunal. Le progressisme n’est pas toujours là où on le pense.

D’une manière générale, les écoles qui ont prétendu faire l’économie de toute sanction sont souvent des écoles qui ont accueilli des effectifs restreints, voire choisis, contrevenant ainsi au principe d’hospitalité. Ce sont aussi des écoles qui ont caché leurs pratiques punitives sous de prétendues sanctions « naturelles ». Ce sont enfin – chose qui n’est guère admissible – des écoles où les adultes se sont débarrassés du droit de punir pour le léguer aux enfants, comme ce fut le cas dans la célèbre école de Summerhill.

Les perspectives les plus novatrices ne sont pas celles qui ont tenté d’évincer la réalité de la sanction mais celles qui se sont attachées à lui donner une portée éducative. Elles ont notamment montré qu’une sanction éducative poursuit toujours une triple fin : réaffirmer une règle partagée, responsabiliser un jeune en train de grandir et lui signifier une limite. Elles ont également montré qu’une sanction éducative pouvait prendre une forme privative.

La sanction éducative est suspensive, elle suspend momentanément un droit, un pouvoir. Elle rétrécit, un instant, le champ des possibles et des opportunités. D’une phrase, elle réduit momentanément la puissance du sujet. « Je ne t’adresserai plus la parole car tu n’as pas arrêté cet après-midi de dire des choses désagréables ». « J’arrête de t’aider car, de ton côté, tu ne fais pas ce que tu dois faire, tu ne respectes pas le contrat ». « Retourne à ta place, tu pourras nous rejoindre quand tu auras vraiment envie de travailler et de t’impliquer ».

Arrêtons de penser la sanction comme une peine, ce n’est plus à l’ordre du jour, la page est tournée. La sanction n’est pas là pour faire mal mais pour faire sens. Elle peut aussi, dans certaines circonstances, prendre une forme restaurative. « Tu as sali ce mur, tu vas maintenant le laver » ; « Tu n’arrêtes pas d’embêter le petit Paul, tu vas lui montrer ce que c’est que d’être grand, et tu vas l’aider à faire ses devoirs jusqu’à la fin de la semaine ». Réparer, c’est certes réparer quelque chose, c’est aussi et surtout réparer à quelqu’un.

L’idéologie du ni-ni revient aujourd’hui au galop avec l’éducation positive. Comme l’a bien vu Denis Jeffrey, professeur en sciences de l’éducation à l’Université de Laval, on commence par taire et par renommer. On joue sur les mots à défaut de faire œuvre de pensée : « L’enseignant devient un accompagnateur ou un facilitateur, la règle une attente, la punition une conséquence ».

Assumons les mots : un enseignant enseigne, une règle est une règle. Peut-être est-il bon de rappeler qu’il y a trois lignes de sens dans l’idée de règle :

Qui dit règle dit régularité. Une règle est ce qui revient de manière régulière, en ce sens elle est prévisible ;

Issue du latin « regere » (diriger), la règle contraint ;

Enfin, ne l’oublions pas, elle garantit des droits. Éduquer n’est pas imaginer des stratagèmes pour dissimuler les règles sociales sous de prétendues contraintes naturelles, comme le suggère Rousseau dans l’Émile ; éduquer consiste à faire passer l’enfant d’une conception religieuse de la règle à une conception juridique, de Thémis à Nomos.

Car la conception première est toujours religieuse. La règle est inévitablement appréhendée par l’enfant comme une instance transcendante (extérieure) et immuable. Elle est vécue comme une limite à ses projets, à ses désirs et à ses envies. Impressionnante et intimidante, elle incite, aussi paradoxale que cela puisse paraître, au jeu et à la transgression.

En grandissant, les enfants doivent passer d’une conception religieuse de la règle à une conception juridique.

Grandir, c’est s’ouvrir à une conception juridique qui enferme trois caractéristiques sensiblement différentes. L’enfant comprend qu’on peut participer à la construction de la règle. Certes, une fois élaborée, elle accède à une forme de transcendance, mais cette transcendance est seconde. Elle est aussi modifiable : on peut la changer, l’améliorer, l’adapter. La règle est alors vécue moins comme une limite que comme un lien. Elle nous relie en exigeant les mêmes devoirs et en garantissant les mêmes droits. Le cœur du travail éducatif est précisément de faire entrer chaque enfant dans ce rapport apaisé et intelligent à la règle.

Plus fondamentalement, comment ne pas voir que, dans le procès éducatif, la contrainte a toute sa place. Disons-le déjà, elle n’est pas la violence. Elle apparaît de manière immédiate comme négative, mais elle enferme une positivité car elle est invitation à devenir autre. Quand elle est devenue autocontrainte, elle est conservée tout en étant dépassée car la capacité à s’autocontraindre offre la capacité à se rendre disponible. La contrainte ne me contraint plus, elle me libère car « la vraie liberté, comme le disait Montaigne, c’est de pouvoir toute chose sur soi ».

Education positive: les dangers

Education positive: les dangers

Par Eirick Prairat, Professeur de Philosophie de l’éducation, membre de l’Institut universitaire de France (IUF), Université de Lorraine dans the Conversation

Comment réagir face aux caprices et aux actes de désobéissance d’un jeune enfant ? L’envoyer dans sa chambre pour le punir, est-ce être trop strict ou cela revient-il à lui fixer des limites nécessaires ? En ce printemps 2023, psychologues et familles se divisent de nouveau sur ces questions, ravivant le débat autour d’une éducation sans contrainte et sans sanction, ou « positive » – un idéal qui pourrait recouvrir de douces et dangereuses illusions.

Nul ne contestera qu’il fallait débarrasser le processus éducatif de toute violence physique et psychologique. La brutalité éducative des siècles passés fait froid dans le dos. De la férule au bonnet d’âne, du pensum au cachot, la liste des pratiques punitives déployées est terrible et presque infinie, comme l’a montré le Dictionnaire du fouet et de la fessée récemment publié aux Presses universitaires de France. Le monde de la littérature n’a pas manqué de se faire l’écho de ces dérives. Pensons à Balzac dans Louis Lambert, à Jules Vallès dans L’Enfant ou encore à Paul Verlaine dans Mes prisons.

Cependant, bannir toute forme de violence ne revient pas à condamner l’autorité. La contrainte a ses vertus, la sanction aussi. Il est étonnant dans ce débat de voir comment l’histoire éducative est souvent falsifiée, voire tout simplement oubliée.

Rappelons qu’une école sans contrainte et sans sanction a déjà existé, à travers l’expérience des maîtres-camarades de Hambourg, dans les années 1920. « Dès les premiers jours, les maîtres annoncèrent à leurs élèves qu’il n’existait plus de punition ni de sanction, qu’il ne serait plus question d’interdiction ou d’un règlement quelconque qui pourrait les gêner dans leur usage de leur pleine liberté », écrit Jakob Robert Schmid qui rapporte cette étonnante expérience dans Le maître-camarade et la pédagogie libertaire.

Les maîtres de Hambourg pensaient que seule la liberté, entendue comme absence de contrainte, pouvait faire émerger les trésors de l’enfance. Les maîtres ne voulaient plus être des maîtres : « Nous voulons enfin commencer à vivre fraternellement avec les enfants de l’école : nous voulons vivre avec eux en vrais camarades. »

« Attends… j’te vas en donner… du maitre d’école », Honoré Daumier, lithographie, 1846. National Gallery of Art, CC0, via Wikimedia
Cette expérience a incarné dans sa forme la plus radicale l’utopie d’un espace éducatif expurgé de toute forme de contrainte. Celle-ci s’est terminée par un retentissant échec, d’autant plus amer que, pendant plus de dix ans, ces maîtres novateurs ont fait preuve d’un enthousiasme peu commun. Zeidler, un des inspirateurs, dut reconnaître non sans tristesse que

« partout où l’on se laissa guider par une confiance sans bornes dans le tact des enfants, dans leur force de volonté, dans leur persévérance, dans la sûreté de leur instinct et dans la tolérance des individus à former une communauté […], on vit se former des bandes d’indisciplinés ».

Ne nous trompons pas, l’enfant a besoin d’être guidé et parfois contraint. Freud le dit, on ne peut plus clairement, dans ses Nouvelles conférences : « Lui donner la liberté de suivre toutes ses impulsions est impossible. Ce serait une expérience très instructive pour les psychologues, mais les parents n’y pourraient pas tenir et les enfants eux-mêmes subiraient de graves dommages ». Le travail éducatif appelle surtout à encourager, soutenir, valoriser, mais il ne peut se passer d’interdiction.

Les adeptes de l’idéologie du ni-ni (ni contrainte ni sanction) se réfèrent souvent pour étayer leur thèse à des expériences éducatives qui, contrairement à ce qu’ils peuvent dire, n’ont jamais banni la sanction. L’école de Iasnaïa Poliana, ouverte par Tolstoï en 1859 pour quelques petites années, et qui est souvent citée comme modèle avait en fait recours à l’exclusion et à la privation.

Maria Montessori est également convoquée. Or la Casa dei Bambini, qui rassemblait de très jeunes enfants, mentionne dans son règlement intérieur de 1913, que seront expulsés de l’école les « indisciplinés » et les enfants « négligés et sales ». Il y avait aussi des sanctions à Summerhill, l’école fondée en 1921 par le pédagogue écossais Alexander Neill, et qui se voulait un lieu libre. Or, qu’y découvre-t-on ?Des sanctions comme l’amende, l’avertissement, la corvée y étaient distribuées… par d’autres enfants érigés en tribunal. Le progressisme n’est pas toujours là où on le pense.

D’une manière générale, les écoles qui ont prétendu faire l’économie de toute sanction sont souvent des écoles qui ont accueilli des effectifs restreints, voire choisis, contrevenant ainsi au principe d’hospitalité. Ce sont aussi des écoles qui ont caché leurs pratiques punitives sous de prétendues sanctions « naturelles ». Ce sont enfin – chose qui n’est guère admissible – des écoles où les adultes se sont débarrassés du droit de punir pour le léguer aux enfants, comme ce fut le cas dans la célèbre école de Summerhill.

Les perspectives les plus novatrices ne sont pas celles qui ont tenté d’évincer la réalité de la sanction mais celles qui se sont attachées à lui donner une portée éducative. Elles ont notamment montré qu’une sanction éducative poursuit toujours une triple fin : réaffirmer une règle partagée, responsabiliser un jeune en train de grandir et lui signifier une limite. Elles ont également montré qu’une sanction éducative pouvait prendre une forme privative.

La sanction éducative est suspensive, elle suspend momentanément un droit, un pouvoir. Elle rétrécit, un instant, le champ des possibles et des opportunités. D’une phrase, elle réduit momentanément la puissance du sujet. « Je ne t’adresserai plus la parole car tu n’as pas arrêté cet après-midi de dire des choses désagréables ». « J’arrête de t’aider car, de ton côté, tu ne fais pas ce que tu dois faire, tu ne respectes pas le contrat ». « Retourne à ta place, tu pourras nous rejoindre quand tu auras vraiment envie de travailler et de t’impliquer ».

Arrêtons de penser la sanction comme une peine, ce n’est plus à l’ordre du jour, la page est tournée. La sanction n’est pas là pour faire mal mais pour faire sens. Elle peut aussi, dans certaines circonstances, prendre une forme restaurative. « Tu as sali ce mur, tu vas maintenant le laver » ; « Tu n’arrêtes pas d’embêter le petit Paul, tu vas lui montrer ce que c’est que d’être grand, et tu vas l’aider à faire ses devoirs jusqu’à la fin de la semaine ». Réparer, c’est certes réparer quelque chose, c’est aussi et surtout réparer à quelqu’un.

L’idéologie du ni-ni revient aujourd’hui au galop avec l’éducation positive. Comme l’a bien vu Denis Jeffrey, professeur en sciences de l’éducation à l’Université de Laval, on commence par taire et par renommer. On joue sur les mots à défaut de faire œuvre de pensée : « L’enseignant devient un accompagnateur ou un facilitateur, la règle une attente, la punition une conséquence ».

Assumons les mots : un enseignant enseigne, une règle est une règle. Peut-être est-il bon de rappeler qu’il y a trois lignes de sens dans l’idée de règle :

Qui dit règle dit régularité. Une règle est ce qui revient de manière régulière, en ce sens elle est prévisible ;

Issue du latin « regere » (diriger), la règle contraint ;

Enfin, ne l’oublions pas, elle garantit des droits. Éduquer n’est pas imaginer des stratagèmes pour dissimuler les règles sociales sous de prétendues contraintes naturelles, comme le suggère Rousseau dans l’Émile ; éduquer consiste à faire passer l’enfant d’une conception religieuse de la règle à une conception juridique, de Thémis à Nomos.

Car la conception première est toujours religieuse. La règle est inévitablement appréhendée par l’enfant comme une instance transcendante (extérieure) et immuable. Elle est vécue comme une limite à ses projets, à ses désirs et à ses envies. Impressionnante et intimidante, elle incite, aussi paradoxale que cela puisse paraître, au jeu et à la transgression.

En grandissant, les enfants doivent passer d’une conception religieuse de la règle à une conception juridique.

Grandir, c’est s’ouvrir à une conception juridique qui enferme trois caractéristiques sensiblement différentes. L’enfant comprend qu’on peut participer à la construction de la règle. Certes, une fois élaborée, elle accède à une forme de transcendance, mais cette transcendance est seconde. Elle est aussi modifiable : on peut la changer, l’améliorer, l’adapter. La règle est alors vécue moins comme une limite que comme un lien. Elle nous relie en exigeant les mêmes devoirs et en garantissant les mêmes droits. Le cœur du travail éducatif est précisément de faire entrer chaque enfant dans ce rapport apaisé et intelligent à la règle.

Plus fondamentalement, comment ne pas voir que, dans le procès éducatif, la contrainte a toute sa place. Disons-le déjà, elle n’est pas la violence. Elle apparaît de manière immédiate comme négative, mais elle enferme une positivité car elle est invitation à devenir autre. Quand elle est devenue autocontrainte, elle est conservée tout en étant dépassée car la capacité à s’autocontraindre offre la capacité à se rendre disponible. La contrainte ne me contraint plus, elle me libère car « la vraie liberté, comme le disait Montaigne, c’est de pouvoir toute chose sur soi ».

Arme atomique de l’ Iran : Nouveaux dangers de l’impérialisme

Arme atomique de l’ Iran : Nouveaux dangers de l’impérialisme

 

Les ambitions régionales iraniennes s’inscrivent dans un contexte plus global d’attaques contre les équilibres mondiaux, analyse, dans une tribune au « Monde », le chercheur en géopolitique Jean-Sylvestre Mongrenier. Ne pas freiner l’Iran, c’est laisser les mains libres à la Chine et à la Russie.

 

Si la guerre en Ukraine et les tensions sino-américaines avaient fait perdre de vue le Moyen-Orient, les prochains rebondissements de la crise nucléaire iranienne auront tôt fait de réactiver nos cartes mentales. Les agissements de Téhéran dans cette partie du monde requièrent un engagement ouvert et assumé auprès des Etats de la région qui joignent leurs forces pour endiguer et refouler l’Iran.

De fait, les agissements iraniens s’inscrivent dans un contexte bien plus large. L’Occident est confronté à la dynamique de formation d’une grande Eurasie sino-russe. Les revers militaires russes en Ukraine ont bien des conséquences délétères pour la « verticale du pouvoir » de Vladimir Poutine, mais ils ne remettent pas en cause l’alliance entre Pékin et Moscou. Simplement, le maître du Kremlin ne pourra plus arguer de son savoir-faire diplomatico-militaire pour prétendre compenser l’immense supériorité démographique et économique de la Chine populaire.

C’est donc Xi Jinping et l’Etat-parti chinois qui, dans l’Organisation de coopération de Shanghaï (OCS) et au-dehors, tenteront d’organiser et de diriger un bloc de puissances révisionnistes, hostiles à l’Occident. Menaces et défis sont d’envergure planétaire : de l’Europe centrale aux « Méditerranées asiatiques » (les mers de Chine du Sud et de l’Est), de l’Arctique à la région Indo-Pacifique, les tensions s’accroissent dangereusement. C’est d’une nouvelle guerre froide qu’il s’agit, au sens d’un état hybride de paix-guerre. Bien évidemment, ledit conflit ne reproduit pas à l’identique la « guerre de cinquante ans » qui mit aux prises le bloc soviétique et le monde libre. « La guerre est un caméléon », écrivait Carl von Clausewitz (1780-1831) ; elle revêt des formes changeantes selon les époques et les contextes.

Susceptible de se transformer en une grande guerre hégémonique qui établirait un nouveau rapport de force, ce conflit nous remémore une vérité énoncée par l’amiral Raoul Castex (1878-1968) dans Théories stratégiques (Economica, 1997) : « Tous les siècles ou à peu près, il y a un perturbateur. Il y a une nation en plein épanouissement, débordante de sève, assoiffée d’ambition qui veut tout dominer… Ce perturbateur, puissant par le nombre, par ses ressources de tous ordres, par la politique, par les armes, manifeste ouvertement le dessein d’absorber et d’écraser ses voisins. »

Ces considérations sur l’alliance Pékin-Moscou et la dimension planétaire de la menace n’occulteront pas l’importance névralgique de zones plus réduites, comme le Moyen-Orient. Carrefour entre l’Europe et l’Asie du Sud et de l’Est, cette région occupe une place centrale dans le projet chinois de « nouvelles routes de la soie ». Vue de Moscou, elle constitue un boulevard géostratégique en avant de son « étranger intérieur », c’est-à-dire le Nord-Caucase et les « sujets » musulmans de la Fédération de Russie.

Les dangers de l’interdépendance économique

Les dangers de l’interdépendance économique

L’économiste Isabelle Bensidoun observe que l’attaque russe rebat les cartes du commerce mondial et démontre que les seuls critères économiques ne peuvent guider les choix d’internationalisation.

 

Isabelle Bensidoun est économiste, adjointe au directeur du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (Cepii), coautrice, avec Enzo (dessinateur) et Sébastien Jean, de La Folle Histoire de la mondialisation (Les Arènes BD, 2021).

Crise financière en 2008, sanitaire en 2020, géopolitique aujourd’hui avec la guerre en Ukraine… La mondialisation, qui promettait d’apporter la paix, la prospérité et la démocratie grâce à l’extension continue des liens économiques entre les peuples, n’a-t-elle pas atteint ses limites ?

Il y a quinze ans, la crise financière est venue en effet mettre un terme à la phase d’hypermondialisation qui dominait depuis les années 1990, portée par des règles conçues pour faciliter le commerce et la finance. La libéralisation toujours plus poussée était supposée apporter la prospérité et, à sa suite, la libéralisation politique. S’y est substituée non pas une phase de démondialisation mais de « moudialisation » caractérisée par un ralentissement de la dynamique des flux internationaux de marchandises et de capitaux.

Dans le même temps, les certitudes quant aux bienfaits de la mondialisation se sont effritées. Plus question de proclamer que la mondialisation n’est pas coupable – car elle l’est – d’avoir détruit des emplois industriels dans les pays avancés, même si elle permettait dans le même temps de baisser les prix. Quant aux espoirs de voir libéralisation économique rimer avec libéralisation politique, il a bien fallu se rendre à l’évidence qu’il ne fallait pas y compter.

Plus question non plus, depuis la crise sanitaire, de vénérer les interdépendances lorsqu’elles viennent nous rappeler qu’elles sont sources de vulnérabilité. Les pénuries de masques, de réactifs ou de médicaments ont suffisamment marqué les esprits pour que les demandes de protection des citoyens se multiplient et que les contestations de la mondialisation connaissent une progression significative. La part des Français qui estiment que la mondialisation est une menace pour notre pays est passée de 49 % en 2017 à 60 % en septembre 2020, et celle qui estime que la France devrait se protéger davantage de 53 % à 65 %.

Cette déception n’atteint-elle pas également les entreprises, y compris multinationales, et par ricochet les politiques économiques des grands pays ?

La croyance dans la fluidité des chaînes d’approvisionnement a en effet été elle aussi bousculée lorsque, avec les sorties du confinement et la reprise de la demande, l’acier, les semi-conducteurs, le bois, le papier… sont venus à manquer, mettant à mal les industries du monde entier. De quoi remettre en cause les avantages de la fragmentation des étapes de production à l’échelle mondiale, qui certes permet de réduire les coûts, mais se révèle très vulnérable à la défaillance d’un des maillons de la chaîne. Et ce d’autant plus que la production de certaines de ces étapes est très concentrée géographiquement. S’ajoute à cela le manque de transparence de ces chaînes de valeur mondiales.

Présidentielle 2022 : les dangers de l’indifférence

Présidentielle 2022 : les dangers de l’indifférence 

Les présidents Sarkozy, Hollande ou Macron seraient des « dictateurs » : la rengaine, distillée au fil des ans dans une dramaturgie relativiste coupable, a produit ses effets, et le danger est désormais bien aux portes de l’Elysée.

 

Analyse de Jean Birnbaum du Monde.

 

Au milieu des années 1950, la grande comédienne Simone Signoret, proche du Parti communiste français (PCF), effectua une tournée à travers le bloc soviétique. A Prague, Signoret reçut l’appel d’une cousine éloignée, Sophie Langer, qui souhaitait la rencontrer. Mais la star française ne donna pas suite. Presque dix ans plus tard, l’obstinée cousine réussit à voir Signoret à Londres, où celle-ci jouait une comédie de Shakespeare. Sophie Langer pouvait enfin se confier : elle et son mari, socialistes tchèques, avaient fui l’invasion allemande en 1939 ; exilés aux Etats-Unis, ils étaient rentrés en Tchécoslovaquie après la guerre, dans l’espoir d’y construire le socialisme ; mais le mari de Sophie Langer avait été arrêté pour « déviationnisme » ; quand elle avait essayé de contacter Signoret, voilà dix ans, c’était dans l’espoir que le régime fasse un geste pour complaire à une célèbre sympathisante…

 

A cet instant, la comédienne coupa court et s’empressa de relativiser : aux Etats-Unis aussi, fit-elle valoir, le mari de sa cousine aurait sans doute eu des ennuis… Alors Sophie Langer se tut et partit. « Ma cousine de Bratislava ne ressemblait pas à l’emmerdeuse que j’avais imaginée à Prague, mais je ne la trouvais pas extrêmement aimable, se souviendra Signoret. Et puis, moi, hein ! j’avais à jouer la comédie. » Réfugiée en Suède après le « printemps de Prague », Sophie Langer écrira ces mots à Simone : « Tout ce que tu trouvas à me dire quand j’ai voulu te raconter mon histoire, c’est qu’en tant que communistes, nous aurions subi le même traitement si nous étions restés aux Etats-Unis. J’espère qu’aujourd’hui tu as compris la différence. » Dans ses Mémoires, Simone Signoret restitue ces souvenirs avec un sentiment de honte. Entre-temps, les chars russes avaient déferlé sur Prague, et elle avait lu les témoignages de dissidents qui décrivaient la surveillance généralisée, la terreur quotidienne. Elle avait fini par « comprendre la différence »

Mais d’autres, beaucoup d’autres, n’ont jamais voulu la comprendre. Ce refus vient de loin. Il explique pourquoi la comédie de l’indifférence, celle que Simone Signoret s’est repentie d’avoir jouer, tient encore le haut de l’affiche aujourd’hui. A l’époque de la guerre froide, la dramaturgie relativiste aboutissait, entre autres, à tirer un trait d’égalité entre l’Amérique libérale et la Russie soviétique. Des décennies plus tard, elle aura nourri des discours où les présidents Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron ont été tour à tour dépeints en dictateurs. Qu’elle se trouve interprétée par des foules manifestantes, des intellectuels respectés ou des journalistes influents, l’histoire ne varie guère et sa morale est toujours la même : le pire n’est pas à craindre, il est déjà là.

Dangers d’une inflation durable

dangers d’une inflation durable

  •  L’analyse de deux économistes,  Frédéric Pretet, co-directeur de la recherche macroéconomique chez BNP et na Boata, directrice de la recherche économique chez Euler Hermes qui repose essentiellement sur l’hypothèse qu’il il n’y aura pas de bouclage salaire prix. (L’opinion).

«Mieux vaut garder son sang froid s ur ce sujet très sensible de l’inflation, temporisait le ministre de l’Economie Bruno Le Maire la semaine dernière au Sénat. Mieux vaut une analyse lucide que d’exagérer la gravité de la situation.» + 6,2 % en octobre aux Etats-Unis, + 4,5 % en Allemagne, + 4,1 % dans la zone euro, + 2,6 % en France… Annoncées comme temporaires, ces hausses de prix pourraient s’installer dans la durée. «Nous considérons que l’inflation mérite toute notre vigilance», assurait encore Bruno Le Maire le 16 novembre à l’Assemblée.

«On était dans une phase de très forte dépression ou en tout cas de contraction de l’activité l’an dernier puisqu’on a fait – 3 % de croissance au niveau mondial», rappelle Frédéric Pretet, co-directeur de la recherche macroéconomique chez BNP Paribas Exane. «Et puis on a vu une reprise qui est beaucoup plus forte qu’attendue parce qu’on a mis énormément de stimulations pour rebondir. La stimulation monétaire avec des taux d’intérêt qui ont fortement baissé, la stimulation budgétaire avec des plans de soutien à l’économie, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, qui ont été massifs et sans précédent. Donc on a rebondi beaucoup plus fort que ce qu’on anticipait avec des prévisions qui, celles du FMI dernièrement, montrent des croissances mondiales autour de 6 %. Ce sont quand même des chiffres qui sont assez impressionnants, qui se poursuivent, autour de 5 % encore l’année prochaine.»

«Donc dès qu’on a une reprise cyclique, on a déjà des tensions sur tout ce qui est prix des matières premières. Dans la hausse de l’inflation qu’on voit dans l’ensemble des économies, il y a quand même une grosse composante prix des matières premières, prix des matières énergétiques (prix du baril, etc.) qui pèsent pour beaucoup dans cette hausse de l’inflation.»

Ce retour de l’inflation qui reflète le dynamisme de l’économie est plutôt une bonne nouvelle. «Quelque part c’est naturel et c’est une bonne nouvelle d’avoir une accélération d’inflation après une longue période où on avait des craintes de déflation», complète Ana Boata, directrice de la recherche économique chez Euler Hermes.

Une bonne nouvelle, mais pas que… «La mauvaise c’est qu’on a un choc d’offre qu’on ne peut pas tout à fait régler tout de suite», ajoute ana Boata. «Il y a une partie aussi mauvaise nouvelle qui est celle d’une accélération assez rapide», ajoute Frédéric Pretet. «Et puis, il y a une partie de cette inflation qui vient de cette hausse des prix de l’énergie. Et nous, en tant que pays consommateur, ce n’est jamais une très bonne nouvelle de ce côté-ci puisque ça veut dire qu’on vient attaquer notre pouvoir d’achat de façon un peu subie. Et là-dessus, on peut dire que c’est la partie inflationniste qui est plutôt la mauvaise nouvelle qui rend la situation un peu plus périlleuse.»

«Notre évaluation est que l’inflation est temporaire», affirmait le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, en présentant au Sénat le projet de budget pour 2022 le 18 novembre. C’est également ce qu’anticipent ces deux spécialistes : «L’inflation, certes, va encore accélérer, le pire n’est pas derrière nous», selon Ana Boata. «Mais on voit qu’en fait on est dans une dynamique, en sortie de crise, avec cette conjonction de facteurs qui fait que l’accélération est certes plus élevée qu’attendue mais encore une fois, elle devrait ralentir fin 2022 pour se rapprocher de la cible de 2 %. On pourra rester encore légèrement au-dessus de 2 %. Mais en tout cas on n’aura pas un phénomène d’hyperinflation.»

Pour Frédéric Pretet, «on est plutôt dans une situation conjoncturelle. Mais c’est vrai qu’on a quand même le sentiment que l’inflation s’est installée sur un sentier de croissance qui est sans doute un petit peu plus élevé que ce qu’on avait eu l’habitude de connaître sur les dix dernières années». «Effectivement il peut y avoir un côté structurel si, par exemple, on voit une boucle prix-salaires qui s’installe. Ce qui n’est pas vraiment notre scénario», nuance Ana Boata.

A quelques mois de l’élection présidentielle, le gouvernement craint que l’inflation ampute le pouvoir d’achat. Bruno Le Maire assure prendre «la question de la hausse des prix, avec le Premier ministre, très au sérieux». Car en s’installant durablement, ces augmentations pourraient conduire à un cercle vicieux qui peut nourrir lui-même l’inflation.

«Si cette inflation devient trop rapide, trop forte, trop longtemps, ça peut créer un déplacement dans les anticipations d’inflation et donc du coup des revendications salariales qui s’amplifient de plus en plus, qui viennent perturber, je dirais, le bon fonctionnement des entreprises, leur visibilité sur leurs coûts et donc du coup sur leurs investissements», prévient Frédéric Pretet. «Et donc ça peut créer un choc qui perdure et qui vient attaquer de façon durable aussi la reprise à moyen, long terme. Par rapport à ça, ça voudrait dire qu’on a des banques centrales qui sont quand même, bien sûr, sensibles au risque inflationniste, qui pourraient remonter les taux. Et donc si on remonte les taux, on rajoute aussi au coût pour les entreprises, pour les ménages, pour consommer, pour investir, et c’est là où l’inflation deviendrait une mauvaise nouvelle si ça devait durer trop longtemps et ça entraînerait cette réaction en chaîne de la part des autres agents économiques.»

Si cette hypothèse n’est pas à l’ordre du jour, une éventuelle hausse des taux d’intérêt viendrait tuer dans l’oeuf la reprise économique. «Un resserrement excessif des conditions de financement n’est pas souhaitable et constituerait un obstacle injustifié à la reprise», a déclaré le 15 novembre la présidente de la BCE, Christine Lagarde.

«Venir attaquer, par une hausse des taux d’intérêt, à un moment donné où le cycle de reprise reste quand même sur des niveaux qui sont en-dessous ou pas encore au niveau de ce qu’on avait il y a deux ans, c’est peut-être venir briser, je dirais, le cycle de reprise beaucoup trop tôt», analyse l’économiste Frédéric Pretet.

Une éventuelle hausse des taux viendrait également fragiliser les Etats les plus endettés comme l’Italie, la Grèce ou la France. «Tant que les taux d’intérêt restent bas et que la croissance reste supérieure à ces taux d’intérêt, on est bons, parce que les marchés savent qu’on est dans un scénario de soutenabilité de la dette qui est assurée», temporise Ana Boata.

«Une hausse des taux d’intérêt, bien sûr, c’est un frein pour la politique budgétaire, pour les arbitrages, pour l’investissement», estime par ailleurs Frédéric Pretet. «Le coût de la dette augmente avec la hausse des taux d’intérêt. Si vous avez une hausse des taux d’intérêt aujourd’hui, ça ne se traduirait pas directement tout de suite par une hausse de la charge de la dette à porter puisque, par exemple, pour un pays comme la France, la maturité de la dette est autour de sept ans. Donc, en gros, avant d’avoir un impact significatif de la hausse des taux d’intérêt, il faut laisser presque sept ans s’écouler avant d’avoir cet impact-là sur les finances publiques. Mais il n’empêche, c’est quand même un signal qui est envoyé. Ça veut dire qu’il faut quand même se préparer à une situation qui sera sans doute beaucoup plus compliquée sur le moyen terme. Et donc du coup, pour les politiques budgétaires, même si ça ne vient pas forcément freiner tout de suite les gouvernements, ça leur met quand même une espèce de «warning» je dirais, un avertissement. Et donc du coup ça peut un petit peu les gêner pour mettre en place certaines politiques qu’ils jugent comme importantes.»

Les dangers de l’excès de la digitalisation et du cloud

Les dangers de l’excès de la digitalisation et du cloud

 

. Les initiatives gouvernementales du cloud souverain sous-estiment considérablement l’impact du SaaS, qui crée pourtant une digitalisation souterraine dans les entreprises, augmentant considérablement la surface d’exposition aux cyberattaques. Par Andréa Jacquemin, fondateur et CEO de Beamy

Selon l’étude de KPMG réalisée en mai dernier dans le cadre de l’initiative gouvernementale du cloud souverain, le marché du cloud européen pourrait décupler et atteindre 560 milliards d’euros d’ici à 2030. Il concentre à part égale, 230 milliards d’euros, des besoins d’infrastructure – le IaaS et le PaaS – et les besoins d’applications : le SaaS. Mais si le cloud d’Infrastructure a été au cœur des débats de souveraineté ces derniers mois avec l’initiative européenne Gaia-X, ou la défense des acteurs français OVH, Orange ou Scaleway face aux mastodontes américains Amazon, Google ou Microsoft, rien ou trop peu n’a été dit sur son pendant applicatif : le SaaS.

Et pourtant, à l’insu des DSI et des directions générales, le SaaS explose jusqu’à créer une véritable digitalisation souterraine, aux mépris de tous les enjeux sécuritaires (RGPD) ou de souveraineté numérique.

Ainsi, dans les sociétés du Cac 40, et plus largement dans les grandes entreprises, le SaaS est devenu le vecteur clé de la digitalisation des métiers. Couramment appelé Shadow IT, l’écosystème SaaS se construit via l’usage massif d’outils disponibles sur internet, hyper-spécifiques et payables par abonnements. Déployés  à l’insu des lourds process de gouvernance d’entreprise, ces outils passent majoritairement sous les radars de l’entreprise car « à moins de 100.000 euros, le groupe ne regarde pas« , et cela même s’ils représentent des millions d’euros de coûts annuels cumulés. Externalisée, cette informatique est souvent celle de l’usage débridé des données personnelles (plus de 40% des SaaS utilisés sont américains), présentant potentiellement une multitude de failles de sécurité et de conformité à venir.

C’est une véritable digitalisation souterraine qui s’opère avec, en moyenne, plus de 190 éditeurs cloud différents pour une entreprise de plus de 1.000 collaborateurs. Sur ce nombre, seuls 60 de ces éditeurs sont maîtrisés par la DSI, 44 par le DPO et 36 par la sécurité. Et si, comme le prévoit KPMG, la croissance du cloud se poursuit, ce sont alors plus d’un millier d’éditeurs SaaS différents qui seront utilisés par chaque entreprise en 2030. La capacité de structurer un cadre de gouvernance clair sur le cloud d’application sera donc vital tant cela cristallise des enjeux de souveraineté numérique, de cyberdéfense ou de performance digitale de nos entreprises.

La transformation digitale étant l’affaire de tous, et surtout des métiers, il est normal qu’ils s’en saisissent. Notamment ceux de la nouvelle génération, celle du smartphone et ses applications qu’ils installent et désinstallent à la vitesse d’un clic. Génération du zapping, elle attend de l’entreprise le meilleur de la technologie que ce soit sur la vitesse d’exécution, l’interface des solutions et l’impact des outils sur la simplification et la performance de leurs activités professionnelles. Or, c’est un euphémisme de dire que cela ne fait pas encore partie des solutions proposées par les grandes entreprises.

close

volume_off

 

Pourtant, les meilleures technologies existent sur le marché mondial – près de 100.000 SaaS – dont les investissements réalisés par le capital risque se comptent en centaines de milliards d’euros. Ces solutions, parmi lesquelles figurent les plus puissantes, rapides et les mieux adaptées à la digitalisation des différents processus, sont aussi celles qui stockent et consomment le plus de données personnelles à l’étranger. Il s’agit donc de construire un véritable App Store de l’entreprise, pour permettre aux métiers de choisir eux-mêmes les meilleures applications tout en les guidant dans la bonne manière de sélectionner, utiliser et dé-risquer ces outils sur le­ long terme.

Le DSI tient une place stratégique sur ce sujet : celle de fournir ainsi à l’entreprise le cadre de décentralisation de la digitalisation. Celle de s’assurer que, malgré l’inflation technologique portée par les métiers, le cadre réglementaire est respecté, les données personnelles sous-traitées par ces outils sont bien protégées et les failles de sécurité externalisées sont réduites au minimum. Dans ce contexte, le DSI agît comme chef d’orchestre de l’écosystème digital, assurant l’optimisation des applications SaaS et leurs synergies au fur et à mesure que les métiers les ajoutent.

Le cloud souverain restera une initiative vaine si le cloud d’application, qui en résulte pour moitié, est toujours considéré au second plan. Au sein des entreprises, c’est à la direction générale d’impulser la construction d’une gouvernance digitale décentralisée, la seule à même de réussir à structurer cette part explosive du cloud. Une stratégie qui nécessite de mobiliser, avec le DSI, l’ensemble du comité exécutif, toutes les directions étant concernées par les enjeux de la transformation digitale.

L’urgence reste pourtant bien de faire l’état des lieux de la digitalisation souterraine existante !

Les dangers du panmédicalisme (André Comte-Sponville)

Les dangers du panmédicalisme

 « Faire de la santé la valeur suprême, et tout soumettre en conséquence à la médecine : je vois dans ce panmédicalisme un danger, qui m’a plus inquiété que le virus », analyse le philosophe dans l’Opinion.

 

 

La Rencontre des entrepreneurs de France (REF), traditionnel temps fort de la rentrée du Medef, se tient mercredi 25 et jeudi 26 août à l’hippodrome de Paris-Longchamp. Elle a pour thème cette année : « A l’air libre ! » L’organisation patronale milite ainsi « pour une grande respiration et une promesse d’avenir alors que nos libertés, crise sanitaire oblige, ont été rognées, écornées ».

Le philosophe André Comte-Sponville pose un regard affûté sur le rapport entre les Occidentaux et la liberté et ouvre des pistes pour rester libre dans un monde chamboulé par les réseaux sociaux, les Gafa, l’intelligence artificielle et la pandémie. Une réflexion porteuse d’espoir sur le rôle de l’Etat et des entrepreneurs.

Confinements, masques, tests obligatoires, fermeture des frontières… La Covid-19 a-t-il durablement modifié la notion de liberté?

La notion, non. Son exercice, oui. Etre libre, c’est faire ce que l’on veut, dans les limites qu’imposent la vie collective en général, et la loi en particulier. C’est aussi vrai aujourd’hui qu’avant la Covid. En revanche, les limites se sont provisoirement déplacées, dans un sens très restrictif. Cela ne change pas la notion de liberté, mais réduit le champ de son exercice. Espérons que ce n’est que provisoire !

Etes-vous surpris par l’adaptation de la population, depuis un an et demi, à la prééminence de l’Etat?

Cette prééminence n’est pas neuve, ni d’ailleurs choquante. Dans une République, il est normal que l’Etat, qui nous représente tous, l’emporte sur chaque individu, pris isolément. Ce qui m’a surpris, c’est autre chose : que les Français acceptent aussi facilement de si grandes réductions de nos libertés ! Le confinement, surtout le premier, était une espèce d’assignation à résidence. Le couvre-feu, en temps de paix, une contrainte inédite. Sans parler des attestations obligatoires, des masques dans la rue, de la fermeture parcs, des bars, des écoles, des collèges, des lycées, des universités… Et quand on interrogeait les Français, une majorité demandait encore plus de contraintes, de contrôles, de répression ! Les « Gaulois réfractaires » étaient devenus bien obéissants ! L’étonnant est qu’en Suisse et en Allemagne, où les confinements étaient beaucoup moins stricts, on a vu des manifestations contre la réduction des libertés. Et en France, où les libertés étaient bien davantage réduites, rien, ou presque rien, jusqu’aux récents défilés contre le pass sanitaire ! Pourquoi cette différence ? C’est peut-être que les Français aiment de moins en moins la liberté (notre pays est l’un des rares où « libéral » soit une injure pour la moitié de la population). Ils ont pris l’habitude d’un Etat jacobin, qu’ils voudraient tout-puissant. Puis ils mettent, comme on l’a beaucoup dit, « la santé au-dessus de tout ». C’est ce que j’ai appelé le panmédicalisme : faire de la santé la valeur suprême, et tout soumettre en conséquence à la médecine. J’y vois un danger, qui m’a plus inquiété que le virus.

«La réduction des libertés était drastique durant le premier confinement mais pas durable. Faisons tout pour éviter qu’elle ne le devienne !»

Quels sont les risques au sortir de cette période?

Le principal risque, c’est qu’on n’en sorte pas ! C’est ce que j’appelle l’ordre sanitaire : la réduction drastique et durable de nos libertés au nom de la santé. Vous me direz que nous y sommes déjà… Mais non. La réduction était drastique, surtout durant le premier confinement (c’est la plus grande réduction de liberté qu’on ait vue, en France, depuis trois quarts de siècle), mais pas durable. Faisons tout pour éviter qu’elle ne le devienne !

Est-on plus libre qu’il y a un siècle?

En France, oui, assurément ! D’abord grâce à la libération des femmes (il y a un siècle, elles n’avaient même pas le droit de voter ou d’avoir un compte en banque indépendant) et au progrès scientifique (la connaissance libère), mais aussi parce que les droits des minorités sont mieux protégés. On n’a jamais autant combattu les discriminations liées à la race, à la religion, au genre ou à l’orientation sexuelle. On n’a jamais été aussi libre de vivre sa sexualité ou sa spiritualité comme on l’entend, et c’est tant mieux. Attention toutefois de ne pas tordre le bâton dans l’autre sens : le « politiquement correct », la « cancel culture » ou le « wokisme » tendent parfois, au nom des minorités, à réduire la liberté de tous. A nous d’être vigilants.

Comment se libérer du diktat des réseaux sociaux ?

Individuellement, en ne les fréquentant pas, ou le moins possible. Les quelques très rares incursions que j’y ai faites m’ont affligé : quel déferlement de bêtise, de haine et de vulgarité ! Collectivement, c’est plus compliqué. Mais commençons par supprimer l’anonymat sur internet. Ce ne sera sans doute pas suffisant, mais c’est assurément nécessaire.

Comment être libre aujourd’hui ?

De la même façon que précédemment : en préservant son pouvoir de penser par soi-même, en comptant sur la raison plus que sur les passions ou les croyances, en faisant ce qui dépend de nous, comme disaient les stoïciens, au lieu d’espérer ou de craindre ce qui n’en dépend pas…

Intelligence artificielle (IA), reconnaissance faciale, data, peut-on encore être libre face à la technologie ?

Bien sûr qu’on le peut ! Ce ne sont que des outils dont il faudra réguler l’usage. Mais enfin, même dans un pays totalitaire, certains ont su préserver leur liberté de penser et d’agir. Pourquoi ne serait-ce pas vrai aujourd’hui ?

Is big brother watching us ? Sommes-nous condamnés à être épiés, est-ce la négation de la liberté ?

Condamnés, non, mais c’est un risque. Est-ce la négation de la liberté ? Pour une part, oui. C’est bien pourquoi il importe de préserver la vie privée, le droit au secret, à l’intimité, au mensonge même, bref de refuser le mythe obscène et virtuellement totalitaire de la transparence ! Que l’Etat se donne des moyens de contrôle, notamment en matière fiscale, c’est assurément nécessaire. Raison de plus pour fixer clairement les limites.

La liberté est-elle subjective ?

Oui, au sens où seul un sujet (c’est-à-dire un individu doué de conscience et de volonté) peut être libre. Mais la liberté n’en existe pas moins objectivement ! Nous sommes objectivement plus libres aujourd’hui qu’au Moyen Âge, ou même qu’au XIXe siècle. Et celui qui se sert de sa raison est objectivement plus libre que celui qui s’abandonne à ses pulsions, à la colère ou à la superstition. Vous me direz que ce dernier pensera peut-être le contraire (que c’est lui qui est le plus libre). Et alors ? Ce n’est pas ça qui me fera changer d’avis ! Formidable formule de John Stuart Mill : « Mieux vaut être un homme insatisfait qu’un porc satisfait, mieux vaut être Socrate insatisfait qu’un imbécile satisfait. Et si l’imbécile ou le porc sont d’un avis différent, c’est qu’ils ne connaissent qu’un côté de la question : le leur. L’autre partie, pour faire la comparaison, connaît les deux côtés. »

«Tant que la gauche ne se sera pas réconciliée avec libéralisme économique, elle sera vouée à accompagner le déclin de notre pays. Mais si la droite croit que la liberté du marché suffit à tout, elle ne peut que décevoir, elle aussi»

Normes, lois, décrets, les entrepreneurs ont l’impression d’être dans un carcan de plus en plus complexe. Historiquement, que signifie une société qui veut tout réguler?

Cela signifie que la société veut protéger les plus faibles, ce qui est très respectable mais risque parfois de nuire aux plus forts, donc finalement à tous, par trop de contraintes ou pas assez de libertés. Il y a là un équilibre difficile à trouver. Cela dit, personne ne voudrait revenir au droit du travail du XIXe siècle, même pas les patrons, et c’est tant mieux ! La condition ouvrière s’est beaucoup plus améliorée, en cent ans, que la condition patronale ne s’est détériorée… Il reste que nos entreprises, pour être performantes, ont besoin aussi de liberté. A nous de placer le curseur où il convient : c’est l’un des enjeux de la vie politique. Trop de liberté, cela pourrait déboucher sur une espèce de barbarie ultralibérale. Mais trop de contraintes, cela peut déboucher sur une économie ralentie, de moins en moins compétitive, et ce sont les pauvres, au bout du compte, qui en souffriront le plus. Tant que la gauche ne se sera pas réconciliée avec libéralisme économique, elle sera vouée à accompagner le déclin de notre pays. Mais si la droite croit que la liberté du marché suffit à tout, elle ne peut que décevoir, elle aussi. Quant à moi, qui suis un libéral de gauche, ma position est la suivante : ne comptons pas sur le marché pour créer de la justice (seuls les Etats ont une chance d’y parvenir à peu près), ni sur l’Etat pour créer de la richesse (le marché et les entreprises le font plus et mieux).

Entreprise responsable, principe de précaution dans la société, que reste-t-il à l’individu?

Sa volonté, que nul ne peut lui prendre ! Je le dis souvent aux chefs d’entreprise : ne comptez pas sur votre entreprise pour être morale à votre place. Je le dis aussi aux hommes politiques : ne comptez pas sur le principe de précaution pour être sage ou prudent à votre place. En l’occurrence, ce principe de précaution est ordinairement mal compris. La formulation implicite en est souvent celle-ci : « Ne faisons rien qui présente un risque que nous ne sommes pas capables de calculer exactement, ni certains de pouvoir surmonter ». Cela semble très raisonnable. Sauf que cela veut dire en pratique : « Dans le doute, abstiens-toi ». Et comme il y a toujours un doute (le risque zéro n’existe pas), on s’abstiendra toujours… C’est où le principe de précaution devient un principe d’inhibition, qui ne peut que nuire à la recherche, à l’innovation, au progrès. La bonne formulation du principe de précaution, selon moi, est tout autre : « N’attendons pas qu’un risque soit certain ou mesuré exactement pour entreprendre de le réduire ou de le surmonter ». Non pas « dans le doute, abstiens-toi », donc, mais « dans le doute, agis » ! C’est à peu près fidèle au texte de loi qui a instauré ce principe. Mais aucune loi ne tient lieu de sagesse.

Risques incendies estivaux : nouveaux dangers mondiaux

Risques incendies estivaux :  nouveaux dangers mondiaux

Comme l’a constaté le GIEC, les températures vont continuer de progresser de manière irréversible au-delà des es objectifs fixés. Le réchauffement va malheureusement dépasser les 1,5° centigrades ou même 2°. Une tendance structurelle qui va se traduire par de plus grandes sécheresses et mécaniquement par la montée du risque incendie. L’année 2021 l’illustre déjà. Le mois de juillet a en effet été le plus chaud jamais enregistré dans le monde d’après l’agence nationale océanique et atmosphérique de l’ONU. D’immenses incendies ont affecté le Canada, les États-Unis mais aussi l’Europe y compris la France

Comme pour les autres risques environnementaux, les politiques de prévention sont à la traîne. -La visite du président de la république dans le Var qui pour toute politique relativise en considérant que la France était moins affectée que d’autres ! La question des incendies devient un enjeu majeur non seulement pour ses conséquences environnementales mais aussi pour la sécurité. On peut s’étonner qu’aucun débat n’ait été encore programmé au Parlement pour examiner ce nouveau risque et  envisager  la politique de prévention correspondante. Par parenthèse, il conviendrait sans doute de revoir le rôle et la présence des sapeurs-pompiers volontaires locaux. La concentration de ce moyen dans le seul chef-lieu de département ou presque constituant une hérésie. Mais le problème des moyens de prévention et de traitement est évidemment plus large.

 

Incendies estivaux : nouveaux dangers mondiaux

Incendies estivaux :  nouveaux dangers mondiaux

Comme l’a constaté le GIEC, les températures vont continuer de progresser de manière irréversible au-delà des es objectifs fixés. Le réchauffement va malheureusement dépasser les 1,5° centigrades ou même 2°. Une tendance structurelle qui va se traduire par de plus grandes sécheresses et mécaniquement par la montée du risque incendie. L’année 2021 l’illustre déjà. Le mois de juillet a en effet été le plus chaud jamais enregistré dans le monde d’après l’agence nationale océanique et atmosphérique de l’ONU. D’immenses incendies ont affecté le Canada, les États-Unis mais aussi l’Europe y compris la France

Comme pour les autres risques environnementaux, les politiques de prévention sont à la traîne. -La visite du président de la république dans le Var qui pour toute politique relativise en considérant que la France était moins affectée que d’autres ! La question des incendies devient un enjeu majeur non seulement pour ses conséquences environnementales mais aussi pour la sécurité. On peut s’étonner qu’aucun débat n’ait été encore programmé au Parlement pour examiner ce nouveau risque et  envisager  la politique de prévention correspondante. Par parenthèse, il conviendrait sans doute de revoir le rôle et la présence des sapeurs-pompiers volontaires locaux. La concentration de ce moyen dans le seul chef-lieu de département ou presque constituant une hérésie. Mais le problème des moyens de prévention et de traitement est évidemment plus large.

 

Des dangers potentiels de l’intelligence artificielle

 Des dangers potentiels de l’intelligence artificielle

Le cabinet d’études McKinsey constate le manque manifeste de diligence de certaines entreprises concernant les risques liés à l’IA, notamment sur les questions de conformité et de protection de la vie privée

 

Tribune

Pour que les entreprises puissent réduire les dangers potentiels résultants de leurs projets dans l’intelligence artificielle, elles doivent d’abord admettre l’existence de risques liés à l’adoption de cette technologie. Les récentes conclusions de la société de conseil McKinsey montrent que de nombreuses entreprises sont en retard sur ces deux points.

La pandémie a accéléré l’adoption de l’intelligence artificielle : les entreprises trouvent dans cette technologie des opportunités pour repenser leurs processus opérationnels et leurs business models. Mais la mise en œuvre de l’IA s’accompagne de risques potentiels. Par exemple, un modèle conçu pour accélérer la procédure d’attribution de prêts hypothécaires pourrait se révéler partial, en discriminant une certaine catégorie de la population, et les entreprises qui n’identifient pas correctement les données puis n’excluent pas celles revêtant un caractère personnel au sein des grands volumes de données utilisés dans les projets d’IA pourraient écoper d’amendes en vertu du Règlement général sur la protection des données (RGPD) européen.

Une récente enquête de McKinsey révèle que moins de la moitié des personnes interrogées dont les entreprises utilisent l’IA identifient ces risques — notamment ceux liés à la conformité réglementaire et au respect de la vie privée — comme « pertinents » concernant leurs projets d’IA. Seul le risque relevant de questions de cybersécurité est considéré comme pertinent par plus de la moitié des personnes interrogées.

La société de conseil en gestion déclare trouver ces résultats, publiés à la mi-novembre, préoccupants.

« Il est difficile de comprendre pourquoi les risques systématiques ne sont pas identifiés par une proportion beaucoup plus élevée de répondants », écrit Roger Burkhardt, partner chez McKinsey, dans une note publiée avec les résultats.

Près de 2 400 cadres et dirigeants, évoluant dans des secteurs variés et des entreprises de tailles différentes ont répondu à cette enquête internationale, menée au mois de en juin. Environ 1 150 ont déclaré que leur société avait déjà adopté l’IA dans au moins une de ses missions. La société de conseil a demandé à ces entreprises quels risques elles considéraient comme pertinents et quel type de risques elles essayaient concrètement de traiter ou de réduire.

Sur les répondants, 38 % affirment s’efforcer de limiter les risques en matière de conformité réglementaire et 30 % assurent qu’ils travaillent pour diminuer ceux liés au respect de la vie privée, ce qui représente, pour ces deux sujets, des pourcentages légèrement supérieurs à ceux enregistrés dans une enquête similaire réalisée par McKinsey en 2019.

Michael Chui, partner chez McKinsey Global Institute, la branche de la société spécialisée dans la recherche économique et le monde de l’entreprise, explique que la société de conseil ne donnait pas de définition des termes « pertinent » ou « risque » aux personnes interrogées. Il fait également remarquer que tous les risques ne concernent pas toutes les entreprises. Par exemple, les questions de sécurité physique des personnes vont probablement être moins importantes pour une société de services financiers que pour une entreprise de robotique.

Néanmoins, la plupart des entreprises sont concernées par un grand nombre des dix risques générés par l’IA qu’aborde l’enquête, précise-t-il. Il souligne que, si une entreprise ne considère pas un risque comme pertinent, elle ne va probablement pas chercher à en limiter la portée.

Bruce Ross, responsable groupe des services technologie et opérations de la Royal Bank of Canada, est surpris de constater que les sociétés ne sont pas plus nombreuses à se préoccuper des risques liés à l’IA tournant autour du respect de la vie privée et de la réputation de l’entreprise.

La banque, basée à Toronto, utilise notamment l’IA dans le cadre de la détection des fraudes, de l’analyse des risques, et des opérations sur les marchés de capitaux. Parlant des établissements financiers, il explique que, si des systèmes d’intelligence artificielle prennent des décisions, la conformité réglementaire et la cybersécurité deviennent alors des domaines générant des risques importants qui doivent être traités. « Les banques négocient sur la base de la confiance », rappelle-t-il.

L’un des principaux obstacles à l’évaluation et à la limitation des risques est tout simplement la prise de conscience de leur existence, précise M. Chui, de chez McKinsey. Les personnes qui mettent en œuvre des systèmes d’IA sont focalisées sur des objectifs commerciaux, comme l’augmentation des ventes ou la réduction du taux de résiliations, précise-t-il. Elles sont donc susceptibles de ne pas pleinement admettre les risques résultant de cette technologie.

Zico Kolter, directeur scientifique des recherches sur l’IA au Bosch Center for Artificial Intelligence de Bosch et professeur associé à l’Ecole de science informatique de l’Université Carnegie-Mellon, le confirme. « Comme les entreprises se précipitent pour adopter cette nouvelle technologie afin de conserver leur longueur d’avance, il existe toujours un risque d’ignorer certains de ses inconvénients », assure-t-il.

Le travail de Bosch en matière d’IA couvre ses gammes de produits de détection intelligente, comme les capteurs et les caméras permettant aux systèmes de conduite autonomes de reconnaître les panneaux de signalisation. Pour limiter l’ensemble des risques en matière de sécurité, la société fait des recherches sur différents procédés, dont une technique appelée « adversarial training ». Elle consiste à apprendre à un système d’IA analysant les objets à les reconnaître en utilisant les scénarios les plus défavorables. Cela permet au système d’obtenir de bons résultats, même s’il est soumis à une éventuelle attaque.

M. Chui indique que les entreprises peuvent prendre des mesures pour accroître la sensibilisation et réduire les risques, par exemple en recrutant des personnes disposant de compétences variées dans leurs différents services afin de les évaluer et de les diminuer.

Olly Downs, vice-président du marketing, de la technologie, des données et de l’apprentissage automatique chez le détaillant en ligne Zulily, affirme que son équipe rencontre notamment des cadres de la technologie, du marketing, de la chaîne d’approvisionnement et du service juridique pour mener son évaluation mensuelle des activités concernant les projets d’IA. Elle organise également des réunions régulières où toute l’entreprise discute des projets impliquant l’IA.

M. Chui, de McKinsey, s’attend à ce que les entreprises accordent plus d’attention, à la fois, aux risques liés à l’IA et à leur limitation à un moment où elles intègrent l’usage de cette technologie. « Prévoit-on que ces risques vont augmenter avec le temps ? Oui, clairement », conclut-il.

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol