Archive pour le Tag 'dangereuse'

Covid: Le risque d’une huitième vague très dangereuse

Covid: Le risque d’une huitième vague très dangereuse

Compte tenu de l’environnement sociale et politique très perturbé, on parle peu de l’évolution actuelle de la pandémie qui pourtant enregistre une nouvelle vague.

Chaque jour de l’ordre de 50 à 60 000 nouvelles contaminations. En cause, la venue de température moins clémente et le brassage des populations pendant les vacances et depuis la rentrée scolaire. Certains experts expliquent cependant que cette huitième vague pourrait être moins mortelle que les précédentes mais à une condition que n’apparaissepas un nouveau virus. Ce que personne ne peut évidemment prédire. La huitième vague suscite cependant des inquiétudes dans la mesure où elle va coïncider aussi avec la reprise des grippes hivernales traditionnelles et une nette baisse de la protection vaccinale contre la covid. En effet la protection baisse avec le temps et comme l’actualité fait l’impasse pratiquement sur la très forte hausse des contaminations, les Français négligent un peu de se faire à nouveau vacciner.

Selon le dernier point épidémiologique publié par Santé Publique France ce vendredi, la circulation du SARS-CoV-2 continue de progresser sur l’ensemble du territoire métropolitain. « Le taux d’incidence a dépassé les 500 cas pour 100 000 habitants (+ 22 %) au niveau national, soit plus de 55 000 nouveaux cas en moyenne par jour », détaille la note de l’agence nationale de santé publique. La semaine dernière, les nouvelles admissions à l’hôpital (5 834 ; + 13 %), dont celles en soins critiques (448 ; + 1 %), étaient également en hausse, de même que le nombre de décès (279 ; + 14 %). Cette huitième vague sera-t-elle pour autant plus meurtrière que les précédentes ?

« Seuls 35,9 % des 60-79 ans et 49,3 % des 80 ans et plus parmi les personnes éligibles », ont reçu un deuxième rappel au 11 octobre, déplore Santé Publique France, qui appelle à renforcer la vaccination, notamment par un rappel avec un vaccin bivalent chez les primo-vaccinés éligibles. Ces chiffres ne devraient pas s’améliorer de sitôt d’après les projections. Selon une enquête de Coviprev publiée le 6 octobre, seule une personne à risque (plus de 65 ans ou ayant des comorbidités) sur deux déclare être prête à recevoir un vaccin , que ce soit un rappel contre le Covid-19 ou contre la grippe. La proportion de personnes de 65 ans et plus ayant l’intention de se faire vacciner contre la grippe cet hiver est d’ailleurs moins élevée que l’année passée : 61 % contre 69 % en mai.

Les autorités recommandent l’administration de la dose de rappel « dès 3 mois après la dernière injection pour les personnes de 80 ans et plus, les résidents en Ehpad ou en USLD et les personnes immunodéprimées », et « dès 6 mois après la dernière injection pour les autres personnes ».

Soutien énergétique en Europe : Une aide peut-être dangereuse

Soutien énergétique en Europe : Une aide peut-être dangereuse

Les Etats européens annoncent des mesures d’ampleur pour limiter l’impact de la crise énergétique. Avec deux risques à souligner : rendre plus durable l’inflation (hors énergie) à court terme et rencontrer des difficultés pour financer ces mesures à moyen terme. Par Clémentine Gallès, Cheffe Économiste et Stratégiste de Société Générale Private Banking ( la Tribune)

 

Une crise qui fait grimper les prix du pétrole, puis du gaz et de l’électricité. Les tensions sur les prix de l’énergie ont commencé avec la reprise post-covid, soutenus par des demandes fortes et simultanées dans les principales économies. Elles se sont ensuite accélérées très nettement avec le début de la Guerre en Ukraine, avec une focalisation de ces tensions sur les prix du gaz européens, déstabilisant enfin les marchés de l’électricité.

Au total, les prix du pétrole en euros ont progressé de près de 40% par rapport à leur moyenne de 2019 (année de référence avant Covid), les prix du gaz de plus de 1000% et les prix de l’électricité de 700% sur le marché de gros à terme.

Un coût déjà bien visible sur le pouvoir d’achat des ménages

L’énergie représente environ 8% du panier de consommation moyen des ménages en Zone euro. Si son coût pour les ménages se stabilisait à celui observé en août, sa progression par rapport à 2019 pourrait représenter au total une perte de leur revenu disponible de l’ordre de 3,3%[1] pour 2022. Ce coût observé varie d’un pays à l’autre, selon les spécificités des marchés de l’énergie ou du fait de limites de prix mises en place par certains gouvernements. En France, par exemple, la hausse des prix de l’énergie a été contenue, permettant à la hausse des prix de l’énergie de représenter une ponction de « seulement » 2,2% du revenu disponible des ménages en 2022 par rapport à 2019.

Un coût déjà bien visible sur la balance commerciale

Une autre façon d’évaluer le coût de la crise énergétique à l’échelle d’un pays ou d’une région est de constater l’alourdissement de la facture de ses importations. Ainsi, au total de la Zone euro, la balance commerciale s’est rapidement dégradée en 2022 pour s’afficher déficitaire pour la première fois de son histoire (cf graphique 1). Si le déficit énergétique se stabilise au niveau de fin juillet, la facture additionnelle, par rapport à 2019, représenterait 450 milliards d’euros, soit près de 4% du PIB de la Zone euro.

Des aides substantielles annoncées par les Etats

L’institut Bruegel (cf.graphique2) évalue à 450 milliards d’euros l’ensemble des aides annoncées depuis un an au niveau national par les pays européens (près de 3% du PIB pour l’ensemble de Europe, en y intégrant le Royaume-Uni). Ces aides incluent les dépenses liées aux nationalisations, aux renflouements ou à l’octroi de prêt, alors qu’elles excluent les mesures supranationales, par ailleurs en cours de discussion au niveau de l’Europe. Ces mesures paraissent d’ampleurs nécessaires pour limiter l’impact de la crise énergétique pour les mois à venir.

Deux risques semblent cependant importants à souligner : (i) si le choc est temporaire, les mesures permettront aux économies de résister mais encourageraient les pressions inflationnistes en permettant les effets de second tour sur les prix hors énergie. Les banques centrales seraient alors incitées à renforcer le resserrement de leur politique ; (ii) si le choc dure, les Etats Européens rencontreront des difficultés à financer leurs mesures, surtout dans un contexte où les banques centrales commenceraient à réduire le soutien qu’elles leur apportent.

 

 

 

Taux d’intérêt : hausse modeste mais dangereuse pour la croissance

Taux d’intérêt : hausse modeste mais dangereuse pour la croissance

 

 

 

Certains journaux qualifient d’ historique la hausse des taux de zéro trois quart de point de la BCE décidée hier. Une hausse sans doute inédite mais qu’il faut mettre en correspondance avec l’inflation qui devrait atteindre autour de 8 % dans la zone euro en 2022. Or les taux d’emprunt  sont passés de 1 % en moyenne à environ 2 % actuellement. Il pourrait donc atteindre de l’ordre de 3 %, ce qui serait encore très loin d’une inflation qu’on espère à 8 %. Le problème est que la hausse est tendancielle et risque d’influencer négativement investisseurs et consommateurs avec des conséquences suffisamment néfastes sur la croissance.

La Banque centrale européenne (BCE) a  donc annoncé une hausse de ses taux directeurs d’une ampleur inédite (0,75 point), jeudi 8 septembre. Une première pour la gardienne de la monnaie unique qui tente de faire face à une inflation record, à 9,1% sur un an en août dans la zone euro. La BCE, longtemps rétive à une augmentation de ses taux d’intérêt, avait déjà annoncé une hausse surprise de 0,5 point en juillet.

En réhaussant ses taux directeurs, la BCE va provoquer par exemple une augmentation des taux des prêts immobiliers, ce qui signifie que ceux et celles qui achètent un bien paieront plus cher pour rembourser leur emprunt. 

En augmentant ses taux directeurs, la BCE rend l’argent plus cher pour les banques commerciales, qui se fournissent en liquidités auprès de l’institution. Les banques répercutent donc ensuite cette hausse sur leurs clients.

En augmentant ses taux directeurs, et donc le coût des emprunts, la BCE cherche à ralentir l’économie de la zone euro. « Cela va coûter plus cher d’emprunter, de souscrire à des prêts immobiliers et ça va réduire la demande. Il sera par exemple plus difficile d’emprunter pour une voiture neuve », explique à franceinfo Baptiste Massenot, professeur d’économie à la Toulouse Business School. Le spécialiste estime que la BCE devrait « réussir son pari, car le marché de l’immobilier devrait se casser la figure ». Il entrevoie même une possible  »baisse des prix de l’énergie ».

En augmentant ses taux et en réduisant la demande, la BCE risque de fortement ralentir la consommation alors que la croissance de la zone euro est déjà faible. C’est ce risque de récession qui avait freiné cette année l’action de l’institution européenne, alors que les autres grandes banques centrales amorçaient un cycle de hausse des taux. Mais, pour Baptiste Massenot, la BCE n’avait pas vraiment le choix : « Elle ne peut pas faire grand-chose face à ce choc d’offre, elle doit choisir entre la peste et le choléra. Soit elle baisse l’inflation, mais avec un risque de récession, soit elle laisse filer l’inflation et le coût de la vie augmente très fortement ».

 

Crise Covid : la banalisation dangereuse

Crise Covid : la banalisation dangereuse

 

 

Chaque jour depuis plusieurs semaines on enregistre un nombre impressionnant de nouveaux cas, autour de 150 000 par 24 heures. Exemple, on enregistre ce jeudi 7 avril 2022 : encore 158 792 cas en 24 heures , 143.017 morts au total, +105 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.548 (+10) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 114.469 (+95 en 24h).

Le problème c’est que l’actualité est étouffée par la situation de guerre en Ukraine et par la campagne électorale.

Les médias et le gouvernement font comme si la crise était terminée. De toute évidence la levée de toutes les mesures de précaution a été trop prématurée même si les nouvelles contaminations se révèlent moins mortelles que les précédentes

.Sur franceinfo, Olivier Véran a défendu une « bonne décision » qui n’aurait rien de prématuré. Et tant pis si les règles du jeu édictées par le ministre de la Santé n’ont pas été respectées par leur concepteur. Les choses étaient pourtant claires. Adieu le pass vaccinal si et seulement si : moins de 1500 patients sont en réanimation (on est à 1600) ; le taux de contamination est inférieur à un Français infecté par malade (on est à 1,22) ; le taux d’incidence (nombre de cas par semaine pour 100 000 habitants) est inférieur à 500 (on est à 900). Pour rappel, en des temps immémoriaux, le gouvernement avait fixé le seuil d’alerte à 50. Le gouvernement a fait le choix de la banalisation,un  choix risqué de s’en remettre à la responsabilité individuelle des Français. Sauf que, lassés de l’isolement et du télétravail, des salariés asymptomatiques se sachant malades n’hésitent plus à se rendre en entreprise et à continuer leur vie, comme si de rien n’était.  Résultat il y a toujours une tension des hospitalisations et des décès.

Politique -Poutine : l’agonie programmée et dangereuse d’un dictateur

Politique -Poutine : l’agonie programmée et dangereuse  d’un dictateur

 

La puissance de Poutine en Russie est aujourd’hui incontestable. Il règne en maître et même en Tsar car aucune contestation n’est tolérée, la démocratie est complètement étouffée, les opposant neutralisés, mis en prison voire empoisonnés. Le problème du dictateur, c’est qu’il est de plus en plus enfermé dans sa paranoïa sachant pertinemment que sa légitimité est de plus en plus contestée. En matière de politique intérieure , Poutine n’est plus soutenu en effet que par environ 25 % de l’opinion publique.

Il faut dire que le contexte économique et social s’est fortement dégradé sous la direction de son gouvernement. Régulièrement, la Russie a reculé dans les classements économiques ne figurant plus qu’au 50e rang en matière de richesse par habitant. Bref presque un pays sous-développé. Poutine ne peut s’appuyer sur aucune philosophie idéologique un peu consistante. Il n’a pas l’appui de l’équivalent de l’ancien parti communiste.

Bref ,il est seul d’autant plus qu’il s’est régné la terreur parmi son entourage. Ce régime de dictateur est appelé à disparaître un jour ou l’autre, dans un an, dans 10 ans, plus tard ? Mais il finira avec Poutine peut-être même dans la violence quand les Russes auront compris que le pire  obstacle au développement et à la paix est Poutine lui-même. Un scénario possible car évidemment la Russie est un grand pays ,  produit d’une grande histoire et d’une grande culture. Certes il n’a  n’a jamais vraiment connu la démocratie mais notamment grâce à Internet, il  peut mesurer le décalage énorme entre son niveau de développement et celui de pays voisins qui ont bien davantage réussi.Le problème, c’est que le dictateur , conscient de ses échecs autant que du mépris qu’il suscite et qu’il pourrait réagir comme une bête blessée par des actes inconsidérés qui précipiteraient même le suicide de son pays.

 

 

Contre l’addiction dangereuse aux jeux d’argent

Contre l’addiction dangereuse aux jeux d’argent

Comme pour le tabac, la lutte contre l’addiction aux jeux d’argent passe par une série de mesures qui peuvent être aisément prises, à condition de ne pas céder à l’illusion du « jeu responsable », inventé par des chercheurs financés par cette industrie, souligne, dans une tribune au « Monde », le sociologue Thomas Amadieu.

Un gain de 220 millions d’euros a été remporté le mois dernier par une Française qui jouait pour la première fois à l’Euromillions. Cette histoire extraordinaire a permis une fois de plus à la Française des jeux (FDJ) de faire la promotion de jackpots qui feraient rêver les Français. Mais derrière cette vitrine séduisante se cache une réalité moins reluisante : celle d’une industrie prédatrice, dont le business model repose sur l’exploitation des plus vulnérables. En effet, les bénéfices colossaux réalisés par ce secteur, particulièrement en période de pandémie, s’appuient dans des proportions considérables sur les pertes des joueurs dépendants : 40 % des revenus sont réalisés auprès de joueurs que l’on peut qualifier de problématiques. Alors que ces personnes en difficulté devraient être protégées par les pouvoirs publics, elles sont en réalité exposées à des jeux toujours plus addictifs.

En quelques années, l’offre s’est considérablement étendue, portée par une évolution législative très favorable : ouverture à la concurrence des jeux en ligne en 2010privatisation de la FDJ en 2019autorisations de mise sur le marché d’un nombre record de jeux d’argent différents. Cette extension du marché est censée être conditionnée à des garanties de protection des joueurs. Or, loin de se montrer responsables, les opérateurs de jeu adoptent des pratiques commerciales nocives, telles que le ciblage publicitaire à outrance des jeunes des classes populaires et l’exploitation des biais cognitifs et mécanismes de conditionnement pour favoriser les pertes de contrôle.

 

Cet activisme de marketing engendre une explosion de l’addiction aux jeux d’argent. En dix ans, le nombre de joueurs dépendants a plus que doublé, passant de 600 000 à 1,4 million. Encore plus inquiétant, les jeunes sont désormais davantage touchés, y compris les mineurs – dont 40 % d’entre eux ont déjà misé de l’argent malgré l’interdiction. Les jeux et paris en ligne en particulier font des ravages : avec la crise sanitaire, les jeunes sont de plus en plus nombreux à consulter les associations et centres d’addictologie. Dans le même temps, le secteur affiche une santé record, puisqu’il double son chiffre d’affaires en deux ans.

Le phénomène est loin d’être anodin. L’addiction au jeu pousse au surendettement, favorise les conduites criminelles « acquisitives », accroît les violences conjugales, est une perte de chance pour les enfants de joueurs, encourage d’autres formes de conduites autodestructrices, réduit l’espérance de vie et peut conduire au suicide. Non seulement les jeux d’argent sont un impôt régressif, mais ils contribuent à accroître les inégalités de santé, car les personnes précaires et pauvres sont les plus exposées au risque d’addiction. Le coût pour la société est considérable – sans doute plus de 15 milliards d’euros – et dépasse de loin les recettes fiscales.

La dangereuse concentration des médias dans les mains de quelques milliardaires

La dangereuse concentration des médias dans les mains de quelques milliardaires

 

Un  collectif réunissant plus de 250 professionnels de la presse, de la télévision et de la radio, dans une tribune au « Monde » dénonce la menace que représente le regroupement de nombreux médias « entre les mains de quelques milliardaires ».

 

Tribune

 Aujourd’hui, un seul et même groupe (Vivendi), piloté par un seul et même industriel (Vincent Bolloré), contrôle de nombreuses chaînes de télévision (Canal+, CNews, C8, CStar, Planète+, Télétoon+, Infosport+, etc.), une radio (Europe 1), des journaux (Le Journal du dimanche, Paris Match), un éditeur de jeux vidéo (Gameloft), une plate-forme de vidéos (Dailymotion), des salles de spectacle (CanalOlympia), des maisons d’édition (Editis et, potentiellement, Hachette) ainsi que Prisma, le premier groupe français de presse magazine (Capital, Femme actuelle, Geo, Ça m’intéresse, Télé-Loisirs, Voici, etc.).

Jamais sans doute un homme d’affaires français n’a concentré autant de médias entre ses mains. Jamais la production d’informations et la production culturelle n’ont dépendu à ce point d’une seule et même personne qui méprise l’une des valeurs fondamentales de toute démocratie : l’indépendance des journalistes.

Lorsque Vincent Bolloré s’empare d’un média, souvent, la même logique mortifère s’applique : d’abord un démantèlement de la rédaction, puis une reprise en main idéologique.

Certes, la concentration des médias n’est pas un phénomène nouveau, ni l’apanage d’un homme. Par le passé, le groupe Hersant, ancien propriétaire du Figaro, a contrôlé 40 % de la presse papier en France.

Ce qui est nouveau, c’est l’hyper-concentration des médias français entre les mains de quelques milliardaires, Vincent Bolloré, mais aussi Bernard Arnault, Patrick Drahi, Xavier Niel [actionnaire du Monde à titre individuel], Daniel Kretinsky [actionnaire indirect du Monde], et des groupes financiers comme le Crédit mutuel.

Bien sûr, les journalistes qui travaillent pour les médias détenus par ces industriels ne subissent pas directement et au quotidien la pression de leurs actionnaires. Mais la concentration a un impact majeur sur la qualité et la diversité de l’information délivrée au public. Elle réduit l’espace consacré au décryptage. Elle favorise l’opinion et fragilise la liberté de la presse ainsi que l’indépendance des journalistes.

Parce que nous considérons l’information comme un bien public, les médias ne sont pas un secteur d’activité comme un autre. Ce ne sont pas les investisseurs privés qui posent problème, mais le manque de garanties apportées aux journalistes désireux de travailler en toute indépendance, sans aucune pression.

Au moment où certains candidats à l’élection présidentielle évoquent la privatisation du service public de l’audiovisuel, une telle situation n’est plus tenable. Il est temps d’agir. Nous sommes désormais nombreux à dénoncer un fléau médiatique, social et démocratique : après le documentaire Le Système B, diffusé par Reporters sans frontières (RSF), le 14 octobre, sur les réseaux sociaux, et l’appel lancé par le Fonds pour une presse libre [visant à « développer l’écosystème de la presse indépendante »], même la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a reconnu, le 27 octobre, devant les sénateurs que « les textes qui assurent cette régulation sont des textes déjà anciens et qui présentent des lacunes ».

Instagram :Une application dangereuse pour la jeunesse

 Instagram :Une application dangereuse pour la jeunesse

D’après un article du Wall Street Journal (extrait )

 

Les travaux menés par Facebook ces trois dernières années ont montré que l’application était particulièrement dangereuse pour certaines adolescentes. D’après une diapositive de 2019 que le Wall Street Journal a pu consulter, les chercheurs estimaient en effet que, chez un tiers des adolescentes, Instagram amplifiait les complexes physiques. Les jeunes interrogés estimaient également que l’application provoquait une augmentation des cas d’anxiété et de dépression, selon ces travaux.

En public, en revanche, les dirigeants de Facebook minimisaient régulièrement les effets négatifs d’Instagram et n’ont jamais communiqué les conclusions des recherches. En mars dernier, Mark Zuckerberg a annoncé que son groupe « commençait d’envisager » une version d’Instagram adaptée aux moins de 13 ans.

« L’article paru ce jour dans le WSJ et consacré aux recherches que nous menons pour comprendre l’expérience des jeunes sur [Instagram] donne une image négative de nos conclusions, mais soulève des questions importantes, a tweeté mardi Adam Mosseri, le directeur général d’Instagram. Nous ne renions pas ce travail et pensons que les entreprises devraient être plus nombreuses à le mener. »

Le réseau social a également publié un post expliquant que ses travaux internes étaient cohérents avec des études externes estimant que les réseaux sociaux ont des conséquences « en demi-teinte » sur le bien-être. Facebook n’a pas souhaité réagir aux déclarations des parlementaires.

En avril, des élus démocrates avaient écrit à Mark Zuckerberg, critiquant la volonté du groupe de lancer un Instagram pour enfants. En mai, les procureurs généraux de 44 Etats et territoires lui avaient demandé de renoncer à son projet.

En août, Richard Blumenthal et Marsha Blackburn avaient demandé à Mark Zuckerberg de publier les études internes consacrées à l’impact des applications du groupe sur la santé mentale des jeunes. Tous deux avaient déjà critiqué Facebook par le passé. Le groupe leur avait répondu dans un courrier de six pages… qui ne comportait pas une ligne des conclusions des travaux.

« Une chose est sûre : Facebook est incapable d’être à la hauteur de ses responsabilités, ont déploré l’élu du Connecticut et la sénatrice du Tennessee dans leur communiqué commun. L’enquête du Wall Street Journal montre que la direction de Facebook n’a qu’un seul but, la croissance à tout prix, et fait passer le profit avant la santé et la vie des enfants et des jeunes. »

« Quand on lui a donné l’occasion de dire en toute transparence ce qu’il savait de l’impact d’Instagram sur les jeunes, Facebook a fourni des réponses évasives et trompeuses, dissimulant les preuves de nocivité », ajoutent-ils.

Le sous-comité chargé de la protection des consommateurs est une émanation de la commission du commerce du Sénat.

L’enquête du Wall Street Journal s’appuie sur de nombreux documents internes. Une partie de ces documents a été transmise à la SEC, le gendarme de la bourse américaine, et au Congrès par une personne qui souhaite bénéficier de la protection fédérale accordée aux lanceurs d’alerte, avait déjà relaté le Wall Street Journal.

« Ces documents montrent clairement que Facebook a pris, en toute connaissance de cause, des décisions qui ont permis la diffusion de fausses informations et de contenus nocifs. Les informations anonymes transmises en toute légalité, à l’instar de celles dont nous parlons aujourd’hui, sont indispensables aux autorités et au Congrès », souligne John Tye, avocat de Whistleblower Aid qui a transmis les documents à la SEC.

Facebook n’a pas immédiatement répondu à la demande de commentaire sur le communiqué des sénateurs.

Mardi, après la parution de l’article du Wall Street Journal, les parlementaires des deux côtés de l’Atlantique ont dit leur inquiétude.

« C’est épouvantable, a déploré Ed Markey, sénateur démocrate du Massachusetts, sur Twitter. J’exige des réponses de Mark Zuckerberg. »

Damian Collins, parlementaire britannique qui milite pour une loi sur la sécurité en ligne, a également fustigé le réseau social, soulignant dans un communiqué que l’article du Wall Street Journal « démontrait que l’entreprise, une fois encore, vise le profit, quitte à faire du mal ».

« Les recherches [de Facebook] révèlent qu’une grande partie des jeunes utilisateurs d’Instagram disent que l’application dégrade l’image qu’ils ont d’eux, mais tout ce que veut l’entreprise, c’est qu’ils s’y connectent encore et encore. »

(Traduit à partir de la version originale en anglais par Marion Issard)

Traduit à partir de la version originale en anglais

2022 : Eric Piolle, candidat écolo, maire d’une ville polluée et dangereuse

2022 : Eric Piolle, candidat écolo, maire d’une ville polluée et dangereuse

 

Tant sur le plan écologique que sécuritaire, la ville de Grenoble ne constitue pas un modèle. La ville est en effet très pollué et le taux d’insécurité parmi les plus importants de France. Ce qui n’empêche pas le maire, Éric Piolle d’être candidat pour la gestion du pays à la fonction suprême. Pire, la ville de Grenoble externalise ses atteintes à l’environnement en allant construire des éoliennes n’importe où en France.( Via sa société de production d’énergie). Ne parlons pas des orientations gauchistes de l’intéressé. Il y a longtemps en effet qu’Europe écologie les Verts a pris la place de l’ancien parti communiste français avec la même idéologie, la même dialectique et les mêmes résultats économiques et sociaux.

 « Éric Piolle va à la rencontre de celles et ceux qui sont inquiets de la situation, de celles et ceux qui font bouger les choses et de celles et de ceux qui ne partent pas en vacances. Ces rencontres de terrain font mûrir ses réflexions et lui permettent de décliner son programme selon les déplacements », explique son entourage à La Tribune.

« Il veut faire valoir une alternative au développement des territoires, car il s’agit d’un modèle dépassé et du passé. On continue à artificialiser des bonnes terres alors qu’il faudrait reconnecter les cultures et l’alimentation, et produire à proximité de quoi nourrir la population plutôt que d’importer d’autres régions voire d’autres pays », précise son équipe qui entretient des liens relativement ésotériques avec la problématique agricole mais réels avec la démagogie. 

 Le maire de Grenoble s’est même exprimé sur l’architecture politique de l’Île-de-France, affirmant la nécessité d’une réforme du cadre institutionnel de la métropole du Grand Paris. Ce qui confirme le caractère centraliste de l’idéologie de l’intéressé.

Environnement- Ressource eau : une dangereuse financiarisation

Environnement- Ressource eau : une dangereuse financiarisation

 tribune dans le Monde par ​​​​​​Patrice Fonlladosa*

 

 

Lundi 7 décembre 2020 : une première sinistre à la Bourse d’échange de marché à terme à Chicago, avec l’introduction de contrats à court terme sur l’eau, les premiers du genre. D’un bien commun faisant l’objet d’un droit adopté par les Nations Unies en juillet 2010, voilà qu’il deviendrait une commodité exclusive et privée, dans la directe ligne de pensée de l’économiste australien Mike Young.

Les arguments évoqués – parfois contradictoires, à contresens et singuliers – mélangent allégrement rareté, régulation dite « optimale », protection de la ressource, économie de ses usages, jusqu’à cette déclaration qui ne souffre d’aucune ambiguïté : « Ce n’est pas parce que l’eau est la vie qu’elle ne doit pas avoir un prix », a affirmé à l’automne dernier Willem H. Buiter, l’ex-chef économiste de Citigroup, aujourd’hui professeur invité à l’Université de Colombia.

Imaginés pour répondre aux besoins de régulation du marché agricole californien, ces outils financiers ne répondent à aucune des causes de la rareté, des pollutions ou des impacts du changement climatique. Droit de propriété aliénable ? Droit d’utilisation monnayable ? En fait, deux visions s’opposent radicalement : celle de la ressource naturelle exploitable et celle du bien commun fondamental partageable.

Car, si les océans couvrent 70 % de la planète, seuls 0,26 % reste disponible en eau fraîche utilisable pour les besoins humains, selon l’Unesco et l’Institut américain d’études géologiques (USGS). Alors que plus de 1,6 milliard de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable et que les impacts du changement climatique et de l’urbanisation sans frein commencent seulement à se faire sentir depuis une décennie, des financiers imaginent – et mettent en œuvre – des instruments de couverture de risque liés à la rareté d’un bien vital.

Ce n’est pas un signal faible mais une alerte à ne pas prendre à la légère et qui semble pourtant à la fois peu relayé et très défendu par plusieurs établissements financiers de premier rang (BNP Paribas, Citigroup, Macquarie, pour n’en citer que quelques-uns). Dès lors, cet « indicateur » va sans nul doute – et rapidement – voir son reflet apparaître dans d’autres pays et, en Afrique où les réserves hydrauliques sont très importantes, susciter de potentielles prédations.

L’Organisation des Nations Unies anticipait déjà dès 2020 une « concentration des ressources pour les acteurs majeurs, au détriment des plus modestes ». On est loin de « l’hydrosolidarité » mise en avant régulièrement depuis quinze ans… Et, si l’on n’y prend garde, par des mesures de régulation raisonnée basées sur des politiques publiques affirmées, ces guerres de l’eau jusqu’à présent presque toujours évitées seront notre futur proche.

Aux conflits d’usages déjà existants, n’ajoutons pas ce sel amer de la spéculation financière, car si le service de l’eau a un coût – il faut bien pomper, produire, traiter, distribuer – l’eau comme ressource n’a, elle, pas de prix.

​​*Ancien administrateur du Medef et ex-président du comité Afrique du Medef international, ​​​​​​Patrice Fonlladosa préside aujourd’hui le think tank (Re)sources.

Environnement- Ressource eau : une dangereuse financiarisation

Environnement- Ressource eau : une dangereuse financiarisation

 tribune dans le Monde par ​​​​​​Patrice Fonlladosa*

 

 

Lundi 7 décembre 2020 : une première sinistre à la Bourse d’échange de marché à terme à Chicago, avec l’introduction de contrats à court terme sur l’eau, les premiers du genre. D’un bien commun faisant l’objet d’un droit adopté par les Nations Unies en juillet 2010, voilà qu’il deviendrait une commodité exclusive et privée, dans la directe ligne de pensée de l’économiste australien Mike Young.

Les arguments évoqués – parfois contradictoires, à contresens et singuliers – mélangent allégrement rareté, régulation dite « optimale », protection de la ressource, économie de ses usages, jusqu’à cette déclaration qui ne souffre d’aucune ambiguïté : « Ce n’est pas parce que l’eau est la vie qu’elle ne doit pas avoir un prix », a affirmé à l’automne dernier Willem H. Buiter, l’ex-chef économiste de Citigroup, aujourd’hui professeur invité à l’Université de Colombia.

Imaginés pour répondre aux besoins de régulation du marché agricole californien, ces outils financiers ne répondent à aucune des causes de la rareté, des pollutions ou des impacts du changement climatique. Droit de propriété aliénable ? Droit d’utilisation monnayable ? En fait, deux visions s’opposent radicalement : celle de la ressource naturelle exploitable et celle du bien commun fondamental partageable.

Car, si les océans couvrent 70 % de la planète, seuls 0,26 % reste disponible en eau fraîche utilisable pour les besoins humains, selon l’Unesco et l’Institut américain d’études géologiques (USGS). Alors que plus de 1,6 milliard de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable et que les impacts du changement climatique et de l’urbanisation sans frein commencent seulement à se faire sentir depuis une décennie, des financiers imaginent – et mettent en œuvre – des instruments de couverture de risque liés à la rareté d’un bien vital.

Ce n’est pas un signal faible mais une alerte à ne pas prendre à la légère et qui semble pourtant à la fois peu relayé et très défendu par plusieurs établissements financiers de premier rang (BNP Paribas, Citigroup, Macquarie, pour n’en citer que quelques-uns). Dès lors, cet « indicateur » va sans nul doute – et rapidement – voir son reflet apparaître dans d’autres pays et, en Afrique où les réserves hydrauliques sont très importantes, susciter de potentielles prédations.

L’Organisation des Nations Unies anticipait déjà dès 2020 une « concentration des ressources pour les acteurs majeurs, au détriment des plus modestes ». On est loin de « l’hydrosolidarité » mise en avant régulièrement depuis quinze ans… Et, si l’on n’y prend garde, par des mesures de régulation raisonnée basées sur des politiques publiques affirmées, ces guerres de l’eau jusqu’à présent presque toujours évitées seront notre futur proche.

Aux conflits d’usages déjà existants, n’ajoutons pas ce sel amer de la spéculation financière, car si le service de l’eau a un coût – il faut bien pomper, produire, traiter, distribuer – l’eau comme ressource n’a, elle, pas de prix.

​​*Ancien administrateur du Medef et ex-président du comité Afrique du Medef international, ​​​​​​Patrice Fonlladosa préside aujourd’hui le think tank (Re)sources.

Ressource eau : une dangereuse financiarisation

La financiarisation de la ressource eau, tribune dans le monde Par ​​​​​​Patrice Fonlladosa*

 

 

Lundi 7 décembre 2020 : une première sinistre à la Bourse d’échange de marché à terme à Chicago, avec l’introduction de contrats à court terme sur l’eau, les premiers du genre. D’un bien commun faisant l’objet d’un droit adopté par les Nations Unies en juillet 2010, voilà qu’il deviendrait une commodité exclusive et privée, dans la directe ligne de pensée de l’économiste australien Mike Young.

Les arguments évoqués – parfois contradictoires, à contresens et singuliers – mélangent allégrement rareté, régulation dite « optimale », protection de la ressource, économie de ses usages, jusqu’à cette déclaration qui ne souffre d’aucune ambiguïté : « Ce n’est pas parce que l’eau est la vie qu’elle ne doit pas avoir un prix », a affirmé à l’automne dernier Willem H. Buiter, l’ex-chef économiste de Citigroup, aujourd’hui professeur invité à l’Université de Colombia.

Imaginés pour répondre aux besoins de régulation du marché agricole californien, ces outils financiers ne répondent à aucune des causes de la rareté, des pollutions ou des impacts du changement climatique. Droit de propriété aliénable ? Droit d’utilisation monnayable ? En fait, deux visions s’opposent radicalement : celle de la ressource naturelle exploitable et celle du bien commun fondamental partageable.

Car, si les océans couvrent 70 % de la planète, seuls 0,26 % reste disponible en eau fraîche utilisable pour les besoins humains, selon l’Unesco et l’Institut américain d’études géologiques (USGS). Alors que plus de 1,6 milliard de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable et que les impacts du changement climatique et de l’urbanisation sans frein commencent seulement à se faire sentir depuis une décennie, des financiers imaginent – et mettent en œuvre – des instruments de couverture de risque liés à la rareté d’un bien vital.

Ce n’est pas un signal faible mais une alerte à ne pas prendre à la légère et qui semble pourtant à la fois peu relayé et très défendu par plusieurs établissements financiers de premier rang (BNP Paribas, Citigroup, Macquarie, pour n’en citer que quelques-uns). Dès lors, cet « indicateur » va sans nul doute – et rapidement – voir son reflet apparaître dans d’autres pays et, en Afrique où les réserves hydrauliques sont très importantes, susciter de potentielles prédations.

L’Organisation des Nations Unies anticipait déjà dès 2020 une « concentration des ressources pour les acteurs majeurs, au détriment des plus modestes ». On est loin de « l’hydrosolidarité » mise en avant régulièrement depuis quinze ans… Et, si l’on n’y prend garde, par des mesures de régulation raisonnée basées sur des politiques publiques affirmées, ces guerres de l’eau jusqu’à présent presque toujours évitées seront notre futur proche.

Aux conflits d’usages déjà existants, n’ajoutons pas ce sel amer de la spéculation financière, car si le service de l’eau a un coût – il faut bien pomper, produire, traiter, distribuer – l’eau comme ressource n’a, elle, pas de prix.

​​*Ancien administrateur du Medef et ex-président du comité Afrique du Medef international, ​​​​​​Patrice Fonlladosa préside aujourd’hui le think tank (Re)sources.

Confiance des ménages : forte baisse dangereuse

Confiance des ménages : forte baisse dangereuse

 

La forte baisse de la confiance des ménages hypothèque évidemment l’avenir de la croissance surtout en France où l’activité repose surtout sur la consommation intérieure. Les ménages craignent évidemment une vague de faillites accompagnées de la multiplication de plans de licenciement. De ce point de vue il faut s’attendre 1 million de chômeurs supplémentaires en 2020 est sans doute 1 million encore en 2021. L’effet en quelque sorte mécanique d’une baisse du PIB de 10 % en 2020 et d’une croissance faiblarde en 2021. La confiance des ménages s’est en effet nettement dégradée en France en novembre, mois marqué par un reconfinement de la population face à l’épidémie due au nouveau coronavirus. Selon les données publiées jeudi 26 novembre par l’Insee, l’indicateur synthétisant cette confiance a reculé de quatre points pour retomber à 90, son plus bas niveau depuis décembre 2018 en pleine crise des Gilets jaunes. Il s’éloigne ainsi un peu plus de sa moyenne de long terme, fixée à 100, alors qu’il était repassé au-dessus avant le début de la crise du coronavirus au printemps.

Autre mauvais signe pour la consommation et la reprise de l’économie, « la part des ménages estimant qu’il est opportun d’épargner augmente à nouveau » alors que les Français devraient accumuler cette année environ 100 milliards d’euros d’épargne supplémentaire, soit l’équivalent des dépenses prévues pour le plan de relance.

Mais pour que ce bas de laine, détenu selon l’OFCE à 70% par les 20% de ménages les plus aisés, soit dépensé ou investi dans l’économie productive, il faut que la confiance soit de retour, or celle-ci paraît avoir été plus entamée par le deuxième confinement que par le premier, .

Veolia-Suez, fusion dangereuse

Veolia-Suez, fusion dangereuse

L’économiste Élie Cohen critique fortement la perspective de regroupement entre Veolia et Suez au motif que cela constituerait une sorte de monopole et finirait finalement par faire perdre certaines des parts de marché aux sociétés françaises tant dans l’Hexagone qu’à l’étranger.. Il affirme en effet que les collectivités locales sont bien contraintes de faire jouer la concurrence et pour ce qui concerne la France mais aussi bien d’autres. En cas de regroupement la compétition se ferait entre Veolia Suez regroupés et une société étrangère. Bilan : des pertes de marché assurées tant en France qu’ailleurs. En outre l’ économiste conteste les synergies possibles entre les deux entreprises et estime qu’ inévitablement le regroupement ne pourrait se faire qu’avec des suppressions d’emplois en raison des doublons de certaines superstructures. Bref il conclut que la fusion est inutile et dangereuse.

Veolia : une attaque inopportune et dangereuse pour le prix de l’eau

 

Il est clair que Veolia et Suez ont fait leur fortune sur la distribution de l’eau autrefois gérée par les collectivités ( la gestion de l’eau représente encore environ 50 % pour l’ensemble des deux sociétés ). Une véritable rente de situation car on sait que les ressources des collectivités locales sont pérennes et que les tarifications se sont envolées. Résultat, c’est le consommateur qui a payé la facture et sans le bénéfice d’amélioration de la qualité. Désormais Veolia veut se situer en position de ce juteux monopole, ce qui ne sera pas sans conséquences financières sur le coût des services financés par les collectivités . Il faut aussi prendre en compte l’effet de restructuration en cas de fusion sur l’emploi. Au bas mot, ce serait de leur de 5000 emplois qui pourraient être supprimés rien qu’en France. La concurrence dans ce domaine est déjà assez relative et elle risque de disparaître totalement. L’offre d’achat faite par Veolia sur Suez est à la fois hostile et déstabilisante. Une sorte de d’attaque capitalistique brutale type Bolloré. Le problème c’est que dans une conjoncture relativement difficile, la clientèle risque d’être dubitative, surtout la clientèle étrangère. Il est clair que Veolia a compris depuis longtemps que la clientèle contrainte des collectivités constituait le portefeuille le plus juteux financièrement. Avec le regroupement entre Veolia et Suez, il y aurait de fait  constitution d’un monopole face à des collectivités déjà techniquement bien peu armées pour contrôler la nature et le prix des services.

En outre la démarche d’ Antoine Frérot, le PDG de Veolia est clairement agressive. Elle est assez représentative de la posture de ces anciens fonctionnaires découvrant les délices du capitalisme sauvage sans doute pour compenser leur frustration lorsqu’ils exerçaient des responsabilités dans l’appareil d’État. D’après le journal la Tribune, « Face aux résistances de Suez et de son actionnaire de référence, il n’a pas exclu pas de transformer son « offre amicale » en OPA si l’offre faite à Engie n’aboutissait pas. S’exprimant sur BFM Business, il a expliqué que le prix proposé était un « un très bon prix« , « un prix fair« , et a tendu la main au directeur général de Suez, Bertrand Camus, pour discuter de ce projet qui vise à « créer un super champion des services à l’environnement« . Il convient sans doute de se méfier de ces évolutions capitalistiques à marche forcée et disons-le avec une grande brutalité qui peuvent aussi avoir un autre objectif faire remonter la valeur capitalistique des sociétés attaquantes.

« Je réitère mon invitation à Bertrand Camus de venir discuter avec moi de ce magnifique projet », a déclaré Antoine Frérot, en précisant avoir appelé son homologue de Suez début août, au moment où Veolia commençait à mûrir son dessein.

Il ajoutait, à propos des réticences de Suez :

« Bertrand Camus a souhaité essayer de continuer sa route seul, ce que je comprends aussi. Je lui réitère aujourd’hui mon invitation à construire ensemble ce projet. Il y a une place pour tout le monde dans ce projet, pour tous les salariés, tous les managers, tout le top management de Suez », a assuré le patron du numéro un mondial du traitement de l’eau et des déchets.

Or, Bertrand Camus n’a pas changé d’avis. Au contraire. Dans une lettre adressée mercredi aux 90.000 salariés du groupe, il a qualifié l’offre de « particulièrement hostile ».

« L’offre que notre concurrent historique a soumise à Engie dimanche soir est particulièrement hostile », assure Bertrand Camus dans ce courrier.

« L’émotion est d’autant plus forte que les activités de l’eau en France, qui occupent une place particulière au cœur du groupe, de son histoire, de son expertise, seraient vendues à un fonds d’investissement », écrit  Bertrand Camus, relevant que Suez est « le premier opérateur mondial privé de distribution d’eau, en population desservie ».

 

Des mots bien plus forts que ceux employés par le conseil d’administration de Suez lundi, lequel faisait valoir que « la stratégie proposée (par Veolia) engendrerait des disynergies et des pertes d’opportunité en France et à l’international » et que « la complexité du processus retenu conduirait à deux années de perturbations opérationnelles, au moment où, dans le contexte post-Covid, les équipes sont focalisées sur la mise en œuvre de leur plan stratégique ».

Les chevauchements d’activités sont toutefois nombreux en France, un point qui avait fait achopper de précédentes discussions informelles menées sur un rapprochement en 2012 et qui pousse l’État français, détenteur de 23,6% du capital d’Engie, à se montrer « vigilant » sur les conséquences de l’opération, notamment en terme d’emplois.

(avec Reuters, AFP et la Tribune)

 

«L’Illusion dangereuse qu’un expert peut tout et se saisir de n’importe quel problème »

 «L’Illusion dangereuse qu’un expert peut tout et se saisir de n’importe quel problème »

Le professeur d’HEC Thomas Paris craint, dans une tribune au « Monde » que réfléchir aux « défis de l’avenir » à travers des cadres macroéconomiques éloignées du quotidien de la réalité des acteurs est voué à l’échec

 

Tribune. Qu’elle a fière allure, la commission réunie par le président de la République pour le conseiller sur les enjeux du climat, des inégalités et de la démographie ! Prix Nobel français et internationaux, Massachusetts Institute of Technology (MIT), étoiles montantes de la recherche en économie… Rutilante comme une légion romaine. Toute la science économique est représentée. Toute ? Non. Un petit village…

Ne nous égarons pas. Il faut applaudir la démarche, qui concrétise une déclaration volontaire du Président en pleine crise du Covid-19 : « Il nous faudra […] interroger le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile ses failles au grand jour. »

Sans contester la qualité des membres de cette commission, force est de constater un manque. Ces brillants économistes partagent une culture et une approche communes, laquelle fait la part belle à la modélisation et aux catégories macroscopiques, que ce soient des indicateurs statistiques ou des formes de relations entre acteurs. Ne manque ainsi à l’appel que… le réel, ou tout au moins la capacité à le prendre en compte sans la médiation d’un cadre économique.

La crise des « gilets jaunes » alertait sur les limites d’une prise en compte simplifiée du réel par les pouvoirs publics. La mise entre parenthèses des corps intermédiaires et le coup de balai aux députés historiques avaient coupé le lien avec deux voies de lecture fine de la société. Certains ministères, privilégiant les statistiques au détriment des études, ont perdu leur capacité à comprendre leurs domaines d’intervention.

En découlent des réactions de stupéfaction, comme celle des acteurs de la culture qui ont pu s’étonner, alors que le président de la République venait d’annoncer un quasi-plan Marshall pour ce secteur, du manque de prise en compte des réalités. Soutenir les intermittents, très bien, mais, ont-ils dit, la culture n’est pas faite que d’intermittents…

La crise du Covid-19 a engendré un brouhaha médiatique, sur le plan sanitaire puis sur le terrain économique où mille et un commentateurs y sont allés à coup de sentences, de vérités, de solutions. Quand la prise de recul et la prudence paraissaient nécessaires, s’est imposée l’occupation de l’espace.

La crise est inédite, les enjeux complexes. Ils méritent une réflexion approfondie, ils méritent de comprendre comment elle se pose pour les acteurs sur le terrain, comment les individus réagissent au quotidien, comment les entreprises, petites et grandes, s’adaptent à la situation et comment ils revoient leur manière de travailler. Ce sont ces innombrables microdécisions qui construisent l’avenir.

Coronavirus : La création monétaire démesurée est dangereuse

Coronavirus : La création monétaire démesurée est dangereuse

 

Jean-Michel Naulot, Ancien membre du Collège de l’Autorité des marchés financiers/AMF explique dans le monde en termes techniques que le fait de faire tourner la planche à billets pourrait conduire certains pays à la ( mises en défaut) ou à l’écroulement de la monnaie européenne. Une évidence quand le volume de monnaie complètement est  disproportionné par rapport à la vieille richesse réelle. Une création monétaire abondante, fort agréable dans un premier temps pour les investisseurs, renvoie malheureusement à des expériences historiques douloureuses

L’ancien membre de l’Autorité des marchés financiers Jean-Michel Naulot s’inquiète dans une tribune au « Monde » du gonflement du bilan de la Banque centrale européenne que va engendrer ses rachats massifs des dettes souveraines et du risque de « défaut ordonné » qui guette certaines d’entre-elles.

Tribune.

Les difficultés rencontrées pour parvenir à un accord au sein de l’Eurogroupe sont une fois de plus révélatrices du défaut initial de la zone euro. L’absence de budget destiné à compenser les chocs asymétriques, les inégalités historiques et géographiques, les divergences inévitables de politiques économiques, font de la zone euro un système incomplet, bancal.

Depuis dix ans, les capitaux ne circulent plus. Les dirigeants eux-mêmes sont divisés sur la nature de l’Union monétaire. La menace est réellement existentielle. Cette menace est d’autant plus réelle que les inégalités entre pays de la zone monétaire n’ont cessé de se creuser, attisant les divisions. Depuis la création de l’euro, la production industrielle a progressé de 31 % en Allemagne, alors qu’elle a baissé de 2 % en France et de 16 % en Italie.

 

La balance courante allemande est devenue massivement excédentaire (6 % à 9 % du produit intérieur brut – PIB – depuis dix ans). La dette publique allemande représente 61 % du PIB contre 100 % en France, alors que les deux pays étaient à égalité en 2000 (60 % du PIB). Face à ce tableau assez sombre, tous les regards se sont tournés depuis plusieurs semaines vers la Banque centrale européenne (BCE), seul élément stable et fédéral de la zone monétaire. 

Christine Lagarde a déclaré que la BCE pourra désormais acheter des actifs « autant que nécessaire et aussi longtemps que nécessaire ». Cette monétisation de la dette publique, c’est-à-dire à la possibilité pour un Etat de se financer auprès de la Banque centrale, via le marché secondaire, autant que de besoin et de fait gratuitement, est une petite révolution pour la BCE.

Les marges de manœuvre, pour le moment importantes, pourraient cependant vite devenir plus étroites. Pour mettre en place cette monétisation, la BCE a en effet renoncé aux règles dites de proportionnalité (respect de limites par pays). Or, en 2018, la Cour de Justice du Luxembourg avait conditionné sa décision favorable sur le rachat des dettes publiques à l’existence de ces règles. De nouvelles actions judiciaires ne sont donc pas à exclure.

 

Si elle veut conserver des marges de manœuvre, la BCE doit surtout veiller à la taille et à la qualité de son bilan. Sa crédibilité en dépend. On a tendance à oublier que, de la fin de la seconde guerre mondiale à la crise de 2008, le bilan de la Réserve fédérale américaine (Fed) a constamment représenté autour de 5 % du PIB. D’ici la fin de l’année, il devrait passer de 20 % du PIB fin 2019 à près de 40 %.

 

 

Chine: la dangereuse chute de la croissance

Chine: la dangereuse chute de la croissance

Il est bien difficile de quantifier exactement le taux de croissance de la Chine qui constitue une donnée très politique pour  le régime. ce qui est certain  c’est que cette croissance ne cesse de ralentir au point d’être au plus bas depuis  une trentaine d’années. Par exemple la situation de la construction automobile.

Le principal marché automobile mondial enregistre en effet une chute sévère qui explique en grande partie les impacts négatifs sur l’industrie manufacturière et plus généralement  sur la croissance.

Les  ventes des véhicules des particuliers ont chuté de près de 7,5%, une baisse encore plus forte qu’en 2018. Le recul du marché n’a pas touché tous les constructeurs automobiles. Ceux qui ont perdu des parts de marché sont les fabricants chinois et américains, tandis que ceux qui ont connu des ventes en hausse sont les marques japonaises et allemandes.

Autre indicateur, ‘’évolution des prix qui constitue évidemment un thermomètre qui mesure le déséquilibre entre l’offre et la demande. Or comme on le sait la demande internationale à l’usine de monde que constitue la Chine ne cesse de se réduire. Du coup,  les prix diminuent. Le signe aussi que la consommation intérieure chinoise ne parvient pas encore à compenser l’écroulement des exportations en raison notamment de l’endettement de nombreux acteurs économiques. Les prix à la production en Chine ont en effet décliné en décembre à un rythme moins important que le mois précédent, le signe d’un rebond modeste de l’activité manufacturière et qui suggère que les mesures de soutien engagées par le gouvernement pourraient avoir contribué à stabiliser l’économie.

Le tassement de la croissance de l’activité manufacturière constitue  aussi un autre  thermomètre de la demande mondiale et au-delà de la croissance. L’activité dans le secteur manufacturier en Chine a progressé en décembre à un rythme encore plus faible que le mois précédent, qui avait marqué un pic en trois ans, du fait du ralentissement des nouvelles commandes, montrent les résultats publiés jeudi de l’enquête réalisée par Caixin/Markit auprès des directeurs d’achats.

L’indice PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit s’est établi à 51,5 le mois dernier, contre 51,8 en novembre. Il est inférieur au consensus, qui donnait un indice stable, mais reste pour un cinquième mois consécutif au-dessus du seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l’activité.

 

.

Une politique de défense dangereuse (Général Lecointre, chef d’état-major des armées)

Une politique de défense dangereuse  (Général Lecointre, chef d’état-major des armées)

Trop d’engagements, trop peu de moyens, un manque de clarté des objectifs , ce qui caractérise la stratégie militaire en ce moment. On se souvient que le Général de Villiers avait été publiquement remis à sa place par Macron suite à ses propos concernant l’insuffisance des moyens de la défense française. Le général de Villiers avait a d’ailleurs dû démissionner et il a été remplacé comme chef d’état major par le Général Lecointre. Ce dernier ne dit pas autre chose que son prédécesseur à savoir que les moyens français sont  sous dimensionnés par rapport aux engagements et aux objectifs. Ce qui est en cause, c’est la multiplicité  des champs d’intervention d’une armée qui ne disposent ni du matériel ni des hommes pour assurer des missions aussi multiples. Un question urgente va se poser notamment au Sahel où non seulement la présence française est inadaptée à l’ampleur des enjeux mais en plus avec un contestation de cette présence par certaines populations.

 

Le général Lecointre fait observer que « le niveau de sollicitation de certains équipements au cours de ces dernières années s’est avéré supérieur à ce que prévoyaient les contrats opérationnels ». Et selon le chef d’état-major des armées français( CEMA), cette surexploitation a accéléré le vieillissement général et requiert aujourd’hui un surcroît de maintenance pris en compte par la LPM. « Néanmoins, en partant de ce constat et en nous projetant dans l’avenir à la lumière de l’analyse que nous faisons de la situation internationale, nous devons nous demander si le modèle que nous concevons aujourd’hui sera à même de répondre, avec nos alliés, aux sollicitations futures », s’interroge-t-il.

 

Actuellement, plus de 30.000 militaires sont engagés quotidiennement pour la défense de la France, souligne le général Lecointre. Parmi lesquels, 8.000 sont en opérations extérieures (OPEX), pour l’essentiel en bande sahélo-saharienne, au Levant ou au Liban ; 20.000 sont engagés sur le territoire national, dans le cadre des postures permanentes de sauvegarde maritime ou de sûreté aérienne, dans celui de l’opération Sentinelle, ou au sein de nos forces de souveraineté dans nos collectivités outremer ; 3.700 sont pré-positionnés comme forces de présence à l’étranger. « Rapporté à nos effectifs aujourd’hui, ce niveau d’engagement soutenu depuis de nombreuses années est inédit et il ne devrait pas fléchir dans les années à venir, loin de là. Les foyers de crises sont nombreux, je crains qu’ils ne prolifèrent ou ne s’aggravent », analyse le CEMA.

Croissance Chine : sur une pente dangereuse

Croissance Chine : sur une  pente dangereuse

Réduction de la croissance des exports, net tassement des importations, production manufacturière dans le rouge autant d’indicateurs qui montrent que l’économie de la Chine s’inscrit sur une pente dangereuse. Cela fait quatre mois que l’activité manufacturière est dans le rouge en Chine. Même les statistiques officielles chinoises souvent bidouillées en témoignent. C’est évidemment le signe d’un très fort tassement des échanges internationaux mais aussi d’une croissance molle en Chine. En effet, la consommation intérieure ne parvient pas à compenser la faiblesse de la croissance des exportations.

 

L’activité dans le secteur manufacturier chinois s’est contractée en août pour un quatrième mois consécutif, alors que les Etats-Unis ont accentué les pressions commerciales et que la demande intérieure demeure faible.  La faiblesse persistante du vaste secteur manufacturier pourrait inciter Pékin à déployer des mesures de soutien à l’économie supplémentaires, plus rapidement et avec plus d’agressivité, pour contrer le plus important ralentissement de l’économie chinoise en plusieurs décennies.

L’indice PMI manufacturier officiel a reculé à 49,5 en août après 49,7 le mois précédent, montrent les statistiques gouvernementales publiées samedi, demeurant sous le seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l’activité. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient une contraction moins marquée, identique à celle constatée en juillet.

Ce nouveau déclin met en exergue l’impact néfaste des tensions commerciales avec les Etats-Unis et du ralentissement de la demande mondiale sur les exportateurs chinois.

Les exportations du géant asiatique, un des piliers de son économie, ont connu un repli sur un an le mois dernier (-1,0%). Elles avaient pourtant bien résisté en juillet (+3,3%). Dans le même temps, les importations chinoises ont poursuivi leur recul en août (-5,6% sur un an), à un rythme inchangé par rapport à juillet, dans un contexte de demande intérieure en berne. Au total, l’excédent commercial chinois a fondu en août à 34,83 milliards de dollars, contre 44,58 milliards le mois précédent. Avec les seuls Etats-Unis, l’excédent, suivi de près par le président américain Donald Trump, s’est légèrement réduit sur cette période à 26,95 milliards de dollars contre 27,97 milliards en juillet.

Les exportations à destination de l’Union européenne sont restées stables à 38,2 milliards de dollars.

.

Certaines entreprises domiciliées en Chine sont nombreuses à songer à délocaliser leur production – ou à le faire – dans des pays à l’abri des surtaxes américaines, notamment au Vietnam. Pour faciliter l’accès au crédit des micro, petites et moyennes entreprises (les plus dynamiques en termes d’emploi) la Banque centrale chinoise (PBOC) a annoncé vendredi une baisse des dépôts que les banques sont obligées de garder dans leurs coffres.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol