Archive pour le Tag 'd’accord'

UE: Macron et Merkel semblent d’accord sur rien !

UE: Macron et Merkel semblent d’accord sur rien !

 

Curieuse cette rencontre entre Macron et Merkel qui n’avait d’autre but que de faire semblant d’affirmer la solidité du couple franco allemand. De fait,  Macon et Merkel ont parlé de tout et surtout de rien en matière d’orientation. Pas étonnant depuis déjà des mois l’Allemagne montrent la plus grande indifférence à l’égard des propositions du président de la république française. Un président de la république française qui voulait un budget de la zone euro, une réforme de l’union économique avec la théorie des cercles et plus particulièrement pour la zone euro, un budget unique, un ministre des finances commun, un plan de relance des investissements et un véritable fonds monétaire européen. De tout cela, il n’en n’est pas question en Allemagne. Une Allemagne qui sent derrière les propositions de la France la tentation permanente d’imposer une solidarité financière qui ferait payer à l’Allemagne les insuffisances de gestion de pays trop laxistes comme la France. Et ce n’est pas la remontée du taux d’endettement français à 100 % du PIB en 2018 ou encore les déséquilibres accrus dans le budget 2019 qui pourraient convaincre Merkel. Même sur la question des migrations Merkel a été contrainte de mettre la pédale douce compte tenu de la montée du nationalisme et du populisme en Allemagne. Macron ne fait d’ailleurs pas même s’il affirme le contraire. Notons enfin que sur la taxation des géants du numérique l’Allemagne est très réticente pour ne pas encourir les sanctions américaines sur ses exportations notamment d’automobiles. Du coup, la discussion s’est conclue par des considérations très générales. Chancelière allemande ont évoqué au début de leur rencontre à Marseille l’approfondissement de la zone euro, l’union bancaire, la taxation des géants du numérique et les migrations, sans oublier la sortie du Royaume-Uni de l’UE, sujet sur lequel Londres et Bruxelles peinent encore à s’accorder, la politique étrangère et la défense. Objectif des discussions, “préparer cette rentrée et un agenda des six prochains mois qui s’annonce chargé mais où, je le sais, l’Allemagne et la France continueront d’œuvrer ensemble pour préparer l’avenir”, a dit Emmanuel Macron. “Notre programme sera bien rempli”, a dit Angela Merkel, en énumérant les sujets comme autant de défis auxquels l’Union est confrontée. “Je pense que nous allons pouvoir progresser en faveur d’une Europe indépendante qui est capable de résoudre elle-même ses problèmes.”Bref la langue de bois !

UE: Macron d’accord pour l’entrée de la Serbie

UE: Macron d’accord pour l’entrée de la  Serbie

 

 

Une prise de position de Macron qui va encore interroger sur la consistance de l’UE, sur son fonctionnement et de ses perspectives. Finalement, Macron s’inscrit dans la logique de Bruxelles qui consiste à ouvrir l’UE à tous les pays. Les conditions posées par Macron – au demeurant fondées- ne sont cependant que des arguties pour étendre encore le champ d’une Europe qui ne fonctionne déjà pas. En effet la priorité n’est l’élargissement mais l’approfondissement en priorité de la zone euro afin d’harmoniser les conditions économiques, fiscales et sociales notamment et de lancer de grands projets d’investissements susceptibles de soutenir la Croissance. –  Après une rencontre à l’Elysée, son homologue serbe, Aleksandar Vucic, a souligné le chemin restant à parcourir par la Serbie pour boucler les négociations d’adhésion, citant les relations avec le Kosovo, le système judiciaire et l’Etat de droit. “Si rien n’est fait de ce qui a été décidé dans le programme d’ici 2025, la Serbie n’a aucune chance de rentrer dans l’Union européenne”, a dit Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse, citant la date évoquée par la Commission européenne. “Si en 2025 tout est fait conformément à ce qui a été prévu, oui”, a-t-il ajouté. “Si c’est fait plus vite et que les choses vont encore mieux, les perspectives peuvent même être différentes.”Aleksandar Vucic a évoqué les obstacles à franchir. Les chefs d’Etat et de gouvernement européens ont décidé en juin de retarder d’au moins un an la décision sur l’ouverture de négociations d’adhésion avec la Macédoine et l’Albanie, sous la pression en particulier de la France, qui craint d’envenimer le débat politique avant les élections européennes de mai 2019.Les Européens ont dans le même temps souligné concernant la Serbie que “les progrès réalisés en ce qui concerne les chapitres relatifs à l’Etat de droit et aux droits fondamentaux ainsi que la normalisation des relations de la Serbie avec le Kosovo sont essentiels et continueront de déterminer le rythme général des négociations d’adhésion”.

Glyphosate : encore pas d’accord

Glyphosate : encore pas d’accord

Toujours pas d’accord des membres de l’union économique pour interdire le Glyphosate (commercialisé  le plus souvent par Monsanto). Un enjeu  considérable pour Monsanto qui tire l’essentiel de ses bénéfices de la vente de ce désherbant le plus utilisé au monde. Pour preuve de cet enjeu économique Monsanto a fait l’objet d’une OPA de 62 milliards de dollars de la part de Bayer. Au départ la commission économique proposée un prolongement de l’exploitation de ce produit pour une durée de 15 ans ce qui avait fait réagir nombre de pays. Par la suite l’union économique a proposé un délai de 18 mois destinés notamment à lever les conduites les contradictions de certains organismes internationaux concernant les dangers que représente ce produit pour la santé. En l’absence d’autres molécules pour l’instant il est probable que c’est la solution qui sera retenue. Les Etats membres de l’Union européenne ont en effet  refusé lundi de prolonger de façon temporaire l’autorisation du glyphosate, un herbicide mis au point par Monsanto et largement utilisé dans l’agriculture et le jardinage. L’autorisation de vente dans l’UE de ce produit controversé expire à la fin du mois. « Il n’y a pas eu de majorité en faveur du glyphosate lors des consultations d’aujourd’hui », a annoncé à la mi-journée la porte-parole du ministère allemand de l’Environnement. Vingt Etats ont voté en faveur de la proposition de la Commission mais sept se sont abstenus, a-t-elle précisé. Seul Malte a voté contre, indique-t-on de source diplomatique européenne. Les experts devaient se prononcer à la majorité qualifiée sur la proposition soumise par la Commission européenne de prolonger à titre provisoire l’autorisation du glyphosate. L’exécutif, qui avait déjà échoué par deux fois cette année à faire adopter une prolongation de l’autorisation de l’herbicide, a désormais la possibilité de saisir un comité d’appel. La question sera à l’ordre du jour de la réunion des commissaires de mardi. Les conclusions contradictoires des scientifiques sur le caractère cancérigène du glyphosate ont conduit la Commission à proposer mercredi dernier un compromis consistant à prolonger provisoirement de douze à dix-huit mois l’autorisation du produit afin de permettre de nouvelles études.  Monsanto, le numéro un mondial des semences, n’a pas exclu d’engager un recours en justice. Et le lobby du secteur a critiqué l’incertitude qu’entretiennent les régulateurs. « Avec cette décision, tout ce qu’ils font, c’est de mettre en doute ce système et de créer de la peur et de la confusion parmi les consommateurs européens », a déploré Graeme Taylor, de l’Association de protection des cultures européennes (European Crop Protection Association). A l’inverse, des organisations écologistes et des collectifs citoyens plaident pour une interdiction totale des produits au glyphosate en l’absence d’un consensus scientifique. « Il est scandaleux mais pas inhabituel de voir la Commission maintenir des pesticides dangereux sur le marché une fois leur autorisation expirée (…) Ce qui est nouveau cette fois, c’est que des gouvernements ont fait attention et n’ont pas simplement endossé une proposition de la Commission », a déclaré Franziska Achterberg, directrice chargée de la politique alimentaire européenne pour Greenpeace.

(Avec Reuters)

Sondage : Un Français sur trois d’accord avec le Front national ?

Sondage : Un Français sur trois d’accord avec le  Front national ?

 

D’après un sondage Odoxa,  environ un tiers des Français seraient en accord avec le Front National. Un résultat qui montre la droitisation de l’opinion dans le pays en raison surtout de la crise et du terrorisme. Des chiffres d’adhésion supérieure aux perspectives de voix de Marine Le Pen pour le premier tour des présidentielles (entre 25 et 28 pour cent). Normalement avec une telle adhésion les chances de triompher pour Marine Le Pen devraient être réelles. Cependant il faut faire une distinction entre l’adhésion aux idées d’un parti dans une posture essentiellement protestataire et le soutien qu’on peut lui apporter en tant que futur parti de gouvernement. De ce point de vue le Front National n’apparaît pas très majoritairement comme un parti suffisamment crédible pour gérer le pays pour environ 75 % de l’opinion. Le Front National est le plus souvent ressenti davantage comme syndicat politique que comme un parti de gouvernement.  Un Français sur trois se dit aujourd’hui « souvent d’accord » avec les prises de position du Front national, une proportion en forte progression au cours des dernières années, selon un sondage Odoxa diffusé dans la soirée du 26 avril. Si 33% des personnes interrogées sont « souvent d’accord » avec le FN, une forte majorité des deux tiers, 67%, est d’un avis contraire. En avril 2002, les Français n’étaient que 19% à se dire d’accord avec les positions du FN, après la qualification de Jean-Marie Le Pen pour le second tour de l’élection présidentielle. Si les sympathisants de gauche ne sont que 11% (contre 89%) a être « souvent d’accord » avec le Front national, c’est le cas de 29% des proches de la droite (contre 71%), selon cette enquête réalisée pour iTélé et Paris Match. Près de quatre Français sur dix (38%) estiment par ailleurs que si Marine Le Pen était élue présidente de la République, elle ferait « ni mieux ni moins bien » que François Hollande. Ils sont 40% à penser qu’elle ferait « plutôt moins bien » et 22% qu’elle ferait « plutôt mieux ». 

Déchéance de nationalité : l’Europe d’accord

Déchéance de nationalité : l’Europe d’accord

La  déchéance de la nationalité, un sujet qui a divisé la classe politique française, n’est pas contraire aux normes internationales », estime la Commission qui souligne toutefois les limites imposées par la jurisprudence à la mise en œuvre de cette mesure. La Commission de Venise, un organe consultatif du Conseil de l’Europe, ne formule pas d’objection à l’inscription par la France de l’Etat d’urgence et de la déchéance de la nationalité dans sa Constitution, deux mesures proposées par le gouvernement après les attentats du 13 novembre 2015. Dans un avis publié lundi à la demande de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, elle propose néanmoins quelques modifications au projet de loi de réforme constitutionnelle qui est en cours d’examen au Sénat après avoir été adopté le 10 février par l’Assemblée nationale. S’agissant de l’inscription de l’état d’urgence dans la constitution, ce collège d’experts en droit constitutionnel répond aux craintes de ceux qui y voient une menace pour les libertés, tout en suggérant des garde-fous supplémentaires. « L’inscription de l’état d’urgence dans la Constitution doit avoir pour but d’accroître les garanties contre d’éventuels abus sous forme de déclenchement ou prorogation de l’état d’urgence sans réelle justification », affirme-t-il. « Pour conjurer le risque d’une application trop large » de ce régime d’exception, ils proposent d’introduire dans la loi deux précisions disant que le péril qui le justifie doit être « de nature à menacer la vie de la nation » et que les mesures qui en découlent doivent être strictement proportionnées à ce péril. La Commission de Venise invite par ailleurs les autorités françaises à envisager de n’autoriser une prorogation de l’état d’urgence que par un vote du parlement à la majorité qualifiée. La Commission de Venise semble pencher pour le choix fait par l’Assemblée nationale de prévoir la déchéance de nationalité pour tous les Français et non pour les seuls binationaux mais souligne que dans l’application de la loi, le résultat sera sans doute identique, le droit international s’opposant à la création d’apatrides. Cet organe du Conseil de l’Europe est moins critique que le Défenseur des droits, Jacques Toubon, qui a plusieurs fois dénoncé la constitutionnalisation de l’état d’urgence et la déchéance de nationalité.

Déchéance de la nationalité : maintenant que la gauche est d’accord c’est sans doute la droite qui sera en désaccord

Déchéance de la nationalité : maintenant que la gauche est d’accord c’est sans doute la droite qui sera en désaccord

Le cirque politique continue avec le débat sur la déchéance de nationalité. Pour satisfaire les députés du parti socialiste, le gouvernement a réussi à proposer un texte bâtard qui ne parle plus de la déchéance destinée uniquement aux binationaux. Du coup ce sera la déchéance pour tout le monde ;  au moins dans le texte car pratiquement on ne pourra sanctionner que les binationaux ; les cas  d’apatridie  pour les nationaux seront tout à fait exceptionnels. Bref on est enfin parvenu à se mettre d’accord à gauche (saufs quelques bobos gauchistes qui résistent encore). Mais maintenant c’est la droite qui renâcle. Avant elle refusait de voter le texte du fait des divisions de la gauche maintenant elle menace de ne pas le voter parce que précisément la gauche a résolu son problème d’unité. À droite il faut bien comprendre que les divisions sur ce sujet prennent en compte la problématique des prochains primaires. De ce point de vue la position de NKM est sans doute la plus caricaturale : « est-ce que vous pensez que les Français s’intéressent vraiment à cette question » a-t-elle déclaré sur RTL. Bien évidemment il s’agit pour elle de démolir Sarkozy (en faveur de la déchéance). De toute évidence,  NK M ne doit entretenir avec les Français qu’un rapport très ésotérique ou à les limiter à quelques immeubles du 16e arrondissement.  Ce mercredi en fin d’après-midi, le président du groupe PS à l’Assemblée, Bruno Le Roux, annonce donc  qu’il n’y a « plus de malentendu avec le gouvernement » sur la formulation de l’application de la déchéance de nationalité. Il estime qu’une « très large majorité » des députés PS voteront la révision constitutionnelle. Le gouvernement, a-t-il dit, a levé « le malentendu sur l’interdiction de l’apatridie », qui était présent dans l’avant-projet de loi d’application et qui avait provoqué une vive réaction mardi des députés PS, pour qui cela revenait à dire que la déchéance ne pouvait de facto s’appliquer qu’aux binationaux. Pour Patrick Mennucci, député PS des Bouches-du-Rhône, le travail est en train de porter ses fruits :  »Un rassemblement de l’immense majorité de gauche est désormais possible, à partir du moment où le projet de loi unifiera les régimes de déchéance applicable aux personnes condamnées quel que soit leur origine d’appartenance à la nation. Qu’ils soient français depuis 15 ans ou 15 générations. C’est ce que nous voulions. Nous ne souhaitions pas de différenciation entre nationaux et binationaux. » « Nous avons obtenu ce que nous voulons » Patrick Menucci, député PS des Bouches-du-Rhône . La semaine dernière, l’article 2 de la réforme constitutionnelle avait déjà été balayé par Manuel Valls, on ne parlait donc plus de la déchéance des seuls binationaux. De quoi attiser la colère des députés socialistes qui ont vu revenir par la bande, en l’occurrence par le biais de l’avant-projet de loi d’application, une inégalité entre les citoyens. En effet, la première mouture exclut de créer des apatrides : elle réintroduit donc indirectement une différence de traitement. Car si on ne peut pas créer d’apatrides, on ne peut pas déchoir ceux qui n’ont que la nationalité française.   Ce mercredi midi, le premier ministre a de nouveau reçu des députés socialistes. D’après nos informations, il les aurait invité à se concentrer sur l’essentiel : la réforme constitutionnelle (et sur le débat qui commence après demain). Le débat sur la loi d’application viendra plus tard, il aurait même donné sa parole. En ratifiant la convention de 1961 sur la réduction du nombre d’apatrides, Paris utilisera son droit à se réserver la possibilité d’en créer en cas d’atteinte grave aux intérêts de l’Etat. Le texte prévoit d’ailleurs la possibilité de création d’apatrides, à condition de le prévoir au moment de la ratification.

L’Arabie Saoudite pas d’accord avec la dégradation de sa note

L’Arabie Saoudite pas d’accord avec la dégradation de sa note

 

En un peu plus d’un an le pétrole a perdu à peu près la moitié de sa valeur. Du coup les ressources de l’Arabie saoudite, l’un des principaux producteurs, ont été réduites d’autant. Mécaniquement cela a entrainé la croissance des déficits publics et l’agence S&P a dégradé l’Arabie saoudite qui n’apprécie guère cette évaluation négative. L’Arabie saoudite a vivement critiqué samedi l’agence d’évaluation financière Standard and Poor’s (S&P) ayant dégradé la veille la note du royaume, en raison de craintes pesant sur le déficit après la baisse des prix du pétrole.   »L’évaluation est le fruit d’une réaction précipitée, injustifiée et ne se basant pas sur la réalité, a indiqué le ministère des Finances dans un communiqué, d’après l’agence officielle SPA.  L’agence se base sur « des facteurs temporaires et intenables », a-t-il poursuivi. L’agence de notation S&P a dégradé vendredi d’un cran à « A+ » la note long terme de l’Arabie Saoudite, chef de file de l’OPEP touché par la baisse des cours du brut. La perspective d’évolution de la note du pays demeure négative, selon un communiqué de l’agence de notation américaine qui se dit prête à abaisser la note dans les deux prochaines années « si le gouvernement ne parvient pas à réduire durablement et de façon importante le déficit » de ses finances publiques. S&P explique s’attendre à ce que le déficit budgétaire de l’Arabie Saoudite, l’un des tout premiers producteurs mondiaux de pétrole, augmente à 16% du Produit intérieur brut (PIB) en 2015 contre 1,5% en 2014, en raison de la forte chute des prix du pétrole. En février, S&P avait placé la note du royaume sous perspective négative expliquant qu’ »en raison de sa haute dépendance au pétrole », la situation de ses finances publiques était en train de s’altérer. L’agence de notation se réservait alors la possibilité d’abaisser la note de l’époque (AA-) dans « les deux prochaines années ».

Migrants Calais : Paris et Londres d’accord pour agir mais sur quoi ?

Migrants Calais : Paris et Londres d’accord pour agir mais sur quoi ?

Une belle déclaration commune de Paris et de Londres fait  état d’une volonté commune pour régler la question des migrants de Calais. Reste qu’il s’agit essentiellement d’une déclaration d’intention car on voit mal dans le contexte ce qui permettrait de régler un problème particulièrement complexe qui concerne bien sûr les deux pays mais aussi l’Europe ainsi que les zones d’origine des migrants qui sont en situation de guerre de famine. Paris et Londres réaffirment dans une déclaration commune leur détermination à régler la question des migrants cherchant à rejoindre la Grande-Bretagne à partir de Calais après une semaine marquée par une série de tentatives d’intrusions massives via le tunnel sous la Manche.   »Pour la France comme pour le Royaume-Uni, les choses sont claires : mettre fin à cette situation est une priorité absolue », écrivent le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, et son homologue britannique, Theresa May, dans une déclaration publiée par Le Journal du Dimanche.   »Nos deux gouvernements sont déterminés à y parvenir, et à y parvenir ensemble », ajoutent-ils. Mais « il n’existe pas de solution simple, et ce n’est ni au Royaume-Uni ni à la France de gérer seuls ces problèmes. » Plus de 2.000 tentatives d’intrusion ont été constatées sur le site d’Eurotunnel à Coquelles, près de Calais, dans la nuit de lundi à mardi, selon la préfecture du Pas-de-Calais.  Dans la nuit de samedi à dimanche, de nouveaux heurts ont éclaté entre quelque 250 migrants cherchant à pénétrer dans le tunnel sous la Manche et forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène, selon un témoin venant en aide aux migrants.  Après la mort d’un migrant soudanais cette semaine, le neuvième depuis juin à Calais, la France a annoncé le déploiement d’effectifs supplémentaires, 120 CRS et gendarmes mobiles, sur le site d’Eurotunnel pour sécuriser les accès au tunnel sous la Manche. La Grande-Bretagne, qui reste un eldorado rêvé pour les migrants du Calaisis qui ont fui les conflits dans leur pays, s’est de son côté engagée à investir au total 25 millions d’euros, notamment pour la mise en place de barrières. Des mesures « décalées et dérisoires » pour le député Les Républicains Xavier Bertrand, qui accuse dans les colonnes du JDD le Premier ministre britannique de passivité face à la question des migrants. « David Cameron n’a pas pris la mesure de l’ampleur et de la gravité du problème », dit le candidat LR à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais Picardie. « S’il continue à ne rien proposer d’autre, laissons partir les migrants et que Monsieur Cameron gère sa politique à sa façon, mais sur son île. Ce n’est pas une question d’argent. Ce ne sont pas quelques millions de plus qui vont régler le problème. »

 

Grèce : un projet d’accord aux frorceps

Grèce : un projet d’accord aux frorceps

 

la crise a peut-être été évitée mais l’atmosphère était tendue cette nuit pendant la négociation avec la Grèce. Au final  un projet d’accord est sur la table mais conditionné par un vote dans les deux jours du parlemenet grec des mesures d’austérité voulues par Bruxelles  . Les partenaires européens de la Grèce ont demandé dimanche des gages à Athènes pour restaurer une confiance brisée par des années de promesses non tenues, un préalable à un nouveau plan de sauvetage indispensable pour éviter un « Grexit ». Les ministres des Finances de la zone euro, réunis à Bruxelles depuis samedi, ont transmis un projet de communiqué aux chefs d’Etat et gouvernement arrivés dimanche à Bruxelles. Après un long aparté entre François Hollande, la chancelière Angela Merkel et le Premier ministre grec Alexis Tsipras dès le début du sommet, les dirigeants européens ont entamé l’examen de ce texte qui énumère des conditions pour engager des négociations sur un troisième plan d’aide.   »Il y a une très bonne proposition sur la table (…) mais qui a une conditionnalité élevée », a dit le ministre finlandais, Alexander Stubb à l’issue de la réunion de l’Eurogroupe qui a donné lieu à des échanges très tendus. Des lois doivent être adoptées d’ici le 15 juillet, par exemple sur la hausse de la TVA et les retraites, une réforme du marché du travail doit être mise en œuvre et le programme de privatisation doit être renforcé et ses recettes gérées de manière indépendante pour rassurer les créanciers du pays. « Ce paquet de mesures devra être approuvé par le gouvernement grec et par le Parlement grec, et alors on pourra regarder (pour ouvrir des négociations sur un plan d’aide) », a ajouté Alexander Stubb, dont le pays est très réticent.  Si les dirigeants européens donnent leur feu vert de principe à ce dispositif, les ministres des Finances de la zone euro, qui se rencontrent déjà lundi pour leur réunion mensuelle, pourraient se revoir jeudi ou vendredi prochain, avec pour objet le lancement du processus de déblocage d’une aide d’un montant estimé par l’Eurogroupe de 82 à 86 milliards d’euros. Le processus de décision prendrait plusieurs semaines pour « boucler » le tout mais un prêt-relais serait accordé rapidement.

Comparaison FN-PC par Hollande : 66% des Français pas d’accord

Comparaison FN-PC par Hollande : 66% des Français pas d’accord

De toute évidence Hollande a fait une  nouvelle boulette en comparant le FN au PC des années 70. Certes les Français n’apprécient pas particulièrement le PC pour autant la comparaison leur apparaît inopportune. Plus de la moitié des Français (66%) ne sont pas d’accord avec François Hollande qui avait comparé le discours du FN à un « tract du parti communiste des années 1970″ mais 76% ont cependant une mauvaise opinion du PCF, selon un sondage Odoxa pour Le Parisien. Interrogés pour savoir s’ils sont d’accord avec cette affirmation, 29% répondent « non, pas du tout » et 37% « non, plutôt pas ». Ils sont 26% à répondre « oui, plutôt » et 6% « oui, tout à fait ». 2% ne se prononcent pas. Chez les sympathisants de gauche, ils sont 59% à ne pas être d’accord avec le président de la République (contre 40% à être d’accord). 1% ne se prononce pas. La moitié des sondés (50%) préfèrent le Parti communiste au Front national (44%). 6% ne se prononcent pas. Ils sont 58% chez les sympathisants de droite hors FN, à préférer le FN au PCF (contre 35% pour le PCF). 7% ne se prononcent pas. Une majorité des sondés pense que les idées du PCF et du FN sont éloignées en matière d’immigration (73%), d’éducation (72%), de sécurité (71%), de santé (70%) et de sujet économiques et sociaux (66%). Plus largement, pour une majorité le Parti communiste est « plutôt un handicap » pour la gauche (67%) et pour le gouvernement (74%). Chez les sympathisants de gauche, ils sont 44% à trouver que le PCF est un handicap pour la gauche et 60% pour le gouvernement.

Sondage : les Français d’accord avec les médecins

Sondage : les Français d’accord avec les médecins

La loi Touraine contestée par les médecins l’est tout autant par les patients qui approuvent l’actuel mouvement de protestation tant des urgentistes que des généralistes ; Les Français sont même favorables à une augmentation du prix de la consultation des généralistes (effectivement très défavorisés par rapport aux  les spécialistes tant sur le plan financier que sur le plan des conditions de travail). Les deux tiers des Français comprennent la colère des médecins. C’est auusi cette situation des généralistes qui contribue à remplir les services d’urgence de toutes sorte de pathologies dont beaucoup n’ont pas leurs place dans une service d’urgence.  Les Français aiment donc leur médecin. Et ils soutiennent le mouvement de protestation de la profession contre la loi Touraine de santé, même s’ils adhèrent à certaines mesures de ce texte. D’après la vague 2 de l’ÉcoScope, réalisé par OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business, près des deux tiers des Français comprennent la grève reconductible des médecins et des urgentistes, qui démarre ce lundi. Et ce, quelles que soient la classe d’âge, la catégorie socioprofessionnelle et la proximité partisane politique. «Il n’y a pas d’opposition de principe ou de perception négative d’un mouvement corporatiste qui cherche à défendre des enjeux personnels, explique Frédéric Micheau, directeur des études d’opinion chez OpinionWay. C’est surtout le soutien à une profession plutôt appréciée, alors que ne pas pouvoir consulter pendant les fêtes peut représenter des contraintes fortes pour les Français.» D’ailleurs, près de neuf Français sur dix se déclarent satisfaits de la qualité des soins fournis par les médecins et les trois quarts jugent même qu’ils participent, en modérant leurs prescriptions de médicaments, à l’effort de réduction des dépenses de santé. Les Français adhèrent aussi à l’une de leurs revendications phares: la hausse de 2 euros des tarifs de consultation, approuvée par 52 % d’entre eux. «Dans le contexte économique actuel, caractérisé par une forte sensibilité aux questions financières et par le sentiment d’une baisse du pouvoir d’achat, un tel résultat est surprenant», relève Frédéric Micheau. Politiquement, seuls les partisans des extrêmes (gauche radicale et FN) sont opposés à une hausse des tarifs. Ce point est également l’objet d’un clivage générationnel classique (les moins de 50 ans sont contre, les plus de 65 ans sont pour) et socioprofessionnel (oui pour les CSP + et non pour les classes populaires). Mais pas question pour autant de renoncer à la généralisation du tiers payant à tous les patients, sans prise en compte des revenus de chacun, prévue dans la réforme Touraine.

 

Le gouvernement d’accord avec la retraire chapeau du PDG de GDF

Le gouvernement d’accord avec la retraire chapeau du PDG de GDF

 

 

Nouvelle preuve des complicités finance-politique : l’Etat après s’être offusqué entérine la scandaleuse retraite chapeau du PDG de GDF. C’est désormais officiel : l’Etat ne demandera pas à Gérard Mestrallet, le PDG de GDF Suez, de renoncer à sa retraite chapeau. « Le Haut comité de gouvernement d’entreprises a rendu son rapport, a expliqué Emmanuel Macron, le ministre de l’économie et de l’industrie, en marge d’un déplacement en Algérie, lundi 10 novembre, où il était venu inaugurer une nouvelle usine Renault à Oran. Celui-ci indique que la retraite complémentaire de M. Mestrallet est conforme au code Afep-Medef. « Nous considérons donc qu’elle est acquise, même si le gouvernement désapprouve ce type de rémunération. » Selon le document de référence 2013 de GDF Suez, M. Mestrallet touchera, après son départ de la présidence de l’énergéticien, prévu au printemps 2016, 831 641 euros par an au titre de sa retraite complémentaire, soit 28 % de sa rémunération de référence. La révélation, fin octobre, de cette retraite chapeau, qui vient s’ajouter aux autres régimes de retraites dont bénéficiera le PDG de GDF Suez, avait provoqué une vive polémique, le Canard Enchaîné assurant que le groupe avait provisionné 21 millions d’euros pour payer un bonus de pension à son PDG. « Le niveau prévu pour la retraite [de M. Mestrallet] choque, je le comprends », avait alors indiqué M. Macron, estimant que « dans ce cas particulier, nous n’aurions pas voté une telle retraite ». Le ministre de l’économie avait invité le président du numéro deux français de l’énergie à « en tirer toutes les conclusions », rappelant que cette retraite chapeau avait été votée en septembre 2011 avec le soutien du précédent gouvernement.

 

 

Austérité, la CFDT d’accord avec Montebourg

Austérité, la CFDT d’accord avec Montebourg

Laurent Berger rejoint en quelque sorte le diagnostic établi par Arnaud Montebourg et Benoît Hamon Dans une interview au Parisien de ce mardi 26 août, le leader de la CFDT revient sur la crise politique qui secoue l’exécutif.   »Au moment où il y a une grave crise économique, sociale et citoyenne, on ne parle dans cette rentrée que de remaniement, de posture des uns et des autres, de leur amertume », se désole-t-il.  Or, « pour la CFDT, l’échéance n’est pas l’élection présidentielle de 2017 ! Notre cap et notre seul camp, ce sont les salariés et les chômeurs ».  A ce titre, le numéro un de la CFDT dresse un constat similaire aux ministres évincés en contestant « le rythme de la réduction des déficits (qui) devrait être revu » car « il est trop brutal et pèse sur le financement des politique de solidarité dont les gens ont fortement besoin ». Refusant toutefois de prendre position dans la querelle interne à la gauche (« ce n’est pas mon rôle »), Laurent Berger estime que la priorité du nouveau gouvernement doit être d’ »accélérer tout ce qui permet de créer de l’emploi ».  Il attend également de Manuel Valls, mercredi à l’université du Medef, « qu’il fixe des limites au patronat » et que ce dernier « tienne (les) engagements » pris en termes de soutien à l’emploi dans le pacte de responsabilité.

Alstom : le patron pas d’accord avec l’entrée de l’Etat

Alstom : le patron pas d’accord avec l’entrée de l’Etat

Patrick Kron se lâche pour exprimer son désaccord, d’autant plus qu’il sera bientôt invité à quitter la tête de l’entreprise. Il a avoué avoir eu  parfois des relations tendues avec le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg. « Je n’étais pas demandeur de l’entrée de l’Etat au capital », a concédé ce dernier ; En faiat patrick Kron était en faveur du rachat pur et simple par General Electric. Pour faire bonne figure il déclare : « Je crois que la solution trouvée rassure tout le monde: EDF, Areva, comme les autorités politiques », a ainsi assuré Patrick Kron, à propos de l’épineux dossier du nucléaire français. Le dirigeant s’est également voulu rassurant concernant l’emploi. « La logique est la même: nous nous appuierons sur le même dispositif industriel et financier tout en conservant les compétences des équipes françaises », a-t-il affirmé, précisant que le contrôle opérationnel, de son côté, serait assuré par General Electric. . Cerise sur le gâteau, selon lui, « il y aura demain plus de centres de décisions en France qu’il n’y en avait hier, car le centre de décision des turbines à vapeur sera basé à Belfort ».  Sur la partie transport, Patrick Kron a estimé que son entreprise n’était pas fragilisée par la nouvelle alliance franco-américaine. Et a détaillé la façon dont sera réinjecté le cash compris dans l’échange: « une partie du cash va être réinvesti dans les coentreprises, une partie remboursera de la dette, une autre sera injectée dans Alstom Transport, une quatrième sera reversée aux actionnaires », a-t-il déclaré.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol