Archive pour le Tag 'd’après'

Page 2 sur 9

Endettement : Un risque d’éclatement d’après l’OCDE

Endettement : Un risque d’éclatement d’après l’OCDE

Il est clair que la dette publique française constitue une sorte d’exemple de bombe à retardement comme le souligne l’organisation de coopération et de développement économique. Une dette qui est en train de devenir la première dépense française. Elle dépasse les 3000 milliards et représente autour de 113 % du PIB. La charge financière atteint environ 57 milliards par an . D’ici 2040, la dette pourrait atteindre 5000 milliards et la charge financière environ 100 milliards soit nettement la première dépense du budget. À ce niveau-là Les experts financiers et notamment les agences de notation pourraient envisager l’incapacité de la France à rembourser sa dette. Mais d’autres pays sont concernés car la dette publique comme privée ne cesse de progresser pour atteindre ensemble environ 250 % du PIB.

La dette publique des pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a bondi de 44% depuis vingt ans. À ce rythme, si rien n’est fait pour inverser la trajectoire, elle augmenterait encore de 60% d’ici à 2040. Une tendance intenable, alors que la croissance ralentit et que le coût des intérêts de cette dette augmente dangereusement.

«Le financement de la dette devient de plus en plus coûteux et les conditions du crédit se sont durcies», soulignait mercredi Mathias Cormann, secrétaire général de l’OCDE, qui regroupe 38 pays, lors de la présentation de ses nouvelles prévisions économiques. Celles-ci tablent sur un «atterrissage en douceur» de l’économie mondiale, avec une croissance de 2,9% cette année et 2,7% l’an prochain, sauf nouveau choc imprévu. Un niveau «bien en deçà» de la moyenne historique.

À noter que dans certains pays la date du privé est encore plus préoccupante comme en Chine par exemple. Et compte tenu de l’augmentation des charges financières liées au taux d’intérêts, nombres de pays en développement voire d’autres seront condamnés a consacré l’essentiel du budget remboursement de la dette.

Endettement : Un risque d’éclatement d’après l’OCDE

Endettement : Un risque d’éclatement d’après l’OCDE

Il est clair que la dette publique française constitue une sorte de bombe à retardement comme le souligne l’organisation de coopération et de développement économique. Une dette qui est en train de devenir la première dépense française. Elle dépasse les 3000 milliards et représente autour de 113 % du PIB. La charge financière atteint environ 57 milliards par an . D’ici 2040, la dette pourrait atteindre 5000 milliards et la charge financière environ 100 milliards soit nettement la première dépense du budget. À ce niveau-là Les experts financiers et notamment les agences de notation pourraient envisager l’incapacité de la France à rembourser sa dette.Mais d’autres pays sont concernés car la dette publique comme privée ne cesse de progresser pour atteindre ensemble environ 250 % du PIB.

La dette publique des pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a bondi de 44% depuis vingt ans. À ce rythme, si rien n’est fait pour inverser la trajectoire, elle augmenterait encore de 60% d’ici à 2040. Une tendance intenable, alors que la croissance ralentit et que le coût des intérêts de cette dette augmente dangereusement.

«Le financement de la dette devient de plus en plus coûteux et les conditions du crédit se sont durcies», soulignait mercredi Mathias Cormann, secrétaire général de l’OCDE, qui regroupe 38 pays, lors de la présentation de ses nouvelles prévisions économiques. Celles-ci tablent sur un «atterrissage en douceur» de l’économie mondiale, avec une croissance de 2,9% cette année et 2,7% l’an prochain, sauf nouveau choc imprévu. Un niveau «bien en deçà» de la moyenne historique.

À noter que dans certains pays la date du privé est encore plus préoccupante comme en Chine par exemple. Et compte tenu de l’augmentation des charges financières liées au taux d’intérêts, nombres de pays en développement voire d’autres seront condamnés a consacré l’essentiel du budget remboursement de la dette.

Endettement public : Un risque d’éclatement d’après l’OCDE

Endettement public : Un risque d’éclatement d’après l’OCDE

Il est clair que la dette publique française constitue une sorte de bombe à retardement comme le souligne l’organisation de coopération et de développement économique. Une dette qui est en train de devenir la première dépense française. Elle dépasse les 3000 milliards et représente autour de 113 % du PIB. La charge financière atteint environ 57 milliards par an . D’ici 2040, la dette pourrait atteindre 5000 milliards et la charge financière environ 100 milliards soit nettement la première dépense du budget. À ce niveau-là Les experts financiers et notamment les agences de notation pourraient envisager l’incapacité de la France à rembourser sa dette.

La dette publique des pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a bondi de 44% depuis vingt ans. À ce rythme, si rien n’est fait pour inverser la trajectoire, elle augmenterait encore de 60% d’ici à 2040. Une tendance intenable, alors que la croissance ralentit et que le coût des intérêts de cette dette augmente dangereusement.

«Le financement de la dette devient de plus en plus coûteux et les conditions du crédit se sont durcies», soulignait mercredi Mathias Cormann, secrétaire général de l’OCDE, qui regroupe 38 pays, lors de la présentation de ses nouvelles prévisions économiques. Celles-ci tablent sur un «atterrissage en douceur» de l’économie mondiale, avec une croissance de 2,9% cette année et 2,7% l’an prochain, sauf nouveau choc imprévu. Un niveau «bien en deçà» de la moyenne historique.

À noter que dans certains pays la date du privé est encore plus préoccupante comme en Chine par exemple.

Inflation: D’après Macron les prix ne baisseront plus

Inflation: D’après Macron les prix ne baisseront plus

On sait que la question du pouvoir d’achat constitue la préoccupation première des Français compte tenu de l’envol des prix depuis deux ans notamment concernant les produits essentiels. Emmanuel Macron a donc tenté de rassurer sur les prochains mois à venir.Cependant il a bien été contraint, contrairement aux affirmations régulières du ministre de l’économie de reconnaître que les prix ne pourront pas baisser.

« La moitié de nos compatriotes ont eu leur revenu qui ont suivi l’inflation (…) la moitié a été réindexé au moins sur l’inflation. C’est ce qu’on a fait », a-t-il enchaîné.

Pour autant, alors que l’inflation se révèle durable pour nombre de foyers voyant leur pouvoir d’achat se réduire, le chef de l’Etat a aussi joué la carte de la franchise :

« Les prix vont arrêter de monter mais, non, ils ne reviendront pas au niveau d’avant. »

Dès lors, se pose la question des salaires. « On va avoir des prix qui vont se stabiliser en 2024. (…) Les salaires continueront de suivre ces évolutions. Nous serons vigilants », a assuré le locataire de l’Elysée, mentionnant le dialogue avec les « partenaires sociaux » sur le sujet. On se demande à quel dialogue fait allusion le chef de l’État ?

Pour rappel, l’inflation atteindrait 5,7% en moyenne annuelle en 2023 et tomberait à 2,5% en 2024, mesurée selon l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) permettant la comparaison entre pays européens, selon la Banque de France.

Pouvoir d’achat : D’après Macron les prix ne baisseront plus

Pouvoir d’achat : D’après Macron les prix ne baisseront plus

On sait que la question du pouvoir d’achat constitue la préoccupation première des Français compte tenu de l’envol des prix depuis deux ans notamment concernant les produits essentiels. Emmanuel Macron a donc tenté de rassurer sur les prochains mois à venir.Cependant il a bien été contraint, contrairement aux affirmations régulières du ministre de l’économie de reconnaître que les prix ne pourront pas baisser.

« La moitié de nos compatriotes ont eu leur revenu qui ont suivi l’inflation (…) la moitié a été réindexé au moins sur l’inflation. C’est ce qu’on a fait », a-t-il enchaîné.

Pour autant, alors que l’inflation se révèle durable pour nombre de foyers voyant leur pouvoir d’achat se réduire, le chef de l’Etat a aussi joué la carte de la franchise :

« Les prix vont arrêter de monter mais, non, ils ne reviendront pas au niveau d’avant. »

Dès lors, se pose la question des salaires. « On va avoir des prix qui vont se stabiliser en 2024. (…) Les salaires continueront de suivre ces évolutions. Nous serons vigilants », a assuré le locataire de l’Elysée, mentionnant le dialogue avec les « partenaires sociaux » sur le sujet. On se demande à quel dialogue fait allusion le chef de l’État ?

Pour rappel, l’inflation atteindrait 5,7% en moyenne annuelle en 2023 et tomberait à 2,5% en 2024, mesurée selon l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) permettant la comparaison entre pays européens, selon la Banque de France.

Inflation : D’après Macron les prix ne baisseront plus

Inflation : D’après Macron les prix ne baisseront plus

On sait que la question du pouvoir d’achat constitue la préoccupation première des Français compte tenu de l’envol des prix depuis deux ans notamment concernant les produits essentiels. Emmanuel Macron a donc tenté de rassurer sur les prochains mois à venir.Cependant il a bien été contraint, contrairement aux affirmations régulières du ministre de l’économie de reconnaître que les prix ne pourront pas baisser.

« La moitié de nos compatriotes ont eu leur revenu qui ont suivi l’inflation (…) la moitié a été réindexé au moins sur l’inflation. C’est ce qu’on a fait », a-t-il enchaîné.

Pour autant, alors que l’inflation se révèle durable pour nombre de foyers voyant leur pouvoir d’achat se réduire, le chef de l’Etat a aussi joué la carte de la franchise :

« Les prix vont arrêter de monter mais, non, ils ne reviendront pas au niveau d’avant. »

Dès lors, se pose la question des salaires. « On va avoir des prix qui vont se stabiliser en 2024. (…) Les salaires continueront de suivre ces évolutions. Nous serons vigilants », a assuré le locataire de l’Elysée, mentionnant le dialogue avec les « partenaires sociaux » sur le sujet. On se demande à quel dialogue fait allusion le chef de l’État ?

Pour rappel, l’inflation atteindrait 5,7% en moyenne annuelle en 2023 et tomberait à 2,5% en 2024, mesurée selon l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) permettant la comparaison entre pays européens, selon la Banque de France.

La France éviterait la récession d’après la Banque de France : du pipeau

La France éviterait la récession d’après la Banque de France : du pipeau

Un nouveau bricolage méthodologique et politique des statistiques par la Banque de France qui prévoit que la France va pouvoir éviter la récession (il faut deux trimestres négatifs). Il s’agit évidemment d’une manipulation car personne ne peut prévoir le futur de la croissance à 0,1 % près. Surtout la Banque de France a sorti la même prévision pour le trimestre précédent : l’économie devait aussi progresser de 0,1 % alors qu’elle a régressé de 0,1 %. Le pronostic de la Banque de France n’a d’autre but que d’éviter statistiquement la récession à la France.

La Banque de France table sur une croissance poussive du PIB de 0,1%, au dernier trimestre 2023. L’institution a révisé très légèrement à la baisse sa projection (-0,1 point). Après un troisième trimestre négatif (-0,1%), l’économie tricolore frôle désormais la récession technique. à la baisse ses prévisions de croissance pour 2023

Après un troisième trimestre négatif, la croissance du produit intérieur brut (PIB) devrait très légèrement progresser à +0,1% en fin d’année estime la banque de France qui bricole une nouvelle fois les chiffres. La Banque de France a en effet revu à la baisse ses prévisions de croissance pour le dernier trimestre prévue initialement entre 0,1% et 0,2%. « L’activité résisterait au quatrième trimestre, grâce aux services », a analysé Olivier Garnier, directeur général de la banque centrale, lors d’un point presse.

Pour rappel, la récession technique correspond à deux trimestres consécutifs de croissance en repli. Avec l’essoufflement de l’activité sur les six derniers mois de l’année, les économistes pourraient revoir leurs chiffres annuels à la baisse. Ils seront dévoilés en début de semaine prochaine.

A l’opposé des services, l’industrie (-0,1%) et la construction (-0,3%) sont toujours dans le rouge. « Les carnets de commandes dans l’industrie sont en dessous de leurs moyennes sur 10 ans », souligne Olivier Garnier. Quant au bâtiment, les professionnels du secteur ont également enregistré un plongeon des commandes, en particulier dans le gros œuvre avec une demande au plus bas depuis 2014.

Compte tenu du poids de l’économie allemande en Europe, la poursuite de cette léthargie pourrait avoir des répercussions délétères sur toute l’économie du Vieux continent. En Italie, la croissance économique souffre également, à 0,1% au troisième trimestre, après un recul de -0,4% au deuxième trimestre. L’institut de statistiques Istat table désormais sur une hausse de 0,7% sur l’ensemble de l’année 2023. Mais l’économie italienne, fortement endettée, doit toujours faire à une démographie vieillissante et une productivité en berne.

« Des prix baissent » d’après Bruno Lemaire

« Des prix baissent » d’après Bruno Lemaire

Rebelote pour le ministre de l’économie qui annonce la baisse des prix. Une baisse qu’il avait déjà prédit pour l’été de l’année en cours et qui bien sûr n’est pas intervenue. Cette fois il se montre un peu plus prudent avec sa formule  » un certain nombre de prix baissent » mais en relativisant immédiatement avec cet autre formule « mais ne reviendront pas au niveau pré-vovid. Traduction : les prix resteront un très haut niveau car évidement l’inflation se cumule avec les inflations intérieures. Et la baisse de l’inflation ne signifie évidemment pas une baisse des prix. Interview de Jean-François Robin, directeur de la recherche chez Natixis (groupe BPCE). dans la » tribune »

Peut-on se fier à cette prévision ? Les réponses de Jean-François Robin, directeur de la recherche chez Natixis (groupe BPCE).

Va-t-on bientôt sortir de la crise inflationniste comme l’a affirmé Bruno Le Maire qui précise que nous serons sous la barre des 4% d’inflation d’ici la fin de l’année ?

JEAN-FRANÇOIS ROBIN – Nous sommes déjà passés ce jeudi sous la barre des +4%, et le ralentissement progresse assez vite. Ces chiffres valident l’idée que ce phénomène d’inflation était temporaire. Même si nous ne reviendrons pas au niveau d’avant, nous constatons une baisse plus forte que prévu de l’inflation, qui a quasiment déjà été divisée par deux ! Et ce alors que nous avons subi un choc violent avec le Covid, la guerre en Ukraine et la crise énergétique. Pour rappel, l’inflation était à +7,3% à son plus haut.

Ce qui est rassurant, c’est que les prix de l’énergie baissent, mais ce sont surtout ceux des services. Les prix de l’alimentation ont l’air de se calmer, avant même les négociations commerciales entre les distributeurs et les industriels, avancées de mars à janvier 2024. L’inflation va tout de même remonter un peu début 2024 car nous disposons d’un effet de base moins favorable : les factures d’électricité vont donc monter en janvier.


Si l’inflation reflue, les Français vont-ils le sentir concrètement dans leur porte-monnaie ou faudra-t-il encore attendre ?

Nous constatons déjà qu’un certain nombre de prix baissent nettement, comme les pâtes ou encore le beurre. De plus en plus de baisse sont à prévoir. Les prix des intrants baissent, à commencer par le blé.

Par ailleurs, la consommation n’a jamais autant baissé depuis les années 1980. Si les producteurs et distributeurs veulent continuer à vendre des produits, il faut baisser les prix.

Cependant, je ne pense pas que nous reviendrons aux prix d’avant Covid. Et notamment à cause du réchauffement climatique qui impacte les récoltes. De plus, il n’y a jamais eu autant d’embargo sur les exportations alimentaires ou sur d’autres biens. C’est la fin du commerce mondiale tel que nous le connaissons. La démondialisation va maintenir les prix élevés.


Bruno Le Maire affirme que « l’inflation est vaincue » mais ce n’est pas du tout le discours de la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde…

Si l’inflation va remonter en début d’année, nous anticipons qu’elle baissera par la suite. La BCE est donc dans son rôle, car comme le marché prévoit une baisse des taux d’intérêt, il faut calmer les anticipations qui peuvent induire concrètement une baisse. C’est un phénomène auto-réalisateur.

La BCE doit donc se dire que les conditions monétaires se détendent trop vite même si ce n’est pas mon avis. Notre scénario chez Natixis, c’est d’avoir des baisses fortes dès 2024 de la part de la BCE, car l’inflation va continuer de baisser. La BCE a alors intérêt à baisser ses taux d’intérêt pour ne pas mener une politique monétaire à contre-sens.

Les hausses de taux sont derrière nous, en sachant que les effets de ces augmentations ne sont pas encore ressentis dans l’économie. Chez Natixis, on anticipe une première baisse avant l’été 2024, au mois de juin plus précisément.

L’inflation peut peser négativement sur la croissance. Bruno Le Maire maintient sa prévision à 1,4% en 2023 et une croissance positive en 2024. Qu’en pensez-vous
?

Ces prévisions paraissent élevées, après ce n’est pas délirant. Car si les prix baissent, les Français vont regagner du pouvoir d’achat. Comme il y a beaucoup d’épargne disponible, ils auront de quoi dépenser. De plus, les salaires continuent de monter, dans une moindre mesure comparée à l’année dernière, et on continue à créer de l’emploi.

Peut-être que Bruno Le Maire est optimiste mais honnêtement avec Bercy, ils ont été les meilleurs prévisionnistes pour 2023. Alors que tout le monde prévoyait une récession, les chiffres doivent s’établir a priori entre 0,8% et 1%. Pour rejoindre le ministre de l’Economie, je pense que la croissance en 2024 sera meilleure qu’en 2023.

Un « certain nombre de prix baissent » d’après Bruno Lemaire

Un « certain nombre de prix baissent » d’après Bruno Lemaire

Rebelote pour le ministre de l’économie qui annonce la baisse des prix. Une baisse qu’il avait déjà prédit pour l’été de l’année en cours et qui bien sûr n’est pas intervenue. Cette fois il se montre un peu plus prudent avec sa formule  » un certain nombre de prix baissent » mais en relativisant immédiatement avec cet autre formule « mais ne reviendront pas au niveau pré-vovid. Traduction : les prix resteront un très haut niveau car évidement l’inflation se cumule avec les inflations intérieures. Et la baisse de l’inflation ne signifie évidemment pas une baisse des prix. Interview de Jean-François Robin, directeur de la recherche chez Natixis (groupe BPCE). dans la » tribune »

Peut-on se fier à cette prévision ? Les réponses de Jean-François Robin, directeur de la recherche chez Natixis (groupe BPCE).

Va-t-on bientôt sortir de la crise inflationniste comme l’a affirmé Bruno Le Maire qui précise que nous serons sous la barre des 4% d’inflation d’ici la fin de l’année ?

JEAN-FRANÇOIS ROBIN – Nous sommes déjà passés ce jeudi sous la barre des +4%, et le ralentissement progresse assez vite. Ces chiffres valident l’idée que ce phénomène d’inflation était temporaire. Même si nous ne reviendrons pas au niveau d’avant, nous constatons une baisse plus forte que prévu de l’inflation, qui a quasiment déjà été divisée par deux ! Et ce alors que nous avons subi un choc violent avec le Covid, la guerre en Ukraine et la crise énergétique. Pour rappel, l’inflation était à +7,3% à son plus haut.

Ce qui est rassurant, c’est que les prix de l’énergie baissent, mais ce sont surtout ceux des services. Les prix de l’alimentation ont l’air de se calmer, avant même les négociations commerciales entre les distributeurs et les industriels, avancées de mars à janvier 2024. L’inflation va tout de même remonter un peu début 2024 car nous disposons d’un effet de base moins favorable : les factures d’électricité vont donc monter en janvier.


Si l’inflation reflue, les Français vont-ils le sentir concrètement dans leur porte-monnaie ou faudra-t-il encore attendre ?

Nous constatons déjà qu’un certain nombre de prix baissent nettement, comme les pâtes ou encore le beurre. De plus en plus de baisse sont à prévoir. Les prix des intrants baissent, à commencer par le blé.

Par ailleurs, la consommation n’a jamais autant baissé depuis les années 1980. Si les producteurs et distributeurs veulent continuer à vendre des produits, il faut baisser les prix.

Cependant, je ne pense pas que nous reviendrons aux prix d’avant Covid. Et notamment à cause du réchauffement climatique qui impacte les récoltes. De plus, il n’y a jamais eu autant d’embargo sur les exportations alimentaires ou sur d’autres biens. C’est la fin du commerce mondiale tel que nous le connaissons. La démondialisation va maintenir les prix élevés.


Bruno Le Maire affirme que « l’inflation est vaincue » mais ce n’est pas du tout le discours de la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde…

Si l’inflation va remonter en début d’année, nous anticipons qu’elle baissera par la suite. La BCE est donc dans son rôle, car comme le marché prévoit une baisse des taux d’intérêt, il faut calmer les anticipations qui peuvent induire concrètement une baisse. C’est un phénomène auto-réalisateur.

La BCE doit donc se dire que les conditions monétaires se détendent trop vite même si ce n’est pas mon avis. Notre scénario chez Natixis, c’est d’avoir des baisses fortes dès 2024 de la part de la BCE, car l’inflation va continuer de baisser. La BCE a alors intérêt à baisser ses taux d’intérêt pour ne pas mener une politique monétaire à contre-sens.

Les hausses de taux sont derrière nous, en sachant que les effets de ces augmentations ne sont pas encore ressentis dans l’économie. Chez Natixis, on anticipe une première baisse avant l’été 2024, au mois de juin plus précisément.

L’inflation peut peser négativement sur la croissance. Bruno Le Maire maintient sa prévision à 1,4% en 2023 et une croissance positive en 2024. Qu’en pensez-vous
?

Ces prévisions paraissent élevées, après ce n’est pas délirant. Car si les prix baissent, les Français vont regagner du pouvoir d’achat. Comme il y a beaucoup d’épargne disponible, ils auront de quoi dépenser. De plus, les salaires continuent de monter, dans une moindre mesure comparée à l’année dernière, et on continue à créer de l’emploi.

Peut-être que Bruno Le Maire est optimiste mais honnêtement avec Bercy, ils ont été les meilleurs prévisionnistes pour 2023. Alors que tout le monde prévoyait une récession, les chiffres doivent s’établir a priori entre 0,8% et 1%. Pour rejoindre le ministre de l’Economie, je pense que la croissance en 2024 sera meilleure qu’en 2023.

Faut-il s’attendre au pire concernant la note de la dette française de l’agence américaine Standard & Poor’s, qui doit sortir ce vendredi ?

Pourquoi l’inflation va autant baisser ? Est-ce grâce à la politique monétaire de la BCE ?

Pour être provoquant, la baisse de l’inflation n’est pas dû à la politique monétaire de la BCE. C’est davantage la politique énergétique de l’Europe, qui a fait baisser les prix. L’Union Européenne s’est organisée pour repenser ses circuits énergétiques car elle dépendait de la Russie. Elle a de plus accéléré sa transition énergétique. En France, nous sommes redevenus exportateur d’électricité et nous avons reconstitué nos stocks de gaz. L’énergie n’est aujourd’hui plus un facteur d’inflation.

La seule chose que la BCE a impacté, c’est l’immobilier. Les dix hausses de taux consécutives ont mis un sacré coup au marché immobilier européen : les prix baissent partout, et la capacité d’emprunt des ménages a été fortement dégradée. L’institution monétaire combat un choc de demande qui n’existe pas, elle réagit à un choc d’offre…
Propos recueillis par Margot Ruault

Dette publique : Un risque d’éclatement d’après l’OCDE

Dette publique : Un risque d’éclatement d’après l’OCDE

Il est clair que la dette publique française constitue une sorte de bombe à retardement comme le souligne l’organisation de coopération et de développement économique. Une dette qui est en train de devenir la première dépense française. Elle dépasse les 3000 milliards et représente autour de 113 % du PIB. La charge financière atteint environ 57 milliards par an . D’ici 2040, la dette pourrait atteindre 5000 5000 milliards et la charge financière environ 100 milliards soit nettement la première dépense du budget. À ce niveau-là Les experts financiers et notamment les agences de notation pourraient envisager l’incapacité de la France à rembourser sa dette.

La dette publique des pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a bondi de 44% depuis vingt ans. À ce rythme, si rien n’est fait pour inverser la trajectoire, elle augmenterait encore de 60% d’ici à 2040. Une tendance intenable, alors que la croissance ralentit et que le coût des intérêts de cette dette augmente dangereusement.

«Le financement de la dette devient de plus en plus coûteux et les conditions du crédit se sont durcies», soulignait mercredi Mathias Cormann, secrétaire général de l’OCDE, qui regroupe 38 pays, lors de la présentation de ses nouvelles prévisions économiques. Celles-ci tablent sur un «atterrissage en douceur» de l’économie mondiale, avec une croissance de 2,9% cette année et 2,7% l’an prochain, sauf nouveau choc imprévu. Un niveau «bien en deçà» de la moyenne historique.

Budget 2024: La France en dehors des clous d’après Bruxelles

Budget 2024: La France en dehors des clous d’après Bruxelles


Comme c’était prévisible, et contrairement aux affirmations du ministre de l’économie le budget de 2024 manque sérieusement de rigueur. La vérité, c’est que les dépenses continuent, que le déficit s’accroît et que la dette enfle à des niveaux incompatibles avec les objectifs de l’Europe.

vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, a déclaré que la France mais aussi la Belgique, la Croatie et la Finlande, « risquent de ne pas être en ligne avec les recommandations » budgétaires de l’Union européenne pour l’an prochain, en raison de dépenses publiques excessives. Autrement dit, ces quatre pays doivent « réduire les dépenses » pour respecter les limites européennes, lesquelles fixent deux plafonds à ne pas dépasser : celui du déficit public à 3% du produit intérieur brut (PIB) et celui de la dette publique à 60% du PIB.

Théoriquement d’après le ministre français de l’économie le déficit du budget sera limité à 4,4 % du produit intérieur brut après environ 5 % en 2023. L’objectif serait de le ramener à 3 % en 2027. L’endettement resterait stable à 109,7% du PIB en 2024, pour atteindre 108,1% en fin de quinquennat. Pour la première fois depuis 2015, les dépenses totales de l’Etat diminuent en 2024, de 4 milliards d’euros par rapport à 2023, à 491 milliards d’euros. Mais il s’agit d’une prévision et l’expérience démontre que les dépenses réelles ont toujours dépassé les objectifs

Outre les quatre pays épinglés mardi, Paolo Gentiloni a souligné que neuf autres Etats membres n’étaient « pas complètement en ligne » avec les recommandations, dont l’Allemagne qui est appelée, comme la France, à supprimer « dès que possible » les mesures d’aides adoptées pour réduire les factures énergétiques des ménages et entreprises.

Confronté à une dette qui a dépassé les 3.000 milliards d’euros et à un déficit largement hors des clous européens, le gouvernement a voulu donner des gages de sérieux en dévoilant fin septembre son projet de loi de finances pour 2024. Au moins 16 milliards d’euros économies sont prévus, résultant pour leur plus grande part de la fin de mesures exceptionnelles, comme le bouclier tarifaire pour l’électricité. Pour le budget 2025, le gouvernement prévoit 12 milliards d’euros d’économies supplémentaires. Sans doute une nouvelle promesse de coiffeur.

Société-En Allemagne, tous les musulmans doivent condamner le Hamas d’après le gouvernement

Société-En Allemagne, tous les musulmans doivent condamner le Hamas d’après le gouvernement

Comme d’habitude, l’Allemagne ne transige pas avec la sécurité d’Israël et ne joue pas comme d’autres pays l’équilibrisme pour contenter tout le monde dans les pires contradictions. En effet, certains pays et certaines forces politiques mettent sur le même pied d’égalité la responsabilité du Hamas et Israël dans le conflit engagé depuis le 7 octobre. Une manière de se concilier les opinions les plus contradictoires. Un manque évidemment de courage, de pertinence et de lucidité.

La ministre allemande de l’Intérieur a appelé ce mardi 21 novembre les organisations musulmanes en Allemagne à condamner clairement les attaques lancées par le Hamas le 7 octobre contre Israël, tout en mettant en garde contre tout racisme anti-musulmans. «J’attends des organisations musulmanes qu’elles se positionnent clairement et prennent leur responsabilité dans la société», a déclaré Nancy Faeser. «Cela doit être clair, nous sommes aux côtés d’Israël», a-t-elle ajouté.

Environ 5,5 millions de personnes de confession musulmane vivent en Allemagne, dont la moitié possède la nationalité allemande, selon la conférence de l’islam allemand, instance de coopération entre le gouvernement allemand et les organisations musulmanes. Les musulmans représentent 6,6% de la population du pays, un pourcentage qui fait d’eux le deuxième plus gros groupe religieux, derrière les chrétiens (toutes Églises confondues) qui sont 45 millions, soit la moitié de la population en Allemagne.

Budget et dettes: La France en dehors des clous d’après Bruxelles

Budget et dettes: La France en dehors des clous d’après Bruxelles


Comme c’était prévisible et contrairement aux affirmations du ministre de l’économie, le budget de 2024 manque sérieusement de rigueur. La vérité, c’est que les dépenses continuent, que le déficit s’accroît et que la dette enfle à des niveaux incompatibles avec les objectifs de l’Europe.

vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, a déclaré que la France mais aussi la Belgique, la Croatie et la Finlande, « risquent de ne pas être en ligne avec les recommandations » budgétaires de l’Union européenne pour l’an prochain, en raison de dépenses publiques excessives. Autrement dit, ces quatre pays doivent « réduire les dépenses » pour respecter les limites européennes, lesquelles fixent deux plafonds à ne pas dépasser : celui du déficit public à 3% du produit intérieur brut (PIB) et celui de la dette publique à 60% du PIB.

Théoriquement d’après le ministre français de l’économie le déficit du budget sera limité à 4,4 % du produit intérieur brut après environ 5 % en 2023. L’objectif serait de le ramener à 3 % en 2027. L’endettement resterait stable à 109,7% du PIB en 2024, pour atteindre 108,1% en fin de quinquennat. Pour la première fois depuis 2015, les dépenses totales de l’Etat diminuent en 2024, de 4 milliards d’euros par rapport à 2023, à 491 milliards d’euros. Mais il s’agit d’une prévision et l’expérience démontre que les dépenses réelles ont toujours dépassé les objectifs

Outre les quatre pays épinglés mardi, Paolo Gentiloni a souligné que neuf autres Etats membres n’étaient « pas complètement en ligne » avec les recommandations, dont l’Allemagne qui est appelée, comme la France, à supprimer « dès que possible » les mesures d’aides adoptées pour réduire les factures énergétiques des ménages et entreprises.

Confronté à une dette qui a dépassé les 3.000 milliards d’euros et à un déficit largement hors des clous européens, le gouvernement a voulu donner des gages de sérieux en dévoilant fin septembre son projet de loi de finances pour 2024. Au moins 16 milliards d’euros économies sont prévus, résultant pour leur plus grande part de la fin de mesures exceptionnelles, comme le bouclier tarifaire pour l’électricité. Pour le budget 2025, le gouvernement prévoit 12 milliards d’euros d’économies supplémentaires. Sans doute une nouvelle promesse de coiffeur.

Social – Hausse du niveau de vie des Français en 2022….. d’après l’INSEE !

Social – Hausse du niveau de vie des Français en 2022….. d’après l’INSEE !

Sans doute par un miracle méthodologique, l’INSEE déclare que le niveau de vie des Français aurait augmenté de près de 200 € en moyenne en 2022 et cela en dépit de l’inflation. Il est clair que les statisticiens distingués de l’INSEE ne doivent pas faire leurs courses et leurs achats aux mêmes endroits que la plupart des autres Français. Il y a notamment une sous-estimation chronique de la hausse des produits de consommation courante. Cette sous-estimation tient aussi à la modification de la structure et du volume des achats des Français. Les consommateurs ont en effet modifié la nature et l’ampleur de leurs dépenses alors que l’indice INSEE des prix, lui, continue de prendre en compte des prix de produits que les Français n’achètent plus ou en tout cas moins. Il y a évidemment l’effet de l’augmentation de l’énergie aussi bien pour le transport que pour le chauffage.

D’après l’INSEE, niveau de vie des Français a augmenté de 190 euros en moyenne en 2022 malgré l’inflation. Les mesures socio-fiscales mises en oeuvre par l’exécutif ont permis d’amortir une partie du choc lié à l’inflation, selon l’Insee. Mais derrière cette moyenne, des disparités criantes apparaissent. Les classes moyennes ont ainsi bénéficié d’une hausse du niveau de vie (+70 euros) bien inférieures à celle des plus aisés (+280 euros) ou des plus modestes (360 euros).

Avec des calculs sans doute de coin de table, les statisticiens de l’INSEE estiment qu’avec

les chèques énergie, les indemnités carburant, la prime exceptionnelle de rentrée, la suppression de la taxe d’habitation, les Français ont bénéficié de mesures à la fois exceptionnelles et pérennes.

Au total, tous ces dispositifs ont permis un bond du revenu disponible des ménages français de 8,4 milliards d’euros, selon l’ouvrage de référence Portrait social de la France dévoilé par l’Insee ce jeudi 23 novembre.

Sur ce total, 4,6 milliards d’euros correspondent à des mesures exceptionnelles et 3,7 milliards d’euros à des mesures pérennes. Résultat, le niveau de vie des Français a augmenté de 190 euros, soit +0,7% en 2022. Mais derrière cette moyenne, il existe des disparités spectaculaires. « Les gains de niveau de vie sont plus importants pour les premiers niveaux de vie. Ils diminuent ensuite jusqu’au sixième décile. Ils réaugmentent ensuite dans le haut de la distribution », a déclaré Sylvie Le Minez, cheffe de l’Unité des études démographiques et sociales lors d’un point presse.

L’autre résultat marquant de la publication phare de l’Insee est que l’explosion des prix a provoqué une hausse des dépenses supplémentaires de 1.320 euros en moyenne par personne sur l’année. Cette hausse importante n’a cependant pas frappé les ménages de la même manière. « Rapportées au niveau de vie, ces augmentations pèsent davantage chez les plus modestes que chez les plus aisés. L’ampleur du choc est plus de deux fois plus grande pour les 10 % les plus modestes que pour les 10 % les plus aisés », soulignent les statisticiens dans leur ouvrage.

Le relèvement des niveaux de vie a certes permis de compenser une vaste partie de cette hausse en moyenne. Mais les plus modestes ont malgré tout subi un choc d’inflation plus marqué que les autres catégories. Chez les plus aisés, la hausse du niveau de vie a même surcompensé (+110) les dépenses supplémentaires liées à l’inflation. Les économistes expliquent cette surcompensation par une hausse des revenus du patrimoine particulièrement élevée.

A l’opposé, certaines mesures d’amortissement (revalorisation des allocations d’assurance-chômage, +2,9% ; de l’indice des fonctionnaires, + 3,5% ; primes) ont augmenté moins vite que l’inflation ou n’ont pas permis de compenser l’envolée des prix. Pour 2023 et 2024, l’indice des prix devrait marquer le pas dans l’Hexagone. Mais la fermeture du robinet des aides pourrait mettre en difficulté de nombreux ménages.

Déficit et dettes–: La France en dehors des clous d’après Bruxelles

Déficit et dettes–: La France en dehors des clous d’après Bruxelles


Comme c’était prévisible et contrairement aux affirmations du ministre de l’économie, le budget de 2024 manque sérieusement de rigueur. La vérité, c’est que les dépenses continuent, que le déficit s’accroît et que la dette enfle à des niveaux incompatibles avec les objectifs de l’Europe.

vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, a déclaré que la France mais aussi la Belgique, la Croatie et la Finlande, « risquent de ne pas être en ligne avec les recommandations » budgétaires de l’Union européenne pour l’an prochain, en raison de dépenses publiques excessives. Autrement dit, ces quatre pays doivent « réduire les dépenses » pour respecter les limites européennes, lesquelles fixent deux plafonds à ne pas dépasser : celui du déficit public à 3% du produit intérieur brut (PIB) et celui de la dette publique à 60% du PIB.

Théoriquement d’après le ministre français de l’économie le déficit du budget sera limité à 4,4 % du produit intérieur brut après environ 5 % en 2023. L’objectif serait de le ramener à 3 % en 2027. L’endettement resterait stable à 109,7% du PIB en 2024, pour atteindre 108,1% en fin de quinquennat. Pour la première fois depuis 2015, les dépenses totales de l’Etat diminuent en 2024, de 4 milliards d’euros par rapport à 2023, à 491 milliards d’euros. Mais il s’agit d’une prévision et l’expérience démontre que les dépenses réelles ont toujours dépassé les objectifs

Outre les quatre pays épinglés mardi, Paolo Gentiloni a souligné que neuf autres Etats membres n’étaient « pas complètement en ligne » avec les recommandations, dont l’Allemagne qui est appelée, comme la France, à supprimer « dès que possible » les mesures d’aides adoptées pour réduire les factures énergétiques des ménages et entreprises.

Confronté à une dette qui a dépassé les 3.000 milliards d’euros et à un déficit largement hors des clous européens, le gouvernement a voulu donner des gages de sérieux en dévoilant fin septembre son projet de loi de finances pour 2024. Au moins 16 milliards d’euros économies sont prévus, résultant pour leur plus grande part de la fin de mesures exceptionnelles, comme le bouclier tarifaire pour l’électricité. Pour le budget 2025, le gouvernement prévoit 12 milliards d’euros d’économies supplémentaires. Sans doute une nouvelle promesse de coiffeur.

12345...9



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol