Archive pour le Tag 'croisannce'

Croissance : pas de reprise en 2015 (OFCE)

Croissance : pas de reprise en 2015 (OFCE)

 

Selon l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques), la France devrait afficher une croissance de 0,4% de son produit intérieur brut cette année, puis de 1,1% en 2015, Donc une croissance très insuffisante pour faire diminuer le chômage puisqu’il  faudrait une croissance de l’ordre de 1.5%.  Si la baisse du pétrole et de l’euro vont soutenir la croissance l’an prochain, la politique budgétaire aura toujours un impact négatif. En outre, la désinflation entraîne une hausse des taux d’intérêt réels, préjudiciable elle aussi à l’expansion. Le PIB n’augmenterait donc pas beaucoup plus de 1% l’an prochain,  L’institut de recherche économique OFCE prévoit une amélioration de la croissance économique en France l’an prochain, mais pas à un niveau suffisant pour faire baisser le chômage ou résorber significativement le déficit public. Les prévisions de l’institut sont proches de celles du gouvernement, qui s’attend à une progression du PIB de 0,4% cette année et de 1% l’an prochain, tout comme le FMI et l’OCDE. En tout état de cause, cette progression serait insuffisante pour enrayer la hausse du chômage, estime Xavier Timbeau, directeur du département analyse et prévision, qui estime à 1,5% le niveau de croissance qui permettrait de « stabiliser » le taux de chômage. L’institut table ainsi sur un taux de chômage de 9,8% l’an prochain, après 9,7% cette année. Et il estime que le déficit public ne devrait que faiblement se résorber, à 4,3% en 2015 après 4,5% cette année. Des chiffres encore une fois proches des prévisions du gouvernement, qui vise 4,4% en 2014 et 4,3% en 2015. Au-delà des frontières, c’est l’ensemble de la zone euro qui peine à renouer avec la croissance, ce qui en fait « le boulet de l’économie mondiale », souligne M. Timbeau. L’OFCE voit le PIB de cette région augmenter de 0,8% cette année (soit 0,5 point de moins que sa précédente prévision, en avril) et de 1,3% en 2015 (-0,3 point). Ainsi que le souligne Eric Heyer, « tous les organismes internationaux font  l’hypothèse que des coupes dans les dépenses ont un effet plus restrictif sur l’économie que les hausses d’impôts ». Ces coupes joueront donc fortement en 2015, la politique budgétaire amputant la croissance par ailleurs, « le mouvement de désinflation entraîne une hausse des taux d’intérêt réels », c’est-à-dire des taux d’intérêt hors inflation, qui efface les bénéfices de la réduction observée des taux nominaux », soulignent les experts.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol