Archive pour le Tag 'crise'

Page 3 sur 18

Economie française: une crise durable

Economie française: une crise durable

 

L’INSEE existe estime actuellement que l’économie est à moitié paralysée. Ce que confirme le nombre de chômeurs partiels qui dépassent maintenant 10 millions, soi t à peu près la moitié du nombre de salariés du privé. Il y a de toute évidence une crise de l’offre  puisque la production et la commercialisation est arrêtée dans de nombreux secteurs. Mais à cette crise de l’offre pourrait succéder une crise de la demande même après le déconfinement. On sait en effet que l’économie française repose essentiellement sur la consommation des ménages ; actuellement cette consommation des ménages et amputer de plus de 30 %. Les consommateurs se recentent sur les besoins vitaux . Sont notamment différées des dépenses relatives à des biens d’équipement et à des services .

La reprise sera forcément très progressive et exigera sans doute plusieurs mois. En effet après la crise sanitaire, viendra une énorme crise sociale découlant de la défaillance de nombre d’entreprises notamment des PME. Une situation susceptible d’affecter de manière sensible le pouvoir moyen d’achat des ménages et surtout de créer un climat d’incertitudes qui rendra les consommateurs très prudents en matière de dépenses.

Pour l’Insee, dans la mesure où la reprise de l’activité “ne sera a priori pas immédiate et sera probablement d’autant plus lente que la durée du confinement aura été importante”, l’impact global de cette quasi-paralysie de l’économie française sera “certainement supérieur” à l’estimation d’une perte de richesse nationale de trois points de produit intérieur brut (PIB) annuel par mois de confinement. En clair, la baisse de croissance pourrait dépasser notoirement les prévisions du gouvernement

Dans ses dernières prévisions – toujours susceptibles d’être revues – le gouvernement table sur une contraction de 8% de l’économie française cette année, une récession sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les enquêtes de conjoncture réalisées au mois d’avril confirment le décrochage de l’activité, ainsi que de la confiance des entreprises.

L’Insee signale une chute mensuelle record du climat des affaires, qui a atteint en avril un plus bas depuis le début de cette série statistique en 1980 et constate que les entreprises sont “unanimement pessimistes (…) en particulier (dans le secteur) de

pour redonner confiance aux acteurs économiques, les gouvernements et les institutions comptent sur une reprise en 2021. Mais une reprise qui pourrait ne pas être à la hauteur des espérances si l’ampleur des défaillance pèse sur le moral des acteurs économiques Pour l’Insee, malgré des pertes de revenus, le taux d’épargne global des ménages devrait grimper ponctuellement du fait de la baisse de la consommation pendant le confinement.

“Il y a une perspective (de rebond) dès lors que nous aurons ancré la confiance des ménages pour qu’ils utilisent cette épargne supplémentaire et (…) que nous saurons accompagner les entreprises” de façon plus sélective une fois la phase de choc passée, a observé François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France

Mais une inversion de l’arbitrage entre épargne et consommation – traditionnel moteur de la croissance de l’économie française – nécessitera une amélioration de la confiance des ménages à l’égard de la situation économique, fortement dépendante de la situation sanitaire.

“A l’incertitude sur le scénario sanitaire, qui n’augure pas d’un rebond économique rapide, s’ajoute donc l’incertitude sur le comportement des ménages et des entreprises dans ce contexte inédit”, note l’Insee.

« Ouvrir l’espace de la gestion de crise au corps social »

« Ouvrir l’espace de la gestion de crise au corps social »

Olivier Nay, Professeur de science politique à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Louis Pizarro, Maître de conférences à Sciences Po

considèrent que  la société doit être impliquées pour faire remonter les attentes sociales, éclairer les décisions publiques et engager les débats de l’après-Covid. (Tribune au Monde )

Tribune.

 

« L’urgence sanitaire a pu justifier, pendant un temps, de confier à un petit groupe de scientifiques la responsabilité immense de guider le politique. L’urgence sociétale est aujourd’hui d’impliquer dans la décision publique les acteurs de la société qui au quotidien sont engagés dans la lutte contre la pandémie.

De nombreuses questions sociales ont émergé dans la mobilisation contre le Covid-19. Les premières enquêtes révèlent que les catégories situées au bas de l’échelle sociale sont surexposées : inégalités sociales, économiques et territoriales se cumulent pour provoquer une crise sanitaire d’une cruelle injustice, loin de l’idée initialement répandue d’un virus socialement aveugle.

Par ailleurs, durant l’état d’urgence, les mesures de confinement et la probabilité forte d’une surveillance sanitaire par le traçage des données personnelles posent la question du difficile équilibre entre sécurité et libertés. La crise sanitaire justifie, certes, une politique exceptionnelle, mais elle ouvre aussi des interrogations éthiques et juridiques relatives au respect de la vie privée.

 

Enfin, le temps du confinement n’a pas permis la remontée des attentes sociales vers les lieux de la décision centrale. Face à un discours de crise monopolisé par l’exécutif et les scientifiques, les organisations de la démocratie sanitaire n’ont pas pu jouer leur rôle d’intermédiaire entre les citoyens et le pouvoir. La prise de parole s’est déplacée sur les réseaux sociaux, où contre-discours, fausses vérités et rumeurs circulent sans filtre. Le risque est que se renforce le sentiment d’une coupure entre le peuple confiné et les élites qui gèrent la crise depuis la capitale. La confiance continue de s’éroder. 

La polémique autour des traitements à base d’hydroxychloroquine est symptomatique de l’opposition qui se creuse entre, d’un côté, une « science savante » considérée comme abstraite, hors-sol, parisienne, élitiste et liée à la parole politique, et d’un autre côté, une « science du bon sens », concrète, expérimentale, provinciale, incarnée par la figure épique d’un docteur Raoult. Les réseaux sociaux deviennent le nouveau lieu de la controverse savante, entretenue par les avis en série donnés par des médecins, des élus et des célébrités… bien loin des lieux du débat scientifique. »

Le PIB est obsolète dans le contexte de la crise

Le PIB est obsolète dans le contexte de la crise

. Expert et consultant en Finance, Marc Verspyck  estime  dans la Tribune PIB n’est pas le bon indicateur pour mesurer la profondeur de la crise : avec des Etats qui mobilisent massivement leur « bilan », lèvent abondement de la dette, subventionnent le chômage partiel,… il nous faut suivre des indicateurs plus « physiques » et réfléchir à ceux qui nous aideraient à appréhender le « new after ». Reste à identifier ceux qui seraient plus pertinents.

 

« De nombreux chiffres circulent sur les effets de la crise sanitaire du Covid 19 en matière économique : on évoque 3% d’impact mensuel sur le PIB, on relativise en évoquant des effets de rattrapage possible, on discute des modifications de comportements qui altéreraient les équilibres (consommation et productions plus locales, télétravail,..) et on s’interroge sur les conséquences indirectes non paramétrées (commerce mondial, prix des matières premières).

Mais une difficulté de taille apparaît : comment appréhender dans les calculs macro-économiques des actions – justifiées – des Etats ? Comment mesurer un PIB « nettoyé » des subventions (chômage partiel, reports de paiement d’impôts) et non corrigé des effets positifs des prêts et garanties étatiques et para-étatiques ? On comprend bien que le PIB se dégraderait bien davantage sans ces mesures : non pas – 8% annuels, mais – 30% ?

Il serait effectivement possible d’évaluer, en parallèle du PIB, les encours de dettes publiques et parapubliques qui se créent – en les imputant uniquement aux mesures conjoncturelles de lutte contre la récession. Mais mesure-t-on réellement les encours de garanties et les mécanismes européens ? Comment intégrer le facteur temps, avec des dettes de maturités différentes ?

Aussi, pour prendre la mesure de la gravité de la crise et pour mieux accompagner sa sortie, des indicateurs plus « physiques » pourraient utilement identifiés et analysés. Et nous ne sommes pas à court de chiffres, grâce aux multiples instituts qui travaillent sur le sujet.

Des « familles » d’indicateurs sont envisageables. La première serait l’emploi (au-delà des chiffres classiques de d’offres d’emploi, de chômeurs et de chômeurs partiels couverts par le dispositif de Mars 2020, le risque porte sur un frein à de l’apprentissage et de l’alternance). La deuxième porterait sur la production (avec un focus spécifique sur les niveaux de consommation d’électricité et de pétrole).  Les investissements des entreprises et la consommation des ménages sont en général bien mesurés par l’INSEE. Enfin l’évolution de l’épargne (risque d’augmentation d’un sur-épargne de prudence au détriment de la consommation). Nul doute que nous aurons besoin de mesures de relance complémentaires ; elles auront besoin d’être ciblées, mesurables et réversibles : pour cela des indicateurs doivent être posés au préalable et nous sortir d’un logique englobante du PIB.

Pour autant, les enjeux vont au-delà des indicateurs traditionnels : « a new after », comme certains libellent nos lendemains incertains, préfigure que les comportements des acteurs économiques évolueront dans des directions inconnues, que des mutations engagées vont s’accélérer alors que des tendances peuvent s’inverser (relocalisations). Il sera donc intéressant de suivre le pourcentage de consommation locale, des indices de déplacement, le taux de télétravail, les décisions d’investissement/relocalisation, le nombre de consultations médicales, nombre de créations d’entreprise,… Chaque entreprise dans son secteur pourrait établir une liste et analyser son éco-système de manière anticipée. Les fédérations professionnelles pourraient prendre le leadership et aider les secteurs à prendre la mesure de ces changements.

Se pose enfin la question de la mesure de la dette. Dette publique, dette garantie, dette d’entreprise. Le bilan de la BPI sera une bonne lecture – mais la transparence et l’exigence d’un bon « pilotage économique » impose que nous disposions de l’encours des prêts garantis par l’Etat, à un rythme mensuel. »

« Crise sanitaire : la faillite du système politico-administratif».

« Crise sanitaire : la faillite du système politico-administratif».

 « Le  trop d’Etat ne marche pas… La solution ne peut donc pas être de doubler la dose », estime Rafik Smati, président d’Objectif France et entrepreneur dans une tribune de l’Opinion

 » déroute. Le Covid-19 a révélé la monumentale défaillance de l’appareil politico-administratif dans la protection des Français. Qui découvrent que, malgré les impôts et taxes les plus élevés de la planète en proportion du revenu national, l’Etat a liquidé son stock stratégique de masques. Alors que son maintien n’aurait pourtant coûté que 50 millions d’euros, dix fois moins que les remboursements annuels des cures thermales, ou une portion infime de la fraude à la carte Vitale. Comment en est-on à ce point arrivé à sacrifier l’essentiel et à privilégier l’accessoire ?

« Puisque ces pénuries nous dépassent, feignons de les croire sans importance. » Le personnel de soins ressemble à des soldats montant en première ligne tandis que leur état-major racontait que les casques et le renseignement ne servaient à rien. « Comment est-ce possible ? » ne peut-on que se demander. Ou « mais où passé le pognon ? » pour reprendre une exclamation du début des Gilets jaunes.

Risque crédible. Qu’on ne vienne pas prétendre que le Covid-19 constituait un événement impensable, impossible à anticiper. Une pandémie représente un risque tout aussi crédible que ces guerres que nos armées sont chargées de préparer. En 2010, j’avais moi-même évoqué ce risque dans un livre, Vers un capitalisme féminin. En tant que chef d’entreprise, j’avais préparé un « plan pandémie ». Le jour où le président de la République serrait des milliers de mains au salon de l’Agriculture, je réunissais mes collaborateurs pour leur demander de cesser de se saluer…

Il ne s’agit évidemment pas de se livrer à une querelle politicienne pouvant fragiliser l’union nationale actuelle. Le personnel soignant témoigne d’un dévouement et d’un courage sans faille, les maires sont à la manœuvre, la société civile et les entreprises, grandes et petites, font preuve de résilience, d’initiative et de solidarité. Des PME qui avaient, elles, anticipé une pandémie, offrent des équipements (c’est le cas de mon entreprise), à rebours des clichés sur l’égoïsme du secteur privé, reconvertissent des lignes de production ou conçoivent des respirateurs bon marché. Partout, on coud des masques, on s’entraide, on improvise, on fait preuve d’une agilité remarquable.

Ni aveuglement, ni silence. Mais si le peuple est rassemblé, il ne donne pas pour autant un chèque en blanc à l’exécutif. L’union sacrée n’implique ni l’aveuglement, ni le silence.

S’il est préférable d’attendre la fin de l’épidémie pour déterminer les fautes individuelles et exiger que des comptes soient rendus, il est un procès qui ne peut attendre : celui de ce logiciel qui a spectaculairement « bugué », de l’appareil politico-administratif, de cette bulle technocratique en pleine Berezina. Ce souverain immense et tutélaire qui « couvre la surface de la société d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes » dont parlait Tocqueville, mais qui a clairement échoué à nous protéger.

«Notre vieux contrat social “d’accord, nous payons beaucoup d’impôts mais pour des services publics gratuits que le monde entier nous envie” ne s’est pas montré à la hauteur»

Etat stratège myope, Etat providence impécunieux, Etat régalien désarmé… Une administration perfectionniste, à la lourdeur des procédures d’homologation, notamment par les Agences régionales de santé, et à un organigramme de l’administration centrale de la santé hallucinant de complexité. Une accumulation de strates de décision attachées avant tout à leurs prérogatives, qui se contredisent et se neutralisent. Une force d’inertie, voire d’obstruction qui semblait avoir l’éternité devant elles quand le nombre de cas de Covid-19 doublait tous les trois jours.

Sens des priorités. Bref, notre vieux contrat social « d’accord, nous payons beaucoup d’impôts mais pour des services publics gratuits que le monde entier nous envie » ne s’est pas montré à la hauteur.   Il faudra en tirer les leçons. Réduire, évidemment, la suradministration de notre société, favoriser la réindustrialisation du pays, débureaucratiser, décentraliser, sabrer à la hache les dépenses inutiles ou clientélistes, lutter contre la gabegie. Retrouver, simplement, selon la vision du mouvement Objectif France, le sens des priorités dans un pays où — gauche et droite confondue —, les pouvoirs publics semblent, depuis des décennies, avoir pour doctrine « je n’ai jamais vu une dépense publique que je n’aimais pas ».

Les partisans de l’Etat pachyderme entonnent déjà la rengaine du manque de moyens ou de la pseudo austérité ultralibérale et prennent prétexte de l’épidémie « crise salvatrice » pour réclamer encore plus de taxes, d’interdits et d’obligations dans le « monde d’après ». Comme des médecins constatant qu’un médicament ne marche pas et décrétant : « Très bien, doublons la dose. » Il faudrait donner encore plus de responsabilités à l’appareil qui, doté pourtant de 1 100 milliards d’euros d’impôts, n’a pas su préserver le stock de masques stratégiques ?

Le danger serait un simulacre de changement, sans remise à plat du mode de fonctionnement de l’administration et de son périmètre, piloté par cette technostructure même qui nous a envoyés dans le mur. Comme disait Einstein : « On ne peut espérer que les problèmes soient résolus par ceux qui les ont créés. » Il y va de la survie de notre cher et vieux pays, ou à tout le moins de notre démocratie et de notre prospérité.

 

Crise de la presse : liquidation de Paris Normandie…… en attendant d’autres titres

 Crise de la presse : liquidation de Paris Normandie…… en attendant d’autres titres

Une liquidation du quotidien Paris Normandie qui sera sûrement suivie d’autres. La  presse va subir de lourds dégâts suite à la crise du Coronavirus. En effet, les ventes se  sont complètement écroulées alors que déjà les audiences s’inscrivaient dans une tendance baissière particulièrement dangereuse pour nombre de journaux. Cette crise va toucher des titres nationaux mais aussi régionaux. Des titres régionaux déjà fragilisés par des lignes éditoriales complètement insipides qui se contentent de reprendre intégralement ou presque les dés informations des agences de presse, du gouvernement et des institutions. On y ajoute la chronique des chats écrasés et des associations locales. On évite au maximum les débats susceptibles de fâcher les élus locaux et les personnalités locales  ou de ternir l’image de marque de la zone géographique considérée. Bref une sorte d’autocensure qui explique largement la baisse d’audience de cette presse. Concernant Paris Normandie Le tribunal de commerce de Rouen a prononcé ce mardi la liquidation du quotidien  avec prolongation d’activité de trois mois, selon Jean-Louis Louvel son propriétaire.

Le quotidien, endetté depuis plusieurs années, emploie 216 salariés selon leur avocate Jessy Levy. Selon la direction, la crise sanitaire du coronavirus a interrompu «le lent redressement» du journal. Le journal est détenu à plus de 90% par Jean-Louis Louvel, chef de plusieurs entreprises normandes et candidat soutenu par LREM arrivé troisième au 1er tour des municipales à Rouen le 15 mars.

La direction avait annoncé jeudi demander une liquidation avec prolongation d’activité de la SNIC, société éditrice du journal qui affiche 7 millions d’euros de dette (contre 10 millions en 2017). «Cette situation est la conséquence directe de l’impact du Covid-19 sur le chiffre d’affaires de notre entreprise», avait-elle alors justifié. Le journal fondé en 1944 affiche une chute de 90% des recettes publicitaires.

Les salariés, qui ont connu trois procédures judiciaires depuis 2012, sont bien sûr «inquiets», selon le SNJ. «On suppose qu’il y aura plusieurs repreneurs parce que la fameuse dette sera annulée», si la liquidation est prononcée avec prolongation d’activité, a avancé Anne Bouchet. Reste à savoir si ces offres seront «sérieuses» et si des salariés resteront «sur le carreau». Jean-Louis Louvel a assuré devant le tribunal avoir déjà eu des contacts avec des repreneurs, a-t-il indiqué à l’AFP. «Je ne doute pas que plusieurs offres seront transmises», a-t-il dit au tribunal. Lundi, le candidat malheureux à la reprise du journal en 2017, le groupe belge Rossel (La Voix du Nord), n’a pas souhaité indiquer s’il ferait à nouveau une offre. Le 15 avril, le tribunal avait prononcé la liquidation avec poursuite d’activité pour la RNP, la régie publicitaire du titre qui emploie 25 personnes selon Me Levy.

Implanté uniquement en ex-Haute Normandie, dont il est l’unique quotidien local, Paris Normandie compte 22 500 abonnés papier et 1500 abonnés web, selon la direction. En 2019, le journal diffusait à environ 41 280 exemplaires, soit 6,9% de moins qu’en 2018, selon l’Acpm, organisme de certification de l’audience de la presse.  Il faut espérer évidemment un repreneur pour Paris Normandie comme pour la plupart des autres journaux qui seront liquidés. Cela passe cependant par un changement complet de ligne éditoriale car le lectorat se compose essentiellement de personnes âgées qui progressivement évidemment disparaissent.

Immobilier : le retour d’une crise des «subprimes»

Immobilier : le retour d’une crise des «subprimes»

 

Certains grands médias français attirent l’attention sur le risque du retour d’une crise grave des subprimes  aux États-Unis. Et d’expliquer que la paralysie partielle de l’économie, la montée du chômage va évidemment provoquer une baisse substantielle des revenus de ménage y compris de ceux qui sont endettés pour l’achat de logements. Si l’arrêt de l’économie se prolonge, le système financier américain, relativement sain jusqu’à présent et bien mieux capitalisé qu’en 2008, va subir un choc imparable. La disparition des revenus de millions de foyers et entreprises qui se sont endettés, déclenche déjà une cascade de retards de paiements. Elle pourrait dans quelques mois se transformer en tsunami de défauts de paiement et de faillites.

La loi de sauvetage de l’économie adoptée fin mars oblige la majorité des institutions détentrices d’hypothèques à tolérer 90 jours de retard avant de déclarer un prêt en défaut. Les saisies de propriétés et les évictions sont suspendues pour au moins 60 jours.  Évidemment on ne parle pas de la situation française sans doute pour ne pas désespérer les acteurs économiques. Or à terme le pouvoir  d’achat  moyen des Français va diminuer de manière sensible compte tenu de la très forte vague de défaillances d’entreprise et de licenciements  qui va suivre. On sait qu’en France aussi les prix de l’immobilier ont tenté de monter jusqu’au ciel et que l’endettement de certains ménages a atteint des limites particulièrement dangereuses. D’où sans doute aussi des risques de renaissance d’une crise des subprimes  en France aussi

Crise: « nos vrais besoins masqués dans les aliénations du quotidien » (Edgard Morin )

Crise: « nos vrais besoins masqués dans les aliénations du quotidien » (Edgard Morin )

Le  sociologue et philosophe Edgard Morin  estime que la course à la rentabilité comme les carences dans notre mode de pensée sont responsables d’innombrables désastres humains causés par la pandémie de Covid-19. ( le Monde)

« Né en 1921, ancien résistant, sociologue et philosophe, penseur transdisciplinaire et indiscipliné, docteur honoris causa de trente-quatre universités à travers le monde, Edgar Morin est, depuis le 17 mars, confiné dans son appartement montpelliérain en compagnie de sa femme, la sociologue Sabah Abouessalam.

C’est depuis la rue Jean-Jacques Rousseau, où il réside, que l’auteur de La Voie (2011) et de Terre-Patrie (1993), qui a récemment publié Les souvenirs viennent à ma rencontre (Fayard, 2019), ouvrage de plus de 700 pages au sein duquel l’intellectuel se remémore avec profondeur les histoires, rencontres et « aimantations » les plus fortes de son existence, redéfinit un nouveau contrat social, se livre à quelques confessions et analyse une crise globale qui le « stimule énormément ».

Toutes les futurologies du XXe siècle qui prédisaient l’avenir en transportant sur le futur les courants traversant le présent se sont effondrées. Pourtant, on continue à prédire 2025 et 2050 alors qu’on est incapable de comprendre 2020. L’expérience des irruptions de l’imprévu dans l’histoire n’a guère pénétré les consciences. Or, l’arrivée d’un imprévisible était prévisible, mais pas sa nature. D’où ma maxime permanente : « Attends-toi à l’inattendu. »

De plus, j’étais de cette minorité qui prévoyait des catastrophes en chaîne provoquées par le débridement incontrôlé de la mondialisation techno-économique, dont celles issues de la dégradation de la biosphère et de la dégradation des sociétés. Mais je n’avais nullement prévu la catastrophe virale.

Il y eut pourtant un prophète de cette catastrophe : Bill Gates, dans une conférence d’avril 2012, annonçant que le péril immédiat pour l’humanité n’était pas nucléaire, mais sanitaire. Il avait vu dans l’épidémie d’Ebola, qui avait pu être maîtrisée assez rapidement par chance, l’annonce du danger mondial d’un possible virus à fort pouvoir de contamination, il exposait les mesures de prévention nécessaires, dont un équipement hospitalier adéquat. Mais, en dépit de cet avertissement public, rien ne fut fait aux Etats-Unis ni ailleurs. Car le confort intellectuel et l’habitude ont horreur des messages qui les dérangent.

Dans beaucoup de pays, dont la France, la stratégie économique des flux tendus, remplaçant celle du stockage, a laissé notre dispositif sanitaire dépourvu en masques, instruments de tests, appareils respiratoires ; cela joint à la doctrine libérale commercialisant l’hôpital et réduisant ses moyens a contribué au cours catastrophique de l’épidémie. »

Pas d’inflation après la crise ?

Pas d’inflation après la crise  ?

Gilles Dufrénot , économiste,  Aix-Marseille Université (AM), dans la Tribune explique qu’il y a peu de chances que l’inflation revienne. Une réflexion intéressante mais discutable qui démontre en tout cas que beaucoup d’économistes sont un peu désorientés par les scénarios du jour d’après. Un seul exemple la question de l’hypothèse d’explosion des bilans des banques centrales n’est pas traitée . Or ces banques centrales vont grossir des prêts consentis et des rachats de dettes antérieures en se rééquilibrant surtout avec des actifs virtuels.

 

« Alors que l’économie mondiale connaît un coup d’arrêt en raison de la pandémie de Covid-19 se pose la question d’un retour possible de l’inflation en sortie de crise, à l’horizon 2021-2022. Une hypothèse commune à ces réflexions est celle d’un scénario de « sortie en V » correspondant à un rebond fort des économies, un phénomène de récupération rapide des pertes subies durant la crise qui serait reflété par une hausse de la demande.

 

 

Pourtant, d’autres arguments, notamment liés à l’incertitude à laquelle font face les agents économiques, viennent contredire fortement ce scénario.

Pour rappel, l’inflation est matérialisée par la perte du pouvoir d’achat de la monnaie qui se traduit par une augmentation générale et durable des prix.

Le retour de l’inflation pourrait, en théorie, avoir des causes structurelles. La crise pourrait entraîner une atténuation importante des forces ayant conduit les économies au cours des trente dernières années dans une trappe à faible inflation.

Tout d’abord, l’augmentation future du taux d’utilisation des capacités de production pourrait accroître le pouvoir de négociation des salariés et stopper la modération et l’inertie salariale observées au niveau mondial.

Ensuite, la recomposition et la relocalisation des chaînes de valeur, déjà amorcées avant la crise, pourraient conduire à une hausse des coûts de production, et donc des prix. En outre, il n’est pas exclu que des pays soient tentés par l’arme des dévaluations compétitives afin d’accélérer la reprise.21

 

Cette politique économique consiste pour un pays à modifier la parité de la monnaie nationale en en diminuant la valeur. Le pays espère ainsi accroître le volume de ses exportations et diminuer celui de ses importations, ce qui permet de relâcher la contrainte extérieure et de mener une politique économique plus expansionniste.

Enfin, l’hypothèse d’une remontée du prix de certaines matières premières ayant touché le point bas de leur cycle au moment de la crise n’est pas impossible. Ainsi, la chute des productions agricoles consécutive à la dégradation de la conjoncture internationale pourrait nourrir, en sortie de crise, une remontée des prix du soja, du riz, du maïs, du sucre, du blé, du ciment, du pétrole, dans un scénario de « reprise en V ».

Cependant, il est probable que le régime actuel d’inflation faible se poursuive. Plusieurs arguments conduisent à nuancer la vraisemblance de réapparition de l’inflation à brève échéance dans les années qui suivront la fin de la crise.

 

En premier lieu, il convient de rappeler que le niveau d’inflation dépendra des pertes de croissance potentielle occasionnées par l’arrêt plus ou moins prolongé des appareils productifs, notamment des pertes irréversibles de capital et de productivité liées aux faillites d’entreprises.

Deuxièmement, l’effet de la crise sur la demande dépend de la perception qu’ont les agents économiques (ménages, entreprises) de son degré de gravité et de ses conséquences. Or, les données d’une enquête menés par quatre chercheurs auprès des ménages américains montrent que la crise du Covid-19 génère un haut degré d’incertitude sur l’avenir et des anticipations d’effondrement de l’activité économique.

Le mécanisme à l’œuvre est le suivant : les ménages continueront à avoir une forte aversion pour le risque, et donc privilégieront un comportement d’épargne de précaution après la crise, s’ils ne croient pas que les mesures économiques prises pendant la crise – malgré leur caractère très expansionniste – seront suffisantes pour inverser, dans le futur, la tendance fortement baissière du produit intérieur brut observée durant la crise.

Le troisième argument est celui de l’apparition probable d’un phénomène de désendettement massif à la fin de la crise sanitaire, à l’instar de ce qui s’est produit lors de la crise financière de 2008-2009. En effet, les millions d’entreprises et de ménages dont l’activité aura été fortement réduite et qui auront accumulé des arriérés de dettes et de charges (c’est le cas notamment des entreprises qui étaient déjà massivement endettées avant la crise du Covid-19) ne pourront recourir à l’endettement.

Ce type de comportement risque alors d’entraîner un effondrement de l’investissement privé. Dans un tel contexte, il est difficile d’envisager le retour d’une inflation par la demande.

Enfin, jusqu’à présent, en dépit des réductions massives des capacités de production, les taux d’inflation sous-jacents n’ont pas significativement varié. On pourrait arguer que des délais sont nécessaires, le temps que le niveau des stocks ait suffisamment diminué.

Il serait donc possible que, d’ici quelques mois, si la crise dure, les économies connaissent des épisodes de déflation (baisse des prix), lesquels seraient mécaniquement corrigés en sortie de crise par une remontée forte des prix.

Cependant, une étude de la Banque centrale européenne publiée en 2016 à partir de données collectées auprès du Centre de recherche sur les désastres épidémiologiques de l’Université catholique de Louvain montre que la plupart des grandes catastrophes ayant entraîné des pertes substantielles de PIB (tremblements de terre, ouragans, inondations, sécheresse, feux, infestations par des insectes, etc.) ont eu, historiquement, un impact limité sur le taux d’inflation des pays industrialisés.

Il reste cependant un argument à examiner : peut-il y avoir un retour de l’inflation d’origine monétaire ? Le soutien financier apporté par les banques centrales aux entreprises et aux États sème-t-il les germes d’une inflation qui fera son retour une fois la crise passée ?

Les mesures d’atténuation de la propagation du virus ont entraîné une rupture dans l’accès à la liquidité de nombreux agents économiques qui ont perdu leur activité ou leur emploi.

La mission première d’une banque centrale est de garantir l’accès à la monnaie. En effet, dans l’histoire des sociétés, le droit d’accès à la liquidité permet la reconnaissance sociale de chacun.

Le rôle d’assureur des États en cette période de crise permet, pour le moment, aux populations touchées par la crise de se passer de ce droit. Mais, en sortie de crise, on pourrait imaginer qu’un mécanisme de monnaie hélicoptère (c’est-à-dire une distribution de monnaie directement créée par la banque centrale, sans aucune contrepartie) prennent le relais.

Une alternative réside dans la capacité, déjà prouvée, des banquiers centraux à financer les dépenses de crise des États – qui jouent actuellement le rôle d’assureurs de revenus. L’impact sur l’inflation en sortie de crise dépendra de plusieurs paramètres et notamment du rôle joué par les banques centrales :

  • Soit les banques centrales jouent le rôle d’assureurs en dernier ressort. Dans ce cas, les titres publics qu’elles auront achetés sur les marchés, et certaines dettes d’entreprises, pourraient être convertis en rentes perpétuelles à faible rendement.
  • Soit les banquiers centraux jouent le rôle de prêteurs en dernier ressort. Les dettes rachetées seraient alors comptabilisées comme de la dette amortissable, impliquant donc le remboursement du capital et des intérêts par les États.

Dans le premier cas, on éviterait aux économies de revivre les effets pervers d’une demande faible maintenant l’inflation à des niveaux bas à cause des comportements de désendettement au moment même où la production devrait être soutenue par un minimum de demande. Un exemple typique est celui du gouvernement japonais dont l’essentiel de la dette sur le marché est racheté depuis plusieurs années par la Banque centrale du Japon, celle-ci étant conservée pour l’éternité dans son bilan sans que cette stratégie n’ait conduit à une réapparition de l’inflation.

Dans le second cas, les États se retrouveraient avec une dette colossale à rembourser, gonflée par les dépenses de crise. Cette dérive de l’endettement serait considérée comme une tendance alarmante qui pourrait nous conduire à répéter nos erreurs passées : retour à des politiques budgétaires restrictives, hausses d’impôts susceptibles de conduire à des comportements d’épargne, etc.

Le premier scénario serait avantageux pour tout le monde : reprise de la demande, retour d’une inflation modérée et baisse de la valeur réelle des dettes.

Le second conduirait à un contrecoup à la crise actuelle, où les économies s’enfonceraient un peu plus dans un régime de stagnation séculaire, c’est-à-dire une période prolongée de faible ou de non-croissance économique, avec inflation faible.

________

Par Gilles Dufrénot, Economiste, Chercheur associé au CEPII et Professeur à Aix-Marseille Université, Aix-Marseille Université (AMU)

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

« La crise sanitaire montre déclassement de la France »

  •   »La crise sanitaire montre  déclassement de la France »
  •  
  • La gestion de la crise sanitaire aura clairement démontré le déclassement de la France. Un déclassement qui ne date pas d’hier et qui a commencé sans doute après Pompidou et le général De Gaulle. Depuis , la France a fait illusion avec une politique diplomatique tapageuse, sa puissance nucléaire et son arrogance. Mais sur le plan économique la France s’est enfoncée dans le déclin liquidant même une grande partie de son industrie soit en la bradant à des fonds étrangers, soit en la délocalisant.
  • Pour preuve un grand pays comme la France après deux mois de crise sanitaire n’est même pas capable de fournir et de produire des masques nécessaires, encore moins des tests massifs comme en Allemagne par exemple. Paradoxalement alors que l’économie s’affaiblissait, l’État s’est engraissé au point de plomber la compétitivité par  sa fiscalité et de tuer l’initiative. Partout à tous les échelons géographiques et jusque dans les plus petites communes se sont mises en place des superstructures non seulement inutiles mais qui en outre complexifient la vie des entreprises et des citoyens. Même notre système sanitaire n’est pas performant.
  • On a organisé d’une part une immense désertification des territoires avec l’absence de médecins, de spécialistes et la fermeture des petits hôpitaux. On a concentré tout dans d’immenses usines que sont les centres hospitaliers ou certes d’énormes progrès qualitatifs sont effectués et avec un énorme gaspillage de moyens. Un seul exemple la France possède quatre fois moins de lits équipés de respiratoires que l’Allemagne.
  •  Pourtant l’État ne manque pas de moyens financiers puisque nous détenons le triste record du plus haut prélèvement obligatoire. La fiscalité représente à peu près la moitié de la richesse nationale. Et nous dépensons encore davantage (56 % du PIB.) Ce qui nous empêche pas d’être en plus particulièrement endettés. Bref, un véritable fiasco de la politique économique, sociale et sociétale ( on pense en particulier aux quartiers sensibles) depuis une cinquantaine d’années. La vérité c’est que la plupart des moyens sont absorbés dans les superstructures devenues incontrôlables et qui se reproduisent elle-même et cela encore une fois du plan national en passant par le plan régional, départemental et local. Pour preuve on a embauché  plus de 1 million de fonctionnaires en peu de temps  et il faut aussi intégrer les entreprises nationalisées qui fonctionnent aussi souvent comme des administrations; Pierre Vermeren , normalien, agrégé et docteur en histoire, dépeint les causes du déclin français que révèle l’extrême difficulté de l’État à juguler le Covid-19. Chronoque dans le Figaro résume  bien ce déclassement :
    • « sentiment de déclassement de nombreux Français masquait une vérité que peu voulaient connaître: la cinquième ou sixième puissance économique mondiale est un pays déclassé. L’ancienne première puissance politique, économique, militaire et démographique occidentale (selon les domaines entre les XVIIe et XIXe siècles) est devenue une puissance moyenne. Soit. Mais la promesse faite aux Français d’un État protecteur, éducateur, visionnaire et architecte, en un mot stratège, dont les premières dépenses publiques au monde sont acceptées du fait de notre contrat social, est rabaissée au rang de gestionnaire endetté et dépassé. Si la tiers-mondisation parfois dénoncée est excessive, la France est revenue à sa condition de pays méditerranéen aux côtés de ses sœurs latines, l’Espagne et l’Italie, littéralement fauchées par la crise du coronavirus. »

 

Crise économique : les économistes dans le potage

Crise économique : les économistes dans le potage

 

À écouter nombreux d’économistes s’exprimer dans les médias, on constate que pour la plupart ils sont largement dépassés par la crise économique qui s’annonce et finalement se contentent  de donner une légitimité scientifique à la politique du gouvernement en particulier de Bruno Lemaire, le ministre de l’économie et des finances. Pas étonnant, régulièrement le ministre des finances les réunit pour tenter d’éclairer un peu les enjeux et surtout les perspectives.

Mais ces économistes pataugent sérieusement car la situation est inédite, du coup ils se rallient  à peu près tous à une politique keynésienne de relance et au passage d’abandon des critères de gestion dont certains avaient été les plus grands avocats. La conversion des ultras libéraux à l’interventionnisme aura été rapide. La vérité sans doute c’est que la crise est tellement complexe, que les économistes eux-mêmes ont besoin de se réassurer intellectuellement en s’accrochant à la pensée dominante du moment quitte à en changer le moment venu.

 Mais ils ne se rendent sans doute pas content que comme les scientifiques de la santé  ils sont en quelque sorte instrumentalisée. Notons d’ailleurs que comme les scientifiques du comité sanitaire du gouvernement, les grands économistes sont souvent des personnages très médiatiques qui depuis longtemps n’ont pas produit d’études ou de recherche se contentant de reprendre les synthèses de leurs collaborateurs ou de leurs étudiants.

 

Ces économistes sont Vingt-deux, triés sur le volet qui participent depuis le début de la crise du coronavirus à une réunion téléphonique hebdomadaire avec Bruno Le Maire. Objectif : nourrir l’action du ministre de l’Economie et des Finances dans sa bataille face à la plus grande récession que la France ait connue depuis 1945.

Parmi les élus, des institutionnels comme le patron de l’Insee, Jean-Luc Tavernier, le chef économiste de la Banque de France, Olivier Garnier, ou Laurence Boone, de l’OCDE. Des économistes du privé aussi, comme Gilles Moëc (Axa), Mathilde Lemoine (HSBC), Patrick Artus (Natixis), Ludovic Subran (Allianz), Nicolas Bouzou (Asterès) ou Marc Touati (ACDEFI). Et surtout beaucoup d’universitaires : Jean Pisani-Ferry (Sciences Po, ancien directeur du programme d’Emmanuel Macron), Jean-Hervé Lorenzi (Dauphine, président du Cercle des économistes), Agnès Benassy-Quéré (Ecole Economie Paris), Xavier Ragot (OFCE), Philippe Aghion (Collège de France), Daniel Coen (Normale sup), Elie Coen (CNRS) et d’autres… Tous très présents dans les médias – « Il ne faut pas être naïf, c’est aussi le moyen de traiter les économistes pour qu’ils n’aillent pas baver ailleurs », sourit un participant. Et masculins à 80 %.

Certains regrettent le manque de débat. « Quelques-uns s’écoutent parler. D’autres font du lobbying pour les fédérations professionnelles qui leur sont proches », dénonce un participant. « Sur une heure de réunion, on passe entre 20 et 30 minutes à écouter des lapalissades », persifle un autre. « Il va falloir passer à quelque chose de plus constructif », ajoute un troisième.

 « C’est surprenant de voir à quel point les économistes français ont tendance à penser la même chose. Ils ont tous internalisé le réflexe interventionniste », remarque un économiste ayant fait une partie de sa carrière à l’étranger.  

La vérité sans doute c’est que les économistes eux-mêmes complètement déboussolés par la nature et l’ampleur de la crise qui met en jeu bien sûr des aspects sanitaires mais aussi économiques, sociaux, financiers, environnementaux et sociétaux difficiles  appréhender non seulement sur le court et moyen terme mais aussi sur le long terme. Bref une approche systémique au champ spatial et temporel élargi. Il est notamment curieux que pratiquement aucun économiste n’ait  abordé les conséquences de la crise économique et financière sur l’inflation et la dévalorisation de fait  de l’euro pas,  davantage la très difficile transition d’une société productiviste à une société plus respectueuse de l’environnement. Une transition indispensable si on ne veut pas sacrifier la dimension sociale.

 

Après la crise sanitaire, la crise financière?

Après la crise sanitaire, la crise financière?

Au cours de l’année 2019 et au tout début 2020, les cours des marchés financiers ont tenté d’atteindre le ciel de manière tout à fait irresponsable à la fois par rapport à leur déconnexion au tassement économique aussi par rapport aux résultats des entreprises. Pas étonnant que désormais les cours dévissent  complètement d’abord pour rééquilibrer richesse produite et profit spéculatif ensuite évidemment pour tenir compte de la terrible crise économique qui va suivre la crise sanitaire. Il est clair en effet que la crise sanitaire sera suivie d’une profonde crise économique qui se traduira notamment par une énorme vague de défaillances et sa cohorte de chômages.. Nombre d’entreprises comme nombres de ménages ne pourront faire face à leurs engagements financiers. Pendant la crise sanitaire, on a surtout connu une crise de la demande,  une grande partie du système de production était paralysée. Beaucoup d’entreprises auront des difficultés à assumer les risques de cette paralysie faute de trésorerie suffisante. Contrairement à l’idée répandue dans certains médias, beaucoup d’activités en l’absence de production et de clients doivent continuer de faire face à des charges. Dans un deuxième temps,  l’économie enregistrera une crise de la demande du fait du tassement généralisé du pouvoir d’achat des ménages et du plongeon des investissements. Il ne faudra guère compter sur le commerce international pour compenser ces chutes car il sera lui-même en fort recul. «Le système financier a déjà été profondément impacté», expliquait mardi Tobias Adrian, directeur du département marchés financiers au FMI, «une intensification de la crise (sanitaire et économique) pourrait menacer la stabilité financière». Itinéraire d’une crise financière qui reste possible.

 

Après la crise sanitaire, une crise économique et financière ?

Après la crise sanitaire, une crise économique et financière ?

 

L’aversion au risque ne cesse de s’amplifier sur les marchés qui après la crise sanitaire craignent d’abord une crise économique   ensuite une crise financière. À dessein sans doute le Fonds monétaire international dans ses dernières prévisions a tout fait pour minimiser les risques indiquant que la croissance mondiale ne connaîtrait qu’une chute de 3 % en 2020. Des scénarios tout à fait illusoires  quand on sait que la Chine sera scotchée à une croissance zéro en 2020 que l’Europe verra son PIB diminuer de 8 % et les États-Unis de 6 %. Trois zones économiques qui représentent 60 % environ du PIB mondial. Tous les indicateurs montrent donc que la crise sera beaucoup plus importante que ne le signale le fonds monétaire international. Aux Etats-Unis par exemple, les ventes au détail ont en effet diminué de 8,7% en avril, leur plus forte baisse depuis au moins 28 ans, conséquence de la fermeture imposée de nombreux commerces visant à freiner l’épidémie de coronavirus.

La production industrielle américaine a parallèlement baissé de 5,4% et la seule production manufacturière accuse un repli de 6,3%, la plus marquée depuis 1946.

Et le mois d’avril s’annonce pire encore: l’indice d’activité “Empire State” de la région de New York s’effondre à -78,2, un niveau sans précédent, contre -21,5 en mars.

En France, les ventes au détail ont chuté de 24% en mars.

“La majeure partie des gains engrangés par les actions européennes depuis la mi-mars étaient alimentés par les plans de sauvetage et, plus récemment, par la stabilisation du rythme des infections, mais les traders doivent désormais affronter la perspective d’une crise économique douloureuse” explique David Maden, analyste de CMC Markets.

Une crise économique qui pourrait interagir avec une crise financière du fait notamment du décalage entre la masse monétaire et la richesse réellement produite.

Coronavirus: un coût de la crise à 110 milliards d’euros très sous-estimé

Coronavirus: un coût de la crise à 110 milliards d’euros très sous-estimé

Une nouvelle fois le gouvernement français revoit le montant de la facture du Coronavirus. Il y a encore quelques jours, le ministère des finances annonçait un cout de 50 milliards aujourd’hui réévalué à 110 milliards. Un calcul tout à fait approximatif sans doute davantage fait pour rassurer la commission européenne que pour tenir compte des réalités. En effet parallèlement , le gouvernement revoit aussi sa perspective de croissance avec une diminution de 8 % du PIB. En se fondant sur cette hypothèse( la vérité c’est que la baisse du PIB sera plus proche de 15 %) la perte de richesse nationale sera déjà de près de 200 milliards. Comme le taux de prélèvements obligatoires est d’environ 50 % en France, la perte de fiscalité sera de 100 milliards

Mais il faudra aussi compter  les dépenses supplémentaires. Celles destinées au soutien des entreprises, ou soutien du pouvoir d’achat des ménages et aux financements sanitaires. Un enjeu de plusieurs centaines de milliards. Les calculs: du gouvernement et de Bercy ne paraissent pas très sérieux. Certes des incertitudes pèsent mais en se rapprochant de la vérité on part d’un constat objectif qui permet d’envisager des orientations adaptées. Alors qu’au contraire les projections fantaisistes débouchent nécessairement sur des orientations mal adaptées aux enjeux. Difficile de savoir à quel jeu joue  exactement le gouvernement et en particulier le ministre du budget. D’une certaine façon le ministre du budget, Gérald Darmanin  avoue qu’il est un peu dans le brouillard :

“On en est à environ 110 milliards”, a dit une source au ministère des Finances. Une deuxième source a confirmé ce montant, de même que Gérald Darmanin dans une interview publiée sur son site par le quotidien La Croix.

“Pour la suite, personne ne peut dire avec certitude si ces 110 milliards suffiront”, souligne le ministre de l’Action et des Comptes publics. “Le gouvernement n’est pas dans l’idéologie, il est prêt à s’adapter et à aller plus loin si cela s’avérait nécessaire.”

Les pertes de recettes fiscales seraient seulement  désormais estimées à 43 milliards d’euros, soit six milliards de plus que jeudi, et le mécanisme public d’indemnisation du chômage partiel devrait coûter 24 milliards, soit quatre milliards de plus que prévu la semaine dernière. Un chiffre global évidemment totalement ridicule. En effet Mardi, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances, a annoncé que la contraction de l’économie française cette année devrait atteindre 8% contre 6% estimé auparavant.

« Crise sanitaire : encore davantage d’inégalités sociales » (Lucas Chancel, économiste)

« Crise sanitaire : encore davantage d’inégalités sociales » (Lucas Chancel, économiste)

 

Ce que craint  Lucas Chancel économiste dans une interview à la Tribune.

 

LA TRIBUNE – Quelles pourraient être les conséquences du coronavirus sur les inégalités ?

LUCAS CHANCEL - Cette crise peut avoir des répercussions sur les inégalités sociales de santé et sur les inégalités économiques. Ce type de pandémie touche toutes les catégories sociales. Les représentants politiques n’ont pas été épargnés. Boris Johnson a récemment été admis en soins intensifs. Certaines catégories sont cependant plus exposées que d’autres. Beaucoup de travailleurs sont obligés de se rendre sur leur lieu de travail. Il y a évidemment tout le personnel soignant et d’autres métiers très exposés qui n’ont pas le niveau de protection des soignants. Je pense à certaines professions comme le personnel des caisses, tous les métiers de la manutention, les salariés dans les entrepôts d’Amazon. Les syndicats ont tiré la sonnette d’alarme en indiquant que le niveau de protection nécessaire n’était pas à la hauteur. Les personnes les plus pauvres sont surreprésentées dans ces catégories qui doivent aller travailler. Elles ont un parcours de vie plus chahuté, un système immunitaire plus fragile car elles ont été davantage exposées à des situations de stress et de pénibilité au travail. Leur organisme est moins armé pour faire face ces situations. La combinaison de tous ces facteurs produit un cumul de risques sur les plus pauvres. Il y a donc une exacerbation des inégalités sociales de santé déjà existantes.

A la suite de cette pandémie, les inégalités pourraient-elles s’accroître ?

Suite à une crise, il est difficile de savoir si les inégalités économiques vont augmenter. Tout dépend des politiques publiques mises en œuvre, le futur est entre nos mains. A très court terme, les chocs boursiers majeurs détruisent le patrimoine des plus riches. Mais souvent, les très hauts patrimoines voient leur fortune se reconstruire très vite pour parfois dépasser des niveaux d’avant crise. C’est le cas notamment pour le top 1% américain ou le top 1% des patrimoines en Europe après la crise de 2007. Au bout de quelques années, ces catégories peuvent dépasser leurs revenus d’avant crise alors que pour les plus modestes, il n’y a pas de reconstitution des revenus comparable. Aux Etats-Unis, 50% des plus pauvres le sont encore plus aujourd’hui qu’en 2007, avant l’explosion de la bulle des subprimes.

En 1929, il y a eu des conséquences sur le haut et le bas de la distribution. Des millions de travailleurs ont perdu leur emploi, leur réseau social et professionnel et se sont retrouvés à la rue. Mais la mise en place du New Deal aux Etats-Unis va déboucher sur une nouvelle organisation du marché et des nouvelles règles entre l’action publique et le marché plus favorable aux classes populaires. Les marchés sont plus encadrés et le choc de la Seconde guerre mondiale va contribuer à une baisse de inégalités durant une grande partie de la seconde moitié du 20ème siècle, contrairement à ce que l’on observe suite à la crise de 2008.

Aux Etats-Unis, Donald Trump a encore assoupli les règles environnementales. En Europe, les compagnies aériennes réclament une baisse des taxes sur les billets d’avion. Avec cette crise, n’y a-t-il pas un risque d’un retour à la normale ?

Il faut utiliser cette fenêtre d’opportunité ouverte par cet événement dramatique pour essayer de transformer notre relation à l’environnement. Dans le même temps, il y a de vrais risques à court terme. L’effondrement de l’économie pourrait entraîner des conséquences humaines, sociales et donc politiques dramatiques. Les Etats-Unis n’ont pas de système de protection sociale permettant dans les mois à venir de décider, par exemple, de laisser s’effondrer le secteur aérien ou les secteurs très polluants et aider les victimes collatérales. Je ne parle pas des détenteurs du capital mais des salariés. Si ces entreprises s’effondrent, est-on capable d’offrir un niveau de vie décent, de formation leur permettant de retrouver un emploi très rapidement ? A ce stade, ce n’est pas le cas. Par conséquent, il faut être extrêmement prudent sur les appels à choisir certains secteurs plutôt que d’autres. En tant qu’économiste convaincu qu’il faut préserver le climat et que les crises climatiques risquent d’être plus dramatiques que la crise économique actuelle, je pourrai affirmer qu’il va falloir choisir. Le problème est qu’aujourd’hui, le système de protection sociale n’est pas capable d’absorber de telles décisions.

Comment faire pour éviter toute cette catastrophe sociale ?

Il va falloir dans un premier temps venir en aide à des secteurs qui n’auraient pas forcément leur place dans le monde d’après, dans les décennies à venir. C’est en quelque sorte le prix à payer pour ne pas avoir réussi à développer un système de protection sociale qui protège vraiment les personnes. Cela ne veut pas dire qu’il faut laisser un blanc-seing à des entreprises qui détruisent la planète, ne respectent pas les normes environnementales ou sanitaires. Si les Etats et les contribuables aident ces entreprises pendant la crise, il faut passer par des nationalisations partielles. La sphère publique doit avoir un droit de regard sur les orientations stratégiques de ces entreprises. Voilà une solution pour réconcilier le court et le moyen terme. A très court terme, il faut empêcher le chômage de masse, les drames humains, sociaux, politiques, sur la base d’un contrat social très contesté et très fragile.

 

Lucas Chancel, économiste au laboratoire des inégalités mondiales. Crédits : DR.

La chute du prix du pétrole ne risque-t-elle pas d’inciter les entreprises à favoriser à nouveau les investissements dans les énergies fossiles ?

Les entreprises ne vont tout simplement pas investir car elles n’ont plus de carnets de commande. Elles ne vont pas se mettre à investir massivement alors que l’économie est complètement atone. Le prix du pétrole n’est pas l’unique critère de décision des investisseurs. Notons que dans cette crise du pétrole, il y a un possible anéantissement de la production américaine. Le pétrole de schiste est bien plus cher à produire. Les petits acteurs se sont beaucoup endettés pour produire ce pétrole. Si à court terme, ces entreprises n’arrivent pas à vendre leur pétrole alors qu’elles sont très endettées, le risque est d’assister à un effondrement du secteur. Compte tenu de son importance aux Etats-Unis, l’administration publique pourrait venir amplifier son soutien. A propos de la tension entre économie et environnement, le risque est de revenir à l’échec de Copenhague en 2009. Une partie de l’opinion publique et des dirigeants s’est mise à opposer l’argument du coût de la transition écologique dans un contexte de crise sociale. Le risque est d’opposer une nouvelle fois « fin du monde et fin du mois ».

Lire aussi : Le pétrole à 20 dollars: Donald Trump joue les médiateurs… pour sauver le schiste américain

Cette pandémie a montré la limite de la gestion de certains secteurs par les marchés. Quelles réponses proposez-vous pour faire face à cette crise ?

Le marché peut être utile sur beaucoup de choses et parfois aveugle sur des secteurs absolument essentiels comme la santé publique. La mise en place d’un marché concurrentiel international  sur des secteurs tels que les médicaments apparaît totalement décalé. Le libre-marché sur le secteur de l’immobilier a créé de vrais problèmes pour les classes moyennes en Europe et aux Etats-Unis. Sur l’environnement, le marché a créé une immense externalité avec le changement climatique. Les marchés n’arrivent pas à prendre en compte certains coûts. Il y a une mondialisation économique sans mondialisation politique, c’est-à-dire sans gouvernance mondiale. Par conséquent, le système est déséquilibré : les Etats-nations restent souverains pour fermer d’un moment à l’autre leurs frontières par exemple.

La question est donc : comment remettre le marché à sa place ? Il s’agit de savoir comment les Etats peuvent mettre de meilleures régulations au sein des entreprises mais aussi des régulations pour le respect de l’environnement. En un mois, on est passé à une situation inimaginable pour certains sur le plan technique ou politique avec des politiques de rationnement, de fixation des prix, de planification de certaines productions essentielles. Les arguments techniques et politiques d’hier volent en éclat. Il y a une intervention très forte de la sphère publique sur les marchés.  Des conséquences de cette intervention peuvent survenir sur les marchés mais n’oublions pas que ces mesures sont là pour empêcher un décrochage de la production qui aurait été encore plus important si les gouvernements avaient laissé faire. Cette intervention permet de limiter la baisse du PIB.

Parmi les options sur la table, les Etats peuvent par exemple contrôler le prix de certains secteurs jugés essentiels comme la santé, la protection de la biodiversité ou l’énergie. On peut désormais élargir la boîte à outils des décideurs publics qui vont devoir à gérer d’autres crises, peut être encore plus grandes que celle du coronavirus. L’objectif est de faire ces propositions avec beaucoup de précautions, de transparence et des systèmes de contre-pouvoir.

Quel peut être le rôle de la politique fiscale ?

L’un des grands enseignements de cette crise est qu’il ne faut pas uniquement s’en remettre aux marchés pour certains services publics comme la santé, l’énergie, des transports et de manière plus large tout ce qui englobe le service public de la transition énergétique. Il va falloir un investissement plus fort de l’Etat. Cela ne passe pas nécessairement par une hausse des dépenses. Cela peut passer par plus de régulations et d’interventions. Dans certains secteurs comme l’hôpital public ou l’éducation, il faudra cependant accroître les dépenses. Le sentiment chez les Français de payer trop d’impôts peut évoluer à l’aune de ces nouvelles données : le coronavirus peut susciter le besoin d’une plus forte action de l’Etat.

La bonne nouvelle est qu’il existe des outils fiscaux comme l’impôt progressif qui permet d’augmenter le volume global d’impôt tout en garantissant le fait qu’une majorité ne voit pas ses prélèvements augmenter. Il peut être intéressant de le mettre en oeuvre dans ce contexte pour plusieurs raisons. Les gagnants de la mondialisation, qui sont souvent les plus hauts revenus, ont réussi depuis une vingtaine d’années, grâce à des traités fiscaux entre Etats, à faire circuler leurs capitaux tout en faisant du chantage à la délocalisation. Ces groupes d’actionnaires et propriétaires de multinationales ont réussi à se soustraire à l’impôt dans un contexte où la pression sur les services publics augmentait.

En parallèle, les Etats ont augmenté les niveaux d’impôts sur certaines catégories et ont essayé de réorganiser les services publics pour faire mieux avec moins, sans grand succès. Dans ce contexte, les Etats européens ont réussi à devenir de plus en plus riches mais cette croissance a été disproportionnellement captée par les plus aisés. C’est une question de rééquilibrage. Il faut que ces contribuables paient des impôts à la hauteur de leurs gains.

Comment faire pour susciter l’adhésion des catégories populaires alors qu’une partie pourrait perdre leur emploi dans les prochains mois ?

Si on augmente les impôts sur les catégories populaires et classes moyennes, il existe un risque de mécontentement très important. Cette crise touche tout le monde mais de manière inégalitaire. Il faut que chacun prenne sa part à l’effort. Les catégories populaires prennent déjà leur part, parfois sans protection. Il faut montrer que la collectivité nationale dans son ensemble est capable de prendre sa part à l’effort.

Avec un impôt assez modeste sur le patrimoine (entre 1% et 3%) pendant dix ans sur les revenus supérieurs à deux millions d’euros, c’est-à-dire le top 1% des Français, l’Etat pourrait financer cette année un déficit public de 10% environ. Cela permettrait de financer des plans de relance. Pour l’instant, les mesures annoncées sont bien en deçà des besoins. Le gouvernement a initialement annoncé 45 milliards d’euros de mesures au total. Si l’on enlève le report des charges fiscales et sociales, il ne reste plus que 10 milliards d’euros. Les mesures sont en deçà d’un point de PIB alors qu’il faudrait environ 10 points de PIB. Avec l’impôt exceptionnel sur le patrimoine que je décris, cela signifie que 99% des Français n’auraient pas besoin de dépenser un euro en impôt pour venir en aide à l’économie.

Lire aussi : Covid-19 : la sortie de crise ne passera pas par « une augmentation d’impôts », promet Darmanin

Faut-il mettre en place une fiscalité spécifique sur les entreprises ?

Du côté des entreprises, il faut également un impôt sur les multinationales en augmentant l’impôt sur les bénéfices des sociétés. A terme, l’objectif serait de revenir à un taux en vigueur de 45-50% dans les pays européens durant les années 90. L’Etat peut augmenter l’impôt sur les sociétés sans craindre les délocalisations en taxant la part des ventes mondiales réalisées en France. Les entreprises mondiales souhaitent accéder aux consommateurs français, voilà notre arme.

En résumé, l’outil fiscal apparaît essentiel aux besoins de renflouement de l’économie et d’investissements dans les secteurs publics essentiels. Il existe des outils pour faire peser l’effort sur les plus hauts revenus sans augmenter les impôts sur les autres catégories. Contrairement à certaines idées reçues, les individus qui ont dû mal à finir leur fin de mois paient des impôts à travers diverses cotisations sociales ou des impôts sur la consommation. En outre, il est nécessaire d’avoir une transition progressive pour éviter un drame social.

Quel regard portez vous sur les propositions de « green new deal » aux Etats-Unis et les ambitions affichées par la Commission européenne en matière de politique environnementale ?

Le green new deal aux Etats-Unis va dans le bon sens. Les discours précédents sur les questions climatiques étaient déconnectées des stratégies industrielles, des modes de financement et des comportements de consommation. Le green new deal permet d’englober tous ces paramètres dans un paquet. A ce stade, il est encore à l’état de discours politique. Il manque des précisions dans les mesures annoncées.

En Europe, la Commission a repris les thèmes du green new deal. Comme l’Europe veut se positionner comme un acteur central sur les questions environnementales, il aurait été difficile qu’elle ne le fasse pas. Cependant, la Commission européenne n’a pas affiché des moyens à la hauteur des enjeux. C’est encore une question de financement. Le budget européen ne représente que 1% du PIB. Des plans de 100 milliards d’euros sont annoncés mais en réalité, les sommes sont souvent déjà existantes. Il n’y a pas assez d’investissements pour transformer l’économie européenne en économie bas carbone.

La théorie monétaire moderne (MMT) peut-elle favoriser cette transition ?

Cette théorie peut faire partie de la solution. Le bilan de la Banque centrale européenne est passé de 10% à 40 % du PIB européen en 10 ans. C’est l’équivalent d’une création monétaire de 3% du PIB chaque année. Cette création monétaire est fléchée aux organismes bancaires et aux institutions financières. Les petites entreprises ont subi des décennies de croissance faible en Europe et les ménages viennent de connaître deux crises majeures en peu de temps. Si la BCE continue de faire de la création monétaire, il faut donner de l’argent directement aux ménages. Cependant, tout ne peut pas être financé par la BCE. Il existe un risque d’inflation à terme et la Banque centrale reste une institution très technocratique et opaque. L’ensemble du financement ne peut pas reposer sur une telle institution. Les États ne peuvent dépendre d’une institution non démocratique pour financer les services publics. C’est pourquoi il faut des impôts justes pour financer cette transition.

 

Immobilier: la pose avant la crise ?

 

 

Pour l’instant en raison de la crise le marché est à peu près à l’arrêt. Il repartira sans doute mais dans quelles conditions. En effet avant le Coronavirus, les volumes comme les prix étaient au zénith du fait en particulier des facilités accordées par les banques pour le financement. Du coup, les prix se sont envolés surtout dans les métropoles.

Il pourrait bien redescendre de l’ordre de 10 % d’après certains experts. En cause, les conséquences de la crise sanitaire qui va se traduire par de nombreuses défaillances d’entreprises, la montée du chômage et la dégradation du pouvoir d’achat des ménages en moyenne.

Les acteurs du secteur tentent de rassurer en constatant effectivement une montée historique des prix mais en considérant qu’il y a toujours une demande potentielle d’ailleurs supérieure à l’offre. Reste que la question posée c’est surtout l’évolution de la solvabilité des candidats à l’accession. Or on  sait que cette solvabilité repose sur les revenus pérennes des ménage dont  beaucoup pour être affectés par la vague de défaillance et de

Crise sanitaire Des comités scientifiques ou des comités de chapeaux à plumes ?

Crise sanitaire Des comités scientifiques ou des comités de chapeaux à plumes ?

 

 

À juste titre, le chercheur Didier Raoult a refusé de rejoindre le comité scientifique dont s’est doté le gouvernement pour justifier sa politique. Force est de constater que ce comité scientifique est instrumentalisé par le pouvoir pour donner un vernis scientiste à ses décisions. Rappelons-nous que le même comité avait autorisé l’organisation des élections municipales pour le premier tour. Un véritable anachronisme quand en même temps les pouvoirs publics invitaient  à population au confinement, un confinement décidé par hasard dès  le lendemain des élections de ce premier tour.

 

 Didier Raoult reproche surtout à ce comité scientifique de comporter surtout des chapeaux à plumes c’est-à-dire des médecins mais qui n’ont pas pratiqué depuis longtemps car essentiellement pris par leurs tâches de représentation dans les institutions et la  gestion administrative des organisations qu’ils dirigent. C’est vrai pour au  moins les trois quarts des participants des comités scientifiques du gouvernement. Le problème,  c’est que ce phénomène de composition des comités scientifiques se retrouve dans la plupart des champs économiques, sociaux ou sociétaux.

 

La plupart de ces chapeaux à plumes qui valident les orientations et les travaux n’ont pas pratiqué depuis des années et se contentent parfois d’imposer leur nom sur la thèse d’un de leurs étudiants sans parler de ceux qui s’attribuent purement et simplement les résultats du travail de leurs subordonnés. Ajoutons à cela le très fort corporatisme qui règne à l’intérieur des milieux de recherche. Un corporatisme alimenté par le souci de plaire afin de décrocher des financements publics ou privés. On comprend mieux la guerre que se livrent certains experts avec les liens qu’ils entretiennent avec les laboratoires pharmaceutiques qui les financent. Pour le Coronavirus l’enjeu est aussi financier pour trouver  le traitement et au-delà le vaccin. Il est clair que la chloroquine, si son efficacité est validée, ne produira pas les profits escomptés les laboratoires. Il s’agit en effet d’un médicament très ancien tombé dans le domaine public qui vaut de l’ordre de cinq euros la boîte de 30. Or  les laboratoires espèrent bien découvrir une molécule nouvelle qu’elles pourront vendre à 100 € la boîte au moins. Des milliards sont en jeu, des réputations aussi.

Sondage crise sanitaire et les masques : pour 76% le gouvernement a menti

Sondage crise sanitaire et les masques : pour 76%  le gouvernement a menti

Trois Français sur quatre (77%) pensent que vis-à-vis des masques le gouvernement n’a été ni « clair » ni « cohérent« . Le sentiment d’inefficacité est partagé par tous les bords politiques, il est plus visible chez les sympathisants du Rassemblement national et de La France insoumise, un peu moins présent chez les sympathisants LREM. 73% des personnes interrogées estiment que le gouvernement « n’a pas fait ce qu’il fallait pour équiper les soignants et les hôpitaux« .

D’après ce sondage, les Français demandent une généralisation du port du masque : 72% demandent que le masque soit rendu obligatoire dans toutes les communes de France. Les seniors sont particulièrement demandeurs de cette mesure, à 81%.

Près de 4 Français sur 10 (37%) affirment qu’ils portent régulièrement un masque de protection. Parmi eux, près de la moitié indique même le porter « systématiquement dès qu’ils sortent de chez eux« . Parmi ceux qui portent des masques, 6 sur 10 (59%) utilisent des masques à usage médical, soit de type chirurgical, soit FFP2, des équipements qui sont pourtant en rupture de stock depuis des mois. Globalement, on estime donc que 22% des Français se promènent chaque jour dans les rues avec un masque à usage médical. Les autres utilisateurs prennent des masques prévus pour un autre usage comme des masques de chantier, ou des masques fabriqués maison.

 

Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting a été réalisée auprès d’un échantillon de 1 003 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogés par internet entre les 7 et 9 avril 2020.

« Cette crise va-t-elle permettre de mieux respecter la biodiversité » ?

« Cette crise  va-t-elle permettre de mieux respecter la biodiversité » ?

L’écologue Serge Morand a présent ses travaux sur ce qu’il appelle l« épidémie d’épidémies », autrement dit l’explosion récente du nombres de maladies infectieuses du fait de la destruction des écosystèmes dont rend compte France Info. . La dernière d’entre elles, appelée Covid-19, s’est invitée in extremis à un rassemblement d’experts, planifié de longue date par l’organisateur, la Caisse des dépôts.

« C’est fou, quand on y pense, note Serge Morand,. En octobre, peut-être même encore en novembre, un virus circulait tranquillement sur une population de chauves-souris, quelque part en Asie du Sud-Est. Cinq mois plus tard, il a contaminé toute la planète. C’est hallucinant. » . L’écologue spécialiste des maladies infectieuses se trouve en Thaïlande, où il enseigne à la fois dans une faculté de médecine vétérinaire, une université d’agriculture et une faculté de médecine tropicale. Aux journalistes qui le sollicitent quotidiennement depuis la France, il explique, pédagogue, comment ce coronavirus est passé d’une espèce à l’autre, et surtout, comment l’activité humaine a favorisé cette transmission, improbable d’un point de vue de profane. « Nous avons affaire à un coronavirus classique de chauves-souris, qui s’est modifié en passant par un hôte intermédiaire. Chez cet hôte, une recombinaison du virus s’est opérée, ce qui lui a permis de passer chez l’humain. Des équipes chinoises estiment que l’intermédiaire pourrait être le pangolin. Une autre plaide en faveur de la civette, soit la piste des félidés. » Des espèces sauvages vendues illégalement sur les marchés de l’empire du Milieu, où certains leur prêtent des vertus thérapeutiques.

A défaut de connaître le coupable policier –, le spécialiste de la biodiversité pointe le rôle certain d’une autre espèce impliquée dans ce qui se passe aujourd’hui : l’homme.

 

L’activité humaine « a modifié considérablement ce que l’on appelle l’équilibre dynamique, ou la résilience, des écosystèmes », explique-t-il. Urbanisation, exploitation des ressources et agriculture industrielle ont rapproché des espèces qui ne se seraient jamais croisées dans la nature, initiant « des contacts entre une faune sauvage, dont les habitats se réduisent, et une faune domestique ou d’élevage – cochons, dromadaires, poulets, chèvres, chats, chiens, etc. – Nous créons ces nouvelles interfaces, tout en mettant les animaux en situation de stress avec la déforestation, les feux de forêt, la fragmentation des habitats, etc. Des prédateurs disparaissent et tout ce qui se trouve en dessous est dérégulé », résume Serge Morand. Si des centaines de milliers de virus circulent à bas bruit – de façon indétectable – dans la nature, en la détruisant pour subvenir à ses besoins croissants, l’homme a multiplié les risques de transmission. A titre d’exemple, le virus Nipah, qui a frappé la Malaisie en 1998, est apparu quand des chauves-souris, chassées de leur habitat par l’exploitation de l’huile de palme, se sont mises à côtoyer des élevages de cochons, infectés puis consommés par l’homme.

« Depuis les années 1960, on observe une augmentation du nombre de maladies infectieuses : Zika, chikungunya, Mers, coronavirus, Ebola, sida, grippe aviaire, etc. Et puisque que tout, y compris le tourisme de masse, s’est développé, ces épidémies ne restent plus cantonnées à un pays, » poursuit-il. Ces cinquante dernières années correspondent ainsi à ce qu’il appelle  »la grande accélération. » Au moment de notre conversation, le chercheur boucle avec des collègues chinois un article sur le rôle du transport aérien dans la propagation des épidémies : « Entre 1970 et 2018, il a augmenté de 1 200% pour les passagers, et de 1 300% pour les marchandises », explique-t-il. Mais si « l’homme a cru un temps en avoir fini avec les maladies infectieuses grâce aux antibiotiques et aux vaccins », la nature a elle-même douché ses ambitions de toute-puissance. Au début des années 2000, des scientifiques du monde entier se sont mis à étudier ces nouvelles interactions, à l’aune de la crise environnementale. C’est alors qu’« on s’est rendu compte qu’en réalité, l’homme ne maîtrisait pas tout. »

En 2012, le journaliste et auteur américain David Quammen a synthétisé ces récents travaux dans un livre [Spillover. Animal Infections and the Next Human Pandemic, éd. W. W. Norton & Company]. Tels des haruspices – ces prêtres qui, dans l’Antiquité, lisaient l’avenir dans les entrailles des animaux –, les scientifiques qu’il interroge décrivent à quoi ressemblera le « next big one », « la prochaine pandémie » : à un virus de chauve-souris, transmis à l’homme via le marché d’animaux sauvages d’une grande ville, probablement en Chine et hautement contagieux… Et pour cause, « c’était couru d’avance », confirme Hélène Soubelet, vétérinaire de formation, directrice de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité, qui héberge le Comité français pour l’IPBS, le groupe scientifique qui est à la biodiversité ce que le Giec est au climat.

Elle aussi anticipait le scénario actuel. Il y a un an presque jour pour jour, elle organisait un colloque sur ce thème au ministère de la Santé. En novembre, elle signait un article  »sur ce sujet, précisément, » dans La Dépêche vétérinaire. Enfin, en janvier, elle figurait elle aussi parmi les experts conviés par la Caisse des dépôts. 

Comprendre la crise (G. Bessay, expert en prospective)

Comprendre la  crise  (G. Bessay, expert en prospective)

Rien de fondamental ne pourra être résolu sans adhésion  à la complexité de la crise qui est à la fois une crise, économique, sociétale, environnementale ,culturelle et maintenant sanitaire.   Par exemple , cette crise sanitaire est liée à certains phénomènes de mondialisation tout autant qu’à des rapports déséquilibrés avec l’environnement et notamment la biodiversité. Cette crise est systémique car  les transformations internes interagissent les unes sur les autres. Un des problèmes réside dans le fait qu’il n’existe pas de formation scientifique de type généraliste pour tenter de comprendre et d’expliquer les évolutions du système global dans lequel nous évoluons. D’une certaine façon au contraire,  nous assistons à un éclatement des connaissances qui certes s’approfondissent de façon spectaculaire mais de manière de plus en plus éclatée ; même si certaines découvertes d’un champ peuvent indiscutablement profiter à un autre. Ce qui est en cause, c’est  la nature des changements et aussi leur rythme. Jamais sans doute dans l’histoire humaine les transformations n’ont été aussi importantes et aussi rapides. Les changements ont été plus importants en quelques dizaines d’années que pendant des siècles et des millénaires, ils ont été encore plus rapides au cours de la dernière dizaine d’années. Les changements les plus médiatisées et les mieux connus du grand public concernent les domaines économiques et technologiques  avec leurs conséquences sociales. Les processus de production sont aujourd’hui complètement éclatés dans plusieurs pays qui se spécialisent sur un des éléments de la chaîne. Les grandes marques  se contentent  surtout du montage final voire  seulement du pilotage numérique de l’ensemble du système de production. C’est  valable d’abord évidemment pour l’industrie, mais cela affecte progressivement l’agriculture et surtout les services. Tout cela entraînant d’énormes gaspillages de transport et de logistique qui participent  au dérèglement climatique et aux bouleversements de la biodiversité. (Exemple la déforestation de pays en voie de développement pour nourrir le bétail des pays développés). Finalement,  le concept de nationalité d’un produit n’a plus beaucoup de sens. Le made in France par exemple est une fiction puisqu’il peut se limiter à l’apposition d’une étiquette ou d’un couverte pour que le produit importé devienne français. Il en est de même par exemple pour l’industrie automobile française  dans la plus grande partie vient de l’étranger. Autre exemple, celui de l’industrie pharmaceutique française, l’une des plus puissantes au monde mais dont plus de 50 % des molécules sont fabriqués en Asie notamment en Chine. Cet éclatement est surtout le fruit de distorsions de concurrence relatives aux coûts sociaux, à la fiscalité et aux normes environnementales et sanitaires. La recomposition du produit final et sa distribution génèrent évidemment des gaspillages incalculables qui affectent l’environnement. Un simple yaourt peut nécessiter par exemple 1000 km de transport. On ne peut nier cependant certains aspects indiscutables du progrès matériel qui a permis à de plus en plus de populations de mieux se nourrir, se vêtir, s’instruire ,  se loger et vivre plus dignement. Par contre si le niveau moyen de satisfaction matérielle a augmenté, on ne peut contester l’augmentation des inégalités. Avec d’un côté des géants industriels, financiers ou des géants du numérique qui non seulement brassent  des milliards de profits   mais surtout imposent  une domination économique et culturelle. Dans l’agriculture,  l’industrialisation a permis de multiplier par 5 ou par 10 les rendements grâce à la mécanisation mais aussi à l’utilisation de cocktails chimiques dont  on ne pourra mesurer les effets sur la santé que dans des dizaines d’années par exemple concernant le développement des affections neurovégétatives ou des cancers. Cette  agriculture chimique a tué 80% des insectes et autant d’espèces animales en quelques dizaines d’années bouleversant aussi la biodiversité. Or les coronavirus par exemple naissent  à 80% parmi les animaux dont les atteintes à environnement empêche l’auto-immunisation d’antan. Concernant les inégalités,  il faut citer l’accès au logement de plus en plus difficile dans les grandes métropoles qui rejette dans les banlieues lointaines ou les zones rurales les catégories les moins favorisés. Ce phénomène de super concentration urbaine n’est pas étranger aux crises sanitaires et environnementales en raison de l’excessive densité des populations. En France par exemple,  les couches moyennes sont progressivement chassées de Paris où il faut en moyenne 1 million d’euros pour un appartement à peu près décent. C’est un peu le même phénomène dans le monde entier ou dans des métropoles françaises de province. Les inégalités se développent aussi en matière de formation même si globalement les effectifs scolarisés augmentent et vont de plus en plus loin dans les études. Des études très approfondies pour certains ( notamment les écoles d’ingénieurs et certaines disciplines universitaires)  mais des études qui débouchent sur des diplômes fictifs pour d’autres condamnés à des emplois de faible qualification ou au chômage, un phénomène particulièrement français qui culturellement pointe l’apprentissage comme une sorte de tare sociale. D’un point de vue social, il n’est pas admissible que des pays développés comptent autant d’inégalités voire de pauvreté sans parler des gens dans la rue. Le domaine culturel est aussi affecté  avec d’un côté des productions de grande qualité mais de l’autre des productions de masse de type industriel faites  pour abêtir, endoctriner ou endormir. Pour s’en persuader, il suffit  d’analyser le contenu des 200 ou 300 chaînes de télévision disponibles en France. La complexité qui mériterait d’être bien davantage appropriée   crée une sorte de refuge vers  l’individualisme. Faute de réassurance identitaire, nombre de personnes se réfugient  dans le mirage d’un passé illusoire avec le fol espoir qu’il  prendra la place du  futur. Ce qui explique aussi les nouvelles résistances face aux flux migratoires considérés comme des facteurs anxiogènes économiques mais aussi culturels. Cela d’autant plus que les capacités d’intégration se sont considérablement affaiblies pour ne pas dire parfois écroulées dans certaines zones   D’où le développement de formes  de populisme  voire de néopoujadisme  et de nationalisme. Une sorte de reflexe  face à la peur des changements. Ce repli réactionnaire et individualiste remet en cause le ciment et le dynamisme qui fonde une n nation ; une  nation dont l’unité est mise en cause également  par le refuge dans des groupes identitaires religieux autant que civils. Un refuge qui peut se même se réduire à la cellule familiale voire encore moins. En bref,  la dimension collective fout le camp sauf dans quelques cercles très restreints. Ceci étant, tout cela se nourrit aussi de l’injustice,  des dysfonctionnements de l’anarchie des marchés et des flux  qui souffrent d’un manque évident de régulation et d’équité ;   Non seulement à  l’échelle européenne mais mondiale. Les facteurs explicatifs de cette crise sont nombreux et complexes, on ne saurait les résumer dans un court papier. Mais la première démarche pour mieux comprendre consisterait d’abord à admettre cette complexité. Cela pour éviter le piège du simplisme qui ne peut conduite qu’à la caricature. Les responsables chacun à leur échelle, tentent  bien de résoudre certains des effets de la crise mais ce sont le plus souvent des actes trop partiels et de court terme là ou il faudrait des orientations plus globales qui s’inscrivent dans le temps. De ce point de vue,  la démocratie en est sans doute encore au stade néandertalien concernant le mode d’élection et les conditions d’exercice du mandat. D’où l’insatisfaction générale et souvent partout dans le monde trop de contradictions entre les intentions affichées et les réalités pouvoir : De quoi nourrir un peu plus le populisme et l’incompréhension de la crise.

Transport aérien : une crise durable pour Airbus aussi

Transport aérien : une crise durable pour Airbus aussi

Une crise pour les compagnies aériennes et par conséquence aussi des constructeurs. Boeing a complètement arrêté sa production d’avions commerciaux et Airbus va réduire la sienne de l’ordre r de 30 à 40 %. Le transport aérien pourrait bien connaître une crise économique comme il n’en a jamais connu. En effet, il y a la perte de recettes de l’ordre de 90 % depuis la crise sanitaire que nombre de compagnies ne pourront gérer. Les grandes compagnies seront sans doute sauvées éventuellement par la nationalisation provisoire par les Etats .  Nombre d’entreprises moyennes et petites vont disparaître avec l’assèchement total de leur trésorerie. Le problème c’est que la crise n’est pas temporaire. En effet il y a fort à parier que le Coronavirus aura des conséquences sur la mobilité des biens et des personnes dans l’avenir.

Certes le système de production et de distribution ne sera pas immédiatement et totalement chamboulé, l’évolution sera progressive, on pourra même connaître des pics temporaires de rattrapage pour certains produits. Reste que globalement le volume et la nature de la mobilité vont évoluer pour les biens comme pour les personnes. Le secteur le plus affecté concernant la mobilité des personnes sera le tourisme.

On peut déjà considérer que les congés d’été seront partiellement annulés.  Mais au-delà de 2020, de fortes interrogations vont naître sur la nécessité de cette mobilité débridée. Même les déplacements d’affaires pourraient être mis en cause une fois aura été vérifiée l’efficacité des relations sur Internet notamment par vidéoconférence. Lufthansa par exemple  »ne s’attend pas à un retour rapide du secteur du transport aérien au niveau d’avant la crise », déclare le groupe dans un communiqué. La « levée totale des restrictions de voyage durera des mois » et le retour de la demande à la normale « des années », précise-t-il.

Selon des analystes, Lufthansa a indiqué qu’il ne s’attendait pas à un retour de la demande au niveau de 2019 d’ici quatre à cinq ans.  Pensez que Boeing a décidé d’arrêter sa production d’avions commerciaux en raison de la crise sanitaire bien sûre mais aussi des problèmes récurrents de sécurité concernant le 737. Chez Airbus il n’est pas question de stopper la production mais de la ralentir de manière significative. Airbus a annoncé mercredi une réduction généralisée de sa production pour l’adapter aux perturbations provoquées par l’épidémie de nouveau coronavirus.

12345...18



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol