Archive pour le Tag 'crétin »'

Trump : idiot ou crétin ? (secrétariat Maison Blanche)

Trump : idiot ou crétin ? (secrétariat Maison Blanche)

 

 Apparemment c’est la question qu’on se pose dans administration américaine. Trump est-il atteint de déficience intellectuelle ou simplement idiot ? Ce qui est à peu près la même chose. Les deux termes ont été employés par des proches de Trump ; Des appréciations guère appréciées par l’intéressé qui a plutôt uen haute opinion de lui-même. Du coup la valse des membres de l’administration Trump va continuer. Le prochain départ devant concerner John Kelly, le secrétaire général de la Maison-Blanche qui,  a plusieurs fois qualifié Donald Trump d’ »idiot » devant des membres de l’administration présidentielle et pourrait quitter la Maison blanche d’ici juillet, rapporte lundi la chaîne américaine NBC. La chaîne cite huit membres actuels ou passés de la présidence américaine. Quatre d’entre eux assurent avoir entendu Kelly proférer cette insulte. Trois autres disent n’en avoir jamais été les témoins. D’après ces sources, Kelly, qui occupe un poste clef dans le fonctionnement de la Maison-Blanche depuis la fin juillet 2017, se présente aussi comme un rempart solitaire contre une catastrophe, endiguant les exigences imprévisibles d’un président qu’il conviendrait de « sauver de lui-même ». L’ancien général quatre-étoiles, auquel Trump avait confié le département à la Sécurité intérieure en janvier 2017, a été appelé à la Maison-Blanche le 28 juillet 2017 après le limogeage de Reince Priebus. Son arrivée a été vue comme une volonté de reprise en main de l’administration présidentielle, menacée et tiraillée par les divisions. et

Une autre figure de l’administration Trump, l’ex-secrétaire d’Etat Rex Tillerson, a manié l’insulte contre le président, le qualifiant de « crétin » selon plusieurs sources citées d’abord par NBC. Il a été limogé d’un tweet en mars dernier.

Certaines sources de NBC évoquent un départ de Kelly d’ici juillet, pour le premier anniversaire de sa prise de fonction. D’autres estiment que rien n’est sûr.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu dans l’immédiat auprès de la Maison-Blanche.

 

Valbuena – Benzema : une affaire de crétin

Valbuena – Benzema : une affaire de crétin

L’affaire Valbuena Bennera doit être resituée dans le contexte général du foot fric ; fric qui inonde de manière scandaleuse des footballeurs certes de talent mais complètement crétin. La faute au système de formation des joueurs et des centres de jeunes qui négligent complètement l’enseignement général pour ne privilégier que la technique footballistique. Dès lors  il ne faut pas s’étonner que la plupart des footballeurs professionnels soit complètement incultes et même que certains adoptent des comportements plus que limite. Et de ce point de vue Benzema est loin d’être exemplaire. Dans l’affaire en cause, Valbuena n’a rien à se reprocher, certes ce n’est pas une lumière mais sa conduite est exemplaire tant sur le terrain (y compris en équipe de France) qu’en dehors. Malheureusement il est vraisemblable qu’il sera sanctionné en étant écarté de l’équipe de France. Comme d’ailleurs Benzema ;  ce qui serait justifié par ses différents comportements borderline. Le footballeur Mathieu Valbuena se dit donc déçu de l’attitude de son coéquipier de l’équipe de France Karim Benzema dans une affaire de chantage présumé le visant, ajoutant que ce dernier l’a « indirectement » invité à payer les maîtres-chanteurs. Dans un entretien à Reuters, l’avocat de l’attaquant des Bleus souligne que « la déception n’est pas un délit » et estime que le dossier est « faussé » depuis la publication d’extraits d’une conversation entre son client et un ami d’enfance.  D’après ces extraits, « tronqués », selon sa défense, Karim Benzema aurait tenté de convaincre Mathieu Valbuena de négocier avec ses maîtres-chanteurs présumés. Ces derniers auraient été en possession d’une vidéo intime embarrassante pour Mathieu Valbuena et les enquêteurs tentent de déterminer le rôle éventuel de Karim Benzema dans une tentative d’extorsion de fonds.

Sarkozy « crétin, suffisant et « jaloux » Berlusconi

Sarkozy « crétin, suffisant et  jaloux » Berlusconi

  •  

 

My Way, c’est le titre la nouvelle biographie de Silvio Berlusconi. Et comme d’habitude il livre ses théories d’intrigues internationales. Il fait aussi une charge acerbe contre Nicolas Sarkozy et relate quelques-uns de ses gestes déplacés.  Il y a eu un sourire narquois, aussi qualifié de « petite grimace suffisante », échangé entre l’ancien président et la chancelière allemande Angela Merkel, après une question sur le sérieux des réformes en Italie. Il y a aussi eu une poignée de main repoussée lors d’un sommet de la zone euro en octobre 2011, alors que Berlusconi était poussé vers la sortie par sa majorité. Des gestes qui ont profondément heurté l’ancien président du Conseil. « Quel crétin! Quelle arrogance! Personne ne s’est jamais comporté comme ça avec moi » enrage Silvio Berlusconi C’est donc un portrait très peu flatteur pour Nicolas Sarkozy. Celui d’un « politicien bouillonnant doté d’un ego surdimensionné », « personnage napoléonien à l’esprit vif et au tempérament emporté ». Le Cavaliere évoque aussi « la jalousie » et « l’obsession pour l’argent » de l’ancien président de la République française. Silvio Berlusconi raconte qu’après son mariage avec Carla Bruni, héritière d’une richissime famille italienne, Nicolas Sarkozy lui a dit en riant : « Tu vois Silvio ! Maintenant, je suis riche. Comme toi ! » 

 

Voyage Berlin-Valls: un radin et un crétin

Voyage Berlin-Valls:  un radin et un crétin

 

Un radin  c’est évident car sur environ 20 000 euros,  il réussit ( ou tente de faire croire)  qu’il n’ y a que le transport de ses deux enfants à rembourser. En fait ce voyage était inutile, il n’avait rien d’officiel ; Valls  doit donc rembourser la totalité. Notons cependant que la somme de 20 000 euros est très approximative car outre le prix du transport proprement dit  il y a la mobilisation d’une  dizaine de personnes.  Fillon en son temps avait bien été contraint ( par la cour des comptes) de rembourser totalement ses voyages personnels. Conclusion Valls qui n’est pas avare de paroles pour justifier l’ austérité est plutôt prés de  ses sous quand il s’agit d’honorer  ses dépenses. lI aurait mieux fait de régler la totalité de la somme car la vraie facture celle de la popularité sera beaucoup plus lourde pour lui dans quelques jours.  Il n’y a en effet aucune raison de pardonner au père la rigueur une  telle entorse à l’éthique politique et au bon sens. Valls est aussi un crétin ( qualificatif attribué en premier par le philosophe Onfray). Sil réfléchissait un peu au lieu de se livrer mains et poings liés aux spécialité de la com.  de RSCG , il devrait mesurer le décalage qu’il peut y avoir entre les sentiments des Français de base et le mépris que témoignent certains politiques à l’égard  de ceux qui les ont désignés. Cette fois,  il est mal coaché  par cette boite de publicité dont il est très proche. Habituellement on lui  conseille de suivre les sondages , mais «  la gauche RSCG » qui a déjà coulé Cahuzac risque de faire plonger le Clemenceau d’opérette.  Au lieu de s’entourer de marchands de baratins et de savonnettes, Valls ferait mieux de s’entourer de conseillers en prise avec les réalités économiques et sociales. Au royaume du faire savoir le savoir faire n’a guère sa place. Mais cette fois la « gauche RSCG » ( et autres boites de pub) se révèle comme elle est : un vide sidéral quant au contenu. 

Valls, un crétin … les autres aussi (Michel Onfray)

Valls, un crétin … les autres aussi (Michel Onfray)

 

Hier sur dans le grand journal de Canal plus Michel Onfray n’a pas démenti ses propos, Valls est bien un crétin . Pas seulement lui, la plus grande partie de la classe politique ; une oligarchie  concentrée sur l’apparent, l’immédiat, le dérisoire. Même Juppé s’est fait piégé en avouant qu’il n’avait pas  lu le coran.( et le  le regrettant «  j’ai faat de très longues études effectivement je ne l’ai jamais lu »). Et pourtant c’est loin d’être le  moins inculte de la classe politique. Effectivement  c’est pas facile de parler d’islam et de laïcité quand on ne connait pas les textes ! Mais c’est la même ignorance dans le domaine économique, social, environnemental , sociétal et plus généralement culturel.   Le rejet de la classe politique peut s’expliquer de plusieurs façons. Bien entendu la crise systémique constitue un facteur explicatif fondamental. La  nature, l’ampleur, la durée de cette crise bouleversent les analyses classiques et rendent  obsolètes les vieilles recettes politiciennes. La complexité de cette crise, ses interactions, son champ  géographie supposeraient une approche multisectorielle, économique, bien sûr mais également sociale , environnementale et même culturelle. Une vision à long terme surtout.   Dit autrement cette crise implique une  approche un peu intellectuelle ; or ce sont des technocrates qui nous gouvernent avec forcément une  approche non pas technique mais techniciste. Autrement dit une approche de marchands de chiens surtout soutenue par la com. qui dégouline de tous les propos. Inutile de tourner autour du pot notre classe politique actuelle est globalement inculte, elle n’a pas lu un livre depuis trente ans disait un expert en la matière. Ce n’est pas Fleur Pellerin  , ministre de la culture, qui fait exception Un des derniers intellos  était sans doute Rocard ;Mitterrand aussi ( ce qui prouve cependant que la culture ne fait pas tout ! ). L a com. a pris le pas sur la réflexion et sur le  long terme. La politique est réduite à la réaction et non à l’action stratégique. C’est la posture qui compte,  pas la position de fond et les médias contribuent largement à réduire la sphère de l’action politique en privilégiant l’accessoire voire l’insignifiant. Du coup,  les responsable nationaux en jouent et en surjouent. Les politiques sont devenus des comédiens ,  des marchands de boniments, de poncifs et de contrevérités. Valls ( qu’il ne faut surtout pas attaquer car c’est encore le chouchou des médias), avec ses colères  simulées de Clemenceau d’opérette , ses incantations permanentes à l’autorité, ses hymnes à la responsabilité est sans doute l’un des plus pathétique car il masque en réalité toute velléité de réforme structurelle aux enjeux essentiels. Hollande, Sarko, Lepen, la plupart des grands leaders s’inscrivent dans la mouvance dialectique énarchique. Parler pour ne rien dire en donnant l’impression de connaitre les dossiers. Mais en surfant  sur les vagues « sondagières » , ce qui rend toute compréhension et toute cohérence impossibles. Ils  auraient du mal à penser par eux-mêmes car la plupart sont incultes. Et cette langue de bois les rassure , en tout cas masque le vide sidéral de leur pensées, ne parlons pas de leurs vraies convictions qui se limitent  à leur avenir personnel. Seconde insuffisance tragique, la méconnaissance du réel. Tous sont des bourgeois, certains même de très grands bourgeois,  qui ne peuvent avoir la moindre idée des réalités sociales et culturelles. Quand ils vont sur le terrain ( comme il disent,)  c’est pour  rencontrer des notables ou serrer des mains de manière furtive. Que connaissent-il du chômage, des inégalités, de la pauvreté, des prisons, de l’  immigration ou même des écoles(  leurs enfants ne sont pas dans l’école du quartier et ou ne préparent pas un bac pro qui mène tout droit à pôle emploi). Du coup, ils privilégient  une  approche virtuelle de la société en soumettant le réel à la déformation du prisme  de leur vision. Pas étonnant que sur l’école, la violence ou le terrorisme par exemple, on aboutisse à des plans ridicules. Même chose en matière d’économie et là essentiellement du fait que l’oligarchie ignore tout de cette étrange planète. Pas étonnant,  ce sont presque tous des fonctionnaires. Dernier  élément de  cette caricature de la classe politique :  son incompétence pour les raisons déjà évoquées. Comment appliquer des thérapies de choc quant on ignore le nature et l’ampleur des pathologies. On soigne donc  les cancers sociétaux avec des dolipranes. Evidemment le paysage politique ne changera avec un changement de majorité, il faudra bien autre chose, une révolution culturelle non pas violente mais radicale pour transformer une  sociologie politique  complètement obsolète surtout au sommet des partis et des institutions. Aussi un autre contenu de la démocratie.

Valls : « C’est un crétin » (Onfray )

Valls : « C’est un crétin » (Onfray )

Il a raison Onfray, Valls est un crétin, le genre de pur produit de l’oligarchie, sans profondeur  opportuniste et inculte. , . Après avoir déclaré dimanche que le Premier ministre « perdait les pédales », le philosophe en remet  en effet une couche ce lundi 9 mars en le traitant de « crétin ».  S’exprimant au micro d’Europe 1, Michel Onfray a reproché au Premier ministre de ne pas avoir lu les propos qu’il avait tenus dernièrement dans une interview au Point. « Il a dû avoir ses fameux conseillers en communication qui lui ont fabriqué une petite fiche, ils n’ont pas compris ce que j’avais écrit », a-t-il déclaré. C’est un crétin », a-t-il lancé à propos du chef du gouvernement. « J’ai vérifié dans le dictionnaire, ça s’appelle un crétin. Ce n’est pas insultant, c’est familier. » C’est « un personnage qui vous fait tenir des propos que vous n’avez pas tenus et qui se contente de lire les fiches » de ses conseillers en communication, des « petits gominés trentenaires ».   »Moi, j’ai dit que je préférais une idée juste d’Alain de Benoist à une idée fausse de Bernard-Henri Lévy, et que si l’idée était juste chez Bernard-Henri Lévy et fausse chez Alain de Benoist, je préfèrerais l’idée juste de Bernard-Henri Lévy. Donc, je n’ai jamais dit que je préférais Alain de Benoist à Bernard-Henri Lévy », a poursuivi le philosophe. « Je fais juste mon travail de philosophe en disant que je préfère une idée juste, et mon problème n’est pas de savoir si cette idée juste, elle est de droite ou de gauche », a ajouté Michel Onfray. « Moi, l’homme de gauche, je préfère une idée juste de droite à une idée fausse de gauche. » « J’ai l’impression que Manuel Valls pense le contraire, c’est-à-dire qu’il préfère une idée fausse, pourvu qu’elle soit de gauche, à une idée juste si elle est de droite. Cela s’appelle de l’idéologie et un philosophe ne peut pas laisser passer une chose pareille », a-t-il jugé. Pour le philosophe, « les repères sont perdus depuis que Mitterrand a converti la gauche à la droite ». « Les reniements de la gauche font Marine Le Pen, créent Marine Le Pen et nourrissent Marine Le Pen », a-t-il encore dit.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol