Archive pour le Tag 'Crédit Agricole'

Crédit Agricole mouillé dans le Panama papers

Crédit Agricole mouillé dans le Panama papers

On se demande bien ce que la banque des agriculteurs français faisait au Luxembourg pour faciliter des transactions financières douteuses qui ont été sanctionnées quand même par le Luxembourg. Une sanction au demeurant assez légère dont le montant ne dépasse pas 2 millions d’euros à répartir sur les 10 établissements financiers impliqués dans des transferts nauséabonds.  Cette affaire fait suite au Panama Papers et c’est  de manière assez symbolique que le Luxembourg a réagi. Pas étonnant le Luxembourg constitue un véritable paradis fiscal. En moyenne l’amende sera d’environ 200 000 € par établissements financiers. Une rigolade évidemment. ! La filiale de gestion de fortune du groupe Crédit agricole, CA Indosuez Wealth (Europe), et trois autres banques européennes ont reçu une amende de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) au Luxembourg après les révélations des « Panama Papers ». Le gendarme de la place financière luxembourgeoise a annoncé ce mercredi avoir imposé des sanctions à neuf banques et sociétés de gestion pour un montant total de 2,01 millions d’euros, sans détailler les amendes par entité. La CSSF explique avoir procédé  »à une vérification complète des comptes de sociétés, en relation ou non avec Mossack Fonseca ou le Panama, et plus particulièrement du respect des obligations d’identification du client (know your customer) et de détection des transactions à risque (know your transaction) » après avoir pris connaissance du scandale. Outre CA Indosuez Wealth, la filiale de la banque norvégienne DNB, celle de la suédoise Nordea Bank  et la succursale de la banque portugaise Novo Banco ont été sanctionnées. Cinq sociétés de gestion ont aussi écopé d’une amende: Experta Corporate and Fund Services, Link Corporate Services, Maitland Luxembourg, Pure Capital et Victory Asset Management.

Surtaxe : Crédit Agricole, BPCE et Crédit Mutuel crient au loup !

Surtaxe : Crédit Agricole, BPCE et Crédit Mutuel crient au loup !

 

Le crédit agricole et d’autres banques « mutualistes » crient  au loup à propos de la taxe destinée à remplacer la taxe sur les dividendes annulée par le Conseil d’Etat. Et avec des arguments qui prêtent à rire ou plutôt à pleurer : « En réalité c’est un transfert injustifié, au bénéfice des groupes qui préfèrent investir à l’étranger et au détriment des entreprises qui opèrent en France, y investissent, y créent des emplois et y font des bénéfices », critique notamment  Dominique Lefebvre, le président de la Fédération nationale du Crédit Agricole. Or le Crédit agricole est devenu une  banque internationale comme les autres et il y a longtemps que les agriculteurs ont été dessaisis de leur pouvoir sur un organisme qui a été détourné de son objet au profit d’oligarques agricoles.     . Cette « contribution exceptionnelle » doit rapporter 5,4 milliards d’euros afin de compenser (partiellement) l’annulation par le Conseil constitutionnel de la taxe sur les dividendes que l’Etat devra rembourser aux grandes entreprises (soit 10 milliards) : 320 groupes réalisant plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires seront concernés et verront leur taux d’impôt sur les sociétés passer de 33,3% à 38,3% et même à 43,3% pour la moitié d’entre eux, dont les facturations dépassent les 3 milliards d’euros. Notamment les banques. Si les patrons des banques mutualistes se dépeignent en acteurs finançant « l’économie réelle« , soutenant « de multiples actions associatives et solidaires », la récente enquête de « 60 Millions de consommateurs » et l’Unaf sur les frais bancaires pour incidents a révélé que les banques coopératives n’étaient pas les plus clémentes en matière d’agios et de commissions en tous genres…Notons le caractère « mutualiste douteux. . Le Crédit agricole est aujourd’hui la première banque française avait très avec près de 30 % de parts de marché. À l’origine vers la fin du XIXe siècle de crédit agricole a été créé dans un but mutualiste pour aider les entreprises agricoles françaises à caractère familial. De proche en proche la structure juridique s’est transformée pour s’éloigner de plus en plus de son objet social initial et devenir une banque internationale dont certaines activités sont très éloignées de la problématique agricole française. Théoriquement le crédit agricole est encore sous le contrôle des caisses régionales  et des agriculteurs mais il y a longtemps que la superstructure a pris le pouvoir. Notons que le développement assez extraordinaire de cette banque a surtout été permis par le soutien financier public notamment pendant longtemps grâce au soutien de la Banque de France et aux  prêt à taux bonifiés ( financés en fait par l’Etat). La diversification des activités leur extension au plan international a amené le crédit agricole à s’engager dans des opérations parfois douteuses sanctionnées notamment par les autorités américaines.

 

Le Crédit Agricole et les banques classiques craignent Orange Bank

Le Crédit Agricole et les banques classiques craignent Orange Bank

 

 

  • Le crédit agricole –comme les autres banques classiques– redoute à juste titre la future concurrence d’Orange Bank. Orange qui se lance dans l’activité bancaire entend devenir l’une des principales banques françaises sinon la première. Il est clair qu’Orange avec son portefeuille clients en télécoms disposent d’un potentiel assez considérable. En outre le paiement par téléphone portable, internet ou Smartphone notamment pourrait constituer un atout supplémentaire. Il reste cependant du chemin à parcourir pour qu’Orange dépasse par exemple la BNP. Orange vise en effet 2 millions de clients avant 10 ans. Cela étant on peut faire la confusion entre le nombre de clients et le nombre de comptes. Pour les ménages en effet le nombre de comptes tourne autour de 130 millions. Orange  veut compter parmi les leaders. Ses ambitions sont spectaculaires: selon les syndicats, Orange vise 400.000 clients dès la première année, et 2 millions d’ici à 2024. C’est par exemple deux fois plus que les leaders historiques comme ING Direct ou Boursorama, la filiale de la Société Générale qui vient tout juste de franchir le cap des 900 000 clients. Pour Orange le chemin est encore long à parcourir si l’on s’en tient à la situation des banques en France que fait culture banque :

 

BNP Paribas affiche un produit net bancaire en augmentation de 9,6% pour atteindre 42,9 milliards d’euros en 2015 contre 39,2 milliards d’euros l’an dernier. BNP Paribas valide encore sa première place au palmarès des banques françaises en termes d’activité. Le coût du risque est stable, mais la banque aux 4 étoiles n’est plus pénalisée comme l’an passé par une amende de 6 milliards d’euros des Autorités des Etats-Unis, ainsi le résultat net part du groupe retrouve un niveau très élevé à 6,7 milliards d’euros.

Groupe Crédit Agricole : La banque verte (les caisses régionales, la holding et ses filiales dont LCL) présente un PNB de 31,8 milliards d’euros pour s’offrir une nouvelle fois la seconde place de notre classement 2016, une performance bien aidée par la dynamique de la gestion de l’épargne et l’assurance du groupe. Le RNPG ressort lui aussi en hausse à 6 milliards d’euros.

Société Générale : La banque de La Défense poursuit sa croissance en 2015 avec un PNB en hausse à 25,6 milliards d’euros. La banque précise qu’il s’agit d’une bonne performance commerciale de l’ensemble des métiers, notamment en banque de détail avec 305 000 ouvertures nettes de comptes à vue et une bonne dynamique du crédit. Le RNPG de la Société Générale termine en belle hausse à 4 milliards d’euros, il bénéficie aussi de la baisse du coût du risque.

Groupe BPCE : Le groupe Banque Populaire et Caisse d’Epargne (Natixis et ses filiales) présente un PNB de 23,8 milliards d’euros, une hausse notamment portée par les métiers spécialisés de Natixis. Le groupe BPCE est désormais en 4ème position de notre classement des banques. Le résultat net part du groupe est en hausse à 3,2 milliards d’euros.

Groupe CM11-CIC : Ce groupe est composé de 11 fédérations Crédit Mutuel, du Crédit Industriel et Commercial (CIC) et ses filiales. Le groupe mutualiste réalise un Produit Net Bancaire en hausse à 12,8 milliards d’euros, avec développement notable des activités extra-bancaire : assurances, téléphonie, télésurveillance et ventes immobilières… Le résultat net part du groupe affiche un niveau record pour ce groupe à 2,3 milliards d’euros.

La Banque Postale : La banque du groupe La Poste présente une légère hausse de son PNB 5,7 milliards d’euros (stable avec les arrondis…). Tout comme sa rentabilité qui atteint 707 millions d’euros. Son activité de crédit immobilier progresse de +43% profitant du contexte de renégociation des prêts immobiliers. La Banque Postale mise également sur la clientèle de professionnels et d’entreprises pour l’année 2016.

Crédit Mutuel Arkéa : Composé de 3 caisses régionales Crédit Mutuel Arkéa, la banque en ligne Fortuneo, et de nombreuses des filiales (bail, affacturage, assurance…). Ce groupe breton se fait remarquer par sa volonté d’indépendance vis-à-vis du groupe national Crédit Mutuel-CIC. Les irréductibles bretons communiquent un PNB de à 1,8 milliards d’euros et une rentabilité de 296 millions d’euros.

 

Mais il est indéniable que l’offre bancaire d’Orange accessible aussi sur Internet et par l’application mobile va constituer un atout considérable qui pourrait accélérer le développement de rangements. L’offre sera d’abord distribuée dans 140 boutiques, qui ont déjà été sélectionnées sur les 850 que compte le réseau. « Ce sont les plus grosses, celles dans lesquelles il est possible d’aménager un espace de confidentialité ». Dès le deuxième semestre 2017, l’offre sera également distribuée par les réseaux Groupama et Gan. Ce qui représente 3.000 points de vente supplémentaires. « Nous n’allons pas transformer nos agences en banques ou nos commerciaux en conseillers bancaires » explique-t-on au sein du groupe. « Ils seront en quelque sorte des apporteurs d’affaires » ajoute un responsable syndical qui décrit le futur scénario : l’idée, c’est qu’à chaque fois qu’un client entre dans la boutique pour souscrire un forfait, le conseiller lui propose l’ouverture d’un compte, avec à la clé des réductions ».

 

Blanchiment : enquêtes sur Société générale, BNP et Crédit Agricole

Blanchiment : enquêtes sur   Société générale, BNP et Crédit Agricole

Les banques françaises Société Générale, BNP Paribas et Crédit Agricole sont les cibles d’une enquête américaine selon une source proche du dossier. Elles seraient soupçonnées de blanchiment d’argent et violations de sanctions américaines contre certains pays, ce vendredi 8 mars.  « L’enquête veut déterminer si elles ont potentiellement blanchi de l’argent sale et violé l’embargo américain en faisant des affaires avec un certain nombre de pays comme Cuba, l’Iran et le Soudan », a dit cette source, confirmant des informations du Wall Street Journal. Selon elle, d’autres grandes banques internationales seraient aussi citées dans l’enquête. Elle s’est en revanche refusée de dire quand cette enquête avait débuté et de préciser les noms des autres banques impliquées. L’enquête est menée conjointement par le Trésor des Etats-Unis, le département américain de la Justice et le régulateur des services financiers de New York. D’après le Wall Street Journal, BNP Paribas serait en négociations avec les autorités américaines pour trouver un accord à l’amiable. Lors de la publication de ses résultats annuels en février, la première banque française avait indiqué qu’elle avait passé une provision de 798 millions d’euros au quatrième trimestre, en lien avec une enquête des autorités américaines sur des paiements en dollars réalisés dans des pays soumis à un embargo des États-Unis. Dans un dossier similaire, la banque britannique Standard Chartered avait payé 650 millions de dollars en 2012.

 

Bug Crédit agricole : 350.000 agriculteurs touchent 3,4 milliards en trop !

Bug Crédit agricole : 350.000 agriculteurs touchent 3,4 milliards en trop !

« C’est pas à moi que ça arriverait ! », c’est la première réaction de nombre de lecteurs qui prennent connaissance de cette petite erreur du Crédit Agricole (qui sera rectifiée, rassurons-nous !). Touché par un énorme incident informatique, le Crédit agricole a versé des primes de la Politique agricole commune (PAC) doublées à 350.000 agriculteurs, début décembre, indique le Journal du dimanche. Au total, 3,4 milliards d’euros ont été versés en trop. « Lundi (2 décembre), un immense bug informatique a provoqué une déferlante de virements erronés. Plus de 350.000 agriculteurs ont reçu sur leur compte des primes de la PAC en double », selon l’hebdomadaire. Les aides de l’Europe dans le cadre de la politique agricole commune sont versées par le ministère de l’Agriculture via le Crédit agricole. « Au total 3,4 milliards d’euros leur ont été virés en trop, soit en moyenne des transferts de 20.000 euros chacun au lieu de 10.000 euros », précise le journal. Selon le JDD, « la banque reste floue sur les causes réelles de l’incident », mais il indique toutefois qu’une « erreur technique a été aggravée selon une source interne, par une défaillance humaine au sein de la filiale Crédit agricole Technologies ». Le 27 novembre « le même type d’incident avait déjà eu lieu », ajoute le JDD. « Un prestataire du Crédit agricole d’Ile-de-France a viré en double les salaires de 8.000 salariés de France Télévisions. Au total, 94 millions d’euros ont été versés au lieu de 47 millions. Le bug a été résolu en quelques jours. »

 

Crédit Agricole : 50 agences menacées

Crédit Agricole : 50 agences menacées

 

La révolution est engagée dans la banque de détail. Le Crédit Agricole d’Ile-de-France va, d’ici à 2015, fermer 50 agences sur les 325 présentes dans la région. Un mouvement de fond dans les banques, qui sont toutes en train de repenser leur réseau. Elles avaient déjà brisé le tabou en annonçant une rationalisation en douceur de leur réseau. Cette fois, elles passent à l’acte. BNP Paribas a prévu de transformer son réseau pour spécialiser une partie de ses agences. Le Crédit Agricole va donc, de son côté, en fermer une cinquantaine en Ile-de-France. Toutes les banques sont en réalité confrontées au même dilemme: montée en puissance de la banque en ligne, et baisse de la fréquentation des agences. Aujourd’hui, près de 5% des opérations bancaires basculent chaque année des réseaux vers internet ou les distributeurs. Le tout dans un contexte de baisse des crédits et de taux bas qui rognent les marges et les revenus. En bref, toutes les banques sont obligées de repenser en profondeur un modèle de banque de détail, qui est de moins en moins rentable. La fermeture de 50 agences au Crédit Agricole Ile-de-France prouve que le changement de braquet pourrait être un peu plus radical que ce qu’elles annonçaient.

 

Moody’s- Crédit Agricole : moins pessimiste

Moody’s- Crédit Agricole : moins pessimiste

 

Après les pertes catastrophiques du Crédit Agricole dues à la spéculation, Moody’s relève légèrement la notation du Crédit Agricole. L’agence de notation Moody’s a relevé vendredi de « négative » à « stable » la perspective de la banque Crédit Agricole après la vente de sa filiale grecque Emporiki qui plombait ses comptes. Cette décision fait suite à la cession début février d’Emporiki qui a mis un terme à l’aventure grecque du Crédit agricole, a indiqué l’agence dans un communiqué.

 

chansons-poèmes de  g.bessay:

http://chansontroisiemeage.unblog.fr/

 

 

 

Crédit agricole : près de 1500 postes menacés

Crédit agricole : près de 1500 postes menacés

Après le déficit record (lié à la spéculation plus qu’hasardeuse), il faut payer la note au Crédit agricole qui apprête à supprimer près de 1500 postes. Près de 1 500 postes ne devraient pas être remplacés au sein des caisses régionales du Crédit Agricole annonce ce lundi matin le journal Les Echos.  Selon le quotidien, qui dit s’être procuré un document interne de la Fédération nationale du Crédit agricole (FNCA), le Crédit agricole prévoit pour cette année le départ de 4 125 salariés et n’entend recruter que 2 707 personnes, « un mouvement qui se traduirait donc par la suppression de 1 418 postes ». « Au total, les effectifs les effectifs des 39 caisses régionales et de Crédit agricole Titres passeraient ainsi sous la barre des 65 000 », poursuit le journal. Interrogée par le quotidien, Camille Béraud, directrice générale adjointe de la FNCA chargée des ressources humaines, explique toutefois que le groupe n’a « pas de stratégie de suppression de postes ». « Il s’agit là de prévisions statistiques à douze mois », souligne Camille Béraud. « Si les départs en retraite sont plus importants en 2013, ils ne seront peut-être pas tous remplacés ». Un porte-parole de la FNCA s’est pour sa part refusé à tout commentaire. Crédit agricole SA, qui a accusé l’an dernier une perte de près de quatre milliards d’euros, entend désormais tourner la page de ses déboires à l’international et prévoit un nouveau plan stratégique triennal.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Crédit Agricole : perte de 5 milliards pour spéculation

Crédit Agricole : perte de 5 milliards pour spéculation

 

Récemment le Crédit agricole s’est encore opposée à la reformes bancaire qui prévoit de séparer les activités de dépôts des activités spéculatives ; On se demande bien pourquoi ! Ce sont les dépôts qui vont permettre d’éponger les 5 milliards de pertes sur les actifs spéculatifs de 2012. On peut se demander si c’est du rôle et de la compétence du Crédit agricole d’investir des dans activités à risques. Les  comptes 2012, qui seront publiés intégralement le 20 février, intégreront une perte de 2,5 milliards d’euros. Celle-ci est due à une réévaluation à la baisse de la valeur comptable de sa banque de financement et d’investissement, de sa filiale en courtage Newedge, de son activité de crédit à la consommation, ainsi que de ses filiales en banque de détail en Italie et au Portugal. Cela s’ajoute à des éléments exceptionnels de 1,3 milliard qui vont aussi affecter ses résultats. Le groupe précise que ces charges «n’affectent ni sa solvabilité ni sa liquidité» et sont «sans impact sur la trésorerie, celle-ci ayant été décaissée lors de l’acquisition des sociétés concernées». Sur l’année 2012, la perte devrait être record (a priori plus de 5 milliards). Au troisième trimestre, la banque avait déjà annoncé une perte de 2,5 milliards d’euros, également due à des dépréciations d’actifs.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Crédit agricole : pertes historiques

Crédit agricole : pertes historiques

La banque Crédit Agricole a annoncé vendredi des dépréciations massives au quatrième trimestre qui devraient entraîner des pertes historiques en 2012. La banque prévoit pour 2,676 milliards d’euros de dépréciations d’écarts d’acquisition, un jeu d’écriture comptable qui aura un impact négatif équivalent sur ses résultats, selon un communiqué.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Crédit agricole : dans le rouge ; les agriculteurs français paieront

Crédit agricole : dans le rouge ; les agriculteurs françaisepaieront

Deux années de suite. Crédit agricole SA – l’entité cotée du groupe Crédit agricole – s’apprête à boucler en 2012 un second exercice déficitaire, après la perte de 1,5 milliard d’euros essuyée l’an dernier. La cause reste la même, à savoir un développement mal maîtrisé en Europe du Sud, en particulier en Grèce. Cela pourrait bien toutefois être la fin du tunnel pour le Crédit agricole qui a, au total, englouti 8,7 milliards d’euros dans sa filiale grecque Emporiki.  La banque verte annonce, en effet, mercredi avoir conclu un accord avec la banque grecque Alpha Bank afin de lui céder Emporiki pour un euro symbolique. Le français estime que cette transaction pèsera à hauteur de 2 milliards d’euros sur les comptes du troisième trimestre de Crédit agricole SA. Un retard que la banque ne pourra pas rattraper sur l’année: au premier semestre, elle avait enregistré un résultat net de 363 millions d’euros. En revanche, le groupe Crédit agricole, qui comprend les caisses régionales, devrait rester bénéficiaire: il avait inscrit un bénéfice d’1,7 milliard entre janvier et juin. En clair, les dépôts des agriculteurs viendront boucher le trou de la gestion aventureuse de la banque d’investissements. Ce qu’on appelle la gestion contemporaine ou des dirigeants qui s’enivrent du parfum de la financiarisation internationale ; souvent en se remplissant les poches au passage.

 

 

Crédit Agricole : le fiasco grec ; les agriculteurs français paieront la note

Crédit Agricole : le fiasco grec ; les agriculteurs français paieront la note

 

 

Quelques milliards dépensés en Grèce pour rien, le bilan du Credit agricole ancienne banque de dépôt des paysans qui s’est  progressivement transformé en banque d’investissement internationale en spéculant comme les autres. Les agriculteurs français paieront d’une manière ou d’uen autre ; Le Crédit Agricole a finalisé l’accord de cession de sa filiale grecque Emporiki à un autre établissement hellène, Alpha Bank, qui signe la fin de son aventure dans ce pays mais amputera le résultat du troisième trimestre de deux milliards d’euros. Comme annoncé début octobre, Crédit Agricole procèdera à une recapitalisation préalable de son ex-filiale de 550 millions d’euros et s’engage, en outre, à souscrire auprès d’Alpha Bank pour 150 millions d’euros d’obligations remboursables en actions.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol