Archive pour le Tag 'Covid-France :'

Covid France 14 mai 2022 :Encore +32.773 cas en 24h.

Covid France 14 mai 2022 :Encore  +32.773 cas  en 24h.

On enregistre vendredi 13 mai 2022: encore  +32.773 cas  en 24h,  147.257 morts au total, +98 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.826 (+4) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 118.431 (+94 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 0,68 le taux d’incidence à 376,49 et la tension hospitalière à 24,4 %. Le taux de positivité est à 16,8 %.

La France compte actuellement 19.272 (-490) personnes hospitalisées et 1.233 (-59) malades en réanimation.

Bilan des régions

  • Ile-de-France : 4.421 (-56) hospitalisées, 343 (-24) en réanimation et +14 décès en 24h
  • Grand Est : 1.482 (-39) hospitalisés, 111 (-1) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Hauts de France : 1.690 (-32) hospitalisés, 134 (+2) en réanimation et +6 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.009 (-149) hospitalisés, 110 (-5) en réanimation et +14 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 1.782 (-55) hospitalisé, 102 (+1) en réanimation et +7 décès en 24h
  • Bretagne: 737 (-16) hospitalisés, 43 (-1) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Normandie : 1.540 (-61) hospitalisés, 44 (-13) en réanimation et +13 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.184 (+4) hospitalisés, 84 (-1) en réanimation et +4 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 648 (0) hospitalisés, 31 (-4) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Occitanie: 1.514 (-39) hospitalisés, , 107 (-1) en réanimation et +8 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 839 (-5) hospitalisés, 47 (-5) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 826 (-40) hospitalisés, 43 (-3) en réanimation et +9 décès en 24h

Covid France vendredi 15 avril 2022 : encore +137.342 cas en 24h.

Covid  France vendredi 15 avril 2022 : encore +137.342 cas  en 24h.

Jeudi 14 avril 2022 : on enregistre encore plus 137 342 cas en 24 heures ,143.910 morts au total, +133 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 28.626 (+10) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 115.284 (+123 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,01 le taux d’incidence à 1.383,36 et la tension hospitalière à 32,6 %. Le taux de positivité est à 33,4 %.

La France compte actuellement 24.828 (+50) personnes hospitalisées et 1.648 (-2) malades en réanimation.

Selon les données de Santé Publique France, Découvrez le bilan des différentes régions françaises et leur évolution :

  • Ile-de-France : 4.931 (-44) hospitalisées, 424 (+15) en réanimation et +22 décès en 24h
  • Grand Est : 2.230 (-25) hospitalisés, 137 (-3) en réanimation et +10 décès en 24h
  • Hauts de France : 2.414 (+47) hospitalisés, 159 (+4) en réanimation et +12 décès en 24h
  • Auvergne Rhône Alpes : 2.436 (-1) hospitalisés, 130 (-5) en réanimation et +9 décès en 24h
  • Provence-Alpes Côte d’Azur : 2.256 (-10) hospitalisé, 172 (+6) en réanimation et +11 décès en 24h
  • Bretagne: 1.297 (+11) hospitalisés, 62 (+3) en réanimation et +10 décès en 24h
  • Normandie : 1.720 (+6) hospitalisés, 72 (-1) en réanimation et +3 décès en 24h
  • Nouvelle-Aquitaine : 1.754 (-2) hospitalisés, 116 (-6) en réanimation et +11 décès en 24h
  • Pays de la Loire : 921 (0) hospitalisés, 52 (-4) en réanimation et +14 décès en 24h
  • Occitanie: 2.124 (0) hospitalisés, , 166 (-16) en réanimation et +13 décès en 24h
  • Centre-Val de Loire : 1.020 (+55) hospitalisés, 60 (+3) en réanimation et +5 décès en 24h
  • Bourgogne-Franche-Comté : 1.079 (+8) hospitalisés, 62 (+1) en réanimation et +2 décès en 24h

 

 

Crise alimentaire : Suspendre le soutien aux biocarburants

Crise alimentaire :  Suspendre le soutien aux biocarburants

 

La perte de la production agricole ukrainienne peut être en partie compensée en cessant de soutenir les biocarburants, dont le bénéfice climatique est beaucoup plus faible qu’espéré et qui ne réduisent pas notre dépendance énergétique, estiment, dans une tribune au « Monde », les économistes Christophe Gouel et David Laborde.

 

Tribune.

 

La guerre en Ukraine, par le risque direct qu’elle fait peser sur la production agricole ukrainienne, et ses conséquences sur les marchés de l’énergie et des fertilisants ont conduit à une flambée historique des prix agricoles. Cette situation menace la sécurité alimentaire de nombreux pays pauvres et pousse l’Union européenne (UE) à chercher des solutions pour assurer sa propre souveraineté alimentaire et limiter l’impact de la guerre sur les marchés mondiaux.

Ces solutions tournent toutes autour d’une augmentation de la production, et nous font courir le risque de revenir sur les maigres avancées environnementales en cours dans le secteur. De plus, même si nous parvenions à accroître notre production, cela ne pourrait se faire qu’au mieux à l’automne pour les cultures de printemps, et en admettant que des problèmes d’approvisionnement en engrais ne viennent pas les compromettre. En réalité, l’Europe a les moyens d’agir dès maintenant sur les marchés agricoles : en suspendant ses politiques en faveur des biocarburants produits à partir de matières premières à usage alimentaire.

Les biocarburants sont des substituts aux carburants fossiles produits à partir de produits végétaux (les céréales et plantes riches en sucre – comme la betterave sucrière – pour l’éthanol, qui se substitue à l’essence, et les huiles végétales pour le biodiesel) ou de déchets. Parce que les émissions de CO2 résultant de la combustion des biocarburants sont en partie compensées par le CO2 absorbé par les plantes durant leur croissance, les biocarburants ont été soutenus en Europe depuis 2003 comme un outil de lutte contre le changement climatique.

Cependant, leur contribution à la crise des prix agricoles de 2007-2008 – et, dans une certaine mesure, à celle de 2011 – avait entraîné un revirement de la politique européenne dans ce domaine dès 2013. Malheureusement, les lobbys, la mémoire courte de certains décideurs politiques et quelques années d’abondance sur les marchés agricoles nous ont fait oublier la fragilité du système alimentaire mondial.

En 2020, selon l’OCDE, plus de trente millions de tonnes de produits agricoles étaient converties en biocarburants en Europe – plus encore si l’on compte les biocarburants qui y sont importés. Ce chiffre est important si on le compare à la production ukrainienne en grande culture, qui représente, toujours selon l’OCDE, 100 millions de tonnes en additionnant blé, maïs, autres céréales, betterave, tournesol, soja et colza.

 

Covid France : malgré 500 000 à 1 million de contaminés par jour vers la fin de la pandémie ?

Covid France : malgré 500 000 à 1 million de contaminés par jour vers la fin de la pandémie ?

 

 

 

En France , le nombre de contaminations annoncées chaque jour continue évidemment d’inquiéter. En effet officiellement ,ce sont 300 000 personnes par 24 heures qui sont concernées par la contamination. Dans la réalité les chiffres sont notoirement sous-estimés. Le nombre de contaminés se situe  en fait entre 500 000 et 1 millions. De sorte que rapidement une très grande partie de la population sera touchée et permettra selon les experts d’atteindre l’immunité collective .

 Les experts de l’OMS mais aussi de l’Europe ou de la France pense que le pic de contamination est proche dans l’hexagone mais sans dommage significatif supplémentaire puisque au contraire le nombre d’hospitalisés aurait maintenant tendance à diminuer.

 « Je ne serai pas surpris si le pic arrivait dans quelques jours, reconnaît

Mahmoud Zureik, épidémiologiste à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et directeur du groupement d’intérêt scientifique Epi-Phare. Impossible de dire si ce sera dans 4 jours ou dans une semaine, mais avec le nombre extrêmement élevé de contaminations en ce moment, avec plus de 300.000 cas positifs, mais en réalité plus probablement entre 500.000 et 1 million chaque jour, il y a tellement de Français qui vont être touchés par Omicron que la progression ne peut pas continuer de manière exponentielle très longtemps.»

 D’après ces mêmes experts on passerait donc assez prochainement d’une situation de pandémie que à une situation endémique. En bref des virus vont continuer d’exister mais concerner beaucoup moins de personnes et de régions avec des formes beaucoup moins graves.

Covid France : tendance à la baisse

Covid France : tendance à la baisse

Samedi, les services de soins critiques (qui rassemblent réanimation, soins intensifs et surveillance continue) accueillaient 5.005 patients, contre 5.106 vendredi.

Cet indicateur, surveillé de très près par les autorités sanitaires, s’éloigne doucement de la barre des 6.000 malades dépassée le 26 avril, et du pic alarmant de la première vague du printemps 2020 (environ 7.000 patients).

En 24 heures, 191 nouveaux patients atteints de formes graves du Covid ont été admis dans les services de réanimation, contre 269 la veille.

Cette tendance à la baisse s’observe aussi sur l’ensemble des hospitalisations, avec un total de patients Covid s’élevant à 25.800, contre 26.331 vendredi. Sur 24 heures, 844 malades ont été admis dans les hôpitaux, contre 1.140 vendredi.

La maladie a emporté 176 personnes à l’hôpital dans les dernières 24 heures, contre 227 la veille.

Covid-France : pression accrue sur les réanimations

Covid-France : pression accrue sur les réanimations

La pression sur les services de réanimation progresse depuis la veille. 5757 patients sont actuellement admis en réanimation, contre 5705 la veille, dont 498 lors des dernières 24 heures. Au total, les hôpitaux comptaient vendredi 30.326 patients atteints du Covid-19, dont 2120 admis lors des dernières 24 heures.

Sur le front des vaccinations, on avance mais très lentement ; 10.507.294 personnes ont reçu au moins une injection depuis le début de la campagne en France, (soit 15,7 % de la population totale) et 3.601.263 personnes ont reçu deux injections (soit 5,4 % de la population totale). Lors des dernières 24 heures, 510.267 personnes ont été vaccinées: 393.010 ont reçu une première dose et 117.257 ont reçu la deuxième.

Jean Castex annonce que dix millions de Français ont reçu une première injection de vaccin

Jean Castex annonce que dix millions de Français ont reçu une première dose de vaccin.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol